• VEIL Simone (1927-2017)

    Page créée le 06 juillet 2017

    Simone Veil

    Simone Veil est décédée le vendredi 30 juin 2017 à l'âge de 89 ans. Elle aurait eu 90 ans le 13 juillet 2017...

    Kaddish 

    Valery Hache/AFP/

    Ancienne déportée à Auschwitz, icône "féministe" [1] ayant ouvert une "loi sur l'avortement" [2] en France, femme politique emblématique du XXe siècle... par bien des aspects, Simone Veil aura marqué son époque.

    {1] « Son fait d'armes, en tant que ministre, fut bien sûr l'adoption en 1975 de la loi sur l'interruption volontaire de grossesse, avec l'aide de Jacques Chirac et de la gauche. À la suite de ce combat passionné, elle devint une icône pour beaucoup de femmes, allant jusqu'à se qualifier plus tard de "féministe" » (lepoint.fr)

    « Simone Veil était une féministe, bien sûr, mais aussi une femme de son temps. À l’époque où elle fait de la politique les débats sur le genre n’ont pas encore commencé : si le concept est né aux États-Unis dans les années 1960, les études de genre ne se développent en France que dans les années 1990, et elles restent longtemps cantonnées aux milieux universitaires » (lemonde.fr)

    [2] Si la loi « n’interdit plus, elle ne crée aucun droit à l’avortement »

    « Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes. C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame. C’est pourquoi, si le projet qui vous est présenté tient compte de la situation de fait existante, s’il admet la possibilité d’une interruption de grossesse, c’est pour la contrôler et, autant que possible, en dissuader la femme ».

    « Je le dis avec toute ma conviction : l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue. »

    « faire prendre conscience (…) de ce qu’il ne s’agit pas d’un acte normal ou banal, mais d’une décision grave qui ne peut être prise sans en avoir pesé les conséquences et qu’il convient d’éviter à tout prix ».

    Simone Veil insistait sur le fait que l’interruption de grossesse est un acte « que la société tolère mais qu’elle ne saurait ni prendre en charge ni encourager ».

    L'interruption de grossesse doit être « contrôlée et rester une exception, l'ultime recours. Il faut encourager la contraception par tous les moyens ».

    Les extraits de ces citations proviennent du discours de Simone Veil à l’Assemblée nationale le 26 novembre 1974, rapporté par le Journal officiel du 27 novembre 1974.

    Personnellement, je savais bien que Simone Veil n'était pas pour l'avortement "de confort". Qu'elle était une "féministe" intelligente, juste ce qu'il faut, "une femme de son temps", ce qui ne veut pas dire "rétrograde" ou "réac"... Les débordements actuels avec ces histoires de "genre", de PMA, GPA... ne sont pas nécessairement synonymes de "progrès" social ou autre. Je les vois au contraire comme une déchéance du comportement humain. Je ne sais ce qu'aurait pensé Simone Veil des débats et lois qui grandissent sur ces sujets, mais je crains fort qu'elle doit (déjà !) se retourner dans sa tombe... (voir Et Simone n'a pas parlé)

     

    Simone Veil au Panthéon

    Les obsèques de Simone Veil ont eu lieu le mercredi 05 juillet ; elle ira reposer au Panthéon (pétition) son mari (Antoine Veil, décédé en 2013 à 86 ans) à ses côtés : si l'ancienne ministre de la Santé y doit son entrée à son action dans la vie politique française, son mari l'accompagnera en raison de son statut conjugal. Cette grande figure de la vie politique sera ainsi la cinquième femme à reposer au Panthéon [3]

    [3] « Évidemment que ce n'est que justice que Simone Veil entre au Panthéon, par delà son œuvre, pour le symbole qu'elle représente, femme et juive déportée à Auschwitz.

    Concernant l'œuvre, j'aurais préféré que ce soit l'autre Simone Weil qui entre au Panthéon, afin que les gens redécouvrent l'œuvre de cette immense philosophe.

    VEIL Simone (1927-2017)

    Simone Weil fait le constat d'un profond déracinement de la France. Les causes essentielles en sont le matérialisme et le manque d'éducation. Le déracinement est une grave défaillance sociale et une dramatique déchéance morale qui débouche sur l'irresponsabilité et l'idolâtrie. Ce sont les sources du totalitarisme. Simone Weil incite à retenir les leçons de l'histoire. Elle souligne que :

    "L’enracinement est peut-être le besoin le plus important et le plus méconnu de l’âme humaine. C’est un des plus difficiles à définir. Un être humain a une racine par sa participation réelle, active et naturelle à l’existence d’une collectivité qui conserve vivants certains trésors du passé et certains pressentiments d’avenir. […] Chaque être humain a besoin d’avoir de multiples racines. Il a besoin de recevoir la presque totalité de sa vie morale, intellectuelle, spirituelle, par l’intermédiaire des milieux dont il fait naturellement partie". »

    (Commentaire de , le 06/07/17)

    Quand Emmanuel Macron cite Simone Weil…

     

    Hommages

    La cérémonie d’hommage à Simone Veil, ce 05 juillet 2017 dans la cour d’honneur des Invalides à Paris, a réuni la quasi-intégralité de la classe politique, soit quelque 700 invités.

