• Je médite, tu pries, il concentre

     

    ... nous prions, vous concentrez, elles prient...

     

     

    En fait, ces recueillements ne sont pas cloisonnés et leurs pratiques se fondent souvent l'une dans l'autre, ce qui ne simplifie pas leur description pour éclairer le néophyte !

    Tentons toutefois de tirer quelques grands traits qui caractérisent prière, concentration et méditation, en sachant que le mot "méditation" est bien souvent employé abusivement (et plutôt de façon péjorative) et que l'on ne "médite" pas de la même façon chez les Orientaux et chez les Occidentaux.

     

    Enregistrer

     

     

    Distinguons... dans les grandes lignes

     

    La prière est ciblée, en principe, c'est une demande pour soi, un proche, une communauté. Elle peut être spontanée, dans les moments difficiles, pour se donner du courage et peut alors se rapprocher de la méthode Coué ; elle peut aussi se pratiquer dans des moments calmes, à l'instar du Sankalpa [1]. Elle peut encore être un moyen utilisé pour se sentir bien, être remerciant...
    Rappelons qu'on ne prie pas "contre" quelque chose ou quelqu'un, pour lui "souhaiter" du malheur : comme pour toutes les affirmations, aucune négation, aucun mot à connotation négative, ne doivent entacher la formule de la prière [2].

    [1] Ces méthodes se trouveront bien des considérations suivantes : voyez mes pdf

    Et voyez plus bas, au paragraphe Quelques autres exercices et conseils, "Utilisez vos précieux modèles !"

    [2] C'est comme pour le vote, normalement on ne vote pas "contre" mais "pour"...
    (voyez Le sexe des Anges § Quand la peur fait du contre-pied)

     

    La concentration est une méditation avec support, qui canalise l'esprit vers un "objet". À la différence de la prière, elle ne s'adresse pas à quelqu'un ou à un groupe en particulier, elle est universelle. Elle est plus impersonnelle mais aide à se recentrer sur soi-même. Il n'y a pas de "demande" ni de requête ciblée, la seule cible étant l'objet - dessin, pensée ou visualisation - censé diriger la concentration.

     

    La méditation "sans support" s'adresse également à personne et à tout le monde à la fois, elle est universelle. Elle se fait l'outil idéal pour toucher l'essence même de notre âme, la clé pour percer certains mystères. Méditation par excellence, elle doit être abordée une fois la concentration (ou méditation avec support) maîtrisée. La méditation sans support est en effet moins aisée et plus dangereuse sur le plan psychique si l'on n'y est pas bien préparé.

     

     

    Au-delà de la méditation

    Source principale de ce paragraphe : Guide Marabout du Yoga, Julien Tondriau et Joseph Devondel

    Concentration ("Dhâranâ" en sanskrit) - avec support sur tout objet extérieur et celle qui consiste à fixer le mental sur l'abstraction - et Méditation ou Contemplation ("Dhyâna" en sanskrit) - on peut contempler le Divin en son état manifesté (passé), en sa phase agissante (présent) ou à son stade indifférencié (avenir) * - sont les premières étapes du développement mental. Leur pratique est largement suffisante pour la plupart d'entre nous, qui y recherchons apaisement et bien-être, parfois une réponse ou un conseil.

    * La pratique constante du "Je Suis Lui" - Aham-sah ! - confère à la contemplation par la voie mantrique.

    L'Intégration (dans le Tout) ou Identification ("Samadhi" en sanskrit), représente le point culminant et la fructification des deux premières étapes. Lorsque l'état de contemplation se prolonge, il tend à s'effacer et nous nous situons au-delà de tout ordre de pensée ; le Samadhi est une expérience spontanée qui se produit lorsque certaines conditions sont présentes. Et nous ne pouvons rien pour accélérer ou retarder ce processus ! Il s'agit d'un épanouissement, à l'image d'une rose ou d'une fleur de lotus. Moins nous nous préoccupons de sa manifestation, plus nous pratiquons et sommes détendus et heureux, plus nous avons des chances d'atteindre "Samadhi" en nous...

    Celui qui enseigne une science permettant d'accroître les jouissances sensorielles trouvera des multitudes prêtes à l'écouter.

    Si l'on veut montrer le but suprême, on ne trouve au contraire qu'un petit nombre d'auditeurs. Très peu sont capables de saisir ce qu'il y a de plus élevé, moins encore ont la patience d'y parvenir.

    Swâmi Vivekânanda, Râja-Yoga (traduction Jean Herbert)

     

    Laya-Yoga ou Yoga de la fusion

    Laya : dissolution de l'être individuel se fondant dans l'unique Existence.

    Tenant compte de la similitude macrocosme-microcosme, l'être humain est considéré comme étant un univers en réduction.
      Par le sommet du crâne l'homme accueille les courants cosmiques qui lui sont dispensés par le canal de "l’éther vital" tandis qu'à la racine de l'arbre (rachis) les courants telluriques se lovent en masse d'énergie assoupie appelée Kundalini (l'Enroulée) *. Par le Laya-Yoga, le pratiquant va tenter d'éveiller cette force latente pour lui faire gravir les échelons qui, par le conduit subtil de la moelle épinière, vont lui permettre d'atteindre le sommet libérateur où elle ira s'épanouir dans l'éclat de l'Illumination suprême. Chacun des 6 relais - Chakra - du corps subtil seront tour à tour franchis, constituant un progrès sur la voie qui mène à la découverte du Moi, à chaque étape parcourue. 
    « L'Unio mystica » de l'esprit et de la matière n'est pas inconnue de nos grands mystiques occidentaux.
     
    * Voyez la page Kuṇḍalinī-Yoga
     

    Les chakra sont logés tout au long de l'artère subtile - Sushumnâ - comme le sont les plots d'un rhéostat : ils permettent la variation progressive de l'intensité avant la mise en court-circuit ultime, souvent dangereuse. Il ne semble pas téméraire de prétendre que la Vérité et la Vie cachent leur énigme dans la colonne vertébrale. Les chakra sont les points de soudure invisibles qui unissent le microcosme au macrocosme.

    Il existe une infinité de modes de Laya-Yoga. Les plus généralement usités sont ceux de l'audition du son intérieur (1) et la vision de la grande lumière divine (2).

    (1) Assis en posture aisée, les yeux grands ouverts, le pratiquant fixe un point sur le mur ou au tapis.

    • Il empêche tout clignement de paupière et, se bouchant les oreilles, il écoute le son intérieur.
    • L'ampleur de celui-ci, tout au long de la pratique, devra aller décroissant, jusqu'à atteindre des degrés d'extrême subtilité.
    • Le yogi alors se laisse fondre dans le son perçu, afin de parvenir à une liaison libératrice.

    Sans aller jusque là, vous pouvez visiter la page Bhramari et les respirations de l'Abeille du Mantra-Yoga ;-)

    (2) Assis en posture aisée, les yeux clos, le pratiquant fixe le regard intérieur en Anahata.

    • Centre de la poitrine à hauteur du cœur, Anahata est la source du son spontané, le lieu où s'opère la fusion des souffles.
    • Le yogi va gagner la lumière spirituelle qu'il verra resplendir avec l'éclat de mille soleils purificateurs.

     

    La forme majeur de Laya-Yoga est l'éveil de l'énergie naturelle, que l'on obtient par la pratique de certaines respirations ponctuées de gestes - les Mudra - appropriés. Mais la technique présente de graves dangers si elle est entreprise sans les conseils d'un guide qualifié.

    Le chercheur de la réintégration dissout son esprit, ses facultés mentales et son souffle de vie dans l'objet de la contemplation ou dans le son intérieur.

    Kalyāṇa, Yoga Anka (Kalyāṇa - कल्याण - signifie "bien-être")

     

     

    Ingrédients pour de bons recueillements

     

     

    LA RESPIRATION y est presque toujours sollicitée, qui est un bon point de départ, une aide et un support immatériel majeur à tout exercice spirituel.
    En ce sens, nous pouvons dire qu'il existe un très grand nombre de respirations et autant de "méditations" !

     

    De mauvaises habitudes ont conduit les Occidentaux à négliger le principe même de la respiration et n'y prêtent pas attention. Cette négligence peut conduire à une mauvaise oxygénation du sang et par là, à une baisse des fonctions cérébrales. La capacité de concentration et d'étude est donc diminuée, les énergies insuffisantes, ce qui compromet, entres autres, les pratiques spirituelles, d'occultisme, etc.

     

    Exercice

    • Asseyez-nous, bien droit, dans un endroit calme et aéré, loin des heures des repas ; vous devrez vous concentrer sur votre rythme respiratoire.
    • Placez une main sur votre abdomen (au niveau du nombril) et l'autre au niveau de votre poitrine.
    • Inspirez doucement par les narines et comptant mentalement jusqu'à 2, et essayez de faire pénétrer l'air le plus bas possible, en gonflant la zone abdominale, puis la cage thoracique.
    • Retenez votre respiration et expirez lentement par le nez (sur 4 secondes environ)... en prenant votre temps.

     

    Attention à ne pas forcer l'intensité de cet exercice ni sa durée


    La 
    respiration par narine alternée constitue un autre aspect de cette technique ;

    • l'exercice reste sensiblement le même sauf que dans ce cas, une seule narine sera utilisée pour inspirer, alors que l'autre le sera pour expulser l'air.
    • Vous pourrez boucher alternativement l'une ou l'autre des narines avec vos doigts.
    • Par la suite, vous pourrez allonger les temps, voire les doubler.

     

     
     
     

    LE SON est très important, qui accompagne la respiration et complète les exercices spirituels, qu'il soit chant ou récitation intérieure.
    Voyez un complément  !

    Cliquez sur les pages ci-dessous...

     

    La simple émission du son requiert l'usage de la respiration... Respiration "Bijà"
     
     
     

    LA VISUALISATION est une représentation mentale d'une image, d'une couleur, d'une phrase, d'un concept... qui guide la concentration et empêche les idées parasites et étrangères au thème de départ de venir perturber le fil des pensées.

