• 3-Techniques d'autodéfense en images

    Page créée fin octobre 2020

    Les techniques d'autodéfense que chaque femme doit connaître... chaque femme, mais aussi tous ceux qui ne sont pas spécialement préparés pour affronter des agresseurs (enfants, handicapés, personnes âgées...)

    Technique d'autodéfense 7

    de la part de Good Idea (octobre 2020)

    Voir aussi Info Armes et légitime défense 

    Parfois, selon les circonstances, mieux vaut trouver son salut dans la fuite (fuite ou combat). Surtout quand on se retrouve devant une brute armée jusqu'aux dents, mais aussi bien d'un simple canif...

    Mais souvent, la peur paralyse.

    « Ne crains pas d’avancer lentement, crains seulement de t’arrêter. »

    (Un sage chinois - archive sans media)

    Les Arts martiaux semblent a priori être la meilleure façon de savoir se défendre en cas d'attaque, puisque les "figures" sont apprises et répétées régulièrement.

    Pratiquer les Arts martiaux, c’est pouvoir mettre en pratique les différents exercices de ripostes qui sont remarquables par leur simplicité et leur grande efficacité.

    (Passion des Arts Martiaux)

    Mais il faut de la pratique pour bien assimiler...

    Une petite revue de quelques danses et pratiques martiales

    « Toute modestie mise à part si j'avais été enseignant de danse au lieu d'être enseignant de "Boxe Chinoise", le "Qi-gong" serait actuellement affilié à la danse. »

    (Georges Charles)

    Mélange de mouvements de combat, de danse et d'acrobaties, la Capoeira est sans nul doute l'une des danses les plus spectaculaires au monde. Elle aurait été imaginée par des esclaves, comme moyen d'auto-défense déguisé puisque toute forme de combat était interdite par les propriétaires des plantations.

    Le Krav-maga (hébreu, littéralement "combat rapproché"), créé par Imi Lichtenfeld, est à l'origine une méthode d'autodéfense d'origine israélo-tchécoslovaque hongroise combinant des techniques provenant de la Boxe, du Muay-thaï (boxe thaïe), du Judo, de la Lutte et du Jiu Jitsu. Aujourd'hui ce dernier est principalement utilisé pour les cours d'auto-défense.

    Le Grappling tel qu'on l'entend aujourd'hui est une création destinée à englober toutes ces formes de combats au sein d'un système de règles fortement inspiré du Jiu jitsu brésilien (JJB) avec comme différence principale l'impossibilité d'agripper des vêtements, car pratiqué sans kimono.

    Le Muay Thaï est l'un des arts martiaux les plus puissants et les plus efficaces au monde. Le Muay Thaï est un ancien art martial de Thaïlande développé au cours de milliers d'années, connu pour sa puissance extraordinaire, son efficacité maximale et sa simplicité brute. Le Muay Thaï utilise une belle symphonie de coups de pied, de coups de poing, de genoux et de coudes avec fluidité et grâce. Le Muay Thaï est souvent appelé "l'art des huit membres".

    (evolve-mma.com)

    [https://www.youtube.com/watch?v=cXD5GdvGQww] YouTube 17 décembre 2019

    L'objectif premier du Karaté consiste à parvenir à une coordination parfaite de l'esprit et du corps rendue possible grâce à l'apprentissage de nombreuses techniques d'auto-défense au travers d'enchaînements spécifiques appelés "katas". Ici, chaque "karatéka" doit apprendre à maîtriser les attaques de son adversaire par de rapides blocages. Le tout, en faisant appel à toutes les parties du corps : poings, pieds, coudes.

    La pratique du Kalarippayatt comprend 4 niveaux dont Verumkai, la pratique de l'auto-défense à mains nues, la connaissance des points vitaux et des petites armes contre les grandes. Les pratiquants plus anciens connaissent donc un ensemble de points vitaux pouvant être utilisés pour nuire à l'adversaire aussi bien que pour soigner (les maîtres de kalarippayatt sont généralement aussi médecins ayurvédiques). Ces points vitaux sont les zones du corps bien connu dans tous les arts martiaux : nuque, pomme d'Adam, tempes, certaines vertèbres, plexus, estomac, base du nez, articulations...

    Aujourd’hui, l’art ancestral et guerrier du Kérala n’a plus une destination guerrière mais conserve une dimension spirituelle. Le Kalaripayatt est devenu une méthode de contrôle de soi et d’accomplissement personnel (développer l’énergie interne afin de rendre l’esprit plus fort) ; c’est aussi une méthode de bien-être (exercices qui aident à rendre le corps plus souple, tonifient les muscles). Il n’est pas seulement une méthode d’autodéfense ou un art ancestral mais implique aussi une hygiène de vie, un engagement du corps et de l’esprit.

    Voir aussi plus bas Documentation

    Oui, mais...

    Toutefois, comme nous venons de l'effleurer ci-dessus et comme l'observe l'auteur de cet article surprenant mais très intéressant, ci-dessous :

    « La pratique des arts martiaux dans une société bien moins dangereuse qu’il y a N siècles a évolué vers de nombreuses motivations, incluant l’activité sportive (pour transpirer), la pratique de la compétition (pour se dépasser sans risque), l’éducation des enfants (discipline), etc. éloignée et parfois incompatible d’ailleurs avec la self-défense efficace.

    [...] il reste tout de même plein de choses bien à tirer de ces disciplines que je respecte fortement. J’espère juste que tous les pratiquants puissent régulièrement prendre un peu de recul dans leur pratique et y intégrer ces éléments (finalement résumés par les concepts connus du "reject what is useless" [rejette ce qui est inutile] et du "connais-toi toi-même"). »

    Ces arts martiaux qui vous rendent faibles (PROTEGOR®) [archive]

    Lire aussi

    Arts martiaux et Sport de combat (Gigeoju)

    Les 3 fondamentaux du Self Défense (BG Sport) [archive sans media]

    Self-défense l'efficacité directe et arts martiaux traditionnels (Asso. Convergences)

     

    À éviter pour commencer

    Il y a avant tout des petites choses à ne pas faire...

    Se moquer de votre agresseur et de la situation. Restez toujours conscient du fait que celui qui vous agresse va prendre tous les prétextes pour passer à l’acte s’il sent que vous ne le prenez pas au sérieux.

    Sous-estimer votre agresseur. Il a l’air ivre, il n’est pas grand, pas très costaud. Qu’importe, gardez à l’esprit qu’il peut être plus rapide, plus fort ou plus dangereux que vous.

    L’attitude sûr de soi. Cette attitude peut s’avérer inutile et engendrer plus de problèmes. Même si dans certains cours de self défense il est préconisé d’adopter une attitude sûr de soi en espérant ainsi décourager l’agresseur.

    Mais c’est un pari risqué, car cela aura pour conséquence de mettre l'agresseur sur ses gardes. Si vous devez vous défendre physiquement, vous perdrez l’avantage de la surprise. Ainsi, dans le doute, gardez un profil bas…

    (seductionbykamal.com [archive])

    Des images pour info

    Se renseigner à l'aide d'images n'est certes pas très utile mais celles-ci peuvent servir de piqûres de rappel à ceux qui connaissent déjà...

    Voici quelques images transmises par Good Idea, pour information...

    Technique 1

    Technique d'autodéfense 1

    Remarque : Il faut prendre plus bas la jambe (n°2), au niveau du talon, sinon pas de possibilité de faire basculer l'agresseur.

    Technique 2

    Technique d'autodéfense 2

    À noter : Rappelez-vous les 3 zones critiques pour vous tirer d'affaire !

    Vous pouvez cibler 3 zones de frappe principales sur le corps humain. Même si vous êtes une femme de 45 kg, vous pouvez gravement blesser quelqu'un qui pèse 100 kg si vous êtes bien entraînée en légitime défense.Vous devez attaquer les zones de frappe critiques avec tout votre pouvoir.

    Les trois zones de frappe critiques sont les yeux, la gorge et l'aine [entrejambe, parties génitales]. Si vous portez des coups francs aux yeux, à la gorge et/ou à l'aine 5 fois successivement avec 100% de puissance, vous mettrez votre attaquant en incapacité - peu importe sa taille ou sa force.

    (Passion... )

    Voir Technique 3 n°4 "(coup de boule" "coup de poing" "doigts en pique")

    Voir aussi Technique 4 ("coup frappé") mais encore...

    Autodéfense Points sensibles

    Remarque : Le "plexus solaire" est mal indiqué. La flèche montre la poitrine où loge le cœur (plexus coronarien). Le plexus solaire, appelé simplement "plexus" tant que pour beaucoup il n'existe qu'un seul plexus, se situe plus bas, au niveau de l'estomac, sous le cœur et le diaphragme, juste au-dessus du nombril.

