• Info Armes et légitime défense

    Page créée fin octobre 2020

    Armes et légitime défense

    Évitez la confrontation

    Autodéfense aïkido verbal

    L’approche la plus sûre en matière de légitime défense consiste à éviter à tout prix toute confrontation physique. Selon la situation, faites de votre mieux pour raisonner votre attaquant potentiel. Parler, raisonner, crier, s'en aller, fuir, demander de l'aide... faites tout ce que vous pouvez pour vous assurer qu'une confrontation physique ne se produise pas. Vous défendre physiquement devrait être votre dernier recours absolu.

    D'après Self Défense personnelle : Éviter la confrontation

    Voir

    "Affirmation de soi" (Un pdf de Yantra)

    Aïkido verbal

    Aïkido verbal (Arts Martiaux Aïkido (Japon))

    Aïkido verbal (Techniques d'autodéfense)

     

    L'option de la fuite n'est pas toujours envisageable

    Mais il y a des cas où la fuite est impossible en raison, par exemple, d'incapacité physique, ou de la configuration des lieux (par exemple, se retrouver coincé, en particulier en présence de plusieurs agresseurs qui peuvent opérer un encerclement), pas souhaitable (par exemple, la personne est accompagnée d'un enfant qui ne pourra pas fuir efficacement) ou encore en raison de la surprise.

    Voir aussi

    À éviter pour commencer (Techniques d'autodéfense en images)

    Des petites choses à ne pas faire (Séduction by Kamal) 

     

    En dernier ressort, attaquez en premier

    Si vous avez vraiment épuisé toutes les options et que vous êtes sûr que vous allez être attaqué, vous devez attaquer en premier. Si votre agresseur vous met en danger de mort, vous avez le droit de vous protéger. Utilisez cette règle avec une extrême prudence. Attaquez d'abord, SI et SEULEMENT SI, vous êtes sûr à 100% que vous êtes sur le point d'être attaqué et vous ne pouvez plus vous échapper. 

    Une autre règle générale de toute situation de légitime défense est que la personne qui attaque en premier est généralement le vainqueur, parce que la plupart des gens ne peuvent pas prendre un coup de poing au visage et rester cohérents. Si vous prenez un coup de poing violent au visage (ou pire, un couteau à la poitrine) vous serez probablement inconscient ou en état de choc. Votre vie sera gravement menacée si l'attaquant continue de vous agresser... 

    Ne faites pas l'erreur de frapper une fois et d'attendre la réaction de votre attaquant. Cette pause est très dangereuse. Votre attaquant deviendra très probablement encore plus enragé. Selon toute vraisemblance, il / elle vous frappera en retour avec fureur et vengeance. Vous devez lancer votre attaque avec SURPRISE, CONVICTION ET PUISSANCE. NE VOUS ARRÊTEZ PAS tant que vous ne pouvez pas voir de manière visible que votre agresseur est hors d'état de nuire.

    Hurlez à pleins poumons lorsque vous attaquez. Au moment précis où votre attaquant est en incapacité, vous devez trouver de l'aide. NE RESTEZ PAS à attendre que votre attaquant revienne à lui. Courez aussi vite et aussi loin que vous le pouvez.

     

    Des armes improvisées

    L'idée est de chercher à se dégager en utilisant les objets à proximité comme bouclier ou arme improvisée, tels une chaise ou un vêtement ; on peut aussi faire diversion en jetant un objet de valeur.

    Les objets de défense improvisés représentent une part importante des solutions d'autoprotection. Clés, revue, tee-shirt... ne sont que quelques "techniques" dont la seule limite est celle de l'imagination et de notre capacité à les mettre en œuvre. Attention ! Un simple objet peut devenir une arme aux yeux de la loi suivant l'utilisation qui en est fait. Leur utilisation n'a de sens que si la fuite n'est pas possible. 

    Self-défense féminine et Systema (Objets de défense improvisés)

    On peut se laisser soumettre dans un premier temps, ce qui permet d'analyser la situation, de retrouver son calme et de récupérer des coups que l'on a pu prendre. Puis fuir en utilisant la surprise par une attitude explosive (crier brutalement, ce qui peut aussi prévenir une aide éventuelle, et courir).

    Si l'agresseur n'a pas d'arme à feu, le principal paramètre à gérer est la distance de sécurité : maintenir une distance minimale mais supérieure à l'allonge du bras et de l'arme permet d'avoir le temps de réagir aux coups. Plus l'adversaire a de distance à parcourir pour toucher, plus il va se mettre en situation de déséquilibre, ce qui pourra être exploité.

    La gestion de la distance en situation de stress nécessite un entraînement. L'équilibre est nécessaire pour éviter le risque de chute sur des obstacles ; si l'on décide de lancer des coups de pieds (la jambe a plus d'allonge que le bras), on se contente de coups bas (les coups hauts mettent plus de temps à atteindre et présentent des risques de chute), si possible dans les parties génitales, sinon viser les chevilles, tibias, genoux.

     

    Les zones du corps à protéger

    Viennent d'être évoqués les coups de pieds que vous pouvez donner, mais gardez bien en tête que ceux-ci peuvent vous être infligés. D'autres parties du corps ou "techniques" peuvent être mises en œuvre pour vous nuire. Les connaissant, vous devez vous en méfier mais pourriez à votre tour en tirer profit...

    1) Le coup de tête

    Un grand classique, le crâne étant un des os les plus solides du corps humain, il va sans dire que le coup de tête est l’une des "techniques" les plus employées dans les combats de rue. Le nez est généralement la cible adéquate : il est facilement brisable, saigne abondamment et empêche de respirer correctement, ce qui peut provoquer une panique qui affaiblira votre défense. C’est pourquoi vous devez toujours essayer de mettre de la distance entre vous et votre agresseur. L’autre avantage du coup de tête est qu’il est réalisable avec n’importe quelle partie du crâne, ne vous méfiez pas uniquement du front de votre assaillant.

    2) Les pressions sur les yeux

    Voilà un geste qui peut faire de réels dommages. Les yeux sont fragiles, et une fois que votre agresseur aura ses doigts placés dans vos orbites l’issue peut en être très dangereuse. Il faut toujours protéger votre visage lors d’une altération. Ceci dit, lorsque votre adversaire tente ce genre de manœuvre, essayez de ne pas paniquer : d’autres endroits de son corps sont alors laissés sans protection (le foie, les côtes, les parties génitales…)

    3) Les morsures

    Lors d’un combat de rue, on se bat avec ce que l’on a et comme on le peut. Tous les coups étant permis, vous pourrez vous retrouver face à des agresseurs prêts à tout pour vous infliger des dégâts corporels. Certains peuvent tenter de vous mordre. Ça peut paraître risible et puéril comme cela… mais la douleur est intense.

    4) Les tirages de cheveux

    Eh non, les filles n’ont pas l’apanage de cette parade pour immobiliser ou tout du moins ralentir leur agresseur. En vous tirant les cheveux l'attaquant ouvre votre garde et voit ainsi la portée de ses coups augmenter. Votre visage devient indéfendable et les frappes peuvent alors pleuvoir. Et si vous ne pensiez pas que cette technique peu virile pouvait se matérialiser lors d’un affrontement, vous aviez tort !

    5) Les manipulations des parties génitales

    Les parties génitales représentent un des points faibles de l’anatomie masculine. Il n’est donc pas rare, si vous êtes un homme, qu’on tente de vous attaquer ou de saisir à pleine main votre paquet (en imprégnant une forte pression, ou en tirant dessus) afin de vous faire hurler de douleur et de vous faire abandonner la lutte.

    6) Les manipulations des plaies ouvertes

    Si votre chair est entaillée ou que votre adversaire vous a coupé (avec ses poings, sur le visage par exemple), il y a de fortes probalités pour qu’il tente de placer ses doigts dans l’orifice ainsi ouvert. C’est bas, mais cela fonctionne très bien. La douleur déjà vivace, sera renforcée à tel point que vous pourrez perdre votre sang-froid, pourtant vital pour ne pas vous laisser submerger par votre assaillant.

    7) Les pressions sur les articulations

    En cas de combat rapproché, votre assaillant peut parfois tenter d’attraper vos articulations (les joints reliant le coude au bras et ceux de l’arrière des genoux) afin de tirer dessus ou d’y appliquer une forte pression. Le but de cette manœuvre est de réduire votre mobilité afin de prendre l’avantage sur vous. Cela dit, cette technique requiert un minimum de connaissances sur l’anatomie du corps humain. Elle ne figure donc pas parmi les plus fréquentes, car soyons clairs, vos assaillants sortent rarement de Polytechnique !

    8 ) Griffures et pincements

    Encore des "méthodes" qui ne relèvent pas de la plus grande virilité, mais qui sont pourtant bien réelles et utilisées lors des agressions. Votre assaillant n’hésitera pas à torsader votre peau, la pincer ou même la griffer. Si la douleur n’est pas forcément comparable à celle infligée par un véritable coup, elle joue cependant sur les nerfs et vous laissera croire en la faiblesse de votre adversaire. Ce qui comme vous le savez est une erreur cruciale. Il ne faut jamais sous-estimer son agresseur, sous peine de se faire surprendre.

    Ce fichier (traduit de l’anglais... "excusez les fautes et les phrases mal dites" !) a été rédigé par un grand champion d’Ultimate Fighting qui enseigne des techniques de combat de rue. Commençons par les choses basiques : Qu'est ce que vous devez faire et ne pas faire quant vous vous battez.
    (Self Défense personnelle : 1) Le coup de tête...)

    Voir aussi D'autres techniques (Techniques d'autodéfense en images)

     

    Notions de légitime défense

    L'attaque contre laquelle on se défend doit être illégitime  : il n’est pas question d’invoquer la légitime défense pour résister à une arrestation par les services de police. Dans ce cas-là on commet soi-même un délit, celui de rébellion.

    La riposte doit être nécessaire : ce doit être le seul moyen d’arrêter l’attaque que vous ou la tierce personne subissez. Si la victime peut s’éloigner des lieux pour ne pas subir cette agression, la légitime défense ne pourra être retenue.

    La riposte doit être concomitante à l’agression : revenir sur les lieux pour retrouver son agresseur, aller le retrouver plus tard, ou courir après un voleur, ne peuvent constituer des conditions de légitime défense.

    La riposte doit être proportionnelle à l’attaque subie (voir article 122. 5 ci-dessous) : l’homicide ne pourra être excusé que si votre vie était objectivement en danger. L’utilisation d’une arme, même par destination, ne pourra se justifier que contre la menace de violences graves ou une multiplicité d’agresseurs.

    Selon l'article 122. 5 du Code pénal il est interdit d'utiliser une arme :

    "N'est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte".

    Mais dans certains pays la législation le permet. Les couteaux et les armes à feu sont souvent plus dangereux qu'utiles, car ils pourront être utilisés contre vous si vous ne parvenez pas à les contrôler.

    Autodéfense couteau attaque !

    Faites preuve d'extrême prudence si vous décidez de vous procurer une arme et assurez-vous d'avoir le permis adéquat et de suivre un cours pour apprendre à vous en servir sans danger. Ne portez jamais une arme illégalement. D'autre part, si vous vivez dans un quartier dangereux et êtes inquiet, songez à suivre un cours d'autodéfense.

    D'après Self Défense personnelle : Armez-vous

    Voir

    Irresponsabilité pénale (self-défense féminine et Systema)

    Violence vs agressivité (self-défense féminine et Systema) pdf

    Violence vs Combats pour la bonne cause (Rugby)

    Armes sub-létales 

    Des armes ont été développées afin de provoquer une incapacité temporaire tout en limitant les effets néfastes. Ces armes sont dites "sub-létales", ce qui signifie qu'elles ont un potentiel mortel faible, mais on ne peut pas assurer que la personne ne risque pas de mourir, ne serait-ce que lors d'une chute consécutive à l'utilisation de cette arme.

    La faible dangerosité fait que ces armes peuvent parfois être possédées sans autorisation spéciale ; cela en fait des "armes de défense" idéales, mais aussi des armes d'attaques, l'agresseur encourant une peine moins importante s'il se fait arrêter.

    L'exemple le plus commun est la bombe lacrymogène1 ou à gaz poivre2 pour sa rapidité d’exécution, son ergonomie (se sont souvent de petits tubes de l'envergure de 12 cm en moyenne) et son efficacité qui n'est plus à défendre, en témoigne son utilisation dans les services de maintien de l'ordre et ceux dont la majorité des pays.

    L'utilisation d'une bombe lacrymogène ou d'un spray au "poivre" est aussi reconnue dans la sphère privée. Si vous optez d'en avoir une sur vous, méfiez-vous des lieux clos, en particulier si le nuage est peu directif, du vent et des courants ou appels d'air. Pour parer à ces inconvénients, préférez une bombe "au gel".

    Autodéfense spray au poivre

    Spray au gaz poivre

    Toutes les bombes lacrymogènes ne sont pas équivalentes mais certains spray sont autorisés et sont des armes de défense redoutables. (Antiagression.com)

    1. Lacrymogène. "1968", surtout, a entraîné des modifications considérables, d'aucuns diraient des progrès, dans la panoplie des forces de l'ordre. Si vous regardez les images de 68, vous voyez des flics urbains à Paris notamment, qui chargent en imperméables, cravatés. Ils ont à peine des lunettes de motards pour se protéger les yeux, etc. Ils n'ont pas de bouclier, ils prennent des couvercles de poubelles. À partir de 68, il y a une vraie réflexion sur les véhicules, la protection des véhicules, sur les boucliers, sur les barrages mobiles avec des barrières métalliques et tout ce qui peut maintenir les manifestants à distance (L'Échelle de Jacob) Voir Mai et 1968 (Gigeoju)

    Voir Face aux lacrymos, sortez couvert (Bellaciao) 

    La solution (sérum) physiologique est utilisée en médecine, entre autres, pour nettoyer les yeux de la présence de corps étrangers, ou d'une infection mineure, ou pour nettoyer les yeux exposés aux gaz lacrymogènes.

    2. Le gaz poivre est un gaz contenant de grandes quantités de capsaïcine que l'on trouve notamment dans le piment, il est présenté comme non mortel... (Wikipédia) Voir le pdf Poivres & Piments

    Le taser

    Le pistolet à impulsion électrique (PIE) est une arme incapacitante, associé à la marque "Taser" (dont le nom provient de Thomas A. Swift's Electrical Rifle), terme qui peut être traduit en français par "foudroyeur". (Wikipédia)

    Usage du "taser" en France (voir Wikipédia)

    Taser2

    Le "Taser" est une défense à distance qui n'est pas autorisée à la vente grand public en France, alors que le "shocker légal" est une défense de contact à bout touchant en vente libre aux personnes majeures - classé en catégorie D-2-c. (bombe-lacrymogene.fr 21/04/2018)

    Le "shocker" est une arme de défense qui permet de maîtriser une personne en lui délivrant une décharge de courant très puissante mais non mortelle. (antiagression.com)

    Shocker

    Les shockers fonctionnent au contact permettant de provoquer un choc électrique à bout touchant. Pour cela il y a 2 ou 4 dards à l’avant qui créent un arc électrique audible et visible à l’œil nu. (Arme de défense légale)

    Documentation

    [en] U.S. Marines Tasering Philippines Military & Police - Taser Techniques Training - YouTube 10 août 2014 [https://www.youtube.com/watch?v=dumTqVeE2bE]

    Le pistolet à impulsion électrique va-t-il remplacer la "prise par le cou" bannie par Castaner ? (09 juin 2020) [https://francais.rt.com/france/75838-forces-ordre-pistolet-impulsion-electrique-va-t-il-remplacer-prise-par-le-cou-bannie-castaner] [archive]
    "À chaque fois que vous vous retrouvez à penser comme la majorité des gens, faites une pause, et réfléchissez..." Marc Twain

     

    Défense personnelle armée 

    Un agresseur pouvant être armé, certaines personnes pensent qu'elles doivent être armées pour se protéger. Cette notion est parfois appelée equalization : l'agressé est "à égalité" avec l'agresseur.

    Le fait de détenir et de transporter une arme est en soi un risque

    Même si celle-ci n'est destinée qu'à la défense contre une attaque à main armée, rien ne garantit

    • qu'on ne l'utilisera pas contre une attaque à main nue, ou bien malgré la mise en fuite de l'agresseur, donc hors du cadre de la légitime défense
    • qu'on ne l'utilisera pas pour commettre un homicide, éventuellement pour se faire justice soi-même – auto-justice – si l'on considère que l'État ne joue pas son rôle ; 
    • que l'arme ne sera pas volée
    • qu'il n'y aura pas de blessé ou de mort par accident.
    • Pour protéger les enfants, les armes doivent être sous clef, et pour les armes à feu, les munitions sous clef dans un endroit séparé ; mais alors l'arme n'est plus accessible en cas d'attaque, par définition inopinée ; 
    • perte de la maîtrise de soi : soirée arrosée, coup de colère, problème psychiatrique ; 
    • fausse alerte : la personne se réveille la nuit en entendant du bruit, mais il s'agit d'un membre de la famille, voir par exemple l'affaire du garagiste de Courtenay en 1978 [archive plus ancienne] ;
    • balle perdue.

    La défense personnelle armée – autodéfense – pose un problème complexe

    Dans quelle mesure cette défense n'est pas elle-même un trouble à l'ordre public ? C'est le point de vue des législateurs de nombreux pays démocratiques, dans lesquels la loi limite fortement le port d'arme (ces pays considèrent que le risque d'agression est moins important que le risque de mortalité si tout le monde possède une arme à feu) ; le cas des pays dictatoriaux est moins clair, la possession d'arme par de simples citoyens est souvent interdit pour éviter une rébellion.

    Dans les pays où le port d'arme est réglementé, seules certaines catégories de personnes sont autorisées à détenir et transporter une arme, en général les forces de l'ordre (mais il existe certaines catégories non armées, comme certains policiers britanniques) et certaines profession à risque, comme le transport et la détention de valeurs (transport de fonds). Les citoyens peuvent en général posséder des armes de collection ou des armes de chasse avec nécessité d'avoir un permis. 

    L'efficacité de la possession d'une arme repose en fait essentiellement sur la dissuasion : en effet, selon le principe de la légitime défense, l'arme ne peut servir que contre une menace avec arme, donc l'agresseur possède une arme et la pointe vers l'agressé ; le mouvement pour sortir une arme dans ces conditions serait probablement détecté par l'agresseur qui alors ferait usage de son arme. La dissuasion implique que l'agresseur sache, ou suppose, que sa victime potentielle est armée ; s'il décide tout de même de passer à l'acte, il sera donc lui-même systématiquement armé et plus susceptible de faire usage de son arme, voire tentera de neutraliser sa victime dès le début. Il y a donc un risque d'escalade.

     

    ____________________

     

    Documentation

    La légitime défense est un sujet polémique.

    Tout ce qui touche aux armes et à la violence en général est délicat à aborder. Surtout en France... Il ne s’agit pas de dire ce qui est bien ou mal, ce sont des notions qui sont propres à chacun, mais expliquer ce que prévoit la loi. La légitime défense est une autorisation légale de vous défendre contre une agression. Qui vous vise vous, ou quelqu’un d’autre à proximité. En France, contrairement à d’autres pays, le cadre d’application de la légitime défense est très strict. Il n’est pas rare que des personnes soient condamnées pour violence volontaire alors qu’elles pensaient être en situation de légitime défense.

    Alors, légitime-défense ou pas ? (jpg) [origine]

    Antoine de Apprendre-Préparer-Survivre

    dossiers de ... Systema  

    • Respiration ... une description simplifiée de la respiration humaine. Cette fonction vitale est une des plus perceptibles de notre conscience et sur laquelle nous avons heureusement un certain contrôle. Cette approche simplifiée purement physiologique de la respiration permettra au non spécialiste d'accomplir les bons actes au bon moment. S'il est une chose à retenir, c'est qu'il est préférable de se concentrer sur l'expiration plutôt que sur l'inspiration. Ceci pour parvenir à une meilleure efficacité d'échanges gazeux, valable quelle que soit sa discipline. La respiration est l'élément le plus facilement modifiable parmi ceux qui contribuent à la performance. Son lien étroit avec la relaxation, la gestion du stress et l'état émotionnel sont évidemment important. Mais ceci est une autre histoire... Voir Respirer
    • Survie - optimisation Voici un ensemble de conditions optimisant la survie lors d'une agression ou d'un évènement particulièrement difficile. Cela signifie: continuer à vivre avec le minimum de traumatismes. Ce sont autant de thèmes pouvant être développés et travaillés individuellement. Cela montre l'étendue potentielle du travail de recherche, d'apprentissage et d'entraînement que le domaine de l'autoprotection, ou plus largement de la survie, peut offrir.  

    Survie - optimisation Schéma

    • Un dossier du FBI (pdf) qui recense un nombre impressionnant d'armes dissimulées. L'imagination des voyous est sans limite. Ne jamais utiliser ou porter un de ces accessoires ! Rappelez-vous qu'une arme peut toujours se retourner contre son porteur !

    Publication de Apprendre-Préparer-Survivre

    Voir aussi

     

     

     

    haut de page