• 1-Eau du corps

    D'après un quiz de Notre Temps - Révision de la page fin octobre 2021

    L'eau du corps

    Le corps humain en abrite des litres. Mais combien au juste ? Et à quoi sert toute cette eau ? ... Plongeons dans les mystères aquatiques de notre organisme !

    Merci au Dr Philippe Maslo, médecin généraliste et auteur de "Ma bible du corps humain", éd. Leduc's.

    Sculptures et Effets aquatiques de Małgorzata Chodakowska-02

    Sculptures et Effets aquatiques de Małgorzata Chodakowska

     

    Sans eau dans le corps, pas de vie possible

    L’eau est le principal constituant de notre corps. Toutes les cellules qui le composent sont remplies d’eau (eau intracellulaire) et baignent dans l’eau (eau extracellulaire : liquide interstitiel, plasma sanguin, lymphe).

    Le mouvement perpétuel entre ces deux eaux est à la base de toute réaction cellulaire et du bon maintien de notre équilibre intérieur.

    C‘est ainsi que circulent les nutriments qui nourrissent les organes et l’oxygène véhiculée par le sang ; que sont éliminés les déchets métaboliques (via les urines, les selles) ; que les poumons peuvent rejeter du CO2 (via l’expiration) ; que le volume sanguin et la pression artérielle restent stables, de même que la température corporelle interne (via la production de sueur)

     

    Un corps adulte de taille et corpulence moyenne contient en moyenne 40 à 45 litres

    Il y a souvent confusion entre volume et pourcentage. Notre corps est en fait constitué d’eau à 60-65%, (un peu à l’image de la Terre). Soit 40 à 45 litres pour un adulte de taille et corpulence moyenne.

    Mais cette teneur en eau varie aussi avec l’âge. Elle est de plus de 90% chez un embryon de 3-4 semaines, de 75-80% à la naissance, de 60-65% avant 60 ans pour ensuite diminuer progressivement jusqu’à 50% voire moins chez les très âgés.

    Plus nous vieillissons, plus nos tissus se déshydratent (l’eau étant remplacée par de la graisse) et comme la sensation de soif s’atténue avec l’âge, mécaniquement le stock aqueux diminue.

     

    Les femmes n'abritent pas plus d’eau que les hommes

    Parce que la masse graisseuse est plus importante chez les femmes (et que le gras est peu aqueux) leur corps abrite environ 10% de moins d’eau que celui des hommes.

    Cette différence constitutionnelle explique, entre autres, que les femmes se plaignent davantage de rétention d’eau au fil du temps. Car physiologiquement, l’organisme ne tolère pas une augmentation de plus de 50% de sa masse en eau.

    Or, en raison notamment des fluctuations hormonales (syndrome prémenstruel, grossesse, ménopause), les femmes sont d’emblée sujettes au phénomène de rétention d’eau qui traduit un mauvais fonctionnement entre le système d’absorption et d’évacuation de l’eau allié à une paresse de la circulation veineuse.

     

    La distribution de l’eau dans le corps

    Tous nos organes et tissus contiennent de l’eau, mais pas dans les mêmes proportions.

    Dénommés solides, les os en abritent quand même environ 25% (et les dents 10%).

    Les muscles et la peau comptent environ 70 d'eau. L’estomac, comme l’intestin et le foie, environ 75%. Cerveau, cœur, reins et poumons en totalisent chacun environ 80%.

    La palme revient au plasma sanguin qui titre 90% d’eau.

     

    Rien qu’en respirant, nous perdons ½ litre d’eau par jour

    Nous perdons environ 0,5l d’eau via la vapeur qui sort de la bouche à chaque expiration.

    En moyenne, chaque jour, nous éliminons aussi 1 à 1,5l d’eau par les urines, 0,1l par les selles et environ 1l à travers la transpiration (mais jusqu’à 1l/heure lors d’une activité physique par temps chaud !).

    Au quotidien, par climat tempéré et sans s’agiter, ce sont en moyenne 2 à 3 litres d’eau qui s’évacuent et qu’il faut renouveler pour que l’organisme parvienne à fonctionner.

    Sans aucun apport d’eau, il ne peut tenir plus de 2-3 jours... C’est pourquoi il faut vous hydrater chaque jour, régulièrement, à hauteur des pertes... sans attendre d’avoir soif car lorsque celle-ci se manifeste, le déficit hydrique a déjà commencé. Un simple déficit en eau de 2% fait déjà baisser les performances physiques et mentales de 20 à 25%.

     

    Les bienfaits de la respiration abdominale

    D'après Rustica

    Nous distinguons deux grands types de respiration : thoracique et abdominale.

    La première consiste à emplir d’air les poumons en gonflant la poitrine. C’est celle que nous pratiquons, inconsciemment, le plus souvent. Or, elle utilise moins de 50 % de la capacité des poumons et induit un effort supplémentaire de l’organisme pour obtenir tout l’oxygène dont il a besoin.

    À l’inverse, la respiration abdominale consiste à gonfler son ventre : ce faisant nous abaissons le diaphragme et emplissons d’abord la partie basse des poumons avant de remplir la partie haute. La grande quantité d’air inspiré aide à mieux évacuer les déchets 1 gazeux présents dans l’organisme, à stimuler la production d’endorphines et à réguler le rythme cardiaque.

    • Allongez-vous et posez une main sur l'abdomen. Inspirez doucement par le nez de manière à ce que le ventre soulève votre main.
    • Vous ressentirez rapidement la détente et l’effet antistress 2 que procure cette respiration répétée plusieurs fois de suite. 
    • Effectuez cet exercice 5 à 10 minutes

     

     

    __________

    Notes

    1. Cet article est extrait du livre "Chouchoutez votre foie" aux éditions Rustica

    2. Cet article est extrait du "Guide familial des huiles essentielles" aux éditions Mango

    __________

    Voir

    Eau bonne à consommer

    Histoires d'eaux

     

     

     

    haut de page