• 3-Escrime : 3. valeurs et bienfaits

     

    Les valeurs

    • Philosophiquement, le respect de l'autre, le respect des règles et le courage sont des valeurs primordiales de l'escrime : les tireurs se saluent avant l'assaut, et puis une fois l'assaut terminé ils se remercient l'un l'autre et se serrent la main avant de se quitter. D'ailleurs si l'un des tireurs ne respecte pas cette règle (jette son masque, ne salue pas son adversaire, etc.) il risque une exclusion pour toute la saison.
    • Intellectuellement, la maîtrise de soi et la créativité sont également à la base de ce sport. Lors d'un assaut, des qualités d'anticipation, d'élaboration d'un projet tactique de précision sont sollicitées en permanence. L'aspect tactique en escrime est très important ; il est possible de comparer la stratégie adoptée par les tireurs à un jeu de Pierre-papier-ciseaux, mais en bien plus complexe.
    • Physiquement, l'escrime exige, et contribue à, une grande souplesse, l'acquisition de réflexes, une flexibilité et une rapidité dans tous les mouvements. La coordination inter-segmentaire, une grande force statique et explosive au niveau des membres inférieurs associés à de l'endurance, font de l'escrime de compétition l'une des activités sportives les plus éprouvantes.

     

    L'escrime contribue à développer et renforcer ces valeurs, dans une harmonie du corps et de l'esprit.

     

    Sources

     

     

    Les bienfaits

    L’escrime pour tous

    Quel que soit le cadre ou la pratique de l’escrime, cette dernière se caractérise avant tout par son esprit et les valeurs qu’elle véhicule depuis des siècles.

    « Surtout n’allez pas croire que le but de l’escrime
    Est de porter secours à qui médite un crime.
    Car sa tâche plus belle est de mettre à profit
    Les qualités du corps et celles de l’esprit. » 
                    

    Maître Justin LAFAUGÈRE - L’esprit de l’escrime

     

    L’escrime a des vertus éducatives pour l’enfant. Elle permet d’épanouir sur le plan physique et mental, et prépare à développer 3 qualités physiques maîtresses qui sont :

    1. l’observation,
    2. la vivacité de jugement et
    3. l’esprit de décision.

     

    Elle offre aussi aux adolescents et aux adultes selon leurs goûts, un excellent dérivatif physique et intellectuel, ou l’attrait de nombreuses compétitions de différents niveaux. C’est également un exercice et un sport parfaitement adapté à la femme où la pratique est possible sans préjudice lié à la puissance physique.

     

    L'escrime est un sport d'opposition

    L'affrontement ne se présente pas dans des conditions semblables à celles des autres sports : l'utilisation d'une arme a pour conséquences d'imposer des règles de sécurité, d'éloigner les protagonistes et donc modifier l'espace d'intervention de l'élève.

    Par intermédiaire de l'arme, une relation se crée entre les deux escrimeurs sur le plan psychologique et psychomoteur.

 Comme tous les sports d'opposition, c'est un sport individuel se pratiquant à deux, dans lequel il en peut y avoir dépassement de soi-même qu'à travers l'autre.

 

    L'arme permet de rétablir l'équilibre des forces entre deux élèves. Elle oblige l'impulsif et le violent à se maîtriser. Au contraire, celui qui est plus réservé, sous le masque, pourra davantage s'exprimer. La manipulation fine de l'arme répondra à la force physique.

     

    Les apports de l’escrime sur un plan psychologique 

    La confiance en soi

    Le port du masque permet à l'élève de s'exprimer plus librement. Il ne doit compter que sur lui-même pour sortir vainqueur de l'affrontement.

    La courtoisie, la loyauté

    Le cérémonial est le signe extérieur de l'engagement tacite de respecter l'autre. L'arbitre établit un climat de politesse : on salue son adversaire en début et fin de combat. À la fin de l'assaut, après le salut, la poignée de main rappelle la courtoisie vis-à-vis de l'adversaire

    L'attention

    Elle est la qualité dominante développée. La situation de face à face dans un espace limité, ainsi que le champ visuel restreint, favorisent la concentration : elle est indispensable à l'observation des actions et réactions de l'adversaire

    La maîtrise de soi

    La nécessité de contrôler en permanence les actions à entreprendre et les réactions de l'adversaire, oblige à maîtriser ses émotions (impulsivité, colère, abattement, enthousiasme excessif)

     

    L’escrime a également des avantages sur le plan psychomoteur et intellectuel. Ce sport est tout aussi bon pour le physique. En effet, autant les exercices d’étirement que ceux de renforcement musculaire permettent de développer la force, la vitesse et la souplesse. D’où une action positive sur le plan psychomoteur et une amélioration de la condition physique.

    De plus, l’escrime permet de mieux connaître son corps par une prise de conscience des différentes actions et réactions accomplies lors d’un assaut. Ce sport atténue l’asymétrie : lors des différents exercices, le pratiquant est amené à répéter des déplacements latéraux en vue de perfectionner sa gestion de l’espace. D’ailleurs, l’escrime est une pratique qui peut être utilisée pour venir à bout de certaines malformations (handisport) (extraits : Tendance-mag.com). La pratique de l’escrime y est évidemment adaptée et complémentaire à la rééducation kiné et est soumise à l’aval du milieu médical.

     

    Voir aussi

     

    Escrime handisport   

    L'escrime peut être pratiquée selon les handicaps...

    • Elle bien adaptée pour tétraplégie, poliomyélite, amputation ou atteinte de membre inférieur.
    • Elle est possible pour IMC (Infirmité Motrice Cérébrale) debout ou en fauteuil, handicap visuel, amputation ou atteinte de membre supérieur.

     

    Une escrime à part entière qui s'adapte bien à sa pratique en fauteuil roulant.

    Les échanges sont très rapides et les règlements sont proches de l'escrime traditionnelle. La technique fondamentale reste la même, mais des règles particulières sont appliquées.

    De plus en plus d'entraînements communs handicapés / valides sont organisés. De plus en plus de compétitions ont lieu en commun (sur un même site) permettant ainsi d'intégrer de façon plus concrète les sportifs handicapés à la communauté des escrimeurs.

    Il existe des compétitions handisports au niveau national et international.

    Certaines salles proposent aussi de l'escrime pour les mal et non voyants qui tirent debout et se repèrent grâce au contact entre les lames. Pour qu'une touche soit valable, il est nécessaire qu'il y ait contact de fer avant la touche.

    • L'escrime est intéressante pour la rééducation des personnes paraplégiques.

     

    L'escrime sur le plan psychomoteur

    Structuration du schéma corporel

    L'utilisation de l'arme modifie l'espace d'intervention du tireur et l'amène à mieux prendre conscience de son corps. Par la nature même du jeu, flexions et extensions des bras (armé et équilibrateur), et des jambes (fente et retour en garde) sont largement utilisées.

    Affirmation de la latéralité

    La position à l'amble (la jambe qui correspond au bras armé est en avant) favorise un renforcement de la latéralité, de même que le maniement de l'arme à une main.

    Contrôle de l'équilibre

    Il passe par une maîtrise des appuis lors des différents déplacements.

    Organisation de l'espace

    La gestion de la distance par rapport à l'adversaire et l'intégration de l'aire d'évolution développent une meilleure organisation dans l'espace.

    Coordination spécifique à l'escrime

    Elle se traduit par l'antériorité de l'action de la main et du bras sur les jambes.

    Traitement de l'information

    Chaque situation prévue ou non prévue entraîne une réponse adaptée.

    Précision

    Techniquement, la coordination entre le geste et l’observation est appelée relation oculo-manuelle : cette coordination est développée dans la conduite de la pointe vers la cible. Cette technique développe certains traits de caractère comme la confiance en soi et la maîtrise de soi.

     

    Sources

     

     

    Rééducation

    Art de manier le fleuret, le sabre et l'épée, l'escrime fut d'abord un moyen de combat avant de devenir un sport à part entière.

    De l'Escrime orthopédique

    « L'Escrime peut être employée sur les enfans avec avantage, comme moyen de corriger quelques vices de conformation peu marqués, ou des habitudes vicieuses dans la tenue du corps, pourvu quelles ne soient pas encore trop fortement enracinées. Ainsi  lorsqu'un jeune garçon ou une jeune fille porte mal la tête, soit de côté, soit baissée vers la poitrine; ou si le corps porte ordinairement plus sur une hanche que sur l'autre; si une épaule est plus hante ou plus portée en avant que l'autre , ou si toutes les deux portent en avant ; dans tous ces cas l'escrime et le bâton peuvent amener en peu de temps le redressement des parties anormales.

    Le maître commencera par apprendre à l'élève les deux premières positions de l'escrime, et le fera beaucoup marcher et rompre; lorsqu'il sera dans la première position, il fera souvent redresser la tête par le commandement: tête haute, et la lui fera tourner à droite et à gauche, par les commandemens tête (à) droite, tête (à) gauche. Ensuite il devra lui apprendre tous les exercices de l'école du soldat sans armes. Puis il lui fera reprendre le fleuret, porter les bottes, prendre les parades et tirer le mur, mais en se fendant très peut, et selon ses moyens physiques. En répétant souvent ces exercices on obtiendra au bout de quelque temps des succès remarquables.

    Lorsque l'élève commencera à se fendre avec aisance, et à avoir la main plus légère, s'il pèche surtout par de la raideur dans les articulations des bras et des jambes, il faut lui montrer les voltes du bâton.

    J'ai souvent enseigné les premiers principes de l'escrime et du bâton à de jeunes demoiselles, dont plusieurs étaient très bien conformées d'ailleurs, et j'ai toujours remarqué que ces exercices, tout en facilitant le développement de leurs membres, donnait une tenue et une marche gracieuses; elles se trouvaient aussi bien mieux disposées pour apprendre à danser. Il faut cependant bien connaître le maître auquel on confie cette partie de l'éducation des jeunes gens; car s'il n'enseignait pas de bons principes, loin d'assouplir les membres de ses élèves, il les raidirait; il doit en outre être très intelligent, pour pouvoir juger de ce qu'il convient de faire faire à l'élève, d'après son sexe et ses forces; sinon il pourrait donner à une jeune demoiselle des habitudes de corps et une démarche masculines, ou exténuer un jeune garçon en le fatiguant trop. »

    B. De Bast, Manuel d'escrime (chapitre XVI) J Kips, JHg - Imprimeur Éditeur - La Haye - 1836

    Capitaine De Bast, ancien professeur de toute arme et gymnastique à la Société Royale et Chevalière de St Michel, à Gand (ville belge néerlandophone en Région flamande)

    Savate-story.com

     

    En Isère, Francis Hanicotte, escrimeur devenu kinésithérapeute, fut le premier à adapter et à utiliser l'escrime pour personnes handicapées en tant que suivi de rééducation, au Centre Médico-Universitaire Daniel Douady (CMUDD) à Saint-Hilaire-du-Touvet, s'intéressant tout particulièrement aux sujets paraplégiques et tétraplégiques (fabrice.moufle.free.fr) Il utilise son sport dans la rééducation de jeunes handicapés à la suite d'un accident, mais il a aussi contribué au développement de l'escrime en fauteuil et accompagné ces sportifs jusqu'au plus haut niveau.

     

    Voir aussi

     

    On conseille aux femmes de faire de l’exercice (marche, nage, vélo, jogging) après un diagnostic de cancer du sein. On peut y ajouter la musculation : elle prévient l’augmentation d’un marqueur du risque de récidive, la CRP (protéine C réactive)

    Extraits de l'article de American Association for Cancer Research (février 2018)

    « La CRP a diminué au fil du temps chez les femmes participant à l'entraînement en résistance |...]

    (CRP decreased over time among women participating in resistance training |...])

    Conclusions : L'entraînement en résistance peut réduire l'inflammation et améliorer les profils des voies d'insuline, mais l'ampleur et le degré de bénéfice de l'exercice peuvent dépendre de la force des femmes, d'un marqueur possible de l'entraînement et / ou d'une perte de poids.

    (Conclusions: Resistance training may lower inflammation and improve insulin pathway profiles, but the magnitude and degree of benefit from exercise may depend upon whether or not women gained strength, a possible marker of compliance with training, and/or lost weight during exercise.)

    Impact : Les futurs essais d'entraînement en résistance devraient tenir compte de ces facteurs d'influence potentiels, car ils peuvent déterminer dans quelle mesure l'exercice peut ralentir la progression du cancer et prévenir la récurrence de la maladie.
    [...]

    (Impact: Future resistance training trials should consider these potential influencing factors as they may determine how well exercise can slow cancer progression and prevent disease recurrence. [...]) »

    Lire l'intégralité de l'article avec la traduction française en regard sur https://translate.google.fr

     

     

    Les autres pages de l'Escrime

    Intro

    1. L'historique

    2. Technique et vocabulaire

     

     

    Haut de page