• Info Macérât

    Page révisée fin mars 2019

    Macérât

    Info Macérât

    Macérâts huileux cosmétiques

     

    Comme « l'hydrolat » 1 (grec ancien húdrios, d’eau, aqueux, dérivé de húdôr, eau) est une « eau aromatique » ou « eau florale », sous-produit (oh, comme je déteste ce terme !) de la distillation des plantes à la vapeur d’eau pour obtenir des huiles essentielles, le « macérât » est le résultat de la macération (laisser tremper longtemps) de la plante dans un liquide. Quand on utilise de l'huile 2, on l'appelle « macérât huileux » ou « huile à (au) ... » ou encore « extrait huileux ».

    Un macérât est la résultante d'un ingrédient généralement végétal (des extraits végétaux) que l'on fait tremper (macérer) quelques jours ou quelques semaines dans de l'huile (macérât huileux), un mélange de glycérine et eau (macérât hydro-glycériné), du vinaigre (macérât vinaigré) ou encore de l'alcool afin d'en extraire les actifs.

    On obtient ainsi un macérât huileux en laissant macérer des plantes dans de l’huile végétale. Ce type de préparation renforce les propriétés de l' (des) huile(s) en ajoutant les principes actifs de la (des) plante(s) en macération.

    L'ingrédient qui va macérer est généralement une plante qui contient des huiles essentielles dont on veut qu'elles se diffusent dans notre préparation. Cela peut également être une poudre ou une graine.

    Selon que l'on fait macérer dans de l'huile ou dans de l'eau la diffusion sera plus ou moins concentrée et votre préparation se conservera plus ou moins longtemps. Il semblerait que les extraits hydro-glycérinés soient plus concentrés en actifs que les extraits huileux notamment.

     

    Conservation des macérâts

    Un macérât aqueux se conserve beaucoup moins bien qu'un macérât huileux. Le Cosgard 3, conservateur bien que synthétique, semble un choix optimal pour préserver la phase aqueuse de votre préparation, des bactéries, moisissures, levures...

    Un macérât huileux peut se conserver très longtemps, en fonction de l'huile utilisée. Comme conservateur, des huiles essentielles à 1,5 % minimum ou quelques gouttes de vitamine E feront l'affaire (Slow Cosmétique) 

    Les quantités seront, bien entendu, à ajuster selon le poids.

    Lisez la suite sur ce sympathique (et très utile) « petit blog d'Alx »

    ____________________

    1 « Hydrolat » est un terme de pharmacie. C'est le nom donné aux liquides incolores qu'on obtient en distillant de l'eau sur des fleurs odorantes ou sur d'autres substances aromatiques.

    Probablement formé sur alcoolat, soit dérivé de l'ancien hydrol (de hydr–, hydro–, fait d'après alcool) terme générique proposé pour désigner les eaux minérales (1840-42, aussi les nombreux dérivés en chimie comme perhydrol en 1894) et la finale at, en latin atus, indiquant le résultat d'une opération.

    CNRTL (Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales) - Le Littré

    2 Note : l’huile d’Olive 1ère pression à froid [ou autre] ne se conservant pas longtemps - rancit vite - certains conseillent d’utiliser plutôt de l’huile de Tournesol raffinée [ou autre] qui préservera au mieux les principes actifs de la préparation (mise à jour 14/06/2013 du pdf Millepertuis)

    Cependant rien n'interdit de se procurer de l'huile d'olive bio de première pression à froid de belle qualité, sachant qu'elle va être appliquée sur la peau ! L'huile de Tournesol (non raffinée) n'est pas stable et risque de rancir, idem pour l'huile Sésame, elles sont toutes les deux poly-insaturées. Si l'on n'aime pas le "raffinage", il faut donc choisir une huile mono insaturée : Olive ou des huiles / beurres saturés : Coco, Cacao, Ghee.
    (
    École Lyonnaise de Plantes Médicinales & des Savoirs Naturels) Voir Pâquerette

    3 Le Cosgard, ou Geogard 221, est un conservateur synthétique (mélange d'alcool benzylique, d'acide déhydroacétique et d'eau), mais il est autorisé par le groupe ECOCERT. Ainsi, reconnu par les cahiers de charge de la cosmétique "Bio", il peut être utilisé dans les produits cosmétiques maison.

    - Un conservateur de ce type est utile pour vos préparations de cosmétique maison qui contiennent de l'eau ou du jus végétal (Aloe vera, etc.). Dosage recommandé pour la conservation de votre cosmétique maison : 0,6 % du volume total (1 ml = 20 gouttes). Par exemple, pour 100 ml de produit (crème, lait...) comptez 0,6 ml ou 11 à 12 gouttes (Slow Cosmétique)

    - Si toutefois vous exigez un conservateur d'origine 100 % naturelle, tournez-vous vers le Leucidal, une "nouveauté" de 2012-13, naturelle,  censée avoir les mêmes propriétés que le Cosgard.

    - Si votre produit ne contient que des corps gras (huiles, beurres, cires), il ne convient pas d'y ajouter le Cosgard (Slow Cosmétique)

    Précautions avec le Cosgard

    L'alcool benzylique (benzyl alcohol), inflammable et irritant, peut provoquer des allergies.

    L'acide déhydroacétique (dehydroacedic acid), additif alimentaire connu sous le nom de E265, possède lui aussi des propriétés de conservation. Cette substance, pure, est classée nocive (Adjocom)

    La haute concentration du Cosgard peut être responsable d'attaque du plastique ("j'ai vu fondre sous mes yeux : la peinture de la balance, mon vernis à ongles et surtout, le revêtement mélaminé de mon plan de travail... jusqu'au bois" Lala'la 05/12/2012), attaques qui peuvent être aussi le fait de certaines huiles essentielles, rappelons-le.

    D'autre part, on n'utilise pas le Cosgard pur sur la peau mais dilué, tout comme les huiles essentielles, ne l'oublions pas non plus.

    Malgré ces réserves, le Cosgard reste tout de même le conservateur le plus sûr, c'est d'ailleurs le plus utilisé par les marques de produits bio.

    Voir

    Cosmétiques interdits

    Ingrédients à éviter 

     

    Voir

     

     

     

     

    haut de page