     

    « Visualiser, c'est voir quelque chose ou quelqu'un par les yeux de l'esprit »

    La visualisation est une technique qui peut faciliter la concentration, et qui doit être soumise à une pratique régulière. Quand on visualise, on doit effectuer un tri de ses pensées, les immobiliser et fixer son attention, pendant plusieurs secondes, sur une image construite par l'esprit.
    Créativité et contrôle du mental sont donc indispensables pour réussir cette technique.

     

    • Vous pouvez vous exercer au début avec des images simples, et passer ensuite à des images plus complexes.

    • Vous pouvez commencer par visualiser un écran blanc sur lequel vous effectuerez vos projections mentales ; des figures géométriques par exemple.
    • Après vous passerez à la couleur : rouge, bleu, etc.
    • Enfin, continuer avec des lettres de l'alphabet, des nombres...

     

    Efforcez-vous de visualiser avec le maximum de détails pour que l'expérience soit vraiment valable.

     

    Vous pouvez aussi visualiser une horloge au niveau de votre front.

    Voyez aussi la page Horloge des yeux et autres mouvements

    • Le haut de votre crâne correspond au 12, le bas au 6, le centre droit au 3 et le centre gauche au 9.
    • Vous allez faire tourner lentement la petite aiguille, jusqu'à lui faire faire un tour complet.
    • Elle continuera ainsi plusieurs fois sa course.
    • Lorsque vous aurez bien maîtrisé ce premier mouvement, vous lui ferez faire le même chemin en sens inverse.
    • Vous pouvez également accompagner l'aiguille par un mouvement oculaire, ou même en bougeant votre tête.

     

    Restez positif en focalisant votre esprit sur le but recherché ; vous en sortirez grandi et en retirerez sérénité et succès, en mettant votre ego et votre vie à l'abri d'éventuels retours négatifs.
    (Ananta 10/09/2006)

     
     

    QUELQUES AUTRES EXERCICES ET CONSEILS 

     

    Conseils méditatifs

     

    Utilisez vos précieux modèles !

    Il n’est pas toujours facile de savoir comment réagir devant telle situation...

     

    • Trouvez-vous quelques "modèles",

    c'est-à-dire des personnages que vous admirez parce qu’ils gagnent toujours, ne s’en laissent pas compter, sont intelligents et "réussissants".

    Ces modèles peuvent être des humains vivants ou ayant vécus, des personnages de contes ou de cinéma, de la littérature, de la bande dessinée, légendaires... Peu importe, pourvu que vous sachiez que pour vous ils ont les qualités requises pour toujours s’en sortir à leur avantage, quelles que soient les circonstances.

    • Demandez-vous comment, par exemple, le(s) modèle(s) aurai(en)t réagi à l’offense ou à la difficulté :

    c’est alors que vous verrez des choses à travers les yeux du modèle — c'est-à-dire selon un point de vue différent du vôtre initial.

    C’est très facile à faire, riche d’enseignements et souvent étonnamment transformateur pour sa personnalité qui y gagne l’accès à de nouvelles ressources, à une nouvelle compréhension et à des modes de comportement inédits — et auxquels elle n’aurait jamais eu accès hors de cette technique faisant appel aux modèles.

    • Ce qui est important, ce n’est pas la réalité de la personnalité du modèle,

    mais ce que l’on greffe sur lui en tant que ses qualités, talents et ressources, c'est-à-dire la façon dont on s’imagine qu’il est et se comporte.

    • À titre préventif également, les "modèles" peuvent avoir une grande utilité.

    Par exemple pour vivifier la coopération [au sein d'une équipe de travail]. Imaginer en commun comment un ou des modèles positifs — que tous les collaborateurs peuvent accepter — feraient pour amener la cohérence et l’efficacité dans l’action commune, voilà qui pourrait être un magnifique ciment rendant l’équipe invulnérable aux accrocs territoriaux individuels.

    Alors, offrez-vous l’aide de ces modèles que vous allez vous choisir : c’est gratuit, cela ne demande qu’un peu de temps et de réflexion — et cela peut changer la vie et vous permettre de toujours trouver de bonnes solutions aux vexations territoriales dont vous pourriez être la cible.

     

    Extraits de mon pdf Technostress
    Voyez plus haut au paragraphe Distinguons... dans les grandes lignes (La prière est ciblée..., Coué, Sankalpa)

    Voyez aussi l'intéressant article de Santé-Nature-Innovation que j'ai découvert récemment :

    « Dans un monde intégralement truqué,
    les vrais modèles sont ceux qui permettent de nous dépasser... »

     

    Conseils plus généraux

     

    Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite.
    Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite. Il va filer.
    Si tu veux le rattraper, cours-y vite, cours-y vite.
    Si tu veux le rattraper, cours-y vite. Il va filer.
    Dans l'ache et le serpolet, cours-y vite, cours-y vite,
    Dans l'ache et le serpolet, cours-y vite. Il va filer.
    Sur les cornes du bélier, cours-y vite, cours-y vite,
    Sur les cornes du bélier, cours-y vite. Il va filer.
    Sur le flot du sourcelet, cours-y vite, cours-y vite.
    Sur le flot du sourcelet, cours-y vite. Il va filer.
    De pommier en cerisier, cours-y vite, cours-y vite,
    De pommier en cerisier, cours-y vite. Il va filer.
    Saute par-dessus la haie, cours-y vite, cours-y vite,
    Saute par-dessus la haie, cours-y vite ! Il a filé !

    Paul Fort, Les Ballades françaises (Ballades du beau hasard)
    Voir aussi le site www.saint.germain.free.fr (suivi d'une petite analyse sur le "bonheur")

     

     

    Pratiquons...

    La méditation sans support n'est pas l'apanage des mystiques de l'Orient ; les religieux occidentaux connaissent très bien ces aspects du recueillement (prière, concentration, méditation), avec leurs bienfaits et leurs dangers, ainsi que les pouvoirs des mantra (sons) et des yantra (images), sans évidemment les nommer ainsi.

     

    Ces activités ont toutes leur importance, aucune n'est "supérieure" à l'autre. Cependant, la méditation sans support doit être abordée prudemment avec les conseils avisés d'un pratiquant sérieux et compétent.

    Nous avons vu que prière et méditation ont des frontières... à géométrie variable. En somme, "qu'importe le flacon, pourvu qu'on en ait l'ivresse" ?! L'important est de bien définir ce que nous voulons obtenir par ces pratiques.

    Aussi, en plus de ceux disséminés dans les paragraphes précédents, j'ai sélectionné d'autres exercices ludiques, s'adressant à toutes les sensibilités, pour tous les goûts et toutes les attentes.

     

     

    LA CONCENTRATION

    Communément, on traduit dhâranâ par « concentration ». Dhâranâ, vient de la racine sanskrite dhâr qui signifie, tenir fermement, retenir, soutenir, porter, supporter. Dhâranâ est une étape essentielle, tant pour la voie du Hatha-yoga, que celle du Râja-yoga (Yoga « royal »)

    La concentration nous permet de nous isoler des influences extérieures, en fixant notre attention sur quelque chose ou quelqu'un, afin d'éviter à notre esprit de vagabonder. La concentration est l'une des facultés indispensables dans la plupart des activités : graveurs, chirurgiens, acrobates, ouvriers... le savent bien, que d'accidents à cause d'une simple distraction !

    Les exercices de concentration développent la force de notre esprit, ils renforcent les "muscles" mentaux, ce qui améliore notre capacité à fixer un objet avec une attention totale : toutes les idées que nous avons à cet instant précis concernent uniquement notre sujet "étudié" afin que la vision de ce dernier soit la plus claire et la plus complète possible. Une bougie est à cet égard très utile, du fait du caractère vivant et changeant de la flamme qui prévient l'ennui et permet de fixer naturellement son attention, mais vous pouvez vous concentrer sur tout et n'importe quoi, en éliminant toutes les pensées qui ne sont pas directement liées à l'objet de votre attention... En plus de la flamme de la bougie, une fleur magnifique, un beau dessin... (liste non exhaustive) sont particulièrement efficaces.

     

    • Un test : fixez votre attention sur un crayon et ne pensez à rien d'autre !
    Un crayon n'a, en soi, aucune importance ? Tant mieux !
    Combien de temps allez-vous tenir votre esprit concentré sur ce crayon ?
    10 secondes tout au plus  immédiatement, des idées "parasites", n'ayant rien à voir avec l'idée de "crayon", vont faire leur apparition et au bout d'une minute, votre esprit batifolera dans toutes les directions... abandonnant piteusement l'idée du crayon !

     

    Les exercices suivants vous permettront de renforcer votre capacité d'attention.
    La solitude est souhaitable pour ce genre d'exercice, et tous les grands occultistes ont consacré une partie de leur existence au dialogue silencieux...
    Isolez-vous et n'hésitez pas à vous promener en pleine nature afin de vous oxygéner en même temps ! (Ananta, 08/09/2006)

    • Choisissez un objet agréable qui suscite en vous des associations positives.

    • Placez-vous devant l'objet, fixez votre attention sur lui en vous efforçant de l'observer,
    • et dites-vous (facultatif) : "J'oblige mon attention à se fixer sur cet objet"

    "Mon esprit est une bête sauvage qui veut filer à droite et à gauche ; je dois donc le ramener par le chemin voulu par MOI et l'obliger à se concentrer sur l'objet que j'ai choisi."

    • Faites en sorte de le percevoir totalement, sous tous les angles possibles et imaginables, aussi bien à l'intérieur même de l'objet qu'à l'extérieur.
    • Analysez-le : couleur, consistance, substance, ses fonctions, son histoire, etc.
    • Vous serez surpris de constater à quel point votre attention se déplace facilement sur quelque chose d'autre. Lorsque cela se produit, reconnaissez votre distraction et fixez à nouveau votre attention sur l'objet.

     

    • Autre exemple : l'en-tête d'une lettre comprend le mot "foyer".

    • Empêchez vos yeux de s'écarter de ce mot (pour lire les mots suivants ou précédents, nos yeux ont une tendance naturelle à le faire), obligez-les à revenir sur le mot donné : c'est la fixation du regard.
    • Empêchez ensuite votre esprit de songer à autre chose qu'à ce mot "foyer". Ayez vraiment l'impression que chaque fois qu'une idée parasite se présente, vous la gommez de votre cerveau.

     

    Au début, consacrez 1-3 minute(s) - pas plus - à la concentration de votre esprit.
    Exercez-vous chaque jour, et, petit à petit, prolongez la durée des exercices
    .
    Certains sont capables de se concentrer pendant des heures et de poursuivre ainsi leur activité...
    MAIS n'exagérez jamais la concentration ! N'allez pas jusqu'à vous "hypnotiser" avec crispation, procédez doucement, à votre rythme, et tant pis si vous, vous y mettez des années pour maîtriser la concentration !

     

    Le "renversement de la pensée"

    Cliquez sur les pages ci-dessous :

    1. Transition - 2. Prise de conscience de soi même
    3. La conscience du MOI - Écouter ses corps énergétiques
     

    Voyez la Série Chakra m'a dit

       

    • Une concentration plus large qui aboutit à la méditation
    Vous vous concentrez sur la flamme d'une bougie, par exemple.

     
     
    • Vous regardez la flamme, en vous efforçant de ne penser à rien d'autre qu'à cette flamme : vous regardez la flamme, et non la bougie, ni le mur, ni un autre objet, même si celui-ci se trouve à 2 cm de la flamme...

     

    Ceci dit, vous vous entraînez à :

    • ne pas écarquiller les yeux, ne pas vous contracter ;
    • demeurer immobile et détendu, maintenir l'esprit calme.
     

    Il s'agit de diriger votre pensée vers les associations d'idées qui tournent autour du mot « flamme », UNIQUEMENT autour de ce mot ! Flamme - lumière - chaleur - amour - beauté - éternité... Vous devrez donc empêcher votre esprit de vagabonder vers des associations qui n'ont rien à voir avec le centre choisi.

    Le mental se laisse à nouveau absorber, mais dans une voie dirigée. Dans l'état de méditation, le penseur préside au cheminement de l'idée, il la tient à sa merci. Il ne l'autorisera en aucune façon à se laisser "parasiter" par des éléments "vampires".

     

    La plus compliquée des postures est un jeu d'enfant en comparaison de cette facilité toute feinte !
    Le pratiquant qui aborde la méditation concentre son attention TOUT ENTIÈRE sur l'objet dont il a choisi de parfaire l'analyse : il choisira toujours un thème de haute portée morale, philosophique ou religieuse.

     

     

    LA MÉDITATION

    « Méditer, c'est entrer en communication avec les couches supérieures de l'être, éliminer la pensée, l'être, l'espace, le temps, franchir les limites du Moi en se fondant dans le tout, transcender la condition individuelle de l'homme »

    Il existe de très nombreux moyens de suggérer quelque chose à l'esprit.
    La suggestion peut être non verbale : nous pouvons penser à une qualité que nous voulons renforcer en nous. Cela peut être aussi efficace que les suggestions verbales.
    En fait, nous devrions utiliser toutes les formes de suggestions pour maximiser nos chances de concrétiser nos aspirations...

    Les sujets
    On peut méditer sur toutes sortes de sujets : santé, beauté, richesse, intelligence, puissance, gloire... Sur les Anges, les Archanges et toutes les Hiérarchies... Tous les sujets de méditation sont bons, mais le plus puissant est de méditer sur Dieu Lui-même pour s'imprégner de son amour, de sa lumière, de sa force, pour vivre un moment de son éternité... de méditer dans le but de Le servir, de se soumettre à Lui, de s'unir à Lui.
    Les Initiés ont compris que le plus avantageux c'est justement de ne pas chercher ce qui est avantageux pour eux, mais de chercher seulement à devenir des serviteurs de Dieu.
    La majorité des occultistes barbotent, sans s'en rendre compte, dans la sorcellerie, parce qu'ils ont pour mobile l'intérêt, le profit, la volonté, d'utiliser ces forces invisibles afin de s'enrichir, dominer les autres, subjuguer les femmes... non pour servir Dieu.
    Dans la méditation, il y a des degrés et des degrés... (Omraam, Puissance de la Pensée)

    Tous les exercices spirituels comme la méditation, permettent à l'homme d'échapper de plus en plus à cette prison, à ces chaînes qui l'ont complètement assujetti au monde souterrain "terrible", "Enfer", "Diable"... appelez-le comme vous voulez, mais c'est un monde réel...
    Pour pouvoir méditer, il faut d'abord avoir réglé un certain nombre de choses ; "au-dedans", nous avons des enfants, une marmaille, c'est formidable ! Il faut donc endormir ces enfants exubérants pour pouvoir faire le travail, autrement dit, il faut savoir s'y prendre correctement avec son cerveau et faites attention ! Pour méditer, il faut connaître la nature du travail psychique...
    On ne doit jamais exiger du cerveau de se concentrer brusquement, se précipiter d'un seul coup sur un sujet, même si on l'aime, même s'il tient à cœur, parce qu'une réaction brutale se prépare : on violente les cellules nerveuses, on les bloque et on a mal à la tête... (
    Omraam)

     
     

    En fait, la méditation a pour caractéristique d'offrir quotidiennement à l'esprit une nourriture mentale nouvelle. L'esprit a besoin de pensées nouvelles pour sa croissance et son développement, tout comme le corps a besoin de nourritures nouvelles. Lorsqu'un individu cesse de nourrir son esprit en "aliments frais", une régression instinctuelle s'instaure et la personnalité cesse de progresser. La méditation donne une image mouvante et dynamique de l'esprit plutôt qu'une image statique et sans vie. Elle pérennise la croissance et le fonctionnement de l'esprit.

    Dr Mishra, à propos des Yoga Sutras de Patanjali
    <<< Cliquez sur la couverture pour une "version en clair" des Yoga Sutras

     

    L'esprit a également tendance à accumuler des impressions et des associations passées qui sont susceptibles d'obscurcir notre perception de la réalité.

    La méditation contribue à nettoyer, ou à "désautomatiser", l'esprit des impressions passées.
    Ainsi, les opportunités présentes de développement sont perçues et un futur heureux devient possible.

    II faut commencer par méditer sur des sujets accessibles - ce qui est visible, tangible, proche de soi, tentant... en choisissant tout de même des sujets spirituels !

    En commençant par ce qui nous plaît, nous développons en nous une méthode de travail et nous pourrons ensuite abandonner ces sujets pour nous projeter vers des régions plus éloignées, plus abstraites ; progressivement, nous pourrons nous concentrer sur l'espace, le temps, l'éternité, le vide, l'abîme, le néant... (Omraam)

     

    C'est le vase qui donne la forme au vide et la musique au silence.

    René Char

     

    La première chose à faire, c'est de se détendre et de rester pour ainsi dire passif, tout en surveillant cet apaisement de toutes les cellules.

    • Doucement, tranquillement, plongez-vous dans l'océan de l'harmonie cosmique afin de puiser des forces. Les premiers instants, tâchez de ne pas penser, de jeter seulement un regard dans votre FOR INTÉRIEUR pour constater que tout fonctionne bien.
    • Occupez-vous aussi de la RESPIRATION : respirez régulièrement, ne pensez à rien, ayez seulement la conscience, la sensation de respirer...

     

    Vous verrez comment cette respiration introduit un rythme harmonieux dans vos pensées, vos sentiments, dans tout votre organisme. Ce sera très bénéfique.

    Bien sûr, sans entraînement, on n'y arrive pas si vite, mais à la longue, il suffira seulement de quelques secondes. Il faut donc travailler tout d'abord avec la douceur, la paix, l'amour et, surtout, ne pas forcer. Voilà le secret d'une bonne méditation.

    C'est au moment où vous sentez que votre système nerveux est bien disposé, bien rechargé (car cette attitude passive permet à l'organisme de reprendre des forces) que vous pouvez orienter votre pensée vers le sujet choisi.

    Allez-y, lancez-vous dans un travail auquel TOUT votre être participe...
    Seule la méditation vous permet d'avoir une vision CLAIRE des choses : QUI aider, COMMENT, dans QUEL domaine... (Omraam)

     

    • À la bougie

    Essayez de ne penser à rien, c'est difficile car immédiatement, une foule de pensées parasites vont surgir dans votre esprit... Cherchez un coin tranquille, au calme, où vous êtes sûr que personne ne vous dérangera pendant au moins ½ heure.

    Au début, vous risquez d'avoir encore des pensées parasites, ne vous attachez à aucune d'entre elles. Progressivement, ces pensées se feront plus rares et vous vous déconnecterez de la réalité environnante. Une sensation de légèreté psychique et un engourdissement physique vous envahiront, créant un état d'immatérialité et de conscience aiguë.

    • Asseyez-vous confortablement, le dos bien droit.
    • Relaxez-vous et contrôlez votre respiration.
    • Allumez une bougie et placez-la devant vous, au niveau de votre champ de vision fixez-la et essayez de faire le vide mental.
    • Vous pouvez utiliser une variante de cet exercice en essayant d'influer sur la flamme de la bougie.

    (Ananta, 08/09/2006)

     

     

    • D'autres utilisent des mantras lors de leurs méditations

     

    « OM », symbole d'harmonie, semble être le plus simple et le plus répandu.

    • Pour le prononcer correctement, il faut inspirer profondément, en emmagasinant une bonne quantité d'air,
    • puis expirer lentement en laissant sortir un "O" très long
    • suivi d'un "M" nasal tenu jusqu'à la fin du souffle.

    Méditez à l'aube ou au coucher du soleil, moments de la journée où les énergies cosmiques sont les plus intenses. (Ananta, 08/09/2006)

     

    • La Suggestion ou Méditation (Dhyâna) comme deuxième étape du développement mental

    Après avoir passé en revue la liste des pensées négatives, vous êtes parvenu, par exemple, à la conclusion que l'impatience est votre pire défaut. Pour contrer ce "poison", la psychologie spirituelle nous enseigne de ne pas accorder trop d'importance au problème (même si, au début, le fait de revivre les épisodes de sa vie où l'impatience a été source de souffrance peut se révéler utile) mais plutôt que la solution de ce problème réside dans le renforcement de la capacité de patience :

    • ... d'abord, vous fixez votre attention sur la patience, en étant patient (tâche certainement plus difficile et subtile que d'observer la flamme d'une bougie, mais tout à fait réalisable !) sous tous les angles possibles et imaginables.
    • Ensuite, entrez dans votre monde intérieur grâce à la méditation, et commencez le processus de suggestion :
      « Je suis patient » ou « Je suis plongé dans un océan délicieux de patience infinie ».
    • Ou bien, associant la méditation à la respiration :
      « J'expire l'impatience et j'inspire la patience ».

     

    Si vous répétiez le mot "paix " à de nombreuses reprises, cette pensée resterait en
    vous pendant des heures ou des jours entiers. Finalement, elle vous influencerait et
    deviendrait comme un centre ou une maison, une position à partir de laquelle vous
    pourriez contempler le monde.

    Swami Ajaya, Yoga Psychology

     

    • Chakra & Alpha

     

    La méditation "branche" notre moi conscient sur les vibrations divines qui existent à l'intérieur de chaque être. Méditer, c'est écouter le Divin - et prier, Lui parler.

    La méditation apaise le corps physique et tranquillise l'esprit. Il se produit alors une remontée de l'énergie vitale, normalement stockée à la base de la colonne vertébrale, en direction des 7 Centres glandulaires (décrits par Cayce) et que la tradition d'Extrême-Orient appelle « Chakras ».

    Ce flot d'énergie, en remontant, nettoie ces Centres glandulaires-clés et par là, rééquilibre le corps (ces centres majeurs commandent à tous les organes du corps et sont, d'après Cayce, le point de contact entre les corps : physique, mental et spirituel)

    Il y a des millions de gens de par le monde, qui pratiquent la méditation - avec des méthodes très variées - mais toutes visent à se brancher sur la Présence divine existant en chaque être vivant.

    On appelle parfois « Alpha » le niveau de conscience atteint en méditation et certains "psy" ont amélioré le « Training autogène » de Schultz pour faire de la relaxation un moyen de méditation.

    En voici les principes :

    • Détendez-vous de la tête aux pieds - ou inversement ! *
    • La température doit être une douce chaleur.
    • Ralentissez le rythme cardiaque, respirez lentement :

    c'est à ce moment-là que la conscience commence à "oublier" le corps physique et à s'en détacher.

    • Efforcez-vous de ressentir une chaleur dans la région abdominale et une fraîcheur sur le front.

    Vous arrivez ainsi à l'état de conscience baptisé Alpha par le Dr Jacobson dans ses travaux.

    * Voyez Relaxations

     

    Voici un extrait de Search for God
    In Les Remèdes d'Edgar Cayce, Dr W.A. Mac Garey [1]

    [...] Si l'idéal de celui qui pratique reste à un niveau très matériel, la méditation développera une aptitude aux choses de la vie matérielle et même un amour pour celle-ci. Si l'idéal est le développement spirituel, alors cela se fera aussi. Les facultés "psi" sont seulement l'éveil des facultés du corps spirituel à travers l'activation [des 7] Centres glandulaires.

    • Il faut nettoyer le corps avec de l'eau pure, s'asseoir ou se coucher dans une position confortable.
    • Inspirer par la narine D 3 fois et exhaler par la bouche.

    Même chose ensuite avec l'autre narine.

    • Ensuite, s'aider d'un fond de musique ou d'incantation, qui aideront à se brancher sur les forces créatrices et entrer dans le « Saint des Saints »

    Cette expérience permet de "voir" (avec "l’œil intérieur") et de comprendre bien des choses.

    • On peut écouter chacun des Centres glandulaires s'ouvrir sous l'influence de la musique [2], répondre à l'influx de la force créatrice qui va se répandre dans le corps.

    C'est ainsi que la méditation, peu à peu, permet un renouvellement de nous-mêmes sur le plan physique, sur le plan mental et sur le plan spirituel.

      [1] Edgar Cayce fut l'un des pionniers de la médecine dite aujourd'hui “holistique”. Cette vision nouvelle de l'homme retrouve les sources de la médecine égyptienne antique dont les connaissances médicales furent certainement plus avancées que les nôtres. Edgar Cayce guérit des milliers de malades, dont certains avaient été déclarés incurables. Depuis sa mort, la fondation Cayce à Virginia Beach (États-Unis) conserve ses dossiers que viennent consulter des médecins du monde entier.
    Le Dr. William MacGarey, assisté de son épouse, également médecin, appliqua les méthodes d'Edgar Cayce dans sa clinique de Phoenix (Arizona). Il en fut si enthousiasmé qu'il décida d'écrire ce livre, résumant vingt ans de pratique de la médecine caycienne par une équipe pluridisciplinaire. Cet ouvrage n'est pas une étude complète du travail de Cayce - les lectures fournissent un matériau bien trop riche, bien trop divers pour cela... - mais il intéressera aussi bien les médecins que les malades, chacun, homme ou femme, désireux de bien gérer sa santé d'une façon simple et accessible. (Ci-contre, couverture de l'Édition du Rocher 2007) Voir aussi CAYCE Edgar.
     
    [2] Attention à certains rythmes de la musique Rock qui, martelant les chakra, les ouvrent de façon désastreuse aux énergies négatives extérieures.

     

     

    PRIÈRE

     

    Méditer, c'est écouter le Divin - et prier, Lui parler.

    Je vous invite à prendre connaissance de ces documents en pdf.

    Bon, je sais, il y a des "doublons", parce qu'ils proviennent de divers recueils qui traitent de sujets sensiblement différents. De plus, je n'ai pas un équipement et des outils informatiques performants pour pouvoir transformer de façon plus "jolie" mes dossiers.

    Un jour qui sait... Avec une petite prière... Bon, ne rêvons pas, pour l'instant, je fais avec (de toute façon, je n'ai pas le choix) :-/

     

     

    Épilogue

     

    LA RELAXATION COMME... OUTIL DE MÉDITATION

    2 en 1 ! Quoi de mieux que de joindre l'utile à l'agréable ? Souvent, les méthodes de relaxation invitent à l'introspection. Elles sont le moment où nous avons la possibilité de faire le point, sur la journée, une séance de Yoga, un travail délicat ou éprouvant, un apprentissage quelconque...

     

     

    LA RELAXATION COMME... RELAXATION

    La relaxation implique idéalement la complète élimination de toute tension du corps et de l'esprit ; très difficile à atteindre pour les Occidentaux, soumis au stress quasi quotidiennement.

    Comme pour tout travail, après une séance de méditation, même si celle-ci est des plus reposantes, une relaxation s'impose, ne serait-ce pour "intégrer" ce que nous avons emmagasiné.

    Couchez-vous sur le dos, sur un tapis de sol, la paume des mains tournées vers le haut. Votre corps doit être libre et ne souffrir ni du chaud / froid, ou de besoins physiologiques (sensation de douleur, faim ou soif)

    • Essayez de visualiser votre corps, en détaillant chaque organe, chaque nerf, chaque muscle.
    • Contractez fortement, en commençant par le pied gauche et en remontant chaque muscle de votre corps, puis décontractez-vous.
    • Votre négativité et votre tension se déchargent, comme de l'électricité, dans le sol.
      Vous êtes calme, reposé et vous sentez en harmonie avec votre environnement et votre corps.
      Vos pensées défilent sans que vous cherchiez à les retenir.
    • Progressivement, vous sentez que votre corps s'enfonce dans le tapis où vous êtes allongé ; laissez-vous aller.
    • Terminez l'exercice en remuant doucement, en commençant par les doigts puis le reste du corps.
    • Étirez-vous ensuite et reprenez le cours de votre journée.

    Après cet exercice, vous devriez éprouver une sensation de bien-être et de bonne humeur !
    (Ananta, 09/09/2006
    )
     

     

     

    MES PRÉFÉRÉS

    Si je vous ai proposé les exercices ci-dessus, c'est que je les apprécie, pour leur originalité, pour leur efficacité... Alors, pourquoi des "préférés" ? Tout simplement parce que ce sont eux qui me sont venus les premiers à l'esprit alors que je me préparais à composer cet article...

     

    La respiration Bhramari, au paragraphe Au-delà de la méditation, du présent article.

    "Une autre respiration de l'Abeille" : un écho puissant...

     

    Du pdf que j'ai intitulé "Se concentrer Méditer Prier", au paragraphe Ingrédients pour de bons recueillements, du présent article.

    "En toute simplicité" : de fraîches respiration et visualisation avec les chakra... (page 1)

    "Fais (respirer) ta prière !" : une surprenante respiration avec la prière... (page 5)
     et aussi Prier, au paragraphe Pratiquons... (Prière)

     

    Le "renversement de la pensée", au paragraphe Pratiquons..., du présent article.

    • "3. La conscience du MOI" : avec son idée de "pompage"...

     

    La relaxation comme... outil de méditation, au paragraphe Épilogue, du présent article.

    • "Une relaxation" : la méditation des petits bonshommes qui partent en vacances...

     

    Et vous, lesquels ont retenu votre attention ?

    Quoi qu'il en soit, bonnes pratiques !

     

    Enregistrer

    « Les 4 éléments : la TerreAjna, le troisième-Œil perçant »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 21 Juillet 2015 à 11:00

    Bel article qui balaie de nombreuses possibilités pratiques. La méditation est un bien bel outil pour accéder à la connaissance de soi et de la nature extérieure.

    2
    Mardi 21 Juillet 2015 à 16:29

    Merci Véronique. J'avais à cœur depuis un certain temps de parler de ce sujet et de "balayer", comme vous le dites, diverses façons de "vivre" une méditation. Entre ce que j'ai lu, appris et pratiqué, je voulais faire le point. C'est une sorte de synthèse, mais qui n'est pas exhaustive. En fait, il y a déjà de quoi bien travailler ;-) en attendant d'autres découvertes !

    Passez une belle journée.

    Yantra

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :