• ALEXANDER (technique)

     

    Basée sur des mouvements corporels doux et subtils, la technique Alexander (méthode de travail postural développée dans la première moitié du 20e siècle par F.M. Alexander) permet de prendre conscience des mauvaises habitudes posturales et de découvrir de nouvelles manières plus libres et efficaces de bouger, en développant la clarté d’intention et de direction dans le mouvement.
    Cette pratique donne une base pour les mouvements de la vie quotidienne et pour toute pratique corporelle telle que le Hatha-Yoga ou le Taï-chi.
    Elle s’adresse à tous et ne requiert aucune condition physique particulière.

    Yogablanca, Yoga Kundalini et Prénatal à Casablanca

    Image tirée de Who, What, Why Alexander? [en]

       

    Photo Passeport-Santé
      La technique F. M. Alexander permet à chacun d'apprendre à se défaire de certaines habitudes d'utilisation de soi qui interfèrent avec le fonctionnement naturel de l'organisme dans toutes les activités quotidiennes. Ces habitudes sont activées par la personne sans qu'elle s'en aperçoive (il s'agit par exemple du raccourcissement chronique du cou, des lombaires, le rétrécissement de la cage thoracique, etc.), ce qui altère le fonctionnement général de l'organisme (respiration, digestion, circulation, etc.), diminue l'efficacité, crée de la fatigue et peut avoir des conséquences lourdes à plus ou moins long terme sur la santé. La technique Alexander est une méthode d'éducation et ne s'apparente pas à une technique de relaxation ou une forme d'exercice.

    La technique F. M. Alexander tire son nom de Frederick Matthias Alexander, acteur australien qui a commencé à formuler ses principes entre 1890 et 1900 (Rootberg, Ruth, Sep 2007, "Voice and Gender and other contemporary issues in professional voice and speech training" Voice and Speech Review, Voice and Speech Trainers Association, Inc, Cincinnati, OH: 164-170 [en])

    Ce processus de rééducation subtile s'effectue en douceur
    La participation active de l'élève amène celui-ci à affiner son sens de l'observation
    ainsi que sa conscience de lui-même et de son environnement

     

    L'homme : un acteur sans voix

    Vers 1890, Frederick Matthias Alexander (1869–1955), acteur australien spécialisé dans le répertoire Shakespearien, souffrait d'aphonie et de maux de gorge : il connaissait des enrouements répétés au moment de ses prestations, ce qui risquait de mettre fin à sa carrière.


    Photo Passeport-Santé
      Les médecins n’ayant pu déceler aucune cause physiologique, il pensa qu'il provoquait peut-être lui-même le problème, et amorça patiemment - à l'aide notamment de miroirs - une longue et soigneuse observation sur lui-même (sa posture et sa technique vocale). Ce qui lui permit de découvrir qu'il raidissait inutilement l'ensemble de son corps lorsqu'il se préparait à réciter ou parler ; ses problèmes de voix n’étaient donc pas dus à une déficience locale, mais à une mauvaise utilisation de tout son organisme.
    Il comprit très vite qu'il était impossible de dissocier le corps du mental.
    Il lui fallut de huit à dix ans pour se débarrasser des comportements inadéquats et résoudre ses propres problèmes de voix.

    Alexander considérait la méthode scientifique empirique comme le fondement de son travail (F. Matthias Alexander, Constructive Conscious Control of the Individual, Mouritz, 1923-1946, 2004, ISBN 0-9543522-6-2 [en]). Il a utilisé l’auto-observation et le raisonnement pour rendre l'exécution physique de n'importe quel mouvement plus facile : s'asseoir, se tenir debout, marcher, utiliser ses mains, parler, etc. Sa découverte fondamentale est qu'il existe chez l'homme, comme chez tous les vertébrés, une "commande primaire qui détermine l'utilisation correcte de l'organisme dans son ensemble" : lorsque la tête se trouve dans une certaine relation dynamique avec la nuque et le tronc, l'organisme psycho-physique entier fonctionne au mieux de ses possibilités naturelles. Alexander conçut et mit progressivement au point les principes fondamentaux d'une méthode d’apprentissage qui permettent de devenir autonome pour remédier à cette tendance universelle, chez l'homme civilisé, à interférer dans la coordination naturelle de l'organisme et pour continuer de s'améliorer.

    En 1904, l'enseignement était devenu sa principale occupation, et il décida de s'établir à Londres où l'appelait une clientèle plus nombreuse. Des gens de la scène commençaient à le consulter pour des problèmes qui nuisaient à leur travail, mais, jusqu’en 1930, année où il crée une école de formation de professeurs de cette discipline, Alexander n'avait formé que certains de ses proches, de manière informelle. Bientôt, les médecins se mirent à lui envoyer des clients pour des problèmes de diverses natures. Parmi les personnes qui le consultèrent tout au long des 50 années suivantes, plusieurs scientifiques témoignèrent publiquement du bien-fondé de cette approche, dont Sir Charles Sherrington, considéré comme le père de la neurologie moderne.


    Photos APTA

    À compter de 1930, Alexander commença à transmettre sa technique à des apprentis, tant en Europe qu'aux États-Unis, où il séjournait périodiquement.

    À 79 ans, il réussit à retrouver le contrôle moteur après une paralysie latérale causée par un accident vasculaire cérébral.

    Frederick Mathias Alexander forma des enseignants de sa technique principalement lorsqu'il était à Londres, de 1931 à sa mort en 1955, à l'âge de 86 ans, excepté durant la période de guerre, entre 1941 et 1943, durant laquelle il a enseigné avec son frère Albert Redden Alexander (1874–1947) dans le Massachusetts, aux États-Unis.

    Après le décès d’Alexander, Walter Carrington, directeur de cette école, prit la relève en son nom propre. La seule école qui existait déjà depuis 1950 était celle du docteur Barlow et de son épouse Marjorie, nièce d’Alexander, tous deux formés par Frederick Mathias Alexander lui-même.

    Trois ans plus tard, les principaux apprentis londoniens formèrent la Society of Teachers of the Alexander Technique (STAT).

    À ce jour, cette association demeure le principal organisme fédérateur et la principale instance à gérer les programmes de formation. On compte maintenant plus de 2 500 praticiens à travers le monde, surtout en Europe, en Amérique du Nord et en Australie, tandis que la technique fait partie du programme d'études de plusieurs écoles de musique et de théâtre. On reconnaît généralement à Matthias Alexander un rôle de pionnier dans les approches de conscience corporelle.

    Des personnes célèbres ont étudié la technique Alexander : le philosophe américain John Dewey qui fait référence en matière d'éducation nouvelle, des écrivains tels qu' Aldous Huxley, Robertson Davies, Roald Dahl, le dramaturge George Bernard Shaw, des acteurs tels que Judi Dench, Hilary Swank, Sir Ben Kingsley, Michael Caine, Jeremy Irons, Suzanna Hamilton, John Cleese, Kevin Kline, William Hurt, Jamie Lee Curtis, Paul Newman, Mary Steenburgen, Robin Williams et Patti Lupone, des musiciens comme Paul McCartney, Madonna, Yehudi Menuhin, Sting, le prix Nobel 1973 de médecine et de physiologie Nikolaas Tinbergen.

    Largement implantée en Angleterre, aux États-Unis, en Australie et au Canada, la technique F. M. Alexander jouit d'une bonne réputation en Scandinavie, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique, ainsi qu'en Suisse (*) - où les cours sont remboursés par les assurances complémentaires - mais reste peu connue en France.

    (*) APTA : liens https://www.techniquealexander.info/

     

    Qu'est-ce que la Technique F. M. Alexander ?

    Par APTA (texte et photos) [https://www.techniquealexander.info/]

    La Technique Alexander est une méthode à caractère éducatif. En apprenant à changer nos réactions face aux exigences de la vie moderne, nous réapprenons à accomplir nos tâches (simples et complexes) avec plus d'aisance et de plaisir.

    Le but de la technique Alexander est de rendre une meilleure fiabilité à nos propres sensations et perceptions, pour développer une plus grande conscience de nos actes, de nos gestes, de notre manière de faire et d'être.

    Elle enseigne des procédures qui nous aident à changer nos habitudes et à réduire les tensions inutiles dans toute activité. Nous développons ainsi nos capacités et notre potentiel par un meilleur "usage de soi". Le rétablissement de notre intégrité psychophysique et un meilleur équilibre naturel nous conduisent à une économie d'effort et à une amélioration de nos performances.



    Bien connue des acteurs, des musiciens, des sportifs et de ceux pour qui le bien-être et le développement personnel revêtent une importance particulière, la Technique Alexander peut se révéler tout aussi profitable pour les personnes qui souffrent de stress, que pour celles qui sont blessées lors d'un accident, à qui elle offre la possibilité d'une réadaptation tout en douceur. Les femmes enceintes, qu'elle peut aider à traverser cette période de grandes transformations, et les enfants, ainsi que toutes les personnes qui désirent être mieux dans leur peau, peuvent également en retirer beaucoup d'avantages.

     

    "La Technique Alexander est une forme extrêmement raffinée de rééducation ou plutôt de redéploiement du système musculaire tout entier et, par là, de beaucoup d'autres organes. Comparées à cette méthode, de nombreuses formes de physiothérapies, maintenant courantes, paraissent étonnamment grossières et limitées dans leurs effets..." 

    Nikolaas Tinbergen, prix Nobel 1973 de physiologie et de médecine

     

    Enseignement de la Technique Alexander

    La Technique fait partie intégrante de l'enseignement offert dans plusieurs universités et conservatoires dans le monde, dont le Conservatoire de musique de Bruxelles, la Julliard School of Performing Arts de New York, la Royal Academy of Dramatic Arts de Londres.

    En France, elle est enseignée à l'Orchestre National de Lille, au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, à la Maîtrise de Radio-France, dans divers conservatoires et écoles de théâtre de province, ainsi que dans le milieu médical.

    Elle est désormais appliquée dans de nouveaux domaines d'activités comme la Clinique de la Douleur en Suisse, la Fédération Française d’Équitation.

    L'APTA (Association Française des Professeurs de la Technique Alexander) regroupe les professeurs diplômés de la Technique F.M. Alexander qui exercent en France. Ce diplôme est obtenu après une formation de 1600 heures sur une durée de 3 à 4 ans dans une école agréée. Les membres de l'APTA s'engagent par leur adhésion à respecter le code déontologique de la profession.

     

    Bénéfices

    Par Wikipédia

    • Changer la réaction aux situations stressantes en évitant les tensions excessives.
    • Prévenir et soulager diverses douleurs associées à une mauvaise utilisation du corps.
    • Mieux réagir aux situations stressantes en évitant les tensions excessives.
    • Améliorer la santé physique et psychique.
    • Améliorer la coordination.
    • Retrouver plus d'aisance, de fluidité dans les mouvements.
    • Retrouver un meilleur équilibre.
    • Améliorer les performances artistiques ou sportives (acteurs, musiciens, chanteurs, etc).

     

    La technique F. M. Alexander ne se substitue pas à la médecine conventionnelle. Sa spécificité est d'appartenir au domaine de l'éducation tout en apportant d'indéniables effets thérapeutiques.

    Ceux qui mettent en pratique les principes de cette technique rapportent souvent qu'elle leur permet d'augmenter leur capacité à clarifier leur pensée, à être objectifs sur eux-mêmes et à se libérer de limitations qu’ils s’imposaient sans le savoir (1). La technique Alexander est également perçue comme une façon de diminuer les efforts dans les mouvements et de pouvoir ainsi être plus efficace tout en se fatiguant moins vite avec la sensation d’être plus jeune et de se déplacer plus gracieusement.

    La technique Alexander fait partie intégrante des programmes de formation d'école de danse, de théâtre, de cirque, de musique, de chant et de quelques sports olympiques. Parmi ses écoles, on peut citer le conservatoire de musique de Bruxelles, la Julliard School of Performing Arts de New York, la Royal Academy of Dramatic Arts de Londres. En France, elle est enseignée à l'Orchestre national de Lille (ONL) (2), au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP) (3), à l'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (ENSATT) à Lyon (2), à la Maîtrise de Radio-France (4), au Centre de formation des enseignants de la musique (CEFEDEM) de Normandie (5) et dans quelques conservatoires de province (à Annemasse (6) par exemple).

    Pouvant convenir à n'importe quel niveau de pratique, elle est aussi utilisée en termes de ré-éducation du mouvement et de gestion de la douleur dans le but de compléter un rétablissement suite à un accident.

    Bien que la technique Alexander soit considérée dans son champ de pratique essentiellement à titre éducatif — enseignée dans une relation d'étudiant/enseignant, et non pas comme un mode de traitement entre un client et un praticien — elle est considérée par le système de santé du Royaume-Uni comme une alternative et un complément à de nombreux traitements médicaux. Ainsi la technique Alexander est préconisée dans les cas suivants (7) : maux de dos, maux de tête, douleurs musculo-squelettiques, insomnie, bégaiement, perte de la parole ou de la voix, problèmes de posture ou d’équilibre, difficultés de motricité rencontrées au cours d’une grossesse, rétablissement d’une blessure en complémentarité avec un traitement suivi en physiothérapie * perte de mobilité coordonnée entraînée par la maladie de Parkinson, etc.

    ____________________

    * Voir

    Différentes disciplines

    Quand l'hyperventilation devient problématique...

     

    La technique Alexander est aussi connue pour aider les interprètes à se défaire du trac ou appréhension de la scène, de l'anxiété d'exécution, au-delà d'un présumé « manque de talent », et d’aiguiser le discernement et la capacité descriptive. Elle aide aussi à contrôler des réactions indésirables, prévenir les phobies et éviter la dépression.

    Les élèves décrivent souvent l'effet immédiat d'un cours de technique Alexander par une sensation inhabituelle de légèreté. Pendant les cours, la plupart rapportent un résultat concernant la sensation d’être plus présent, ou plus à l'aise dans leurs mouvements. Les autres expériences décrites incluent la perception modifiée de la voix ou de l'environnement, un changement dans l’image que les élèves ont d’eux-mêmes.

    (1) www.alexandertechnique.com [en]
    (2) www.techniquealexander.info
    (3) www.conservatoiredeparis.fr
    (4) http://sites.radiofrance.fr...pdf
    (5) www.etanormandie.fr
    (6) www.annemasse.fr
    (7) www.alexandertechnique.com [en]

     

    Sources

    Passeport-santé.net Technique Alexander

    Association des Professeurs de la Technique FM Alexander APTA

    Wikipédia Technique Alexander

     

    Voir

    Douleurs, voir

     

     

     

    Haut de page