• 2-Bardane

     

    La Bardane

    Arctium

    Je savais que la racine de bardane était bonne pour les peaux dites (pudiquement) « à problème »...

    0-Bardane

    Photo Ooreka

     

    Avec mon fils, nous allons chercher quelques plants de bardane poussant le long du chemin longeant l'Aude, près de chez moi, pour les repiquer dans un bout de jardin.

    J'avais remarqué cette plante, mais je me grattais la tête pour retrouver son nom... Hasard ? Transmission de pensée ? Mon fils se mit à m'en parler le lendemain de mon interrogation... Oui mais bien sûr, c'est la bardane, cette plante aux petites boules qui s'accrochent partout sur nos vêtements et le pelage des animaux !

    0-Bardane

    Les « teignes » de la bardane (Arctium lappa)

    Je savais que la racine de bardane était bonne pour les peaux dites (pudiquement) « à problème », mais après un petit tour sur le net, je me suis aperçue qu'elle était vraiment intéressante... (Je dois avoir quelques infos à son sujet, mais comme d'hab, impossible de mettre la main dessus ; je les retrouverai quand j'en n'aurai plus besoin, c'est d'un classique !)

    Jugez-en plutôt

     

    BARDANE

    Arctium − Cousinia *

    * Taxonomie. Un grand nombre d'espèces ont autrefois été classées dans le genre Arctium, mais la plupart ont été reclassées depuis dans le genre Cousinia. Les délimitations entre les genres Arctium et Cousinia sont définies par la biologie moléculaire et leur phylogénie.

     

    Quelques synonymes : gratteau, bouillas, peignerolle, bouillon noir…

    Les bardanes appartiennent au genre Arctium et à la famille des Astéracées (ou Composées)

    Ce nom scientifique du genre, Arctium, correspond au grec arktos (= ours), pour désigner l"aspect hirsute et agressif de ses bractées (*). Quant au nom vernaculaire (bardane), il est issu du latin médiéval bardana, altération du latin tardif dardana mentionné par Apulée, qui lui-même correspondrait au germanique *daroth (= dard) (1). Les graines ingérées peuvent causer des irritations du tube digestif d'animaux domestiques, mais la plupart des animaux sauvages évitent généralement de les manger.
    (Voir plus bas : Précautions)

    Les bardanes sont souvent de grande taille, reconnaissables à leurs capitules dont les bractées se terminent par des sortes de crochets, ce qui permet à ces capitules de s'accrocher aux vêtements et au pelage des animaux.

    Ce sont des plantes de milieux ouverts à semi-ouverts, plutôt nitrophiles.

    Originaire de l'Ancien Monde, plusieurs espèces ont été largement dispersées par l'homme puis par zoochorie (2) dans le monde entier (3).

    0-Bardane

    Bardane − photo Ooreka

    Bardane Bouillon-blanc

    Bouillon blanc (Verbascum thapsus)

    Peut être confondue avec le Bouillon blanc (Cierge de Marie) du moins quand la plante est jeune.
    Les jeunes feuilles de Bouillon blanc sont douces au toucher, au contraire de celles de la Bardane
    (*)

    ____________________

    (*) Le chou d'âne ou la rhubarbe du diable (val-de-seudre-identi-terre.com)

    (1) Strauss Steven D., The Big Idea: How Business Innovators Get Great Ideas to Market [en]

    (2) Les inflorescences sont entourées de bractées en crochet – les fameuses teignes – lesquelles s’accrochent aux vêtements et aux poils des animaux : il s’agit là d’un mode de dissémination des graines particulier, la zoochorie, tout comme c’est le cas du petit fruit à grappins de l’aigremoine. (Books of Dante)

    (3) Arctium [en], in Flora of North America

     

    Caractéristiques du genre

    Les plantes du genre Arctium sont bisannuelles.

