• 3-Marches 2. En forêt

    Page en construction

    Voir Marches 1. À pied

    Marches En forêt

    La nature comme médecine préventive

    Shinrin-Yoku

    Le Shinrin-Yoku, littéralement « bain de forêt », est né au Japon dans les années 1980, mais les avantages pour la santé de cette activité consistant à passer du temps en forêt sont reconnus dans d’autres cultures.

    Cependant, seul le Japon a fait de cette pratique une pierre angulaire de sa politique de médecine préventive. Si nous sommes encore en hiver, nous aurons hâte d’être au printemps afin de prendre de revigorants bains de forêt !

    Si vous le pouvez, privilégiez la marche en forêt ou dans un parc, plus bénéfique pour le bien-être que la marche en milieu urbain, probablement parce que notre cerveau est moins dérangé par les bruits, les feux rouges, la pub, etc.

    Les chercheurs parlent de "bain de forêt* et on peut le prendre à plusieurs !

    Vu dans MUSCU le « cardio »

    * La vidéo sur YouTube [en] : Introduction to Shinrin Yoku

    [https://www.youtube.com/watch?v=LUfbMIGcxkM] YouTube 23 avril 2013

    Voir aussi

    Le bain de forêt : pour doper son immunité (Femme Actuelle)

    Les bains de forêt (Le pouvoir thérapeutique des Arbres)

    Les bienfaits d’une balade en forêt (Rustica)

     

    Chakra et

    Reiki celtique

    Le Reiki Celtique est une thérapie énergétique utilisant l'énergie qui provient de la Terre Mère et se canalise au travers du 1er chakra (Racine)

    Le Reiki Celtique est une variante du Reiki Usui, fonctionnant à l’aide de vibrations spécifiques d’arbres et d’arbustes ainsi que d’autres énergies provenant de la Terre, pour aider à la guérison et à la manifestation.

    Lire la suite sur Reiki et Chakra celtiques

     

    Récolter écorces, chatons et bourgeons...

    Se soigner avec les arbres médicinaux

    Qu’est-ce que le bois ?

    Le bois sous toutes les couleurs, saveurs, douleurs… On en teint, on en mange, on s’en soigne, on y écrit, on y fume la pipe, on le date, on le colle, on le tourne, on le transforme en étoffe, on en bâtit des immeubles, et même, on le modifie génétiquement

    La Garance voyageuse N°132 spécial « Bois » (Tela Botanica)

    Les arbres ont longtemps constitué des classiques de la médecine populaire. Ils peuvent procurer de précieux remèdes naturels, à utiliser sous des formes simples : tisanes (1), bains (2) ou encore sirops (3).

    De nos jours, ils sont surtout recherchés par certains laboratoires de phytothérapie pour leurs bourgeons. En gemmothérapie, celui du séquoia, par exemple, est un tonique de l’organisme, conseillé pour la longévité.

    Dès la fin de l’hiver, on peut dénicher de nombreux autres trésors médicinaux dans les troncs, les fleurs ou encore la sève de certaines espèces qu’il faut apprendre à récolter, à préparer et à employer.

    Voir aussi Écorce de Pin Maritime (Nutrilife Blog Santé) [archive]

    Par exemple

    (1) Comment préparer une tisane antidouleur

    Décoction contre l’insuffisance veineuse

    Décoction contre les rhumatismes

    (2) Bain de pieds en cas de transpiration excessive

    Bain de siège ou de jambes contre l’insuffisance veineuse

    (3) Sirop contre la toux aux écorces de pin

    Voir aussi Sirop d'érable - Sirop de capillaire

    Précautions avant de récolter et utiliser écorces et bourgeons

    "Renseignez-vous avant de réaliser vos récoltes, car tout ce que vous prendrez sur un lieu sans avoir eu l’autorisation du propriétaire est considéré comme un vol", alerte Christophe de Hody, naturopathe, botaniste, auteur en 2018 du livre Les Bienfaits des arbres (Éditions E/P/A).

    Et de rappeler que tous les terrains en France ont un propriétaire, public ou privé. Pour les pins, par exemple, on peut solliciter les exploitants forestiers pour leur demander les dates de coupes afin de venir récolter les bourgeons facilement et dans un court délai après l’abattage.

    Enfin, soyez bien certain de l’essence que vous avez identifiée : il ne faudrait pas faire de confusion, certaines espèces étant toxiques comme c’est le cas de l’if.

    Rustica [archive]

    Voir Cueillir les plantes sauvages

    Voir aussi

    Cèdres

    Frêne commun Fraxinus Excelsior

    Olivier Olea europaea

    Peuplier Populus

    Tilleul Tilia 

    Voir ces pdf

    À propos de 'Cèdres' 

    Bouleaux

    Chênes

    Érable

    Genévriers

    Mûrier Morus (p.16 et suiv.)

    Palmier nain

    Palmiers : Palme et Palmiste Cocotier

    Tilleul

     

    .¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.

    .¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.

     

    Documentation

    Arbres

    Plein-air

    « Méditer, c’est se poser dans l’instant, C’est prendre conscience de notre souffle intérieur, de nos limites et de tout le potentiel présent en nous.

    Rester posé, c’est demeurer attentif à notre souffle et mieux ressentir, dire, faire. Être présent.

    Rester présent, c’est se transformer de jour en jour, c’est donner un sens à la vie qui s’appuie sur un souffle libre. »

    Benoît Tremblay
    éducateur de la santé respiratoire et inhalothérapeute d’expérience

    Marches

     

    Une légende chinoise

    L’histoire de « l'arbre des amours languissantes »

    Cette histoire se déroule à la fin de l’époque des Royaumes Combattants, dans le royaume de Song, à l’époque du règne du roi Kang (mort en 286 avant l’ère commune). L’un des conseillers du roi, Han Ping, avait épousé Dame He, qui était d’une très grande beauté. Le roi convoitait la dame en question, aussi fit-il assassiner Han Ping et prit-il Dame He de force.

    Cette dernière fut désespérée au point de se jeter de la haute tour dans laquelle elle était retenue prisonnière. Avant de mettre fin à ses jours, elle laissa une lettre adressée au roi Kang, le suppliant de l’enterrer auprès de son époux. Mais le roi, furieux, décida de creuser sa tombe en face de celle de Han Ping : les époux défunts pourraient se voir, mais seraient condamnés à rester séparés pour l’éternité.

    Une chose extraordinaire se passa alors : deux immenses arbres poussèrent sur les tombes. Les arbres s’inclinèrent l’un vers l’autre et nouèrent leurs branches. Dans le sol, leurs racines s’entremêlèrent. Les sujets du royaume de Song en furent émus, et donnèrent à cette espèce d’arbre le nom d’arbre des amours languissantes.

    Acacia confusa à Hawaï (Wikipédia)

    On ignore quel était exactement l’espèce qui a poussé sur les tombes, mais le nom chinois de l’arbre aux amours languissantes (相思树 [xiāngsīshù]) désigne aujourd’hui Acacia confusa, l’acacia de Formose, espèce originaire d’Asie du Sud-Est, aujourd’hui largement diffusée dans les zones tropicales du Pacifique. À Taiwan, le bois de cet arbre, très résistant, était utilisé pour fabriquer des étais de mine ou des traverses de chemin de fer, ou encore pour confectionner des meubles et des outils agricoles. Différentes parties de l’arbre sont également utilisées en médecine chinoise traditionnelle.

    Tela Botanica [archive]

     


     

    haut de page