• 2-Herbiers

    Page en construction

    Les herbiers

    Un herbier est une collection de plantes séchées, généralement pressées et conservées sur des feuilles de papier, en vue de leur consultation et de leur étude. Tela Botanica

    Graminées-Herbes Émilie38

    L'herbier d'Émilie : Graminées-Herbes

    Votre herbier !

    Ce chapitre, inspiré d'un MOOC de Tela Botanica, propose de vous initier à la confection d'un herbier : Pour garder une trace de vos observations.

    Vous pouvez auparavant consulter la session Pour identifier une plante qui vous évitera des erreurs et si vous voulez diversifier vos cueillettes qui enrichiront vos herbiers !

    Enregistrer ses découvertes

    Si vous voulez garder une trace de vos observations de plantes vous pouvez confectionner un herbier. Dans cette vidéo, Enregistrer ses découvertes, on vous explique la méthode pour réaliser des herbiers photographiques ou physiques. Comment bien récolter une plante, les renseignements qu'il ne faut pas oublier de noter, etc. Pour tout savoir, c'est dans cette vidéo !

    [https://vimeo.com/171400114] par Tela Botanica sur Vimeo

    Script de la vidéo - Glossaire : #inflorescence [archive]

    2 méthodes complémentaires, la réalisation d’un herbier photographique et
    la réalisation d’un herbier physique.

    1. Photographier une plante
    Il est nécessaire de réaliser une photographie d’ensemble de la plante ainsi que des détails
    de certaines parties : inflorescence, feuilles. Nous pouvons ainsi réaliser ces photos sur cette
    pâquerette d’automne, espèce très proche de la pâquerette commune que l’on trouve dans
    tous les jardins. Une fois les photographies faites, il faut noter certains caractères qui ne
    seraient pas visibles : date de la photo, lieu, habitat de la plante, taille de la plante ou tout
    autre information qui serait utile.

    2. Mettre la plante en herbier
    On peut également procéder à la mise en herbier d’un échantillon. Pour cela il faut s’assurer
    de ne pas collecter d’espèces protégées et de ne pas mettre en péril la station. Revenons à
    notre pâquerette, on collecte la plante entière ou un échantillon suffisamment grand que
    l’on va mettre sous presse. J’utilise un grand modèle fabriqué spécialement pour ça, mais
    vous pouvez aussi utiliser du papier journal et un annuaire dans un premier temps. Le
    principe est de presser la plante afin de la sécher à plat en conservant le maximum de
    caractères indicatifs. Certains caractères, la couleur des fleurs par exemple, peuvent
    disparaître au pressage, il est donc nécessaire de les noter. Quand vous serez de retour au
    bureau, vous devez penser régulièrement à changer les feuilles des journaux afin d’éviter
    que la plante collectée ne moisisse.

    3. Créer la part d’herbier
    Au bout d’une dizaine de jours de séchage, on peut procéder au montage de la part
    d’herbier, c’est-à-dire une fiche d’identification de la plante qui comporte une étiquette,
    avec les informations scientifiques. Pour créer une part d’herbier on va scotcher
    l’échantillon sur une feuille, ici une feuille A3 mais vous pouvez aussi utilisez du A4, à l’aide de papier gommé ou de Scotch. Puis on colle l’étiquette qui indique au minimum : le lieu
    précis, la date de collecte et les informations notées sur le terrain ainsi que le nom et la
    famille si vous avez réussi à identifier l’échantillon. On glisse ensuite la part, plante
    scotchée et étiquette dans une chemise en papier cartonné. On peut aussi utiliser des
    pochettes transparentes mais il y a un risque de moisissure de l’échantillon si celui ci n’a pas
    été suffisamment bien séché.

    4. Publier sur une base de données
    Enfin, on pourra rentrer dans une base de données les informations que l’on a notées par
    exemple en utilisant l'outil carnet en ligne de Tela botanica. Pour la photographie, il est
    important de bien organiser ses photographies en notant : la date, le lieu et l’identification
    provisoire si l’on a réussi à la réaliser. Et l’outil carnet en ligne est très utile pour réaliser
    également les étiquettes pour son herbier.

    Éthique de la botanique

    Certaines plantes sont plus rares que d'autres et parfois même classées espèces protégées. Il est important de faire attention à cela avant de les ramasser ou même de les photographier. Récapitulatif des règles de base dans cette vidéo.

    [https://vimeo.com/171400843] par Tela Botanica sur Vimeo

    Script de la vidéo

    1. Attention aux espèces protégées
    Certaines espèces sont protégées, il est interdit de les collecter ou de les détruire.
    L’interdiction peut être nationale, régionale ou départementale. Des textes de loi listent les
    espèces protégées.

    2. Pourquoi les protéger ?
    Il y a trois grandes raisons à la disparition ou à la raréfaction de certaines plantes.

    1. Tout d’abord de nombreuses espèces ont été victimes de l’urbanisation,
    2. ensuite il y a eu dans le passé des pillages massifs de certaines stations,
    3. enfin, on pratiquait autrefois des centuries, c’est-à-dire des séries numérotées de cent parts d’herbier qui étaient ensuite diffusées ou vendues.

    Même lorsque la plante n’est pas protégée il y a quelques précautions à respecter. Estimer
    le nombre de pieds et ne pas collecter s’il y a moins de 20 pieds. Ici il y a plus de 20 pieds, on
    peut collecter.

    3. les règles pour photographier
    Même pour réaliser des photos il y a quelques règles à respecter, par exemple il faut veiller
    à ne pas tout piétiner autour de la plante que l’on veut photographier. Cela est
    particulièrement vrai lorsque l’on est en groupe. Cela a déjà pu conduire à la disparition de
    stations de plantes rares, de même il vaut mieux éviter, dans la mesure du possible
    d’arracher ou de piétiner les espèces autour de la plante cible même ci cela permet de
    mieux la photographier.

    4. Que faire en cas de découverte d’une plante rare ?
    Lorsqu’on a découvert une espèce rare, il est très important d’en avertir les organismes
    compétents. Il faut donc faire une photographie avec la localisation de la plante pour
    confirmation pour garder une trace de la découverte et envoyer à l’un de ces organismes :

    • conservatoire botanique national,
    • conservatoire des espaces naturels,
    • association de botanistes.

     

    Ces organismes existent dans toutes les régions, vous trouverez leurs adresses
    dans les ressources complémentaires. Vous contribuerez ainsi à protéger cette espèce.

    Ressources complémentaires

    Pour ci-dessus "Votre herbier !" (vidéos 1 et 2)

    Articles

    Conseils

     

    « Voyages botaniques »

    Une chaîne YouTube dédiée à la botanique

    Retrouver l’ensemble des vidéos de la chaîne sur cette page

    Tela Botanica [archive sans vidéo]

    HERBIERS #1 - Comment faire un herbier scientifique ?

    [https://www.youtube.com/watch?v=VegQaGWcrvk] YouTube 15 décembre 2020

    HERBIERS #2 - Réaliser un herbier de plantes médicinales et comestibles

    [https://www.youtube.com/watch?v=FoQdu34G55k] YouTube 26 décembre 2020

    Chaînes YouTube, voir aussi

    Le Chemin de la Nature

    Noé mie dont Herbier #1 : mode d'emploi - article Confection d’un herbier

     

    « L’herbier, des pétales aux pixels »

    Un documentaire de Marie-Christine Fourneaux produit par Les films du Sud, diffusé le 26 octobre 2020 sur France 3 Occitanie.

    Il a été tourné pendant le projet de numérisation des collections naturalistes, ReColNat, dans l’herbier de l’Université de Montpellier et la plateforme des prestataires.

    Tela Botanica [archive sans vidéo]

    TEASER [https://vimeo.com/388291550] Viméo février 2020 - En REPLAY

    L'herbier, des pétales aux pixels : un documentaire qui nous plonge dans l'univers méconnu de la botanique

    Le vénérable herbier de l’Université de Montpellier est en ébullition : un essaim de botanistes s’affaire à numériser sur trois ans trois millions de plantes venues de tous temps et de tous horizons.

    Pourquoi consacrer tant de temps et de moyens à des plantes « mortes » alors que des espèces végétales disparaissent régulièrement de notre planète, victimes du dérèglement climatique et de l’activité humaine ?

    De l’ombre des étagères à la lumière du scanner, des pétales aux pixels, le documentaire de Marie-Christine Fourneaux nous raconte l’univers singulier de la botanique, du monde végétal et de ses mystères.

    France 3 Occitanie [archive sans vidéo]

     

    __________

    Documentation

    Anna Atkins

    Le 19 mars 2015, Tela Botanica consacrait un article sur Anna Atkins, pionnière de la photographie en Botanique, à l'occasion des 216 ans de la botaniste britannique, née le 16 mars 1799 (morte en 1871)

    Jacques-Julien Houtou de la Billardière (Gallica) [archive]

    Jacques-Julien Houtou de La Billardière est un botaniste français (1755-1834) qui participe aux grandes expéditions de découverte des terres australes à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. En particulier, il fait partie de l’expédition d’Entrecasteaux lancée sur les traces de La Pérouse, disparu durant son exploration de l’Océanie.

    Jean-François Gaulthier (Gaulthérie)

    La gaulthérie doit son nom à Jean-François Gaulthier (1708-1756), médecin-botaniste du roi au Québec. Il remarque que les Inuits et les Indiens du Canada mâchent ou font infuser depuis l’aube des temps des feuilles de gaulthérie pour faire tomber la fièvre et apaiser la douleur.

    Jean-Marie Pelt

    Pharmacien de formation, botaniste mais surtout écologiste, Jean-Marie Pelt était connu du grand public, grâce notamment à ses nombreuses émissions et documentaires pour la télévision, comme "L’Aventure des plantes", ses interventions à la radio - CO2 mon amour avec Denis Cheissoux, animateur France-Inter -, ses multiples ouvrages sur l’histoire des plantes, l’évolution, l’écologie, ou encore ses conférences... Né en 1933, il s'est éteint le mercredi 23 décembre 2015, à l'âge de 82 ans.

    Maurice Mességué

    Maurice Mességué (né le 14 décembre 1921, décédé le 16 juin 2017) est un passionné d'herboristerie et écrivain français qui a contribué à vulgariser l'utilisation des plantes médicinales auprès du grand public dans les années 1970 par de nombreux ouvrages. Il est considéré comme l'un des précurseurs en Europe de la phytothérapie, anticipant de plusieurs années un mouvement vers un retour à l'utilisation des plantes en matière de bien-être et de beauté.

    Spécimen d'herbier de divers Nepenthes au MNHN de Paris

    Spécimen d'herbier de divers Nepenthes au MNHN de Paris, France, par François MEY, CC BY-SA, Wikipédia

    Divers

    Cueillir les plantes sauvages

    De Kew aux Jardins botaniques royaux

    École de Salerne

    Georges BOUVET (1850-1929) et son herbier de mousses et de lichen

    Georges Bouvet est un pharmacien et naturaliste angevin né le 27 Juillet 1850 à Angers (49-Maine-et-Loire) et décédé en 1929 dans la même ville. (Tela Botanica)

    HERBIER Gérard AYMONIN (Encyclopædia Universalis en ligne)  

    Herbier « calme-pique » (Piqûres et morsures d’insectes)

    Herbier du savonnier (Info Savon)

    Herbier médicinal (Passeport-santé)

    Herbier plantes médicinales (Ladrôme)

    L'Herbier du blog de Gallica

    Les herbonautes - Les Herbonautes font peau neuve ! (Tela Botanica)

    Phytothérapie & Herboristerie

    Pots pharmaceutiques (XVIIe siècle) [Books of] Dante [archive]

    Tela Botanica (francophone)

     

     

     

    haut de page