    Elles sont érigées, à feuilles abondantes, alternes, plus ou moins velues ou laineuses sur la face inférieure et en forme de cœur pour les plus basses, entières ou légèrement dentées. Les feuilles peuvent atteindre 71 cm de long, ce qui les fait parfois confondre avec de la rhubarbe, ou des plantes du genre Xanthium.

    Le pétiole est généralement creux.

    Les espèces d'Arctium fleurissent généralement de juillet à octobre.
    L'inflorescence se présente sous la forme de racèmes de capitules.
    Les capitules sont globuleux, à sommet aplati, avec des fleurs tubulées le plus souvent pourpres.
    L'involucre, communément appelé « teigne », est formé de très nombreuses bractées, chacune terminée par une soie en crochet.

     

    Description

     

    Parmi les 5 espèces de bardanes connues en France, on compte la petite bardane (Arctium minus) et surtout la grande (Arctium lappa).

    Ces robustes plantes de nos campagnes différent sur la question de la taille, puisque chez la petite tout est beaucoup plus petit (!?) que chez la grande. (Books of Dante)

    La petite Bardane : 1,3 m de hauteur, capitules de Ø 1-2 cm, des pédoncules plus courts que chez la grande.

    http://ekladata.com/hK8R48e5CCvSPIHRqc-PgDxqzM8/Bardane-petite-Ooreka.jpg

    Petite Bardane Arctium minus − photo Ooreka

    La grande Bardane, également appelée Bardane : officinale, commune, comestible, géante, majeure...* est une espèce de plantes herbacées, parfois cultivée comme plante potagère pour sa racine consommée comme légume.

    ____________________

    * Parfois appelée secondairement ou régionalement : Chou d'âne, Copeau, Grippe, Grippe-copeau, Herbe au teigneux, Herbe aux pouilleux, Herbe aux seigneurs, Napolier, Oreille-de-géant, Glouteron, Rhubarbe du diable... (anglais : Edible burdock, espagnol : bardana, chinois : Woo Bang Ja)

     

    C'est de la grande bardane dont je vais parler dans cette page, sachant que les autres sont aussi vertueuses *. Mais la « grande » taille de la « grande » bardane offre de confortables avantages... ;-)

    ____________________

    * Les diverses espèces de bardanes sont auto-fécondes, mais comme elles sont génétiquement très proches l'une de l'autre, elles s'hybrident facilement. Les insectes peuvent aussi parfois être à l’origine d’hybridation.

    Voir la Grande Bardane Arctium lappa [https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Grandebardane1.jpg]

     

    Plante bisannuelle, ou vivace, à développement spectaculaire, la grande bardane peut atteindre 2 m de hauteur.

    Grandes feuilles (30 à 50 cm) alternes, cordiformes, de couleur vert clair sur le dessus et blanc velouté (pubescentes) à la face inférieure, à long pétiole. Ces larges feuilles arrondies qui s’espacent et rapetissent en montant, lui donnent une allure pyramidale. (Books of Dante)

    De floraison estivale (juin-sept.), la hampe florale ne se développe que la seconde année et s’orne de fleurs violettes groupées (réunies en grappes) en capitules globuleux rose-violet de Ø 3-4 cm. Elles apparaissent en plein été (juillet-août).

    Ces inflorescences sont entourées d'un involucre formé de bractées très nombreuses à pointes recourbées formant crochets (les fameuses teignes), qui aident à leurs dissémination par les animaux (zoochorie).

    0-Bardane

    Bardane Arctium lappa − les petits crochets

    D'autre part, ce sont des fleurs mellifères !

    0-Bardane

    Les fruits sont des akènes, longs, comprimés, à courte aigrette.

    Sous terre, la racine pivotante, épaisse, charnue et volumineuse, peut s’enfoncer à près de 50 cm et peser plusieurs kilogrammes.

    Très rustique, la grande bardane peut supporter des températures jusqu'à −25° et en-deçà !

     

    Origine

    La grande bardane est une espèce originaire des régions tempérées de l'ancien monde : Europe (de Scandinavie à Méditerranée et des Îles Britanniques à la Russie), Asie (du Proche-Orient à la Chine et au Japon), ainsi que du sous-continent indien.

    Localisation

    La bardane s'est naturalisée par la culture un peu partout, en Afrique, Europe et dans toutes les régions de France, jusqu’à 1.800 m d’altitude.

    Grande et petite bardanes se développent sur sols riches en azote (friches nitrophiles), humus, ammoniaque et nitrates : ce sont des plantes typiques des terrains en friche proches des habitations, en bordure de chemin, dans les bois clairs, clairières, les décombres, talus, remblais, les terrains vagues, au pied des vieux murs…

    Du fait qu’elles poussent dans le voisinage de l’homme, on a dit qu’elles étaient des plantes compagnons. (Books of Dante)

     

    Usage médicinal

    Les herboristes de la Chine et de l'Inde anciennes employaient la bardane pour traiter les infections respiratoires, les abcès et les douleurs articulaires.

    Depuis le Moyen Âge, on emploie la bardane pour traiter la goutte, les tumeurs cancéreuses, les problèmes de peau, les maladies transmises sexuellement et les troubles de la vessie et des reins.

    Les Amérindiennes s'en servaient pour stimuler les contractions utérines durant un accouchement difficile. (Passeport-santé)

     

    Parties utilisées

    L’intérêt [en phytothérapie] pour la bardane se situe essentiellement sous la terre : c’est sa racine charnue [récoltée en avril avant floraison] que l’on utilise principalement, ses feuilles [fraîches] dans une moindre mesure (Books of Dante). Les semences, bien que peu étudiées, sont également utilisées.

    Composants

    Bardane racines et feuilles

    Photo agastache29

    • La racine [et le fruit] contient une très forte proportion d’inuline * +
      • quantités importantes de lappoline
      • tanins
      • huile essentielle
      • un certain nombre de sels minéraux et oligo-éléments (sels de calcium, magnésium, fer, sodium, potassium, phosphore…)
      • composés appelés polyènes qui, sous l’action des rayons ultraviolets, se transforment en substances fortement antibactériennes et antifongiques
      • hormones végétales
      • polyines (antifongique) et des acides phénols...

    ____________________

    * ... inuline, un mot dans lequel transparaît le nom d’une autre plante, Inula helenium, mieux connue comme étant la grande aunée, une substance présente dans la racine de nombreuses autres plantes de la famille des Astéracées (chicorée, pissenlit…). Cette inuline (50 à 70 % dans la racine de bardane) est un sucre qui se décompose ensuite en fructose et lévulose [(fructane, polysaccharide de fructose)]. Elle constitue les réserves énergétiques de la plante, comme d’autres le font avec l’amidon (la pomme de terre). (Books of Dante)

    • Feuille : une lactone (l’arctiopicrine) antibiotique comparable à la pénicilline

    0-Bardane

    Photo Ooreka

    • Fruit : arctigénine (inhibiteur de la croissance tumorale expérimentale et réduit la mutation des cellules)

     

    On y trouve aussi du mucilage, des flavonoïdes, des principes amers, des vitamines du groupe B (dont vitamine B2)...

     

    Propriétés et indications

    La Grande bardane est utilisée traditionnellement en tant que diurétique ou dépuratif sanguin, laxatif, dans le traitement des lithiases biliaires ou urinaires, et pour certaines affections musculo-squelettiques. (Wikipédia)

    L'activité détoxifiante, dépurative et hépatoprotectrice de la grande bardane (Arctium lappa) est reconnue dans diverses pharmacopées traditionnelles (5) (6). (Wikipédia)

    Les actions antibiotique et contre les dermatoses sont dues à un dérivé caféique.

    En résumé

    Usage interne : maladies de la peau (acné, eczéma suintant, furoncles, anthrax, abcès), goutte (arthrite), rhumatismes, diabète, syphilis, cystite chronique.

    Usage externe : séborrhée de la face, eczéma, soins de la peau, infections bucco-pharyngées, gingivites, pyorrhée alvéolo-dentaire, amygdalites.

    ____________________

    (5) Wichtl M., éditeur: Herbal Drugs and Phytopharmaceuticals: A Handbook for Practice on a Scientific Basis, 3° Edition. Stuttgart: Medpharm GmbH Scientific Publishers, 2004

    (6) Bradley PR editor, 1992. British Herbal Compendium: A Handbook of Scientific Information on Widely Used Plant Drugs, vol 1. Bournemouth: British Herbal Medicine Association

     

    Racine

    • Dépuratif (sanguin), laxatif, diurétique (éliminateur de l’acide urique)
    • Hépatoprotecteur, cholérétique (stimulant de la sécrétion de la bile), lithiase (calcul) biliaire ou urinaire
    • Détoxifiant (élimination par les reins, la peau et les muqueuses) ; en tant que draineur, la racine de bardane agit en profondeur sur les reins, le foie et l’intestin
    • Diaphorétique (induction de la sudation, sudorifique)
    • Antibactérien, microbicide : antibiotique (contre les bactéries à gram positifs : staphylocoque doré, streptocoque, pneumocoque), soins des dermatoses
    • Soulagement de certaines affections musculo-squelettiques, douleurs rhumatismales.
    • Antivénéneux, anti-infectieux urogénital, antisyphilitique
    • Hypoglycémiant (diminuant le taux de sucre dans le sang), antidiabétique
    • Topique (agissant uniquement à l’endroit de l’application : peau ou muqueuse)

     

    La racine employée pour traiter les affections cutanées liées à un excès de séborrhée, telles acné, furoncles et abcès (3).

    En herboristerie traditionnelle, la bardane (surtout l'huile extraite de sa racine) freine la chute des cheveux et prévient donc la calvitie. C'est pourquoi on la retrouve dans un grand nombre de formules de lotions capillaires (4) (Wikipédia)

    ____________________

    (3) Gérard Chenuet et al., Phytothérapie : la santé par les plantes, Vidal - Sélection du reader's digest, 2007 (ISBN 978-2-7098-1851-3)

    (4) herboristerie [archive]

    Décoction usage interne

    • 50 g de racine coupée en petits morceaux dans 1 litre d’eau.
    • Faites bouillir 15 à 20 minutes, laisser infuser 10 minutes.
    • Buvez plusieurs tasses par jour.

     

    Décoction usage externe

    • 100 g/litre pour application en friction.
    • Compresse tiède ou chaude (pour mûrir un furoncle)

     

    On prend aussi la bardane en extrait fluide (forme liquide en ampoules), gélule extrait sec dosée à 0,300 g chacune...

    Une macération alcoolique de la plante peut être préparée en herboristerie traditionnelle afin de conserver ses propriétés le plus longtemps possible.

    • La racine fraîche nécessite de l'alcool à 95°, 200 ml d'alcool pour 100 g de racines fraîches.
    • La racine sèche nécessite de l'alcool à 60°, 500 ml d'alcool pour 100 g de racines sèches (7).
    • La racine macère en général pendant 2 à 3 semaines avant d'être pressée.
    • Le liquide résultant est filtré puis mis en bouteille, et peut se conserver pendant plusieurs années. (Wikipédia)

    ____________________

    (7) « Moore, Michael, Materia Medica, 5e Édition, 1995 » [fr], sur AltheaProvence

     

    Acné, eczéma, psoriasis

    • Racine séchée. Prenez de 1 g à 2 g, 3 fois par jour.
    • Infusion. Infusez de 2 g à 6 g de racine séchée dans 250 ml (1 tasse) d’eau bouillante, pendant une dizaine de minutes. Buvez 3 tasses par jour.
    • Une décoction. Placez de 2 g à 6 g de poudre de racine séchée dans 250 ml (1 tasse) d'eau froide, amener à ébullition et laissez mijoter doucement durant 5 à 10 minutes. Filtrez et laissez refroidir. Buvez 3 tasses par jour.
      • Vous pouvez également appliquer, sur les parties atteintes, des compresses imbibées d’une décoction obtenue avec 25 g de racine dans 500 ml (2 tasses) d’eau.
    • Teinture (1:10, éthanol à 45 %). Prenez de 2 ml à 4 ml, 3 fois par jour. (Passeport-santé)

     

    Feuille : vulnéraire (guérissant blessures et plaies), Soins des dermatoses et des cheveux.

    Les feuilles sont utilisées en traitement d'appoint, en usage externe, pour soigner les prurits, crevasses, gerçures, et les piqûres d'insecte (4). (Wikipédia)

    ____________________

    (4) Gérard Chenuet et al., Phytothérapie : la santé par les plantes, Vidal - Sélection du reader's digest, 2007 (ISBN 978-2-7098-1851-3) 

    Chute des cheveux

    • Décoction de feuilles fraîches 15 à 20 g pour un litre d’eau,
    • Faites bouillir 20 mn à feu doux.

     

    Contre les morsures de serpents

    • Cataplasme de feuille fraîche écrasée.

     

    Semence : diurétique

    La semence se prend en infusion (4 à 6 g pour une tasse)

    0-Bardane

    Bardane Arctium Lappa − graine

    La décoction des petits fruits luisants développe la flore intestinale.

    • Après avoir fait bouillir de l'eau, plongez-y ces petits fruits parfumés.
    • Laissez-les bouillir quelques minutes puis laissez reposer.
    • Filtrez et buvez cette décoction qui peut être sucrée au miel.

     

    Précautions

    • Une fois arrachée, [la bardane doit] être immédiatement utilisée, en prenant soin de bien l’envelopper dans un linge et de l’entreposer dans un endroit frais (bac à légumes du réfrigérateur, à la cave). La racine de bardane ne supporte pas la dessiccation. Une fois sèche, elle perd quasiment toutes ses propriétés. Aussi, si vous rencontrez dans un magasin bio de la racine sèche de bardane en sachet kraft, abstenez-vous, elle ne vous servirait à (presque) rien.
      (Books of Dante)
    • Évitez de prendre de trop grandes quantités de racine de bardane durant la grossesse (surtout au début de la gestation) parce qu'on lui attribue une action ocytocique.
      (Passeport-santé)
    • Rappelons que les graines ingérées peuvent causer des irritations du tube digestif chez les animaux domestiques.

     

    Contre-indications et effets indésirables

     La consommation de bardane est considérée comme sans danger pour l’être humain.

    • Certaines personnes sont allergiques aux plantes de la famille des composées (laitue, artichaut, chicorée, endive et tournesol, par exemple), mais ce sont des « cas d'allergie » rares. Notons que les Japonais et les Chinois en mangent depuis des millénaires.

     

    Interactions

    • avec des plantes ou des suppléments : théoriquement, les effets de la bardane pourraient s'ajouter à ceux des plantes ou des suppléments ayant un effet hypoglycémiant ou antiplaquettaire.
    • avec des médicaments : théoriquement, les effets de la bardane pourraient s'ajouter à ceux des médicaments hypoglycémiants ou antiplaquettaires. (Passeport-santé)

     

     

    Cuisine

    La racine de bardane, grillée à la poêle... très yang ! La racine de bardane, sautée avec des carottes, à la manière des Japonais...

    La bardane est un légume sauvage ancien... qui a offert une belle provende dans des temps reculés.

    Dans le Capitulaire De Villis (au Moyen Âge, fin du VIIIe ou début du IXe siècle), elle fait partie des plantes dont la culture est recommandée dans les domaines royaux par Charlemagne.

    Malheureusement, c'est aujourd'hui un légume abandonné − à cause vraisemblablement de son amertume (moins prononcée chez les très jeunes tiges) guère appréciée de nos jours − sauf au Japon.

    0-Bardane

    Gobō salad − salade de la bardane japonaise

    Les racines, les jeunes pousses, les feuilles et les côtes des grandes feuilles de la grande bardane Arctium lappa sont comestibles. Leur consommation (surtout la racine), peu courante en Europe, est un légume populaire au Japon sous le nom de gobo (牛蒡 : nom japonais, de Große Klette) et en Chine (Ngau Pong)

    • la racine de bardane peut être consommée crue une fois râpée, ou cuite à l"eau, accommodée à la manière des salsifis, sautée ou en gratin ;
    • les jeunes pousses, cuites à l'eau, peuvent se manger comme des asperges.
    • Je n'ai pas tenté de cuisiner les feuilles [crues en salade ou cuites comme des épinards] car elles me semblaient vraiment trop charnues ! (agastache29)
    • Par contre on a tenté de cuire [à l'eau] les pétioles [les côtes] mais après 30 min de cuisson les tiges étaient toujours aussi dures et fibreuses, très fibreuses ! (agastache29)

     

    Les racines se cuisinent donc comme les salsifis

    • La préparation n'est pas des plus rapides...
      • les racines fourchues sont difficiles à éplucher et ont une forte tendance à noircir les doigts : il faut les tremper dans de l'eau citronnée après épluchage pour éviter ce noircissement ;
      • elles ont cuit quand même 45 min à la cocotte minute.
    • Ensuite je les ai mises dans un plat et recouvertes d'une sauce béchamel avec du comté râpé.
    • Puis j'ai placé le plat sous le grill du four.

    La [racine de] bardane a un goût discret proche de celui du cœur d'artichaut. La texture reste assez ferme. J'ai apprécié de pouvoir goûter ce légume. (agastache29)

     

    2 idées de recettes avec les racines de bardane

     

    En Chine et au Japon on trouve parfois la racine de bardane conservée, comme des cornichons, dans une sauce sucrée ou vinaigrée. D’ailleurs, certains cultivars japonais ont été mis au point afin de réduire la taille des feuilles et d’augmenter la saveur des racines.

    En période de disette, la racine de bardane fut utilisée comme ersatz de café, et de ses feuilles on fit un succédané du tabac. (Books of Dante)

    Voir aussi

     

     

    Culture et jardinage

    De culture et d'entretien faciles, la grande bardane préfère un sol frais (pleine terre au pH neutre), profond, bien travaillé (drainé) et riche en humus (ou terreau)

    Son exposition peut être ensoleillée ou à mi-ombre. Ses besoins en eau sont moyens.

    La bardane est très réactive aux engrais azotés.

    La multiplication se fait par semis réalisés en pépinière ou directement en pleine terre, d’avril à juin, voire en septembre.

    La période de récolte, longue (jusqu'à mi-novembre), intervient de 3 à 4 mois après le semis. Au-delà les racines risquent de devenir trop fibreuses.

    Jetez un œil sur la fiche récapitulative de Ooreka

     

    Écologie

    • La partie aérienne de la plante, coupée et disposée sur le sol, éloigne les doryphores des pommes de terre.

     

    Le paillage à base de bardane broyée permettrait de lutter contre le mildiou. En effet, la bardane a la capacité de « concentrer » les ions de cuivre et peut donc être un bon fongicide.

    • Broyez et séchez les feuilles et les racines avant de les disposer autour d’une plante.

