• 2-Pâquerette (macérât)

     

    Il est (prin)temps de préparer son macérât huileux de pâquerettes !

    Bellis perennis

    Le macérât de fleurs de pâquerettes s'obtient en faisant infuser les fleurs de pâquerette - sèches ou fraîches - dans une huile végétale pour en extraire les principes actifs liposolubles.

    2-Pâquerette (macérât)

    L'École Lyonnaise de Plantes Médicinales & des Savoirs Naturels a choisi l'huile d'olive 1 idéale pour tout macérât huileux. C'est une huile mono-insaturée qui est stable à température ambiante et qui s’oxyde très peu.

    _____

    1 Remarques : le « macérât » est le résultat de la macération (laisser tremper longtemps) de la plante (fraîche ou sèche) dans un liquide. Quand on utilise de l'huile, on l'appelle « macérât huileux » ou « huile à (au) ... » ou encore « extrait huileux ». L’huile d’Olive 1ère pression à froid [ou autre] ne se conservant pas longtemps - rancit vite - certains conseillent d’utiliser plutôt de l’huile de Tournesol raffinée [ou autre] qui préservera au mieux les principes actifs de la préparation (mise à jour 14/06/2013 du pdf Millepertuis) (vu dans Macérât)

    Cependant rien n'interdit de se procurer de l'huile d'olive bio de première pression à froid de belle qualité, sachant qu'elle va être appliquée sur la peau ! L'huile de Tournesol (non raffinée) n'est pas stable et risque de rancir, idem pour l'huile Sésame, elles sont toutes les deux poly-insaturées. Si l'on n'aime pas le "raffinage", il faut donc choisir une huile mono insaturée : Olive ou des huiles / beurres saturés : Coco, Cacao, Ghee.
    (
    École Lyonnaise de Plantes Médicinales & des Savoirs Naturels)

    Propriétés

    • Raffermissant ventre, galbant bras, cuisses, cou, buste, décolleté...
    • Tonique cutané avec effet tenseur, favorise la tonicité de la circulation sanguine.
    • Réparatrice et apaisante. Intervient dans le soulagement des tissus enflammés et abîmés, décongestionne les zones œdémateuses.
    • Restructurante et nourrissante. Idéale pour les suites de grossesse.

    Indications / utilisation

    • Peaux fatiguées et manquant d'élasticité et de fermeté, toutes les peaux matures.
    • Peaux délicates, sujettes aux rougeurs.
    • S'utilise en tant que phase huileuse dans les préparations minceurs, les soins "fermeté de la peau" et tenseurs du buste et du décolleté.
    • Appliqué sur la peau, pas besoin de rincer le macérât huileux de pâquerette, qui peut éventuellement servir de démaquillant.

    Il est possible d'associer 2 macérâts huileux

    pour allier leurs propriétés et optimiser les résultats. Par exemple Pâquerette et Arnica pour soulager les douleurs articulaires et musculaires. Rappelons que l'on prépare les macérâts avec une huile végétale (obtenue par pression d'une partie de plante oléagineuse telle que olive, arachide, noisette, noix...) et qu'un macérât huileux est une macération de plantes dans une huile végétale (on trouve souvent cette erreur sur les étiquettes !). Ainsi, il faut procéder comme indiqué dans la recette ci-dessous et après mélanger deux macérâts, le cas échéant. Belle cueillette ! (École Lyonnaise de Plantes Médicinales & des Savoirs Naturels)

    ... et/ou des huiles essentielles

    D'autres recettes

    Soin galbant et raffermissant

    Ajoutez au macérât de pâquerette :

    • HE de
      • Géranium rosat
      • Hélichryse de Corse (ou italienne) ou Immortelle
      • Ylang ylang
    • et vitamine E

    Soins post grossesse

    En cas de vergetures et pour retendre la peau, ajoutez au macérât de pâquerette : 

    Sauf pour les mamans qui allaitent évidemment ! 

     

    Matériel / ingrédients

    • de l’huile d’olive biologique
    • un pot en verre avec un couvercle pour la macération
    • un filtre à café ou un tissu (le tissu permet de mieux extraire les actifs des plantes)
    • un bol inox pour filtrer
    • un petit entonnoir
    • un flacon en verre pour conserver le macérât

    Préparation

    • Coupez 1 à 1 les fleurs de pâquerette (fraîches ou sèches)

    Pour les fleurs fraîches, veillez bien à ce qu’elles ne soient pas humides : cueillez-les en fin de matinée lorsque la journée est bien ensoleillée puis laissez-les sécher sur un torchon et/ou essuie-tout de trente minutes à une journée (selon le degré d'humidité).
    Mais rien ne presse ! Laisser les pâquerettes sécher un peu est mieux pour la conservation du macérât !

    • Placez-les dans le pot en verre.
    • Ajoutez l’huile d’olive de façon à recouvrir intégralement les fleurs.
    • Refermez bien le récipient, puis secouez délicatement.
    • Ôtez le couvercle pour placer le morceau de tissu ou de gaze sur le dessus du pot, entouré d’un élastique : l’huile doit respirer car il reste toujours un peu d’humidité.
    • En replaçant le couvercle, surtout ne le vissez pas, pour éviter les moisissures.
    • Le macérât de fleurs de pâquerette est obtenu pendant au moins 21 jours (jusqu’à 40 jours) exposé au soleil. Remuez régulièrement le mélange.
      • En hiver, placez le pot près d'une source de chaleur (poêle, radiateur).
      • Le bain-marie est aussi une solution pour un résultat plus rapide : il suffit de chauffer le pot et son contenu 2 heures au bain-marie.
    • Filtrez ensuite la macération (versez dans le bol inox) et embouteillez en flacon de verre (à l'aide de l'entonnoir).
    • L’huile d’olive étant stable, il n’est pas nécessaire d’ajouter des huiles essentielles ou autres conservateurs 2. Vous pouvez ajouter quelques gouttes d’huile essentielles de lavande vraie (Lavandula angustifolia) ou de citron (dosage : 1 à 5 %) soit 1 goutte pour 100 ml.

    _____

    2 Un macérât huileux peut se conserver très longtemps, en fonction de l'huile utilisée. Comme conservateur, des huiles essentielles à 1,5 % minimum ou quelques gouttes de vitamine E feront l'affaire (Slow Cosmétique). Les quantités seront, bien entendu, à ajuster selon le poids. (vu dans Macérât)

    • Étiquetez en précisant la date de fabrication.
    • Conservez 1 an à l’abri de la chaleur et de la lumière et stocké dans un endroit frais.

     

     

    .¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.

    .¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.

    Source principale pour le macérât

     

    Documentation

     

    Les Asteraceae

    Une famille incontournable, les Asteraceae, la famille la plus riche en espèces au monde, de toutes les plantes à fleurs (plus de 22 000 espèces).

    Nous sommes ici avec la pâquerette... En fait c’est plus d’une centaine de fleurs. Chez toutes les Asteraceae, ce que vous voyez c’est une inflorescence très compacte qui porte un nom, le capitule. Le capitule de la pâquerette et d’un certain nombre d’autres Asteraceae a pour particularité d’avoir deux types de fleurs. Vous avez des fleurs au centre qu’on appelle des fleurs tubulées et des fleurs tout autour qui sont ligulées (fleurs en languette).

    Vous connaissez déjà plein de capitules exactement de ce type, par exemple le tournesol ou la marguerite. Mais il existe aussi d’autre types de capitules, par exemple des capitules formés uniquement de fleurs ligulées, c’est le cas du pissenlit, ou encore des capitules formés uniquement de fleurs tubulées, c’est un petit peu moins courant mais ça existe quand même.

    On mange beaucoup d’Asteraceae : la laitue, lartichaut, par exemple, sont deux exemples d’Asteraceae.

     

    Divers, voir

     

     

     

    haut de page