• Info Glaires Mucus Sécrétions

    Page révisée fin décembre 2018

    Glaires Mucus Sécrétions

    Info Glaires Mucus Sécrétions

    Les glaires et autre mucus se trouvent désagréablement impliqués dans bon nombre d'affections : sinusites, rhumes, bronchites, maladies infectieuses, allergies... et accompagnent toute toux dite ''grasse'', qu'elle soit due à une maladie ou à l'environnement (tabagisme actif/passif, poussières, pollution, aliments/objet coincés dans la gorge, etc.). C'est dire leur présence, bien envahissante, dans nos vies !

    Commençons avec quelques définitions

    Glaire est un nom féminin qui signifie :

    1. (vieilli) blanc d'œuf cru

    2. liquide visqueux sécrété par les muqueuses

    Mucus : sécrétions visqueuses produites naturellement par les muqueuses (Passeport-santé)

    Le terme mucus est, en médecine, préféré à celui de sécrétions et il est plus spécifique. Par définition, il s’agit d’une sécrétion visqueuse, translucide, produite chez l’humain par divers organes internes ou muqueuses. Le mucus est composé à plus de 95% d’eau, et il contient également des protéines de grande taille, notamment les mucines (2%), qui lui donnent une consistance visqueuse et insoluble (ressemblant à du blanc d’œuf). Il contient aussi des électrolytes, des lipides, des sels inorganiques, etc. (Passeport-santé)

     

    Nez qui coule, nez bouché...

    Source : Passeport-santé

    Il est utile de rappeler quelques notions générales sur le fonctionnement de cet organe qu'est le nez, souvent plus gênant que nous ne le souhaiterions...

    Info Glaires Mucus Sécrétions

    L'intérieur du nez est tapissé d'un tissu humide et réactif qu'on appelle une muqueuse (parce qu'il fabrique du mucus, des sécrétions). L'intérieur de la bouche et de tout le tube digestif est une muqueuse (plus précisément, une succession de muqueuses)

    Les trois fonctions du nez

    1. Il permet l'odorat, en mettant des particules qui ont une odeur (en tout cas, pour les humains) au contact des terminaisons du nerf olfactif, qui tapissent la partie haute des fosses nasales. L'odorat est un organe de repérage (de ce qui est « agréable » et de ce qui est « désagréable ») essentiel ; même s'il est moins développé chez l'homme que chez beaucoup d'autres mammifères, son importance est grande, en particulier pour l'alimentation. Ce que nous appelons le goût est en réalité le résultat des perceptions de la langue (sucré, salé, amer, acide) et des perceptions du nerf olfactif (tout le reste... pensez au vin, en particulier, ou à l'odeur d'une cuisine mijotée ou assaisonnée d'herbes fraîches). Une personne qui n'a pas d'odorat trouve moins (voire pas du tout) de goût aux aliments, parce que goût et odorat sont intimement liés.
    2. Il débarrasse (grâce aux cils et aux poils à l'entrée des narines) l'air que nous inspirons d'une grande partie des nombreuses poussières qu'il contient avant qu'il descende dans nos poumons.
    3. Il sert aussi à réchauffer l'air inspiré dans les sinus. Les sinus sont des cavités situées à l'intérieur des os de la face et qui s'ouvrent dans les fosses nasales par des orifices très petits qu'on appelle des ostiums. Les ostiums sont protégés par des replis de tissu muqueux nommés « cornets ». Les sinus, en principe, sont vides, mais tapissés d'une muqueuse (un tissu humide comme l'intérieur de la bouche) destinée, elle aussi à « digérer » les corps étrangers microscopiques, les bactéries, les poussières...

    ____________________

    Voir

    Bien nez

    Mon pdf NEZ tour de contrôle humage

    La respiration naturelle

    Pourquoi le nez est-il bouché, coule-t-il, saigne-t-il ?

    En temps normal, l'air passe librement dans le nez. Mais quand les muqueuses du nez sont agressées par un irritant (fumée, poussière), un virus (rhume) ou un allergène (pollen, par exemple), elles réagissent; d'abord par l'éternuement, ensuite comme tout tissu agressé : les vaisseaux se dilatent, libèrent des cellules de défense (les globules blancs) qui viennent « digérer » les particules agressives.

    Un nez bouché est donc bouché parce que la muqueuse gonfle sous l'effet de la dilatation des vaisseaux.

    Cette dilatation des vaisseaux sanguins explique aussi que le nez coule : le liquide qui coule du nez contient des globules blancs et des anticorps destinés à lutter contre les particules agressives.

    Elle explique aussi qu'on peut saigner du nez quand on est enrhumé ou quand le nez est irrité. En effet, les vaisseaux dilatés sont très superficiels et si la muqueuse est très irritée, elle peut se rompre et du sang peut s'écouler. Comme le visage et la tête sont une zone très richement irriguée par les vaisseaux sanguins, un saignement du nez peut toujours avoir un aspect impressionnant même si, en général (et en dehors de causes autres et rares), il reste limité. (On ne peut pas parler d' « hémorragie » quand on saigne du nez au cours d'un rhume, même si ce saignement paraît spectaculaire)

    Quand on n'est pas enrhumé, pourquoi a-t-on le nez bouché ?

    Tout ce qui irrite les muqueuses nasales peut les faire gonfler, donc boucher le nez : les allergies, mais aussi les irritants comme les poussières et la pollution ambiante, ou même... les produits qu'on se met dans le nez : en effet,

    les décongestionnants - font « déboucher le nez » - ont ce qu'on appelle un effet paradoxal, à la longue ils aggravent le symptôme et accentuent la congestion.

    L'eau (surtout l'eau de mer) peut elle aussi aggraver l'irritation des muqueuses nasales et causer la congestion.

    Enfin, le nez peut être bouché de manière chronique parce que les sinus sont enflammés en permanence : c'est ce qu'on appelle une sinusite chronique (voir plus bas : La sinusite)

    Si vous avez le nez « sec »

    • Pour limiter l'irritation, vous pouvez mettre le nez au-dessus d'un bol d'eau chaude avec de la camomille allemande, par exemple.

    Info Glaires Mucus Sécrétions

    Nez bouché

    Un pchut avec...

    • HE Eucalyptus globulus 10 ml,
    • HE Sarriette 5 ml,
    • HE Thym linalol 5 ml
    • et 0,27 g de NaCl (sel de cuisine)

    ... fera des *merveilles* (une internaute)

    Une trace d'HE de menthe poivrée sur le bout du nez

    ... est extrêmement efficace !

    Attention tout de même à ne pas surdoser et bien la mettre sur le côté (il faut absolument éviter d'en mettre sur les muqueuses)

    Le plus amusant est que c'est une sorte de leurre naturel pour le cerveau. Car bien que la sensation de beaucoup mieux respirer soit quasi instantanée, les tests en laboratoire ne décèlent pas d'amélioration significative de l'oxygénation.

    (Eric De Ruest - Huiles essentielles - trucs et astuces)

    Pourquoi le nez coule même si l’on n’est pas malade?

    Source info.sante.lefigaro.fr

    Il ne vous a pas échappé qu’en hiver, malades ou pas, nous avons le nez qui coule. Cela s’explique par la conjugaison de phénomènes physiques et biologiques. Lorsque les températures chutent, l’air devient plus sec. Pour que la muqueuse nasale ne s’assèche pas au contact de l’air, les cellules se mettent à fabriquer davantage de mucus. Par ailleurs, les cellules ciliées sont moins mobiles quand il fait froid. Sans ce tapis roulant, le mucus n’est plus évacué vers le fond de la gorge, mais il s’écoule par nos narines.

    À cela s’ajoute un phénomène physique. La vapeur d’eau que nous expirons passe d’un environnement chaud et humide (nos poumons) à l’air extérieur, froid et sec. Ce changement soudain de température provoque la condensation de la vapeur, qui passe alors à l’état liquide et s’ajoute au mucus. Voilà pourquoi en hiver, il faut toujours avoir un paquet de mouchoirs sur soi avant d’aller dehors.

     

    Croûtes dans le nez : d'où viennent-elles ?

    La présence de croûtes à l’intérieur du nez est le plus souvent la conséquence d’une sécheresse persistante de la muqueuse nasale, ou d’une inflammation de cette muqueuse ; on parle alors de rhinite.

    Info Glaires Mucus Sécrétions

    Source : Passeport-santé

    Les croûtes sont généralement douloureuses au toucher, et peuvent, lorsqu’elles se détachent, s’accompagner de petits saignements. Elles ont tendance à réapparaître rapidement.

    Elles sont bénignes mais peuvent être gênantes, surtout lorsqu’elles entrainent des saignements répétés. Elles traduisent une fragilisation de la muqueuse nasale, dont le rôle est de « filtrer » les impuretés de l’air et de former une barrière contre les infections bactériennes ou virales.

    Les croûtes dans le nez peuvent être associées à d’autres symptômes tels que :

    • un écoulement nasal
    • une sensation de sécheresse nasale
    • ou encore des symptômes caractéristiques de la rhinite (comme les éternuements, le larmoiement, etc.)

    Les causes des croûtes dans le nez

    Dans la plupart des cas, les croûtes dans les narines sont sans gravité et sont dues à une sécheresse de la muqueuse nasale.

    Elles peuvent aussi se former suite à une blessure de la muqueuse, par exemple avec un ongle, une pince à épiler, ou après la formation d’un petit bouton.

    Lorsque la muqueuse nasale est irritée ou sèche, des petites lésions peuvent apparaitre et une croûte peut se former. Cette irritation peut être due à plusieurs facteurs, entre autres :

    • un air trop sec (avion, pays chaud désertique, en hiver à cause du chauffage…)
    • un écoulement nasal chronique dû par exemple à une infection de la sphère ORL ou à une rhinite allergique
    • au vieillissement, avec l’âge, les muqueuses ont effectivement tendance à s’assécher
    • à une pathologie entrainant une sécheresse anormale des muqueuses, comme le syndrome de Gougerot-Sjögren
    • des lésions répétées, causées par exemple par la prise intra-nasale de cocaïne
    • ou encore au tabagisme

    Si les croûtes dans le nez causées par des lésions dans la muqueuse ne sont pas prises en charge, il y a un risque que les agents pathogènes pénètrent plus facilement dans l’organisme. Le risque d’infection est accru, les complications possibles.

    Il est donc important de rétablir la bonne santé de la muqueuse nasale rapidement.

    Traitement et prévention

    • Si les croûtes dans le nez sont liées à une sécheresse de l’air, par exemple en raison du chauffage en hiver, l’utilisation d’un humidificateur peut régler le problème. Il permet de rétablir un taux d’humidité plus confortable (compris entre 35 et 50%).
    • En cas de rhinite prolongée, une consultation médicale s’impose. La prise d’antibiotiques ou d’antihistaminiques (en cas d’allergie) est parfois nécessaire pour atténuer les symptômes.
    • Les lavages nasaux avec de l’eau salée (de type eau de mer ou sérum physiologique) sont recommandés pour maintenir une bonne hydratation et faciliter le nettoyage de la cavité nasale. Si le nez est douloureux, l’emploi d’un brumisateur doux est recommandé.
    • Il est possible d’appliquer une pommade pour soulager l’irritation, de type vaseline, sur les croûtes les plus douloureuses. Demandez conseil à votre pharmacien.

    ____________________

    Voir

    Neti, les nettoyages du nez

    Jala-neti (jpg)

     

    Glaires collantes, mucosités dans la gorge en permanence

    Aussi horrible que puisse paraître le mucus épais et collant, il sert en fait à une fonction vitale de l’organisme. Il tapisse la bouche, le nez, les sinus, la gorge, les poumons et le tube digestif, aidant à lubrifier ces surfaces, tout en agissant comme un filtre pour éliminer les substances indésirables avant qu’elles ne pénètrent dans le corps.

    Info Glaires Mucus Sécrétions

    Source : Mr Plantes

    Cette sécrétion incroyable contient également des anticorps et des enzymes qui aident l’organisme à reconnaître et tuer les envahisseurs comme les bactéries et les virus. Bien sûr, une surproduction de mucus peut survenir, se traduisant par des glaires coincées dans la gorge ; le mucus emmagasiné colle alors à la gorge, entraînant une sensation désagréable et une gêne permanente.

    Les infections respiratoires et des sinus, les rhumes et la grippe, les allergies et les irritants comme la fumée, et même la pollution de l’environnement déclenchent tous des changements dans la nature du mucus créant des sécrétions dans l’arrière-gorge, de la toux glaire transparente, des mucosités, glaires constants dans la gorge… sensation inconfortable, frustrante et carrément enquiquinante.

    Bien que le remède à la cause sous-jacente de l’excès de mucus dans la gorge soit essentielle pour normaliser la production, les remèdes naturels, que vous trouvez au fil de cette page et en fin à : Remèdes naturels en cas de glaires en excès, vous aident à gérer votre flux de mucosités, de nez bouché, la congestion de la poitrine, ainsi que la gênante accumulation de glaire dans la gorge.

    Voir, de Mr Plantes

    Causes

    Symptômes

    Apprenez à bien la différencier d'un simple refroidissement pour cesser d'appeler tout et n'importe quoi ''grippe''

    Symptômes typiques de la grippe :

    • fièvre élevée (au dessus de 39°C) qui survient rapidement et brusquement, associée à des frissons dus à son augmentation rapide,
    • maux de tête importants, fatigue extrême, douleurs dans les articulations, courbatures dans les membres, toux sèche, maux de gorge, rhume, nausées...

    (Voir Guimauve)

    La grippe saisonnière et le rhume ne sont pas causés par les mêmes virus.

    La grippe, infection respiratoire aiguë très contagieuse, est provoquée par des virus de la famille influenzae. Ils circulent surtout en automne et au printemps.

    S’agissant du rhume, les infections sont essentiellement liées aux rhinovirus présents toute l’année. (sante.lefigaro.fr)

    Attention, pour un diagnostic exact, nécessaire notamment pour les groupes à risques, seul un médecin est capable de clarifier s'il s'agit d'une grippe ou d'un refroidissement.

    Vu dans

    Lexique Botanique-Phyto-Condiments

    Petit lexique de la bonne fame

    Ravintsara (pdf)

    ____________________

    À propos de la "grippe"

    Voir Grippe

    Voir aussi Toux grasse / sèche

    Quand on a du mal à cracher

    • ... l'erreur consiste à s'épuiser en toussant.
    • Il est préférable d'inspirer par le nez, afin d'humidifier et de réchauffer l'air,
    • puis de se racler la gorge en soufflant, bouche serrée en « cul-de-poule », en émettant le son « rhâââ... ».
    • Les glaires vont alors remonter sans fatigue ; il suffira de toussoter à la fin pour les expulser.

    Lors de cet exercice, reposez-vous souvent en surveillant votre pouls, l'apparition d'éventuelles sueurs ou un malaise.

    Vu dans Respirations antidotes

    Le clapping

    Le clapping est une technique de kinésithérapie respiratoire visant à mobiliser et à évacuer les sécrétions bronchiques par percussion du tronc.

    Info Glaires Mucus Sécrétions

    • Tapotez de part et d'autre de la colonne, avec les mains « en cuiller » sur un temps expiratoire.
    • Le résultat sera d'autant plus spectaculaire que cette méthode s'appliquera en position déclive (tête plus basse que le tronc)

    Conseils et précautions

    Chez l'adulte, le clapping, très utile lors d'un encombrement bronchique important, n'est efficace que s'il est couplé à des mouvements d'expiration forcée et de drainage et qu'un traitement mucolytique (fluidifier les sécrétions bronchiques) est appliqué. Encore faut-il qu'il ne soit pas brutal.

    • Chez l'asthmatique le clapping est inutile.
    • Il arrive que des personnes âgées fassent des fausses routes en avalant de travers un morceau de biscotte... Chez elles, le clapping est franchement agressif. Mieux vaut frictionner le dos en tous sens, comme pour un bon massage, en faisant un peu vibrer les doigts.
    • Les gens alités depuis longtemps et qui s'encombrent, bénéficieront d'un excellent drainage bronchique en passant tout simplement au fauteuil.
    • À défaut, on obtient de bons résultats en mettant la personne encombrée assise au bord de son lit pendant quelques minutes.

    Extraits de M/pdf L'Inspiration et le Souffle (p.14)

    ____________________

    Voir

    Les 4 éléments : l'Eau

    La bonne fame n'aime pas les gros maux

    Petit lexique de la bonne fame

    Antibiotiques naturels

     

    Aspects du mucus

    Source : Mr Plantes

    La couleur du mucus (blanc, jaune, vert, marron) des glaires dans la gorge est un indicateur fort de la gravité potentielle du problème de santé. Généralement, fluide et clair est la normale, à contrario d’autres couleurs pourraient indiquer une infection particulière.
    Voici quelques lignes directrices pour savoir...

    quand les glaires dans la gorge peuvent s’apparenter à un problème sérieux voire grave.

    • Fluide et clair : signe de rhume ou d’allergies, il pourrait aussi s’agir d’un signe d’effet secondaire à un médicament ou d’une réaction à certains aliments.
    • Épais et coloré : si le mucus est très épais, cela peut être un signe de sécheresse, pouvant être causée par les systèmes de chauffage. Si le mucus apparaît vert, jaune ou brunâtre, cela pourrait indiquer une infection bactérienne.
    • Toux et râle dans la poitrine : si le mucus coule dans la poitrine, il peut provoquer un « cliquetis » pouvant indiquer une pneumonie.
    • Sensation de brûlure : si le mucus brûle, cela pourrait être le résultat de brûlures d’estomac ou de RGO (reflux gastro œsophagien).

    Prêter attention à l’éventuel mucus secrété peut aider à donner un aperçu de votre état de santé globale et donner des indications sur la façon de traiter l’éventuelle maladie en rapport avec le mucus secrété.

    Voir aussi, de Mr Plantes

    Problèmes persistants de mucus ou de flegme dans la gorge

     

    Les aliments qui soulagent ou provoquent le mucus de la gorge

    Source : Mr Plantes

    L’alimentation peut jouer un rôle dans l’apparition de mucus en excès et/ou la disparition du mucus coincé dans la gorge (fluidifier et expulser les glaires de la gorge).

    Certains aliments peuvent ainsi contribuer à induire les glaires collées sur la muqueuse de la gorge et d’autres aliments peuvent aider à soulager ce désagrément.

    Bien que chaque personne soit différente et puisse avoir ses propres déclencheurs, voici quelques-uns des aliments courants à éviter, car grands producteur de mucus dans la gorge, et à contrario des aliments à privilégier car ils peuvent aider à réduire le mucus en général, et en particulier celui incommodant la gorge.

    Les aliments qui causent une production excessive de mucus

    • Produits laitiers comme le lait, la crème glacée, le yogourt et le fromage
    • Viande rouge à haute teneur en graisse et viande transformée
    • Produits contenant du gluten – en particulier chez les personnes allergiques au gluten
    • Alcool
    • Caféine – en particulier la variété trouvée dans la soude
    • Fruits et légumes, comme les bananes, le chou et les pommes de terre

     

    Cacahuète, attention !

    Info Glaires Mucus Sécrétions

    Chez les personnes allergiques aux arachides, une seule cacahuète peut entraîner la mort !

    Les aliments aidant à réduire le mucus, expectorant naturel mucus

    • Fruits et légumes comme l’ail, le céleri, les oignons, le persil, les courges d’hiver, les baies, les oranges, les légumes verts, le brocoli, les choux de Bruxelles et les poivrons
    • Soupe au poulet
    • Poissons gras comme le thon, le saumon et le hareng
    • Huile d’olive...
    • ... et il y en a d’autres…

    ____________________

    Voir Changer le régime alimentaire... (Mr Plantes)

     

    La sinusite

    Source : Passeport-santé

    Il n'est pas non plus inutile d’évoquer ici quelques notions générales sur la sinusite, un phénomène très fréquent et souvent d'origine imprécise.

    Info Glaires Mucus Sécrétions

    La sinusite est une inflammation des muqueuses qui tapissent l'intérieur des sinus. Cette inflammation s'accompagne d'un écoulement qui reste à l'intérieur des sinus pendant la journée et parfois s'écoule quand on s'allonge sur le dos le soir. L'écoulement se fait alors dans l'arrière-gorge et provoque une toux (surtout chez les enfants, mais aussi chez les adultes) ou une sensation de gorge irritée au matin.

    Une sinusite peut aussi se manifester par un écoulement du nez à des moments complètement inattendus (quand l'ostium d'un sinus est soudain débouché parce que la muqueuse du nez a dégonflé).

    Si l'écoulement est épais, jaune ou vert, cela signale qu'il contient beaucoup de globules blancs - mais pas forcément une infection aigûe, donc, pas forcément des antibiotiques à prendre. S'il est transparent, c'est seulement du mucus (similaire à de la salive...)

    La sinusite n'est pas toujours allergique ou infectieuse

    Une allergie respiratoire peut s'accompagner d'une sinusite, ou non. Un rhume peut se compliquer d'une sinusite, ou non. Une sinusite inflammatoire ou chronique peut apparaître en l'absence d'allergie ou d'infection : encore une fois, les poussières et les particules irritantes liées à la pollution peuvent entraîner une irritation permanente des sinus.

    Pour prendre une analogie : on peut avoir un rhumatisme chronique (de l'épaule, du poignet, du genou, de la hanche) sans que ce rhumatisme (qui est une inflammation d'une articulation ou des attaches d'un groupe de muscle) soit dû à un microbe ou à une allergie. C'est tout simplement l'irritation due au frottement qui peut entretenir l'inflammation et la douleur. Il en va de même pour la sinusite.

    En revanche, une sinusite chronique a tendance a contribuer aux rhumes et aux infections respiratoires, car les tissus irrités de manière permanente s'infectent plus facilement...

    Le climat et la saison ont des effets sur la sinusite

    Le climat et ses variations ont des effets sur les voies respiratoires, puisque - comme je l'expliquais au début de cet article - les fosses nasales « filtrent » l'air que nous respirons et ont pour fonction de le réchauffer s'il est trop froid.

    C'est pourquoi le vent et les variations de pression atmosphérique peuvent causer des douleurs sinusiennes (sans qu'il y ait aggravation, simplement par les changements de pression), et c'est aussi pourquoi l'humidité ambiante et les changements de température et d'hygrométrie peuvent aggraver ou soulager une rhinite.

    Le fait de partir dans un autre pays ou dans une autre région, où les conditions atmosphériques (et la pollution, et les pollens) sont différents peut également changer beaucoup les choses...

    Le traitement d'un nez bouché ou qui coule (ou d'une sinusite) n'est pas toujours simple

    Toutes ces notions expliquent que le traitement d'un nez qui coule, d'un nez bouché en permanence ou d'une sinusite n'est pas toujours simple : si les conditions (atmosphériques, en particulier) qui contribuent aux symptômes ne changent pas, les traitements n'ont qu'un effet temporaire.

    Attention à la manière dont vous utilisez les traitements locaux :

    • les décongestionnants (contenant de l'éphédrine ou des médicaments similaires) peuvent avoir un effet... congestionnant et parfois donner des palpitations (ils accélèrent le rythme du cœur et la muqueuse nasale enflammée laisse passer les médicaments dans le sang) ; 
    • les dérivés de la cortisone, s'ils sont utilisés de manière préventive, en spray nasal deux ou trois fois par jour, sont le plus souvent très utiles à condition de diminuer la fréquence progressivement, sinon ils peuvent assécher les muqueuses et causer leur saignement ;
    • les irrigations nasales (y compris au sérum physiologique ou à l'eau de mer) peuvent être irritantes : le nez n'est pas fait pour respirer sous l'eau. Si vous constatez que vous allez mieux en utilisant des pulvérisations à l'eau de mer, utilisez des nébulisations douces, non un « jet » d'eau ; et pas à l'eau trop froide non plus ;
    • les inhalations ne doivent pas être faites à l'eau trop chaude (la chaleur congestionne le nez...)

    Les douleurs d'une sinusite, d'une gorge ou d'un nez qui pique, sont souvent très bien soulagées par l'acétaminophène (antidouleur) ou l'ibuprofène (antidouleur et anti-inflammatoire), sans qu'il soit besoin d'injecter quoi que ce soit dans le nez (moins on en met dans le nez, moins ça l'irrite !)

    Ces médicaments, pour aider les symptômes à disparaître, doivent être pris toutes les 4 à 6 heures pendant 2 ou 3 jours d'affilée. En effet, en 4 à 6 heures, ils sont éliminés par l'organisme et il faut 2 ou 3 jours pour que les symptômes (ou leur cause) disparaissent.

    D'autre part, les antihistaminiques ne sont utiles que si les symptômes sont saisonniers et dus à une allergie, au pollen, par exemple. Si la sinusite est chronique, les antihistaminiques ne sont pas efficaces.

    ____________________

    Voir

    Astuces naturelles contre la sinusite

    Bons conseils-maison en cas de sinusite (pdf)

     

    La toux grasse

    Source : Passeport-santé

    La toux grasse, appelée aussi toux productive, se manifeste par la présence d’expectorations, ou de crachats consécutifs, provenant de la gorge ou des poumons à l'inverse de la toux sèche, dite « non productive ».

    Composées d'eau, de mucus, et souvent de bactéries, virus et globules blancs, ces sécrétions constituent un liquide plus ou moins épais pouvant être expulsé par la bouche lors de la toux sous forme de glaires et de crachats.

    La toux grasse diffère en cela de la toux sèche, caractérisée par l'absence de sécrétions et souvent liée à une irritation des voies respiratoires.

    La toux grasse n'est pas une maladie mais un symptôme : elle est présente généralement en cas d’infection bronchique ou de bronchites chroniques obstructives de causes diverses comme par exemple celles liées au tabagisme. Les bronches produisent des sécrétions qui, grâce à la toux, permettent d’évacuer ces secrétions chargées de microbes, de pus, ou de particules fines.

    Il ne faut pas chercher à stopper la production de ces glaires, qui relève d'un mécanisme naturel de défense de l'organisme et dont le but est de nettoyer les poumons : c'est ce qu'on appelle l'expectoration.

    Quid des antitussifs et autres fluidifiants bronchiques ?

    Il est ainsi déconseillé de prendre des médicaments antitussifs (= contre la toux), ceux-ci bloquent le réflexe de toux, et peuvent provoquer une accumulation de glaires au niveau des bronches et des poumons, ce qui risque d’encombrer davantage les voies respiratoires.

    Les fluidifiants n’ont d’autre efficacité que le placebo. Comme ils ont des effets indésirables, parfois graves (allergies,  troubles respiratoires), ils sont interdits chez les moins de 2 ans. Leur utilisation n’est pas non plus justifiée chez les enfants et les adultes (Mucolytiques et hélicidine : contre-indication chez les moins de 2 ans justifiée Rev Prescrire 2010 ; 30 (324) : 737)

    De manière générale, le traitement de la toux grasse varie en fonction de la cause et l’on traite l'origine de la maladie.

    Les traitements consistent simplement à favoriser l'expectoration des mucosités pulmonaires.

    Prévenir la toux grasse

    On ne peut pas prévenir la toux elle-même, seulement prévenir les maladies associées au symptôme, comme les infections respiratoires. Il convient, par exemple, de :

    • éviter l'utilisation de climatiseurs, qui assèchent l'air et les voies respiratoires,
    • aérer régulièrement sa maison,
    • ne pas surchauffer son intérieur
    • ne pas tousser sans mettre la main devant la bouche,
    • ne pas serrer la main si l’on est malade ou à une personne malade,
    • se laver les mains régulièrement,
    • utiliser des mouchoirs en papier pour se moucher et/ou cracher et les jeter immédiatement.

    Quand consulter ?

    Si la toux grasse est généralement bénigne, elle peut aussi révéler des pathologies plus graves (bronchite chronique, infection bactérienne importante, pneumonie, œdème pulmonaire, tuberculose, asthme...).

    En cas de toux grasses prolongées, d'aspect purulent des sécrétions ou encore de toux accompagnée de sang, de vomissements, ou de fièvre, de fatigue importante, il est important de consulter un médecin au plus vite.

    ____________________

    Voir

    Que cache la toux ?

    La difficulté à respirer (Passeport-santé) :

    « Les principales causes de la respiration difficile sont cardiaques et pulmonaires »

    Extrait de la série 'RESPIRER' de Yantra :

    Respirations antidotes

    Respiration pour stopper un malaise

    1) La respiration artificielle

    2) L'asphyxie

    3) L’apnée

    Approches complémentaires pour traiter la toux grasse

    Homéopathie

    L’homéopathie propose par exemple des traitements tels que 3 granules 9CH trois fois/ jour

    • La toux est particulièrement importante et s’accompagne de beaucoup de glaires de couleur jaune : Ferrum phosphoricum,
    • Elle est très grasse le jour mais sèche la nuit : Pulsatilla,
    • La toux ne permet pas d’expectorer correctement et la respiration est difficile (type asthme) : Blatta orientalis,
    • La toux est spasmodique avec une sensation d’étouffement tellement elle est importante : Ipeca.

    Aromathérapie

    Les huiles essentielles (HE) utilisées pour lutter contre la toux grasse :

    • l’HE d’Anis étoilé (ou badiane) 2 ou 3 gouttes en inhalation dans un bol d’eau chaude,
    • l’HE de Cyprès à raison de 2 gouttes dans une cuillerée de miel,
    • l’HE de Bois de rose mélangée à de l’huile végétale (d’olive par exemple) qu’il est possible d’utiliser chez les enfants (avec précautions tout de même)

    Phytothérapie

    Pour lutter contre la toux grasse, une tisane :

    • de thym, en en utilisant 2 g pour 200 ml d’eau, à laisser infuser une dizaine de minutes,
    • d’anis, à raison d’une cuillerée à café d’anis sec pour 200 ml d’eau, à laisser infuser une dizaine de minutes.
    • Buvez la préparation choisie au moins trois fois par jour.

     

    Tisane Pectorale aux 7 fleurs

    Info Glaires Mucus Sécrétions

    Simon Lemesle d'Astérale - © Naturatopia

    Ce très ancien mélange est réputé à juste titre pour lutter contre les affections ORL et respiratoires comme les trachéites-bronchites ou les toux grasses...

    • Bouillon blanc
    • Coquelicot
    • Mauve
    • Guimauve
    • Violette
    • Pied-de-chat
    • Tussilage
    • Mélangez en parties égales.
    • Mettez 30-50 g de mélange / litre d’eau bouillante.
    • Laisser infuser 10 minutes.
    • Buvez chaude et sucrée au miel à raison de 4 à 6 / par jour.

    Soins d'hiver

    La voix

    Info Glaires Mucus Sécrétions

     

    Remèdes naturels en cas de glaires en excès

    Source : Mr Plantes

    Ces quelques postures et remèdes maison naturels, à adopter, peuvent aider à vous débarrasser du mucus collé/incrusté dans la gorge et à vous sentir mieux presque instantanément.

    Des attitudes à adopter

    • Dormez avec la tête relevée pour éviter l’accumulation de mucus.
    • Utilisez un humidificateur d’air dans votre maison pour éviter le dessèchement des muqueuses.
    • Évitez les irritants – arrêtez de fumer et/ou évitez de fumer, restez à l’intérieur pendant les périodes allergènes, assurez-vous que votre maison et votre lieu de travail soient bien dépoussiérées et propres, puis portez un masque lorsque vous devez nettoyer surtout si vous utilisez des produits chimiques ou remuez de la poussière.
    • Protégez vos sinus contre les changements de température en couvrant votre visage par temps froid.
    • Mouchez-vous soigneusement – ne soufflez qu’une narine à la fois, ne soufflez pas trop fort, n’utilisez que des mouchoirs propres.
    • Buvez beaucoup d’eau, en particulier de l’eau chaude et du thé.

    Des remèdes naturels et/ou maison

    • Utilisez des médicaments naturels en vente libre comme les antihistaminiques, les décongestionnants, les sprays nasaux à l’eau de mer (salins)
    • Mélangez de l’eau chaude, un verre de whisky, du citron frais et du miel. Certaines études suggèrent que cette boisson peut aider à soulager la congestion !
      ... avec modération, toutefois.

    Chaleur

    • Faites bouillir de l’eau puis couvrez la tête avec une serviette pour inhaler la vapeur.
    • Appliquez des compresses chaudes sur votre visage pour soulager la douleur de la pression des sinus.
    • Buvez des infusions à base de plantes médicinales, non seulement cela peut aider à décomposer le mucus, mais vous pouvez aussi en inhaler la vapeur.

    Neti

    Utiliser un pot Neti peut aider à éliminer le mucus. L’eau saline ou distillée est habituellement utilisée pour aider à rincer les voies nasales.

    • Insérez le pot Neti dans une narine et inclinez la tête sur l’évier pour permettre à la solution nasale d’irriguer les narines puis de ressortir.
    • Il convient essentiellement d’irriguer les voies nasales pour éliminer les germes et les irritants.

    Gargarismes contre glaires collantes dans la gorge

    Si le mucus est particulièrement concentré dans la gorge, vous gargariser avec du sel et de l’eau chaude peut être utile. Ce remède crée une barrière à haute teneur en sel qui travaille à extraire les fluides des tissus dans la région de la gorge, aidant ainsi à éliminer le mucus agglutiné, les irritants et les infections, et après le gargarisme vous devriez également noter une réduction de l’inflammation, de la douleur et du mucus collé.

    • Faites dissoudre une c. à c. de sel rose de l’Himalaya (sel de mer intégral) dans une tasse d’eau chaude.
    • Laissez refroidir légèrement puis gargarisez-vous avec cette solution.
    • Répétez plusieurs fois par jour pour un soulagement continu.

    ____________________

    Voir Grain de sel

     

    Plantes

    Baie de sureau noir contre sensation de glaire coincée dans la gorge

    Ce remède à base de plantes est fréquemment utilisé pour apaiser et réduire l'irritation des muqueuses, soulager la congestion nasale et lutter contre les infections pouvant mener à la bronchite et à la sinusite.
    Les études ont montré qu’elle a des propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes et peut même réduire le temps dont les sujets ressentent les symptômes de la grippe, en particulier s’ils sont pris dans les 24 à 48 heures suivant le début des symptômes.
    Le sureau noir se présente sous forme liquide ou en capsule.

    ____________________

    Voir

    Baies rouges noires 5. (Sorbier - Sureaux) - pdf

    Fleurs de Sureau noir

    Racine de réglisse, glaire gorge, toux et glaire poumon

    Un autre favori des herboristes pour enlever le mucus collé aux parois des poumons, de la gorge, et de l’arrière-gorge, le thé de racine de réglisse est réputé pour soulager la congestion en aidant à fluidifier et à décoller le mucus dans les voies respiratoires afin qu’il puisse être expulsé du corps. Il peut même lutter contre les virus qui conduisent à une surproduction de mucus en premier lieu.

    La célèbre abbesse bénédictine allemande et médecin du XIIe siècle, sainte Hildegarde (appelée la sainte Guérisseuse) usait de la réglisse, béchique (angine, aphonie, enrouement, laryngite...), pour s’éclaircir la voix et se libérer les bronches (racines et rhizomes séchés en infusion, décoction ou macération)

    La racine de réglisse peut s'ajouter comme édulcorant aux infusions pectorales (voir plus haut, rubrique La toux grasse). En grec, glukurrhidza, version originale du nom de cette plante, signifie « Racine Sucrée » !

    Contre rhumes et grippe, la réglisse peut être combinée avec des herbes comme le Piment de Cayenne (ci-dessous) ou le Gingembre * pour intensifier l’effet.

    ____________________

    * Voir aussi

    Gingembre

    Piment de Cayenne contre mucosités collées sur la paroi de la gorge

    Pimenter vos repas pour éliminer efficacement la sensation désagréable de mucus collé à la gorge.

    Info Glaires Mucus Sécrétions

    Piment de Cayenne
    (Mr Plantes)

    Il serait négligent de ne pas souligner, insister mème, sur le rôle important que les épices peuvent jouer dans le soulagement de la congestion causée par le mucus et les mucosités/glaires dans les poumons et la gorge.
    Beaucoup d’épices, dont les piments, contiennent de la capsaïcine (le principe actif chimique qui cause la sensation de brûlure sur la langue lorsque vous le mangez). La capsaïcine est également responsable des bienfaits pour la santé des épices – y compris leur capacité d’endormir la douleur.
    Un autre avantage de la capsaïcine est qu’elle irrite les membranes des muqueuses du nez, ce qui les enflamme légèrement et déclenche le fonctionnement du nez, éliminant ainsi le mucus, les microbes et les irritants piégés du corps.

    ____________________

    Voir

    Poivres et Piments (pdf)

    Vinaigre de cidre contre mucosités de l’arrière-gorge

    Le vinaigre de cidre décompose le mucus dans l’organisme et dans la gorge, et soulage la sinusite chronique et les symptômes d’allergie. Parce qu’il est également riche en potassium, il aide à se débarrasser du nez qui coule.
    Ajouter une cuillère à soupe de vinaigre de cidre, non filtré avec «la mère» à un verre d’eau et le boire, en répétant jusqu’à trois fois par jour jusqu’à ce que les symptômes disparaissent. Si vous préférez, essayez l’une de ces cinq boissons savoureuses pour vous aider à prendre votre dose quotidienne de vinaigre de cidre.
    Le vinaigre de cidre de pomme peut également être ajouté à votre bol d’eau bouillante avant d’inhaler la vapeur.

    Les huiles essentielles

    Certaines huiles essentielles (HE), avec leurs arômes puissants et leurs propriétés antimicrobiennes, luttent efficacement, en diffusion, contre les mucosités collées dans l’arrière-gorge et la glaire coincée dans la gorge.

    Ajoutez quelques gouttes d’une seule, ou un mélange, des HE ci-dessous, à votre diffuseur pour leur permettre de flotter dans la pièce :

    Voir Des produits "déo..." pour ma maison

    • Eucalyptus – antiseptique, antiviral et décongestionnant. 
    • Arbre à thé – un antimicrobien efficace, expectorant et antiseptique. 
    • Menthe poivrée – aide à ouvrir les voies nasales. 
    • Thym – antiseptique puissant et idéal pour les rhumes, la grippe et les frissons. 
    • Basilic – un antiseptique qui aide à ouvrir les voies nasales. 
    • Romarin – un antiseptique qui aide à ouvrir les voies nasales.
    • Pin – décongestionnant et antimicrobien. 
    • Lavande – antihistaminique, antiseptique et antimicrobienne. 
    • Camomille – soulage et apaise la congestion. 

    Lorsque vous utilisez des huiles essentielles, assurez-vous d’opter pour des huiles 100% pures et chémotypées, exemptes de colorants et d’additifs. 

    Vous pouvez également prendre un bain de vapeur parfumé avec les huiles essentielles, ou secouer quelques gouttes sur un mouchoir et le tenir devant votre nez, en prenant soin d’éviter tout contact avec la peau.

    Pendant la nuit, ajoutez quelques gouttes d’HE agissant contre le mucus/mucosités sur votre oreiller lorsque vous dormez – la lavande est particulièrement efficace car elle favorise un sommeil réparateur.

    ____________________

    Voir

    Eucalyptus (huiles essentielles) - pdf ancienne version

    Melaleuca (Arbre à thé)

    Menthes (pdf)

    Thyms (huiles essentielle) - pdf

    Basilic commun (pdf ancienne version)

    Huile essentielle de basilic (Passeport-santé)

    Romarin

    Pins et Sapins (pdf ancienne version)

    Lavandes (pdf)

    Camomille romaine ([Books of] Dante)

    Huile essentielle de camomille (Passeport-santé)

     

    Points de pression contre glaire coincée dans la gorge

    Info Glaires Mucus Sécrétions

    Acupression, pour se débarrasser des glaires
    dans les bronches, poumons, gorge

    En appliquant une pression manuelle à certains points du corps, les partisans de l’acupression croient que les lignes d’énergie du corps sont stimulées, ce qui favorise la guérison.

    ____________________

    Voir

    Les méridiens

    Qi-gong La médecine qui défait les nœuds

    Do-in chinois

    Shiatsu japonais

    AUTOMNE Conseils du Shiatsu

    Préparez votre hiver en Yoga et Shiatsu

    Jin Shin Jitsu

     

    Yoga pour éliminer avec efficacité et rapidité les mucosités

    Une pose de yoga peut faire du bien ! ... et des *merveilles* quant à l’élimination de la congestion et du mucus accumulé dans les voies voies nasales.

    Des postures de yoga, plus précisément des pratiques, mais aussi (et surtout !) certaines respirations yogiques, sont particulièrement efficaces. Voyez avec votre professeur de yoga.

    ____________________

    Voir

    Un mot sur la ''purification''

    Et pour trouver l'inspiration :

    Respiration

    - Respirer

    - Respirations antidotes

    Respirations par la bouche

    Respirations du forgeron (Kapalabhati - Bhastrikâ)

    - Respiration complète

    - Respiration alternée (Nâdi-shodhana)

    Prânayâma

    - Prâna-prépa

    - Ma parole, vive le son ! (pdf)

    - Apana : le Souffle de l'expiration

    Pratiques du Yoga

    - Diamant Vajrâsana

    - Kriya (définition)

    - Kuṇḍalinī-Yoga

    - Mukta-bhastrikâ

    - Mûla-kriya

    - Pawan-mukta

    - Printemps respire

    - Shakti-bandha

    - Travailler avec l'Aura

     

    ____________________

    Sources principales

    Mr Plantes

    Passeport-santé

     

     

     

    haut de page