• 2-Le gland du chêne Quercus

    Page créée le 16 juillet 2021

    Le gland du chêne Quercus

    Le fruit du chêne est un akène * appelé gland, fixé dans une structure appelée cupule. Le gland du Chêne pédonculé possède un long pédoncule alors que celui du Chêne sessile possède un pédoncule court. Chaque gland contient une graine (rarement 2 ou 3) et met pour mûrir 6 à 18  mois selon l'espèce.

    Des glands !

    ------

    * Voir aussi Baie, Arille, Drupe ou Capsule ?

    Vu dans Chênes Quercus (pdf)

    "Chêne" est le nom vernaculaire de nombreuses espèces d'arbres et d'arbustes appartenant au genre Quercus, et à certains genres apparentés de la famille des Fagacées (anciennement Cupulifères)

    Le Chêne est l'arbre le plus répandu en France, avant le Pin. Il représente 40% des essences, feuillus et conifères confondus. Il est très utilisé en ébénisterie et menuiserie. (Site de l'ONF)

    On distingue deux grandes catégories de Chênes

    ceux dont le feuillage est caduc, tombant en automne, parfois au printemps - Chêne rouge, Chêne chevelu, Chêne pubescent, Chêne tauzin et Chêne rouvre ;

    ceux dont les feuilles sont persistantes, arbres poussant surtout sur les rivages méditerranéens - Chêne vert, Chêne kermès et Chêne-liège - ainsi qu'en zones subtropicales et tropicales en Amérique et en Asie.

    Les premiers, généralement plus grands, ont des feuilles divisées en lobes ou crénelées ;

    les seconds ont des feuilles entières ou à dents épineuses. Les espèces tropicales ont des feuilles entières, comparables à la forme de certaines Lauracées (Camphrier, etc.). Le bord de la feuille n'est pas denté. Les nervures sont très visibles.

    Glands et cupule

    Récolte des glands

    Rappel. De manière générale, et ce pour toute cueillette de plantes sauvages, choisissez bien un lieu exempt de toute pollution. Évitez donc toutes les zones agricoles intensives, les espaces urbains, les bords de route, etc. Ramassez toujours par temps clair et sec, en milieu de matinée une fois la rosée évaporée.

    Même si le gland n’est plus au centre de l'alimentation des Amérindiens, ils continuent d'en consommer et ont conservé des règles de collecte. "Laisser un peu de ce qui est récolté pour les autres animaux" et "Ne pas perdre ce qui a été récolté" (LaNutrition.fr)

    Au mois de septembre les Chênes laissent tomber au sol leurs glands mûrs. Durant cette période, il est facile de les ramasser au pied des arbres.

    Choisissez toujours des glands sains de l’année en évitant tous les glands noircis, moisis et véreux : vérifiez pour cela la présence de trous dans le fruit, signe qu’un habitant y a peut-être élu domicile. Croquer un gland permet de vous rendre compte de sa "tanicité" : les tanins sont amers et astringents.

    Récoltez les glands dans un sac en papier ou un panier, jamais dans un contenant plastique. Par la suite, de retour chez vous, il faudra retirer leur coque et les concasser grossièrement en vue de leur conservation (voir plus bas)

    ------

    D'après Melle Apothicaire - Natures Paul Keirn

    Voir aussi Le livret des cueillettes (pdf p.6)

    Avertissement. La préparation des glands pour la consommation est longue et/ou peu pratique, peu économique en énergie pour ceux qui vivent en ville. De plus, il faut de la place pour entreposer les réserves, surtout si l'on a d'autres plantes stockées, ce qui n'est pas évident quand on habite un petit appartement... Ceci dit, il est intéressant de connaître les ressources que nos arbres nous offrent. Un jour, cela peut être fort utile... On ne sait jamais.

    Consommation des glands

    Nous, Kabyles, Algériens montagnards, adorons les glands du chêne, nous les mangeons crus à la manière des amandes, ou comme des cacahuètes : nous les faisons griller sur une plaque en fonte jusqu’à ce que la coque s’ouvre toute seule, nous sortons les glands pour finir de les faire griller et les manger (grillés comme cela, ils ne sont pas amers mais ont plutôt un goût de châtaignes). Chez nous il y a plusieurs sortes de glands, il y en a des succulents. Ils se vendent partout en Algérie au kilo et c’est pas cher du tout. (Des internautes)

    Une base alimentaire très ancienne

    Les croyances, l'économie et la culture des groupes humains sont souvent fondées sur des matières premières locales dominantes... (suite Natures Paul Keirn)

    Tout au long de l’histoire, les glands furent utilisés par certains peuples pour remplacer le blé lorsque les récoltes étaient insuffisantes, les préservant ainsi de la famine. Les tribus celtes de l'actuelle Bretagne, sous la férule des Romains, contraient les disettes en se nourrissant de glands

    Selon plusieurs sources, les Indiens d'Amérique du Nord, il y a très longtemps déjà, consommaient beaucoup de glands, comme en Californie où le chêne est abondant. "En fait, pour la plupart des peuples indigènes, le gland était la base de la vie durant des millénaires" dit Kat Anderson, ethnobotaniste.*

    ------

    * Ce livre peut vous intéresser (en anglais) "Eating acorns" (livre - acorn = gland en anglais)

    Sources d'après LaNutrition.fr - Melle Apothicaire - internautes

    Dans la consommation humaine, les glands servent pour faire une farine, grillés comme les châtaignes ou substitut de café, voire confits au sucre comme les marrons glacés ou fermentés pour donner une boisson pétillante (appelée "piquette de glands").

     

    La Piquette de glands

    Comme son nom l'indique ce n'est pas un grand cru millésimé, mais une boisson ancienne, délicieuse, saine et tonique. Amusante à préparer avec les enfants !

    • Ustensile : une bouteille de limonade (vide) fermant avec un fermoir métallique
    • Ingrédients : une vingtaine de gros glands (mais pas trop à cause du goulot de la bouteille !), de l'eau, l'équivalent de 2 morceaux de sucre, vinaigre (d'alcool, 1 c. à c.)
    • Lavez les glands dans une bassine, ceux qui flottent sont à jeter (présence de vers), ne gardez que les sains. Faites en sorte d'en sélectionner ± 20.
    • Épluchez les glands (écorce + peau qui recouvre l'amande)
    • Mettez-les dans la bouteille, sur une hauteur de 8-10 centimètres.
    • Ajoutez l'eau pour remplir la bouteille.
    • Puis le sucre et le vinaigre.
    • Bouchez.
    • Rangez à l'abri de la lumière pendant 1 mois, jusqu'à ce que ça pétille.

    Voilà, goûtez, buvez ! Lorsque vous ouvrirez la bouteille, faites-le à l'extérieur et munissez-vous d'un verre : ça pétille tellement que presque la moitié du liquide s'échappe avant qu'on ait pu réagir ! Pour la suite vous pouvez rajouter de l'eau, du sucre, du vinaigre, et attendre 4 ou 5 jours supplémentaires, et ainsi de suite...

    ------

    Sources culte-du-gland forum - Papillons & Jardin

     

    On extrait aussi l'huile des glands par pression

    On obtient un liquide blanc et sirupeux que l'on purifie ensuite en le faisant bouillir et en recueillant l'huile à la surface.

    ------

    Vu dans Chênes Quercus (pdf p.9 "Usages alimentaires")

    L’huile de glands contient des omégas 3 et 4. Elle est pleine de vitamines et d’oligoéléments qui favorisent la croissance des enfants.

    Elle renforce le transit intestinal, aide à la repousse des cheveux et prévient du cancer du larynx.

    Moins chère à produire, l’huile de glands peut se transporter en poudre lyophilisée.

    ------

    Vu dans Secret News

     

    La composition nutritionnelle des glands

    De plus en plus de chercheurs et nutritionnistes appellent à la réintroduction des glands dans nos assiettes.

    Forêt de chênes

    Il existe de nombreuses variétés de chênes et la composition nutritionnelle des glands est variable en fonction de l’espèce et de l’environnement local. Cependant, d'une manière générale, les glands sont plus caloriques par unité de poids que les grains de céréales - source d'amidon (sucres complexes), on les dit "hyper rassasiants". Cependant les glands possèdent des index glycémique et insulinémique bas, ce qui les rend intéressants comme protection contre l’augmentation du glucose sanguin après les repas. De plus :

    ------

    D'après

    Dawn Starin [en] [archive] [archive plus ancienne]

    LaNutrition.fr

     

    Les tanins

    La quantité de tanins (1) dans les glands varie selon l'espèce. Ces mêmes tanins donnent une sensation sèche et "râpeuse" en bouche, soit de l'astringence.

    (1) Si une plante est riche en tanins, on dit qu’elle est astringente. Parmi les plantes riches en tanins, à l’extrême nous avons le chêne, plante très astringente avec écorce, feuille et surtout sa galle qui contient jusqu’à 70% de tanins. C’est quasiment du pur tanin, ce n'est pas très intéressant pour nous. Ainsi le chêne, plante très astringente, finit par être mal toléré et même par irriter les muqueuses.

    ------

    Source et suite

    À quoi servent les tanins ? (Althéa Provence) [archive sans vidéo]

    Voir aussi Chênes Quercus (pdf p. 25 et suiv.)

    D'où la nécessité de faire cuire les glands dans plusieurs bouillons successifs (2) avant de les sécher, car les tanins les rendent plus ou moins indigestes selon l'espèce.

    Les glands du Chêne vert Quercus ilex var. macrocarpa (3), du Chêne à gros fruits (Q. macrocarpa), du Chêne blanc (Q. alba), du Chêne bicolore (Q. bicolor), sont relativement doux tandis qu'il vaut mieux éviter, autant que possible, ceux du Chêne rouge (Q. rubra). En effet, les glands des premiers chênes cités contiennent moins de tanins que ceux du dernier (le chêne rouge).

    (3) Originaire d’Espagne du sud, la variété macrocarpa a des glands comestibles très gros et allongés. Cette sous-espèce communément appelée "Chêne vert à glands doux" est cultivé dans le bassin méditerranéen, en particulier en Afrique du Nord. Elle a les mêmes exigences climatiques que le Chêne vert standard et ses fruits, au goût comparable aux Châtaignes, sont d'autant plus doux que le climat est chaud

    ------

    Vu dans Chênes Quercus (pdf p.10)

     

    Usage culinaire des glands

    Les glands ont un goût de terre et de noisette, comme de petites châtaignes, un peu plus brutes. Cru, il n’est pas mangeable (bien que certains le consomment ainsi) :

    "Un gland frais a un goût de cérumen. Il fait se froncer la langue, dessèche la bouche et laisse une amertume qui demeure longtemps après qu’on l’a recraché".

    ------

    Dans la forêt, Jean Hegland (Gallmeister 2017) 

    Voir Le livret des cueillettes (pdf p.20)

     

    Purée de glands

    La préparation de cette purée est gourmande en eau et en énergie - il faut faire bouillir dans plusieurs eaux (2). Elle se prête bien pour les personnes cuisinant sur un fourneau qui assure également le chauffage. Elle ne présente pas grand avantage (ni économique ni écologique) pour les personnes disposant d'une gazinière ou de plaques électriques...

    Voici toutefois la méthode, peu économique cependant en eau et en énergie

    • entaillez ou concassez les glands puis plongez-les dans de l'eau portée à ébullition pendant 15 minutes pour faciliter l'écorçage.
    • L’eau devient brunâtre, c’est bon signe : les tanins s’en vont.
    • Puis peu à peu, l'eau passe de teinte chocolat léger à rose.
    • Quand la couleur ne change plus, jetez l'eau.
    • Écorcez alors les glands (enlevez d’abord l’enveloppe extérieure, puis la petite peau plus fine qui se trouve en-dessous) puis hachez les amandes (c'est-à-dire les glands écorcés).
    • Faites une deuxième ébullition, puis autant de fois que nécessaire pour que l'eau reste claire : comptez en principe trois ébullitions.
    • Goûtez : le "goût tanin" et amer doit avoir disparu.
    • Égouttez, écrasez gros ou découpez en rondelles.
    • Puis utilisez pour faire du pain.
    • Ou laissez sécher sur des clayettes et conservez dans des bocaux en verre.

    -

    (2) Éviter ces plusieurs eaux qui enlèvent les tanins mais aussi une partie des nutriments

    • mettez les glands concassés dans un sac en toile de jute (genre sac à pommes de terre, ou tout autre fibre laissant passer l'eau) à plonger dans un ruisseau 3 jours, non sans poser quelques pierres dessus.
    • Les glands, lavés ainsi, ne devraient plus être amers.
    • L’eau est claire dès la 1ère cuisson. 10 minutes suffisent.
    • Égouttez, enlevez les 2 peaux, broyez.
    • Puis utilisez pour faire du pain.
    • Ou laissez sécher sur des clayettes et conservez dans des bocaux en verre.

    -

    Deux additifs permettent d'accélérer le processus d'extraction des tanins

    • Les Amérindiens ajoutent à l'eau une grosse poignée de cendres de feu de bois : la potasse contenue dans la cendre capte les tanins.
    • Les Corses ont, quant à eux, toujours utilisé une poignée d'argile : l'argile permet également de capturer les tanins.

    -

    Ensuite, faites sécher les glands pour une utilisation ultérieure (ci-dessous) ou utilisez-les sans attendre en les pilant avec de l'eau pour former une pâte, style pâte à pain.

     

    Exemples d'utilisation de la purée de gland

    • Transformez directement les glands bouillis en purée, avec un peu de beurre, d’oignons et de sel, excellente pour accompagner une viande blanche comme une rouge. Essayez
      • un rôti de veau avec purée de glands aromatisée aux oignons rouges et gingembre,
      • un filet de sanglier avec purée de glands et d’oignons des Cévennes... (Miloud)
    • Une fois séchés, écrasés ou en rondelles pour agrémenter les potages (Agnès),
    • concassés comme condiments dans les salades (Melle Apothicaire)
    • Original à Noël, meilleur marché, plus digeste et savoureux : les glands une fois bouillis et coupés en lamelles pour accompagner cèpes et confit ou magret de canard, il ne vous restera qu’à trouver la bonne bouteille pour accompagner le tout ! (Miloud)
    • Essayez une volaille avec des glands rôtis un peu d’ail et des oignons (Miloud)
    • La poudre de gland, moulu très fin après torréfaction, peut servir de condiment alimentaire, incorporée dans les gâteaux, les galettes ou les pains (Melle Apothicaire) ou en boisson.
    • Une touche sucrée avec la tarte ou la confiture de glands.

    Le pâté de glands

    • Ajoutez à la purée de l'huile d'olive, des oignons, des poireaux hachés, de l'ail, du sel et du genièvre haché.
    • Laissez cuire au four à feu moyen dans un moule.
    • Mangez froid.

     

    La tarte aux glands

    • Ajoutez à la purée yaourt, crème fraîche, miel, raisins secs et lait pour obtenir un mélange pas trop épais.
    • Aromatisez de gingembre ou de cannelle.
    • Versez sur un fond de tarte (pâte sablée) et laissez cuire au four.

     

    La confiture de glands

    • Dans une casserole mettez le sucre, le sucre vanillé, les bâtonnets de cannelle, l'eau
    • Faites-les cuire sur feu moyen 18 minutes.
    • Ajoutez les glands réduits en poudre et mélangez bien.
    • Laissez cuire à feu doux pendant 30 minutes.
    • Mettez la confiture dans des bocaux, laissez refroidir avant de les entreposer au frais.

    ------

    Culinaire Amoula [archive]

    Une pâte à tartiner :  Aujourd’hui au Portugal, dans la région du Sud, on fait des pâtes à tartiner et tout plein de choses dérivées du gland. J'ai gouté la pâte à tartiner mélangée à l’amande et c'est délicieux (internaute Dias) Voir Pâtes à tartiner

     

    Farine de glands

    La farine de gland (sans gluten !) est aisée à faire, mais demande du temps.

    • Laissez sécher les glands, qui ont bouilli, avant de les réduire en "farine".
    • Utilisez alors un moulin à café pour broyer très finement les glands.
    • Ainsi, le stockage est plus facile pour fabriquer ultérieurement pain, pâtes, galettes...

    ------

    Voir Farines 

     

    Le pain de glands

    Une fois la purée de glands préparée, au lieu de la faire sécher, il est possible de l'utiliser directement en la pilant avec de l'eau pour former une pâte à pain... de glands.

    Le-pain-de-glands

    • Deux options
      1. soit soulevez la pâte à la main une centaine de fois pour y incorporer des bulles d'air ;
      2. soit utilisez la levure du boulanger pour que ses bactéries fabriquent des bulles de gaz carbonique au sein du pain.
    • Creusez une petite fosse (20 x 50 x 25 cm de profondeur), remplissez-la de braise sur 10 cm, puis de 5-10 cm de gravier.
    • Placez le pain à cuire, recouvrez de nouveau de 5 cm de gravier.

    À même la braise, la croûte serait noire, brûlée, et l'intérieur cru !

    La chaleur doit être intense (comme dans un four de boulanger) mais bien répartie sur la masse du pain.

    • Quand il est possible d'y enfoncer la lame d'un couteau et la remonter sans qu'elle adhère, le pain est cuit.

    ------

    Voir Pains 

     

    Café de glands, le "café des Gaulois"

    Les glands torréfiés et pulvérisés comme substitut de café, au goût proche de la chicorée (racines torréfiées) ou du malt et aux vertus médicinales (voir plus bas)

    Le café des Gaulois

    • Une fois les glands cuits et décortiqués, fendez-les en deux.
    • Disposez-les à plat dans un récipient puis mettez-les à rôtir au four (peut se faire aussi à la poêle) 45 minutes à feu doux (150 degrés)
    • Retournez-les de temps en temps, jusqu’à ce qu’ils soient dorés de tous les côtés.
    • Broyez-les ensuite "moyens" au moulin à café *
      • La mixture ainsi obtenue peut être incorporée à un café classique.
      • Ou utilisez-la pour le café de glands "des Gaulois" : délayez 1-3 c. à c. de glands torréfiés dans ½ tasse d’eau (30 g / litre d'eau), faites bouillir 3 minutes, filtrez, dégustez. 

    ------

    * Pour obtenir de la poudre, surtout employée comme remède, broyez très fin

    D'après Melle Apothicaire - Voir aussi Café, des substituts à la boisson 

     

    Usage médicinal des glands

    ... de Quercus robur (Chêne pédonculé) ou Quercus Petraea (Chêne sessile, Rouvre) ou... autre car les propriétés de tous les Chênes sont sensiblement les mêmes.

    Depuis des siècles, le Chêne est utilisé comme remède dans toutes sortes de maladies. Nommé par les Celtes comme "l’arbre par excellence", il fut longtemps sacralisé par les druides, que ce soit pour sa longévité extraordinaire, son houppier majestueux ou ses propriétés médicinales.

    Connu pour être un allié du système cardio-vasculaire, c’est de son écorce, de ses glands, de ses galles et de ses feuilles que l’on en tire ses bienfaits. Très riche en tanins, le Chêne présente ainsi des propriétés astringentes, vasoconstrictrices, stomachiques, antidiarrhéiques, fébrifuges, antiseptiques et anti-inflammatoires.

    ------

    Melle Apothicaire

    Voir aussi Le livret des cueillettes (pdf pp 20-21)

    Indications : hémorragies, tuberculose, gastralgies, pertes blanches, diarrhée, incontinence d'urine, faiblesse générale (par voie interne)...

    Un peu de tanin sur une muqueuse enflammée va la resserrer et la calmer, trop de tanin finit par bloquer sa fonction. De toute façon vous allez voir, votre système digestif va réagir si la plante est trop tannique pour vous. Certaines personnes le ressentent, par exemple lorsqu’elles prennent une infusion de reine des prés un peu trop concentrée.

    Une autre manière de voir les choses c’est en fonction de l’état des muqueuses. Au plus la muqueuse est lâche, boursoufflée, au plus elle a perdu son intégrité, au plus elle "suinte", au plus les tanins vont être indiqués.

    ------

    Source et suite À quoi servent les tanins ? (Althéa Provence) [archive sans vidéo]

    Voir aussi Chênes Quercus (pdf p. 25 et suiv.)

    En herboristerie traditionnelle, les glands se prennent sous forme de poudre (broyés très finement) en infusion (à raison de 30 g par litre d’eau, une tasse après les repas, ci-dessous), parfois sous forme de glands torréfiés et broyés "moyens", appelé "café de glands", puis préparés en infusion selon les mêmes proportions.

     

    L'infusion de la poudre

    • 30 grammes par litre d'eau.
    • Une tasse après les repas.

    ------

    Usages médicinaux - Vu dans Chênes Quercus (pdf p.12)

     

    La tisane des druides

    Cette tisane se boit ponctuellement et avec parcimonie en raison de la forte teneur en tanins. Aussi, est-il conseillé de n’en boire qu’un bol par jour maximum. Cette tisane est très favorisée pour soutenir le système immunitaire à l’entrée de l’hiver.

    Nettoyez et mélangez

    • 1 feuille de chêne
    • 1 feuille de Bouleau
    • 2 jeunes feuilles d’ortie
    • 2 à 3 feuilles de plantain
    • 1 pincée de thym
    • 1 pincée de gland moulu fin
    • Mettez les plantes dans de l’eau froide, puis portez à ébullition.
    • Coupez le feu et laissez infuser 3 à 4 minutes.
    • Assaisonnez avec une c. à c. de miel et dégustez.

    ------

    Melle Apothicaire

     

     

     

    .¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.

    .¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.

    Documentation

    Sources

    À quoi servent les tanins ? (Althéa Provence) [archive sans vidéo]

    Chênes Quercus (pdf)

    Glands et pain de glands (Natures Paul Keirn) + schéma pain

    Manger des glands (Nature & Autonomie) + les 2 premières photos

    Voir aussi

    Arbres (pouvoir thérapeutique)

    Arbres remarquables

    Diète pégane (voir aussi LaNutrition.fr)

    Diète 'sportive' (pdf)

    Le livret des cueillettes (pdf)

    Nostalgie des remèdes anciens

    Liens externes

    Chêne, des racines à la feuille (Passeport Santé) [archive]

    Consommer des glands : 10 étapes en images (Wiki How) [archive]

    Les arbres nourriciers & médicinaux (Livre - Éditions Ulmer) [extrait]

    Le genre "chêne" est divisé en plusieurs sections

    - Section Quercus (synonymes Lepidobalanus et Leucobalanus), les Chênes blancs d'Europe, d'Asie et d'Amérique. Styles courts ; les glands mûrissent en 6 mois, doux ou légèrement amers, endocarpe glabre.

    - Section Mesobalanus, les Chênes de Hongrie et apparentés d'Europe et d'Asie. Styles longs;les glands mûrissent en 6 mois, amers, endocarpe glabre. (assez proches de la section Quercus et parfois incluse dans celle-ci).

    - Section Cerris, les Chênes de Turquie et apparentés d'Europe et d'Asie. Styles longs ; les glands mûrissent en 18 mois, très amers, endocarpe glabre ou légèrement duveteux.

    - Section Protobalanus, les Chênes intermédiaires entre les Chênes rouges et les Chênes blancs, originaires du Sud-Est des États-Unis et du Nord-Ouest du Mexique. Styles courts, les glands mûrissent en 18 mois, très amers, endocarpe duveteux. Toutes les espèces de ce groupe sont sempervirentes, avec une persistance des feuilles supérieure à 1 an, et souvent 3 ans.

    - Section Lobatae (synonymes Erythrobalanus), les Chênes rouges ou noirs d'Amérique du Nord et d'Amérique centrale et de Colombie. Style long,les glands longs mûrissent en 18 mois, très amers, endocarpes duveteux.

    Le nom "Chêne" peut également renvoyer à divers arbres

    Ceux-ci n'ont du Chêne que le nom vernaculaire puisqu'ils n'appartiennent pas à la famille des Fagacées.

    En Nouvelle-Calédonie, parmi de nombreux exemples, citons Diospyros yaouhensis (Schltr.) Kosterm., le "Chêne à glands".

    Vu dans Chênes Quercus (pdf)

    Eucalyptus regnans est la principale espèce d’Eucalyptus utilisée par l’industrie papetière en Australie, et l’une des espèces favorites dans les plantations destinées à la pâte à papier en Afrique australe, Nouvelle-Zélande et Argentine. Le bois d’œuvre a pour nom commercial "Chêne de Tasmanie".

    Vu dans Les eucalyptus

    Retour vers le passé

    Les glands sont connus depuis la préhistoire pour leurs grandes propriétés nutritives. C’est ainsi que, bien avant l’avènement de la culture du blé, nos ancêtres chasseurs-cueilleurs l’utilisaient très régulièrement comme base alimentaire. Puis tout au long de l’histoire, les glands furent utilisés par certains peuples pour remplacer le blé lorsque les récoltes étaient insuffisantes, les préservant ainsi de la famine, de ce fait !

    Consommer des glands- a joué un rôle important dans de nombreuses cultures à travers le monde. La composition nutritionnelle du gland et sa disponibilité en ont fait un aliment très consommé dans le passé : cru, bouilli, grillé sous forme d’huile, soupe, bouillie, farine, café…Il peut notamment être consommé à la manière des châtaignes grillées. C’est une source fiable de vitamine C et d’amidon, et sont riches en magnésium, calcium et phosphore. Le gland possède également des index glycémique et insulinémique bas, ce qui le rend intéressant comme protection contre l’augmentation du glucose sanguin après les repas.

    Les avantages à consommer les fruits du chêne ? D’abord les glands sont à la fois faciles à collecter et à stocker (plusieurs années une fois séchés entiers dans leur coquille). Ils peuvent également être considérés comme un produit alimentaire "écologique" : le chêne n’a pas besoin de contribution massive en eau, ni engrais, ni pesticide, ni pratique agricole. Aujourd’hui encore les glands sont utilisé au Maroc pour faire de la semoule de couscous, de l’huile, du lait végétal, pain, gâteaux, café (les faire griller à la poêle, ou au four) etc..

    Et Dieu dit : Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture. Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi… Contempler la Nature, c’est déjà prier.

    internaute Broc

    Fleur de Bach

    Chêne (Quercus robur) Oak (anglais) aide à calmer (physiquement et psychiquement) les personnes qui en font toujours trop et finissent par s'épuiser.

    [http://www.deva-lesemotions.com/elixirs-floraux-du-dr-bach/chene]

    Conseils. La posologie moyenne est de 3 gouttes d'élixir floral, 3 fois par jour par voie orale. Comme avec les granules/doses homéopathiques, déposez l'élixir sous la langue. Prenez ces remèdes de "médecine douce" loin des médicaments chimiques de l'allopathie

    Vu dans

    BACH Edward et élixirs floraux

    Comment se rendormir (Ooreka)

    Curiosités

    - L’écarlate est un rouge obtenu en broyant le corps d’un petit insecte, le kermes vermilium vivant sur le chêne kermes (Quercus coccifera)

    - Les tanins des glands (entre autres) ont également été utilisés pour la coloration de certaines étoffes (teinture) et des encres (par réaction avec des sels ferriques) - on peut dire que les "glands" sont des plantes "tinctoriales" !

    Autres utilisations des tanins : encollage du papier ou de la soie ; coagulation du caoutchouc ; recherchés également pour leurs propriétés antioxydantes (après couplage avec d'autres chaînes carbonées) ; développement de résines époxy issues de "ressources renouvelables".

    Sous d'autres cieux

    Je suis née à la Réunion et sur mon île on ne trouve pas de glands. Par contre, on mange un gros fruit très odorant qu’on appelle jaque de l’arbre jaquier. J’ignore si c’est son vrai nom. Une fois ce fruit coupé, il révèle de grosses "gousses" jaunes à l’intérieur desquelles on trouve un gros grain immangeable cru, mais délicieux une fois cuit. J’ai eu l’occasion de goûter des marrons chauds et le goût est quasiment le même.

    (internaute Roseline) [On trouve du jaquier dans les épiceries asiatiques, cuit, il a un petit goût de poulet - autre internaute] 

     

     

     

    haut de page