• 3-À propos d'Arts Martiaux et de Muscu

    Page mise à jour en mars 2018

    À propos d'Arts Martiaux et de Muscu

    6 perfections à cultiver

    La générosité (antidote de l’avidité)
    La moralité (antidote de la luxure)
    La patience (antidote de la colère)
    L’énergie vigilante (antidote de la paresse)
    La méditation (antidote de la distraction/ dispersion)
    La sagesse (antidote de l’ignorance)

    Récapitulation de quelques principes

    Étirements, mode d’emploi

    Relaxations

     

    Bien s'étirer après une séance de sport

    Fiche réalisée à partir de l'ouvrage Savoir s'étirer de Christophe Carrio
    (Éditions Thierry Souccar - www.christophe-carrio.com)

    Pour se mouvoir et se maintenir, le corps utilise un système de chaînes reliant muscles, tendons et articulations entre eux.

    Un muscle trop raide peut avoir des conséquences sur l’ensemble de la chaine musculaire à laquelle il est rattaché.

    Voilà pourquoi une petite séance d’étirements après tout exercice physique est indispensable.

    Vous prévenez ainsi les blessures, entorses, tendinites, courbatures, douleurs...

    Il existe 2 catégories d'étirements à effectuer après sa séance

    Les étirements actifs

    Ces étirements, souvent laissés de côté, répondent pourtant aux exigences de nos activités physiques. Durant ces étirements, certains muscles (agonistes) se contractent, tandis que d'autres (antagonistes) s'étirent.

    Quand la limite d'étirement de ce dernier est atteinte on exerce une légère pression pour augmenter de 10% l'amplitude du mouvement.

    Une inspiration profonde au commencement et une expiration lente pendant l'étirement vous aidera à gagner de l'amplitude.

    En pratique : allongé sur le dos, tendez progressivement une de vos jambes à la verticale.

    Une fois votre limite atteinte, saisissez votre pied et ramenez-le vers vous (de 10%)

    Gardez la pose 1 à 2 seconde(s)

    Relâchez doucement la jambe et retrouver la position de départ.

    Renouvelez l'exercice 6 à 12 fois en tentant d'augmenter votre amplitude à chaque répétition.

    Bienfaits : ces étirements améliorent la circulation sanguine et lymphatique (pratique contre la cellulite !)

    Les étirements statiques

    Nommés également Stretching statique, ces étirements sont les plus utilisés. Il suffit d'adopter une posture et de la garder 12 à 30 sec. (pour que les fibres puissent s'étirer) en respirant profondément.

    Ces étirements sont utilisés dans différentes techniques bien-être, comme le Yoga ou le Tai-chi (Tai Ji Quan)

    La respiration doit demeurer ample et profonde.

    En pratique : face à un banc, posez le pied droit sur le dossier (légèrement incliné) et tendez les bras vers le ciel, le plus haut possible. Gardez la pose 15 à 20 secondes, puis changez de pied.

    La sensation d'étirement ne doit ni être douloureuse, ni agréable, mais entre les deux.

    Les bienfaits : combiner respiration profonde et étirements statiques favorise le relâchement musculaire profond et par voie de conséquence, une meilleure relaxation.

    Bon à savoir

    Vous devez vous étirer avant votre séance de sport, après et un peu pendant vos temps libres : vous gagnerez en souplesse et en bien-être, vous verrez.

    Enfin, il est bon de faire suivre ses séances d'étirements par quelques "auto-massages".

    Aller à Étirements « Arts Martiaux »

    Aller à Étirements et récupération

    Aller à Étirements mode d'emploi

     

    Les 9 commandements du TFW

    « Training For Warriors », institution créée par Rooney Martin 

    1) Ne pas sacrifier la technique au profit de l’intensité

    Ce commandement est tellement vrai. En effet, il est fréquent de passer à un niveau supérieur sans pour autant maîtriser l’actuel. La conséquence est simple : la technique s’appauvrit encore plus, pouvant entraîner des conséquences négatives sur le corps.

    Exemple, le Swing avec le Kettlebell (KB). Il s’agit d’envoyer  le KB d’entre les jambes jusqu’au niveau des épaules avec les bras  tendus. Le mouvement est contrôlé par les hanches/cuisses. Or l’erreur du débutant est de solliciter les bras. Au début, le poids est léger, donc « ça passe » mais dès que le poids augmente, c’est le dos qui subit (car le dos s’enroule).

    Il faut donc assimiler le geste avant de changer de niveau. Il est tentant d’évoluer vers un niveau plus élevé mais cela ne doit pas se faire au détriment de la technique.

    2) Ne pas confondre fatigue/douleur et être productif

    Le but d’un entraînement n’est pas d’être fatigué à la fin de la séance. Il se peut en effet qu’elle occasionne des douleurs, mais ce  n’est pas l’objectif.

    L’objectif est de créer des adaptations pour son corps.
     
    3) Prendre suffisamment de récupération entre les sessions

    Certes, vous voulez vous améliorer (gain musculaire, perte de poids…) vite et de manière importante, mais ne négligez pas pour autant la récupération.

    Chaque phase d’un entraînement a son importance. La séance en elle-même est l’initiatrice des futures adaptations, la récupération permet à ces dernières de se mettre en place.

    4) Surveiller et noter notre Fréquence Cardiaque (FC)

    La FC et sa capacité à récupérer sont essentielles pour comprendre le niveau de performance d’une session et si oui ou non vous vous êtes amélioré.

    5) Choisir des exercices et des charges appropriés

    Le titre parle de lui-même… mettez des exercices que vous maîtrisez dans l’intégralité.

    De plus, la charge ne doit pas dégrader la gestuelle du mouvement.

    6) Toujours surveiller les ratios travail/repos

    Tout le monde n’a pas la même condition physique, certains auront besoin de plus de temps de récupération en cas de problème de santé par exemple ou au début de séance pour le débutant : s'il a besoin de plus de temps de récupération, il le prend ; cela s’applique souvent aux ratios négatifs du style 50/10 (50 sec d’effort et 10 sec de récupération) d’où temps de récupération moins long.

    Il faut en conséquence adapter les ratios à sa condition physique.

    7) Suivre une progression dans son entraînement

    Vous voulez progresser, alors adaptez votre entraînement en conséquence. Pourquoi ?

    Si vous faites toujours la même chose, votre corps n’évoluera plus. Il faut donc varier ces séances (changement de ratio, passer d’endurance musculaire à l’hypertrophie musculaire). Il faut « choquer » le corps, lui envoyer un message qui dit « aujourd’hui, on change de format ». Il ne demande que ça !

    Pourquoi d’après vous les résultats stagnent-ils ? Le contenu de la séance ne varie pas...

    8) Planifier ses objectifs

    Ultra important. Décortiquer vos objectifs en sous-objectifs,  c’est-à-dire créer un objectif sur le long terme et d’autres sur le  court terme.

    Par exemple, je veux perdre 15 kg en 3 mois, ceci est mon objectif sur le long terme. À présent je le découpe en 3 sous-objectifs (= court terme). Je pourrais dire : « je veux perdre 5 kg tous les mois » (conseil : ne pas mettre la barre trop haut = objectif réalisable)

    L’intérêt est de ne pas perdre pas de vue ce que vous recherchez. Les objectifs sur le court terme permettent de suivre l’avancement et de vous maintenir sur le cap fixé.

    9) Faire un échauffement adapté avant la séance

    Espérons que vous savez intégrer l’importance de l’échauffement... À la question : « quels sont les intérêts d’un échauffement ? », il y a plusieurs réponses : 

    Celle qui vient à l’esprit est d’éviter les blessures et c’est vrai.

    Cependant, le rôle de l'échauffement est aussi d’améliorer la performance (gestuelle plus précise, meilleure coordination) impactant sur les muscles qui se contractent et se relâchent plus rapidement…

    Ne supprimez ou ne bâclez jamais un échauffement !

     

    Les mythes de la salle de sport

    Men’s Health via le blog de Leuk Sénégal, rubrique "conseils sportifs" (04/12/2014)

    Dans une salle de sport, tous les conseils ne sont pas forcément bons à prendre... Le point sur toutes ces idées reçues qui traînent entre les haltères et les bancs de développé.

    1er mythe : Augmenter sa consommation de protéines booste la croissance musculaire
    La vérité : Quoi que vous consommiez, si vous mangez trop, vous grossirez. La croissance musculaire est le résultat du stress (entraînement) et de la récupération (alimentation et repos). S’il n’y a pas assez de stress, il n’y a pas de muscle. Ajouter des protéines à votre régime ne va donc pas suffire à accélérer votre croissance musculaire. Les suppléments sont conçus pour aider la récupération après les exercices, mais si vous ne vous entraînez pas suffisamment, vous n’en avez pas besoin.
    2e mythe : De faibles charges et de nombreuses répétitions font prendre de la masse
    La vérité : La plupart des formes d’entraînement en résistance construiront du muscle pour les débutants, mais lorsque votre corps commence à s’adapter, vous avez besoin d’ajouter plus de poids pour continuer à progresser. La clé est que votre niveau de force est la base de votre développement musculaire – plus vous êtes fort, plus vous pouvez soulever lourd, ce qui signifie plus de croissance musculaire. Vous perdrez du poids avec un tel mode d’entraînement, mais pour des gains plus importants, les charges doivent être lourdes.
    3e mythe : Courir sur un tapis roulant est mieux pour les articulations
    La vérité : Il y a trois différences entre la course sur un tapis roulant et celle en extérieur. La résistance à l’air, la variété des terrains et le fait que le tapis assiste les mouvements de vos jambes. Courir dehors expose votre corps à de nombreuses épreuves, notamment en ce qui concerne la stabilité des muscles. Le tapis roulant est donc plus simple, mais a un prix : vous brûlez 5 % de calories en moins. Alors pour perdre votre brioche, allez gambader dehors.
    4e mythe : Vous pouvez manger ce que vous voulez quand vous souffrez
    La vérité : Chacun sait que le meilleur moment pour manger est après l’entraînement. Vos réserves de glycogène sont insuffisantes et vos protéines musculaires ont été dévastées par l’entraînement. L’apport d’hydrates de carbone et de protéines vous aide donc à vous reconstruire. Mais pouvez-vous consommer n’importe quoi lorsque vous avez mal ? Non. Une fois que vous avez rétabli vos niveaux de glycogène, tout surplus de gras ou d’hydrates de carbone va vous engraisser, et ce quelle que soit votre douleur.
    5e mythe : Pour des tablettes de chocolat, rien de mieux que 100 crunches par jour
    La vérité : Non, 100 crunches par jour vous garantissent simplement des maux de dos. Des recherches menées par le Dr Stuart McGill, spécialiste du dos, montrent que vous ne pouvez pas supporter plus d’un certain nombre de mouvements type crunches : au-delà, c’est la blessure qui vous guette. Si vous voulez travailler vos abdominaux, orientez-vous plutôt vers des planches latérales ou des roll-out. Et n’oubliez pas que les abdos dépendent surtout d’une alimentation saine : protéines maigres et légumes à chaque repas.
    6e mythe : Un bon entraînement doit se finir à l’agonie
    La vérité : Tout dépend de ce que vous voulez faire. Quand vous finissez complètement rincé, c’est bien souvent parce que vous n’êtes pas en grande forme, ou que votre volume d’entraînement est trop élevé pour vous et a endommagé vos muscles. Reprenez donc votre programme avec moins de charges ou de répétitions, et augmentez progressivement les semaines suivantes.

     

    Les exercices de base de musculation

    D'après www.fitness-forme.com et musculation.ooreka.fr

    Voir aussi MUSCU exercices de base

    Ces exercices poly-articulaires (qui sollicitent plusieurs articulations) requièrent un maximum d'énergie et sont de véritables stimulants des hormones de croissance, qui combattent les graisses.

    3-À propos d'Arts Martiaux et de Muscu

    Ces mouvements renforcent l'ensemble du corps.
    Ils reproduisent les mouvements naturels de pousser / tirer du quotidien.

    • Le développé couché

    Reproduit un mouvement de pousser en avant.

    Cet exercice de base procure force et puissance. Il développe le volume de vos pectoraux ainsi que de tous les autres muscles du thorax.

    • Le squat

    Reproduit un mouvement de pousser sur les jambes.

    Lors du squat, ce sont tous les muscles qui participent à l'effort intense, des abdominaux, muscles jouant le rôle de stabilisateur, aux muscles du dos, en passant bien évidemment par les cuisses, groupe musculaire le plus sollicité ici.

    • Le développé nuque

    Le développé nuque reproduit un mouvement de pousser en haut.

    Cet exercice est parfait pour gagner de la force dans les épaules. Les trois faisceaux du deltoïde sont sollicités.

    • Les tractions à la barre fixe

    Reproduisent un mouvement de tirer.

    Cet exercice permet de solliciter l'ensemble du dos (dorsaux, trapèzes). C'est le meilleur pour acquérir un dos évasé et des épaules larges.

    • Les fentes avant

    Reproduisent un mouvement de flexion des jambes.

    Cet exercice est particulièrement indiqué pour solliciter les fessiers.

    • Le curl à la barre

    Reproduit un mouvement de flexion des bras.

    C'est l'exercice idéal pour développer les muscles des bras et avant-bras, un mouvement incontournable pour les personnes désireuses d'acquérir de la force et de la poigne. D'autres muscles comme les épaules ou les stabilisateurs, abdominaux et lombaires, participent également à l'effort au cours de ce mouvement.

     

    À propos d'Arts Martiaux

    Divers et disciplines, dans Yantra (articles, pages et pdf)

     

    Des postures de Yoga (FP)

     

    À propos de musculation...