• Info Mauvaises passes

     

    Citations et exercices pour nous aider à sortir des mauvaises passes

    0-brouillons Mauvaises passes

    Il faut nous habituer à voir toutes les difficultés pouvant apparaître sur la voie comme des bénédictions, des bénédictions cachées peut-être mais des bénédictions.

    Guendune Rinpoché. Maître et disciple

    Voir Guendune

    Le changement est difficile

    Le changement est difficile, car il s’agit là d’une affaire d’émotions. En effet, quel que soit le changement, même s’il est connoté positivement par l’individu, il entraîne un processus émotionnel.

    Il peut s’agir parfois de colère, de tristesse mais le plus souvent derrière ces deux émotions là, c’est l’émotion de peur qui est en jeu. Qu’elle soit réelle ou irrationnelle la peur engendre les résistances au changement aux conséquences plus ou moins lourdes pour l’organisation.

    Il est toutefois important de se rappeler que les émotions sont plus rapides que la pensée et que par là-même elles court-circuitent la raison et inhibent la mise en action.

    À la fois, étymologiquement, le mot « émotion » est basé sur le latin movere qui signifie « mouvement ». Il s’agit donc d’une énergie.

    Partant de ce constat, il convient de prendre conscience [1] de l’importance d’écouter l’émotion pour permettre de libérer cette énergie et de la transformer pour atteindre l’objectif défini. Ainsi ce « mouvement », cette énergie, peut être stimulante et constructive au lieu de devenir menaçante et dévastatrice.

    Dirigeant d'entreprise, si vous-même êtes à l’initiative d’un changement, difficile ou non, et bien qu’il soit admis qu’il soit plus confortable d’être acteur du changement que de le subir, vous passerez, vous aussi, sans nul doute par des phases émotionnelles de mécontentement, de regrets, de peur… et comme les émotions sont contagieuses, il est primordial en premier lieu de tendre l’oreille à ces émotions qui vous traversent pour les transformer en action et éviter la contamination de vos équipes !

    Si la capacité de gérer ses propres émotions et celles des autres est un facteur clé de succès favorisant les processus de changement, il peut parfois être utile d’être accompagné, pour limiter au minimum ces impacts !

    Catherine Favre-Moiron – cfm.coach@laposte.net

    Vous êtes en train d’éplucher des carottes, d’attendre à un feu rouge, de regarder le paysage qui défile à la fenêtre d’un train... Soudain, sans vous en rendre compte, vos pensées débordent, elles quittent l’instant présent [1]. Vous ne percevez plus rien de ce qui vous entoure. Ni sons, ni images. Vous entrez dans un monde différent.

    Ce monde peut être magnifique, peuplé d’images agréables ou émouvantes, mais il peut aussi être noir, lourd, violent, habité de pensées obsédantes qui viennent faire l’assaut de votre forteresse mentale. Des événements de votre vie y sont revus sous un angle négatif.

    Par exemple, vous avez envoyé un e-mail à un ami qui ne vous a pas encore répondu… Ça commence doucement : « Il exagère, quand même ». Et puis vous montez d’un cran : vous vous dites « C’est parce qu’il me méprise… » Un instant, la raison essaie de vous convaincre : « Non, tu te trompes, c’est juste qu’il n’a pas eu le temps de te répondre… ». Mais c’est inutile, les digues ont cédé, vous montez à nouveau d’un palier : « Dans le fond, il m’a toujours méprisé ». Et encore un cran : « Ce c… n’a jamais été mon ami, d’ailleurs la prochaine fois que je le verrai, je vais lui remettre les pendules à l’heure. Lui, il a toujours tout eu sur un plateau alors que moi, etc. »

    HOO ! on se calme !!! Dans un dessin animé, vous seriez représenté par un petit personnage avec de la vapeur qui lui sort de la tête tellement il est en surchauffe… Les psychologues appellent ceci des ruminations (des overthinkers, en anglais, littéralement : « ceux qui pensent trop »). Au lieu de chercher la façon dont vous pourriez résoudre une situation, votre esprit se concentre sur les questions qu’elle engendre et les inquiétudes qui y sont liées.

    Nos pensées négatives gonflent comme une pâte avec de la levure. Au début, elles se focalisent sur l’événement qui vient d’avoir lieu, puis, peu à peu, elles glissent vers d’autres situations du passé, du présent, brassant pêle-mêle nos doutes les plus intimes.

    Susan Nolen-Hoeksema. Pr de psychologie de l’Université de Yale

    Pour ce professeur de psychologie, la rumination est une « manifestation d’hypersensibilité » qui entraîne « des torrents de préoccupations », et qui peut conduire à la dépression ou à l’angoisse chronique.

    Aussi vite qu’elle est arrivée, la rumination peut repartir. Vous vous trouvez à nouveau dans l’instant présent… Un peu éprouvé (et un peu honteux) quand même.

    Mais cela ne signifie pas que vous en avez fini avec la rumination pour autant. Si vous ne faites rien, elle ressurgira bientôt pour vous emprisonner dans des sentiments de colère, amertume, jalousie...

    0-brouillons Mauvaises passes

    Ne vous trompez pas, la victime de ces sentiments négatifs, ce n’est pas cet ami qui tarde à répondre et contre qui vous pestez, c’est vous-même.

    [1] Une technique consiste à poser votre esprit ici et maintenant.

    C’est ce qu’on appelle la méditation pleine conscience. Plusieurs fois par jour, arrêtez de « faire » des choses, et concentrez-vous sur ce que vous êtes à l’instant présent. Cela consiste à :

    • Écouter votre cœur battre
    • Sentir votre respiration
    • Sentir vos membres, ce qu’ils font (« mon bras est étendu le long de mon corps, les doigts de ma main caressent ma hanche etc. » )
    • Regarder vraiment ce qu’il y a autour de vous
    • Écouter les sons, les détailler
    • Etc.

    Les études ont montré que ces petits décrochages, qui ne durent que quelques minutes, nous familiarisent avec notre monde intérieur et diminuent le risque de (re)chute dépressive ou anxieuse.

    Gabriel Combris

    Voir

    Se calmer rapidement

    Relaxations Schultz - Jacobson

    Respiration anti-stress : bien respirer - exercices

    Maîtrisez votre respiration en cas d'angoisse

    Traitement de la crise d'angoisse

    Cet autre exercice consiste à écrire tous les jours son journal intime

    ... ou, pour parler un petit peu haut de gamme, devenir diariste * :

    « Le diariste se prend lui-même comme objet d’observation, d’enregistrement, d’analyse et de jugement. Il se place en retrait des autres, séparé de la société et même de ses proches. »

    Ce travail de clarification, qui ne prend pas plus de 5-10 minutes, a des vertus thérapeutiques encore largement insoupçonnées.

    Reprenons l’exemple de cette rumination à l’égard d’un ami un peu lent à répondre. Voilà ce que vous pourriez écrire à ce sujet dans votre journal intime.

    « Cher journal, Aujourd’hui j’ai pensé à François, à qui j’ai envoyé un e-mail et qui ne m’a pas encore répondu.
    Son silence m’a mis en rage. Je me suis dit qu’il se moquait de moi, qu’il me méprisait, que c’était la preuve qu’il n’avait jamais été mon ami. J’ai pensé que cela n’a rien d’étonnant dans le fond : pour lui, la vie est facile, alors que pour moi… J’ai pensé :  voilà un homme qui prend les choses et les gens quand ça l’arrange, et qui les jette ensuite ».

    En écrivant ces lignes, vous mesurez mieux à quel point ces pensées sont excessives, déconnectées de la réalité. Le fait de les consigner dans un journal, les fait apparaître telles qu’elles sont, nues, débarrassées des justifications que vous cherchez à leur donner mentalement. Une fois mis sur le papier vous vous direz sans doute : « C’est du grand n’importe quoi, mais qu’est-ce qui me passe par la tête, parfois ??? »

    * Le terme "diariste", néologisme de Michèle Leleu, provient de l'anglais diarist, issu du mot diary (= quotidien), mais il est aussi reformé sur le vieux mot français diaire, qui était utilisé comme nom (au sens de "livre de raison") au XVIe siècle et comme adjectif jusqu’au XIXe. Un(e) diariste (invariant en genre) désigne une personne qui tient un journal intime (Wikipédia, Universalis, L'Internaute, Larousse...)

    Il est alors plus facile de prendre un peu de distance avec ces ruminations et de choisir, comme dans le conte amérindien plus bas, de ne plus les nourrir, pour ne pas les faire grandir.

    Voici ce qu’écrivait le diariste Maine de Biran (1766-1824) à propos de son journal intime :

    Je suis seul, près de mon feu, retenu dans ma chambre par un froid très piquant survenu dans la nuit […]. Puisque je n’ai rien de mieux à faire, que je suis incapable en ce moment de me livrer à aucune étude suivie, il faut que je m’amuse à réfléchir sur ma position actuelle, sur l’état de mon cœur, dans cette époque de ma vie…

    Certains diaristes, comme Benjamin Constant, vont jusqu’à rédiger leur journal avec des caractères cryptés pour que les lecteurs éventuels ne puissent pas le déchiffrer. La liberté est alors totale : il est possible de tout dire dans le secret de son journal puisque ce qui est écrit n’est pas destiné à une communication sociale.

    Gabriel Combris

    Lequel des deux gagne ?

    Un vieil Indien explique à son petit-fils que chacun de nous a en lui deux loups qui se livrent bataille.

    Le premier loup représente la sérénité, l’amour et la gentillesse.
    Le second loup représente la peur, l’avidité et la haine.

    « Lequel des deux loups gagne ? » demande l’enfant.
    « Celui que l’on nourrit » répond le grand-père.

    Sagesse amérindienne

    Voir Les coups de cœur de Yantra :

    - 16 citations de chefs amérindiens

    - Le Sioux et le grillon

    Petits contes de sagesse pour temps turbulents

    Henri Gougaud (Site officiel)

    Mauvais moments : Je connais 4 remèdes...

    0-brouillons Dangers et mauvaises passes

    Les peuples autochtones en images

    Prendre une décision

    Aujourd’hui est un jour excitant… ça y est, vous l’avez, vous avez votre objectif, vous savez ce que vous voulez et vous décidez de mettre tout en œuvre dès le lendemain pour y arriver. Le plan d’action est là, l’idée est claire… et le lendemain, rien ou si peu.
    Cela vous remémore quelque chose ? 

    Bien souvent nous prenons des décisions que nous ne réaliserons jamais, comme si le fait de juste les penser, suffisait. Puis ces envies, ces objectifs… reviennent, ils nous tiraillent de nouveau, nous nous remotivons et là encore l’effet tant désiré, la révolution que nous escomptions pour nous, ne se réalise pas…

    L’histoire d’un ami « gourmet – gourmand » illustre particulièrement bien cela. Un jour, il s’est regardé dans le miroir et s’est trouvé trop gros. Dès lors, il décida de manger équilibré, de faire du sport et de renoncer à quelques plaisirs gourmets. C’était un samedi. Le lendemain, comme tous les dimanches, il va au restaurant avec sa famille. Mais au lieu de prendre une entrecôte avec des frites et sa sauce aux champignons, il était bien décidé à manger équilibré : à prendre une entrecôte mais avec des haricots verts et sans sauce. Lorsque le serveur est venu, il céda et finit par opter comme à l’accoutumé, en se disant que ce n’était pas si grave car il allait ensuite faire du sport… et dès le soir, il mangerait équilibré.
    Cette petite anecdote doit forcément faire écho en vous...

    Que se passe-t-il ?

    Prendre une décision, c’est s’offrir toute les possibilités d’y arriver et surtout devenir son premier centre d’intérêt, d’attention.
    Lorsque nous prenons une vraie décision, il faut savoir que nous allons devoir renoncer à certaines sollicitations, envies qui desservent nos objectifs.

    Prendre une décision signifie savoir dire non à la proposition de l’autre, savoir se dire non à nos fugaces envies et plaisirs instantanés, pour se dire oui à soi, à son rêve.

    Une décision prise se mesure à la force de l’action que nous appliquons derrière.

    Exemples

    Si je suis timide et que je désire gagner en aisance, je fais le choix d’aborder des personnes dans la file d’attente du cinéma, lorsque je fais la queue à la caisse… au travail de lancer des sujets de conversations…

    Si je ne me plais pas physiquement, je fais le choix de faire du sport fréquemment.

    Si je désire m’affirmer dans des contextes difficiles, je fais le choix de dire ce que je ressens et d’agir pour une situation plus satisfaisante.

    Prendre une décision c’est honorer sa parole, c’est croire en la force de son rêve.

    Plus vous vous engagerez à faire ce que vous vous dites, plus toutes vos réalisations deviendront faciles. Et pour cela, il faut savoir investir en vous comme le banquier vous propose d’investir dans ses produits pour gagner en épargne.

    Prenez cette décision comme la plus précieuse des richesses qu'il faut faire grandir pour atteindre ce que vous désirez ardemment.

    Nous prenons tous au jour le jour des décisions… Seules les personnes dans un cimetière ne prennent plus de décisions. Alors quelles décisions allez-vous aujourd’hui prendre pour enfin vivre ici et maintenant la vie professionnelle (ou autre) que vous vous êtes toujours imaginée ?

    Jean-Sébastien Grapperon Cibois

    Voir

    Bonheur ICI et maintenant

    Remplir le pot de verre

    Voir citation de Guendune : Se libérer petit à petit de la souffrance

    L'intention ou "sankalpa"

    Voyant que les circonstances de notre existence sont le fruit des actions antérieures du corps, de la parole et de l'esprit, nous essayons de remonter un peu plus en amont cette chaîne de causes interdépendantes. Nous nous apercevons qu'il y a, à la base, une intention. L'intention qui sous-tend toute action du corps ou de la parole. C'est là qu'il va falloir être vigilants, puisque cette intention sera bonne ou mauvaise.

    Si l'intention est juste, si notre esprit est dans la direction de l'éveil, dans le sens du dharma, alors toutes les actions du corps et de la parole que cet esprit va impulser seront justes. Si nous portons attention à notre motivation, à notre intention, nous pouvons être sûrs que les actes du corps et de la parole seront justes. À l'inverse, si nous ne sommes pas conscients de notre motivation, si l'intention est erronée, qu'elle va dans le sens de l'égoïsme et de l'ignorance, cette intention va naturellement porter des fruits qui seront des fruits de douleur, à travers le corps et la parole, parce que dans la structure corps, parole, esprit, il est dit, traditionnellement, que l'esprit est le roi et que le corps et la parole sont les serviteurs.

    Dans un système à peu près normalement constitué, les serviteurs obéissent à la hiérarchie, au roi, et donc si le roi et l'esprit ont l'intention juste, les actes du corps et de la parole seront dans la droite ligne de cette intention. C'est donc l'intention qu'il faut interroger à chaque fois et qu'il faut observer.

    Lama Guendune Rinpoché

    Voir Accumulation de karma négatif et purification

    0-brouillons Mauvaises passes

    Guendune - "Un bouddha est quelqu'un qui s'est rendu compte de la nature insatisfaisante de toute l'expérience cyclique, de toute l'expérience ordinaire dans le monde conditionné : le samsara"

    Voir

    Sankalpa, pour bien commencer l'année

    Sagesse bouddhiste

    Motivation : citations pour positiver chaque jour

    En ce moment, vous réveiller est plus douloureux que de vous frotter le visage pendant 4h avec du papier de verre... Vous avez l’impression d’être de mauvaise humeur tous les jours de 7h à 23h (voire quand vous dormez aussi)... Il se peut que vous ayez besoin de vous remotiver. Voici des citations pleine de positivité qui vous donneront un nouvel élan…

    1 – Le succès n’est pas final, l’échec n’est pas fatal : c’est le courage de continuer qui compte. – Winston Churchill

    2 – Si vous voulez changer votre vie, la première chose à faire est d’être déraisonnable. Celui qui change le monde n’est pas raisonnable, il adapte le monde à sa vision des choses. – Anthony Robbins

    3 – Il est dur d’échouer ; mais il est pire de n’avoir jamais tenté de réussir. – F. D. Roosevelt

    4 – Je ne connais pas le secret du succès, mais la clé de l’échec est de tenter de plaire à tout le monde ! – Bill Cosby

    5 – Les passionnés soulèvent le monde, et les sceptiques le laissent retomber. – Albert Guinon

    6 – Dans 20 ans, vous serez plus déçu par les choses que vous n’avez pas faites que par celles que vous avez faites. Alors sortez des sentiers battus. Mettez les voiles. Explorez. Rêvez. Découvrez. – Mark Twain

    7 – Quand on ne peut revenir en arrière, on ne doit que se préoccuper de la meilleure manière d’aller de l’avant. – Paulo Coelho

    8 – L’échec est seulement l’opportunité de recommencer d’une façon plus intelligente. – Henry Ford

    9 – Il faut d’abord savoir ce que l’on veut, il faut ensuite avoir le courage de le dire, il faut enfin l’énergie de le faire. – Georges Clemenceau

    10 – Le but n’est pas tout. Chaque pas vers le but est un but. Ce sont tous les petits buts qui font le but. – Confucius

    11 – Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite, réveillez-vous calmement et allez d’un trait jusqu’au bout de votre rêve sans jamais vous laisser décourager. – Walt Disney

    12 – Il y a plus de courage que de talent dans la plupart des réussites. – Félix Leclerc

    13 – N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur. – Albert Einstein

    14 – Si vous voulez construire l’Empire State Building, la première chose que vous devez faire est de creuser un énorme trou et y bâtir une fondation solide. Si vous construisez une maison en banlieue, tout ce que vous devez faire est de disposer une dalle de 6 pouces de béton. La plupart des gens, dans leur course vers la richesse, essaient de construire l’Empire State Building sur une dalle de 6 pouces. – Robert Kiyosaki

    15 – Quiconque arrête d’apprendre est vieux, qu’il ait 20 ou 80 ans. Quiconque continue à apprendre demeure jeune. La plus grande chose dans la vie, c’est de garder son esprit jeune. – Henry Ford

    16 – Si tu dors et que tu rêves que tu dors, il faut que tu te réveilles deux fois pour te lever. – Jean Claude Vandamme

    À lire dès que votre motivation se fait la malle !

    Voir

    Les idées guérisseuses 1.

    Les idées guérisseuses 2.

    Expressions polluantes

    Les astuces des internautes

    Voir aussi Info Autour de la MORT

    Le 29 octobre 2017, Gabriel Combris nous rappelait sa lettre du 01 juillet 2016 (dont de larges extraits ci-dessus) et voulait « également partager [...] certaines techniques utilisées et appréciées par les lecteurs de PureSanté. » Et d'ajouter « Un grand merci à tous ceux qui ont bien voulu nous donner leurs astuces pour "redescendre sur terre" lorsque notre esprit commence à surchauffer. »

    J'ai rapporté ci-dessous des extraits et j'ai complété avec de nouveaux commentaires, postés depuis, dans le même esprit, mais en classant ces témoignages au mieux par thèmes, pour une plus grande lisibilité.

    Grâce et la poésie

    Je suis une « ruminante ». Cela ne pouvait durer alors j’ai trouvé des trucs efficaces : j’apprends des chansons de variété et je chante lorsque je dérive ; je me récite un poème.

    Sissi conseille un livre

    Je viens de parcourir le livre Le Pouvoir du moment présent de Eckhart Tolle, un pur chef-d’œuvre. En vivant dans l’instant présent, nous transcendons notre ego et accédons à « un état de grâce, de légèreté et de bien-être »… le début d’une profonde métamorphose pour beaucoup de personnes… En vous souhaitant une bonne lecture…

    Caty tient un journal… créatif

    J’utilise une variante du journal personnel : le journal créatif. C’est un journal intime non conventionnel, un outil d’exploration de soi qui allie les mondes de l’écriture, du dessin et du collage de façon originale et créative. C’est une méthode qui s’inspire de l’art-thérapie. Il s’agit de créer un espace pour laisser émerger des ressentis intérieurs et ainsi avoir accès à ses ressources personnelles.

    Le silence de Roberte

    Le Silence est extrêmement bénéfique, fait le tampon avec toutes les nuisances, physiques ou mentales. Se laisser imprégner, immerger par le Silence, par cet état qui nous lie, nous relie, au Meilleur de nous-mêmes. Le fait d’être dans le Silence implique que nous avons lâché prise et sommes confiants : cela devient vite un besoin dont nous ne pouvons plus nous passer tant nous sommes en Paix avec nous-mêmes et aussi avec autrui.

    Béatrice sort une bougie

    Pour la méditation, j’ai plus de résultats avec la fixation d’une bougie allumée. Je m’installe à 60 cm et je fixe la flamme. Dix minutes. Au début c’est un peu difficile car les pensées viennent contrarier et envahissent l’esprit. Mais les bons résultats arrivent très vite.

    Voir Tratak, la focalisation oculaire

    Anne-Marie sans pendule

    Contre les ruminations obsédantes, j’applique la technique du pendule, sans pendule :
    vous allez laisser vos yeux parcourir de gauche à droite et de droite à gauche le champ visuel, comme si vous suiviez les mouvements d’un pendule, sans pendule.
    En faisant cela, vous éloignez les pensées obsédantes, arrêtez-vous avant d’avoir le tournis ! (2-3 min)

    Voir Yeux Horloge et autres mouvements

    La fleur de Jeanne et de Noëlle

    Le « petit vélo dans la tête » ça me connaît bien !!! Mais la Fleur de Bach White Chestnut (Marronnier blanc) fonctionne très bien sur moi. J’en prends jusqu’à ce que mes pensées redeviennent positives… ou que je me rendorme. D’ailleurs le « Rescue Nuit » (Fleurs de Bach en capsules) en contient en spray, c’est bien pratique la nuit ! (Jeanne)

    [Cette] fleur contre les ruminations, White Chestnut, associée à d’autres fleurs relatives aux causes ou corollaires de cet état, peut vous en débarrasser (Noëlle)

    Ronchy et sa plante qui éveille l’esprit

    Pour ma part je conseille Centella asiatica (1) (Gotu-kola) qui est un excellent équilibrant nerveux, qui apaise l’esprit, augmente la vivacité d’esprit et la mémoire. De par son action sur les vaisseaux sanguins, elle purifie l’organisme des pensées toxiques, est excellente contre les douleurs articulaires et la peau en plus, et convient à toutes les constitutions ! On dit que c’est une plante « sattvique » (2) qui éveille l’esprit ! Pas pour les femmes enceintes ni à hautes doses !

    (1) en homéopathie ou en crème, ndlr PureSanté

    (2) selon l’ayurvéda – médecine traditionnelle indienne – une des qualités de la nature, mêlant pureté et équilibre, ndlr PureSanté

    5 points d'acupuncture pour Jeanne

    Contre le mental négatif, je pratique les 5 points d’acupuncture tirés du livre du Dr Pierre Noël Delatte : 5 points c’est tout. Et cela fonctionne pour moi. C’est magique, vous verrez.

    Voir Do-in

    Voir Shiatsu

    Corinne… tapote

    Pour ma part je pratique l’EFT. Dès que j’ai un problème de sommeil, de constipation, de rumination ou de stress… je tapote. Et c’est très efficace pour lever les blocages énergétiques. Je suis à l’écoute des ressentis psychologiques et l’EFT travaille à la fois sur les deux plans. Allez voir sur YouTube pour quelques vidéos initiatrices.

    Grâce et son 4e chakra

    C’est facile à pratiquer, vous placez votre main gauche sur la tranche devant votre chakra Cœur (*), et de la main droite, que vous placez sous la main gauche, vous tournez celle-ci dans le sens des aiguilles d’une montre quelques secondes.

    (*) le 4e chakra, situé entre les omoplates, ndlr PureSanté

    Le Qi Gong parle à Sophie

    Un jour, pour essayer de venir à bout de mes ruminations, j’ai essayé le Qi Gong. Après bien d’autres choses : yoga, sophro, relaxation… Mais pour moi c’est le Qi Gong qui m’a le plus parlé. Il a tellement changé ma vie que j’ai choisi après quelques années de pratique et de formation, de le transmettre à d’autres. Des ruminations il en reste encore des petites par ci par là mais j’ai maintenant un outil qui me convient, facile à utiliser en tout lieu et toutes circonstances. Ma vie a vraiment changé, solide dans mes racines ;o)

    Andrée respire… au carré !

    En cas de ruminations, essayez la respiration carrée (*)

    Voici comment ça marche :

    3 secondes à l’inspir /3 secondes de rétention (poumons pleins) /3 secondes à l’expir /3 secondes de rétention (poumons vides). Respirez par le ventre, puis vous pouvez passer à 4 puis 5 secondes etc.

    Le plus important est de ne pas forcer et de prendre du plaisir. Vous pouvez pratiquer cette respiration 3 fois/jour. Effet garanti !

    (*) La respiration carrée est une technique de respiration issue du Prânayâma (discipline du souffle). Elle est appelée en sanskrit samavritti. Sama signifie « même, égal » et vritti veut dire « l’onde, la vague ». Il s’agit de pratiquer une respiration égale dans l’inspiration et l’expiration, ndlr PureSanté

    Françoise essaie encore

    Merci à vous tous pour ces excellents conseils, non seulement je rumine, mais c’est si fort que je pars en déprime. Depuis quelques semaines je tente petit à petit la méditation en pleine conscience, sinon je peins ou me mets au piano, mais cette bataille est compliquée, j’espère y arriver et retrouver le plein bonheur parmi les miens. 

    Un internaute, Damien, quant à lui, nous invite à faire un tour sur la page Facebook le bonheur est un choix. « Nous essayons d’aspirer les gens à vivre positivement et à lâcher prise des pensées négatives par le biais d’articles, citations et vidéos. »
    https://www.facebook.com/Le-bonheur-est-un-choix-137230056907121/

    Gabriel Combris signale en outre l'existence un protocole naturel complet pour en finir avec les ruminations, mis en place par un réseau d’experts (médecins, chercheurs en neurosciences, naturopathes etc.). À découvrir en cliquant ici (pub)

     

    Voir Dangers et pratiques dangereuses

     

     

     

    haut de page