• Petit lexique à l’œil

     

    L’œil est complexe.

    Il possède non seulement de nombreuses parties petites et délicates mais aussi, comme tous les organes sensoriels, il est doué d'une faculté particulière : pour lui, c'est la vue.

    Voir l'article Yeux aux petits soins

    Et aussi les pages Œil : troubles et maladies - Œil : les nutriments
    Horloge des yeux et autres mouvements - Œil : une mémoire photographique

     

    Généralités

    Pour commencer, je vous propose un petit "vrai ou faux ?" de Blog Nutrilife : Ouvrez l’œil !

    Le texte Pourquoi pleurons-nous ? (pdf)  de "La Lettre Santé Nature Innovation".

    La Méditation des larmes de Méditation-France.com (archives 2006), même si nous nous éloignons quelque peu du sujet ;-)

    Et voyez plus bas : D'où viennent les larmes ?

     

    Brève anatomie

    J'ai laissé la part belle aux schémas et évité les blablas fastidieux, sauf en cas de nécessité.
    Il s'agit d'y "voir un peu plus clair" afin de comprendre les problèmes (maladies, accidents) qui peuvent affecter les yeux et les soins et exercices qui peuvent les résoudre (ou du moins les atténuer)

    Accommodation. Voir plus bas à Cristallin et la page Accommodation
    Chroroïde L’une des couches de la paroi du globe oculaire, située entre la sclérotique à l’extérieur et la rétine à l’intérieur. C’est une couche richement vascularisée qui assure la nutrition de l’iris et des photorécepteurs rétiniens.
    Avec le corps ciliaire et l’iris, la choroïde forme l’uvée.
    Sa structure lui assure une double fonction : d’une part, elle forme un écran qui maintient l’intérieur de l’œil en chambre noire, d’autre part, elle le protège du point de vue thermique, empêchant le passage d’une grande partie des rayonnements extérieurs.
    Voir le deuxième schéma ci-dessous et la page Œil : troubles et maladies (glaucome)
    Clignements. Depuis plusieurs décennies déjà, on savait que le clignement des yeux servait à  
      nettoyer l’œil de la poussière et d’autres particules microscopiques.
    Mais pour 15 à 20 battements de cils par minute, certains scientifiques ont commencé à se rendre compte que cet acte inconscient avait une autre fonction, peut-être plus essentielle...

    ... voir la suite ici
    et plus bas : Larmes (Pourquoi cligner des paupières ?)
    et aussi Yeux : ça les regarde !
    (Clins d'yeux)
    Conjonctive   Voir l'article Yeux aux petits soins (2) et (3) (Blessures et brûlures)
    Cornée Voir les deux schémas ci-dessous et l'article Yeux aux petits soins (3) (Blessures et brûlures)
    Corps vitré Gel remplissant la chambre postérieure de l’œil, c’est-à-dire la partie la plus volumineuse du globe oculaire.
    Voir le deuxième schéma ci-dessous et la page Œil : troubles et maladies (glaucome)
    Cristallin Lentille biconvexe de l'œil qui concentre les rayons lumineux sur la rétine.
    En modifiant son angle de courbure, sous l'action des muscles ciliaires, une image nette peut se former sur la rétine même si l'objet est proche de l'œil. C'est le phénomène d'accommodation (voir la page)
    Voir les deux schémas ci-dessous et la page Œil : troubles et maladies (glaucome)
    Épithélium pigmentaire. La rétine (voir), membrane très mince et transparente, est en contact  
      par sa face arrière avec la choroïde (voir), grâce à un tissu appelé épithélium pigmentaire, couche de cellules constituée de bâtonnets et de cônes, qui assure l’irrigation des cellules photo réceptrices constituant la rétine. 
    Fovéa Région centrale de la macula et constituée uniquement de cellules en cônes.
    Elle est responsable de la vue la plus fine.

    Voir les deux schémas suivants et la page Œil : troubles et maladies (glaucome)



    Humeur aqueuse... Voir la page Œil : troubles et maladies (glaucome)
    Larmes
    Cliquez sur le dessin pour plus de précisions
    Voir plus haut : Pourquoi pleurons-nous ? et Clignements
    Macula (lutea) Couche interne de l’œil de ½ à 1 mm de ∅, elle se trouve au pôle postérieur et au centre de la rétine.
    Elle est constituée de millions de cellules qui aident à produire l’acuité visuelle nécessaire à lecture et perception claire des objets (l’image est transformée en un signal secondairement interprété par le corps cérébral). L’intensité de sa pigmentation jaune a été utilisée pour mesurer l’état de santé oculaire.
    Également appelée "tache jaune", la couleur jaune-rouge intense de la macula est due à sa forte concentration en lutéine-zéaxanthine * : adopter un régime alimentaire riche en ces 2 nutriments peut aider à renforcer la pigmentation de la macula (et protéger l’œil tout entier)
    + antioxydants : Vit. A C E, zinc, sélénium, lycopène (tomate) -voir -, carotte, myrtille…
    Tabac, alcool, expositions au soleil, cumulés sur toute une vie, ont des effets destructeurs sur la densité maculaire : résistance réduite face aux ravages des radicaux libres.
    * Voir la page Œil : les nutriments (Lexique nutritif)
    Voir le premier schéma ci-dessus (Fovéa)

    Voir la page Œil : troubles et maladies (DMLA, Manifestations oculaires)
    Voir l'article Yeux aux petits soins (3) (Brûlure par exposition - L'oxygène et la lumière)
    Rétine L'organe sensible de la vision.
    D'origine diencéphalique, elle est une mince membrane pluri-stratifiée d'environ 0,5 mm d'épaisseur tapissant environ 75 % de la face interne du globe oculaire et intercalée entre l'humeur vitrée -sa face antérieure est en contact direct avec le corps vitré (voir)- et l'épithélium pigmentaire (voir) sous-choroïdal (voir choroïde).
    Elle contient les cellules permettant aux rayons lumineux d’être captés puis transformés en influx nerveux pour gagner le cerveau.
    Sa partie sensible à la lumière se compose de photorécepteurs : environ 5 millions de cônesvision diurne et colorée– et ~120 millions de bâtonnetsvision crépusculaire et nocturne en noir et blanc–, qui captent les signaux lumineux (photons) et les transforment en signaux électro-chimiques.
    Rétinographie
    Elle se compose aussi de neurones qui à leur tour intègrent ces signaux chimiques –neurotransmetteurs– en signaux électriques à l'origine de potentiels d'action mais aussi de cellules gliales *.
    Ces potentiels d'action générés par les cellules ganglionnaires seront acheminés par les nerfs optiques vers l'encéphale…
    La rétine est vascularisée par l'artère et la veine centrales dites "de la rétine".
    Voir les deux schémas ci-dessus et l'article Yeux aux petits soins (3)

    *
    Les cellules gliales (du grec γλία - glia, "la colle") se situent dans le système nerveux.
    Elles entourent les neurones, participent au contrôle de l'environnement chimique et électrique en leur fournissant des nutriments et l'oxygène (un rôle de soutien et de protection du tissu nerveux), éliminent leurs déchets (cellules mortes), combattent les pathogènes (défense immunitaire).
    Ces cellules produisent la myéline, une substance qui sert d'isolation des fibres nerveuses (l'altération de la production de myéline engendre par exemple la sclérose en plaques) et permet une transmission plus rapide du signal électrique. Elles assurent également le maintien de l'homéostasie.
    Cellules gliales
    vues au microscope par
    coloration de Golgi © Diberri, Wikipédia DP

    Les cellules gliales représentent environ 50 % du volume cérébral (1) et au plus 50% des cellules du cerveau (2). Il y aurait approximativement autant de neurones que de cellules gliales dans notre système nerveux, soit environ 100 milliards.
    Il existe deux types de cellules gliales : la macroglie, qui comprend des cellules comme les astrocytes ou les oligodendrocytes ; la microglie, composée de macrophages.
    Notes
    (1) Sommeil : des cellules étoilées en sont la clé par Marie-Catherine Mérat, Science et Vie n°1100, mai 2009, p.105 -  (2)  (en) Frederico A.C. Azevedo, "Equal Numbers of Neuronal and Nonneuronal Cells Make the Human Brain an Isometrically Scaled-Up Primate Brain", The Journal of Comparative -
    Sources Wikipédia et Futura-sciences
    Sclérotique . Voir le deuxième schéma ci-dessus (Humeur aqueuse...)
    Structures annexes
    Voir la fiche Horloge des yeux et autres mouvements (Mouvements de balancier et les autres)
    Uvée La paroi du globe oculaire est formée de 3 tuniques :
    1. la tunique fibreuse 2. la tunique uvéale 3. la tunique nerveuse.
    L'uvée est une membrane intermédiaire, située entre la sclérotique (enveloppe externe de l'œil) et la rétine, vascularisée et permettant de nourrir l'œil, comprenant l'iris, le corps ciliaire (élément anatomique auquel sont reliés les ligaments retenant le cristallin), et la choroïde.
    L'uvéite (voir la page Œil : troubles et maladies) est l'inflammation de cette membrane, associée ou pas à une inflammation du nerf optique (névrite optique) ou à une inflammation de la rétine (rétinite).
    La mélanine * est fortement concentrée dans le tissu (ou membrane) uvéal(e) et l'épithélium pigmentaire rétinien et de l'iris (et aussi dans cheveux, poils, épiderme...)

    * La mélanine fait partie des principaux pigments, de couleur foncée (du noir jusqu’au brun tirant sur le rouge), fabriqué par les cellules de la peau à laquelle elle donne sa coloration plus ou moins foncée.
    Elle est fabriquée par les mélanocytes, des cellules situées dans la partie profonde de l'épiderme, juste au contact de la membrane basale sur laquelle l'épiderme repose et qui le sépare du derme.
    La quantité de mélanine chez un individu dépend de plusieurs facteurs comme l’hérédité, le taux d’hormones ou certaines maladies (ex : Albinos).
    Son rôle est entre autres d'aider la peau à se protéger des rayons ultraviolets du soleil, qui accentuent le processus de vieillissement et celui du cancer de la peau.
    Au cours du vieillissement, ces pigments de mélanine semblent perdre progressivement leur propriété. Sur ce point, les scientifiques ne sont pas tous d’accord. Pour certains, le nombre de pigments irait en diminuant au fur et à mesure du vieillissement. Pour d’autres, il s’agirait d’un problème de distribution de ces pigments dans la peau, ce qui expliquerait l’apparition des taches dites de vieillesse.

     

    Illusions...

     

    Les mécanismes de la vue et la perception des couleurs, complexes, compliqués... nous emmèneraient trop loin et surtout nous embrouilleraient (et pas que la vue !)

     
      Modèle optique de l’œil
      La perception des couleurs par l’œil... Bizarre, non ?

     

    Je vous livre cependant quelques articles intéressant les illusions d'optique

     

    Vérifiez si votre cerveau est toujours en activité. Les illusions d’optique ne servent pas qu’à nous divertir ou à nous retourner le cerveau ! (DGS 06/09/2013)

    L’illusion de la disparition d’objets en mouvement : dysfonctionnement de notre cerveau ou secret de l’évolution ? La vue est un sens que les chercheurs ne comprennent pas totalement et recèle encore beaucoup de secrets. Parmi ceux-là, celui de la cécité induite par le mouvement. (DGS 31/10/2013)

    Illusions d'optique (Optical Illusions 13/02/2014) (format pps). Ne faites pas attention aux fautes, mais profitez du spectacle !

     

    Et un lien vers la page sur le tachistoscope et les jouets optiques.

    Dans un genre un peu différent, voir Gigeoju : L’œil dans la lecture 

     

    Nous en reverrons d'autres, des trucs à voir... En attendant, je vous dis "Au revoir".

    ____________________

    Voir

    les articles dans "Yogāyur"

    les pages

    les fiches "yeux"

    des fiches diverses

     

     

     
    « Yeux aux petits soinsYeux : exercices choisis »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :