• Info Hoquet

    Page modifiée en décembre 2020

    Le hoquet

    Il s’agit de contractions réflexes du diaphragme qui entraînent celles des muscles situés entre les côtes, accompagnées d’un blocage de la glotte. Le hoquet surgit généralement quand on a mangé trop vite, après un fou rire ou pendant la grossesse. Le tabagisme ou la consommation d’alcool le favorisent.

     

    Les remèdes

    Un rappel aux Respirations antidotes

    Les remèdes populaires sont nombreux – mettre la tête à l’envers, arrêter de respirer, boire un grand verre d’eau d’un seul trait, se pincer le petit doigt – et généralement peu efficaces. Le Dr Frédéric Saldmann, auteur de Prenez votre santé en mains, éditions Albin Michel, conseille, lui, la manœuvre de Van Wijlick.

    Elle consiste à bomber la poitrine et rapprocher les omoplates en reculant les épaules le plus en arrière possible, tout en retenant sa respiration pendant une dizaine de secondes. Si le hoquet dure plus de 48 heures, il est indispensable de consulter.

    Source Petits bruits du corps humain... (Femme-actuelle)

    Vu dans Respirations antidotes

    Voir aussi

     

    Les 5 Upa-Prânas régulent d’importantes fonctions dans le corps humain

    Note : upa, sanskrit, "déplacement physique"

    Il existe d'autres souffles, chacun ayant un rôle bien précis : clignements de la paupière, éternuements, hoquet... Aucun de ces souffles n'est positif ou négatif. L'essentiel est d'en respecter l'équilibre. Tous nous permettent de vivre, de gérer au mieux notre nature personnelle.

    Ils sont aussi une invitation formidable à vivre pleinement notre rôle sur terre, celui de lien vivant entre l'univers et le créateur.

    Lu dans À propos de "Souffle" - Svara

    Voir aussi Svara Vayu

     

    Une citation de Alain

    (…) Notre corps nous est difficile en ce sens que, dès qu’il ne reçoit pas d’ordres, il prend le commandement ; mais en revanche il est ainsi fait qu’il ne peut être disposé de deux manières en même temps ; il faut qu’une main soit ouverte ou fermée. Si vous ouvrez la main, vous laissez échapper toutes les pensées irritantes que vous teniez dans votre poing fermé. Et si vous haussez seulement les épaules, il faut que les soucis s’envolent, que vous serriez dans la cage thoracique. C’est de la même manière que vous ne pouvez à la fois avaler et tousser, et c’est ainsi que j’explique la vertu des pastilles.

    Pareillement vous vous guérirez du hoquet si vous arrivez à bâiller. Mais comment bâiller ?

    On y arrive très bien en mimant d’abord la chose, par étirements et bâillements simulés ; l’animal caché, le même qui vous donne le hoquet sans votre permission, sera mis ainsi dans la position de bâiller, et il bâillera. Puissant remède contre le hoquet, contre la toux et contre le souci. Mais où est le médecin qui ordonnera de bâiller tous les quarts d’heure ?

    Alain, Propos sur le Bonheur, XVII – Gymnastique

    Lu dans Le bâillement

     

    Liens externes

     

     

     

    haut de page