    Technique 3

    Technique d'autodéfense 3

    À noter : Il faut apprendre à maîtriser le "coup de boule" ! (n°4)

    En raison de sa forme ronde la tête est comparée à une boule. De plus, étymologiquement, la boule désigne un corps rond et plein. Donner un coup de boule, c'est donc donner un coup avec la tête.

    En sport de combat le coup de tête (le familier "coup de boule") est un coup porté à quelqu'un avec sa propre tête. Les zones touchées sont le plus souvent le visage, et notamment le nez ou le front. La percussion avec le crâne est une spécificité de la boxe birmane où ce type de frappe est autorisé. En progression avant, elle se donne le plus souvent le buste et la tête de profil pour éviter une blessure en "contre" au visage.

    Boxe Coup de Tête1

    Boxe Coup de Tête2

    Attaque frontale au corps lors d'offensive en coup de poing

    Attaque en sautant avec le côté du crâne

    En catch, le coup de tête est une attaque plutôt offensive, utilisée surtout par les catcheurs samoans. Il est aussi utilisé par les grands catcheurs qui peuvent dominer l'adversaire plus rapidement grâce à leur grande taille, ou de catcheurs très lourds ayant une bonne résistance.

    Pour faire une tête au football, pensez bien à fléchir les jambes, basculer votre buste d'arrière en avant et frapper le ballon avec la partie supérieure du front.

    (D'après Wikipédia)

    Voir aussi Technique 2 n°1

    L'une des premières armes de défense est le poing (n°2-3), même si, en principe, une femme frappe moins fort qu'un homme.

    Technique du coup de poing

    Serrez les doigts contre la paume sans laisser de vide et verrouillez le pouce par dessus pour éviter toutes blessures. Maintenez le poing dans le prolongement de l’avant-bras en gardant votre poignet bien ferme.
    Frappez directement avec les racines des articulations de l’indexe et du majeur, ou circulairement avec le dos du poing comme un revers.
    Un poing fermé fait peu de dommage à un agresseur lorsqu'une victime ne possède pas une grande force physique. Ne ramenez jamais le poing sur le côté comme au karaté. La puissance provient du mouvement des épaules et des hanches. Gardez toujours votre garde haute et près du visage. Tenez la main gauche à hauteur du nez, légèrement avancée, et la droite à hauteur du menton.
    Pour frapper, ne prenez jamais un élan arrière bras relevé qui décolle les côtes (c'est le coup de poing appelé sucker punch consistant à s'élancer en étirant le bras vers l'arrière puis frapper de toutes ses forces). Partez le poing de l'épaule et frappez directement droit devant sans décoller au départ les bras des côtes. Les mains sont toujours en garde et ouvertes pour dévier une frappe et à hauteur du visage.
    Remarque : Il ne faut pas seulement "savoir cogner", il faut aussi donner les coups aux bons endroits ! Sinon vous vous fatiguez pour rien et risquez gros !

    Il n'existe pas de coup plus démoralisant pour un adversaire.

    C'est un coup de contre parfait qui peut ruiner n'importe quelle volonté offensive en un instant. Sa rapidité exceptionnelle, la simplicité de son exécution le rendent particulièrement complexe à éviter ou à devancer. Il possède de plus une allonge supérieure à toutes les techniques de poing. En coup d'arrêt, vous compensez son manque de puissance par son effet extrêmement douloureux. L'agresseur s'arrêtera de lui-même...

    • N'hésitez pas à saisir toutes les occasions qui se présentent à vous, abusez-en même, vous le dissuaderez sans doute d'approcher de trop près.
    • Frappe à la gorge
    • Frappe main en pique à la base du cou
    • Frappe au menton
    • Frappe avec pique aux yeux

    Autodéfense doigts en pique yeux

    • Doigt enfoncé dans les yeux ; à noter, "les pouces dans les yeux" ne veut pas forcément dire crever les yeux. En contrôlant la pression, on peut parfois déclencher une douleur suffisante contre un agresseur pas trop motivé.... Alors...

    contrôlez votre joie de massacrer votre agresseur, mesdames !

    Voir Technique 4 ("doigts en pique")

    Voir aussi Technique 2 pour les "zones critiques"

    Technique 4

    Technique d'autodéfense 4

    À noter : Encore plus technique que les précédentes (il faut penser à pas mal de choses en même temps). Sont décrites ci-dessous deux approches (si l'on peut dire) qui dissocient les actions, l'une concernant les genou/pied, l'autre les main/doigts, mais tout aussi techniques.

     

    genou/pied

    Techniques du coup de genou et du coup de pied

    Le coup de genou (n°2) est facile à mettre en œuvre et fait preuve d’une grande efficacité. Il consiste simplement à lever le genou. Visez préférentiellement le bas ventre (voir aussi Technique 2 n°2)
    Le coup de pied n’est à utiliser qu’en-dessous de l’horizontale et de manière frontale afin d’éviter tout déséquilibre.
    Autodéfense pied coup parties génitales
    Coup de pied aux parties génitales

    Autodéfense écrase pied avec talon

      Vous pouvez frapper de la pointe du pied directement en avant ou avec le talon de haut en bas sur le pied de l’agresseur.
     
    Il ne s'agit pas vraiment d'une technique ici mais plutôt d'un principe. Si vous avez de la rapidité utilisez vos jambes pour éviter un attaquant qui fonce sur vous. Lorsque vous frappez des pieds, le corps vient en extension à l'horizontale et aucun coup de poing d'un agresseur ne peut atteindre la cible. Vous stopperez rapidement toute attaque.
    Cependant, si vous êtes plus lent, évitez de frapper plus haut que la hauteur de la ceinture et visez uniquement les genoux et les parties. Vous n'êtes pas tous des karatéka qui ont pratiqué ces mouvements jusqu'à l'écœurement ! Voici à titre indicatif comment effectuer un coup de pied de côté : soulevez et collez votre pied au niveau du genou puis frappez en poussant en profondeur à l'horizontale.
     
    main/doigts

    Technique du coup frappé

    Pour stopper l’agression en inhibant momentanément votre adversaire, le coup frappé est recommandé mais il nécessite un certain entraînement. Le principe est de porter le coup le plus rapidement possible avec la plus petite surface de votre main sur un point très précis du corps de l’adversaire (voir Technique 2 "zones critiques") :
    • le tranchant externe de la main (de l’articulation de l’auriculaire au poignet), aussi appelé le "sabre main", très efficace notamment au niveau du cou (carotide), de la nuque, des articulations du bras ou dans les cotes flottantes de l’adversaire,
    • la paume de la main (n°1-2) : la frappe est portée avec la base de la paume ou le plat de la main une fois votre poignet fléchi au maximum, doigts relevés et pouce fléchi. Très efficace notamment pour repousser l’adversaire quand le coup est porté au menton dans un mouvement rapide du bas vers le haut.
    • les doigts : en pique à un doigt, en fourche ou pique de la main entière pour frapper au visage et plus particulièrement au niveau des yeux, à la gorge, au bas ventre, pour repousser le visage en prenant le nez de l’agresseur en fourche du pouce et de l’index. (Voir Technique 3 n°1 "doigts en pique")

    Voir Frappe à mains ouvertes aux points vitaux

    Voir aussi Technique 2 pour les "zones critiques"

     

    coups de coude

    Technique d'autodéfense 99

    n°1 L’agresseur agrippe votre chandail de côté. Coup de coude à la gorge.

    n°2 L’agresseur vous agrippe par l'épaule. Coup de coude à l'estomac (plexus)

    Voir Technique 2 pour les "zones critiques"

    Technique 5

    Technique d'autodéfense 5

    Remarque : D'après un internaute, c'est une très bonne technique, efficace et facile à maîtriser. Mais c'est tout-de-même un coup à prendre (sans vilain jeu de mots !)

    Techniques de dégagement

    Les techniques proposées par ... Systema sont des exemples parmi d'autres solutions. Elles sont à utiliser quand le reste a échoué (prévention, évitement, dialogue, fuite...)

    Technique de rupture dégagement : le « bouclier-éperon »

    Vous n’avez rien vu venir et l’agression vient de face et de très près : il vous faut réagir immédiatement par une technique de rupture-dégagement afin de faire barrage et de rétablir une distance minimale de sécurité. Elle consiste en deux gestes simultanés :
    • protégez votre visage en enfouissant votre nez dans le coude gauche, dans un mouvement circulaire et remontant, main gauche se verrouillant pouce en bas sur l’épaule droite, paume vers l’extérieur ;

    Animaux martiaux

    Le Sanglier du Kalaripayatt

    • donnez un coup de la main ou du poing droit à hauteur de l’horizontale en accompagnant ce geste d’une bascule du tronc en arrière.

