• Huiles essentielles 1. généralités

    Points de repères

    Huiles essentielles : généralités

    Huiles essentielles : généralités  

    Ce premier volet rassemble quelques notions distillées ici et là au fil des pages de Yantra et des infos nouvelles reçues récemment.

    Des notions de base, en somme, qui seront développées ultérieurement.

    Volontairement schématique, ce premier volet permet, du moins je l'espère, de mieux se repérer.

    Au fil de mes recherches (et trouvailles !) il sera complété, comme le seront les volets suivants.

     

    « Toutes les plantes ne sont pas aromatiques, toutes ne sont pas capables de fabriquer des essences, des huiles essentielles. [...] si j’ose cette expression un petit peu poétique, c’est la lumière qui va vraiment induire et impacter le végétal pour que le végétal synthétise cette huile essentielle, cette essence pour parler précisément. On dira que l’essence finalement est un concentré de lumière. »

    Michel Faucon, Expert aromathérapeute scientifique (École Aroma-Sciences)

    Voir aussi Dosages & Synergies

    Sommaire

    Indications, modes d'utilisation et propriétés

    Chémotypées !

    Diffusion

    Conditions de conservation et précautions

    Les eaux florales

    .¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.

    Mots-clefs à connaître

    Liste des propriétés principales des huiles essentielles

    Plantes : préparation

     

    Huiles essentielles : Indications, modes d'utilisation et propriétés

    Les indications, modes d'utilisation et propriétés, sont tirés d'ouvrages de référence en aromathérapie et hydrolathérapie. On les y retrouve de façon régulière et pour beaucoup confirmés par des observations en milieu scientifique.

    Toutefois, ces informations sont données à titre informatif, elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager ma responsabilité. Pour tout usage dans un but thérapeutique, consultez un médecin. (Sophie Mastrantuono)

    Voir aussi

    Douleurs, arthrose et remèdes naturels

    Se masser

    Les 10 commandements aromatiques
    Interview de Guillaume Gerault - Bing video
    [https://www.dailymotion.com/video/xg4jaq]

    haut de page

     

    Huiles essentielles : Chémotypées !

    La notion de chémotype – CT –  désigne une entité chimique distincte au sein d'une même espèce (ensemble d'individu interféconds).

    Certaines espèces de plantes, de champignons ou de micro-organismes (bactéries entre autres) présentent des variations chimiques de leur métabolite secondaire en fonction des influences de leurs écosystèmes (altitude, humidité, ensoleillement, biotope, etc.), bien que leur morphologie ainsi que leur génétique ne soient pas substantielle ment transformées, seul leur phénotype chimique est mouvant.

    Ce terme s'applique à tout type de com posés chimiques appartenant au métabolite secondaire *. Les huiles essentielles tiennent une place prépondérante dans ce phénomène. Le chémotype est utilisé en biologie moléculaire surtout dans ses applications médicales (aromathérapie) et agricoles mais également en parfumerie. 

    __________

    * Un métabolite secondaire est une molécule qui, par exclusion, n'appartient pas au métabolisme primaire lequel est indispensable à la nutrition, assure la croissance, le développement d'un organisme (les métabolites primaires rassemblent les acides aminés, les lipides, les sucres ou le s acides nucléiques, par exemple) - Wikipédia

    Lu dans mon pdf Thym chémotypé

    Voir aussi la galerie des Composants des HE

    Huiles essentielles 1. généralités

    Une même plante peut avoir des HE aux propriétés différentes selon la partie utilisée (feuille, écorce, racine...) et sa composition en éléments volatils (exemple menthe verte, menthe poivrée, menthe Pouliot...) : lorsque vous utilisez des huiles essentielles, assurez-vous d’opter pour des huiles 100% pures et chémotypées, exemptes de colorants et d’additifs.

    Vu dans Des produits "déo..." pour ma maison

    Propriétés : voir aussi plus bas

    haut de page

     

    Huiles essentielles :  Diffusion

    À utiliser de préférence mélangées à d'autres huiles essentielles ou diffusion faible
    Aneth
    Basilic
    Camomille

    Cannelle
    Coriandre
    Eucalyptus globulus
    Laurier
    Marjolaine
    Menthe Poivrée
    Niaouli
    Tea Tree
    Ylang-Ylang

    À diffuser avec modération
    Bois de rose (attention ! devenant de plus en plus rare, son coût s'élève : double modération !)

    Cyprès
    Eucalyptus radiata
    Eucalyptus citriodora
    Genévrier
    Géranium
    Lavande (Lavandin moins cher et tout aussi bon)
    Myrte
    Palmarosa
    Petit grain
    Pin
    Ravintsara
    Romarin CT cinéole
    Sapin 

    La diffusion de ces huiles essentielles ne pose aucun problème sauf allergie potentielle
    Les agrumes :
    Citron

    Citronnelle
    Mandarine
    Orange 

    Note : les huiles essentielles de Rose ou de Verveine, bien qu'en principe très bonnes en diffusion, ne sont pas recommandées en raison de leur coût. En effet, leur production demande beaucoup de travail, beaucoup de végétal pour quelques gouttes d'huile essentielle...

    Vu dans Des produits "déo..." pour ma maison

    haut de page

     

    Huiles essentielles : Conditions de conservation et précautions

    Les huiles essentielles sont sensibles aux rayonnements UV ainsi qu'à l'évaporation progressive de leurs constituants. Il est donc impératif de conserver vos huiles essentielles dans un flacon en verre coloré ou en aluminium à fermeture étanche à une température comprise entre 5°C et 40°C. (Aroma-Zone)

    « Vous parlez beaucoup des bienfaits des huiles essentielles et je souscris. Néanmoins vous ne dites rien sur les éventuelles contre-indications : exemple les huiles essentielles ne sont pas recommandées pour les personnes souffrant d’asthme etc. »
    Commentaire de Tilda (janvier 2018)
    Vous avez un nez dans l’intestin... (Santé Corps Esprit)

    >>> Précautions générales avant toute utilisation d'huiles essentielles (pdf)

    haut de page

     

    Les eaux florales

    Font partie des hydrolats les eaux florales, obtenues à partir des fleurs (eau de fleur d'oranger, eau de rose, etc.) - Vu dans Hydrolat.

    Huiles essentielles 1. généralités

    Les HE ne font pas bon ménage avec les yeux !

    Préférez les eaux florales !

    Voir

    Yeux aux petits soins

    Voir aussi Macérât

    Huiles essentielles 1. généralités

    Voir : « Hydrolat » est un terme de pharmacie

     

    haut de page

     

    .¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.

    .¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.

     

    Mots-clefs à connaître

    Extrait de l'ouvrage 'Huiles essentielles' de Guy Roulier

    • Absolu : essence obtenue à partir de concrètes ou de résinoïdes (voir).

    Après dilution de ces derniers à l’alcool éthylique (lavages), les solutions alcooliques sont filtrées pour éliminer les cires puis concentrées par distillation sous pression réduite dans le but d’éliminer l’alcool. En parfumerie, les essences absolues sont très précieuses par la richesse des fragrances qu’elles apportent aux compositions (Voir Alcool)

    • Accord : effet obtenu par le mélange de deux ou plusieurs matières premières aromatiques.

    Son harmonie dépend de l’équilibre des proportions et de l’intensité olfactive de chacune d’elles et détermine l’originalité de la fragrance.

    • Adaptogène : se dit d’une plante contenant tous les éléments nécessaires à une meilleure adaptation aux stress aussi bien physiques que psychiques.
    • Aérosol : mode de dispersion instantanée de divers produits volatils, utilisant un appareil de diffusion.
    • AFNOR : l’Association Française de Normalisation établit et publie les normes sur les huiles essentielles.
    • Alambic : appareil permettant la distillation par entraînement à la vapeur d’eau.
    • Alcool : molécule aromatique très importante (linalol, géraniol…).

    L’alcool éthylique est le solvant neutre utilisé comme support dans les préparations alcooliques (teintures-mères). Voir Alcool...

    Alcoolat : mélange alcool/huiles essentielles.
    Voir aussi :
    Teinture-mère et teinture alcoolique - Alcoolature
    La teinture-mère et la teinture alcoolique (pdf)

    • Aldéhyde : les aldéhydes sont des produits aromatiques très importants et divers (néral, géranial, décanal…).

    – En parfumerie, la découverte des aldéhydes de synthèse a donné aux créateurs une palette nouvelle donnant des parfums de type « aldéhydé ».

    • Ambre : substance animale appelée ambre gris provenant des concrétions pathologiques formées dans l’intestin des cachalots.

    – Sous la dénomination « ambrés », quelquefois appelés « orientaux », ont été groupés les parfums ayant des notes douces, poudrées, vanillées et animales, très marquées.

    • Analyse : décomposition physico-chimique d’un produit odorant pour en connaître la nature et/ou en identifier les constituants.
    • Anosmie : absence d’odorat. Peut être provoquée par une sinusite chronique.
    • Aromachologie : association des termes aroma– et psychologie. Étude de l’influence des arômes sur le comportement.
    • Aromacosmétique et phytocosmétique : utilisation des propriétés des huiles essentielles (HE) et des plantes pour les soins de l’épiderme.
    • Aromates : appelés aussi plantes ou végétaux aromatiques, ils génèrent une odeur pénétrante utilisée aussi bien en médecine qu’en parfumerie et cuisine.

    Voir Épices.

    • Aromathèque : collection d’huiles essentielles.
    • Aromathérapie : thérapeutique basée sur l’utilisation des HE, et reposant sur des principes proches de l’allopathie en utilisant les propriétés des molécules aromatiques.

    L’aromathérapie de terrain se rapproche de la naturopathie en corrigeant certaines causes organiques de maladies.

    • Aromatique : désigne plusieurs produits.

    plantes aromatiques : végétaux dont on peut extraire des éléments naturels volatils et odoriférants (voir Aromates)
    produit chimique aromatique : produit de synthèse utilisé en parfumerie et en arômes alimentaires.

    • Aromatologie : science des arômes (voir)
    • Arôme : terme utilisé surtout dans le domaine alimentaire. 

    Voir Aromates, Épices.

    – Qualité organoleptique prenant en compte l’odorat (voir Flaveur)
    Arômes végétaux : captés par les cellules sensorielles de l’odorat, ce sont des composés de molécules naturelles volatiles et odoriférantes contenues en très faibles quantités (de 0,01 à 5%) dans diverses parties de végétaux dits aromatiques (fleurs, fruits, feuilles, tiges, racines, bulbes, rhizomes, bois).

    • Artificiel : résultat d’un travail de reconstitution d’une huile essentielle (ex. parfum rose), d’une note de parfum, d’un produit donné, par opposition au produit naturel : HE de rose ou absolu de rose. 

    – Voir ICI un exemple d'arôme artificiel de fraise, extrait de Aromathérapie de Jean Valnet.

    • Baume : oléorésine s’écoulant du tronc de certains arbres, naturellement ou après incision (Tolu, Pérou). Certaines oléorésines portent improprement le nom de baume (Copaïba, Canada). Voir Pommade.

    – Voir aussi Baume du Commandeur - Baume du Tigre

    • Bioélectronique : méthode mise au point par le professeur Louis-Claude Vincent qui défi nit les principaux paramètres électroniques favorables à la vie et à la santé : le pH, le rH2 (redox) et la résistivité qu’il est possible d’analyser non seulement au niveau du sang, de la salive, des urines, mais aussi de l’eau, des aliments et des produits végétaux (à l’aide d’un appareil appelé bioélectronimètre).
    • Biothérapies : soins préventifs et curatifs naturels qui comprennent une association de méthodes synergiques telles que : homéopathie, phytothérapie (plantes médicinales), phyto-gemmothérapie (emploi de bourgeons de plantes), oligothérapie, organothérapie, vitaminothérapie, neuralthérapie…
    • Blocage : terme qui se retrouve fréquemment en médecine naturelle.

    Il traduit une interruption totale ou partielle d’une fonction, secondaire à une perturbation physique (coup de froid, vent, sécheresse, chaleur, humidité, choc…), psychique (choc émotionnel, fatigue, émotions excessives…) ou biochimique (toxines ingérées ou injectées). Il se règle par un traitement naturel visant à éliminer la cause et ses séquelles.

    • Chromatographie : système d’analyse scientifique permettant l’identification et le contrôle d’éléments volatils contenus dans les huiles essentielles ou les produits parfumés.
    • Concrète : produit solide ou semi-solide obtenu après extraction par solvants volatils des principes odorants de certaines matières végétales telles que iris, jasmin, rose, mousse de chêne…
    • Condiments : aromates utilisés dans l’art culinaire.

    Voir Épices.

    • Cosmétique : méthode de soins consistant en l’application externe de substances pour améliorer ou entretenir l’état de l’épiderme.

    Terme utilisé pour désigner les préparations de produits de toilette, de soins et de beauté destinés à nettoyer, entretenir et embellir les parties externes du corps humain.

    • Déterpénation : procédé permettant de débarrasser certaines huiles essentielles de leurs molécules terpéniques.

    Utilisée en parfumerie, mais non en aromathérapie.

    • Eau de Cologne : préparation alcoolique, créée en Italie, par Jean Marie Farina (1685-1766) ou Giovanni Paolo Feminis (v.1660-1736) à la fin du XVIIe siècle. L'expression désigne ainsi, à l'origine, soit un parfum, soit plus généralement une catégorie de parfums contenant 4 à 6 % d'essences.

    Elle doit son nom à la ville de Cologne où elle connut un grand succès. Cette eau est basée sur les essences dites « Hespéridées » (voir)

    • Eau florale ou eau aromatique : eau ayant servi à la distillation des fleurs.

    Voir Hydrolats et Hydrosols.

    • Énergétique : se dit d’un nutriment ou d’une méthode qui fournit ou mobilise de l’énergie.

    – Énergétisante ou énergisante : se dit d’une méthode ou d’une substance qui donne de l’énergie et renforce l’énergie défensive (voir)

    • Énergie : concept universel qui recouvre des réalités très différentes.

    L’énergie est la forme la plus subtile de la matière qu’elle crée en se condensant. Inversement, elle résulte de la dégradation de la matière. « Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme. »

    – Énergie défensive : énergie électromagnétique qui alimente nos cellules et conditionne notre résistance aux agressions externes.
    – Énergie motrice : énergie qui alimente nos cellules et permet leur fonctionnement.
    Énergie vitale : définit notre réserve d’énergie physiologique. Elle est la somme de notre énergie héréditaire (patrimoine génétique), de l’énergie respirée (oxygène) et de l’énergie d’origine alimentaire. Elle se divise en énergie motrice et énergie défensive.

    • Enfleurage : méthode ancienne d’extraction à froid des produits floraux, mise au point à Grasse, utilisant la propriété d’absorption de certaines graisses permettant d’en retenir les principes odorants.

    Ces pommades parfumées sont ensuite lavées à l’alcool pour donner les absolus puis l’alcool est éliminé par chauffage.

    • Épices : substances végétales aromatiques destinées à l’assaisonnement des préparations culinaires. Exemple de la formule « des quatre épices » : cannelle (ou gingembre) + girofle + muscade + poivre noir (voir aussi Aromates)

    – Quatre-Épice, Sichuan : voir Aromatiques Épices 2. et Poivre
    – Cannelle de Chine = Casse : voir Cannelle de Ceylan

    • Essences déterpénées : obtenues par distillation fractionnée dans le but d’éliminer les terpènes irritants, et de conservation aléatoire.

    Ces produits sont utilisés principalement en parfumerie et en cosmétique. En aromathérapie familiale, préférez des produits naturels non déterpénés.

    • Flaveur : s’applique à tous les produits alimentaires développant en bouche à la fois un arôme (capté par l’odorat par voie rétro-nasale) et un goût (capté par les cellules réceptrices du goût de la langue et des nerfs de la muqueuse buccale).
    • Fragrance : par opposition à l’odeur qui peut être agréable ou désagréable, ce mot français d’origine latine traduit l’odeur agréable d’un produit parfumé (voir Odeur)
    • « Head space » : mot anglais désignant la nouvelle technique d’analyse sous vide des constituants volatils des produits odorants.
    • Hespéridés : essences obtenues par expression du zeste des fruits (bergamote, cédrat, citron, lime, orange, mandarine, pamplemousse) et autres produits dérivés de l’oranger.

    L’« Eau de Cologne » appartient à ce groupe de senteur.

    • Holistique : se dit de méthodes et de médecines naturelles considérant l’homme dans sa globalité et de façon synthétique sur ses divers plans physiologiques (énergétique, biochimique, physique, psychique et spirituel), en tenant le plus grand compte de ses rapports avec son environnement.

    Ce terme a été consacré par le Parlement européen le 29 mai 1997 dans sa Résolution sur le statut des médecines non conventionnelles.
    Voir À la rencontre de l'Áyurvéda.

    • Huile essentielle (HE) : substance végétale odorante et volatile obtenue par hydro-distillation des essences, oléorésines et gommes aromatiques.
    • Hydrolats : appelés aussi (parfois improprement, voir Eau florale ou hydrolat ?) eaux florales, ce sont des produits légèrement aromatiques qui contiennent de très faibles quantités d’H.E. (environ 1/1000).

    L’hydrolat est obtenu par récupération, après condensation, de l’eau de distillation (2 à 4 litre d’eau pour 1 kg de plantes fraîches).

    • Hydrosols : l’hydrosol est obtenu par imprégnation prolongée d’H.E. dans une eau pure.
    • IFRA : l’« International Fragrance Association », créée en 1973, édite des recommandations d’emploi des matières premières aromatiques dans le but d’une meilleure protection de l’utilisateur.
    • Mémoire olfactive : faculté du cerveau de conserver le souvenir d’odeurs perçues antérieurement (détermine en grande partie le comportement)
    • Naturopathie : utilisation des méthodes naturelles pour la prévention et les soins : diététique, balnéothérapie, homéopathie, plantes atoxiques et H.E., massage, gymnastique douce, yoga, iridologie…

    La naturopathie renforce les défenses naturelles et corrige les erreurs d’hygiène.

    • Néroli : doit son nom d’origine à la duchesse Flavio Orsini, connue sous le nom de Princesse de Néroli.

    Voir HE de la fleur d’oranger amer.

    • Nez : organe de l’olfaction mais aussi épithète désignant un parfumeur-créateur.
    • Note : c’est la caractéristique de l’odeur d’une matière première ou d’une composition ; exemple : note boisée, note florale, note hespéridée (voir).
    • Odeur : émission de molécules volatiles perçues par le système olfactif.

    S’applique plus particulièrement aux matières premières simples par opposition à « fragrance » (voir).

    • Odorat : l’un des cinq sens grâce auquel les odeurs deviennent perceptibles par le cerveau.
    • Odoriférant : qui diffuse une odeur agréable.
    • Olfactif : qui concerne l’olfaction.

    – Olfaction : fonction sensorielle qui permet de percevoir les odeurs.

    • Oxydation : réaction chimique par contact avec l’oxygène de l’air.

    Par extension, toute altération due à une exposition directe ou prolongée à l’air, à la chaleur, à la lumière solaire.

    • Parfum : aboutissement du travail de création originale d’un parfumeur par alliance de notes parfumées agréables, harmonieuses, issues de matières naturelles ou de synthèse.

    – Parfum naturel : parfum obtenu par association de plusieurs huiles essentielles et essences naturelles complémentaires donnant un ensemble agréable et harmonieux.
    – Parfumerie : art et science consistant à mélanger divers produits odoriférants (huiles essentielles, essences, matières animales et chimiques) dans le but de créer une harmonie vibratoire perçue par notre odorat comme une sensation agréable.

    • Petit-grain : huile essentielle provenant de la distillation des feuilles et rameaux de l’oranger amer.

    Voir Le petit grain bigarade.

    • Phéromone : substance hormonale agissant comme signal d’attraction entre mâle et femelle dans certaines espèces animales.
    • Photosynthèse : processus spécifique aux végétaux d’utiliser l’énergie solaire par l’intermédiaire de la chlorophylle pour fabriquer des sucres et autres substances organiques.
    • Pommade : produit résultant d’un ancien procédé basé sur le principe de l’enfleurage (voir) permettant d’extraire le parfum des fleurs par captation des molécules aromatiques par certaines graisses.

    Voir Baume.

    • Relaxant : action calmante qui diminue l’excitabilité du système nerveux.
    • Résine : terme générique désignant les exsudations solidifiées de certains végétaux.

    – Résinoïdes : produits aromatiques odoriférants, obtenus par extraction à base de solvants, de substances végétales telles que résines, oléorésines, gommes-résines et baumes. Il sont utilisés en général comme éléments de la note de fond.

    • « Santé durable » : concept récent développé par l’auteur qui s’inscrit dans le cadre général du « développement durable » préconisé par les chefs d’État du monde entier lors des sommets de Rio et de Johannesburg, conciliant écologie, économie et équité.
    • Stimulant : qui excite le système nerveux sympathique.
    • Senteur : ce qui est perçu par l’odorat.
    • Spectrométrie : mesure d’analyse physique complémentaire de la chromatographie.
    • Synergie : association de plusieurs facteurs ou de plusieurs méthodes vers la même action physiologique.

    – Synergétique ou synergique : s’appliquant aux complexes d’HE, ce terme indique que chacune renforce l’action des autres.

    Voir aussi Totum et 'quenching'

    • Terpène : hydrocarbures contenus dans certaines huiles essentielles (monoterpènes, sesquiterpènes).
    • Tonique : terme utilisé pour des compositions susceptibles de stimuler certaines activités physiologiques.

    – Tonifiant : qui recharge le système nerveux sympathique.

    • Volatil : désigne une molécule légère pouvant s’évaporer et permettant ainsi d’être perçue comme odeur.
    • Zeste : écorce de fruits de la famille des hespéridés (ou agrumes, voir) d’où est tirée l’essence par expression et par distillation, l’huile essentielle.

    Lexiques, voir aussi

     

    haut de page

     

    Liste des propriétés principales des huiles essentielles 

    Voir plus haut : Chémotypées !

    Voir aussi  Info URGENCES

    • Basilic (Ocimum basilicum) – un antiseptique qui aide à ouvrir les voies nasales. 
    • Cajeput (Melaleuca cajuputi) – antiseptique général, respiratoire, expectorant, circulatoire, radio-protecteur.
    • Camomille romaine (Chamaemelum nobile) – soulage et apaise la congestion. 
    • Citron (Citrus limonum) – purifie, assainit l'air ambiant, odeur "de propre".
    • Citronnelle – éloigne les moustiques.
    • Eucalyptus (citriodora, Corymbia citriodora) – puissant anti-inflammatoire et anti-rhumatismal, antalgique, antispasmodique, fongicide, sédatif.
    • Eucalyptus (globulus) – antimicrobien, antibactérien (inflammations des voies respiratoires, décongestionnant pulmonaire)
    • Eucalyptus (radiata) – antiseptique puissant, antibactérien, antiviral, expectorant, décongestionnant, antifongique.
    • Eucalyptus (smithii) – anti-infectieux, antiviral, bactéricide, antifongique, favorise le bon fonctionnement du système immunitaire, expectorant, anti-catarrhal, antitussif (aide à dégager nez et bronches), anti-inflammatoire, purifiant et rafraîchissant. 
    • Gaulthérie (couchée) Gaultheria procumbens « essence de Wintergreen » – diurétique, dépuratif, anti-rhumatismal, antalgique (douleurs articulaires, interne/externe), anti-inflammatoire, circulatoire, antispasmodique (molécule de l’aspirine), stimulant, antiseptique et purifiant (us. externe) 
    • Genévrier (Juniperus communis) tonique, stomachique et excitant général des sécrétions, déchlorurant (élimination des chlorures facilitée) et dépuratif (baies), diurétique, sudorifique, antirhumatismal, effet uricolytique (contre acide urique anormalement élevé), excellent dissolvant des boues et calculs divers, antiseptique général, anti-microbien et contre la cellulite (us. externe)
    • Gingembre (rhizome et HE) Zingiber officinale – tonique général (dont sexuel), "énergétisant", stimule la circulation sanguine et l'appareil digestif (apéritif, carminatif), antiseptique, fébrifuge, fluidifiant bronchique (et limite les sécrétions des muqueuses), lutte contre les maux de transport... antalgique (us. externe)
    • Lavande, Lavande fine vraie (Lavandula angustifolia vera) – antispasmodique, antalgique (us. cutané), cicatrisant, antiseptique et anti-microbien, anti-inflammatoire, sédatif (blessures, brûlures, coups de soleil, dermatoses), antihistaminique (allergies cutanées, eczéma), décontractant musculaire (crampes, courbatures), angoisses, stress, maux de tête (action sur le psychisme)... 
    • Lavande aspic (Lavandula latifolia) Éloigne les insectes, apaise les piqûres et en cas de brûlure : régénère, antalgique, décontracturant musculaire (us. externe) 
    • Lavandin – hypotensif, antispasmodique, parfume l'air ambiant.
    • Litsea cubeba – calmant, sédatif, intense parfum citronné.
    • Menthe poivrée (Mentha piperita) – prévient les malaises vagaux, mal des transports, digestif, anti-infectieux digestif, aide à ouvrir les voies nasales, antalgique.
    • Niaouli (Melaleuca quinquinervia) – expectorant, balsamique, anti-infectieux puissant et général, antiviral, antifongique... 
    • Orange douce (Citrus aurantium) – calmant, sédatif, parfum "de fête".
    • Pamplemousse (Citrus maxima) – antiseptique aérien, odeur fraîche.
    • Pin sylvestre / Épinette noire (Pinus sylvestris / Picea mariana cortisone-like, rehausse l’immunité, antimicrobien, décongestionnant, anti-inflammatoire. 
    • Ravensare (Ravensara aromatica sonnerat) – tonique, décontracturant (stress, nervosité, fatigue), préparateur du sommeil, aide dans le combat contre les virus (grippé, convalescent)
    • Ravintsara (Cinnamomum camphora) – antiviral, antiseptique aérien (dégage les voies respiratoires), antioxydant, immunostimulant, rééquilibrant nerveux, inducteur de sommeil, décontracturant musculaire.
    • Romarin (Rosmarinus officinalis) – un antiseptique qui aide à ouvrir les voies nasales.
    • Romarin CT cinéole – anti-infectieux.
    • Tea-tree (Melaleuca alternifolia) – antibactérien puissant, antimicrobien efficace, expectorant, antiseptique, antifongique...
    • Thym CT linalol (Thymus vulgaris) – antiseptique puissant (idéal contre rhumes, grippe et frissons)

     

    haut de page

     

    Plantes : préparation

    Voir aussi

    Macérât

    Délicieux rafraîchissements aux plantes

    La préparation des plantes, en phytothérapie ou en cuisine, sera différente selon l'usage que l'on destine : infusion, macération, décoction, bouillon ou poudre pour la voie interne, et cataplasme ou masque (pour l'usage externe).
    Les tisanes peuvent être obtenues par infusiondécoction ou macération selon le type de matières végétales utilisées.

    La macération consiste à laisser séjourner un solide dans un liquide froid pour en extraire les composés solubles, ou bien pour qu'il absorbe de ce liquide afin d'en obtenir le parfum ou la saveur, pour le conserver ou pour qu'il s'y décompose.

    La macération peut se faire dans une solution alcoolique (macération alcoolique), de l'eau, une saumure, de l'huile, etc. Le terme de macération désigne également le liquide qui en résulte.

    Wikipédia - Ooreka

    La décoction, utilisée en herboristerie, en teinture [1], en brasserie et en cuisine, consiste en l'extraction des principes actifs et/ou des arômes, généralement de végétaux, par dissolution dans l'eau bouillante. Elle s'applique généralement aux parties les plus dures des plantes (racines, graines, écorce, bois). Ainsi, la décoction permet-elle une extraction des principes actifs plus complète que l'infusion mais certaines molécules peuvent être dégradées au cours du chauffage à ébullition.

    [1] Voir Remèdes conseillés en revue

    La décoction, dont le terme désigne également les préparations obtenues par cette méthode, ne doit pas être confondue avec :

    • l'infusion, dans laquelle la préparation est plongée dans l'eau bouillante mais qu'on ne maintient pas à ébullition, comme pour la préparation du thé ;
    • la macération, dans laquelle la préparation est plongée dans l'eau froide.

    Pour réaliser une décoction, les parties de plantes sont, si nécessaire, coupées et fractionnées, puis placées dans l'eau froide. Le mélange est porté à ébullition et maintenu à température pendant une durée variable, généralement entre deux et quinze minutes, puis il refroidit avant d'être filtré, à l'aide d'une passoire par exemple.

    Wikipédia - Ooreka

    Vu dans Automne en cures - Aller direct au tableau La préparation des plantes

    Symptômes : voir Petit lexique de la bonne fame

    Et aussi Que boire selon les symptômes (Comment-économiser)

    Huiles essentielles 1. généralités

    Remèdes : voir 

    Antibiotiques naturels

    Automne en cures

    Si un remède est fait pour vous

     

    ____________________

    Sources diverses

    Sophie Mastrantuono - Puressence Passion -

     

     

     

    haut de page