     

    Le purin de bardane, extrait fermenté de la plante, utilisé en agriculture biologique, contiendrait de la potasse ainsi qu'un pouvoir restructurant.
    Source : Purin et compagnie aux éditions du Terran. (Wikipédia)

    • Faites fermenter 100 g de feuilles / litre d’eau (1 kg / 10 litres d'eau)
    • Puis pulvérisez la décoction (diluée à 5-10 %) sur les plants malades, en cas de forte attaque de mildiou.
    • Ce purin est encore plus efficace mélangé à celui d'ortie.

     

    Voir aussi

     

    Ennemi

    La chenille du papillon de jour (rhopalocère) suivant se nourrit de Bardane :

     

    * Curieux

    Les composants de la Grande bardane peuvent se lier à des composés toxiques tels que les polycholorobenzènes (PCB), et ainsi faciliter leur élimination. L'action hépatoprotectrice de divers éléments de la grande bardane a ainsi pu être testée expérimentalement. Les acides caféoylquiniques présents en quantité importante dans la grande bardane ont quant à eux une activité reconnue contre plusieurs agents hépatotoxiques.

    Finalement, la grande bardane réduit l'absorption intestinale de cholestérol et de lipides, ainsi que la formation d'acides lithocolique et désoxycholique. Ces observations expérimentales corroborent ainsi l'utilisation traditionnelle de la grande bardane comme hépatoprotecteur, dépuratif et détoxicant.

    La Grande bardane est aussi utilisée dans le traitement de maladies de la peau, en particulier l'acné. Cette action est en partie liée à son activité dépurative et détoxifiante, à la stimulation de l'activité hépatobiliaire et de la diurèse.

    De plus, la grande bardane possède une activité anti-inflammatoire et anti-oxydante, et l'on sait que la formation excessive de radicaux libres dans la peau joue un rôle dans la pathogenèse de l'acné et d'autres dermatites. Finalement, les acides caféoylquiniques protègent le collagène cutané des altérations induites par le rayonnement solaire ou les U.V. artificiels, et inhibent la hyaluronidase.

    (Wikipédia)

    Recherches sur la Bardane

     

    * Curiosités

    La bardane, outre son implication médicinale dans la vie quotidienne des hommes, a aussi été une plante liée au domaine spirituel. Déjà, il y a 2000 ans Pline indiquait qu’elle faisait partie des plantes favorites des druides. Plus tard, on la retrouvera dans le cortège des plantes solsticiales et de celles que l’on jette (entre autres) dans le feu lors de la Saint-Jean afin de se prémunir de l’orage. En Grèce, l’on procédait à un rituel étonnant comme le rapporte Angelo de Gubernatis (La mythologie des plantes, Tome 2, p. 34) : « L’homme frappé par l’aërico [un démon de la forêt] se soigne à l’aide de la bardane. On trempe du pain dans le vin, et on le répand sur la bardane aux larges feuilles. En même temps, les prêtres, par la lecture de l’Évangile, doivent exorciser le diable ». (Books of Dante)

    La bardane est utilisée depuis le Moyen âge pour traiter la goutte, les tumeurs cancéreuses et certaines maladies transmissibles sexuellement. Il est dit que la racine de bardane aurait servi à soigner Henri III de la syphilis.

    En peinture [la bardane] symbolise la vertu notamment dans les tableaux de l'école allemande et hollandaise du XVIIe siècle, par exemple dans le tableau de Aelbert Jacobsz Cuyp (1620-1691) Lady and Gentleman on Horseback (Wildener collection at the National Gallery of Art, Washington, DC, USA). (Wikipédia)

    Le capitule de la bardane a inspiré George de Mestral, inventeur du Velcro en 1948 !

    0-Bardane

     

    0-Bardane

    Du « Velcro » dans la nature
    au Velcro synthétique

    (photos thinkjarcollective.com et openupblog.blogspot.com)

     

    * Sources

     

    Bel article

    Voici le lien pour l'article de Books of Dante en son entier :

     

    À lire aussi

    de Santé Nature Innovation

     

    Notes et références

     

     

     

    haut de page

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer