• Info 5 "boutons" pas floraux

    Page créée le 02 janvier 2022

    Lutter contre 5 types de "boutons"

    Les "boutons" ne sont malheureusement pas réservés à l'adolescence et peuvent représenter une réelle gêne esthétique. Afin de les traiter au mieux et d’adopter la meilleure routine anti-boutons, il est indispensable de bien les identifier. En effet, il existe plusieurs types de boutons – acné, comédons, papules... – et plusieurs types de traitement.

    Boutons

    De manière générale, il est assez facile de faire la différence visuellement entre les types de boutons, même si certains peuvent se ressembler. Il est possible d’avoir plusieurs types de boutons en même temps. Quoi qu’il en soit lorsqu'on a un problème récurrent de boutons, il est préférable de consulter un dermatologue qui va pouvoir prescrire un protocole de soin adapté.

     

    Différents types de "boutons"

    Les microkystes ou comédons fermés

    Ce sont des petits points blancs mesurant de 2 à 3 mm de diamètre. On les appelle aussi grain de milium. Ils résultent d’une accumulation de sébum, de bactéries et de kératine, protéine des cellules de la peau.

    Ces microkystes sont assez difficiles à déloger. Les gommages sont un bon moyen pour en arriver à bout mais si le bouton refuse de sortir de cette façon, mieux vaut ne pas insister sous peine d’irriter la peau.

    Ces microkystes peuvent s’ouvrir et évoluer vers des comédons ouverts. Ils peuvent aussi s’enflammer et devenir des papules ou pustules. Prenez rendez-vous avec un pro pour un nettoyage de la peau en profondeur avec extraction.

    Les comédons ouverts

    C’est le fameux point noir qui prend d’assaut la zone T (front, nez et menton) mais qui peut aussi envahir les tempes ou le bas du visage. Sa couleur est due à l’oxydation du sébum à la surface de la peau.

    Il est causé par une surproduction séborrhéique, combinée à des pores dilatés 1. Un mauvais démaquillage, l’usage de cosmétiques comédogènes ou le mauvais nettoyage des pinceaux de maquillage peuvent également favoriser l’apparition de ces vilains points noirs. 

    Pour désobstruer les pores de la peau adoptez une lotion astringente après le démaquillage et tous les deux ou trois jours un gommage aux acides 2 de fruits.

    Voir aussi

    1. Conseils pour lutter contre points noirs et pores dilatés (Conso-globe)

    2. Lexique "phyto-médical" :  Acide acétique - Acide citrique

    Les filaments sébacés, à ne pas confondre avec les points noirs

    Filaments sébacés

    Les points noirs sont des filaments sébacés qui ont mal évolué parce que les pores se sont obstrués. Ils ressemblent à s’y méprendre aux filaments sébacés. Cependant, même s’ils ont une apparence très semblable, il est facile de les distinguer. En effet, si vous percez un point noir, le sébum qui sort a toujours une pointe beaucoup plus foncée que le reste. Quant au filament sébacé, le sébum sort sous forme d’un mince serpent blanchâtre. Le filament sébacé se trouve plus en profondeur que le point noir qui affleure l'épiderme.

    Les filaments sébacés sont moins foncés que les points noirs, plutôt grisâtres. Ils ont tendance à s’accumuler au même endroit (environ un par pore), souvent sur les ailes du nez. Phénomène naturel, la peau produit du sébum et les filaments sébacés sont là pour permettre à ce dernier de rejoindre la surface de la peau afin de l’hydrater. Leur pointe peut cependant foncer au contact de l’air, ce qui explique que nous les confondions facilement avec de disgracieux points noirs.

    Tout comme pour les points noirs, il est vivement déconseillé de percer les filaments sébacés. Puisque le pore n’est pas obstrué, cela n’est pas nécessaire. De plus, vous risquez de voir apparaître un gros "bouton" encore plus disgracieux. Il ne faut pas non plus oublier que plus le sébum s’écoule, plus le pore se dilate, et plus le filament sébacé est rendu visible.

    Pour atténuer les filaments sébacés, il est conseillé d’exfolier la peau une fois par semaine afin de désincruster les pores et les débarrasser des excès de sébum. En appliquant un masque à base dargile régulièrement et une crème de jour adaptée au type de votre peau, vous devriez parvenir à les rendre moins visibles.

    Bon à savoir ! Les filaments sébacés sont beaucoup mois apparents lorsque nous sommes bronzés.

    Voir aussi Le « peeling » naturel de Maurice Mességué (Automne en cures)

    Conso-globe

    À noter : Huiles comédogènes, voir Coco Quelques "plus"

    Les papules

    Ce sont des boutons rouges, chauds et douloureux au toucher qui se développent sur un comédon et peuvent évoluer, en cas d’infection, vers une pustule.

    Ces boutons sous-cutanés ne "sortent" pas... et à force de les triturer, la bactérie ne fait que se propager et le bouton devient plus gros que jamais ! Stress, changements hormonaux, contraception, abus de cosmétiques... ne font souvent qu’envenimer le problème.

    En traitement local, l’huile essentielle darbre à thé est très efficace pour éviter la prolifération des bactéries, moyennant un peu de patience. La papule peut aussi bien disparaître spontanément !

    Les pustules

    Ces boutons jaunes ou blanc sont enflammés et purulents. C’est la forme aggravée de la papule (d’où l’importance de ne pas la toucher pour éviter qu’elle n’évolue).

    À la différence, une pustule présente au centre un point blanc contenant du pus. Elle est alors fragile et plus visible que la papule. Les pustules peuvent se vider et se résorber sans traitement spécifique mais ont tendance à récidiver.

    Bon à savoir : un nettoyant doux évite souvent la formation de boutons.

    Les nodules

    Ils sont présents dans les formes les plus graves d’acné. Ce sont de gros boutons enflammés arrondis, palpables sous la peau. Ils peuvent évoluer vers un abcès et laissent souvent des cicatrices importantes 1.

    L’acné nodulaire peut s’étendre du visage jusqu’au dos ou même aux fesses, c’est une forme d’acné qui peut donner de graves complexes car ces lésions peuvent laisser penser à un manque d’hygiène alors qu'il n’en est rien.

    Les traitements de ce type de boutons reposent essentiellement sur les rétinoïdes par voie orale. Ces médicaments sont très efficaces mais aussi très agressifs et desséchants pour la peau et les muqueuses.

    1. Voir Manœuvres de pincements Jacquet (cicatrices) (Gym de la tête et du visage)

     

    Lutter contre les "boutons"

    Acné et/ou autres boutons, l'hygiène cutanée est primordiale. Il est indispensable de nettoyer la peau pour évacuer l'excès de sébum, les impuretés et les cellules mortes, ce qui limitera les inflammations.

    Le mauvais réflexe est de vouloir décaper la peau avec des produits trop agressifs ou des gommages à gros grains. Renoncez également aux produits qui contiennent de l’alcool et préférez utiliser des cotons à usage unique qui sont plus hygiéniques que le gant de toilette reposant sur le bord du lavabo.

    Certains produits d’hygiène sont inadaptés. Trop agressifs, trop gras ou trop couvrants, ils peuvent irriter la peau et parfois favoriser la prolifération de boutons en bouchant les orifices par lesquels s’écoule le sébum ou en entraîner une surproduction.

    Marche à suivre

    Le matin, privilégiez les produits d’hygiène doux au pH neutre en prenant soin de rincer abondamment avec de l’eau. Ces nettoyants doux sont moins agressifs que les savons classiques qui décapent trop la peau et créent une surproduction de sébum défensive.

    Apaisez la peau avec des pulvérisations d’eau thermale * et séchez-la sans frotter.

    * Voir aussi Histoires d'eaux

    Si vous utilisez un soin anti-acné, appliquez-le plutôt le soir au coucher sur une peau propre et parfaitement sèche. Évitez le contact avec les muqueuses et les zones fragiles comme le contour des yeux.

    Une ou deux fois par semaine, utilisez un exfoliant doux pour éliminer les cellules mortes et faites poser un masque purifiant qui absorbe le surplus de sébum et les impuretés.

    Voir une recette de lotion tonique purifiante au tea tree (My Cosmetik)

    Zoom sur 3 ingrédients

    Huile essentielle de tea tree => voir Melaleuca alternifolia

    Hydrolat d’hamamélis => voir Lexique "phyto-médical"

    Glycérine => voir Lexique "phyto-médical"

    Mini recettes anti "boutons"

    1 Bouton localisé : déposez une goutte d'huile essentielle (HE) de tea tree (Melaleuca alternifolia) sur un coton tige puis tamponnez délicatement le bouton avec.

    Acné : ajoutez 5 gouttes d'HE de tea tree dans votre pot de crème visage (5 gouttes pour 50 ml de crème) puis utilisez ce soin normalement – qui possède à présent de puissantes propriétés purifiantes et antibactériennes.

    Rougeurs et irritations : ajoutez 5 gouttes d'HE de lavande fine ou vraie (Lavandula vera) dans votre pot de crème visage (5 gouttes pour 50 ml de crème) puis utilisez ce soin normalement – qui possède à présent de puissantes propriétés anti-inflammatoires et anti-rougeurs.

    À noter : vous pouvez ajouter ces HE dans un pot de crème du commerce, ou déjà réalisée (ou en fin de préparation) si vous faites votre propre crème. Pensez à bien mélanger après l'ajout des gouttes d'HE.

    Une bonne hygiène alimentaire

    ... est également à prendre en compte pour limiter l’apparition des boutons. Évitez (ou consommez avec modération) ces aliments à fort indice glycémique, qui est la capacité à augmenter le taux de glucose dans le sang, donc riches en sucres (confiseries, gâteaux ou viennoiseries, sodas, chocolat au lait...). Ces aliments provoquent des "pics" de sucre dans le sang, connus pour favoriser l’acné, et si vous êtes sujet aux "boutons", cela pourra se voir sur votre peau...

    Voir aussi

    Cures "détox" (intox / détox)

    Le temps des cures (Automne en cures)

    Pour conclure, ne touchez pas vos boutons, même si cela est tentant, vous ne feriez qu’aggraver la situation à cause d'une surinfection. Si vous ne pouvez pas vous en empêcher, utilisez un tire-comédon préalablement désinfecté.

    Lien externe : Aliments qui donnent des boutons (Fourchette & Bikini)

     

    ----------

    Source principale Fourchette et Bikini

    Voir

    Le diagnostic est posé après un examen clinique et ne nécessite généralement aucun examen complémentaire. La mise en évidence du staphylocoque doré dans les foyers par un prélèvement local permet de prouver un portage chronique. La recherche d'un staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) peut être menée notamment dans les formes récidivantes. Le diagnostic différentiel inclut, pour ce qui nous intéresse ici, les lésions papulo-pustuleuses d’acné, mais le polymorphisme des lésions permet de les identifier

    Il existe également un autre type d’herpès, le zona, causé par un virus appelé varicelle-zona. Le symptôme le plus important est l'éruption cutanée douloureuse qui peut se transformer en cloques qui démangent. En présence du virus de l’herpès, il faut éviter de consommer des aliments comme le chocolat, le Coca-Cola ou la bière.

    Voir

    Aïe ma douleur !

    Ail Allium sativum