• 2-Arbres (pouvoir thérapeutique)

    Page mise à jour en mai 2020

    Le pouvoir thérapeutique des Arbres

    2-Arbres (pouvoir thérapeutique)

    Arbre, lumière et oxygène

    « Chaque goutte de sève contient la plénitude de l'arbre entier. »

    Maharishi Mahesh, yogi

    Un article de Florence LAPORTE, guide Nature (Lettre d'octobre 2015)

     

    Les arbres sont tous reliés

    Dans un article (Connaissez-vous la sylvothérapie ou le pouvoir thérapeutique des arbres ? 14 septembre 2015) [Florence Laporte a] évoqué le pouvoir thérapeutique des arbres et de la forêt et les différents bienfaits dont nous bénéficions lors d’une balade en forêt.

    C’est la « sylvothérapie » de plus en plus reconnue par les scientifiques. Dans cette manière d’aborder les choses, on constate les effets de la forêt en général sur notre santé et notre bien-être physique, émotionnel et énergétique. C’est déjà un grand pas en avant mais cela peut sembler bien insuffisant comparativement aux connaissances des peuples anciens. Les Celtes, et surtout leurs Druides, savaient bien qu’une promenade en forêt de hêtres, ne produit pas les mêmes effets que dans une forêt de pins ou de chênes…

    Il est maintenant prouvé que tous les arbres sont reliés, notamment par leurs racines entremêlées les unes dans les autres et leur symbiose avec les champignons. Ce réseau végétal permet aux arbres de communiquer entre eux.

    Tout en tenant compte de cette « symbiose », il ne faut tout de même pas oublier que les arbres ont chacun leur identité et leur « personnalité ». Chaque arbre possède une énergie qui lui est propre et des qualités particulières à nous transmettre. Ainsi, chaque arbre éveillera en nous un aspect différent de notre potentiel de guérison.

    En termes de communication, les arbres émettent également divers signaux comme des courants électriques ou des substances chimiques. Les plus spectaculaires sont sans doute les messages d’alertes, lors d’attaques de chenilles défoliatrices par exemple. Les réseaux racinaires et mycorhiziens sont les lieux d’échanges de carbone, d’eau, de phosphore, d’azote et autre minéraux mais aussi probablement d’autres signaux d’alerte. Tous ces champs de recherches sont en plein essor et beau-coup de ces phénomènes font l’objet d’études en laboratoire. Reste à présent aux forestiers à être curieux de ces sujets de biologie végétale de pointe et à s’interroger sur les définitions de l’intelligence et de la sensibilité.

    "Archives ouvertes" 21/02/2019 (pdf)

    Vidéo. "Arbres maîtres, arbres guérisseurs"

    [https://www.youtube.com/watch?v=ApJnpCrkd-Q]

    Dans le cadre de la présentation du stage "Arbres maîtres et traditions celtiques" (du 26 octobre 2015) 

    Dans les traditions, les arbres sont des frères, des compagnons de route. Ils jalonnent notre chemin d'évolution, nous aident à nous recentrer dans notre cœur et à retrouver notre paix intérieure. En apprenant à les découvrir et à les aimer, c'est nous-mêmes que nous guérissons !

    La marche sous les arbres, en forêt ou dans un petit bois, si vous avez la chance d'en disposer près de chez vous, est salutaire. En effet, les arbres sécrètent une substance antiseptique (voire antivirale ?) qui permettrait de soulager les maux de tête.

    Marche afghane et la respiration qui va avec. Pour mieux oxygéner le cerveau, "détendre" et "désenflammer" la tête en cas de maux, pratiquez, en marchant dans un parc, sur la plage, etc., le rythme suivant :  3 / 1 / 3 / 1

    3 pas : inspirez

    1 pas : retenez

    3 pas : expirez, soufflez

    1 pas : retenez

    Et ainsi de suite.

    1 à 3 minutes de méditation en portant l'attention sur l'entrée d'air dans les narines, lors d'une marche "méditative" n'est pas négligeable non plus.

    Lu dans Maux de tête soulagés naturellement

     

    Question de bon sens !

    Mettre tous les arbres dans le même panier, d’un point de vue thérapeutique, reviendrait presque à imaginer qu’un menuisier ou un ébéniste pourrait prendre n’importe quel arbre pour faire des meubles, des portes, des charpentes, de la sculpture, des objets de décoration, sous prétexte que c’est du bois ! Or, chacun sait que le bois de certains arbres résiste mieux aux intempéries alors que d’autres seront plus adaptés à la menuiserie d’intérieur, que le bois peut être souple ou rigide, tendre ou solide, flexible ou cassant. Certains flambent vite et laissent très peu de braises alors que d’autres se consument lentement. De même, ils n’ont pas tous la même résistance mécanique, la même densité...

    Les exemples ne manquent pas pour comprendre que chaque arbre est différent dans sa matière, mais aussi dans son énergie. C’est justement par sa matière que l’arbre nous donne des indications sur les qualités qu’il est à même de nous transmettre à condition de savoir observer et ressentir !

    Par exemple, le bois de frêne est flexible tout en étant solide, il a une grande élasticité et une grande résistance à la compression et aux chocs. Or, sur le plan physique, les feuilles de frêne en infusion, sont connues pour entretenir la souplesse et la bonne santé des articulations. Et sur le plan émotionnel ou énergétique, le frêne nous aide à assouplir nos rigidités…

    2-Arbres (pouvoir thérapeutique)

     

    Doit-on croire à la « théorie des signatures » ?

    La fameuse loi des signatures, vieille comme le monde et reprise par Paracelse, s’appuie sur le fait que la couleur, la forme, l’odeur, la texture d’une plante ou d’un arbre, ainsi que son mode de vie, nous en disent long sur l’influence qu’ils peuvent avoir sur nous.

    Au XVIIIe siècle, Goethe écrit :

    « dans la nature, il faut considérer les formes extérieures et tangibles comme étant les indicateurs des propriétés des parties intérieures invisibles. »

    S’il est quelquefois délicat de tirer des conclusions trop hâtives de cette théorie, notamment lorsqu’il s’agit de déterminer les propriétés médicinales d’une plante, c’est par la finesse de notre intuition et de notre observation que nous pouvons comprendre les qualités d’un arbre.
    C’est ainsi que le docteur Bach a passé des années à observer la nature avant de réaliser la gamme des « 38 élixirs floraux ». Ayant commencé sa vie par une carrière de médecin et de recherche scientifique en bactériologie, c’est vers l’âge de 40 ans qu’il a compris qu’il devait oublier tout ce qu’il avait appris jusque-là pour en arriver à utiliser uniquement son intuition pure.

    L’univers des arbres est immobile et silencieux ; pour entrer en communion avec eux nous devons nous mettre à nu, nous dépouiller de nos artifices.

    « On ne voit bien qu’avec le cœur »

    disait Saint-Exupéry, et c’est dans le silence intérieur que nous comprendrons le mieux le langage des arbres…

    L’exemple du chênequand les dernières découvertes scientifiques viennent justifier les traditions

    2-Arbres remarquables

    Un arbre remarquable : les 4 saisons du Chêne de Cheillé (Indre-et-Loire)

    Pour les Celtes et les anciennes traditions, le chêne a toujours symbolisé la puissance, la force. Profondément enraciné, fournissant un bois extrêmement solide et bravant les intempéries, le chêne traverse le temps et nous invite à profiter de son énergie de feu. On savait donc que l’on pouvait se mettre sous un chêne pour retrouver de la force en cas de maladie, de fatigue ou de convalescence.

    Or, depuis peu, des scientifiques ont découvert que l’écorce de chêne contient de nombreux composés flavonoïques qui réduisent la fatigue et améliorent l’humeur. Il y a maintenant des laboratoires qui  commercialisent un extrait de bois de chêne (quercus robur) contre les symptômes de la fatigue chronique !

    Ainsi les dernières découvertes viennent confirmer la connaissance ancestrale.

     

    Le calendrier celtique des arbres

    Les Celtes vénéraient les arbres et leur avaient donné une place de choix dans le calendrier de l’année. Ainsi, chaque mois était symbolisé par un arbre qui n’était pas placé là par hasard. Tout avait un sens et reposait sur une solide connaissance du monde des arbres et de la nature.

    S’il n’est pas possible d’entrer ici dans les détails de cet ensemble complexe, voici quelques exemples, non exhaustifs, de diverses qualités propres à certains arbres. Il est intéressant de constater que les qualités physiques d’un arbre, comme par exemple ses propriétés médicinales, se retrouvent également sur les plans émotionnels ou énergétiques :

     

    2-Arbres (pouvoir thérapeutique)

    Bouleaux blancs Betula pendula

    • Boire de la sève de bouleau ou des infusions de ses feuilles permet de nettoyer l’organisme de ses toxines et soulage nos émonctoires. Ainsi, le bouleau est l’arbre de la purification par excellence, « la machine à laver de l’organisme » !
      On retrouve ce symbole de pureté dans la blancheur de son tronc, particulièrement pendant l’hiver, lorsqu’il est dénudé et éclairé par un rayon de soleil.
      Arbre de lumière pour les Celtes, on l’utilisait aussi pour purifier les pensées et les intentions, et se remettre dans le « droit chemin »

     

    2-Arbres (pouvoir thérapeutique) 

    Aubépine Crataegus monogyna

    • Laubépine est bien connue pour ses propriétés médicinales (fleurs, fruits - cenelles - et feuilles) en tant que régulateur de la tension (en cas d’hyper ou d’hypotension) et pour ses effets apaisants sur le rythme cardiaque, l’anxiété ou les problèmes de sommeil (antispasmodique et sédatif).
      Agissant sur le cœur physique, elle est également efficace pour soulager nos peines de cœur dans le domaine de l‘affectif.
      Sous forme d’élixir floral, elle nous aide à rester centrés en cas de séparation ou de perte d’un être cher. Son action régulatrice nous invite à nous recentrer dans notre cœur en cas de perturbation. C’est un arbre d’équilibre et de paix intérieure.

    Biscuits d’automne

    Entre menthe et lavande

    Riches en amidon, les cenelles peuvent compléter la farine de blé dans des biscuits. Pour plus d'originalité, vous pouvez l'associer aux Châtaignes *, autres « fruits à pain » de nos forêts.

    * Voir aussi Délices de châtaigne (Florence Laporte)

    • Faites une purée épaisse en faisant cuire 250 g de cenelles dans un petit ¼ de litre d'eau pendant 20 minutes.
    • Passez au moulin à légumes en vous aidant du liquide, puis passez la purée obtenue à travers une passoire à grillage fin, pour être sûr d'éliminer tous les noyaux et autres débris.
    • Vous devez obtenir environ 150 g de purée épaisse de cenelles à mélanger avec
      • 150 g de purée de châtaignes,
      • 40 g de sucre,
      • un peu de poudre levante,
      • 1 c. à s. de miel de châtaignier,
      • 40 g de beurre ramolli,
      • un gros œuf
      • et une petite poignée de cerneaux de noix concassées grossièrement.
    • Si la pâte est trop molle, ajoutez un peu de fécule de maïs.
    • Sur une tôle garnie de papier sulfurisé, déposez des petits tas bien espacés, de la valeur d'environ 1 c. à s.
    • Cuisson : une dizaine de minutes au four préchauffé à 220°.

     

     2-Arbres (pouvoir thérapeutique)

    Noisetier dans la brume (E. Brenckle - Rustica - Verger conservatoire Delbard à Malicorne) Corylus sp.

    • Pour les Celtes, la noisette est symbole de sagesse et de clarté mentale et le noisetier symbolise notre connexion à la Source.
      Curieusement, le bois de noisetier est celui qui conduit le mieux l’énergie et les sourciers l’utilisent pour chercher l’eau et trouver les sources.
      De même, on sait maintenant que la noisette fait partie des aliments qui boostent le cerveau grâce à sa richesse en oméga 3 et en vitamine E.
      Ainsi, le noisetier est un arbre qui nous relie à notre Source d’inspiration et de sagesse. Méditer au pied d’un noisetier permet de canaliser notre inspiration créatrice, notre Source.

     

     

    Les bains de forêt

    Les bains de forêt

    La sylvothérapie est reconnue depuis 1982 comme une médecine préventive au Japon
    ALDO SPERBER / HANSLUCAS

    Le bain de forêt, ou Shinrin yoku, est une approche de santé originaire du Japon, dont les nombreux bienfaits sur l’organisme ont été prouvés. Cette "sylvothérapie" est une médecine préventive qui prescrit balades dans les bois, câlins d’arbres et goûter d’écorce. Son but est d'éveiller ses sens et reprendre contact avec son moi profond.

    L’idée a germé un jour dans l’esprit d’un directeur de l’Agence nationale des forêts. Puisqu’il existe des bains de mer (kaisui yoku) et des bains de soleil (nikkou yoku), pourquoi ne pas lancer les bains de forêt (shinrin yoku) ? En 1982, Tomohide Akiyama incite les Japonais à s’aventurer sur les sentiers. Après tout, c’est une juste reconquête du territoire puisque les forêts ne couvrent pas moins de 67% de l’archipel. Et le fait de passer du temps dans la nature ne peut qu’être bénéfique pour l’esprit et le corps.

    Depuis que le professeur Yoshifumi Miyazaki, de l’université de Chiba, a démontré scientifiquement les bénéfices de "plonger dans la nature, enlacer un arbre, respirer…" sur l’esprit et le corps, un millier de thérapeutes reçoivent les citadins stressés pour des sessions en pleine forêt où les cinq sens sont sollicités... (Sens & santé) 

    En gros, il s'agit d'ouvrir ses cinq sens :

    • La vue : Regardez autour de vous et si besoin arrêtez de marcher ou asseyez-vous ;
    • L’ouïe : Écoutez les craquements du bois, le vent dans les feuilles et le chant des oiseaux, des sons bien différents de ceux qu’on entend en ville et qui sont générateurs de stress ;
    • L’odorat : Essayez de porter votre attention sur les odeurs forestières. Ce faisant, prenez conscience du fait que vous inhalez des phytoncides : réalisez plusieurs respirations abdominales profondes ;
    • Le toucher : Prenez dans vos mains des feuilles, caressez des mousses et des lichens et posez vos mains sur les écorces des arbres en prenant conscience de la sève qui circule à seulement quelques millimètres. Marchez pieds nus pour ressentir l’humus sous vos plantes de pieds afin de mieux vous ancrer ;
    • Le goût : Selon la saison, goûter un organe végétal si vous l’avez identifié comme étant comestible (baies de genièvre, pousses de bourgeons, cônes d’épicéa, faines de hêtre ou aiguilles de sapin de Douglas par exemple).

    (Doctissimo)

    La naturopathe Laurence Monce, auteure de Ces arbres qui nous veulent du bien (Dunod), distingue deux types de « bains » : l’un tonifiant, de préférence dans des forêts de conifères ; l’autre relaxant, au contact de feuillus (bouleau, peuplier, tremble). Jean-Marie Defossez comme Laurence Monce ou Eric Brisbare (Un bain de forêt, Marabout) invitent leurs stagiaires à faire corps avec les arbres pour se ressourcer : choisir un arbre, le saluer, accoler son buste et ses jambes à son tronc, l’explorer et le caresser, le regarder au plus près, écouter le bruit de l’écorce au passage de sa main, le respirer et même le goûter. (Le Monde)

    Voir

    Maux de tête soulagés naturellement

    Plongeons dans un bain de forêt (Thérapeutes magazine)

     

    Vidéos très intéressantes sur les trognes

    Les trognes témoignent d’une intense complicité historique entre les arbres et les agriculteurs. Si ces modes de gestion paysans sont caractéristiques des pays bocagers, ils se rencontrent couramment dans bien des contextes, et sous presque toutes les latitudes de la planète.

    La trogne, arbre « cultivé » par excellence, fournit une diversité de produits à court et moyen terme (fourrage, bois énergie, litière…), tout en permettant de capitaliser, en valeur économique, paysagère et services environnementaux, dans une bille de pied et une tête pérennes, habitats d’une biodiversité foisonnante. La conduite en trogne stimule l’arbre dans sa croissance, tant aérienne que souterraine, assurant une production de ressources disponibles, accessibles, gratuites et durables. (Tela Botanica)

    1er, 02, 03 mars 2018 - Sare (64), Pays Basque, Pyrénées-Atlantiques

    2ème colloque européen sur les trognes (pdf)

    Voir en ligne : Association Française d’Agroforesterie

    Vidéo 1. "Trognes, arbres paysans, Dominique Mansion"

    Dominique Mansion au colloque "Des arbres en agriculture, l'agroforesterie au cœur des enjeux contemporains", organisé par la Société Botanique de France et l'Association Française d'Agroforesterie - 20 & 21 mars 2015, Paris.

    [https://www.youtube.com/watch?v=i1nw8DB2anE] 17 décembre 2016

    Vidéo 2. "L’arbre comme fourrage, Ted Green"

    Les fourrages ligneux : et si on s'y mettait vraiment ? La ressource agroforestière est largement sous-exploitée pour des élevages vraiment durables.

    [https://www.youtube.com/watch?v=F52oO-xmhy0] YouTube 21 juillet 2015

     

     

    En conclusion

    « Il serait trop long d’énumérer ici tous les arbres et leurs nombreuses qualités. J’espère simplement, par le biais de cet article, vous avoir donné envie d’aller plus loin dans votre connaissance des arbres.  Je vous invite à aller les voir, à observer, ressentir, laisser parler votre cœur et votre intuition, et vous laisser guider par leur amour.

    Florence Laporte »

    Arbres (pouvoir thérapeutique)

     Association « Atout Cœur » - Les Bois - 35480 Messac

    http://www.plantessauvages.fr

    http://www.aubonheurdesplantes.net

    Voir aussi, du même auteur :
    L’arbre, symbole du rythme de la nature et des saisons

     

    Liens externes

    Forêts bien plus qu’une réserve de bois (Tela Botanica) [archive] FRAPNA

     

     

     

    haut de page

     

    Enregistrer