• ☯ Une lamentable histoire

    Page créée le 18 mai 2019

    Le préfet et le vigneron

    « Si la Fontaine était en vie, je suis sûr qu’il aurait fait une Fable de cette lamentable histoire [décrite plus bas]. Mais puisqu’il n’est plus de ce monde, je n’ai que ma plume pour l’imiter.

    Vigreron "bio" en danger

    Illustration accompagnant la pétition
    Défense de l’agriculture biologique : Vigneron ''bio'' en danger

     

    Un vigneron travaillait de ses mains,
    La terre avec amour, le vin avec entrain.

    Tout était naturel, sans chimie ni « machin ».
    Le nectar était « bio », et son goût…divin.

    Partout on le voulait, partout on le buvait…
    Nulle part sur la Terre quiconque s’en plaignait.

    Mais un préfet passa par là, qui dit : « QUOI ! »
    « Pas de pesticides, pas de sulfites ?! Mais qu’est-ce qu’un vin sans tout ça? »

    « Et cette acidité…nom de nom ! »
    « C’est peut-être goûtu, mais…Ce n’est pas une raison ! »

    « Vous passez la limite, à moi la garnison !
    « Mettez le vin sous scellé, et l’homme en prison »

    Ainsi notre vigneron se vit amputé
    Du fruit de son labeur, du produit tant aimé !

    Et du crime qu’il « faisait » BIO
    Devrait-il répondre devant les tribunaux.

    Alors toi qui aimes la terre, et le travail bien fait
    Ne reste pas là, les bras sagement croisés

    Signe au bas de ce message, de ton nom courroucé
    Le soutien à cet homme, le cri au préfet.

    Car nul n’est indigne qui prend soin de la terre
    Et tous nous indignent, qui prétendent le contraire. »

     

    D'après La Lettre de Directe Santé du 18 mai 2019 par Gabriel Combris

     

    ----------

    Du n’importe quoi !!!

    « Et je pèse mes mots : La préfecture d’Indre-et Loire a pris le 12 avril denier [2019] un « arrêté d’urgence », exigeant la destruction d’un lot de 2 078 bouteilles de vin bio… de première qualité. 1

    Vous avez bien lu. Les pouvoirs publics reprochent au vigneron Sébastien David de produire un vin, excellent certes, mais qui a un taux d’acidité un « tout petit peu supérieur à la norme » (21,8 meq/l (milliéquivalent par litre) au lieu du maximum de 20 meq/l autorisé.

    D’abord, il faut savoir que cela ne pose pas le moindre problème de santé. Au contraire, c’est même le signe que ce vin ne contient pas de produits nocifs.

    Car savez-vous ce qu’il faut faire pour faire baisser l’acidité du vin ? Ajouter les fameux sulfites (dioxyde de soufre) !!! - Voir aussi Ingrédients à éviter

    Or, comme l’explique Christophe Lavelle, chercheur au CNRS, « une consommation élevée de soufre peut être un problème : ça va du mal de crâne aux réactions allergiques ».

    Voilà pourquoi les vins "bio" sont un peu plus acides que les autres : c’est qu’ils sont plus respectueux de la santé des consommateurs… mais aussi du caractère propre des vins ! 2

    Et il y a plus aberrant... la situation devint totalement absurde lorsqu’on apprit que les techniciens du laboratoire, qui ont mesuré le taux d’acidité, reconnurent qu’ils avaient déjà « mal utilisé leur appareil ».

    En résumé

    … Un risque sanitaire de ZÉRO !

    … Une mesure qui a de fortes probabilités d’être APPROXIMATIVE !!

    … Et malgré cela, un préfet qui veut mettre à terre un vigneron. Coûte que coûte… 

    Parce que le règlement, c’est le règlement

    Si la justice confirme l’obligation de détruire ce lot de bouteilles, l’exploitation bio de Sébastien David ne pourra pas se relever, fin de l’histoire, après 20 ans de travail et de passion. 

    C’est absurde, c’est injuste, c’est idiot

    Comment peut-on affirmer qu’on veut encourager une viticulture plus responsable et s’acharner avec autant de bêtise sur un VRAI amoureux de la terre et du travail bien fait ?

    Devant cette situation délirante, des initiatives qui ont heureusement été prises, pour faire entendre une autre voix dans l’attente d’un jugement définitif. »

     

    D'après La Lettre de Directe Santé du 18 mai 2019 par Gabriel Combris

    Tous les articles de Directe Santé

     

    ----------

    Sources

    [1] Sursis et espoir pour les bouteilles de vin bio (France bleu)

    [2] Les sulfites dans le vin : amis ou ennemis ? (Au comptoir des vins)

     

    Document

    Voir le pdf de Yantra, Vignobles

     

     

     

    haut de page