• 3-Qi-gong

    Page mise à jour en décembre 2017

    Qi-gong

    Pratique encore peu connue en Occident, le Qi-gong regroupe un ensemble de techniques intégrant indifféremment des formes médicales, d’éveil, de santé et de renforcement du potentiel énergétique.
    Le Qi Gong vise à harmoniser les énergies. Pour ce faire, il nous apprend à mieux percevoir les mouvements du Qi afin de les faire circuler dans le corps.
    Cette circulation est appelée "respiration", mais évidemment elle ne se limite pas à la sphère pulmonaire : il s’agit ici d’une respiration énergétique à travers les méridiens.
    Le résultat est tangible : une plénitude totale, qui va bien au-delà du simple bien-être physique...
    Le Qi Gong fait en effet partie de ces thérapies de "Développement Transpersonnel" où se lient intimement le psychique et le spirituel.

    (Michel et Yannick de Écho-santé, 22 août 2014)

     

    Cette fiche présente un petit historique et recueille quelques éléments et exercices en rapport avec le Qi-gong.

    Vaste sujet entr'aperçu dans Différentes disciplines (YogAZ)

    Voir aussi

    Qi Gong : les postures clés

    Taï chi = Tai Ji Quan

    Chakra (Qi et Prâna)

    Yoga chinois, casse-tête chinois

     

       


    Le "Yoga chinois" alias "Qi-Gong"

    Le tout premier article sur le sujet publié par Georges Charles en 1977.
    Revue Mensuelle Karatekas.

    www.tao-yin.com/archives/Yoga_chinois.htm

    [...] À l’époque [années 1970], il était question de "Yoga Chinois" ou de "Gymnastique Chinoise Traditionnelle" sinon, plus rarement de "Gymnastique Taoïste"Pas question de "Qi-gong" ou de "Chi Kung" puisque ce terme "américano-chinois" (comme Chop SueiChow Mein, Bruce Lee, Gongfu) n'avait pas encore été importé des USA où il devint à la mode dans le début des années 80 avant d'être récupéré et repris par les Chinois eux-mêmes avant de nous le refiler entre des paires de chaussons et des boîtes de leetchis [7]

    [7] Il est bon de savoir que le premier institut "officiel" de "Qi-gong" fut créé à Pékin en 1981, cette pratique ayant plus ou moins été interdite auparavant comme "superstition douteuse et relent du passé" et n'était surtout pas destinée à l'exportation !

    Les seules références occidentales demeuraient alors "Le taoïsme et les religions chinoises par Henri Maspéro" chez NRF Gallimard (4e T 1971) qui présentait "La gymnastique Daoyin" et les "méthode de gymnastique de Chisongzi Daoyin Fa" et "méthode de gymnastique de Pengzu Daoyin Fa" proches du "Cong-fou des Bonzes de Tao-ssè" du Père Amiot et "Pour comprendre le Yoga - synthèse orient-occident et analyse du Kong-Fou" de A. et M. de Sambucy et J.J. Laubry aux Éd. Dangles (2e T 1973). De fait, Maspéro fut donc le premier à utiliser le terme classique de Daoyin -Tao Yin ou Tao In - qui donna Do In en japonais !- et qui valait bien le terme bidouille de "Qi-gong".

    Un contact avec De Sambucy qui incite Georges Charles à créer un cours de "Gymnastique Chinoise Traditionnelle" en 1976. Le Docteur de Sambucy avait été le professeur de Franck et Tania Gilly lors de leurs études de kinésithérapeutes. Ils pratiquaient la "Boxe Chinoise" au JJCE d'Enghien sous la direction de Georges Charles et présentèrent ce dernier à Sambucy. Ayant appris lors de cette rencontre que Georges Charles enseignait le "Yoga Chinois" dans le cadre des préparations à la "Boxe Chinoise", il l'incita tout simplement à créer un cours spécifique de cette pratique. Ce qui fut fait en 1976 sous la dénomination de "Gymnastique Chinoise Traditionnelle" [...]. Ce premier cours permit à Georges Charles de rapidement nouer des contacts avec des acupuncteurs (André et Gabriel Faubert...) ainsi qu'avec les premiers ostéopathes qui implantaient cette thérapie en France et qui vinrent suivre ses cours.
    D’autre part, quelques Enseignants d'Arts Martiaux y découvrirent une autre façon de travailler. Ce fut le cas de Dominique Balta, l'un des plus anciens enseignants formé par le Maître Masamichi Noro qui enseignait encore l'Aïkido, de Christian Bernapel l'un des plus anciens enseignants formé par Roland Habersetzer et qui enseignait encore le Karatedo. Et également de Pierre Portocarrero, un ami de près de trente ans. Également un Karatéka qui allait faire du chemin. Et pas mal d'autres encore. La "Gymnastique Chinoise" se fit donc connaître dans le milieu "martial".

    "Toute modestie mise à part si j'avais été enseignant de danse au lieu d'être enseignant de "Boxe Chinoise", le "Qi-gong" serait actuellement affilié à la danse"

    Georges CHARLES

    Probablement que le Taï-ki K'iuan (Taijiquan) aurait suivi le même chemin...
    Ce fut donc, avant la lettre, l'un des tous premiers cours de "Qi-gong" en France : mais, répétons-le, ce terme n'existait pas encore ! Et eux qui prétendent (New Génération Tao, oct. 2004) que le "Qi-gong" s'est structuré au milieu des années 80 ont un métro de retard puisqu'il existait, sous une autre appellation, en France, depuis plus de 10 ans !

    Un OVNI dans le paysage "martial"

    ... et qu'il s'était déjà structuré au sein de la FFRZ -Fédération Française de Ritsu Zen [1]- en regroupant déjà plusieurs enseignants de "Gymnastique chinoise" et de "Tai Chi Chuan", dès 1977, et où Georges Charles fut Directeur Technique et enseignant du 3e Degré en 1979 (le 1er degré correspondant déjà à une homologation de 4e Dan).
    Et oui, il existait déjà une Fédération de Ritsu Zen en 1977, donc une pratique du Zazen et du Ritsu Zen. Donc du Zhou Chan et du Zhan Chan - alias la fameuse "Posture de l'Arbre" *, que certains prétendent avoir récemment importés ou à être les seuls à disposer désormais d'une exclusivité probablement intergalactique [2]...
    Le Ritsu Zen (Zhan Chan en chinois), fut donc structuré en France bien avant le Yiquan, le Dachengquan ou le Taijiquan (Tai Chi Chuan) [3] et Georges Charles y était déjà et encore pour quelque chose !

    [1] Le Ritsu Zen c'est, étymologiquement, le Zen "debout" en opposition et en complément du Za Zen qui est le Zen "assis". À l'instar du "Zen dans l'Art chevaleresque du tir à l'arc" de Eugen Herrigel il représente donc la partie la plus active de la méditation.

    [*] Voir plus bas l'exercice "CHI" : "Qi-gong : exercice d'étreinte pour relâcher émotions et chi"

    [2] À quel titre ? Le seul document disponible étant généralement, dans ce cas, un billet d'avion pour un séjour de moins de trois semaines...

    [3] En parlant de Taijiquan (Tai Chi Chuan) il est à noter que Catherine Despeux venait tout juste de publier sa thèse "Tai-ki k'iuan, technique de longue vie, technique de combat", confidentiellement (Collection de Mémoires de l'Institut des Hautes Etudes Chinoises -10 décembre 1975), thèse qui sera rééditée avec grand succès en 1981 chez Guy Trédaniel

     

    Le Yoga Chinois, un peu d’histoire

    Sakura > L'Art du Mouvement, Taï Chi, Qi Gong, Yoga chinois

    Apparu 2 500 ans avant JC, le Yoga chinois, issu de l’observation attentive des lois de la nature est communément appelé « gymnastique de longévité, de santé ». On en trouve les premiers écrits dans le premier traité médical d’acupuncture, daté du Ve siècle avant JC. Cet héritage taoïste d’Art corporel, connu aujourd’hui sous diverses appellations, offre une méthode originale de jonction entre le corps et l’esprit, source d’équilibre, de santé et d’harmonie.
    Le Qi-gong et le Taïjiquan sont aussi appelés « Yoga chinois » ou « Yoga taoïste ».
    Malgré plusieurs ressemblances, ils se distinguent cependant du Yoga indien. Il n’y a pas d’appellation contrôlée. Il existe un grand nombre d’approches, de styles, d’écoles et de professeurs. Chacun d’entre eux a ses objectifs particuliers, ses propres méthodes, ses techniques spécifiques et sa propre façon d’enseigner et de nommer ce qu’il enseigne.

     

    Le Taï chi ‘Yoga chinois’ et le Yoga indien

    École Gilles Thibault (dangeryoga.blogspot.fr/2010/02/tai-chi-taijiquan-qigong-kung-fu-yoga.html)
    Danger Yoga dans les écoles : Taï chi ? Taïjiquan ? Qigong ? Kung-fu ? Yoga chinois ? Dao-yin ?

    Le Taïjiquan (Tai-Chi) est quelquefois appelé le Yoga chinois à cause des nombreuses ressemblances entre les deux, issues de deux traditions différentes. Le Taïjiquan, qui vient de Chine, comporte cependant plusieurs différences avec le Yoga, qui vient de l’Inde. Notez que les écoles de Yoga n’enseignent pas toutes les mêmes techniques. Il en est de même pour les écoles de Taïjiquan. Voyons quelques ressemblances. Toutes les écoles de Yoga et de Taïjiquan enseignent la posture. Certaines écoles de Yoga et de Taïjiquan se limitent à la posture, d’autres écoles de Yoga et de Taïjiquan enseignent aussi la détente et la respiration. De très rares écoles enseignent l’énergie vitale –la kundalini dans le Yoga et le Qi dans le Taïjiquan- ainsi que les liens qui unissent la détente, la respiration, l’énergie vitale et la posture. Au sujet des différences, la plus grande se trouve dans le traitement de la posture. Dans le Yoga, la posture est principalement statique et moins souvent dynamique, alors que dans le Taïjiquan, c’est le contraire, le mouvement domine. Il y a beaucoup d’autres ressemblances et différences. Tout cela serait très long et bien inutile à décrire ici.
    Quoi choisir entre le Yoga et le Taïjiquan ? Je suggère d’abord de déterminer le degré de mouvement avec lequel vous êtes plus à l’aise. Si vous préférez plus de mouvements, cela pourrait vous diriger vers le Taïjiquan. Déterminez ensuite le degré de sophistication qui vous convient. Choisissez ensuite une école qui enseigne uniquement la posture ou une école qui enseigne aussi la détente et la respiration ou encore une école qui enseigne en plus le Qi (ou la Kundalini). Bonne recherche !

     

    Voir Animaux martiaux (Kalaripayatt, Kung-fu...)

     

    Le Kung-fu –Changquan

    L'art du Taïjiquan (Tai Chi), Qigong et Kung-fu : un art à cinq pétales (pages.infinit.net/tjq/Taijiquan.htm)

    Le Kung-fu, qu’il est plus juste d’appeler kung-fu wushu, est souvent classé comme un art martial, ce qu’il n’est pas dans la tradition classique où kung-fu wushu signifie : exploration de sa véritable nature dans l’art capable d’arrêter la guerre et la violence. Selon la légende, le kung-fu aurait été créé il y a 1 500 ans par le moine indien Bodhidharma en visite au temple du Shaolin en Chine. Il était le 28e successeur du Bouddha historique Shâkyamuni et premier patriarche du tchanzen au Japon.
    Le kung-fu classique est appelé Changquan. C’est un des plus vieux kung-fu et l’ancêtre du taijiquan. Précédé d’exercices de musculation, d’assouplissement et de Qi-gong, son exécution est d’abord lente et simplifiée puis de plus en plus rapide et complète.
    Avec sa longue tradition de mouvements riches et variés, le kung-fu est une excellente activité cardiovasculaire, intense et réjouissante. « Le Kung-fu est avant tout un art de vivre, un art pour mieux vivre. "Kung-fu" réfère à la partie d’une œuvre qui doit être accomplie (kung : un but à atteindre, Fu : l’homme) » (Roland Habersetzer). Sans compétition ni performance, sans combat et sans passage de grade, le kung-fu est pratiqué seulement pour la santé et le plaisir.
    « La pratique authentique de l’Art du Poing doit servir à prolonger la vie et non à l’écourter prématurément » (Zhang Sanfeng)

    Tao : voir aussi Lao Tseu (Ve-IVe s. av JC)

    Kung-fu : voir aussi '... repères d'Animaux martiaux' (Série "YogAZ")

     

    Équilibres versions « Qi Gong »

    Le Qi Gong nous aide à retrouver l’équilibre corporel.

    Voir Question d'équilibre

    La lenteur des mouvements permet de ressentir, de relier les parties du corps, et d’aider à équilibrer les différents systèmes physiologiques.

    Les exercices nous aident à nous structurer autour de notre axe vertical, bien enraciné dans le sol, fluide et relâché en haut du corps.

    Ils développent également l’équilibre entre droite et gauche, haut et bas, avant et arrière en rendant plus souple et mieux coordonnés les mouvements des différentes parties du corps.

    Ce sont aussi nos différents systèmes physiologiques que nous aidons à rééquilibrer : digestif, neurovégétatif et hormonal...

    Le système énergétique mis en mouvement par les exercices de Qi Gong nourrit et régularise les parties du corps, mais également les organes et leur fonction.

     

    La Grue se pose sur le rocher 

    Debout, les pieds sont parallèles écartés de la largeur des épaules, les bras le long du corps.

    • À l’inspiration. Le sommet de la tête comme suspendu par le haut, relâchez les épaules et le bassin vers le bas : les genoux fléchissent légèrement et les bras descendent de chaque côté.
    • Déplacez le poids du corps sur le pied droit.
    • Soulevez le talon du pied gauche.
    • La région lombaire se relâche et le corps s’arrondit vers l’avant, le poids du corps en arrière, sur le pied droit.
    • À l’expiration : redressez progressivement le corps en déliant la région lombaire.
    • Soulevez la jambe gauche en levant le genou.
    • Les bras suivent le mouvement ascendant.
    • Les mains se tournent vers le haut ; elles arrivent au niveau du visage, la main droite en retrait de la gauche.
    • Portez votre regard au delà de celle-ci.
    • Revenez à la position initiale et changez de jambe.
    • La série : répétez 3 fois de chaque côté.

     

    Les Oiseaux par monts et par vaux

    Qi Gong mouvement
    Diaporama Forme
    Doctissimo

    Bienfaits

    - Ce mouvement renforce les reins et développe un meilleur équilibre.

    - Permet de bien capter l’énergie de la terre, pour la rayonner vers le ciel : pour une ouverture de conscience et une plus grande confiance en soi !

     

    Le Coq d’or est debout sur une seule patte

    FEQGAE – Fédération des Enseignants de Qi Gong, Art Énergétique, juin 2012 (Tél 04 42 93 34 31 – feqgae@free.fr)
    Crédit photo : François Lollichon

    Méthode Nei Yang Gong

    Les Oiseaux par monts et par vaux

     

    Debout, corps relaxé et droit, esprit calme.

    • En inspirant : les bras se lèvent latéralement jusqu’au niveau des épaules, paumes vers la terre, la cuisse droite s’élève jusqu’à l’horizontale, pieds pointés vers le sol.
    • Bloquer la respiration pendant quelques instants.
    • En expirant : la jambe revient à la position de départ et les bras se croisent devant l’abdomen, mains relâchées.
    • Recommencez avec l’autre jambe.

    Bienfaits . Cet exercice travaille particulièrement l’équilibre selon plusieurs axes : l’équilibre du corps sur une jambe, l’équilibre entre la partie haute et la partie inférieure du corps, l’équilibre entre la droite et la gauche.

    Pour bien les réussir, tous ces équilibres se relient à l’axe vertical du corps

     

     

    Les Oiseaux par monts et par vaux

     

     

    Exercices « Chi »

     


             4)  Imaginez une paire de mains pénétrant à l'intérieur de votre corps pour masser, apaiser et 
    déplacer le chi. Vous pouvez "inventer" une couleur qui vous fait vous sentir vraiment bien.
    Essayez, par exemple, une couleur chaude, dorée, orangée ou jaune... Au fur et à mesure que le mental tourne autour du corps, imprégnez chacune de ses parties de cette couleur particulière.
    Vos pouvoirs de visualisation se rapporteront à votre chi et affecteront toutes vos cellules.
     
             5)  Entraînez lentement votre mental à parcourir l'ensemble de votre corps.
    Prenez quelques  secondes pour apprécier les sensations globales.
    Vous devez vous sentir plus léger et plus détendu, imprégné d'un sens général d'énergie. 
     
     

     

    Méditations pour contrôler son chi et le déplacer

    Ou comment changer mentalement son champ énergétique.

    il faut le faire descendre, monter, aller vers l'extérieur, vers l'intérieur,
    en combinant respiration, mouvement et pensée lors des exercices de méditation

     

    Devenir plus pratique, réaliste, ancré ; quand trop de pensées tournent dans la tête et empêchent de trouver la paix de l'esprit :

    faire descendre le chi, expirer,

    laisser sortir l'air de la poitrine, puis de l'abdomen.
    À mesure, accélérer pour faire descendre le chi inspiré dans les jambes, les pieds, le poussant même en-deçà, dans la Terre.
    Retenir la dernière mesure d'air dans la partie inférieure de l'abdomen jusqu'à la fin de l'expir.


    Quand on se sent fatigué, fragile, frigorifié...

    tirer son chi en soi pour en développer la force,

    en concentrant son noyau le plus profond et en facilitant la découverte du "pouvoir intérieur".
    Assis ou à genoux, inspirer lentement.
    Commencer par aspirer le chi dans l'abdomen, puis dans la poitrine.
    Dès que le corps est "plein", serrer l'anus*, fermer bouche et narines, contracter et rentrer l'abdomen*.

    * "Serrer l'anus" c'est Mula-bandha et plus encore Ashvini-Mudra (Geste de la Jument, contraction de l’anus)
    "Contracter l'abdomen" c'est Uddiyana Bandha (élévation du diaphragme par rétraction abdominale)
     

     

    Qi-gong : la médecine qui défait les nœuds

    Voir La médecine qui défait les nœuds

    Les gestes du Qi-gong sont connus en Chine depuis des millénaires sous l’appellation de la science du Qi-gong. La médecine chinoise explique que notre corps est animé par le Qi (prononcer [Tchi]), l’énergie vitale, transmise le long de méridiens qui longent notre corps.

    Une respiration abdominale

    La respiration des angoissés est souvent haute et superficielle. Un point d'acupuncture, dit « Élixir de longue vie », se situe à quelques centimètres sous le nombril ; la respiration abdominale touche ce point et le réveille. Si vous vous sentez stressé, faites l'exercice suivant :

    • Vous êtes assis, le dos bien droit, ou allongé.
    • Posez une main sur la poitrine, l’autre sur le ventre : la main sur la poitrine pour vérifier que celle-ci reste presque immobile et la main sur le ventre pour apprécier le mouvement de va-et-vient de l'abdomen.
    • Inspirez par le nez.
    • La main sur votre ventre monte tandis que celle sur votre poitrine reste en principe presque immobile..
    • Expirez par la bouche doucement.
    • La main sur votre ventre descend tandis que celle sur votre poitrine reste là encore presque immobile.
    • Faites sortir le maximum d’air tout en contractant vos abdominaux.
    • Continuez ainsi environ 10 respirations, toujours en inspirant par le nez et en expirant par la bouche.

     Source Exercices de respiration anti stress

    Le Son sacré « Chuī »

    Le mal de dos est atténué par la posture dite du Son sacré « Choui » (Chuī), extrait du livre du Dr Tran Huynh Hue, qui propose des solutions de relaxation et de remise en forme par le Qi-gong

    Voir Les 6 sons de guérison

    0-brouillon Qigong

    Organes : reins et vessie - Couleur : bleu foncé - Saison : hiver - Élément : eau

    Chuī, le Son des Reins : l’eau éteint le feu, le son de l’eau sous pression

    Le « Son des Reins » agit sur les reins et la vessie, partie la plus profonde : Dan Tian inférieur,
    ainsi que l'élément EAU

    • Sur une inspiration, tendez les bras devant vous, à l'oblique, paumes dirigées vers le sol, puis glissez-les sur les côtés puis vers l'arrière.

    Durant cette phase d'inspiration (période de repos), visualisez un beau bleu qui emplit les reins en apportant le soutien et la confiance (Hou là là !). Souriez aux reins, imaginez-les baignant dans cette lumière bleu vif. Ressentez la bonté, vertu qui augmentera l'énergie positive des reins.

    • Plaquez le dos des mains contre les lombaires.
    • Dans une longue et lente expiration, penchez-vous vers l'avant le plus bas qu'il vous est possible, en évacuant un bleu sale. Tout en prononçant Tchouéi... amenez les mains vers l'avant à 40 cm de la vessie tandis que vous pliez les genoux

    Pour produire le son TCHOU... qui fait disparaître la peur, formez un 0 avec la bouche, lèvres légèrement avancées, comme pour souffler sur une bougie ou vous réchauffer les doigts en hiver ou refroidir la soupe

    • Corps penché vers l'avant, posez les mains sur les genoux que vous massez.
    • Placez les mains de chaque côté des pieds.
    • Puis relevez-vous sur une inspiration en amenant les bras le long des cuisses.

    Lorsque vous remontez les mains touchent chaque côté des jambes pour finir au niveau des reins dans le dos puis prenez la posture de l'arbre (zhan zhuang "postures debout")

    • Expirez. Reprenez l'exercice.

    Mémo

    Lettre Pinyin Prononciation Élément Organes Respiration Son

    Chuī Tchouéi... Eau Reins, vessie
    TCHOU...

    Sources

    [http://www.lafilledejade.com/actuTaiJi/EXERCICES%20QI%20QONG.pdf]

    [http://www.saolim.net/qigong/6-sons.htm]

    [http://www.gojisite.com/html/sons.php]

    Le Son « Shou »

    Organe : foie - Couleur : vert - Saison : printemps - Élément : bois

    Le Son Shou (Chu) : quelque chose qui calme

    Le « Son du Foie » a une résonance sur l'organe

    0-brouillon Qi-gong

    Démonstration du 1er son thérapeutique Shou par le Dr Tran Huynh Hue

    • Main droite sur le Dan Tian, main gauche par-dessus - inverser pour les hommes.
    • Inspirez par le nez une énergie neuve symbolisée par la couleur de l'organe.

    Durant cette phase d'inspiration (période de repos), souriez au foie. Imaginez-le baignant dans une lumière verte. Ressentez la gentillesse, vertu qui augmentera son énergie positive.

    • Expirez longuement et lentement par la bouche un vert sale avec le son CHHH...

    Pour produire le son Shou, collez la langue au palais.

    Mémo

    Prononciation Élément Organe Respiration
    Shou... Bois Foie
    CHHH...

    Sources

    [http://www.lafilledejade.com/actuTaiJi/EXERCICES%20QI%20QONG.pdf]

    [http://www.gojisite.com/html/sons.php]

     

    En Yoga voir Bijà et Mantra

    Des fiches pratiques

    BHRAMARI

    OM !

    OM MANI PADME HUM

     SO-HAM

    Le « Mouvement de l’Ours »

    Pour lutter contre la sciatique, la lombalgie, l'arthrose vertébrale (becs de perroquets...), traiter les troubles intestinaux, les ballonnements, indigestion, éructations, oppression thoracique, il est recommandé de pratiquer le « Mouvement de l’Ours » comme indiqué ci-dessous :

    0-brouillon Qigong

    Pendant cet exercice, n'oubliez pas la représentation mentale de l'ours qui symbolise la force, la lenteur et l'invincibilité.

    Suivons l'Ours

    Hasta-mudrâ du Yoga : La Prise de l’Ours

      L'ours chamane : la Posture de l’Ours en Transe

    La Tortue

    Cultivons la Tortue pour détendre nos cervicales : cet exercice apporte une grande détente au niveau du cou et de la tête. Il apprend la lenteur, à nous connecter à nous-mêmes pour retrouver la force vitale qui est en nous : expérimenter la Tortue en soi, c'est ressentir sa carapace, sa patience... Nous devenons cette tortue et son passé préhistorique...

    « Rien ne sert de courir, il faut partir à point »

    Jean de La Fontaine, Fables - Le Lièvre et la Tortue (XVIIe siècle)

    3-Qi-gong

    • Vous êtes assis ou debout, dans la détente, colonne vertébrale droite.
    • Laissez descendre la tête en appuyant le menton sur la poitrine.
    • Sur une inspiration par le nez, emplissez d'air votre ventre en tirant le sommet de la tête vers le haut.
    • Expirez par le nez (ou la bouche) en inclinant la tête en arrière.
    • Pratiquez ce mouvement dans un endroit calme, 9 fois de suite. 

    Tout au long du mouvement, veillez à conserver la colonne vertébrale droite.

    Soyez la tortue, imprégnez-vous de son esprit ; ressentez bien le mouvement et sa lenteur.

    Vu dans : Animaux fantastiques

    Voir aussi Le geste de la Tortue

    Voir d'autres animaux fantastiques

    Voir aussi

    Animaux martiaux

    Animaux spirituels et célestes

     

    Commencer sa séance de Yoga

    Vous pouvez débuter votre série de postures de Yoga en utilisant certaines techniques du Qi-gong.
    Elles vous apporteront le calme et la concentration nécessaires pour une séance de Yoga sereinement et pleinement vécue.

     
    • Après vous être placé en Tadâsana (posture de la Montagne), debout, bras le long du corps...

    ou après une courte Salutation au Soleil (où vous reculez les 2 pieds en même temps pour aller dans la Planche ou le V inversé puis sans faire de fente, pour ne pas avoir à "latéraliser" avec une deuxième série de "l'autre côté")...

    Voir Salutation au Soleil

    1. Inspirez en levant les bras au-dessus de la tête.
    2. Sur une expir, descendez les bras latéralement en décrivant un grand cercle dans l'espace comme pour emprisonner de l'énergie, du "chi". Ayez l'impression que vos bras entourent un gros ballon.
    Mieux, sentez sa consistance, son élasticité...
    3. À la fin de l'expir, vos bras sont revenus le long du corps.
    Recommencez 2 fois à partir de 1. en ayant soin de pratiquer lentement et avec conscience.

    La "Chaise",
    le "Squat" du Yoga !

     
    • Après une "courte" Salutation au Soleil, vous pouvez aussi faire ainsi :

    Juste après être revenu debout, les bras restés au-dessus de la tête, vous pliez les genoux dans la posture de la Chaise (voir À chacun sa « Chaise » !) puis vous effectuez le même mouvement ample et rond que ci-dessus avec les bras.
    Il va sans dire, toujours avec la même application et repris 2 autres fois.

    Virabhadrâsana I
    ou "Guerrier" I
     

     
    • Cette fois, vous arrivez jusqu'à la première Fente de la Salutation au Soleil.

    Dressez-vous en levant le genou de la jambe arrière et en levant les bras latéralement en un grand cercle dans l'espace comme pour le premier exercice.
    Vous êtes en bon appui sur les 2 pieds, le pied de la jambe à l'arrière reste en principe sur ses orteils. Mais si cela est trop difficile, vous pouvez poser le pied à plat au sol les orteils pointant vers l'extérieur.
    Cette position est très proche du Guerrier I ou
     Virabhadrâsana I.
    (Voir Guerrières !)

    Faites quelques mouvements de ressort avec votre jambe tendue à l'arrière, en souplesse et en appréciant le volume de "chi" que vous avez embrassé.
    Puis redescendez en posant les mains au sol, genou également au sol si c'est possible.

    Redressez-vous une nouvelle fois en ramenant de nouveau le chi dans vos bras.
    Faites ceci 2 ou 3 fois avant de continuer la Salutation.

    Là, évidemment, vous recommencerez l'exercice de l'autre côté, histoire de "latéraliser" votre travail.

    Il existe une infinité de nuances de ce genre. Les 3 exercices ci-dessus, que je pratique de temps à autre en Yoga, vous donnent un aperçu et sûrement bien d'autres idées à mettre en place dans votre pratique personnelle, selon vos aspirations, votre santé et votre humeur du moment ;-)

     

    Lire la suite La médecine qui défait les nœuds

     

    Aller vers les articles...

    Les couleurs du Yoga

    Les Oiseaux par monts et par vaux

    Travailler avec l'Aura

     

     

     

    Haut de page

     

    Enregistrer

    Enregistrer