• ANANTA - nāga

    Makara, Nāga et... Ananta

    Varuna sur le Makara
    (Rajahstan, fin XVIIe s.)

     

     Le makara (sanskrit : मकर) est un animal aquatique du bestiaire mythologique de l'Inde, un "monstre marin". Il s'agit d'une créature ayant à la fois une petite trompe l'apparentant à l'éléphant de mer, la denture du crocodile et une queue de poisson.
    Le makara est considéré comme une créature propice liée à la fécondité. Il est également la monture, ou vâhana, de la déesse du Gange, Gangâ (Sanskrit : गङ्गा, Hindi : गंगा), ainsi que celle du dieu des eaux, Varuna (devanāgarī : वरुण [ʋəruɳə]), l'un des dieux les plus importants du panthéon du védisme et de l'hindouisme.

    Les représentations de makara se sont répandues en Asie du Sud-Est parallèlement à l'expansion de la culture indienne dans cette région.

    Dans l'architecture khmère, ainsi qu'en Birmanie, on les trouve fréquemment représentés aux extrémités des linteaux ou des frontons, crachant parfois des perles ou de petits personnages.

    En astrologie *, le makara correspond au signe du Capricorne, on retrouve le nom entre autres en khmer, où il désigne le mois de janvier, et en mongol (matar)

    Wikipédia 

    Les postures du Crocodile (Makarâsana, de Makara), ou torsions de l’abdomen (Jara-parivartanâsana), sont des séries de rotations -ou torsions- vertébrales alternatives effectuées au sol, sur le dos parfois sur le ventre.

    Voir les pages de l'article Crocodile et les Torsions 1/5 et 5/5 

    * Voir aussi...
    Bouddhique, bouddhisme : Les couleurs du Yoga (Accueil) § Yoga tibétain : le corps, véhicule vers l'Éveil
    Astrologie : Animaux spirituels et célestes

    Makara crachant des nâgas
    Wat Suthat, Bangkok, Thaïlande (XIXe s.)

      Le nāga (नाग ou serpent, en sanskrit) est un être mythique de l'hindouisme, mais le mot veut dire aussi basiquement : serpent. Les nagas dans la religion gardent les trésors de la nature, sont attachés à l'eau et et apporte la prospérité. De nombreux temples en Inde vénèrent une statue de serpent ; le serpent est aussi le symbole de la kundalini [1].
    La fertilité et l'immortalité sont aussi leurs pouvoirs. Il apparait que toutes divinités du bouddhisme ou du jaïnisme en plus de l'hindouisme a un serpent attaché à sa personnalité, bon ou mauvais.
     

    Nâga au Vat Sisakhet de Vientiane

     

      Le Vat Sisakhet est le plus vieux temple de Vientiane, au Laos. Il fut édifié entre 1819 et 1824 sur l'ordre du roi Anouvong. Chaque année, le roi y recevait le serment de fidélité des fonctionnaires.

    Dans les légendes de l'Inde et de tout le Sud-Est asiatique, les nâgas sont des habitants du monde souterrain où ils gardent jalousement les trésors de la terre. Ils ont pour ennemi naturel l'aigle géant Garuda, mais nâgas et Garuda ne sont en fait que deux incarnations de Vishnou, les deux aspects de la substance divine, en qui ils se réconcilient.

    Le nâga le plus célèbre est Ananta, sur lequel se repose Vishnou dans l'intervalle entre la fin d'un monde et la création d'un nouveau.

    Le nāga comme sa forme féminine (nāgī ou nāginī) est un génie des eaux, représenté comme un serpent à tête humaine. Considérés comme étant de grands poètes, ils gardent les trésors de la terre. Le nāga est donc gardien et protecteur, médiateur entre ciel et terre, intercesseur entre ce monde et l'au-delà, parfois associé à l'arc-en-ciel (Bouddha descend du ciel sur un escalier qui est un arc-en-ciel, dont les rampes sont deux nâgas). À Angkor (Angkor-Thom, Prah Khan, Banteai Chmar), des chaussées à balustrades en forme de nâga symboliseraient cet arc-en-ciel, avec Indra à leur extrémité (dieu de la Foudre et de la Pluie)

     

    Analogies

    Le nâga représente le cycle du temps, tout comme l'Ouroboros des Grecs.

    Il serait peut-être à rapprocher de l'uræus, ou cobra en colère, qui orne le front du Pharaon, concentrant en lui les propriétés du soleil, vivifiant et fécondant, mais capables aussi de tuer, en desséchant ou brûlant.

    De nombreux mythes évoquent un serpent légendaire, du monde souterrain (la vouivre, puissant serpent souterrain des Celtes ou Quetzalcóatl, le dieu serpent-oiseau fréquent en Amérique du Sud), qui peut aussi évoquer les interprétations freudiennes du serpent.

     

    Note 

    [1] Énergie du souffle subtil, Kundalini est là la fois "conscience", "souffle" et "Feu Central interne", gisant au centre de chaque créature (comme le Feu au centre de la terre). Son siège est situé dans le Chakra-Mûladhara (Chakra-Racine, le premier) pendant la vie, lieu où elle reste à l'état statique et potentiel - Lorsque Kundalini se retire du corps pour s'unir à Shiva qui représente son pôle opposé et complémentaire dans la tête, ceci provoque le Samadhi (état de Super Conscience permettant l'unité avec l'Absolu) ou la Mort (Mrita) - Kundalini représente Shakti qui est le pôle féminin de la Création agissant et animant les formes de vie manifestées.  

     

    Vishnou est généralement représenté assis ou se reposant sur un lotus posé sur le puissant Serpent aux mille têtes enroulé, Seshanag, ou Ananta * (qui représente l'univers endormi), Brahma sortant de son nombril.

    mes rendez-vous

    Vishnou assis sur Ananta,
    tourné vers l'Ouest (direction des eaux).
    Deuxième porche. Sanctuaire excavé.
    Grotte 3, Badami, Karnataka. Fin du VIe siècle.

     

    * Ananta appelé aussi Shesha en (devanagari : शेष) ou Adishesha, est un Serpent (nâga) de la mythologie de l'hindouisme [1], aux têtes multiples, au nombre de mille.
    Son nom sanskrit Ananta signifie : « sans fin » ou « sans limite », « éternel » ou « infini ».
    Shesha [2], en revanche, peut se traduire par « vestige » car Adisheha est le soutien et donc le reste de tout nouvel univers (kalpa) lorsque dans la cosmologie hindoue une nouvelle ère se crée.
    De nombreuses histoires se disent sur Ananta. Il faut noter que ce Serpent cosmique sert de lit à Vishnu lorsque celui-ci se repose après la dissolution (pralaya) d'un univers ancien. Adisheha est dit fils d'une rishi, mais aussi descendant de Shiva ; pour autant il est plus lié avec Brahma.
    Il a donné son nom à la ville de Thiruvananthapuram : « cité du seigneur Ananta » en sanskrit.
    Un autre Serpent célèbre de la mythologie hindoue proche de Adisheha est Vâsuki.

    Références
    [1]
     Encyclopedia of Hinduism, par C.A. Jones et J.D. Ryan,
    publié par Checkmark Books, ISBN 0816073368
    [2]
     http://sanskrit.inria.fr/DICO/64.html#ze.sa

    Source : Wikipédia - Voir Crocodile et les Torsions 5/5

     

     

     

    haut de page

     

    Enregistrer