    Remarque générale

    Ces images ne décrivent pas les situations qui appellent telle ou telle technique, seulement la façon de faire. My sécurité et surtout Passion... évoquent quelques situations (mais cela reste généraliste), ainsi que la conduite à tenir avant qu'il n'y ait agression (assez complet pour Passion...) :

    « Vous aurez toujours ce faux sentiment de sécurité jusqu'à ce que vous soyez confronté à une réelle agression. Plus vous échangerez coup pour coup avec votre agresseur et rallongerez le combat, plus vous aurez de probabilités de subir des blessures. Les notions de contrôle et d'efficacité sont primordiales. Apprendre à frapper et contrôler sans être frappé. Chacun a le potentiel de se défendre. »

    (Passion des arts martiaux et de la self défense)

    Cependant ... Systema rappelle de manière récurrente :

    Toutes ces techniques ne sont efficaces qu'associées à un entraînement particulier. Pour votre sécurité, ne les reproduisez pas sans le contrôle d'un instructeur qualifié en self-défense.

     

    D'autres techniques

    Une très vilaine consiste à donner des claques sur les oreilles. Si la frappe est forte, elle risque de crever les tympans de l’agresseur. Mais sachez que si cette technique existe, elle peut très bien être utilisée contre vous. Gardez l’œil pour vos oreilles !

    En voir d'autres dans

    Armes et légitime défense

    My sécurité

    Pas très bien écrit mais plutôt instructif :
    Auto défense femme (Passion des arts martiaux / self défense) [photos]

    Pour info, voir aussi Le glossaire des frappes en Aïkibudo

     

    Chutes

    Maîtriser les chutes des Arts martiaux (Aïkidō, Aïkibudo, Judo...) peut aussi être d'un grand secours... En Yoga aussi ! => Techniques Ukemi - chutes (pdf p.15)

    « Notion fondamentale en Aïkibudo et dans de nombreux Arts Martiaux, l’art de la chute doit être développé jusqu’à l’acquisition de la maîtrise car il est inconcevable de prétendre étudier l’art de projeter son prochain sans d’abord le subir soi-même… [...] Deux formes de chutes sont pratiquées : la forme Aïki avec roulade sur le genou et la forme Judo avec réception sur la jambe tendue. De par ma formation originelle, j’ai opté pour la forme Judo que je trouve plus adaptée à un travail intense et efficace. Je crains que la réception sur le genou après une projection un peu rude ne provoque quelques dégâts à l’articulation… »

    (Sensei André [archive])

     

    ____________________

     

    Documentation

    Apprendre comment se défendre est devenu pour la femme un besoin d’autant plus important qu'elle vit dan un contexte à risque. Les lieux de travail, les moyens de transport,  la vie locale, la vie privée comportent autant de risques tout autant imprévisibles.

    En plus du Krav maga, du Jujitsu et Jiu-jitsu brésilien - le Karaté est aussi souvent cité - un autre art martial est bien adapté pour savoir comment se défendre sans risque et mettre hors d’état de nuire tout agresseur : le Penchak silat.

    C’est un art de combat d’origine malaisienne qui se pratique sous forme de lutte rythmique à mains nues, à l’aide d’armes ou de bâtons.

    Le penchak silat est constitué de techniques spécifiques à savoir les balayages, les diverses clés qui ont pour rôle de :

    • luxer les membres supérieurs et les membres inférieurs,
    • esquiver des coups,
    • immobiliser au sol son agresseur,
    • bloquer les gestes agressifs,
    • frapper sur les points vitaux.

    Ces techniques d’arts martiaux sont inspirées des animaux comme le tigre et le cobra.

    Pour pratiquer les arts martiaux d’une manière générale, et au niveau du penchak silat en particulier, il faut garder à l’esprit que la souplesse et la rapidité ont toujours raison de la force.

    (Passion des Arts Martiaux)

     

    Le Systema

    Voici un sport longtemps resté secret défense et utilisé seulement par les forces spéciales russes au temps de l’URSS : voilà pour planter le décor...

    Mais pas d’inquiétude ! le systema est aujourd’hui enseigné dans un autre but : pouvoir se défendre dans la vie de tous les jours.

    Le systema est très complet puisqu’il puise ses origines dans le Sambo, art martial russe, lui-même tiré de différentes pratiques (judo, boxe, lutte, aïkido, karaté). Mais contrairement aux arts martiaux, il n’y a pas de postures, pas d’enchaînement à apprendre : on réagit comme on peut à une situation donnée.

    La respiration y joue un rôle clé, pour apprendre à garder la maîtrise de soi et gérer le coup de stress. Le systema s’appuie sur des exercices de renforcement, pour apprendre à mieux tolérer la douleur, à tenir l’effort sur la durée.

    On se confronte aussi aux autres, dans tous les cas de figures : debout, au sol, assis sur une chaise, au corps-à-corps, contre un ou plusieurs adversaires, armés ou non…

    (jds.fr)

    Thèmes ± approchants, voir

    La lignée Nil Hahoutoff

    Rooney Martin et "Ultimate Warrior Workouts"

     

    Apprenons l'auto-défense ! 3 frappes imparables

    La violence de rue étant devenue quotidienne, on peut risquer sa vie à chaque carrefour, pour un regard ou un refus de cigarette. Il sera alors utile de connaître ces 3 mouvements

    [https://www.youtube.com/watch?v=g_tZdFUO2kg] YouTube 15 février 2020

     

    À Strasbourg, une championne de boxe donne des cours de self-défense

    ... à cause de l'augmentation des agressions (La lettre patriote 23/10/2020)

    Ces initiatives explosent partout en France

    Cours de self-défense à Strasbourg, octobre 2020

     

    L'Aïkido verbal

    L'Aïkido verbal, ou judo verbal, est défini comme utilisant les mots pour prévenir, désamorcer ou mettre fin à une tentative d'agression (si l’agression est verbale - insultes, moqueries - montrez que vous avez vu et entendu et considérez ces provocations comme un obstacle à contourner ; ne jouez pas le jeu de l’agression verbale afin de ne pas risquer l’agression physique). Il est un moyen d'utiliser des mots comme armes ou comme bouclier.

    Ce genre de "gestion des conflits" consiste en l'utilisation de la voix, le ton et le langage du corps pour calmer une situation potentiellement violente avant que la violence découle effectivement. Cela implique souvent des techniques telles que prendre un temps d'arrêt, et dévier la conversation à des personnes dans le groupe qui sont moins passionnément impliquées ou en entrant en "empathie" afin de de mieux comprendre l'attaquant.

    Suzette Haden Elgin, auteur sur le sujet, affirme que la légitime défense verbale protège contre huit types les plus communs de la violence verbale et qu'elle redirige et désamorce les affrontements verbaux potentiels. 

    Selon Luke Archer, formateur et auteur sur l'Aïkido verbal, la plupart des attaques verbales peuvent être réorientées vers une direction équilibrée ou positive, en utilisant trois étapes basées sur la philosophie de l'Aïkido.

    Voir le pdf de Yantra "Affirmation de soi"

    (Vu dans Self Défense personnelle)

    Voir aussi Aïkido verbal (Arts Martiaux Aïkido (Japon))

     

    D'autres pratiques et arts martiaux pour l'autodéfense

    Canne (Europe, France)

    Hapkido (Corée)

     

    Efficacité directe et arts martiaux traditionnels

    D'après Self Défense personnelle

    Les arts martiaux traditionnels ont été développés durant des siècles de guerre, où les combattants étaient réellement confrontés à la mort. Ils sont donc issus d'une longue expérience et ont prouvé leur efficacité. Ils se sont cependant transformés entre le XVIIe et le XIXe siècle par trois phénomènes : 1. des périodes de paix, notamment la période Tokugawa au Japon ; 2. l'arrivée des armes à feu, les corps-à-corps devenant des situations mineures dans les guerres ; 3. la modernisation des sociétés, s'accompagnant parfois d'un oubli des traditions.

    Ainsi, la savate qui était un combat de rue est devenue une boxe bourgeoise, les arts martiaux d'Extrême-Orient se sont détournés de la violence, et l'on est passé du combat à mort à des compétitions sportives régulées. Or, la préoccupation de la défense personnelle est l'efficacité immédiate. Quelques experts ont donc décidé de reprendre l'héritage des arts martiaux mais en les retravaillant à partir de situations probables (avec protections, armes factices...) dans des "pratiques applicatives".

    Si la pratique d'arts martiaux traditionnels et sports de combat reste souvent la base nécessaire de l'enseignement de l'auto-défense, certains leur opposent les techniques de défense personnelle dites "modernes", arguant qu'ils se sont éloignés des situations réelles. Il s'agit bien souvent d'un argument commercial, une manière de promouvoir sa propre pratique avec des arguments du type "j'ai conservé le meilleur de la tradition pour rechercher l'efficacité maximale". En outre, les mouvements traditionnels ont été soigneusement étudiés et leur modification, même si elle semble mener vers une plus grande efficacité, peut au contraire mettre le pratiquant en danger lors d'une application réelle.


    Divers liens

     

     

     

    haut de page