• Sankalpa, pour bien commencer l'année

    Affirmativement vôtre

    Sankalpa, pour bien commencer l'année

     

    La nouvelle année qui s’annonce est, bien souvent, pavée de bonnes intentions (pour parodier le proverbe) [1]... Vœux par ci, santé par là, bonnes résolutions aussi, avec crottes en chocolat.

    Peut-on vraiment et sérieusement sortir de cette situation, celle de l’homme ‘moderne’ qui attend bêtement béat que le ‘bonheur’ vienne à lui ? Nous sommes dans un monde de prêt-à-porter, de prêt-à-penser... pourquoi pas de ‘prêt-à-être-heureux’ ?

    J’ai, à propos de ces partisans du moindre effort (et de la recherche d’une flatterie de l’ego) deux anecdotes : la première concerne une lettre d’une lectrice à un journaliste, qui avait produit un très bon article sur un sujet sensible de l’écologie et dans les règles de l’art, s'il vous plaît, c’est-à-dire sans porter de jugement ; elle lui reprochait, justement, de ne pas avoir donné son opinion sur le sujet : « comment puis-je avoir une idée du problème et en discuter, si vous ne donnez pas votre avis ? Comment dois-je penser ? » ; la deuxième concerne un pépé qui se plaignait auprès d’un magazine de fournir des mots croisés ‘trop difficiles’ ; il voulait des grilles faciles, facilement terminées (où est le plaisir dans ce cas, je me le demande... autant faire autre chose). Car l’homme vulgaire répugne à fournir le moindre effort, prendre un cachet ou appuyer sur un bouton, c’est bien moins fatigant. Alors difficile sera le réveil ! Difficile mais pas impossible...
     

    Rassurez-vous ! Je n’ai pas l’intention de vous emmener dans les dédales d’une introspection psychanalytique ou une méditation de plusieurs jours au pain sec et à l'eau ! Juste une pratique simple, facile à utiliser et positive, pour peu que l’on s’en tienne à sa régularité.
    Je veux parler du Sankalpa (= "résolution", "souhait"), que nous pouvons appeler plus modestement, du moins au début : affirmation.

    ____________________

    [1] « L'enfer est pavé de bonnes intentions » : les meilleures dispositions d'esprit, les bonnes intentions peuvent conduire aux pires résultats. Mais ce proverbe peut aussi faire allusions aux personnes qui ont commis des crimes sous couvert de défendre un idéal (à l'image des régimes totalitaires du XXe siècle). Interprété autrement, il pourrait signifier : gardez les doigts de pieds en éventail, ne tentez surtout rien, même si vous en avez envie, car ça risquerait de vous retomber dessus. Très bon exemple pour les enfants !
    Voilà une expression qui manifeste un 'optimisme' démesuré, ne donnant que de faibles chances à certains de ceux qui sont pleins de bonne volonté. Autrement dit, si, malgré une volonté évidente de bien faire, on s'y prend comme un manche et on produit une catastrophe, on sera damné (et peut-être bien pour l'éternité). Ici, 'pavé' est une métaphore ancienne (il ne s'agit pas vraiment des pavés sous lesquels on a pu trouver la plage en 1968) pour signifier 'recouvert complètement'. Chez nous, cette expression n'est utilisée que depuis le XIXe siècle, mais elle semble avoir une longue histoire. Saint François de Sales, au XVIe siècle en cite une version latine de Saint Bernard datant du XIIe... On peut remonter encore plus loin, dans la tradition chrétienne, où il est dit que "les bonnes résolutions ne suffisent pas, sans leur réalisation, à éviter le mal et la damnation". Avec ici une nuance importante : l'absence d'exécution mène à l'enfer, alors que dans notre locution il est dit, au contraire, que c'est la (mauvaise) réalisation qui y mène (Expressio)

     

     

    Sankalpa
    le « vœu sans désir »

    C’est une étape fondamentale dans la technique du yoga-Nidrâ (détente allongée profonde) [1] [auquel elle est étroitement associée][...] nous développons le terme et la pratique du Sankalpa sous une affirmation positive que l'on se donne à soi-même, répétée 3 fois mentalement sur une rétention à poumons pleins, à deux moments précis de la séance [...]

    [1] Le yoga Nidrâ est la technique de relaxation par excellence, le fleuron du Yoga Satyananda. Elle installe en plusieurs étapes une détente progressive : de nature physique, rotation de conscience dans le corps ; énergétique ou prânique, rotation du souffle ; émotionnel, rotation dans des sensations et émotions opposées ; mental, rotation d'images rapides et voyage symbolique. Trop volumineux pour être développé ici, ce sujet sera abordé plus tard.

    Sankalpa, pour bien commencer l'année

    la Flamme du Sankalpa

     

    « C'est une graine que vous semez
    dans le lit de votre mental 
    »

    ... dit Swami Satyananda Saraswati.

    Cette graine semée par le Sankalpa va agir, œuvrer, sur notre capacité de volonté et notre clarté de pensée pour nous défaire de certains comportements négatifs.

    C'est une graine de puissance que l'on sème en soi, une graine qui va nous aider à devenir ce qu'on aimerait être et vivre, en laissant une impression dans notre mental, tout comme le fait quotidiennement toutes nos expressions.

    Il faut mettre de la conviction, de l'intensité dans le Sankalpa
    pour que cette impression soit forte et agisse au mieux

    [...] La pratique [du Sankalpa] permet de s'interroger sur ce que nous souhaitons vraiment et d'accorder le mental avec notre besoin le plus profond [...] au fil des autres séances, ce même Sankalpa va s'affiner, c'est pourquoi il est recommandé de revenir à lui plusieurs fois, pour que le mental le comprenne, l'intègre, l'accepte [...] il nous faut donc accepter de le reformuler, comme il faut accepter le temps pour construire un projet.

    Sa formulation se traduira par une phrase simple, positive, concise. Le mental alors l’enregistrera très facilement.

    Sankalpa signifie en sanskrit "parole forte"

    Une parole qui engage la pensée, l'énoncé, l’action ; la puissance du désir... Pour rendre le terme plus facilement compréhensible, Swami Satyananda l'a traduit par "résolution" ; il aime aussi à dire cette phrase étonnante

    « Tout dans la vie peut échouer, mais jamais,
    jamais, un Sankalpa répété avant et après la séance de yoga-Nidrâ
     »

    Il est dit dans la cosmogonie indienne, qu'au début il n'y avait rien et que du rien émergea un son, le Verbe. Et de cette vibration originelle naquit le mental, et du mental individuel, le désir.

    Ce désir primordial n'a sans doute que peu en commun avec tout ce que les humains appellent désir : soif inextinguible de possession, de pouvoir, d'honneurs, de savoirs. Mais demeure en chacun la volonté inconsciente, d'abord de venir à l'être et ensuite de retourner à la source. L'accompagnement inévitable de ce désir est la joie.

    C'est celle du premier matin dont parlent les Védas :

    « C'est dans la joie que naissent les créatures »

    Le Sankalpa est un vœu de réussite exaucé et forcément la joie l'accompagne.

    Le Sankalpa se réfère à notre tout premier désir qui est de venir au monde et de nous accomplir, chacun marchant au rythme de sa propre musique. Un proverbe tibétain dit :

    « Le chemin vous connaît »

    Peut-on trouver une satisfaction dans ce cheminement sans avoir pour objectif de réussir ?

    Oui, mais réussir quoi ? Sa propre vie, assurément. Même si le but ultime est le même pour tous, chacun a droit à sa trajectoire. Le Sankalpa ouvre une brèche dans la question du sens à donner à notre randonnée terrestre. Un trajet personnel, et pas forcément celui que nous soufflent nos père et mère, nos amis et la société tout entière. Le Sankalpa est une parole forte. Elle nous engage tout entier. C'est un vœu suivi d'effet, une formule énoncée joyeusement et dans la certitude de sa réalisation.

    Sankalpa émerge de l’être profond

    Il n'y a rien de plus difficile pour les gens ordinaires (je ne parle ici ni des génies, ni des grands yogis) que ceci : savoir ce que l'on veut vraiment.

    La recherche du Sankalpa va cueillir en nous le désir profond d'évolution intérieure. Dans cette quête, que de doutes et d'interrogations embarrassent le chemin ! En s'en amusant,  on pourrait dire que le premier de tous les souhaits devrait être : « Je trouve mon Sankalpa ! »

    Alors que l'autosuggestion est encore toute contaminée par la volition et plus justement le volontarisme, et donc peut déboucher sur des aboutissements dont l'être profond n'a que faire (on s'en aperçoit à l'usage), le Sankalpa, lui, vérifie sa justesse dans la durée. Il jaillit de nous comme une intuition, un éclair de connaissance.

    La mythologie grecque raconte qu'Athéna, incarnation divine de la Sagesse, est sortie tout armée du corps de Zeus, son père. Ainsi le Sankalpa, celui que nous reconnaissons comme vrai,  né de notre fonds propre, surgit dans son exacte formulation et même son intonation, sans que l'on ressente le besoin d'y changer un iota. Un déclic en nous se fait : oui c'est cela, c'est lui. Notre vrai désir est remonté des profondeurs à la lumière de la conscience.

    À partir de cette expérience initiale, de cette révélation, le Sankalpa est devenu « nôtre » et nous n'éprouverons plus ni difficulté à le répéter dans des moments privilégiés et sur de longues périodes, ni de frein à ressentir la joie qui est l'accompagnement d'une promesse tenue.

     

     

    L'équilibre
    le maître mot du yoga, le garant de la détente

    En règle générale, nous venons au Yoga lorsque nous avons perdu pied d'une façon ou d'une autre, et nous recherchons dans la pratique un moyen de retrouver la stabilité. Les techniques vont bien sûr nous y aider. Pour autant, prévenir le déséquilibre serait préférable ! Là réside le secret du Yoga, promouvoir dans sa vie quotidienne un équilibre entre des modes d'expression apparemment antinomiques : être à la fois actif et détendu ; passif et vigilant ; extraverti et conscient de soi, créatif et logique, imaginatif et réaliste, etc. Par ailleurs, l'être humain fonctionne essentiellement à trois niveaux, les instincts, les émotions et le cortex, siège du raisonnement, de l'anticipation et de l'intuition. Maintenir un état de paix suppose d'installer et de préserver une juste cohabitation entre ces facettes de la personnalité qui sont souvent en conflit.

     

     

    Conflit, donc.
    À résoudre. Comment ?

    C'est à Swami Satyananda qu'il revient d'avoir popularisé le Sankalpa
    grâce à la technique de yoga-Nidrâ

    Le yoga nous propose ses stratégies pour que l'ego accepte de trouver la clé de son accord avec le soi. La phrase du Sankalpa est cette clé. Elle est le sésame qui ouvre la porte au désir structurant.

    De ce fameux sens que chacun veut donner à sa vie, le Sankalpa est l'ambassadeur.

    Les moments opportuns pour le prononcer sont, en Yoga-Nidrâ (selon l'enseignement originel de Swami Satyananda), le début de séance en Shavâsana, après les étapes préliminaires permettant un premier niveau de détente et de réceptivité, et juste avant la sortie de séance, quand la détente est installée à tous les niveaux de l'être (nous verrons cela plus tard)
     

    • En Yoga traditionnel (ou tout autre technique spirituelle), l'entrée de séance (par exemple pendant Surya-Namaskar), ou les transitions (passage des Asânas à Prânayâma ou Dhârana) sont également propices, lorsque le mental a atteint un état méditatif.

     

     

    Saisir la chance
    du matin et du soir

    Mais à la vérité, Sankalpa peut nous accompagner chaque jour dans des moments calmes, notamment ceux où nous nous approchons du sommeil -au coucher, à l'endormissement- et ceux où nous nous en écartons -au réveil, dès le lever du lit-, considérés comme des moments propices, pour peu que l'on ait la sagesse de lâcher-prise [1] régulièrement, sans y penser, et le laisser sédimenter en nous. Chaque soir et chaque matin, nous traversons ces espace-temps, ces plus forts moments de notre existence, deux instants privilégiés de grande sensibilité, sans prêter attention à la puissance qu'ils recèlent. Ce sont pourtant des instants de transition, des passages à exploiter.

    Quand la nuit et le jour se rencontrent, les côtés nocturnes et diurnes de notre nature se chevauchent et se fondent ensemble, l'hémisphère droit et l'hémisphère gauche coopèrent pour donner naissance à une conscience souveraine. Elle est douée de puissance et nous introduit dans une contrée nouvelle. L'ignorance la propose à la masse des gens comme obscure, mais elle n'est inconnue que parce qu'elle est méconnue.

    [1] Le lâcher-prise sera vu plus tard

     

    La double répétition

    • 1ère affirmation du Sankalpa, en début de séance

    La terre dans laquelle nous plantons notre résolution, si elle n'est paspréparée, reste envahie des herbes folles et des rocailles de notre ego.

    Par exemple, le yoga-Nidrâ aplanit le terrain en élaguant les tensions physiques, émotionnelles et psychiques étape par étape. Le Sankalpa est la graine qu'on y dépose. Elle va germer. La détente préalable du yoga-Nidrâ est un moment de transition indispensable qui fait le joint entre les stimuli externes et les sensations proprio-perceptives, c'est-à-dire les sensations venues de notre corps et de notre mental. Cette étape nous permet de laisser en consigne notre valise de soucis et d'agitation.

    C'est là que se place la première affirmation du Sankalpa. Il faudra réitérer ce vœu mentalement au minimum 3 fois, soit une fois pour chaque niveau de langage : expression verbalisée, mentalisée, conscientisée, mais on peut le répéter davantage. Il envahit le champ de la conscience et va agir à l'arrière-plan du psychisme pendant toute la durée de la pratique.

      

    Le Sankalpa doit rester un secret entre vous et... vous
     

    Sankalpa, pour bien commencer l'année

    Répéter Sankalpa en visualisant sa résonance dans tout l'Être

    Sankalpa, pour bien commencer l'année

    Aum !

    • 2ème affirmation du Sankalpa en fin de séance

    Cette deuxième répétition est analogue à la première, mais elle survient dans un climat intérieur totalement modifié. Cette modification est due à l'éveil progressif des dimensions profondes de la personnalité. (On peut parler du yoga-Nidrâ comme d'un voyage organisé vers le Soi)

    La seconde répétition du Sankalpa peut alors prendre toute son ampleur et sa résonance dans un être unifié.

    Ce ne sont pas seulement les deux oreilles qui entendent la parole forte : chaque cellule, chaque fibre, tout en nous est voué à l'écoute, unanime.

     

     

    Sankalpa
    beaucoup plus que l’autosuggestion

    Ainsi, le Sankalpa est la résolution « positive » que l'on se donne à soi-même, répétée régulièrement au début et au sortir de la session de yoga-Nidrâ, au réveil et avant de se coucher, et pendant la Sadhana [1] régulière de Yoga, laps de temps consacré uniquement à soi-même...

    Il diffère de nos bonnes résolutions habituelles et ne correspond pas non plus à la technique de la pensée positive (méthode Coué) car il est implanté dans le mental profond en situation de détente, en l'absence de toute perturbation et sans le ressort de l'urgence.

    La phrase du Sankalpa est censée s'imprimer dans les strates inconscientes et énergétiques, jusqu'à laisser une empreinte suffisamment dense pour que le souhait se réalise.

    Bien entendu, il ne faut pas faire preuve de trop d'ambition ou d'orgueil, et l'on devra prendre cette pratique avec détachement, voire humour, bien qu'il y ait une réalité dans son efficience : les pensées contiennent un peu des vertus de Tamas [2] et sont donc contagieuses et solides !

    [1] La Sādhana (mot féminin) est la pratique quotidienne du Yoga. Ce terme signifie : pratique, cheminement spirituel ; exécution, réalisation, accomplissement ; acquisition, obtention. La sādhanā induit la notion d'effort pour atteindre un objectif et, dans l'usage courant, proche de la notion d'ascèse. Le Sādhanapāda, est le second chapitre des Yoga Sūtra de Patañjali traitant de la Voie de la Réalisation (Wikipédia)

    [2] Tamas est un terme sanskrit qui signifie « obscurité », « ténèbres » ; et dans la philosophie du khya : les Ténèbres, troisième qualité gude la nature, essence passive de l'ignorance et de l'inertie, tout ce qui aveugle et alourdit les êtres (Wikipédia)

    Nous sommes donc bien au-delà de l'autosuggestion qui consiste à plaquer volontairement une formule de souhait fait de l'étoffe de nos caprices et de nos lubies : l'autosuggestion ne rend pas compte de la notion de sagesse qui va de pair avec le Sankalpa.

    Au début du XXe siècle, Émile Coué, auteur de la célèbre méthode qui porte son nom, jouissait d'une immense réputation (voir aussi : Différentes disciplines, Série YogAZ). Elle n'était pas usurpée. À l'étranger son aura est grande. Son succès repose sur la découverte par Coué d'une loi très importante qu'il a ainsi énoncée :

     « Quand la volonté et l'imagination sont en conflit, c'est toujours l'imagination qui l'emporte »

    Autrement dit, pour répondre à notre authentique désir d'être nous-mêmes, il convient d'annuler la lutte entre conscient et subconscientCette loi est juste selon le yoga. Seule change la terminologie. Il faudrait dire ceci :

    quand l’intellect et l'ego s'interposent entre l’individu et son être profond, il y a conflit

    Émile Coué, pour l'usage de ses contemporains, avait donné une phrase restée célèbre :

    « Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux »

    L'avantage de cette formule, c'est son optimisme tout-terrain. Il est vrai que l'autosuggestion comme le Sankalpa ont pour point commun de s'appuyer sur la pensée positive. Mais là s'arrête la ressemblance

    Sankalpa, pour bien commencer l'année

    13 http://vaincre-timidite.net/

     

    • Le Sankalpa est une motivation profonde qui transcende la réalité de tous les autres désirs.

    L'être humain fonctionne principalement avec le pouvoir des désirs qui agissent comme une locomotive. Nous en connaissons une multitude mais nous avons aussi un « désir racine », celui qui est à l'origine de notre incarnation. Bien que cette motivation première soit difficile à mettre en lumière ou à exprimer en mots, elle existe en chacun et guide l'existence.

    La pratique du Sankalpa est l'occasion de s'interroger sur ce que nous voulons vraiment
    et de mettre le mental en phase avec ce besoin le plus profond de notre être

    • Le Sankalpa travaille sur la capacité de volonté et la clarté de pensée. La plupart du temps, nous sommes incapables de nous extraire de tel ou tel comportement, de l'emprise d'une situation ou de mettre en œuvre une discipline allant dans le sens de nos résolutions et de nos besoins profonds. Le Sankalpa se destine à développer la volonté profonde, différente d'une surimposition intellectuelle susceptible de nous lâcher à un moment ou un autre.

    Souvent, on sait très bien ce que l'on devrait faire et les changements que l'on devrait apporter aux comportements mais cette connaissance reste lettre morte et n'a aucun effet dans la vie. En devenant la force directrice de la vie, le Sankalpa va remplir ce fossé entre ce que l'on voudrait être et ce que l'on vit en réalité.

    Le Sankalpa s'exprime à travers des mots ou par une pensée, mais cest plus que cela, cest un pouvoir, une force. « C'est une graine que vous semez dans le lit de votre mental » (Swami Satyananda). Tout ce que nous pensons possède une force qui se projette dans notre être et dans l'environnement. Ce que nous exprimons, négativité et positivité, optimisme et pessimisme, joie et tristesse laisse une impression dans le mental et transmet des vibrations. Si le Sankalpa ou résolution est répété avec intensité et conviction, l'impression laissée sur le mental sera plus marquée et l'on pourra retrouver facilement cette trace ou ce canal. Le Sankalpa correspond donc au fait de semer une graine ou de construire un canal qui guidera ensuite le mental. Le Sankalpa peut être le créateur de notre destinée.

    • Le Sankalpa est un ordre conscient donné au subconscient : on se place à un niveau où le subconscient est accessible et réceptif grâce à la détente profonde sans sommeil induite par la technique du yoga-Nidrâ. La partie subconsciente enregistre et donne des impulsions pour nous aider à aller dans le sens que nous avons choisi. On utilise donc la puissance du subconscient de façon positive, alors que d'habitude, il agit contre nous lorsque nous nourrissons des pensées négatives ou quand nous essayons de changer envers et contre nous-mêmes. L'efficacité réside en cela : le subconscient enregistre un ordre et ensuite, c'est lui qui va induire une nouvelle direction dans le mental conscient, pour aller vers le but que l'on s'est fixé.

    • Le Sankalpa doit être planté en terrain favorable : c'est la détente qui permet cet enracinement. Un Sankalpa n'aura pas d'influence s'il est récité alors que le mental est perturbé ou bien quand on se sent insatisfait et malheureux. À chaque fois que l'on évoque le Sankalpa, en yoga-Nidrâ et dans certains moments privilégiés, on entretient cette graine et on lui donne la force de grandir. Pour que cette graine s’enracine, pousse et finisse par se manifester de façon naturelle dans la vie, il faut que le Sankalpa nous tienne à cœur, c'est-à-dire que nous devons le nourrir des sentiments du cœur.

    La réalisation du Sankalpa est certaine, même si nous ne savons ni quand ni comment il se réalisera. La foi que l'on met dans le Sankalpa et l'absence de doute quant à sa réalisation place la pratique bien au-delà de l'intellect. Le Sankalpa s'appuie sur les forces vives du cœur.

     

     

    Choisir
    son Sankalpa

    Comme le Sankalpa est un moyen très efficace de concrétiser des changements dans sa vie, autant choisir correctement son objectif ! Il faut que ce soit quelque chose d'important pour nous, qu'il y ait une attraction forte et durable, capable de nous motiver en profondeur. En fonction de notre sphère d’intérêts personnels, nous allons plutôt utiliser tel ou tel registre, la vérité, l'amour, la sincérité, l'illumination, la force, la connaissance, le bien-être absolu...

    Le choix du Sankalpa doit être mûri et pesé, il doit concerner des aspects profonds de l'existence et non les côtés superficiels. Le Sankalpa ne doit pas aller contre les besoins naturels du corps et / ou du mental, il faut donc éviter tout caractère suppressif dans la résolution que l'on prend.

    Il y a trois types de Sankalpa
    qui répondent à des besoins différents et peuvent se juxtaposer

    Ces types de Sankalpa ont chacun leur importance, ils répondent à différentes nécessités et peuvent se juxtaposer selon les besoins. Bien qu'il soit préconisé de ne pas changer de Sankalpa, on peut avoir une résolution à long terme et utiliser temporairement un Sankalpa à court ou à moyen terme.

    • Sankalpa à court terme, relatif à un besoin immédiat, la maladie par exemple ;

    • Sankalpa à moyen terme, correspondant plutôt à un soutien intérieur, d'ordre psychologique en général, quelque chose nous tient à cœur mais on échoue dans la mise en œuvre, cela peut être une dépendance physique ou affective, une mauvaise habitude, un comportement nuisible... ;

    • Sankalpa à long terme, qui concerne notre conception de la vie et notre aspiration spirituelle.

    La difficulté à trouver son Sankalpa est réelle

    Dans le choix du Sankalpa à long-terme, il vaut mieux éviter tout ce qui est superficiel ou extérieur, et choisir une résolution riche de sens, capable de guider toute l'existence. Mais il faut parfois du temps pour clarifier son Sankalpa car nous sommes souvent perdu dans l'ignorance de nous-mêmes et nous ne connaissons pas les données réelles qui forgent notre vie.

    Avec le Sankalpa, un choix se dessine et il doit se clarifier. Le yoga en général (dont bien sûr le yoga-Nidrâ) aident à cette détermination du Sankalpa car ils nous rapprochent de nous-mêmes. La formulation va s’affiner au fur et à mesure que l'on cerne mieux ce que l'on veut exprimer.

    Lorsque le Sankalpa a été déterminé, il faut le garder, quels que soient les résultats obtenus. La valeur du Sankalpa à long-terme ne dépend pas du terme de sa réalisation mais de la sincérité et de la conviction que nous y mettons. Le Sankalpa n’est pas de l'ordre du désir que l'on veut voir exaucé, c'est une étape et lorsque cette étape est franchie, il ne sert à rien de revenir en arrière, on doit persévérer avec le Sankalpa que l'on s'est fixé.

    • Le facteur temps compte. Un Sankalpa ne devient pas tangible et manifesté en deux jours. Cela prend du temps. On ne peut changer sa vie en une nuit et notre confusion mentale est telle que le Sankalpa peut prendre des années voire toute la vie à se réaliser. Plus on le répète souvent, avec ardeur et conviction, plus il agit.

     

     

    Formuler
    son Sankalpa
    [1]

    Cette résolution demande à coup sûr pour prendre son plein effet que certaines règles soient observées. La formulation est essentielle. Il faut affirmer clairement son aspiration et sa motivation, il faut que les mots reflètent la volonté positive qui va servir de guide et de moteur.

    La phrase doit être brève et concise, directe et simple, positive. Cela permet au mental subconscient d'enregistrer plus facilement le Sankalpa et de retrouver sa trace.

    • Éviter les énumérations, éliminer toute ambiguïté et aller à l'essentiel de l'inspiration.

    • Éviter d'être vague ou trop général.

    • Bannir les formules négatives ou comparatives (ne... pas) :

    « Je ne veux plus faire ou être telle et telle chose », « je veux faire mieux qu'un tel », « j'arrête de me mettre en colère » ou « je ne fume plus »...

    Au niveau du subconscient, l'aspect négatif de la phrase est plus fort que le sens des mots eux-mêmes. Il est donc préférable de chercher une façon positive pour formuler la même résolution ou bien trouver et exprimer le ressort positif qui va apporter le résultat voulu.

    [1] Voir plus loin Les 6 règles du Sankalpa et les affirmations (chakra)

    Voici quelques propositions de Sankalpa, mais chacun doit inventer sa propre affirmation (puis en changer) en fonction des nécessités et des souhaits intimes, pour le bien de l'Individu, et celui de tous les Êtres !

    * Je suis en parfaite santé

    * Je jouis d'une bonne santé

    * Je dors mieux

    * J'aime mon travail (mes proches... le yoga... l'hiver... l'été...)

    * Je me sens aimé

    * Je me sens utile

    * Je réussis ce que j'entreprends

    * Je suis heureux

    * Je souris à la vie

    * Je suis calme et tranquille

    * Le yoga m'apaise

    * Je pratique pour mon bien et celui de tous

    * Je suis une étincelle divine, et sans doute le plus grand de tous :

    * Que ta volonté soit faite ! (nous retrouverons ce genre de formulation dans des articles consacrés aux mantra)

    ...

    On s’en doutera, cette liste n'est pas exhaustive : les Sankalpa sont aussi variés que les individus qui cherchent à actualiser le besoin fondamental de leur être. Jusqu’à la façon de les formuler, qui correspond à la personnalité propre de chacun.

    La conviction sur la réalisation du Sankalpa, la foi et la sincérité que nous mettons dans sa répétition sont les éléments clé qui nourrissent ces moments privilégiés de répétition du Sankalpa.

    L'investissement affectif est nécessaire quand on répète le Sankalpa car l'émotion est la force la plus puissante dont nous disposons. Le Sankalpa doit être prononcé avec le cœur, non avec la bouche ou le mental. Il doit être vécu, ressenti, chargé émotionnellement, par rapport au sens et également dans le choix des mots.

     

      

    Oser en découdre
    avec « le vieil homme »

    Il arrive toujours un moment où la situation semble contredire absolument le souhait que vous avez émis. Beaucoup de personnes alors se découragent et pensent que « le Sankalpa ne marche pas ! ».

    En fait cette passe difficile, ce frein désespérant est justement la preuve que le Sankalpa a touché des zones de résistance têtues, mais prêtes à céder, si l'on persiste.

    C'est la phase de rébellion de contre-volonté. Ce que l'alchimie désigne comme « le vieil homme » en nous sort de ses gonds : il se sent menacé dans ses derniers retranchements. Il tente une dernière sortie pour nous faire battre en retraite. Surtout faites face et résistez !

    Dans la vie intérieure, le paradoxe veut que souvent d'une phase de désarroi, sorte une renaissance.

    La visualisation du désir accompli n'est pas indispensable
    L'image peut venir renforcer la parole intérieure
    Les mots seuls, répétés avec foi, sont assez puissants pour que le Sankalpa se réalise

     

    « Car la nuit la plus noire est une aube qui vient »

    ... comme le dit si bien le poète Edmond Fleg

     

    C'est tout simple. Mettez de votre côté la force de la vie. Elle ne demande de vous qu'une chose : la bonne résolution.

     

     

    En pratique

     « Le plus grand voyage commence toujours par le premier pas »

    François De La Rochefoucauld

    Je vous propose, ci-dessous, un exemple d’application du Sankalpa, ici dans le but d'équilibrer les Chakras.

    Faites cet exercice lors d'une relaxation en commençant par le Chakra-racine (la base) et "remontez" en passant en revue tous ces centres énergétiques en évoquant leur couleur, fonction, situation... et l'affirmation associée. Faites le chemin inverse, en prenant soin de passer autant de temps sur chacun des Chakras.

    Lisez, relisez, faites-vous lire, ressentez les affirmations associées ; l'une d'elles vous "touchera" peut-être plus particulièrement. 

    Vous pouvez ainsi l'utiliser et l'intégrer dans votre Sankalpa ; vous pouvez aussi modifier la formulation pour qu'elle vous soit plus "parlante" encore.

    Il ne s'agit donc pas de "choisir" telle affirmation, comme on le ferait sur un catalogue de vente, mais de ressentir ce que cette phrase, qui peut paraître de prime abord infantile, maladroite, obscure ou mal construite, signifie pour vous au plus profond de votre être.

    C'est cette "résonance" qui fait la différence ; formulée ainsi, on peut dire que la petite phrase du Sankalpa est assimilable aux mantras.

     

    Les méditations autour des centres d’énergie sont légion et nous en retrouverons le moment venu, ainsi que les mantras.

     

    Sankalpa, pour bien commencer l'année

     
     

    Sankalpa, pour bien commencer l'année

     

     

    Le Chemin de Vie
    ou la Légende personnelle

    &

    Sankalpa en résumé

    Pour terminer, en cette période hivernale propice à la réflexion, je veux vous faire part d’un extrait du livre de Michel Odoul "Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi"
    (Quelques données philosophiques - Albin-Michel 2002) 

    « Il existe une Force qui veut que vous réalisiez votre légende personnelle.
    Réaliser votre destinée est votre seule obligation » ~ Paolo Coelho

    Sankalpa, pour bien commencer l'année 

    « Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même » ~ Confucius

     

    Puis quelques rappels sur la pratique du Sankalpa qui résument ce que je viens d'exposer.

     

    À NOTER : tout ça dans le pdf ci-dessous. Excusez sa qualité, mais après des déboires rencontrés dernièrement avec les images (disparitions et liens rompus, affichages et enregistrements impossibles, etc.), j'ai décidé de grouper ces documents sous ce format, quelques bugs résiduels persistant ici et là dans le blog. Cependant, aux dernières nouvelles, il semblerait que presque tout soit rétabli. Tant pis, je laisse le pdf, je ne veux pas avoir fait ce travail pour rien (01/11/2015) :-/

    >>>

     

    _____________________________________________________________________________________

     

    Sources

    - Yoga et relaxation, Swami Brahmatattwa et Swami Devanath. Centre de Yoga de l'Aube, 10210 Chesley.

    - Association Gyana (mise à jour 18/06/10)

    - NataYoga Publié dans yoga-Nidrâ Communauté : Hatha Yoga.

    - Sankalpa, le vœu sans désir [http://www.yoga-enfants-adultes.com/article-sankalpa-le-voeu-sans-desir-114653440.html] mercredi 23 janvier 2013

    Micheline Flak (spécialiste de l'œuvre du philosophe Henry-David Thoreau, professeur de yoga, traductrice de nombreux ouvrages de Satyananda, conférencière et fondatrice du RYE -Recherche sur le Yoga dans l'Éducation- ; à l'origine, en 1973, de la première expérience de yoga à l'école). Dossier de Santé-Yoga (mars 2003 • n° 27)

     

    « Les Oiseaux par monts et par vauxRespirations fondamentales »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :