• Hallelujah (Leonard Cohen - Jeff Buckley)

     

    Hallelujah... de Leonard ou de Jeff ? no problem, enjoy!

     

    Leonard Cohen a écrit 15 versions de cette chanson, parlant de religion et de foi en général ou encore de sexe. La version ci-dessous serait la première enregistrée. *

     
     

    * Si vous souhaitez d'autres versions allez sur ce lien qui vous montrera la plus connue de nos jours, interprétée par Rufus Wrainwright (http://www.lacoccinelle.net/traduction-chanson-3507.html) ; les paroles sont néanmoins toujours celles de L. Cohen (http://www.lacoccinelle.net/257665.html)

    Plus généralement, paroles et chansons de Leonard Cohen (http://www.lacoccinelle.net/211494.html)

     

    Paroles et traduction de « Hallelujah »

    Hallelujah *

    Now I've heard there was a secret chord

    J'ai entendu dire qu'il y avait un accord secret

    That David played, and it pleased the Lord

    Que David* jouait et qui plaisait au Seigneur

    But you don't really care for music, do you ?

    Mais tu ne t'intéresses pas vraiment à la musique, n'est-ce pas

    It goes like this

    Ça faisait comme ça,

    The fourth, the fifth

    La quarte, la quinte

    The minor fall, the major lift

    L'accord mineur tombe et le majeur monte

    The baffled king composing Hallelujah

    Le roi perplexe composant hallelujah

    Hallelujah...

    Hallelujah...

    Your faith was strong but you needed proof

    Ta foi était forte mais tu avais besoin de preuves

    You saw her bathing on the roof

    Tu l'as vue se baigner sur le toit

    Her beauty and the moonlight overthrew you

    Sa beauté et le clair de lune t'ont renversé

    She tied you

    Elle t'a attaché

    To a kitchen chair

    à une chaise de cuisine

    She broke your throne, and she cut your hair

    Elle a brisé ton trône, et t'a coupé les cheveux

    And from your lips she drew the Hallelujah

    Et de tes lèvres elle a tiré l'Hallelujah

    Hallelujah...

    Hallelujah...

    You say I took the name in vain

    Vous dites que j'utilise le Nom * en vain

    I don't even know the name

    Mais je ne connais même pas le Nom

    But if I did, well really, what's it to you ?

    Mais si je le fait, bon vraiment, qu'est ce que ça peut te faire ?

    There's a blaze of light

    Il y a un éclat de lumière

    In every word

    Dans chaque mot

    It doesn't matter which you heard

    Qu'importe que tu entendes

    The holy or the broken Hallelujah

    Le saint hallelujah ou le brisé

    Hallelujah...

    Hallelujah...

    I did my best, it wasn't much

    J'ai fait de mon mieux, ce n'était pas beaucoup

    I couldn't feel, so I tried to touch

    Je ne pouvais pas sentir, alors j'ai essayé d'effleurer

    I've told the truth, I didn't come to fool you

    J'ai dit la vérité, je ne suis pas venue pour te duper

    And even though

    Et bien que

    It all went wrong

    Tout ait mal tourné

    I'll stand before the Lord of Song

    Je me tiendrai devant le seigneur de la chanson

    With nothing on my tongue but Hallelujah

    Avec rien d'autre à mes lèvres qu'Hallelujah

    Hallelujah...

    Hallelujah...

    --------------------------------------------------------------

    * Notes

    Hallelujah : mot hébraïque signifiant "Louez Jéhovah" (un des noms de Dieu) il est prononcé pour exprimer l'allégresse des fidèles (Halle lu : louez le ; Jah : Jehovah)

    Et de tes lèvres elle a tiré l'Hallelujah : c'est une métaphore sexuelle qui évoque le soupir des amants.

    Le Nom : Jéhovah (Dieu) qui d'après les 10 commandements ne doit pas être utilisé.

    « Si vous voulez me contacter pour me demander des précisions, me signaler des fautes d'orthographe, une erreur de traduction, une meilleure traduction de certains passages ou tout simplement me demander de traduire une chansons n'hésitez pas à m'envoyer un message via ce site [lacoccinelle.net]... »

     

    Hallelujah de Jeff Buckley

    Ce titre est extrait de son album Grace (année de sortie : 1994)

    Label : Sony BMG Music

     I heard there was a secret chord
    That david played and it pleased the lord
    But you don't really care for music, do you
    Well it goes like this the fourth, the fifth
    The minor fall and the major lift
    The baffled king composing hallelujah

    Hallelujah, hallelujah, hallelujah, hallelujah ....

    Well your faith was strong but you needed proof
    You saw her bathing on the roof
    Her beauty and the moonlight overthrew you
    She tied you to her kitchen chair
    She broke your throne and she cut your hair
    And from your lips she drew the hallelujah

    Hallelujah, hallelujah, hallelujah, hallelujah....

    Baby i've been here before
    I've seen this room and i've walked this floor
    I used to live alone before i knew you
    I've seen your flag on the marble arch
    But love is not a victory march
    It's a cold and it's a broken hallelujah

    Hallelujah, hallelujah, hallelujah, hallelujah....

    Well there was a time when you let me know
    What's really going on below
    But now you never show that to me do you
    But remember when i moved in you
    And the holy dove was moving too
    And every breath we drew was hallelujah

    Well, maybe there's a god above
    But all i've ever learned from love
    Was how to shoot somebody who outdrew you
    It's not a cry that you hear at night
    It's not somebody who's seen the light
    It's a cold and it's a broken hallelujah

    Hallelujah, hallelujah, hallelujah, hallelujah...

     

    Une proposition de traduction de Hallelujah

    Cette traduction concerne un texte de L. Cohen pour les 2 premières strophes et de J. Buckley pour les 2 dernières.
     
    {Alleluia}

    Là maintenant j'ai entendu qu'il y avait un accord secret
    Que David jouait, et cela plut au Seigneur
    Mais tu ne fais pas vraiment attention à la musique,
    n'est-ce pas ?
    Ça fait comme ça
    La quatrième, la quinte
    L'accord mineur tombe, le majeur grimpe
    Le roi déchu compose Alleluia

    Alleluia, Alleluia
    Alleluia, Alleluia

    Ta foi était forte mais tu avais besoin d'une preuve
    Tu l'as vue se baignant sur la terrasse
    Sa beauté et le clair de lune t'ont renversé
    Elle t'a attaché à une chaise de cuisine
    Elle a brisé ton trône, et elle a coupé tes cheveux
    Et de tes lèvres elle tira l'Alleluia

    Alleluia, Alleluia
    Alleluia, Alleluia

    Peut-être que j'ai été ici avant
    Je connais cette pièce, j'ai marché sur ce plancher
    J'avais l'habitude de vivre seul avant de te connaître.
    J'ai vu ton drapeau sur la voûte de marbre
    L'amour n'est pas une marche victorieuse
    C'est un froid et c'est un alleluia cassé

    Alleluia, Alleluia
    Alleluia, Alleluia

    Il fut un temps quand tu me laissais savoir
    Qu'est-ce qui se passe vraiment en dessous
    Mais maintenant tu ne me l'a jamais montré, n'est-pas ?
    Et rappelle-toi quand j'ai bougé en toi
    La colombe sainte se déplaçait trop
    Et chaque souffle que nous avons attiré était Alleluia

    Alleluia, Alleluia
    Alleluia, Alleluia
    Alleluia, Alleluia
    Alleluia, Alleluia
    Alleluia, Alleluia
    Alleluia, Alleluia
     
    Crédits traduction : traduction ajoutée par SweetyBulle et corrigée par maeva1403, Laing_Rost, iamzorglub 

     

     

    10 novembre 2016,
    l'annonce tombe
     :

    Leonard est décédé.

    Il avait 82 ans.

    Hallelujah (Leonard Cohen - Jeff Buckley)

    Hommage bouddhiste

    Hallelujah (Leonard Cohen - Jeff Buckley)

    Leonard était pratiquant hébraïque, pratiquant Zen et disait que la plus belle rencontre qu'il avait fait... c'était Jésus... Bye bye Leonard !

    Lucian Barbaroux (11 nov. 2016)

    Chaque fois que j’atteins le fond du désespoir, je commence à sourire.

    Léonard Cohen (1993)

    BON VOYAGE LEONARD

    « [...] La semaine où [j'ai] rendu visite [à Leonard Cohen], il est resté l'essentiel des sept jours et sept nuits dans une austère salle de méditation, assis sans bouger. Son nom au monastère, Jikan, faisait référence au silence entre deux pensées.
    Le reste du temps, il se consacrait à des petits travaux dans la propriété, faisait la vaisselle dans la cuisine et, surtout, prenait soin de l'abbé du Mount Baldy Zen Center, Joshu Sasaki, qui avait alors quatre vingt huit ans. En fin de compte, Cohen a passé plus de quarante ans assis sans bouger avec son vieil ami.

    Une nuit - quatre heures du matin, fin décembre - Cohen a interrompu sa méditation pour venir jusqu'à ma cabane, afin d'essayer de m'expliquer ce qu'il faisait ici.

    Rester assis sans bouger, a-t-il dit avec une passion inattendue, était le divertissement le plus réellement profond qu'il avait découvert au cours de ses soixante et un ans d'existence.
    Un divertissement réellement profond et voluptueux. Le véritable délice de cette activité.

    Plaisantait-il ? Cohen est réputé pour son esprit moqueur et ses traits d'ironie. Il ne plaisantait pas, je m'en suis aperçu quand il a poursuivi.

    Que faire d'autre ? a-t-il demandé. Me lancer dans un nouveau mariage avec une jeune femme et élever une famille ? Trouver de nouvelles drogues, acheter le vin le plus coûteux ? Je ne sais pas. Ceci me paraît la réponse la plus riche et la plus somptueuse au vide de mon existence...

    L'ART D'ÊTRE IMMOBILE (Éd. Marabout)

    PICO LYER

     

     

    Leonard Cohen, un Juif pratiquant

    Dans un article du New York Times consacré à son retour sur scène (en 2008, à l'âge de 73 ans, pour une tournée mondiale), il est mentionné :

    « Monsieur Cohen est un juif observant qui respecte le Shabbat même lorsqu'il est en tournée et il chanta pour les troupes israéliennes durant la guerre israélo-arabe (1973). Alors comment peut-il concilier sa foi avec sa pratique continue du zen ? » (Larry Rother, "On the Road, for Reasons Practical and Spiritual", The New York Times, 25 février 2009)

    « Allen Ginsberg me posa la même question, il y a de nombreuses années », dit Leonard Cohen.

    « Eh bien, pour commencer, dans la tradition du Zen que j'ai pratiquée, il n'y a pas de service de prière et il n'y a pas d'affirmation de déité. Donc, théologiquement, il n'y a pas d'opposition aux croyances juives. »

    Leonard Cohen résume lui-même cette dualité dans son dernier album, Popular Problems, puisque celui-ci est dédié au maître zen (rōshi) Kyozan Joshu Sasaki, et qu'il chante dans le morceau Almost Like the Blues :

    « There's no God in Heaven/And there is no Hell below/So says the great professor/
    But I've had the invitation/That a sinner can't refuse
     »

    (traduction : « Il n'y a pas de Dieu au Ciel/Et pas d'Enfer sous nos pieds/C'est ce que dit le grand professeur/Mais j'ai reçu une invitation/Qu'un pécheur ne peut refuser »)

    Wikipédiarevenir ↑ 

     

     

    Suzanne - Leonard Cohen
    Illustrations : D'après les Œuvres de Hans Jochem Bakker * -
    Représentation du mystère de l’Éternel Féminin

    * Hans Jochem Bakker, artiste-peintre autodidacte né en 1948, n'illustre dans ses travaux pratiquement que des portraits de femmes formés de lignes convaincantes, parfois en esquisses ou parfois précises, tout en volume. La construction de ses Tableaux est particulièrement riche et cache un grand amour pour la peinture elle-même. Pourtant, il part du principe qu'une Toile n'est jamais vraiment terminée et ce, même quand il n'y travaille plus. Il considère que ses Œuvres les plus récentes portent encore et encore la promesse de ce qui va suivre et qui comblerait ses attentes pour la première fois. Ce n'est cependant qu'une illusion douce-amère, la glorieuse douleur d'un artiste.

    NB : j'ai une autre traduction que celle proposée dans YouTube. Je vous la ferai passer plus tard...

     

     

     

    Haut de page

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer