• 0-Définitions philo-mytho/français

    Page en construction

    Il est dit...

    sans foi ni loi, sans feu ni lieu

     

    Ce lexique regroupe des termes de tous horizons autour des mythologies, philosophies, spiritualité...

    Plus particulièrement : Bouddhisme, Yoga... (philosophie orientale)

     

    Voyez aussi d'autres lexiques de Yantra

    Chez Gigeoju

     

    Akasha du cœur

    Voir Dahara

    Alchimie

    L'Égypte est à la source de nombreux aspects de la civilisation occidentale : la médecine, la kinésithérapie, les mathématiques, l'architecture, la philosophie se sont largement inspirées de l'héritage égyptien transmis par la Grèce. L'Égypte est aussi aux origines de la symbolique chrétienne et de l'alchimie.

    Le mot alchimie dérive d'ailleurs du mot égyptien Kemet, terme qui désignait l'Égypte.

    Du yoga égyptien

    Vu dans Alchimie

    Voir aussi Théorie des signatures

    Âme

    L’âme (du latin anima, « souffle, respiration » - François Noël, L. J. Carpentier, Philologie française ou dictionnaire étymologique, critique, historique, anecdotique littéraire, Le Normant père, 1831) est le principe vital et spirituel, immanent ou transcendant, qui animerait le corps d'un être vivant (homme, animal, végétal - Définitions CNRTL).

    Les représentations symboliques de l'âme sont nombreuses, ainsi que les croyances à son sujet (voir Vie après la mort). On en trouve dans la plupart des civilisations à travers des conceptions religieuses, philosophiques, psychologiques ou populaires (Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Robert Laffont, 2005).

    Le terme « âme » est souvent employé comme synonyme d'« esprit » (Dictionnaire du questionnement philosophique, Entrelacs, 2013)...

    >>> Wikipédia

    Ambiance

    L'ambiance est couramment comprise comme l'atmosphère qui existe autour d'une personne, ou qui se dégage d'un groupe, d'un milieu dans lequel on vit (tout autour de soi, mais aussi bien au-delà). C’est aussi l’atmosphère interne (sensation corporelle, psychologique…).

    Dans tous les cas l'appréciation de l'ambiance se fait par l'intermédiaire de nos sens.

    En Yoga de l'Énergie, l'ambiance revêt une très grande importance, car c'est elle qui nous donne la possibilité soit de nous en couper, pour nous en protéger si elle nous est néfaste, soit de la modifier le cas échéant si cela est dans nos possibilités.

    C’est par l'art de la respiration, en utilisant Prâna pour faire vibrer âkasha, qu'on obtiendra des ambiances modulées de quiétude physique, d'euphorie… de jouissance physique.

    Dans tous les cas, être conscient de l'ambiance qui est la nôtre dans le moment présent, ou de celle qui nous entoure, est essentiel si nous voulons agir plutôt que d'être comme le bouchon sur la vague, ballotté au gré des flots. Dans la pratique du yoga de l'énergie, on pousse donc très loin l'étude des ambiances et, au fur et à mesure que le pratiquant avance sur ce chemin, il devient capable de déceler des ambiances de plus en plus subtiles.

    C’est grâce au raffinement des sens ordinaires, mais aussi au développement de sens subtils que les yogins appellent indriyas.

    Il est nécessaire d'admettre tout d'abord, que toute ambiance est vibratoire.

    Tout vibre (même ce qui semble inerte à nos sens humains limités) et tout ce qui vibre engendre de la lumière, des couleurs, des sons, des odeurs, de la température, de la saveur... Tous ces phénomènes, selon leur taux de fréquence vibratoire, nous sont plus ou moins perceptibles.

    Dans ce domaine, beaucoup d'animaux et d'oiseaux nous sont incontestablement supérieurs bien que nous les jugions à l'inverse. Notre ego nous trompe, car notre mental analytique nous limite au monde concret de la forme. Nos frères inférieurs n'en sont pas embarrassés dans ce cas, étant encore branchés avec le Tout.

    L’ambiance frontale se situe au front sans pour cela épouser sa forme. Comme toute ambiance, elle évolue sans cesse. La détecter et suivre son évolution est indispensable pour le yogin. Elle est le tableau de bord de la machine humaine, à l'image de celui de l'automobile. Car elle est la résultante de toutes les ambiances qui composent l'être humain, de toutes ces enveloppes, ces koshas.

    L'ambiance est plus ou moins qualifiée, mais elle a toujours une qualification, même si elle est neutralisée (neutre, c'est là sa qualification). L'intérêt c'est de prendre conscience de cette qualification pour pouvoir, le cas échéant, la modifier, soit dans sa puissance, c'est-à-dire son potentiel énergétique, soit en faisant varier sa qualité en utilisant les 3 gunas.

    (Roger Clerc Yoga de l'Énergie–2nd degré 1990)

    Ambiance externe

    Elle comporte l'atmosphère ambiante, tout autour de soi, mais aussi bien au-delà.

    Selon les exercices, on utilisera par exemple un prâna puisé dans l'ambiance externe proche de notre corps ou un prâna que l'on puisera très haut au-dessus de soi en déplaçant la conscience.

    (Cela sera précisé évidemment selon ce qu'on voudra réaliser, les résultats étant fort différents)

    Yoga de l'Énergie

    Ambiance interne

    En dirigeant la conscience à l'intérieur du corps de chair, dans le torse, on peut apprécier l'ambiance plus ou moins dense, plus ou moins physique de ce corps et même agir sur cette ambiance, ce qui aura pour conséquence de modifier le corps lui-même.

    C’est par l'art de la respiration, en utilisant prâna pour faire vibrer âkasha, qu'on obtiendra des ambiances modulées de quiétude physique, d'euphorie etc. de jouissance physique.

    Yoga de l'Énergie

    Anachorète

    Un anachorète vit retiré de la société séculière (laïque) pour se consacrer à la prière et aux exercices de pénitence. Il est souvent considéré comme une sorte d'ermite, mais son engagement est plus fort.

    Voir aussi anachorète

    Pères du désert

    Apophtegme

    Voir Maxime.

    Pères du désert

    Âsana

    Mode de station assise. Position. D'une manière générale, ce terme désigne une posture de Yoga (stable). Ce qui la caractérise est une double attitude d'aisance et de fermeté.

    En sanskrit, mot neutre, qui signifiait à l'origine demeure terrestre des dieux. Le mot est construit sur la racine âs- qui signifie : être, habiter, exister, s'asseoir, assiette (équitation) ou plus simplement siège ou assise.

    Ashram

    Un ashram est un monastère dirigé par un guru, un instructeur, un Maître spirituel.

    Voir aussi Âshram

    Aumônier

    L'aumônier est un personnage ecclésiastique, chargé, d'une part, de distribuer l'aumône aux pauvres, et d'autre part, d'assurer les services liturgiques.

    Les aumôniers de prison interviennent dans le cadre d’une institution laïque et républicaine. Les conditions d’exercice de leur mission sont définies par le code de procédure pénale. Ils ont pour mission de « célébrer les offices religieux, d’administrer les sacrements et d’apporter aux détenus une assistance pastorale. Ils ne doivent exercer auprès des détenus qu’un rôle spirituel et moral. »

    Les aumôniers militaires sont des représentants des divers cultes religieux au sein des forces armées.

    Ainsi, l'aumônier est attaché à un corps ou à un établissement, hôpital, prison, école ou armée, pour toutes les religions existantes. Clerc ou laïc, ministre d'un culte chargé d'en assurer l'instruction et le service religieux, il a pour mission de répondre aux besoins spirituels des personnes. Il apporte aussi un soutien matériel. Dans le cadre précis de son domaine de compétence et en collaboration avec les interlocuteurs professionnels, il prend en charge l'organisation et l'animation des évènements religieux au sein l'établissement, accompagne individuellement les personnes, les informe et conseille, ainsi que parfois leur famille et le personnel de l'établissement.

    Avatar

    Un avatar est une incarnation d'une divinité.

    Brahma

    Dieu en manifestation - la représentation de la 1ère manifestation de la pensée différenciée de Dieu dans l'Univers a son siège dans le Chakra-Muladhara de l'homme.

    Chakra (Çakra)

    Roue, centre, nœud, plexus.

    Les 7 lotus ou centres psychologiques du corps subtil.

    Série Chakra m'a dit

    Cité aux neuf portes

    ... ou Les neuf orifices : les 2 yeux, les 2 oreilles, les 2 narines, la bouche, le méat urinaire, l'anus.

    Yoga de l'Énergie

    Cinq

    Yoga de l'Énergie

    - Les cinq attributs de la souveraineté

    des ministres, un territoire, une ville fortifiée, un trésor d'état et une armée.

    - Les cinq crimes abominables

    tuer son père, ou sa mère, ou son frère, ou son instructeur spirituel (guru), ou son époux(se).

    - Les cinq désirs

    1) les désirs des plaisirs associés aux cinq sens de perception : plaisir des choses agréables à contempler, à écouter, à sentir, à goûter et à toucher ;

    2) les désirs convoités dans la vie profane : richesse, plaisir sexuel, boissons, nourriture, renommée et repos.

    - Les cinq feux sacrés

    Panchagni : Ahavaniya (feu du rituel védique), Garhapatya (feu du foyer), Anvaharya pacana (feu rituel de la cuisson sacrificielle), Sabhya (feu sacrificiel à l'usage du roi) et Avasathya (feu domestique).

    - Les cinq obstacles

    l'ignorance, l'égoïsme, l'attachement, l'aversion, la peur.

    - Les cinq péchés majeurs et les cinq mineurs

    Sauf erreur, cette notion apparaît dans le canon bouddhique pali.

    Les cinq péchés majeurs : lobha, l'avidité ; dosa, l'aversion ; moha, l'illusion, la tromperie ; mana, l'orgueil ; ditthi, les vues erronées.

    Les cinq péchés mineurs  : vicikiccha, le doute ; thina, la torpeur ; uddhacam, l'impatience ; ahikiram, l'impudeur ; anottapa, la témérité.

    - Les cinq souffrances

    le séjour dans une matrice, la naissance, la maladie, la vieillesse et la mort.

    Voir La quintuple peur.

    - Les cinq yajnas quotidiens

    ... que doit accomplir le maître de maison :

    1) Brahma Yajna, également nommé Veda Yajna ou Rishi Yajna : “Hommage à Brahma, aux Védas et aux Voyants”, qui consiste à étudier et/ou enseigner une portion quotidienne des livres sacrés.

    2) Deva Yajna : “Hommage aux dieux et aux élémentals”, qui consiste à réaliser tout ce que l'homme doit aux élémentals qui guident la nature, et à les nourrir d'oblations par le feu (homa).

    3) Pitri Yajna : “Hommage aux mânes”, qui consiste à offrir des galettes (pinda) et de l'eau aux ancêtres de la lignée familiale, ainsi qu'aux progéniteurs de l'humanité.

    4) Bhuta Yajna : “Hommage aux créatures animées et aux élémentals”, qui consiste à disposer de la nourriture au sol, destinée aux hors-castes, aux animaux et aux élémentals.

    5) Manushya Yajna : “Hommage aux humains”, qui consiste à nourrir des étrangers, des pauvres, des sans-abris et des étudiants, ou à leur faire l'aumône.

    Cœur, Grotte du cœur

    Selon la physiologie yogique, l'atome-germe de la conscience est situé dans le chakra du cœur, l'ANAHATA (voir).

    Voir aussi Hridaya et Hridaya Guha.

    Conclave

    Assemblée des cardinaux qui restent au Vatican, à l'écart de tout, le temps de l'élection du pape. Le mot vient du latin et signifie "sous clé".

    Jusqu'aux conclaves de 1978 (élection de Jean-Paul Ier et quelques semaines après, de Jean-Paul II) il se tenait à l'intérieur du Palais apostolique. Des chambres de fortune y étaient installées.

    Dans la réforme décidée par Jean-Paul II, celui-ci a souhaité "des locaux convenables".

    En 2005, les cardinaux logeront à la Domus Sanctae Marthae (maison Sainte-Marthe), située de l'autre côté de la basilique.

    Petit lexique du conclave

    Voir aussi : Synode (Concile - Consistoire)

    Cône de la pensée

    Il s'agit ici de la pensée pure dite pensée dans sa forme, encore appelée pensée âkâshique.

    Yoga de l'Énergie

    Congrégation générale

    Assemblée des cardinaux, convoquée à Rome par le Doyen des cardinaux à la mort ou à la démission du pape. Dans le temps qui sépare la mort du pape de l'élection de son successeur, la Congrégation générale se réunit chaque jour. Elle est présidée par le Doyen (actuellement le Cardinal Angelo Sodano).

    Sa mission est limitée aux questions courantes, aux préparatifs des obsèques du pape défunt et à ceux de l'élection de son successeur.

    Petit lexique du conclave

    Congrégation particulière

    Elle est constituée du cardinal Camerlingue et de trois cardinaux tirés au sort tous les trois jours parmi l'ensemble des cardinaux. Elle assiste les secrétaires des dicastères pour la gestion des affaires courantes. Il lui revient aussi de veiller au caractère secret des opérations de votes du Conclave.

    La Congrégation particulière rend compte de son travail devant les Congrégations générales.

    Petit lexique du conclave

    Confidentialité absolue

    La Confidentialité absolue fait partie de la règle du Conclave.

    Les cardinaux prêtent serment de garder ce secret sur l'ensemble de ce qui touche aux votes. Les locaux de Sainte Marthe (voir Conclave) seront surveillés avec une grande vigilance pour sauvegarder cette confidentialité absolue.

    Les cardinaux sont ainsi tenus de s'abstenir de toute correspondance épistolaire, conversation téléphonique et bien-sûr sur radio pendant tout le conclave. Le conclave intègre le personnel nécessaire à son organisation (cuisiniers, médecins…).

    L'ensemble des votes se déroule dans la chapelle Sixtine (voir Sixtine)

    Petit lexique du conclave

    Conscience

    Elle émane, comme nous l’entendons en Yoga de l'Énergie, de l’esprit dont le centre est situé au point source. Composée de la pensée dans sa forme (pure, akâshique) et des sens subtils qui délimitent celle-ci. C’est la volonté qui meut l’ensemble.

    Conscience = Pensée dans sa forme + sens subtils / Volonté.

    Déplacement de la conscience. La conscience représente le faisceau d’un phare dont le foyer lumineux serait situé au point source. La force qui projette ce faisceau lumineux dans toutes les directions est la volonté : elle déplace la pensée dans sa forme délimitée par les sens subtils. Ces derniers nous font "prendre conscience" de l’objet (du sujet, du lieu…) sur lequel ils se portent.

    Déesses compatissantes et bienveillantes

    Shakti, en tant qu'Adi-Para-Shakti, la Déesse primordiale et source transcendante de la manifestation universelle, est l'aspect souverain de la compassion et de la bienveillance.

    Voir Shakti Bandha 

    Parmi les nombreuses déesses, qui sont toutes des aspects extériorisés de la Grande Déesse, on trouve neuf incarnations majeures de la Bienveillance :

    1. Durga (ou Amba, Ambika)

    la Déesse en tant que Divinité suprême, Maha-Devi.

    2. Shri-Lakshmi

    la shakti de Vishnu est la Déesse de l'Abondance et de la Plénitude (matérielle et spirituelle, mais le plus souvent invoquée pour la richesse, la santé, la chance, l'amour, la beauté, avoir des enfants, etc.)

    3. Parvati (ou Gauri, Uma)

    la shakti de Shiva est la Déesse de l'Accomplissement spirituel et de l'Amour divin.

    4. Sarasvati

    la shakti de Brahma est la Déesse de la Connaissance, du savoir et de la culture (sciences, éducation, arts majeurs et mineurs, musique, etc.) ; sa rivière sacrée, la Sarasvati, est un affluent principal du Gange.

    5. Gayatri

    personnification de Para-Brahman, l'Absolu suprême, elle est la Déesse en tant que Mère des Mantras et des Védas, des trois temps et des trois mondes.

    Gâyatrî-mantra

    6. Ganga

    personnification de la purification préliminaire à la libération, la déesse Gange descendit sur terre et y coula comme un fleuve sacré, dont les eaux purifient et favorisent le progrès spirituel de l'âme incarnée.

    7. Sita

    compagne de Rama, l'un des avatars de Vishnu, donc elle-même avatar de Lakshmi, elle est la Déesse de la fidélité et du dévouement amoureux.

    8. Radha

    compagne préférée de Krishna parmi les Gopis, elle est la Déesse de la dévotion amoureuse absolue, à caractère mystique, donc du bhakti yoga, mais aussi de la grâce exquise et de la spontanéité.

    9. Sati

    la shakti de Shiva est la Déesse du sacrifice amoureux, de l'abnégation et de la fidélité à travers les réincarnations.

    Devi

    Divinité féminine, déesse.

    Doigt

    Unité de mesure ancienne, représentant les ¾ d'un inch (2,54 cm), soit 1,9 centimètres. Voir Angula.

    Voir aussi poids & mesures

    Eccéité (heccéité, haeccéité)

    Philosophie (n. fém.), existence pour un endroit précis.

    Voir Hiccéité.

    Ego

    L'ego (tiré du latin où il signifie « moi/je ») désigne généralement la représentation et la conscience que nous avons de nous-mêmes.

    Considéré comme le fondement de notre personnalité en psychologie, en spiritualité il est perçu comme une entrave à notre développement personnel, n'étant qu'une impression qui nous donne l'illusion d'être indépendants, alors que nous sommes tous inter-reliés.
    Voir Lâcher-prise.

    Comment méditer

    Éléments

    Il y en a cinq : Bhumi (ou Prithivi), la terre, Apas, l'eau, Tejas, le feu, Vayu, l'air, Akasha, l'éther (ou l'espace)

    À la rencontre de l'Áyurveda

    Enstase

    État en lequel l'âme se replie sur elle-même, avec maintien de la conscience.

    En opposition avec l'extase, où l'âme se laisse projeter au-delà de la conscience.

    (Voir Communautés nouvelles)

    Esprit

    L'esprit est supposé être un ensemble de phénomènes et de facultés mentales : perception, affectivité, intuition, pensée, concept, jugement, morale

    Dans de nombreuses traditions religieuses, il s'agit d'un principe de la vie incorporelle de l'être humain. En philosophie, la notion d'esprit est au cœur des traditions dites spiritualistes. On oppose en ce sens corps et esprit (nommé plus volontiers conscience par la philosophie et âme par certaines religions). En psychologie contemporaine, le terme devient synonyme de l'ensemble des activités mentales humaines, conscientes et non-conscientes.

    En métaphysique et dans les religions, le mot esprit désigne normalement l'élément immatériel incarné en l'être humain (Paul Foulquié, Dictionnaire de la langue philosophique, Presses Universitaires de France, Paris 1986)...

    >>> Wikipédia

    Extase

    Voir Enstase.

    Feu

    « points du feu »

    Le « feu », ou les « énergies de feu » sont, en Yoga et Ayurvéda, des énergies de force, de puissance, d’endurance et de stabilité.

    Le « feu » définit également notre capacité de digestion, tant sur le plan physiologique que sur le plan émotionnel ou mental (Souffle et bien-être "solaire")

    Cette énergie se localise dans ce qu’on appelle les « points du feu » : la colonne vertébrale (l’axe), les pouces et les gros orteils, les yeux, le chakra de la base (Mûladhara, premier chakra) - le lien entre les yeux et Mûladhara stimule ce dernier qui gère les pieds, la locomotion - l'anus, les chakras du ventre et de la gorge.

    Ainsi, les pratiques qui développent le feu sont également bonnes pour la santé et la jeunesse, et sont nécessaires pour appréhender les évènements du quotidien avec recul et aplomb.

    Quelques autres pratiques qui impliquent les « points du feu »

    Diamant Vajrâsana (Vamcâsana)

    Bhastrika abdominal (Respiration du Forgeron)

    Posture des archers (Archer)

    Posture de la pince (Pince assise)

    Voir d'autres postures d'ouverture :

    Les postures de la Grenouille

    Chameau (Arc à genoux)

    Garuda

    Dans la mythologie hindoue Garuda est le roi des Oiseaux.

    Il est le vâhana (véhicule) de Vishnou, le dieu de la stabilité du monde (qui entretient, sauve et protège toute vie), et aide avec enthousiasme l'humanité à combattre les démons.

    On représente souvent Garuda avec le corps doré, un visage blanc, des ailes rouges, un bec d'aigle et une couronne sur la tête.

    Hiccéité (eccéité, heccéité, haeccéité)

    Ensemble des caractéristiques, matérielles ou immatérielles, qui fait qu'une chose est une chose particulière. Il s'agit de son essence particulière qui permet de la distinguer de toutes les autres.

    Par extension, on peut traduire ce terme par INDIVIDUALITÉ.

    L'eccéité est parfois considérée comme synonyme de QUIDDITÉ, mais une différence subtile existe. La quiddité porte sur l'essence commune à un groupe, et qui est classiquement exprimable par une définition (« un banc est un artefact pour s'asseoir »).

    L'eccéité est quant à elle insaisissable par une définition et suppose un principe d'individuation difficile à cerner (« ce banc est celui sur lequel on s'est embrassé »).

    Inférence

    ANUMANA. L'inférence désigne les actions de mise en relation d'un ensemble de propositions, aboutissant à une démonstration de vérité, de fausseté ou de probabilité, sous la forme d'une proposition appelée conclusion. (http://projetconnaissance.free.fr/... .html)

    Intellect

    Intellect (du latin intellectus, « faculté de comprendre ») : capacité de l’esprit qui est celle de connaître, de comprendre (intelligence, entendement).

    L'intelligence est l'ensemble des facultés mentales permettant de comprendre les relations entre les choses et les faits, et de s'adapter à des situations nouvelles (faculté d'adaptation).

    L'intelligence pratique est la capacité d'agir de manière adaptée aux situations, à traiter l'information pour atteindre ses objectifs, dans un minimum de dépense de ressources possible.

    Comment méditer

    Jubilé

    Qu'est-ce qu'un Jubilé ?

    Dans la Bible (Lv 25, 8), chaque cinquantième année, appelée année de rémission, est consacrée à Dieu. Les dettes, les fautes, les peines sont remises, les esclaves rendus à la liberté, le travail des champs suspendu et la terre laissée en repos.
    C’est en 1472 que le délai de 50 ans est ramené à 25 ans. Il y a donc un jubilé « ordinaire » tous les 25 ans. Le pape peut également, à son initiative, déclarer un jubilé « extraordinaire », comme ce fut le cas pour les années 1933 et 2000 par exemple.

    Pourquoi un jubilé ?

    Un jubilé est l’occasion pour que les familles, les paroisses, et toute la communauté chrétienne soient stimulés dans leur vie de prière. Et la miséricorde est un thème cher au pape :

    « La miséricorde est ce que nous pouvons ressentir de mieux. Elle change le monde. Elle permet qu’il soit un peu moins froid et plus juste. Il est important que chacun la vive et la porte dans tous les milieux de la société. En avant ! C’est maintenant le temps de la miséricorde. »

    Kriya

    Ensemble de techniques de PURIFICATION du corps, Kriya est une action physique comme dans BASTI, NETI, NAULI, DHAUTI, TRATAK et KAPALABHATI.

    L'effet attendu est un nettoyage, d’une manière ou d’une autre, par le truchement du mouvement du sang, de l’énergie nerveuse, de la lymphe ou de Prâna ; une pratique préparatoire.

    KriyaKriya (définition)

    Lâcher-prise

    Lorsque votre esprit se laisse envahir par des pensées parasites, quand vous vous sentez débordé, il est difficile de vous concentrer, de retenir certaines choses à court et long terme. La méditation aide à vous éloigner de ces vagabondages mentaux en vous focalisant sur une pensée neutre (son, objet, image mentale, paysage agréable…).
    Voir Ego.

    C'est le lâcher-prise ou arrêter de vouloir tout contrôler.

    Il consiste le plus souvent en une sorte de leurre pour votre cerveau qui, concentré sur le contrôle de la respiration et/ou absorbé par une pensée neutre (son, objet ou paysage agréables, image mentale... non chargés d'émotions négatives pour vous, voir Sophrologie), ne laisse plus de place aux pensées polluantes.

    Comment méditer

    Mandala

    Diagramme représentant l'univers cosmique sous des formes géométriques diverses et simples.

    Mantra

    La parole qui révèle. Formule sacrée (rentrant dans la création) investie du pouvoir de protéger, purifier, transformer, l'individu qui les répète.

    Combinaison de mots ou de sons ayant une signification et un pouvoir spirituels et pouvant être initiatique et secrète.

    La répétition sert de support auditif pour transmettre de façon vibratoire l’idée ou le symbole à travers le mot.

    Le plus employé : AUM (OM !), le Son primordial qui contient tous les sens, le symbole le plus proche de Dieu (Swâmi Ramdas).

    Autre célèbre mantra, employé dans la pratique du Yoga de l’Énergie : OM MANI PADME HUM.

    Mais « cela seul qui est accompli avec connaissance, foi et méditation, devient spirituellement effectif »
    (cité par
     Tara Michäel dans Introduction aux voies du Yoga)

    Martyr - Martyre

    Un martyr (du grec ancien μάρτυς / mártus : "témoin", n. et adj. féminin : martyre) est un non-violent absolu, qui consent à aller jusqu’à se laisser tuer pour témoigner de sa foi, plutôt que d’abjurer.

    Chrétien mis à mort ou torturé en témoignage de sa foi ; on l'appelait aussi martyr de la foi ou confesseur [de la foi] (Larousse)

    "Martyr" appartient essentiellement, et à l'origine, à la terminologie chrétienne ; il doit être différencié du martyre qui est l’acte même de mise à mort ou les tourments infligés.

    Voir Martyr, martyre

    Maxime

    Une maxime est un principe de conduite. C'est à partir du XVIe siècle que les maximes prennent le sens de précepte, de règle morale ou de jugement général. Elles tendent ensuite à prendre le sens de vérité générale.

    En littérature, la maxime est un genre qui se caractérise par sa visée moraliste, par laquelle l'auteur jette un regard critique sur le monde, sans prétendre pouvoir le changer ; cette forme littéraire privilégie la concision et exploite une esthétique du fragment et de la discontinuité (œuvres de Bossuet, La Rochefoucauld ou Vauvenargues) ;

    on parle d'apophtegme lorsqu'il s'agit d'une parole mémorable ayant valeur de maxime comme ceux des Pères du désert.

    Le terme s'est si bien diffusé que les éditeurs contemporains l'emploient pour rebaptiser des choix de textes, ou des œuvres antérieures constituées de courtes réflexions morales, comme les œuvres d'Épicure, Confucius ou Baltasar Gracián (Wikipédia)

    Mental

    Le mental (du latin mens, mentis, esprit) est l'ensemble des pensées et émotions logées exclusivement dans notre esprit. Le mental ne s'arrête jamais, avec le besoin de toujours combler le silence ; c'est une activité fatigante, sans que nous nous en rendions compte. Le mental cherchant toujours à garder le contrôle, au fil du temps nous créons ce que nous pensons être notre identité à laquelle nous nous rattachons sans cesse (notre ego) ; nous comparons et jugeons continuellement (bien/mal, vieux/jeune, beau/laid, grand/petit…).

    La tendance du mental à résister rend très difficile le lâcher prise ; nous sommes souvent emportés par nos émotions (colère, avidité, jalousie…) et faisons du mal à nous-mêmes en refusant d'accepter la réalité. Pourtant, le mental est un outil indispensable pour fonctionner dans le monde (trouver notre chemin, calculer…) ; il doit être à notre service, non l'inverse.

    Si nous nous laissons ressentir un moment de silence, sans avoir besoin de mettre des mots, la communication passe par d'autres circuits : comprendre la nature du mental, être le spectateur impassible de ses activités et savoir nous arrêter quelques instants, sont l'essence même de la méditation.

    Comment méditer

    Méridien

    Terme utilisé par les acupuncteurs chinois, synonyme de nâdîs, employé par les yogis indiens.

    Dans le corps de l’énergie, canaux subtils qui conduisent l’énergie vitale Prâna.

    Étant donné cette subtilité, ils ne peuvent être détectés par nos sens communs (veines, artères, nerfs…). C’est uniquement en développant nos sens subtils – indriyas – que nous pouvons suivre leur trajet.

    Yoga de l'Énergie

    Oblation

    Nom commun, emprunté au latin ecclésiastique oblatio « offrande »

    LITURGIE. OFFRANDE, action par laquelle on offre quelque chose à DIEU ; "Jésus-Christ, étant sur la croix, fit l’oblation de lui-même à son Père" ; "l’oblation du pain et du vin dans l’Eucharistie" - Moment de la messe où se fait cette offrande. Par extension, ce qu’on offre à Dieu.

    Remarque : oblation et offrande sont 2 termes voisins de sens mais on ne peut les considérer comme synonymes : OBLATION insiste davantage sur l'ACTION D'OFFRIR alors qu'OFFRANDE désigne plutôt LA CHOSE OFFERTE ; d'autre part, oblation a un caractère plus religieux qu'offrande.

    PSYCHANALYSE. DON DE SOI. « [La conscience morale] se trempe peu à peu dans les renoncements successifs qui mènent de la captation à l'oblation, depuis la discipline sphinctérienne du premier âge, en passant par l'acceptation du sevrage, la victoire sur la crise de personnalité et de possessivité de la troisième année. »
    (Mounier, Traité du caractère, 1946, p.682)

    Offrande

    Voir Oblation.

    Pères de l’Église

    On appelle "Pères de l’Église" les auteurs anciens qui ont contribué à formuler la doctrine chrétienne et son vocabulaire théologique, et ce essentiellement pendant les 5 premiers siècles du christianisme. Leur autorité, souvent invoquée, repose sur leur proximité historique avec les origines et sur leur effort intellectuel pour approcher par des mots le mystère de la foi.

    Père de l'Église, Docteur de l'Église

    Pères du désert

    Phlegme

    L'une des trois humeurs du corps, selon la médecine ayurvédique.

    Voir Dosha et Kapha

    Point Source

    Centre de l’esprit situé dans la tête, dans le cerveau (bien entendu dans un plan subtil qui est le corps du mental pour les yogins).

    Un Bindù, point originel.

    De celui-ci émane la pensée dans sa forme et les sens subtils qui composent la conscience.

    On puise généralement l'énergie créatrice (primordiale et indifférenciée comme telle) en la décomposant en ses éléments constitutifs qui sont alors les sources (voir).

    Yoga de l'Énergie

    Psi - Psy

    Le terme "psi" est, tout comme "psy", une traduction de la lettre grecque Y, mais avec un "i" pour différencier ces facultés des processus psychologiques.

    Voir PSI

    Voir aussi la Perspective avant l'Argument !

    Psychisme

    Le psychisme est, en psychologie, l'ensemble, plus ou moins complexe, des caractères psychiques (qui concernent la vie mentale dans ses aspects conscients et/ou inconscients) d'une personne comme base de sa personnalité.

    La « chose psychique » concerne l’âme, l’esprit, la pensée et régit la nature humaine ainsi que son activité et des processus relevant de l’intelligence et de l’affectivité. Citons encore, parmi les facteurs importants : besoins vitaux, satisfaction, humeur, émotions, créativité, etc.

    Le rôle de l'inconscient est particulièrement important, venant compléter les perceptions conscientes et les impulsions instinctives, autres composantes du psychisme.

    D'autre part, « psychisme » désigne un ensemble particulier de phénomènes psychiques formant un tout (psychisme inconscient, psychisme animal...). Le psychisme est un concept central en psychanalyse et chez Sigmund Freud.

    Comment méditer

    Regard intérieur

    Lorsque nous sommes les yeux ouverts, nous regardons sur nous ou à l'extérieur de nous en dirigeant notre attention. C'est sans aucun effort que nous portons notre regard sur nous mêmes ou sur les objets ou le paysage qui nous entourent. Nous sommes le spectateur et nous considérons le spectacle, avec un minimum d'effort d'attention. Sans plus d'effort nous recevons, par l'intermédiaire de nos sens des informations.

    Notre sens de la vue nous renseigne sur la forme, la dimension, la couleur de l'objet ou du sujet considérés. Si nous abaissons les paupières, et que nous portions notre attention en nous, sur le haut du front, sur le ventre ou sur un membre, nous dirons que nous déplaçons notre regard intérieur. Cela se fera avec la même facilité que précédemment, sans plus d'effort, si nous ne cherchons pas, volontairement, à agir sur les globes oculaires.

    En réalité ce n'est plus uniquement le sens de la vue, mais tous les sens qui interviennent. Ce sont en fait ces sens subtils que les yogins nomment des indriyas, lesquels vont se développer par cette pratique.

    Ces sens accompagnent la pensée dans sa forme, laquelle véhicule l'énergie, et cela dans toutes les directions. En nous, sur nous, autour de nous et bien au-delà de notre limite corporelle étant donné que ces sens subtils et cette pensée dans sa forme ignorent la distance. C'est ce qui explique les phénomènes de transmission de pensées entre deux lieux très éloignés l'un de l'autre, lesquels sont étudiés scientifiquement par la science moderne.

    Pour la pratique, retenons que le déplacement des globes oculaires n'est pas à considérer dans le déplacement du regard intérieur. Que les yeux physiques suivent ou ne suivent pas, peu importe. Ce qui compte c'est l'aisance dans l'exécution. Ce mouvement synchronisé avec la respiration, aide surtout au déplacement de la conscience. Il nous fait prendre conscience, par tous nos sens subtils de ce qui est en nous, autour de nous, et où la pensée peut se transporter, par le souvenir, par l'image mentale qui ressurgit de notre mémoire.

    Yoga de l'Énergie

    Respiration du Feu

    La Respiration du Feu est une respiration abdominale intense.

    Appelée Kapalabbhatî, c’est une suite d’expirations par le nez, l’air étant expulsé par la contraction des abdominaux (du diaphragme pour les plus avancés) sur un rythme respiratoire soutenu et régulier et où l’inspiration reste passive. Cette respiration du « crâne brillant » (kapa : tête, crâne), purification des narines et des sinus, fait partie des Kriya (ensemble de techniques de purification du corps). Elle est relativement abordable pour les débutants, qui commenceront par quelques respirations Kapalabbhatî (5 à 10) précédées et suivies de quelques inspir / expir lentes et profondes. L’important est de garder le même rythme soutenu et d’arrêter dès que celui-ci devient anarchique.

    Appelée Bhastrikâ, c’est une succession rapide d’inspir / expir exécutée par le nez, en gonflant et dégonflant le ventre. Elle est très fatigante et entraîne rapidement, chez le débutant, des étourdissements. Il est déconseillé de débuter de sa pratique seul et sans les conseils d’une personne expérimentée ; il faut commencer très prudemment, en position neutre assise.
    (La posture du Bateau ou Barque sur les fesses)

    Le Plan incliné

    Salique

    Dans le haut Moyen-âge, code de loi élaboré, selon les historiens, entre le début du IVe siècle et le VIe siècle pour le peuple des Francs dits saliens, dont Clovis fut l'un des premiers rois.

    Rédigé en latin, comportant de forts emprunts au droit romain, il établissait entre autres les règles à suivre en matière d'héritage à l'intérieur de ce peuple.

    À la fin de l'époque médiévale et à l'époque moderne, l'expression loi salique désigne les règles de succession au trône de France. Ces règles ont par ailleurs été imitées dans d'autres monarchies européennes.

    Arbres remarquables

    Shakti

    Complément de SHIVA.

    Shiva

    Énergie consciente masculine, complément de SHAKTI.

    Siddhis

    Les 8 pouvoirs (magiques) yogiques.

    Sixtine

    Chapelle située entre la basilique Saint-Pierre et le palais apostolique du Vatican. Les superbes fresques qui ornent les murs, peintes par Michel-Ange, en font un joyau d'art. Elle est visitée tout au long de l'année par des milliers de pèlerins et touristes. C'est là que se déroulent les votes du Conclave.

    Petit lexique du conclave

    Sources

    Il est question des sources de l'énergie créatrice. Celle-ci considérée comme telle est indifférenciée. Mais on puise généralement cette énergie primordiale en la décomposant en ses éléments constitutifs qui sont alors les sources.

    Il faut ici ouvrir une parenthèse sur les 3 modalités d'expression de cette énergie : les 3 gunas (Tamas-Rajas-Sattva).

    On retrouve dans la Source Créatrice les 3 expressions en puissance (les 3 gunas Tamas-Rajas-Sattva), suivant les 3 symboles utilisés par les yogîs (Shakti-Ishvara-Brahman).

    On les représente par un triangle dont la base comprend Shakti à gauche, Ishvara à droite et Brahman au sommet. Ce qui correspond aux symboles de la lune et du soleil, Brahman étant le mélange des deux.

    Yoga de l'Énergie

    Sutra

    Aphorisme, maxime (voir) énoncée en peu de mots.

    Théorème

    Un théorème est une proposition qui peut être mathématiquement démontrée, c'est-à-dire une assertion qui peut être établie comme vraie au travers d'un raisonnement logique construit à partir d'axiomes (vérités indémontrables qui doivent être admises. Pour certains philosophes grecs de l'Antiquité, un axiome était une affirmation qu'ils considéraient comme évidente et qui n'avait nul besoin de preuve).

    Un théorème est à distinguer d'une théorie, qui est l’ensemble d'explications, notions ou idées sur un sujet précis, pouvant inclure des lois et des hypothèses, induites par l'accumulation de faits trouvés par l'observation ou l'expérience.

    Une fois le théorème démontré, il est considéré comme vrai quelle que soit la valeur de vérité de sa prémisse (hypothèse de base) car il se présente sous la forme d'une implication : si A est vraie alors B est nécessairement vraie. Il peut alors être utilisé pour démontrer d'autres propositions.

    Démontrer le théorème consiste à démontrer l'impossibilité d'avoir à la fois A vrai et B faux. Un théorème a généralement des hypothèses de base (conditions qui peuvent être énumérées dans le théorème ou décrites d'avance) et une conclusion (affirmation mathématique qui est vraie sous les conditions de base). 

    Autre définition possible d'un théorème : « un énoncé dont on peut démontrer l’exactitude » (Wikipédia)

    Vu dans Kit-Respiration

    Vacuité

    Logiquement rien ne peut être à la fois vide et non-vide, si ce n’est dans le sens où quelque chose peut avoir deux aspects différents. Avec le concept de vacuité, le bouddhisme nous apprend à concevoir et surtout à expérimenter la non-dualité qui est l’essence de la vacuité.

    La vacuité (shunyata en sanskrit) est un grand mystère. C’est un concept qui est au cœur même de tout l’enseignement du Bouddhisme Mahâyâna. On a écrit sur ce sujet d’innombrables traités et les allusions qui y sont faites dans les écritures sacrées rempliraient des volumes. Pourtant, comme tout ce qui est objet d’expérience mystique, la vacuité ne peut être ni décrite ni définie. En vérité, à peu près rien n’en peut être dit qui vaille. Peu de savants occidentaux paraissent en avoir saisi le sens, et même dans les pays bouddhistes, à l’exception de rares mystiques accomplis qui, dans leurs méditations les plus profondes, se sont trouvés face à face avec la vacuité, il y a relativement peu de gens qui, grâce à certaines intuitions préliminaires acquises au cours de la méditation, associées à une vaste connaissance des sûtras, peuvent s’être formé une idée approximative de ce qu’est la vacuité.

    L’idée-clé est donnée dans le petit Sutra du Cœur qui est récité chaque jour en chinois, en tibétain ou en sanskrit, par des millions de Bouddhistes mahayanistes.
    Ce sutra affirme nettement que « la forme est vacuité et la vacuité forme : que la forme ne diffère pas de la vacuité ni la vacuité de la forme »

    Bien que son sens véritable puisse ne pas paraître d’une clarté lumineuse, du moins démontre-t-il que la vacuité est quelque chose de très différent du simple néant. L’explication qu’on en donne généralement, c’est qu’il ne peut y avoir de séparation valable entre l’absolu et le relatif, entre la réalité et les apparences, entre la source et l’univers (et donc entre le créateur et le créé).
    Rien n’est réel, au sens où rien n’a une existence indépendante qui lui appartienne en propre, ou n’est rien de plus qu’un phénomène temporaire (lui-même combinaison de millions de phénomènes encore plus fugitifs) : pourtant tout est réel, au sens où c’est une manifestation de l’être sans attribut et donc insaisissable.
    (John Blofeld)

    « La perfection bouddhique est ce qu'on nomme vacuité. Cette vacuité (soûnya, soûnyata) ne doit pas, comme l'expression paraîtrait le donner à entendre, être regardée comme un anéantissement total ou comme la destruction de l'intelligence (...) »
    (Pierre Leroux, De l'Humanité..., 1840, p. 439)

    Yoga de l'Énergie

    Vaisseau conception

    Monte sur le devant du buste et régit les fonctions végétatives (génitale, urinaire-digestive-respiratoire)

    Part du Chakra-Racine situé entre l'anus et le sexe.

    Vaisseau gouverneur

    Monte dans le dos et a une action sur l'énergie physique et l'énergie psychique.

    Part du Chakra-Racine situé entre l'anus et le sexe.

    Védas

    Textes sacrés datant de plusieurs millénaires avant Jésus-Christ.

    Vertus

    Les dix vertus : 

    1. stabilité mentale (dhristi),
    2. indulgence (kshama),
    3. maîtrise de soi (dama),
    4. absence de convoitise (asteya),
    5. pureté (shaucha),
    6. rétraction des sens (indriya nigraha),
    7. constance (dhira),
    8. étude des Écritures (vidya),
    9. sincérité (satyam) et
    10. égalité d'humeur (akrodha).

     

    Réaliser ces dix vertus sont la garantie d'une conduite intègre selon le dharma.

    Vishnou

    Vishnou est le dieu de la stabilité du monde, le dieu du temps : il entretient la vie et la création.

    Dieu sous son aspect préservateur, c'est le protecteur des humains et un sauveur.

    Divinité siégeant au Chakra Swadhisthana

     

     

     

    Haut de page