    Absent de marque, Jacques Chirac n'y a pas assisté en raison de sa santé déclinante, l'affaiblissant et réduisant très fortement sa mobilité. Seule, son épouse, Bernadette Chirac, y a fait sa première apparition publique depuis huit mois, très fatiguée elle aussi.

    L’ancien président de la République Jacques Chirac, âgé aujourd’hui de 84 ans, à qui Simone Veil devait ses premiers pas en politique, avait aussi fait de l’ancienne déportée sa ministre de la Santé lorsqu’il était le Premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing.

    Par la suite, bien qu’ils se soient opposés politiquement, un lien puissant les liait. Celui du respect : adversaires, mais humainement proches. Au point qu’en privé, Jacques Chirac la surnommait « poussinette » et de la décrire dans ses Mémoires comme  une

    « personnalité d’exception, d’une parfaite intégrité morale et politique »

    Pour Simone Veil, Jacques Chirac était quant à lui « convivial, chaleureux, œcuménique et sectaire, peut-être porteur d'un regret de ne pas être de gauche, bref, séduisant. », comme on peut le lire dans les Mémoires de l’ancienne ministre de la Santé publiées en 2007.

     

    Le kaddish, qu'est-ce ce que c'est ?

    Rozenn Cozanet, le 05 juillet 2017

    À l'occasion du décès de Simone Veil, ses deux fils vont réciter le kaddish, la prière juive des endeuillés.

    Très présent dans la tradition hébraïque et dans la liturgie des morts, qu'il entoure, le kaddish est l’une des prières juives les plus connues, qui accompagne dans la vie quotidienne. Que comprendre de ce texte intimement lié à l’histoire du peuple d’Israël ?

    Une prière de consolation

    À l’origine, dans cette prière, rien ne parle de la mort. Kaddish, de l’hébreu קדיש (qaddish), signifie « sanctification ». C’est une louange du nom de Dieu, constituée de passages de la Bible. On y trouve des extraits des psaumes, des livres de Daniel et de Job.

    Vieille de milliers d’années, cette prière est étroitement liée à l’histoire du peuple juif. Sa composition remonte probablement à l’époque du second Temple, lorsque la Judée était sous domination romaine. On trouve dans la dernière partie du kaddish une invocation à la paix pour Israël.

    La tradition rapporte qu’après la destruction du Temple de Jérusalem, en l'an 70, le peuple juif en exode la récitait comme signe de son espérance en Dieu. Le kaddish est récité ou chanté en araméen, la langue parlée par les Hébreux.

    « Le latin est adapté à la guerre, la langue du pays d’accueil aux cantiques, l’hébreu aux discussions et l’araméen aux lamentations »

    explique le Talmud de Jérusalem.

    C’est une prière composée initialement pour marquer les différentes étapes dans la liturgie : clore un commentaire de la Bible, ou encore à la fin de l’office. Le site du Consistoire de France souligne qu’il

    « devient une sorte de station où tous les fidèles se rassemblent, lorsque attentifs aux mots du ministre officiant, ils répondent à l’unisson “Amen” ».

    Une prière pour accompagner le deuil

    De nombreuses versions sont venues varier ce texte originel, dont la plus connue est le Kaddish Yatom, la prière des orphelins. Dans la tradition juive, c’est aux enfants de la personne défunte de le réciter pour le salut de l’âme de leur parent mort, tous les jours durant la période du deuil – c’est-à-dire douze mois, tandis que les personnes extérieures à la famille ne le récitent que trente jours.

    Dans ce cas, le kaddish

    « est une glorification et une sanctification du nom divin, qui exprime malgré la douleur de la perte, la confiance en Son jugement de vérité et l’attente sincère d’assister à la proclamation de Sa royauté ici-bas »

    peut-on lire encore sur le site du Consistoire.

    Lorsque Jésus apprend à ses disciples la prière du Notre Père, « Avinou shebashamayim », il s’inspire de ce texte important pour le peuple juif.

    Que ton Grand Nom soit glorifié

    Voici une traduction du kaddish

    Que ton Grand Nom soit glorifié et sanctifié dans le monde qu’il a créé selon sa volonté,
    et puisse-t-il établir son règne, faire fleurir son salut, et hâter le temps de ton Messie,
    de votre vivant et de vos jours et des jours de toute la maison d’Israël,
    dès que possible et dites : amen !
    Puisse son Grand Nom être béni à jamais et dans tous les temps des mondes,
    béni et loué et glorifié et exalté,
    et élevé et vénéré et élevé et loué soit le Nom du Saint, béni soit-il,
    au-dessus de toutes les bénédictions et cantiques et louanges et consolations
    proclamés dans le monde, et dites : amen !
    Qu’une grande paix venant du Ciel, ainsi qu’une bonne vie, et la satiété, et le salut, et le réconfort et la sauvegarde, et la rédemption et le pardon et l’expiation, et le soulagement et la délivrance nous soient accordées à nous et à tout Israël, et dites : amen !
    Que celui qui fait régner la paix dans les sphères célestes l’étende, dans sa miséricorde, parmi nous et dans tout Israël, et dites : amen !

     

     

     

    haut de page