• Info Aïe ma douleur

    Page créée début mars 2021, mise à jour en février 2022

    Important ! En ce moment des illustrations "sautent" çà et là... En cas de problème cliquez ICI

    Aïe ma douleur !

    « "Les douleurs sont des folles", disait ma grand-mère. »

    internaute Jacquey, 21 mai 2017

    Par Théo Chevalier | Publié le 22/03/2021

    Ne vous a-t-on jamais demandé d'évaluer votre douleur sur une échelle de 1 à 10 ? Lors de consultations médicales, les patients sont souvent invités à estimer leur douleur verbalement ou dans d'autres cas, sur ce qu'on appelle une échelle visuelle analogique (EVA). Elle se présente sous la forme d’une règle sur laquelle un curseur peut être déplacé d'une extrémité à l'autre. 

    De plus en plus, des échelles d'évaluation sont utilisées y compris par les médecins généralistes. Leur but est triple : apprécier l'intensité des phénomènes douloureux, déceler les malades ayant besoin de médicaments et suivre l'évolution sous traitement. La plus employée est l'échelle visuelle analogique (EVA). Il s'agit d'une simple réglette horizontale comportant une ligne allant de "pas de douleur" à "douleur maximale imaginable" sur laquelle coulisse un curseur. Au dos, une impression millimétrique mesure le niveau de douleur.

    En cas de difficultés à répondre, on pourra proposer au patient une échelle similaire mais graduée de 0 à 10 (échelle numérique) ou une échelle verbale simple correspondant à 5 niveaux (0 : douleur absente ; 1 : faible ; 2 : modérée ; 3 : intense ; 4 : extrêmement intense). Des instruments spécifiques existent aussi pour les jeunes enfants... (Source et suite dans Doctissimo)

    Document PDF : Liste des échelles acceptées pour mesurer la douleur (HAS)

    Il faut prendre conscience que l'échelle de la douleur est propre à chacun. En d'autres termes, si deux patients évaluent leur douleur à 7 sur 10, il n'y a aucune garantie que ce chiffre signifie la même chose pour les deux.

    Une personne atteinte de fibromyalgie et un jeune enfant en bonne santé qui vient de s'érafler un genou peuvent estimer leur douleur à la même échelle. Or, il est évident que la personne victime de fibromyalgie ressentira une douleur plus intense.

    En sport et musculation, la douleur musculaire est un indice d’efficacité... variable là encore d'une personne à l'autre... (Voir "Douleur" dans la Listes "activités physiques")

    "La douleur est un phénomène complexe, subjectif, qui peut être ressenti différemment suivant l’individu et son environnement. La douleur est conditionnée par deux principaux facteurs : la perception et la sensation", décrit la Fondation pour la recherche médicale.

    La perception se trouve être un phénomène sensoriel transmis au cerveau par les neurones sous la forme d’un signal électrique. Elle varie selon le stimulus qui génère ce signal électrique.

    "La sensation, quant à elle, résulte du processus d’interprétation de ce signal électrique par notre cerveau qui dépend, entre autres, de l’état de santé de chaque individu, de son âge et de l’environnement. Une même douleur peut ainsi être ressentie de manière différente suivant les personnes", précise la fondation.

     

    Comment savoir si une douleur est INQUIÉTANTE

    [https://www.youtube.com/watch?v=FMeuF26Cijc] YouTube 10 novembre 2021

     

    Les erreurs qui aggravent nos douleurs

    Qu’elle soit aiguë ou chronique, la douleur peut considérablement altérer notre quotidien. Or, il arrive qu’en voulant les soulager, nous commettions quelques erreurs susceptibles de l’aggraver. (Médisite [archive])

    Appuyer sur la zone douloureuse. Il est fréquent d’appuyer sur la zone douloureuse - avec le pouce ou une balle de tennis, par exemple. Cela fait très mal au début, puis procure une sensation de “libération”. Ce n’est pas une mauvaise idée en soi, vous pouvez donc le faire si cela vous fait du bien. Néanmoins, ce soulagement n’est que ponctuel et n’a pas tellement d’efficacité à long terme. Par ailleurs, appuyer sur une zone douloureuse focalise le système nerveux sur celle-ci, ce qui peut augmenter sa sensibilité. Il vaut donc mieux viser large, en utilisant un rouleau en mousse plutôt qu’une balle de tennis, ou alors en se faisant masser tout le corps.

    En parler constamment. S'il est important d’exprimer ses sentiments, en particulier si la douleur provoque de l’anxiété ou une dépression, en parler constamment risque de renforcer les connexions associées à la source de votre douleur, dans le cerveau et le système nerveux. Autrement dit, plus vous y pensez, plus vous percevez cette douleur intensément. Il peut en résulter des changements de comportements à long terme. L’idée n’est pas de l’occulter complètement - il est d’ailleurs important d’en discuter avec votre médecin - mais de ne pas en faire votre sujet de conversation principal.

    Se tourner vers des aliments-réconfort. Pour oublier sa douleur, les aliments-réconforts ne sont pas la solution. Certains aliments et boissons sont réputés pour aggraver l’inflammation… ils ne sont donc pas recommandés en cas de douleurs d’origine inflammatoire ! C’est le cas de l’alcool, de la caféine, du sucre (biscuits, confiseries, desserts…), de la viande rouge et des aliments frits ou ultra-transformés (chips, charcuterie, plats préparés…). À l’inverse, faites la part belle aux fruits et légumes, aux céréales complètes, aux légumineuses, aux poissons gras, aux noix et autres fruits secs. Buvez de l’eau en quantité et ajoutez des aliments anti-inflammatoires à votre menu : matcha, thé vert, gingembre, curcuma… 

    Voir Aliments multi-sensoriels : comme une drogue ! (Passeport-Santé) 

    Voir aussi Menu anti-inflammatoire (Notre-temps) [archive]

    Arrêter le sport. Lorsque vous souffrez, vous avez tendance à rester au repos le plus possible... cela n’est pas une bonne idée. Bien sûr, lorsque la crise de douleur est à son paroxysme, il ne faut pas forcer. Mais lorsque le pic est passé, être actif est un bon moyen de vous soulager. Optez, de préférence, pour des activités douces, sans impact, comme la marche rapide, la natation, le yoga ou le pilates. Bouger améliore la circulation sanguine et stimule le système immunitaire, ce qui facilite le processus de guérison. En prime, cela détourne votre attention de la douleur.

    Faire des petits mouvements dans l’espoir de soulager. Vous avez mal au poignet et pour vous soulager, vous effectuez régulièrement quelques rotations du poignet… Mais cela risque d’avoir l’effet inverse ! Les mouvements isolés, c’est-à-dire, qui n’utilisent que certaines parties du corps, peuvent exacerber la douleur, en focalisant l’attention du système nerveux sur cette zone. Mieux vaut, au contraire, effectuer des mouvements qui se concentrent sur le corps dans son ensemble. En pratiquant le yoga, par exemple. Une fois que la douleur est apaisée, vous pouvez réintroduire des exercices plus ciblés dans vos routines sportives. 

    Ne pas dormir suffisamment. Parfois, la douleur empêche de bien dormir. Cela est problématique, puisque le sommeil aide à détendre le système nerveux et joue un rôle non négligeable dans la guérison des tissus. Si vous pensez que vous allez mettre du temps à plonger dans les bras de Morphée, compensez en vous couchant plus tôt. Dans le cas où la douleur vous réveille en pleine nuit, effectuez quelques mouvements doux pour la soulager ou des exercices de respiration, pour apaiser votre système nerveux

    Voir aussi Sommeil : Les positions pour préserver le dos

    Oublier de s’amuser. Perdu dans votre douleur, vous restez enfermé chez vous toute la journée et vous privez de voir vos proches, de vous adonner à vos loisirs préférés... quel dommage ! Socialiser avec sa famille et ses amis est une excellente distraction de la douleur. Plus encore, rire déclenche la libération d’hormones "du bonheur" dans le cerveau, telles que la sérotonine et les endorphines, qui ont des propriétés analgésiques. 

     

    -----

    Pour ce dossier

    Source principale : Médisite [archive]

    Autres sources

    National Health Service = NHS

    Qu’est-ce que la douleur ? (Fondation pour la Recherche Médicale)

    Qu’est-ce que la douleur chronique ? (Conso Globe) [archive sans media]

    Quelles sont les pires douleurs physiques ? (Maxisciences)

    Voir aussi

    Antalgique

    Anti-inflammatoires

    Douleur (Listes "activités physiques")

    Les antidouleurs naturels de la tête aux pieds (Vogot) [archive]

    -----

     

    Par ordre alphabétique, une liste des "pires" douleurs

     

    Accouchement

    Mettre au monde un enfant est loin d'être une partie de plaisir. À vrai dire, l'accouchement est même répertorié comme l'une des pires douleurs que l'on puisse ressentir - la 3ème selon Maxisciences - en raison des contractions intenses que subit le corps d'une femme pendant parfois plusieurs jours. Ce phénomène peut d'ailleurs créer ce qu'on appelle la tokophobie (ou tocophobie), soit une peur panique de l'accouchement.

    De nombreuses personnes s'accordent à dire qu'il est difficile d'expliquer les sensations physiques d'un accouchement à quelqu'un qui ne l'a jamais vécu. Si les premières contractions ressemblent à des douleurs de règles, plus le travail avance, plus les contractions augmentent en fréquence et en intensité. Elles irradient tout le ventre, les reins, le bassin et parfois les jambes et juste avant la délivrance, à peine quelques dizaines de secondes séparent deux contractions.

    On estime que la douleur de l'accouchement est équivalente à celle d'une forme aiguë de calculs urinaires.

    -----

    Maxisciences

    Voir

    Préparez votre accouchement

    Tocophobie (Phobies)

     

    Appendicite

    L’appendicite est un gonflement douloureux de l’appendice.

    À noter : dans un tiers des cas environ, l'appendice n'est pas situé dans la fosse iliaque droite. Il peut par exemple se loger sous le foie, on parle alors d'appendice sous-hépatique. D'autres fois, il se trouve au milieu de l'abdomen, sous le gros intestin, c'est alors un appendice rétro-cæcal.

    Douleur appendicite

    Elle est plus fréquente chez les enfants, qui se plaignent généralement de douleurs au milieu de l’estomac qui vont et viennent.

    -----

    Médisite

    Voir Inflammation (Lexique "phyto-médical")

     

    Arthrite

    Larthrite provoque une douleur constante et souvent aiguë dans les articulations, généralement dans les hanches, les genoux, les poignets ou les doigts.

    Douleur arthrite

    -----

    Médisite

    L’arthrose et l’arthrite sont deux affections rhumatismales qui touchent les articulations. Mais alors que l’arthrite est une inflammation de l’articulation qui résulte d’une maladie inflammatoire ou infectieuse – douleurs souvent nocturnes – l’arthrose – lorsque le cartilage des articulations est usé – provoque des douleurs lors de la sollicitation des articulations.

    Les maux dus à l’arthrite sont causés par une réponse auto-immune au niveau des articulations : l’organisme pense combattre une infection au niveau des articulations et cette réaction inflammatoire peut être incroyablement inconfortable et douloureuse.

    Des plantes pour se sentir mieux

    Le bois de frêne (Fraxinus excelsior) est flexible tout en étant solide, il a une grande élasticité et une grande résistance à la compression et aux chocs. Or, sur le plan physique, les feuilles de frêne en infusion, sont connues pour entretenir la souplesse et la bonne santé des articulations. Et sur le plan émotionnel ou énergétique, le frêne nous aide à assouplir nos rigidités… (Arbres pouvoir thérapeutique)

    Un massage délicat réalisé à partir d’HE de feuilles de laurier (Laurus nobilis) – préalablement diluée dans une huile support – sur les articulations, atténue assez bien la douleur. Son efficacité pourrait être comparable en terme de gestion de la douleur, à l’utilisation de la morphine.

    On utilise le suma (Pfaffia paniculata) pour ses propriétés anti-inflammatoires. Entre autres effets, il aide à garder la souplesse des articulations, pourrait être utilisé en cas d’arthrite et est recommandé aux personnes ankylosées qui voient leurs mouvements gênés par temps froid et humide.

    Voir aussi Élixir du Suédois

    Lien externe Arthrite et arthrose, les traiter en yogathérapie (Diva Yoga - YouTube)

    -----

    Voir

    Inflammation (Lexique "phyto-médical")

    Moelle - Gélatine

     

    Documentation

    Arthrite, arthrose, la différence (Femme Actuelle) [archive]

    Maladies qui font mal aux os et/ou aux articulations, voir :

    Maladie de Forestier

    Maladie de Gorham-Stout

    Spondylarthrite ankylosante

    Syndrome d'Ehlers-Danlos

     

    Calculs rénaux

    Un calcul rénal peut provoquer une douleur soudaine aiguë dans le bas du dos, le long du côté de l’abdomen ou occasionnellement dans l’aine.

    Douleur calculs rénaux

    La douleur peut, dans certains cas, durer des heures, avec des intervalles sans douleur entre les deux.

    -----

    Médisite

    Exercices

    Bons "pour le pancréas" – mais aussi pour les reins ! Voir plus bas

    Voir aussi La respiration rénale (Respirer... la sérénité)

     

    Céphalées en grappe

    On parle de céphalée en grappe mais aussi d'algie vasculaire de la face (AVF), de céphalée de Horton ou de cluster headache.

    Ces maux de tête, à différencier de la migraine, sont caractérisés par une douleur extrêmement intense, voire insupportable.

    Douleur aïe mon crâne

    -----

    Médisite

    Les céphalées en grappe, appelées aussi "céphalées suicidaires", surviennent en crises souvent brusques et intenses. Douleur insoutenable derrière l’œil, écoulement nasal, nausées et parfois hallucinations : elles interviennent avec une ponctualité troublante, à certaines heures et certaines saisons.

    Si l’algie faciale, ou algie vasculaire de la face, est extrêmement rare, les hommes sont trois fois plus touchés que les femmes.

    En cause : l’origine de cette maladie reste aujourd’hui inconnue. On pense qu’elle serait liée à des perturbations du rythme biologique du corps (un déséquilibre entre deux réseaux de nerfs dans le corps). Chez 35% des patients, l'alcool est un élément déclencheur ; la plupart d'entre eux disent réagir notamment au vin rouge.

    La suite dans Cerveau & Psycho

    Les algies faciales peuvent être très difficiles à soigner. C'est parce que les douleurs apparaissent de manière épisodique et disparaissent spontanément. Si vous en souffrez, seul un médecin pourra vous aider à trouver un traitement adapté.

    -----

    Comment-économiser

    Documentation

    Les céphalées s'expliquent parfois de manière étonnante (Radins) [archive]

    Voir aussi Maux de tête soulagés naturellement (céphalées de tension)

    Voir plus bas Migraine

     

    Crise cardiaque

    La plupart des crises cardiaques sont causées lorsque les artères se rétrécissent et se remplissent de matières grasses, empêchant le sang de circuler.

    Douleur crise cardiaque

    La personne se plaint de douleurs thoraciques qui serrent sa poitrine et "peuvent irradier vers d’autres parties du corps (bras, épaule, cou, mâchoire inférieure, dos...).

    Ces signes douloureux importants peuvent s’accompagner de difficultés respiratoires, de sueurs, de nausées, voire de douleurs à l’estomac" précise le Dr Pascal Cassan, médecin urgentiste et conseiller national à la Croix-Rouge française.

    -----

    D'après Médisite - Notre Temps

     

    Disque glissé

    Un disque glissé est le résultat d’une blessure due à une torsion ou un soulèvement, provoquant la rupture de l’un des disques de la colonne vertébrale et du gel à l’intérieur qui s’échappe.

    La plupart des personnes atteintes d’un disque glissé éprouvent des douleurs lombaires soudaines et sévères.

    Douleur disque glissé

    Attention, il ne faut pas penser que votre dos s’est “bloqué” (voir Lumbago) au sens propre, ou que vos vertèbres se sont "déplacées". La sensation de blocage vient du fait que la douleur et l’inflammation altère la perception de son corps dans l’espace, et limite tous les mouvements. (Lombafit)

    -----

    Médisite

    Voir

    Étirement (Lexique "phyto-médical")

    Surétirement (Listes "activités physiques")

    Douleur après la chirurgie

    Il est courant de subir une douleur après une intervention chirurgicale. Son intensité varie selon le type d’opération.

    Attention, une douleur trop importante n'est pas normale, selon le NHS. Si elle devient trop intolérable, il est important d'en parler à votre médecin. La douleur peut aussi traduire une complication.

    -----

    Médisite

    Drépanocytose

    "La drépanocytose affecte l'hémoglobine (la protéine contenue dans les globules rouges).

    Douleur drépanocytose

    Cette maladie génétique très répandue se manifeste notamment par une anémie, des crises douloureuses et un risque accru d'infections", note l'Inserm. De son côté, la NHS considère cette pathologie comme particulièrement douloureuse.

    -----

    Médisite

    Cette maladie touchant les globules rouges nécessite une transfusion toutes les 6 semaines. Le traitement est à base d'échanges transfusionnels, 5 poches de sang au moyen d'un cathéter veineux fémoral.

    "Pour [ma fille] c'est une fatigue intense et des douleurs chroniques au quotidien. C'est une maladie de la douleur qui est très dure physiquement et socialement", souffle Sylvie, mère d'une ado âgée de 17 ans atteinte de la maladie. (France3 Occitanie)

    Endométriose

    L’endométriose est une pathologie gynécologique survenant lorsque des tissus similaires à la muqueuse de l’utérus se développent dans d’autres régions du corps, le plus souvent dans la région pelvienne.

    Cela peut entraîner une douleur intense et de nombreux autres symptômes.

    -----

    Médisite

    Traitement de l’endométriose : Approches complémentaires

    D’après les recherches de Passeport Santé (janvier 2011), aucun produit de santé naturel visant à traiter l’endométriose n’a été sérieusement étudié.

    Certains professionnels proposent à leurs patientes des baies de gattilier, de la racine de pissenlit et de l’écorce de viorne obier ou de frêne épineux pour réduire leurs symptômes.

    Pour plus de renseignements, consultez un phytothérapeute ou un naturopathe dûment formé.

    D'autres part, des chercheurs s’intéressent à l’effet de l’exercice physique et de l’alimentation sur le risque d’endométriose. Il s’agit d’hypothèses encore à l’étude.

    Gestion de la douleur. La pratique d’exercices, comme le Taï chi ou le Yoga, aide certaines femmes à mieux vivre avec leurs douleurs

    Huile de ricin (Ricinus communis). Cette huile végétale, appelée "castor oil" en anglais, peut aider à réduire les douleurs pelviennes.

    Imbibez une compresse d’huile de ricin. Appliquez-la sur le bas-ventre. Mettez par-dessus une bouillotte ou un *sac magique* chaud. Étendez-vous sur le dos et laissez agir durant au moins 30 minutes. Si nécessaire, répétez chaque jour.

    Médecine traditionnelle chinoise (MTC). C'est l’une des méthodes non classiques les plus utilisées par les femmes pour traiter l’endométriose. Elle est suggérée, entre autres, par le Dr Andrew Weil.

    Les traitements consistent généralement à tonifier les Reins et le Qi (flux énergétique), et à favoriser la circulation sanguine pour contrer la stagnation du sang dans l’abdomen.

    Elle combine à la fois l’acupuncture et l’utilisation de plantes, telles que la corydalis, le buplèvre chinois ou l’angélique chinoise.

    Des études cliniques ont été réalisées en Chine mais n’ont pas été réalisées avec un contrôle placebo et leur qualité méthodologique est jugée faible.

    Le traitement nécessite un suivi par un spécialiste.

    -----

    Voir aussi Info Méridiens

    Documentation

    Lien externe Une jeune Martiniquaise veut briser le silence sur l'endométriose
    (Portail des Outre-Mer 28/03/2021) [PDF sans les media]

    Épaule gelée

    On parle d'épaule gelée ou de capsulite rétractile, lorsque les tissus entourant l'articulation de l'épaule épaississent et se contractent.

    Ce phénomène cause de la douleur et de la raideur et diminue l'amplitude de mouvement de l'épaule.

    -----

    Médisite

    Voir Accidents et remèdes 2. (PDF)

     

    Fibromyalgie

    La fibromyalgie associe des douleurs durant des années, une fatigue injustifiée et des troubles du sommeil. C'est une maladie chronique, mal reconnue et de traitement difficile.

    Aïe ma douleur ! Fibromyalgie

    Elle est aussi appelée fibrosite, syndrome polyalgique idiopathique diffus (SPID) ou polyenthésopathie.

    La fibromyalgie peut être isolée ou peut compliquer certaines maladies comme la polyarthrite rhumatoïde ou la spondylarthrite (fibromyalgies dites secondaires)

    -----

    D'après Médisite

    Voir aussi Fibromyalgie (Millepertuis)

    Voir encore Gaz Spasmes intestin irritable

    Quelques pistes pour se sentir mieux

    Certaines plantes adaptogènes – ashwagandha et rhodiola, éleuthérocoque, ginsengschisandra (ou schizandra) – sont tout indiquées.

    Des techniques de gestion du stress au quotidien, indispensables pour se protéger et ne pas se laisser envahir.

    Rien de tel que la cohérence cardiaque pour lâcher-prise et se défaire des pensées toxiques qui nous épuisent.

    Voir aussi Lâcher-prise et l'HE de pruche

    Apportons des minéraux dont nous manquons avec les algues, les légumes à feuilles vertes, graines et oléagineux variés, bons féculents lents – quinoa, sarrasin, milletriz complet... ("bio", évidemment).

    -----

    Source Nutrilife Blog Santé

    Documentation

    Fibromyalgie : la piste des fascias (Nouvelle Page Santé 14/02/2020) [archive]

    Le mystère de la fibromyalgie enfin résolu (Eddenya)

     

    Goutte

    La goutte, reconnue depuis 2000 ans, est une maladie rhumatismale douloureuse qui provoque une inflammation des articulations et commence souvent dans les pieds ou les orteils.

    Pour 70% des personnes atteintes, le gros orteil est le premier à être affecté.

    -----

    Médisite

    Voir Gros orteil inquiétant (J'ai mis les pieds au Paradis)

    Que faire contre une crise de goutte (Mr Plantes) [archive]

     

    Lumbago

    Lumbago, dos "bloqué" *, tour de rein, entorse lombaire, lombalgie aiguëtous désignent la même chose et réfèrent à une atteinte des structures musculo-squelettiques (ligaments, muscles, tendons) de la région lombaire.

    Il peut s’agir d’un surétirement d’un muscle du dos, d’une irritation articulaire, voire d’une microdéchirure ligamentaire. Quoi qu’il en soit, il s’ensuit un processus inflammatoire responsable de la douleur et la sensation de dos “bloqué” *.

    * Il ne faut pas penser que votre dos s’est “bloqué” au sens propre, ou que vos vertèbres se sont "déplacées" (voir Disque glissé). La sensation de blocage vient du fait que la douleur et l’inflammation altère la perception de son corps dans l’espace, et limite tous les mouvements. (Lombafit)

    ----- 

    Voir

    7 étirements pour soulager un mal de dos => Maux de dos (étirements)

    Ce qui est bon pour le dos

    Droit mon arbre de vie

    Lumbago - Tendinite (Info Douleurs musculaires)

    Maux de dos (cellulite et maux de dos)

    Soigner une lombalgie (Ooreka) [archive sans vidéo]

    Soulager un lumbago (Ooreka) PDF

    Voir aussi

    Étirement (Lexique "phyto-médical")

    Listes "activités physiques"

    Documentation

    "J’ai une vertèbre déplacée" et 5 autres idées reçues sur le mal de dos (Figaro)

    Les cancers qui provoquent un mal de dos (Médisite) [archive sans diaporama]

    Manutention et maux de dos (Serge Simoneau, ergonome) PDF

    Manutention manuelle (PDF)

     

    Migraine

    Les migraines * ne sont pas de banals maux de tête car elles constituent un trouble neurologique complexe et invalidant.

    Elles peuvent être très douloureuses et obliger à rester immobile pendant plusieurs heures.

    La migraine est une véritable maladie qui se caractérise par la survenue répétée de crises généralement d'un seul côté de la tête.

    Douleur céphalées en grappe

    -----

    D'après Médisite

    * Voir La crise migraineuse

    Voir aussi

    10 choses qui provoquent des migraines (Passeport-santé)

    Mal à la tête ? ... (Lettre du Dr Rueff) [archive]

    Les 4 phases d'une crise de migraine

    Ces symptômes peuvent apparaître durant les 4 phases d'une crise de migraine :

    1. Prodrome (durée jusqu’à 48 h) : irritabilité, fatigue, baisse ou augmentation de l'appétit.

    2. Aura (durée jusqu'à 30 min.) : – troubles visuels (points lumineux, taches colorées, vision floue ou perte d’une partie du champ de vision, etc.) On parle alors de "migraine ophtalmique" – troubles sensitifs (picotements des doigts ou des lèvres) – troubles de langage (difficulté à trouver le mot juste, sensation de manque de mot) – troubles de l’équilibre ou vertiges.

    3. Maux de tête (durée jusqu'à 72 h) : douleur intense et lancinante.

    4. Résolution (durée jusqu'à 24 h) : fatigue, problèmes de concentration.

    -----

    Comment-économiser

    Soulager la migraine

    Pour certains, pratiquer une activité physique régulière réduit sensiblement les crises de la migraine.

    On utilise la feuille broyée en poudre du laurier noble (Laurus nobilis) pour lutter contre les fortes migraines : la poudre est alors prisée.

    Le gingembre en poudre (Zingiber officinale) est un remède naturel très efficace pour soulager les douleurs, sans médicaments.
    ½ c. à c. de gingembre en poudre – 1 c. à c. de miel – 150 ml d'eau.
    Faites chauffer l'eau puis versez-la dans une tasse.
    Ajoutez gingembre et miel, remuez bien.
    Buvez encore chaud.

    Le romarin en cas de migraine
    Versez 150 ml d’eau bouillante sur une c. à c. de romarin séché / tasse.
    Ou l'inverse : ajoutez le romarin dans l'eau chaude et mélangez bien.
    Laissez infuser 10
    minutes puis filtrez.
    Buvez une tasse de tisane dès l'apparition du
    mal de tête.
    Renouvelez 2 à 3 fois par jour si
    besoin.

    Le millepertuis est lui aussi réputé pour soigner les maux de tête.

    Lien externe 10 aliments pour lutter contre la migraine (Fourchette & Bikini)

    Voir aussi Massages des pieds anti-douleurs dans le cas de Maux de tête et migraine

    En cas de persistance des symptômes, consultez un médecin qui vous prescrira un traitement vraiment adapté à votre cas.

    Documentation

    Les céphalées s'expliquent parfois de manière étonnante (Radins) [archive]

    Voir aussi Maux de tête soulagés naturellement (céphalées de tension)

    Voir plus haut Céphalées en grappe

     

    Névralgie du trijumeau

    La névralgie du trijumeau * cause une douleur faciale soudaine et intense.

    Elle est souvent décrite comme une vive douleur lancinante ou comme une décharge électrique dans la mâchoire, les dents ou les gencives.

    Douleur névralgie du trijumeau

    Elle se produit généralement lors de courtes attaques imprévisibles qui peuvent durer quelques secondes.

    -----

    Médisite

    * Voir La division du trijumeau (PNG)

    Voir aussi nerf trijumeau (Wikipédia)

     

    Os cassés

    Un os brisé peut être incroyablement douloureux.

    Les fractures de la cheville, de la hanche, du bras et du nez sont parmi les blessures les plus douloureuses, estime le NHS.

    -----

    Médisite

    Immobiliser un traumatisme (Survivalisme)

    Maladies qui font mal aux os et/ou aux articulations => Voir plus haut Arthrite

    Voir aussi

    Céleri-branche (Théorie des signatures)

    Ces sports qui stimulent la formation osseuse (Activités physiques, pour quoi ?)

    Prêle des champs Equisetum arvense

    Vitamine "B13"

    Vitamine D et une histoire d'os

    Vitamine K

    Exercices

    Exercices pour entraîner ses OS (PDF)

    La respiration par les os

     

    Pancréatite aiguë

    La pancréatite aiguë correspond au gonflement du pancréas *.

    Douleur pancréatite aiguë

    Le symptôme le plus courant constitue une douleur abdominale sévère qui apparaît soudainement.

    -----

    Médisite

    * Voir aussi

    Émonctoire

    Hypothalamus - système endocrinien

    Inflammation (Lexique "phyto-médical")

    Exercices bons pour le pancréas

    Les cambrures de la famille du CobraSphinx, Serpent, Phoque... – possèdent des effets profitables au système nerveux entier.

    Contraction des muscles dorsaux (région lombaire), tonification des muscles dorsaux et abdominaux (ceinture), colonne vertébrale assouplie.

    Les muscles droits de l'abdomen sont tendus et le sang, propulsé vers l'épine dorsale, afflue vers les reins dès l'abandon de la posture.

    Stimulation de la sécrétion des glandes thyroïde et surrénales (adrénaline, hormone du dynamisme)

    En phase statique, un massage de la respiration profonde qui combat la constipation, aide foie, vésicule biliaire, rate, pancréas et les reins (qui bénéficient pleinement du Cobra)

    Contre-indication. Les hyper-thyroïdiens doivent momentanément renoncer à l'exécution de ces exercices.

    La posture de la sauterelle Salabhâsana

    Si toutes les postures de flexion vers l'arrière – cambrures – déterminent une action puissante en vue de combattre la constipation, la posture de la Sauterelle est l'une des plus efficaces.

    Cette posture complète et prolonge les effets obtenus par le Cobra (Bhujangâsana).

    Par la pression que Sauterelle et demi-Sauterelle (Ardha-shalahâsana) font exercer au niveau de l'abdomen, elles constituent d'excellents massages des organes internes, du foie, du pancréas, des reins.

    Le soulever de jambes (rite n°2) des 5 Tibétains 

    Renforce la sangle abdominale et le cou, assouplit la colonne vertébrale vers l’avant et étire les chaînes musculaires de l’arrière du corps.

    Active les centres énergétiques du bas du corps – principalement les 2 premiers chakras (racine, sacré) – stimule le plexus solaire et tonifie le pancréas et la thyroïde.

    La respiration costale dite "accordéon"

    La respiration "accordéon" est idéale pour assouplir la cage thoracique en libérant les tensions entre les épaules et les basses côtes.

    Très efficace pour calmer les crises d’angoisse, car elle libère le plexus solaire.

    Un effet bénéfique sur les organes profonds, foie, vésicule biliaire, rate et pancréas...

    Voir l'exercice L'accordéon (Respirer... la sérénité)

    Documentation

    Wikipédia : Une pancréatite est une inflammation du pancréas. Il en existe deux formes qui diffèrent en cause et en symptômes, et nécessitent un traitement différent :

    pancréatite aiguë - pancréatite chronique

    Voir aussi : pancréatite chronique familiale

     

    Piqûre de la fourmi Paraponera Clavata

    Il ne s'agit pas ici des fourmis inoffensives qui peuplent l'Europe mais de l'impressionnante Paraponera Clavata des forêts tropicales d'Amérique centrale et du sud. Le petit nom de cette bestiole est "fourmi balle de fusil" en raison de sa morsure extrêmement douloureuse.

    Fourmis Paraponera Clavata

    Médicalement parlant, on estime qu'une amputation pourrait également faire partie des pires douleurs au monde mais c'est la piqûre de cette fourmi qui [obtient la 2ème place]. L'entomologiste Justin Orvel Schmidt la considère bien loin devant les morsures/piqûres de certaines guêpes.

    Les douleurs liées à la morsure peuvent être présentes pendant près de 24 heures et la neurotoxine infligée par la fourmi irradie le membre touché pendant environ six heures.

    Ceci dit, sous nos latitudes, il est peu probable que nous ayons affaire à une telle entité !

    -----

    Source Maxisciences

    Voir

    Les fourmis (Chassez ces petites bêtes !)

    Piqûres/morsures d’insectes

    Documentation

    Paraponera clavata est une espèce de fourmi (genre de la tribu Paraponerini, de la sous-famille des Paraponerinae) communément appelée "fourmi balle" en référence à sa piqûre extrêmement puissante, la plus douloureuse de tout le monde des insectes. Mais contrairement à ce qu'on pourrait croire, c'est une fourmi assez passive tant qu'elle n'est pas stressée.

    Vivant dans les forêts tropicales, cette espèce est distribuée dans toute l'Amérique centrale et du Sud (notamment forêts pluviales humides des plaines du Nicaragua et de l'extrême est du Honduras et au sud du Paraguay)

    Parmi les fourmis les plus grandes au monde, elle peut atteindre jusqu'à 30 mm pour la gyne, les ouvrières mesurent entre 20 et 25 mm. Elle est de couleur noire avec reflets rouge foncé. Le nid se situe généralement au pied d'un tronc d'arbre. Ces fourmis peuvent constituer des colonies assez populeuses, jusqu'à plus de 2000 ouvrières !

     

    Sciatique

    La sciatique est une affection du dos qui touche le nerf du même nom.

    En cas de sciatique, la douleur est généralement ressentie d'un seul côté du corps, dans une fesse et tout le long d'une jambe jusqu'au pied ; parfois aussi au bas du dos.

    Douleur sciatique

    Les êtres humains possèdent deux nerfs sciatiques (un dans chaque jambe). Ce sont les nerfs les plus longs du corps, allant de l’arrière du bassin (en dessous des vertèbres lombaires) jusqu’aux pieds, et comptent également parmi les plus gros. Ils permettent en partie de plier le genou.

    Élément très sollicité au quotidien, il n’est pas rare qu'un nerf sciatique génère des douleurs. Dans le langage courant, nous disons que nous nous le sommes coincé, bien que ce ne soit pas réellement le cas. L’une des causes courantes est le disque glissé (voir).

    Il y a bien d'autres causes de cette irritation : effort physique répété, mauvaise position, conséquence de l’arthrose… Dans certains cas, elle peut être causée par une hernie discale. La hernie exerce alors une pression sur le nerf qui engendre des douleurs intenses. Elles peuvent être accompagnées dans de très rares cas d’une perte de tonus dans la jambe.

    Quoi qu'il en soit, cette douleur n’est pas à prendre à la légère.

    En cas d’irritation, les symptômes ressentis sont des engourdissements dans le bas du dos ou la cuisse. La victime peut avoir peine à rester debout. Il arrive que les douleurs soient plus intenses et s’étendent jusqu’au pied.

    -----

    Ça m'intéresse - Médisite

    Soulager et traiter une sciatique

    4 exercices contre les douleurs de sciatique (Comment-économiser)

    Peut-on décoincer un nerf sciatique ? (Ça m'intéresse)

    La première chose à faire est de soulager le nerf en prenant du repos. Il faut éviter les mouvements trop violents ou qui sollicitent trop la jambe touchée. Pendant quelque temps, il est donc préférable de ne pas faire de sport et de porter des charges lourdes. Dans plus de 60% des cas, la douleur disparaît d’elle-même.

    Si la douleur dure plus d’une semaine, il est recommandé d’aller voir son médecin qui peut prescrire des anti-inflammatoires ou de la morphine en cas de très fortes douleurs. Des massages réalisés par un kinésithérapeute peuvent également soulager temporairement le mal. Mais le mieux reste de laisser passer la douleur. Toutefois, pour prévenir les risques de récidive, l’idéal est de faire quelques séances une fois la douleur partie.

    Soulager une sciatique (Ooreka) PDF

    Traiter sa sciatique naturellement (Protège-ta-santé) [archive]

     

    Positions pour dormir en cas de sciatique et de hernie discale

    Si "votre" sciatique fait mal la nuit, il y a fort à parier que la position adoptée n’est pas la meilleure. Pour détendre un nerf sciatique douloureux, évitez toute rotation au niveau des lombaires. Pour ce faire, il est indispensable de fléchir la hanche, d’écarter la jambe de son axe principal et d’opérer une rotation externe. Si vous dormez sur le dos, remontez le genou du côté douloureux vers vous jusqu’à faire un angle de 90° et écartez la jambe vers l’extérieur, de manière à poser l’extérieur du genou sur un oreiller supplémentaire. Pour parfaire la position, inclinez le haut du corps en direction de la jambe pliée. Si vous dormez sur le côté, basculez sur le côté opposé de la sciatique. Sur le même principe, pliez la jambe jusqu’à obtenir un angle de 90° et posez le creux du genou sur des coussins ou un oreiller supplémentaire. L’autre jambe doit rester bien tendue.

    En cas de hernie discale, il faut absolument réduire la rotation au niveau de la colonne vertébrale. En premier lieu, évitez de dormir sur le ventre ! Quoi qu'il en soit, la position, exerçant une pression supplémentaire sur le bas du dos, s’avère le plus souvent très inconfortable. La meilleure position pour dormir avec une hernie discale est, là encore, de dormir sur le côté, en n’hésitant pas à caler un oreiller entre les jambes. Vous pouvez opter pour la position sur le dos avec un coussin pour surélever les jambes : essayez donc avec plusieurs, jusqu’à ce que vous trouviez la hauteur idéale pour vous, qui varie énormément d’une personne à l’autre.

    Vu dans Conso-globe [archive sans vidéo]

    Voir La position fœtale avec coussin (Positions pour préserver le dos)

     

    Postures de Yoga bienfaisantes en cas de sciatique

    ... mais à exécuter hors crise

    Le Chien tête en bas (Adho Mukha Svanâsana) créée un étirement bénéfique pour la musculature postérieure (cuisses, ischio-jambiers, mollets, dos...) et le nerf sciatique ; il est utilisé en thérapie.

    Voir aussi

    Le chien tête en bas (11 postures qu'on croit connaître)

    Peut-on se blesser lors de la pratique du Yoga ?

    La Pince (Pashimottanâsana) est une flexion assise qui combat la sciatique ; elle apporte de grands bénéfices si elle est pratiquée quotidiennement, mais avec précaution.

    Le Triangle (Utthita-Trikonâsana) est une flexion debout qui prévient la névralgie du nerf sciatique ; il est utilisé en thérapie.

    Voir aussi Cigogne Uttanâsana (Pince debout) PDF

    La demi-Lune (Ardha-chandrâsana) est une flexion latérale utilisée en thérapie.

    La demi-sauterelle (Ardha-shalahâsana) : grâce à cette cambrure, sciatique et douleurs lombaires disparaissent peu à peu...

    Le Héron (Baka-vakrâsana) est un équilibre debout dont l'action est importante sur les sacro-lombaires, sacro-iliaques, sur le point sciatique et... sur l'équilibre.

    Le Kundalini-Lotus (Bâton en équilibre) est un équilibre assis qui développe et renforce la musculature postérieure (cuisses) et étire le nerf sciatique ; il renforce également les abdominaux.

    Voir aussi

    Des chandelles et des piliers

    Équerre (Bâton allongé) PDF

    Pilier Stambha-vritti (PDF)

    La posture assise du Gardien (Gorakshâsana) aide dans les problèmes lombaires, sciatiques et pour les femmes enceintes : elle libère et élimine toute crise liée à cette région du dos.

    Voir Mémo sur quelques postures assises (Gardien) 

    La torsion assise Badagorak peut soulager la sciatique (hors crise) : asseyez-vous si possible entre les talons. Commencez toujours vers la D (bon pour les intestins). Inversez.

    Vu dans Mûladhara, l'Ancre et la Racine 

    La Posture de Fermeté (Dhrityâsana) est un renversement dorsal qui, entre autres bienfaits, assouplit la colonne vertébrale vers l’arrière, surtout au niveau lombaire, soulage le nerf sciatique... Attention, ici on ne renverse pas la tête vers l’arrière comme dans le Chameau !

    Vu dans Postures de Yoga bienfaisantes (Activités physiques, pour quoi ?)

    Voir d'autres exercices => Maux de dos (étirements)

    -----

    Voir aussi

    Étirement (Lexique "phyto-médical")

    Micro-mouvements et positions antalgiques

    Documentation

    Une douleur lombaire irradie dans la fesse et la jambe en raison de la compression d’un nerf...

    soit l’un des 2 nerfs sciatiques (partant du bas de la colonne) dans le cas de la lombosciatique ;

    soit le nerf crural (un peu plus haut que le nerf sciatique) dans le cas de la lombocruralgie.

    Si la sciatique irradie à l’arrière de la cuisse, la cruralgie descend devant la cuisse, parfois jusqu’au pied.

    La douleur se déclenche quand le nerf entre en conflit avec un disque vertébral (mauvais mouvement, port de charge…), un relief osseux (favorisé par l’arthrose de la colonne vertébrale) ou s’il y a une hernie discale au niveau des lombaires. Rarement, une tumeur peut être à l’origine de la compression du nerf.

    Notre-temps

    Syndrome Douloureux Régional Complexe – SDRC

    Le Syndrome Douloureux Régional Complexe est un état pathologique encore peu connu. Il s'agit d'un trouble neurologique caractérisé par un syndrome associant des douleurs et d'autres symptômes touchant typiquement une extrémité après une intervention chirurgicale ou un traumatisme même minime (une entorse par exemple).

    "Bien que la plupart des cas de SDRC soient déclenchés par une blessure, la douleur qui en résulte provoque un inconfort inattendu et durable", décrit le NHS (National Health Service)

    Les symptômes peuvent varier d'une personne à l'autre mais on retrouve un signe très similaire chez tout le monde : une douleur aigüe et invalidante dans le membre touché, bien plus grave que le traumatisme initial. On peut reconnaître le SDRC à d'autres signes comme :

     des limites d'amplitude du mouvement ; 

    des œdèmes dans les mains ou les pieds ; 

    une peau extrêmement sensible ou qui présente des changements physiques ; 

    des tremblements et des faiblesses.

    Le problème avec le syndrome douloureux régional complexe est qu'il est peu connu, comme nous l'avons vu, car assez rare. Les traitements utilisés consistent donc à soulager les symptômes mais il n'existe pas de médicaments permettant de s'en remettre.

    Les douleurs aiguës auxquelles on ajoute un caractère chronique font de ce syndrome la pire douleur (selon Maxisciences) pouvant être infligée à un être humain

    -----

    Maxisciences - Médisite

    Voir Syndrome du canal carpien

     

    Ulcère à l’estomac

    Un ulcère à l’estomacou ulcère gastro-duodénalest une plaie ouverte dans la muqueuse de l’estomac ou de l’intestin grêle.

    Le plus souvent ce phénomène est dû à une bactérie, Helicobacter pylori, qui provoque une inflammation permanente de la muqueuse intestinale (gastrite).

    Helicobacter pylori

    Une autre cause importante d’ulcères est le stress.

    -----

    D'après Médisite

    Voir Respirations anti-stress

    Documentation

    Mastic de chios et Helicobacter pylori (Nutrilife-Shop) [archive sans vidéo]

     

    Zona

    Il s’agit d’une infection de la peau et des nerfs qui affecte généralement une seule zone du corps.

    Le symptôme le plus important est l'éruption cutanée douloureuse qui peut se transformer en cloques qui démangent, décrit le NHS.

    -----

    Médisite

    Documentation

    L’herpès est une maladie qui touche beaucoup de personnes. Elle se caractérise par une légère sensation de brûlure ou un picotement, suivie par une rougeur et un gonflement. Dans des cas plus graves, de la fièvre, des maux de tête. L’herpès est contagieux et l’affection se produit principalement par contact physique (serrage des mains, relations sexuelles). Les formes les plus communes de la maladie sont les boutons de fièvre et l’herpès génital.

    Il existe également un autre type d’herpès, le zona, causé par un virus appelé varicelle-zona (appelé VZV, pour varicella-zoster virus). Le symptôme le plus important est l'éruption cutanée douloureuse qui peut se transformer en cloques qui démangent.

    En présence du virus de l’herpès, il faut éviter de consommer des aliments comme le chocolat, le Coca-Cola ou la bière.

    Voir Herpès (5 "boutons" pas floraux)

     

    Documentation

    À méditer

    75 ans est encore l’âge des expériences, en voici une intéressante : prendre un doliprane avec un grand verre d’eau mais sans le doliprane.

    L’expérience consiste à lâcher ses convictions : doliprane = douleur tais-toi.

    Quand il y a un départ d’incendie à la maison, avez-vous l’idée de retirer les piles de l’alarme-incendie ? Pas de bruit = pas d’incendie, non ? Logique.

    C’est pareil avec le doliprane. Votre corps vous hurle un message et vous le faites taire. Alors ?

    internaute Joelle Lasbouygues, 31 mai 2017 

    Conseils anti-douleur

    5 règles d'or contre les courbatures

    Ce qui est bon pour le dos

    Cellulite et maux de dos

    Crampes / Points de côté

    Douleurs, arthrose et remèdes naturels

    Douleurs : chaud ou froid ?

    Douleurs et cartilage

    Douleurs musculaires 

    Info URGENCES

    Maux de tête soulagés naturellement

    Périnée (stimulation)

    Stopper les tensions musculaires

    Syndrome du canal carpien

    Accidents et remèdes - PDF

    Accidents et remèdes 1.

    Accidents et remèdes 2.

    Accidents et remèdes 3.

    => voir Lexique "phyto-médical"

    Liens externes et/ou PDF

    Bouger malgré une blessure [archive] (mobilesport.ch)

    Douleur musculaire, éviter (Ooreka)

    Douleur musculaire, traiter (Ooreka)

    Douleurs dorsales exercices (Écho Santé) PDF

    Étirer son dos (Ooreka)

    Fabriquer un *sac magique* (Vie)

    Muscle, mouvement et douleurs (Passeport Santé) PDF

    Ne tirez pas la 2ème flèche (Yoga Mondo)

    Phobies

    Renforcement muscu. lombaire (Ooreka)

    Se muscler le dos (Ooreka)

    Zones du corps à muscler pour éviter le mal de dos (Madame Figaro) [archive sans vidéo]

     

     

     

    haut de page