• 2-Lexique "essentiel"

    Page en construction

    Lexique "essentiel"

    Pharmacie nat. d'urgence

    (autour des "essences" et des huiles essentielles)

    Voir, Yantra

    Lexique "culinaire"

    Lexique latin-botanique

    Lexique "phyto-bota"

    Lexique "phyto-médical"

     

    Absolu

    Absolu(e) : essence obtenue à partir de concrètes ou de résinoïdes.

    Après dilution de ces derniers à l’alcool éthylique (lavages), les solutions alcooliques sont filtrées pour éliminer les cires puis concentrées par distillation sous pression réduite dans le but d’éliminer l’alcool.

    En parfumerie, les essences absolues sont très précieuses par la richesse des fragrances qu’elles apportent aux compositions.

    Voir Alcool (Lexique "phyto-médical")

    Vu dans Huiles essentielles : généralités

     

    Acide acétique

    Cette substance, que l’on retrouve à l’état naturel chez l’homme ou les végétaux (des traces chez l’homme dans la sueur et le sang ou chez les végétaux dans la sève et le bois) est principalement obtenu par voie de synthèse en industrie et trouve de nombreuses applications. C’est l’additif alimentaire le plus courant et un puissant antiseptique. À l’état pur, débarrassé de toute son eau, l’acide acétique prend l'aspect de cristaux de glace.

    Très utilisé dans l’industrie, l’acide acétique est un réactif simple à produire en grande quantité, notamment comme additif alimentaire, en photographie, dans la fabrication de plastiques tel que le polyéthylène téréphtalate (PET) ou l’acétate de cellulose, utile à la production d’acétate de vinyle (peintures, adhésifs) et de solvants organiques...

    Certains fabricants emploient l’acetum comme base pour les parfums aux odeurs les plus "piquées".

    Développé dans Lexique "phyto-médical"

     

    Acide citrique

    L'acide citrique, découvert dans le jus de citron (Citrus de la famille des Rutacées) qui en contient 5%, est aujourd'hui produit industriellement et se présente en poudre.

    La Bergamote (Citrus aurantium subspecie bergamia), variété d'Orange (Rutacées) originaire de Bergame - Italie - est très utilisée en parfumerie (en particulier eau de Cologne) et en confiserie, employée aussi comme désodorisant domestique.

    Son écorce sert à la fabrication du Curaçao, etc., la pulpe à celle de l'acide citrique, etc. Elle fournit une essence - expression de la partie externe du péricarpe du fruit frais du Bergamotier.

    Développé dans Lexique "phyto-médical"

     

    Alcool

    L’alcool éthylique (éthanol) est le solvant neutre utilisé comme support dans les préparations alcooliques (teintures-mères) 

    Vu dans Huiles essentielles 1. généralités

    Développé dans Lexique "phyto-médical"

     

    Aromatiques Épices (pdf)

    Épices 1. (cuisine, recettes)

    Épices 2. (poivres, piments)

    Vu dans Lexique "culinaire"

    Lexique "phyto-médical"

     

    Baume

    Le "baume" est une oléorésine s’écoulant du tronc de certains arbres, naturellement ou après incision (Tolu, Pérou).

    Certaines oléorésines portent improprement le nom de baume (Copaïba, Canada).

    Voir Pommade

    Voir aussi

    Crème – Pommade (Lexique "phyto-médical")

    Onguent (Lexique "phyto-médical")

    Lu dans Huiles essentielles : généralités

    Le nom de "baume" paraît avoir été donné à l'origine à des compositions auxquelles des vertus souveraines étaient attribuées. Puis le nom s'est étendu à des préparations liquides odorantes généralement alcooliques, et plus tard encore à des substances naturelles odoriférantes.

    D'usage externe, les baumes sont vulnéraires [avant tout], fondants et résolutifs [...] Les indications du Baume sont multiples, surtout en usage externe pour les blessures et les plaies. 

    Mais il a aussi des usages internes, à la dose de cinq ou six gouttes dans du vin ou du bouillon...

    Lu dans Millepertuis (pdf) Baume p.8 

    Le Baume du Pérou, liquide sirupeux à forte odeur, était utilisé sous forme de pilules, en potion, en sirop et en pommade pour toutes sortes d'affections parmi lesquelles les crevasses et les gerçures.

    Lu dans J'ai mis les pieds au Paradis

    Voir

    Baume du Commandeur (Millepertuis)

    Baume du Tigre

     

    Camphre

    Le camphre est un composé organique bicyclique solide issu du camphrier, arbre connu scientifiquement comme Cinnamomum camphora.

    Le nom "camphre" vient du latin médiéval camfora, provenant de l'arabe al kafur (الكافور), du nom malais kapur Barus qui veut dire "craie de Barus". Les marchands malais, qui vendaient le camphre aux négociants venus d'Inde et du Moyen-Orient, l'appelaient kapur (craie) à cause de sa couleur blanche. Barus était le port sur la côte ouest de l'île indonésienne de Sumatra où les marchands étrangers venaient acheter le camphre.

    Au Japon on préparait le camphre en faisant passer de la vapeur d'eau sur des copeaux de camphrier (Cinnamomum camphora). Le camphre était entraîné par la vapeur et venait se condenser sur des chapiteaux de paille où on le recueillait. On obtenait ainsi le camphre brut, qui était exporté et qu'il fallait encore purifier en le sublimant dans des ballons de verre après l'avoir mélangé avec 3 à 5 % de chaux récemment éteinte. Les ballons étaient ensuite chauffés avec de grandes précautions, dans un bain de sable, tout en élevant progressivement la température jusqu'à 205 °C. Le camphre se sublimait et venait former dans la partie supérieure du ballon un amas que l'on récupérait en brisant le verre.

    Le camphre est récupéré par distillation de morceaux de racines, de tiges ou d'écorces du camphrier. Les feuilles de certaines plantes, comme les matricaires, contiennent une forme de camphre non commercialisée. Une autre forme, constituée d'un mélange d'isomères, se trouve dans l'huile d'un chrysanthème asiatique, et est également synthétisée pour la plupart des utilisations commerciales.

    Source et suite dans Wikipédia

    Camphre, voir aussi

    Huile essentielle de camphre (Doctissimo)

    Huile Essentielle de Camphre (Passeport-santé)

    Camphre de Chine, ou "camphre blanc" Cinnamomum camphora (famille des lauracées) entre dans la composition de "l'Élixir du Suédois", où il est plutôt employé comme stimulant circulatoire.

    À na pas confondre avec le camphre du Japon Camphora officinalis (famille des lauracées), qui peut être extrêmement toxique (safrol)

    Il ne faut pas non plus confondre le camphre extrait de Cinnamomum camphora avec le camphre de Bornéo, contenant du bornéol * et extrait de Dryobalanops camphora, Le bornéol n'a aucune toxicité, contrairement au camphre du Japon. Le bornéol est beaucoup plus antiseptique et c'est un tonique remarquable.

    Bornéol. Produit fourni par un arbre à feuilles persistantes poussant surtout et spontanément en Asie (Sumatra Inde...) : Dryobalanops camphora (famille des guttiferacées). C'est le "Capour barros" des Malais. Il lui arrive d'atteindre 50 m de hauteur et de vivre 2000 ans !

    Le bornéol, bien connu avant le camphre, a de tout temps été considéré comme une panacée. Pendant de nombreux siècles, il fut considéré comme un puissant anti-pesteux et sa réputation thérapeutique était telle que Chrosroes II, roi de Perse, en conservait précieusement dans son palais de Babylone... En Italie, une découverte archéologique permit l'identification de matières organiques parfaitement conservées depuis plus de 2.000 ans dans un vase contenant du bornéol ! Le camphre de Bornéo jouit d'ailleurs toujours (Inde, Chine) d'une estime toute particulière.

    Le bornéol est surtout connu du grand public comme un des principaux ingrédients des médicaments "anti-rhume".

    Vu dans Camphre de Bornéo - Bornéol (jpg)

    Voir aussi

    Camphre de Bornéo (pdf) antidote homéopathie p.4

    Wikipédia

    Camphre de menthe : Menthène

    Dérivé de menthe avec le suffixe -ène. En chimieessence liquide qui se trouve dans la menthe avec le stéaroptène (portion concrète et cristalline qui se dépose dans certaines essences, du grec ancien στέαρ stéar "lard, graisse" et πτηνός, ptênós "ailé, volatile")

    Voir menthol (pdf p.3)

    Documentation

    Voir plus bas Cinéole

     

    Chaux

    Voir Lexique "phyto-médical" :

    Chaux

    Liniment – Eau de chaux

     

    Cinéol (ou cinéole)

    L'eucalyptol ou 1-8 cinéole, est un composé naturel incolore, que l'on peut retrouver dans différents végétaux.

    Il est apprécié pour son odeur rafraîchissante et épicée semblable au camphre. Il est ainsi employé en parfumerie, dans les produits de soin ou autres cosmétiques.

    Il est également indispensable dans les produits pharmaceutiques grâce à ses propriétés antifongique, anti-infectieuse, bactéricide, antivirale et expectorante.

    L'Eucalyptol est employé dans le traitement des affections respiratoires (rhume, bronchite : action pulmonaire assez marquée), des crises d'asthme ou des maux de gorge.

    Compagnie-des-sens

    Voir aussi Toux grasse / sèche

    Ainsi, l'eucalyptus est-il utilisé pour ses vertus sur l'appareil respiratoire, dues surtout au cinéol contenu dans les feuilles, en phytothérapie pour soigner les bronchites, la toux, les rhumes ou la sinusite...

    Vu dans Vishuddha, la porte de l'Esprit

    Voir aussi Eucalyptus et Amérindiens

    L'HE "Romba" le Basilic à eugénol (Ocimum pungent) enferme 45% de cinéole contre 75% pour l'HE de Cannelle feuilles.

    L'HE de Combava est principalement composée de monoterpènes, dont 11% de β-pinène et 4.7% de limonène ; elle possède une teneur élevée en terpinène-4-ol, en α-terpinéol, en 1,8-cinéole et en citronellol...

    Grippe : privilégiez ces huiles essentielles :

    -  Les alcools (linalol, thujanol, alpha‐ terpinéol ...)
    Thym linalol, Thym thujanol, Thym CT géraniol, Palmarosa, Bois de rose ou de Hô (linalol), Niaouli, Marjolaine à coquilles CT thujanol, Tea-tree (terpinène 1-ol 4), Hysope couchée.

    Voir aussi

    Gros thym Plectranthus amboinicus

    - Les oxydes terpéniques (1,8 cinéole)
    Eucalyptus radié, Eucalyptus smithii, Laurier noble, Cajeput, Myrte vert à cinéole, Ravintsara, Romarin 1-8 cinéole, Saro.

    Le mode d'action de ces HE est simple : elles agissent directement sur les virus en détruisant leur parois et en libérant leur contenu mais aussi indirectement en stimulant nos défenses immunitaires par la production d'IGM et d'IGA (immonoglobulines M et A).

    Voir aussi

    Huile essentielle de romarin Rosmarinus officinalis (Mr Plantes)

    Myrte Myrtus communis (Herbes de la Saint-Jean)

    Romarin officinal à cinéole (Doctissimo)

    Voir divers

    Coronavirus Je fais quoi ?

    Info URGENCES

    Tisanes et eaux aromatiques

     

    Copahu

    Le baume de copahu, aussi appelé Baume de Copaïba, est une oléorésine extraite de différentes espèces d’arbres sud-américains du genre Copaifera => Copaïers. Les Amazoniens le surnomme aussi "Baume d’Amazonie".

    L’oléorésine s’accumule dans des poches naturelles de l’arbre. Après incision précise de l'écorce du tronc, elle est recueillie dans un godet.

    Elle subit un triple filtrage naturel afin d’éliminer les débris cellulosiques.

    Puis on procède à une distillation à la vapeur d’eau, dans le but d’éliminer la résine, à l’origine d’allergies, pour obtenir le baume de copahu, constitué d’huile essentielle et d’oléorésine (sans débris, ni cellulose, ni résine).

    L’huile essentielle de ce "baume" représente 40 à 60 % suivant l’espèce botanique

    Lu dans Puressence Passion

    Sylvie en met dans sa crème pour les mains avec du katrafay.

    Voir un PDF intitulé Huiles essentielles Muscles-Articulations :

    COMBAVA petit grain Citrus hystrix

    BAUME de copahu Copaïba officinalis

    ÉPINETTE noire ou Épicéa Picea mariana (1)

    EUCALYPTUS citronné Eucalyptus citriodora

    GAULTHÉRIE Gaultheria procumbens (2) 

    HÉLICHRYSE Helichrysum italicum (2) (3)

    LAURIER NOBLE Laurus nobilis

    LAVANDIN grosso Lavandula bumatii

    MENTHE poivrée Mentha piperita

    PIN SYLVESTRE Pinus sylvestris (1)

    ROMARIN camphré Rosmarinus officinalis

    Sophie Mastrantuono

    Notes

    (1) Épinette noire / Pin sylvestre (Picea mariana / Pinus sylvestris)
    => cortisone-like, rehausse l’immunité, antimicrobien, décongestionnant, anti-inflammatoire.

    Vu dans Huiles essentielles : généralités

    (2) Voir aussi Baume du Tigre

    (3) L'Hélichryse italienne [archive] soigne les coups et hématomes

    Voir aussi Choisir son huile de massage

     

    Distillation

    La distillation est un procédé de séparation de mélange de substances liquides dont les températures d'ébullition sont différentes. Elle permet de séparer les constituants d'un mélange homogène. Sous l'effet de la chaleur ou d'une faible pression (loi des gaz parfaits), les substances se vaporisent successivement, et la vapeur obtenue est liquéfiée pour donner le distillat.

    Dès le XVIIIe siècle, des opérations de "distillation" sont réalisées dans l'industrie pour obtenir entre autres du coke à partir de la houille, ou des gaz manufacturés. Ces opérations doivent être plus justement appelées pyrolyse : le terme "pyrolyse" est apparu probablement au XIXe siècle pour distinguer les opérations de décomposition ou thermolyse, d'un composé organique par la chaleur pour obtenir d'autres produits (gaz et matière) qu'il ne contenait pas : dans la pyrolyse, le matériau est détruit...

    Source et suite dans Wikipédia

    Voir aussi Alcool

    et plus bas hydrolat

    Voir également

    Eau-de-vie (Histoires d'eaux)

    Huiles essentielles : généralités

     

    Eau florale

    Font partie des hydrolats les eaux florales, obtenues à partir des fleurs (eau de fleur d'oranger, eau de rose, etc.)

    Voir Huiles essentielles 1. généralités

     

    Effluve

    Effluve, du latin effluvium (de fluere "couler") du préfixe ex- indiquant la séparation et de fluxus ("écoulement").

    Masculin, parfois féminin au pluriel (l’usage hésite) : des effluves nauséabonds, "... des effluves amoureuses"  (Flaubert, L’Éducation sentimentale)... mais l'emploi du féminin est académiquement considéré comme un barbarisme par les grammairiens orthodoxes...

    Émanation s'exhalant du corps des êtres vivants, des fleurs, des aliments, etc. : Les effluves d'un camembert.

    Émanation d'énergie ou de matière qui, passant du magnétiseur au magnétisé, transmettrait au second la volonté ou les impressions du premier.

    Médecine (vieilli) Substances organiques altérées, tenues en suspension dans l’air, principalement aux endroits marécageux, et donnant particulièrement lieu à des fièvres intermittentes, rémittentes (=> rémission, se remettre d'une maladie) et continues.

    Littéraire. Influence morale, psychologique, souvent mystérieuse, exercée par une force supérieure : Des effluves émanant de sa personne.

    Expression : "Effluve (électrique)", conduction gazeuse autonome dans laquelle la plupart des porteurs de charge sont des électrons produits par émission électronique secondaire.

    Synonymes : arôme - exhalaison - fumet - miasmes - odeur - parfum - senteur

    Dictionnaire de français Larousse - Wiktionnaire

    Voir aussi dans Huiles essentielles : généralités

    Flaveur : s’applique à tous les produits alimentaires développant en bouche à la fois un arôme (capté par l’odorat par voie rétro-nasale) et un goût (capté par les cellules réceptrices du goût de la langue et des nerfs de la muqueuse buccale)

    Voir Lexique "culinaire"

    Fragrance : par opposition à l’odeur qui peut être agréable ou désagréable, ce mot français d’origine latine traduit l’odeur agréable d’un produit parfumé (voir Odeur) "Head space" : mot anglais désignant la nouvelle technique d’analyse sous vide des constituants volatils des produits odorants.

    Documentation

    Arôme : Je ne voudrais pas vous affoler, mais le mot "arôme" cache bien des choses peu avouables... Voyez ICI un exemple d'arôme (artificiel) de fraise, tiré de Aromathérapie... de Jean Valnet.

    Lu dans VALNET Jean 1920-1995

    La menthe aquatique sauvage : une odeur de bonbon

    [https://www.youtube.com/watch?v=1cxIntwj7AA] YouTube 12 juin 2021

     

    Essence ou huile essentielle ?

    Ces termes, qui ne sont pas strictement synonymes, désignent tous deux une extraction de molécules aromatiques.

    Par abus de langage le terme "huile essentielle" est souvent employé indifféremment, notamment au sujet des agrumes, même par des professionnels... sans doute, non par paresse, mais pour éviter de longues et fastidieuses explications aux novices qui les oublieront très vite (car ce qui les intéresse, c'est la propriété du produit et ce qu'il peut soigner...).

    Cependant, il faut retenir - et c'est là la grande différence - que les essences, extractions "à froid" (ou expressions) sont photosensibilisantes (réaction à la lumière) de par la présence de coumarines, parmi d'autres molécules non volatiles qui n'entrent pas dans la composition des huiles essentielles obtenues par entraînement à la vapeur d'eau.

    Voici "ce que dit" Naturatopia

    Vu dans Oranges Mandarine Pamplemousse

    Documentation

    Le mot "essence" possède plusieurs significations, entre autres :

    - en cuisine, c'est le résultat d'une distillation, d'une réduction d'infusion de plante ou d'une cuisson de carcasse de gibier ou de parures de poisson, d'une macération dans du vinaigre ou du vin ;

    - en parfumerie, les essences (parfum) sont des substances volatiles et aromatiques extraites des plantes par distillation ;

    - en sylviculture, l’essence forestière est une espèce d’arbre apte à produire du bois.

    - En chimie, l’essence est un liquide complexe, odorant, insoluble dans l'eau, mais soluble dans les huiles et les solvants organiques, obtenu par distillation de plantes ou de parties de plantes (définition du Grand dictionnaire terminologique) ;

    - en mécanique comme en pétrochimie, l'essence est l'hydrocarbure liquide et inflammable utilisé principalement comme carburant pour les moteurs à allumage commandé (ou "moteurs à essence")

    - Un hydrocarbure aromatique...

    Le chamazulène est un terpénoïde et un hydrocarbure aromatique polycyclique (HAP), dérivé de l'azulène, extrait de l'huile essentielle de camomille sauvage (Matricaria recutita), d'où son nom, ainsi que d'absinthe ou encore d'achillée millefeuille.

    Il s'agit d'une huile de couleur bleu violacé qui se décompose assez rapidement sous l'effet de la lumière ou de l'exposition à l'air ou à la chaleur. Il possède des propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes.

    Wikipédia. Voir aussi WikiPhyto

    Vu dans Camomille matricaire (les camomilles)

    Voir aussi Hydrocarbure

    L'essence minérale

    Le terme "essence minérale" ne désigne pas un produit en particulier, mais toute une famille de produits dérivés du pétrole.

    Sous-produit de la distillation du pétrole, il n'y a pas une essence minérale, mais DES essences minérales. Ces essences peuvent être raffinés ou aromatiques.

    C'est leur teneur en souffre qui détermine leur pureté.

    Les essences minérales sont fabriquées en même temps que les autres produits issus du pétrole (carburant, gaz, fioul...). Le pétrole est distillé dans une colonne et, selon la température, chaque produit est récupéré à une hauteur différente de la colonne.

    Voir + dans L'essence minérale (Des produits ''éco...'' pour ma maison)

    Voir aussi, divers

    Climactérique (Lexique "phyto-bota")

    Éthylène (Lexique "phyto-médical")

    Thym chémotypé (PDF)

     

    Eugénol

    La molécule la plus active du clou de girofle (Syzygium aromaticum) est l'eugénol, puissant anti-oxydant, un phénol (phénol méthyl-éther ou méthyl iso eugénol) beaucoup moins irritant que le carvacrol de l’origan ou le thymol du thym.

    Voir aussi Wikipédia

    Le Giroflier ou Girofle est une espèce de plantes de la famille des Myrtaceae et du genre Syzygium. Les girofliers sont des arbres originaires d'Indonésie dont les boutons floraux forment une épice appelée "clous de girofle" (Wikipédia)

    Source végétale d'eugénol, les huiles essentielles de

    Précautions

    Certains composés naturels contenus dans certaines huiles essentielles peuvent présenter un risque dallergie chez certaines personnes sensibles lorsque l'huile essentielle est incorporée dans une composition cosmétique (selon le 7ème Amendement de la Directive Européenne relative aux produits cosmétiques (2003/15/CE)) : eugénol et, dans une moindre mesure, limonène, linalol.

     

    Famonty Pluchea grevei (Baill.) Humbert

    Voir Katrafay & Famonty

     

    Four à Cade

    Les fours à Cade qu'on trouve encore dans la garrigue en Provence rappellent l'époque où cette huile (de Cade) était produite directement dans les champs : là où poussait le Genévrier Cade, on construisait de grands fours cylindriques en pierre, le bois y était lentement consumé et on récupérait l'huile dans la partie basse du four. Leur utilisation a cessé pendant la seconde guerre mondiale ; les distilleries modernes ont supplanté ces méthodes artisanales.

    Vu dans Genévriers (Les fours à Cade p.7)

     

    Gomme (exsudat)

    L'huile essentielle (HE) est une substance végétale odorante et volatile obtenue par hydro-distillation des essences, oléorésines et gommes aromatiques.

    Une oléorésine est une sécrétion naturelle telle que les exsudats des conifères, des copaïers (espèce d'arbre d'Amérique du Sud). On recueille les oléorésines par incision du tronc.

    L’ambre jaune est une oléorésine fossile sécrétée par des Conifères, utilisée pour la fabrication d'objets ornementaux. Bien que non minéralisé, il est parfois utilisé comme une gemme. Il existe plusieurs "gemmes" organiques : les perles, la nacre, le jais, l'ivoire, le corail (rouge ou noir), la mellite...

    Remèdes conseillés en revue

    Les résinoïdes sont des produits aromatiques odoriférants, obtenus par extraction à base de solvants de substances végétales telles que résines, oléorésines, gommes-résines et baumes. Il sont utilisés en général comme éléments de la note de fond.

    Vu dans Huiles essentielles : généralités

    Voir aussi

    - Gomme-oléorésine - Myrrhe Commiphora myrrha

    La myrrhe est une gomme-résine aromatique produite - par incision - de plusieurs espèces d'arbrisseaux (Térébinthacées) appelés autrefois "Baumiers" dont le plus connu est l'Arbre à myrrhe (Commiphora myrrha ou Commiphora molmol) appelé aussi "myrrhe" ou Balsamier (Burséracées), originaire d’Éthiopie, Somalie, des rives de la Mer Rouge, croissant en Arabie.

    Une gomme à peu près similaire, le baume de La Mecque, est produite par Commiphora opobalsamum. C'est surtout la parfumerie qui continue à en faire la gloire, notamment dans les parfums de type oriental, où elle accroît la sensualité des notes de rose. En aromathérapie, on extrait une huile essentielle de cette gommo-oléorésine. La myrrhe, astringente, est utilisée dans le traitement des ulcères de la bouche et des gencives. (Wikipédia)

    Vu aussi dans Zygophyllum dumosum

    - Oliban Boswellia carterii Encens

    L'encens appelé oliban (bas-latin olibanum et grec λίϐανος Libanos) ou frankincense, est une "oléo-gomme-résine" - oléorésine - aromatique tirée de "l'arbre à encens" (Boswellia sacra) ou "arbre oliban" (Boswelia carterii), de la famille des Burséracées, au feuillage touffu (caduque) et aux petites fleurs blanches au cœur rose. Le miel de ses fleurs est également très apprécié.

    En parfumerie, l'encens est utilisé sous forme d'essence ou d'absolue. Il est utilisé pour son odeur boisée, assez minérale, aux aspects légèrement épicés. De par l'histoire de cette matière et les symboles religieux qui lui sont associés, son usage dans les parfums évoque une certaine religiosité et confère un aspect sacré. (Wikipédia)

    Vu aussi dans Zygophyllum dumosum

    Voir aussi

    - La gomme arabique est un exsudat de sève descendante solidifié (polysaccharide acide se présentant sous forme de mélanges de sels de potassium, de magnésium et de calcium), produit naturellement ou à la suite d’une incision, sur le tronc et au pied d'arbres de la famille des Acacias. Les pastilles Valda voient le jour en 1900 à Paris, grâce au pharmacien Henri Edmond Canonne. Ces petites gommes à sucer associent 5 antiseptiques naturels (menthol, eucalyptol, thymol, gaïacol et terpinol) à une pâte molle riche en gomme arabique.

    - "Benjoin" (ou gomme benzoïque), la résine aromatique naturelle produite par le tronc d'espèces de Styrax-Benjoin, vient de l'arabe lubân djâwi, encens de Java ; le terme "Java" était employé par les Arabes, au XIVe siècle, pour désigner l'ensemble de la Malaisie. Les Arabes l'appellent encore djaoui mekkaoui, benjoin de Singapour. Le benjoin est le nom donné au baume ou résine. Utilisé en médecine comme antiseptique pulmonaire - il entre dans la composition du papier d'Arménie - et balsamique, ses propriétés expectorantes et cicatrisantes le font entrer dans de nombreuses préparations pharmaceutiques.

    - L'huile essentielle de ciste est une gomme-résine extraite de ses rameaux (composants principaux : polyphénols +++ et flavonoïdes ++, terpènes et phénylpropanoïdes (Cistus creticus) ; pinène, acétate de bornyle). Cette gomme n'est plus utilisée que par les parfumeurs aujourd'hui, alors qu'elle a tant de vertus thérapeutiques...

    Voir aussi Récoltez le Labdanum

    - La plupart des espèces de Garcinia sont connues pour leur gomme de résine de couleur brun-jaune et utilisé comme purgatif ou laxatif, mais le plus souvent – du moins dans les temps anciens – en tant que pigment.  Le terme de couleur "gomme-gutte" ou "gamboge" fait référence au Gambooge (Garcinia gummi-gutta), dont le nom scientifique obsolète est Garcinia cambogia.

    - Connus pour l’essence aromatique que les hysopes recèlent, il est bon de ne pas omettre que ces plantes, outre cette petite fraction aromatique (0,3 à 1 % maximum), sont constituées de bien d’autres composants : du tanin (5%, voire davantage), de la gomme, de la résine, de la choline (2%), un rhamno-glucoside du nom d’hyssopine, de l’acide malique, des composés phénoliques, des flavonoïdes, une saponine, des sels minéraux (soufre, potassium, silice)...

    - La botte secrète des liserons réside en une grosse fraction d’une gomme résineuse (5%) dont il a été dit que ces plantes tiraient l’essentiel de leurs propriétés.

    Divers et boules de gomme

    - La "pâte de guimauve" est une gomme, confiserie molle, à l'origine à base de racine de Guimauve (donnée à mâcher aux nourrissons pour leur dentition) 

    - Le mucilage dit "neutre" est constitué le plus souvent de galactomannanes, des polysaccharides (caroubier, guar...), parfois de glucomannanes, d'autres polysaccharides (konjac). Certains de ces mucilages sont improprement appelés gommes (par exemple gomme guar, extraite des graines d'une légumineuse). Leur utilisation s'étend dans différents secteurs industriels (agro-alimentaire, pharmaceutique, cosmétique...) et comme adjuvant des traitements amaigrissants et en diététique infantile, par voie orale.

    - Le propolis est une résine recueillie par les abeilles sur les bourgeons d’arbre ou la sève. La couleur du propolis varie en fonction de la source végétale dont il est tiré, en général, il est brun. Le propolis se consomme à l’état brut. Il est en général vendu sous sa forme brute qui ressemble à une gomme à mâcher. En général, le propolis contient principalement de la résine : 50% résines et baumes, 30% de cire, 10% d’huiles essentielles et 5% de pollen. Le propolis contient aussi de nombreux flavonoïdes, d’oligo-éléments, des minéraux et des vitamines. C’est un antioxydant. Le propolis est utilisé en médecine traditionnelle pour ses propriétés thérapeutiques car il présente de nombreuses qualités bénéfiques pour la santé : antimicrobien, régulateur de la tension artérielle, propriétés de cicatrisation, immunostimulant, anti-cancérigène, anti-tumeur, reminéralisant, tonifiant, anti-ménopause et régulateur de l’hygiène dentaire.

    Voir Info Produits de la ruche

    - La gomme xanthane est un polyoside obtenu à partir de l'action d'une bactérie, la Xanthomonas campestris. Elle est soluble à froid et est utilisée comme additif alimentaire sous le code E415 pour ses propriétés épaississantes et gélifiantes afin de modifier la consistance des aliments (Wikipédia)

    Voir Mycosmetik [archive] + voir Macérât

     

    Hydrocarbure

    Un hydrocarbure (HC) est un composé organique constitué exclusivement d'atomes de carbone (C) et d'hydrogène (H). Sa formule brute est de la forme : CnHm, n et m étant deux nombres entiers naturels non nuls.

    Sous forme de carbone fossile, les hydrocarbures - pétrole et gaz naturel principalement - et le charbon constituent une ressource énergétique essentielle pour l'économie depuis la révolution industrielle, mais sont aussi source de "gaz à effet de serre" issus de leur utilisation importante. L'éthane et le propane sont utilisés pour des applications chimiques à grande échelle. Ces deux gaz sont convertis soit en gaz de synthèse, soit en éthylène et propylène. Les alcènes sont des précurseurs de produits chimiques précieux comme l'éthanol, l'époxyde d'éthylène, l'éthylène glycol, l'acide acétique, l'acide acrylique, l'acrylnitrile et les polymères haute performance. Une autre classe d'hydrocarbures spéciaux est le BTX, un mélange de benzène, de toluène et des trois isomères du xylène.

    Ce sont des ressources non renouvelables (à l'échelle chronologique humaine) dont les gisements commencent localement à s'épuiser ou à être très coûteux et difficiles à exploiter (gisements marins ou très profonds, souvent de moindre qualité), qu'il s'agisse du pétrole1 ou du gaz naturel2.

    Notes de Wikipédia

    1. [fr+en] Yves Mathieu, "Un point sur les ressources en hydrocarbures – 1 - Les liquides pétroliers" [archive] (PDF) IFP Énergies nouvelles 2009.

    2. [fr+en] Yves Mathieu, "Un point sur les ressources en hydrocarbures – 2 - Le gaz naturel" [archive] (PDF) IFP Énergies nouvelles 2009.

    Source et suite dans Wikipédia

    L'essence minérale

    Voir Essence ou huile essentielle

    Voir + dans L'essence minérale (Des produits ''éco...'' pour ma maison)

    Voir aussi, divers

    Climactérique (Lexique "phyto-bota")

    Éthylène (Lexique "phyto-médical")

     

    Hydrolat

    Un hydrolat (eau de distillation, eau distillée aromatisée chargée de molécules aromatiques hydrosolubles) est un extrait d'une plante, aromatique ou non, obtenu par entraînement à la vapeur.

    Font partie des hydrolats les eaux florales, obtenues à partir des fleurs (eau de fleur d'oranger, eau de rose, etc.)

    Vu dans

    Remèdes conseillés en revue

    Huiles essentielles 1. généralités

    La vapeur, en traversant la plante dans l'alambic, se charge des composés aromatiques de l'huile essentielle contenue par la plante. Cette vapeur les entraîne ainsi à travers le col de cygne puis dans le serpentin. Il s'agit donc d'un "entraînement" à la vapeur d'eau de source.

    Tous ces composés volatiles se condensent ensuite dans le serpentin pour donner un distillat qui vient s'écouler dans le vase florentin tout au long de la distillation.

    Essencier ou vase florentin (détail)

    Une partie du cocktail moléculaire et aromatique ainsi obtenu vient alors se décanter en surface dans le vase florentin : l'huile essentielle.

    Au dessous, on retrouve l'hydrolat aromatique : l'eau de source distillée qui s'est enrichie après décantation de principes actifs aromatiques.

    Certains, identiques à ceux présents dans l'huile essentielle, s'y retrouvent en plus faible concentration ; d'autres, hydrosolubles, ne se retrouvent pas dans l'huile essentielle.

    Essenciagua

    [Ainsi] les hydrolats ont souvent, mais pas toujours systématiquement, les mêmes propriétés que l'huile essentielle de la même plante.

    "L'hydrolathérapie" désigne la thérapie par les hydrolats (ou eaux florales).

    Contrairement aux huiles essentielles souvent dangereuses pour les non-initiés, les hydrolats peuvent être utilisés chez le jeune enfant, les femmes enceintes ou les personnes fragiles voire chez les animaux car ils sont souvent très bien tolérés.

    cfaitmaison

    Voir aussi

    Bleuet Centaurea cyanus

    Hydrolat (Remèdes conseillés en revue)

    « Hydrolat » est un terme de pharmacie (Info Macérât)

    Lien externe

    Conseils pour utiliser les hydrolats (Julien Kaibeck) [archive sans vidéo] 

    Voir plus haut Distillation

     

    Katrafay Cedrelopsis grevei Baill. & Courchet

    Voir Katrafay & Famonty

     

    Mots-clés à connaître

    Voir Huiles essentielles 1. généralités

     

    Oléorésine

    Les térébenthines

    Voir aussi Huiles essentielles : généralités

    Une oléorésine est une sécrétion naturelle telle que les exsudats des conifères, des copaïers (espèce d'arbre d'Amérique du Sud).

    Les Indiens d'Amazonie utilisent le Copahu pour se soigner depuis des temps immémoriaux en application externe ainsi que le bois rouge de l'arbre) et des élémis, formée d'une essence et de la résine résultant de l'oxydation de cette essence.

    On recueille les oléorésines par incision du tronc.

    Wikipédia

    Voir plus haut Baume - Gomme

    Les térébenthines sont des résines - oléorésines semi-liquides - retirées du tronc de certaines espèces de conifères et térébinthacées. De consistance molle, formées par la dissolution de principes résineux dans un mélange de carbures liquides. Contiennent des terpènes, des carbures mono et bicycliques, des acides, des alcools à poids moléculaire élevé.

    Principales sortes :

    1. Térébenthine du Pin, dite de Bordeaux, commune : fournie par Pinus pinaster (Pin maritime). Variété officinale, utilisée -purifiée- dans pilules, sirops.

    2. Térébenthine du Mélèze, dite de Venise : fournie par Larix decidua. Variété officinale utilisée pour emplâtres, baumes...

    Voir

    Mélèze Larix decidua

    Térébenthine du Mélèze dite de Venise (Lexique "phyto-médical")

    3. Térébenthine des Vosges, ou d'Alsace : fournie par Abies pectinata (Sapin argenté), utilisée pour obtenir la térébenthine cuite (privée de son essence par ébullition avec l'eau).

    Vu dans Térébenthine(s) JPG

    Voir aussi Pins et Sapins (+ Pistachier) (PDF)

    Lien externe Wikipédia

    Documentation

    Ambre jaune (Remèdes conseillés en revue)

    Gomme-oléorésine (Myrrhe Commiphora myrrha)

    Grains de résine, encens naturel

    Oliban Boswellia carterii Encens

    Récoltez le Labdanum (Cistus creticus)

    L'essence de térébenthine

    L'essence de térébenthine est une huile essentielle obtenue par purification puis par distillation des térébenthines (résines), qu'on utilise pour dissoudre les corps gras, fabriquer des vernis, délayer les couleurs...

    Vu dans Des produits ''éco...'' pour ma maison

    Voir aussi Briques, terre & constructions

    En médecine et en usage interne, on emploie des produits oxydés hydrosolubles de l'essence de térébenthine - en suppositoires ou injections intramusculaires ou intraveineuses - pour leurs propriétés antiseptiques des voies respiratoires... et en usage externe, l'essence de térébenthine est prescrite comme révulsif *.

    Toxique, l'essence de térébenthine peut provoquer des irritations des voies digestives. pneumopathies aiguës et, à forte dose, troubles visuels et auditifs précédant le coma. Les intoxications peuvent être professionnelles (peintures) ou ménagères.

    -----

    * Révulsif ou dérivatif : médication, pratique employée pour provoquer une irritation locale de la peau, afin de drainer et d'attirer à un endroit du corps, vers les téguments (peau, poils), sang, sérosités, humeurs... encombrant une autre région, malade, de l'organisme : sangsues, vésicatoires, sinapismes, ventouses, purgatifs en sont des exemples.

    Vu dans Pins et Sapins (+ Pistachier) (PDF)

    L'essence de térébenthine est surtout obtenue par distillation de térébenthine du Pin (1.), avec eau ou vapeur d'eau non surchauffée. On doit la purifier, car visqueuse, colorée et acide.

    L'essence de térébenthine est 4 fois plus active que la térébenthine.

    Elle est balsamique, expectorant, antiseptique pulmonaire et génito-urinaire : bronchites chroniques et fétides, tuberculose pulmonaire, infections urinaires, cystites...

    Dissolvant des calculs biliaires (lithiase), vermifuge (surtout ténia), hémorragies : intestinale, pulmonaire, utérine, épistaxis, anti-rhumatismal et goutte (interne / externe : névralgies...)...

    Antidote du phosphore, l'essence de térébenthine doit être utilisée par voie interne avec précaution et à très faibles doses.

    La suite dans Térébenthine(s) JPG

    Huile de Haarlem

    L’huile de Haarlem, conseillée par voie orale en cas d’infections des voies urinaires, de bronchites et d’état grippaux, associe l’huile essentielle de térébenthine de pin, l’huile de lin et le soufre...

    La suite dans Immunité : le mot du naturopathe

     

    Poivre

    Le poivre noir (de Madagascar) Piper nigra (ou P. nigrum)

    ... et son huile essentielle bleue !

    AZERTYUIOP

    Merci à Simon Lemesle, d'Astérale, pour ses superbes photos !

    Marie : "Sur un mal de dent appliquée avec un coton tige sur celle-ci ça fonctionne ?"

    Naturatopia : "Oui elle est aussi antalgique dentaire. [Quant au mode d'utilisation au coton tige c'est] sans problème, même si je lui préfère l’HE de Laurier noble pour cette indication".

    Voir Curcuma longa "L'activité thérapeutique du Curcuma est décuplée en présence * de Poivre noirpipérine. La biodisponibilité du Curcuma est ainsi augmentée."

    * Note. "Attention avec le poivre, tu crées une porosité intestinale... c’est comme ça que le poivre fonctionne ! Et c’est comme ça qu’on améliore l’absorption du curcuma. Le poivre crée une irritation intestinale passagère, qui va avoir cet effet. C’est bien connu..." (Christophe d'Althéa-Provence)

    L'Áyurvéda utilise des recettes à base de poivre.

    Documentation

    Les 7 miracles du poivre noir (Nouvelle Page Santé [archive])

    Voir

    Aromatiques Épices 2. Poivres et Piments (pdf)

    Poivre (+ huile essentielle) pdf

    Poivre gris dans Lexique "culinaire"

     

    Quenching ou Totum en aroma et phyto

    Voir Totum et Totum et 'quenching'

    Vu dans 

    Totum ou Quenching en aroma et phyto [archive]
    (Les conseils phyto-aromatiques de Laurence, Pharmacien Herboriste et ses Expertes)

    L'internaute Cilou demande :

    Avez-vous des exemples concrets de quenching ?

    En phyto, on a les rhizomes de Coptis sinensis, plante utilisée comme régulatrice de la glycémie. Elle contient de la berbérine, un alcaloïde potentiellement hépatotoxique. Mais la présence d’autres alcaloïdes diminuent voire annulent les effets toxiques. C’est surtout en aroma que le quenching intervient le plus. Par exemple, le citronnelal est irritant pour la peau, mais la présence d’alpha-pinène (essence de citron par exemple) diminue l’effet irritant du citronnelal.

    Naturatopia

    [Il y a aussi] la déterpénation "hypoallergisante" (Aurélien)

     

    Synergie

    Association de plusieurs facteurs ou de plusieurs méthodes vers la même action physiologique – Synergétique ou synergique : s’appliquant aux complexes d’HE, ce terme indique que chacune renforce l’action des autres (Huiles essentielles 1. généralités)

    Voir Quenching - Totum

    Voir aussi Totum et 'quenching'

    Voir Huiles essentielles Dosages & Synergies

     

    Totum ou Quenching en aroma et phyto

    Voir aussi Quenching et Totum et 'quenching'

    Vu dans Totum ou Quenching en aroma et phyto [archive]
    Les conseils phyto-aromatiques de Laurence, Pharmacien Herboriste et ses Expertes

    2-Lexique Botanique-Phyto-Condiments

    "Je remercie Kevin Burdin du site Naturatopia pour cette belle explication en image" Laurence

    "Le TOUT est plus grand que la somme des parties"

    Cette expression attribuée à Aristote, mais aussi à Confucius, contemporain de Lao-Tseu (v. Annexe philosophique), Avicenne voire Pascal... décrit bien le concept moderne de la synergie (+ voir synergie)

    Elle résume un principe évident pour quiconque, par exemple, a déjà pratiqué un sport d’équipe : ensemble, on peut aller plus loin.

    Vu (et actualisé) dans Kit-Respiration

    Voir aussi PELT Jean-Marie 1933-2015