• JACOBSON Edmund 1888-1983 (Relaxation)

    Page mise à jour en mars 2018 

     

    Historiquement, les recherches de Jacobson aux États-Unis sont contemporaines de celles de Schultz à Berlin. 

    Jacobson commence à Harvard, en 1908, des travaux sur le tressaillement nerveux. Il cherche à montrer d'abord qu'il existe un transfert d'énergie psychique vers le physique, comme dans le cas où ü y a un sursaut provoqué par un bruit inattendu.
    Pourtant, il n'arrive pas à montrer qu'il existe une variation parallèle entre l'intensité du bruit et l'intensité des contractions musculaires. Il s'aperçoit au contraire que le sujet sursaute d'autant plus qu'il est plus tendu.

    Jacobson fait donc des études plus précises partant sur la corrélation existant entre le vécu émotionnel et le degré de tension musculaire. Par un procédé d'électromyographie, il montre que la simple pensée d'un acte provoque une ébauche de l'acte à une échelle microscopique.

    Les études de Jacobson portent à la fois sur certains muscles moteurs des membres mais aussi sur la musculation du visage : parler en pensée provoque l'apparition de potentiel d'action sur les muscles de la région faciale. Jacobson en arrive donc à définir la tension comme une « manifestation objective de ce qui se passe en nous quand nous fournissons un effort ».

    Ce même mot désigne effort normal et effort excessif.
    Il faut donc pour éliminer ces tensions, apprendre à les repérer. Toute sa méthode est basée sur un travail musculaire et physique. Il n'y a pas de place pour la parole de type psychothérapique.

    relax.sophro.free.fr

     

    Extrait du dernier livre de Jacobson
    sur le traitement moderne des patients tendus

    Choisissez une pièce calme, libre de toute intrusion et d'appels téléphonique.
    1. Couchez-vous sur le dos, les bras sur le côté, et laissez vos yeux ouverts pendant 3 ou 4 minutes.
    2. Fermez ensuite graduellement les yeux, gardez-les fermés pendant l'heure de détente.
    3. Après 3-4 minutes les yeux fermés, relevez votre main vers l'arrière en la tendant, et vous observez la sensation de tension pendant 1 ou 2 minutes, en remarquant bien comme elle diffère dans le poignet, dans les doigts et dans l'avant-bras.
    4. Ne faites rien pendant 3 ou 4 minutes, à nouveau.
    5. Relevez à nouveau la main, comme précédemment, pendant 1 ou 2 minutes.
    6. Encore une fois, vous ne faites rien pendant 3 ou 4 minutes.
    7. Vous relevez à nouveau votre main pour la troisième et dernière fois, en observant la sensation de tension pendant 1 ou 2 minutes.
    8. Finalement, vous ne faites plus rien jusqu'à la fin de l'heure.

     

    Contrôle opérationnel de soi-même

    « Je sens la tension musculaire de mon bras, elle est douloureuse ou non, je peux la modifier »
    Il s'agirait-là davantage de nuances que d'un véritable changement, les exercices demeurant identiques dans les différentes méthodes.

     

    Les moyens de contrôle
    Le thérapeute contrôlera lors de chaque séance, l'état de détente du patient par une vérification objective, en surveillant l'immobilité totale des doigts, du visage ou des globes oculaires, en vérifiant si la respiration est régulière et en palpant l'abdomen pour sentir s'il est détendu.
    Il effectuera aussi des exercices de mobilisation passive des membres, afin de voir si ceux-ci sont complètement flasques.
    Enfin, il pourra contrôler les phénomènes végétatifs, comme le ralentissement du pouls ou une diminution de la tension artérielle ; l'objectivation scientifique peut être réalisée à l'aide de l'appareil mis au point par Jacobson.
    Sur le plan de la vérification subjective, le patient décrira lui-même l'état dans lequel il est, et déclarera s'il se sent une disparition des sensations de tension.

     

    Relaxations

     

    Accéder au « niveau de contrôle du corps » - Auto-hypnose

     

    Une petite relaxation-détente initiale - Phase de Jacobson 

    Si de nos jours, la véritable technique de Jacobson, longue et compliquée, n'a plus qu'un intérêt purement historique, nous pouvons nous en inspirer pour les séries de contraction-détente des groupes musculaires : cette méthode me paraît idéale pour les débutants, pour qu’ils puissent ressentir assez rapidement les bienfaits d’une détente du corps, d’abord, puis du mental, puisque quand le corps se sent bien, le « reste » suit...

    Allongé sur le dos, bras le long du corps, paumes vers le haut.

    ♦ Inspirez, levez légèrement jambe et pied D (de quelques cm), tendez-les au maximum, puis relâchez en expirant.

    ♦ De même avec la jambe G.

    Les 2 jambes sont parfaitement relâchées et détendues.

    ♦ Inspirez, levez bassin et bas du dos, contractez les fessiers au maximum. Relâchez en expirant.

    Reposé doucement sur le sol, le bassin est parfaitement relâché et détendu.

    ♦ Collez le dos contre le sol en contractant fortement les abdominaux. Relâchez.

    ♦ Inspirez, gonflez l’abdomen et soulevez la poitrine le plus haut possible, rapprochez les omoplates. Contractez au maximum. Retenez l’air quelques secondes. Relâchez en expirant.

    Reposé doucement sur le sol, le dos est parfaitement relâché et détendu.

    ♦ Inspirez, levez légèrement les 2 bras, tendez-les poings serrés, puis mains ouvertes au maximum, doigts écartés. Relâchez en expirant.

    Les 2 bras sur le sol sont maintenant parfaitement relâchés et détendus.

    ♦ Inspirez, amenez les épaules au plus près des oreilles, puis dirigez-les vers les pieds, en forçant les mouvements sans brusquerie.

    Relâchez en expirant : laissez les épaules revenir à leur place naturelle.

    ♦ Inspirez, contractez fortement le visage, tous ses petits muscles, vers le nez ; ratatinez-le le plus possible...

    JACOBSON Edmund 1888-1983 (Relaxation)

    Faites votre « tête de citron » !

    Retenez l’air quelques secondes puis...

    ♦ ... dilatez le visage en soulevant les sourcils, en ouvrant grand les yeux, le regard vers le haut, et la bouche.
    Tirez la langue en lançant un puissant « hhhaaaahhh ! » (expiration) *

    Relâchez tous les muscles du visage, qui est alors parfaitement relâché et détendu.

    ♦ Faites des petits mouvements de rotation de la tête (qui reste sur le sol) : de G à D, d'avant en arrière.

    Vous pouvez aussi placer les mains derrière la tête et la soulever en lui faisant effectuer de petits mouvements de G à D (et vice versa). La tête reste passive, seuls mains et coudes sont actifs.
    Puis reposez la tête au centre sur le sol.

    Après ceci, restez un moment allongé en prenant conscience des bienfaits de cette pratique.

     

     

    Voir

    * Bâillements

    Relaxations

    De Relax à Nidrâ

     

    Bibliographie

     

     

     remonter

    Note

    Robert Durand de Bousingen, né le 17 mai 1928, décédé le 05 septembre 1989, est médecin, chef du Laboratoire de psychologie à la Faculté de médecine de Strasbourg dès 1953. Auteur de La Relaxation (Éditions PUF Paris Collection Que sais-je ?)

     

     

     

    Haut de page

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer