• Respirations antidotes

    Page mise à jour en mars 2018, toujours en chantier...

    Des respirations antidotes !


    <<< Retour à la première page (Des respirations dans ma pharmacie)

    <<< Deuxième page (Respirations dans ma pharmacie (2))

    <<< Troisième page (Respirations dans ma pharmacie (3))

    Tests respiratoires

    Allongement du souffle

    Apnée (Prânayâma, plongée)

    Asthme

    Bâiller

    Bien-être (méthode 4-7-8)

    Cohérence cardiaque

    Cracher

    Entraînements spécifiques

    Essénienne (nettoyer corps / esprit)

    Essoufflement

    Hoquet

    Hyperventilation

    Oreille - équilibrage

    Redressement du corps Deha-sâmya

    Respiration défectueuse

    Respiration par la bouche

    Respiration sifflante

    Respiration superficielle

    Rythmes particuliers

    Tensions et émotions

    Sauvetage (asphyxie, apnée du sommeil)

    Soupirer

    Stopper un malaise

    Rappels divers

    Petit récapitulatif

     

    Dans la réserve de ma pharmacie, j'ai entreposé des exercices respiratoires originaux ou plus classiques.

    Et la liste va s'allonger, les rayons de ma pharmacie sont en cours d'approvisionnement !

    Mais vous pouvez déjà trouver quelques-uns de ces antidotes, avec leur mode d'emploi.

    Et vous avez sûrement votre propre remède, votre mixture perso ;-)

     

     

    Tests et exercices de prise de conscience

     

    – Le redressement du corps Deha-sâmya

     

    Vu dans

    Des respirations dans ma pharmacie

    Respiration par les os (FP de Yantra)

    Voir aussi

    Mémo sur quelques postures assises (FP de Yantra)

    Respirer, c'est REDRESSER (pdf)

     

    Test respiratoire

    • Penchez le buste en avant et inspirez très profondément.
    • Vous croyez avoir fait le plein de vos poumons ?
    • Redressez le buste : vous sentirez que votre mouvement d'inspiration se poursuit et qu'il vous restait une large place vide dans vos bronches !

     ↑haut de page↑

    Un autre test

    ... pour vérifier par vous-même la qualité de votre respiration.

    • Dénudez-vous jusqu'à la taille et placez-vous, debout ou assis, devant un miroir qui vous renvoie l'image de votre corps à moitié nu, de la taille au cou.
    • Expirez en fixant le miroir du regard, afin d'observer votre corps.
    • Prenez aussitôt une profonde inspiration.
    • Expirez et prenez de nouveau une profonde inspiration.
    • Répétez ce processus plusieurs fois, jusqu'à ce que vous pouvez décrire les mouvements (ou l'absence de mouvements) des diverses parties de votre corps, tandis que vous expirez et inspirez profondément.

     

    À présent. Évaluez de la même façon votre respiration sans regarder les directives ci-dessus !

    Profitez pleinement de ce que vous avez appris, de cette motivation supplémentaire qui vous permet d'accomplir quelque chose pouvant avoir un impact profondément positif sur votre vie. 

     

    – Exercices de prise de conscience

    ... à exécuter devant un miroir.

    Respirations antidotes

    1. Vous êtes assis au sol, dos droit

    • Appuyez les mains sur le buste, au-dessus des seins et légèrement sur le côté.
    • Respirez régulièrement.
    • Peut-être vous rendrez-vous compte que vous n'avez pas le même débit de chaque côté, qu'une main se soulève plus que l'autre ? Cela arrive souvent et peut signifier une séquelle de scoliose.
    • Exercez-vous de façon à soulever plus un côté que l'autre.
    • Prenez conscience de votre respiration.

     

    2. Posez les mains sur les basses côtes, sous la cage thoracique

    • Le souffle est-il symétrique ?
    • Amusez-vous à soulever un côté plus que l'autre pour dissocier le mouvement.

     

    3. Gonflez le ventre

    • S'il sort bien, vous sentez les côtes s'écarter
    • et vous ne pouvez plus faire entrer de l'air dans les poumons.

     

    Voyez aussi d'autres exercices de prise de conscience

    Prise de conscience de la respiration abdominale

     

     Allongement du souffle

    Vu dans PRÂNAYÂMA - des exercices

    Voir plus bas Rythmes particuliers

    Voir aussi

    Respiration et rétentions

    Du nombre de respirations attribué à la naissance

     

    Respiration défectueuse

    Respiration automatique

    – Respirer consciemment

    La respiration rythmée

     ↑haut de page↑

    Respiration incomplète

    – Technique de base pour une respiration correcte

     

    Hyperventilation

    et respiration irrégulière

    Voir Quand l'hyperventilation devient problématique

    – Lutter contre le stress

     

    Essoufflement, points de côté, etc.

     Contrôlez votre respiration

    Pour éviter essoufflements, points de côté, crampes, etc.

    • Lors d'un exercice physique, inspirez et expirez régulièrement ; par exemple, lors d'une course, inspirez durant 2 pas, expirez durant 2 pas, ainsi de suite.

     

    – Vous êtes essoufflé

     

    Respiration superficielle par la poitrine

    Respirer "à l'endroit" 1

    1 Dr Yves DavrouLe nouveau Guide pratique de la Sophrologie (1986)
     ↑haut de page↑

    Respiration profonde par le diaphragme

    Variante de la fausse inspiration (apprend à manœuvrer le diaphragme, rééduque ainsi sa fonction) (Respirations particulières)

     

    Respiration sifflante

    Petits bruits du corps humain : quand faut-il s'inquiéter ?

    Le symptôme d'Inspiration ou expiration s’accompagnant d’un sifflement est le signe d’un rétrécissement des voies respiratoires : nez, larynx, trachée ou bronches. De multiples causes peuvent en être à l’origine.

    Si le bruit vient du nez

    il s’agit peut-être d’un simple bouchon de mucosités dû à un rhume.

    • Commencez par bien laver les narines avec du sérum physiologique.
    • Dormez du côté de la narine débouchée, car les mucosités se dirigent naturellement vers le bas.

    Si le sifflement vient du thorax

    soyez attentif, cela peut être le signe d’un asthme ou d’une bronchite. Mais certains troubles cardiaques se manifestent aussi par ce signe respiratoire. Une allergie peut également en être la cause (dilatation des bronches)

    Chez les enfants

    le sifflement peut signaler la présence d’un corps étranger dans les poumons (une petite cacahuète par exemple)

    Mieux vaut toujours consulter. En l’absence de diagnostic appelant un traitement spécifique, vous pouvez installer des humidificateurs chez vous, l’air sec accentuant les sifflements.

     

    Tensions et émotions

    Voir

    RESPIRATION anti-stress (bien respirer)

    RESPIRATION anti-stress (exercices)

    Sous tension continuelle - nervosité, fatigue...

    La "Respiration du feu"

    Yoga pour renforcer l'endurance

    Bien respirer

     

    Une respiration pour se régénérer

    Des respirations pour se réveiller

    – Des respirations contre le surmenage

     ↑haut de page↑

    Sous l'empire d'une forte émotion - trac, angoisses...

    Voir Traitement de la crise d'angoisse

    – Maîtriser sa respiration

    – Une technique pour chasser les peurs

    – Respiration, profondément

    – La lumière bleue

    – La respiration de l'abeille

     

    Respirations spéciales « Légèreté & Sérénité »

    Voir Respirations particulières

    – Plâvini Le Flottant

    – Respiration dans le Chakra du Cœur

     

    Bien-être

    Respiration pour une petite sieste

    La méthode 4-7-8

    Pour dormir, il faut au moins 2 conditions : avoir une pression de sommeil suffisante et être en phase avec votre horloge biologique. Cette pratique ne vous permettra donc pas de vous endormir profondément, le sommeil profond n'intervenant pas dans les minutes qui suivent l'endormissement. Mais cette approche de type lâcher-prise peut vous permettre de vous assoupir en moins d'une minute.

    Lâcher-prise c'est arrêter de vouloir tout contrôler. Il consiste le plus souvent en une sorte de leurre pour votre cerveau qui, concentré sur le contrôle de la respiration et/ou absorbé par une pensée neutre (son, objet ou paysage agréables, image mentale... non chargés d'émotions négatives pour vous, voir Sophrologie), ne laisse plus de place aux pensées polluantes.

    • Tout d'abord, éloignez autant que possible ce qui peut vous gêner pour l'exercice : lumière, bruits, téléphone, tablette...
    • Il n'est pas nécessaire de vous allonger : vous pouvez vous assoupir assis. Dans ce cas, gardez le dos bien droit, les pieds à plat sur le sol, et surtout pas les jambes croisées.
    • Placez le bout de votre langue entre la partie assez dure et une autre, plus molle, vers le fond du palais. Les yogis l'appellent "le robinet des pensées" (voir Drishti)
    • Vous garderez cette position de la langue pendant toute la durée de l'exercice.
    • Expirez TOUT l'air de vos poumons.
    • Inspirez profondément et à fond, par le nez, en comptant lentement jusqu'à 4 :
      ET 1, ET 2, ET 3, ET 4.
    • Retenez votre respiration, en comptant jusqu'à 7.
    • Expirez à fond, par la bouche cette fois, en comptant jusqu'à 8.
    • En respirant à fond, pensez à quelque chose d'agréable.
    • Faites ceci jusqu'à vous sentir dans ce demi-sommeil qui précède le sommeil vrai.

     

    Voir aussi RESPIRATION et rétentions

    Voir les FP

    Comment méditer

    Exercices de Sophrologie

     

    Bâiller

    Le Grand Bâillement

    texte et croquis de [Espace mieux-être]

    « … si l'on savait combien le bâillement est naturel et sain, combien il détend le plexus solaire, en rééquilibrant le système nerveux autonome, en activant le système hormonal, et le système immunitaire ! nous sommes bien loin de dire que c'est un signe d'ennui, ou d'envie de dormir.

    Il s'agit d'un exercice fondamental entre les postures, et dans la journée, à pratiquer dès que le besoin se fait sentir de couper avec l'activité, parce que la concentration n'est plus suffisante, parce que le corps vous rappelle à l'ordre (tensions dans le dos, la nuque…)

    Ce "Grand Bâillement" devrait toujours précéder le travail, l'étude, le repas, le sommeil, toute activité en bref… »

    Tara Lepage-Goetelen

    • À partir de la position allongée lombaires au sol, pieds légèrement écartés
    • Bras allongés dans la direction des genoux, expirez les mains dos à dos et pressant fortement l'une contre l'autre, soulevez la tête en avant, creusez la poitrine, et efforcez-vous d'atteindre le creux de l'estomac avec le menton.
    • Lorsque plus une goutte d'air ne sort, demeurez un moment vide.

    P Bâillements et Yoga

    • Durant ce temps il parviendra aux poumons une nouvelle quantité de gaz, expirable par un dernier effort d'expulsion.
    • Retournez alors vous allonger bras au ciel. L'inspiration se fera toute seule.
    • Retenez l'air une ou deux secondes,
    • Puis ramenez les bras le long du corps pour laisser les poumons se vider d'eux-mêmes.
    • Si un bâillement naissant a du mal à se produire, remuez la mâchoire de côté et d'autre.

     ↑haut de page↑

    Bâiller au soleil

    Bâiller, c'est ouvrir la bouche... Voici des utilisations surprenantes où le bâillement se fait outil, volontaire et en « pleine conscience » *, soit en ouvrant largement la bouche dans un but précis. 

    * Voir Comment pratiquer la pleine conscience ?

    • Si vous pratiquez votre yoga dehors ou devant la fenêtre ouverte le matin, profitez, quand vous avez terminé votre série, d'ouvrir grand la bouche en direction du soleil et de laisser ses rayons inonder vos palais, intérieur des joues, langue, gencives... jusqu'au fond de la gorge.
    • Vous pouvez aussi profiter d'une promenade pour « bâiller au soleil ».
    • Le soleil se charge d'assainir et de vivifier cette partie de votre anatomie fermée le reste du temps, pour peu que vous restiez jusqu'à ½ minute.
    • Évitez toutefois de forcer l'ouverture de vos mâchoires, pensez à respirer par le nez et fermez les yeux ! Sinon douleur aux maxillaires, grosse soif et maux d'yeux assurés !!!

     

    L'objectif de l'ensoleillement n'est pas de bronzer au maximum mais de laisser pénétrer les rayons du soleil dans le corps - pour régénérer le sang, les os... - et le fond de la gorge :

    • Prenez une bonne inspiration puis bloquez le souffle tandis que vous levez la tête et ouvrez la bouche en grand pour laisser entrer le plus possible les rayons du soleil.
    • Dès que l'expiration se fait sentir, replacez la tête droite, fermez la bouche et expirez.
    • Vous pouvez recommencer 3-4 fois l'exercice.
    • Faites attention à ne pas trop forcer sur l'ouverture de la bouche au risque de vous décrocher les mâchoires !
    • Cette pratique purifie les muqueuses de la bouche grâce à l'action des rayons du soleil.

     

    Voir Les 4 éléments : le Soleil

    Autres, voir :

    Bâillements

    Le Palming

    Quelques points sur le sommeil

    Lien externe : Pourquoi bâille-t-on ?

     

    Soupirer

    Voir

    Apana : le Souffle de l'expiration

    Exercices de respiration anti stress

    À propos de "Souffle" - Svara

    Voir aussi Traitement de la crise d'angoisse

     ↑haut de page↑

    Soupirer pour détendre le diaphragme

    Soupirer sert à déplisser les alvéoles pulmonaires - et à vider d'une partie de leur air résiduel - insuffisamment ventilées lorsqu'on est depuis un certain temps en « mode respiratoire de repos ».

    Le soupir, expiration naturelle prolongée, repose les muscles de la cage thoracique dont le diaphragme >>>

    Voir RESPIRER

     

    FP - Techniques de respiration anti stress

    Source Esprit Yoga 4

    À l'intérieur de la cage thoracique se trouve le diaphragme, muscle qui accompagne nos actions nuit et jour. Celui-ci est parfois surmené, crispé. Il est connu pour son rôle dans l'inspiration.

    Sont évoquées ici ses actions - ou non-actions - lors de certaines expirations, ainsi qu'une expiration qui permet de le détendre : le soupir.

    >>> suite

     

    Entraînements spécifiques

    Maternité

    Respiration du petit Chien (accouchement) + variantes

    respirer pendant l'accouchement (Respirations particulières)

    Après accouchement (bascule bassin...), respirer pour le périnée :

    sentir son ventre

    l'exercice respiratoire

    la fausse inspiration thoracique

     « L'apnée » du yogi

    Le Prânayâma

    Il faut faire la distinction entre respiration et Prânayâma

    La respiration ne donne pas la vie mais elle est plutôt une fonction de la vie. Le Prâna est beaucoup plus que la respiration ou que toute force physique. Prânayâma veut dire en Sanskrit « agrandissement de la force vitale ». Nous sommes considérés comme vivants tant que nous respirons et Prânayâma parle d’allonger notre vie simplement en respirant sainement. Est considérée comme technique de Prânayâma toute respiration comportant une rétention de souffle poumons pleins et/ou vides.

    Travail sur les pauses respiratoires

    Rétention poumons pleins

    Rétention poumons vides

    Plongée : Exercices de ventilation

     ↑haut de page↑

    Chant, élocution

    Respiration du petit Chien + variantes

    Voir Respirations particulières

    + Respiration par la bouche

    Comment avoir plus de souffle, une recette "ancestrale" à regarder LÀ

     

    Entraînement à l'apnée

    Voir Apnée

    – Il y a les exercices de Yoga qui travaillent sur les "pauses respiratoires"

    – ... et ceux qui préparent à la plongée en apnée.

     

    Respiration superficielle (Respirations particulières)

    [1] Voir Kit-Respiration

    [2] Voir RESPIRATION THORACIQUE

    [3] Voir RESPIRATION et rétention

     

    Les hyperventilations du « Soufflet de Forgeron » (Les respirations du Forgeron)

    Voir aussi

    Respirations particulières

    Hyperventilations et méditation dynamique Osho

     

    Juste avant la pratique de Prânayâma avec respiration très lente qui peut aller jusqu'à l'hypoventilation, il est pré-requis de commencer par ces exercices qui produisent une réduction de la pression artérielle en C02 et déclenchent les mécanismes d'oxydation.

    • Par le nez uniquement, en mobilisant seulement la région abdominale, la cage thoracique n'intervenant pas.
    • En tirant le diaphragme vers le haut.
    • En rentrant le ventre.
    • Apnée : arrêtez-vous 1-3 seconde(s) en ayant l'impression d'avoir les « poumons vides ».
    • Durée : respirez ainsi pendant 5-10 minutes.
    • Repos et observation en position allongée.

     

    Voir

    Respirations fondamentales

    À propos de "Souffle" - Énergie

    Prâna-prépa

     

    Manœuvres de soins

    À chaque rythme particulier, une action thérapeutique spécifique

    4/16/8

    4/7/8

     

    4/4/4/4

    2/1/2/1

    4/2/4/2

    6/3/6/3

    8/4/8/4

    10/5/10/5

    12/6/12/6

    14/7/14/7

    16/8/16/8

    Visamavritti, équilibrante, intervalle correct dans la respiration alternée.

    pour une petite sieste... (voir aussi RESPIRATION et rétentions)

     

    Samavritti, "Carrée", équilibrante et calmante (corps/esprit), intervalle de base.

    augmente le rythme respiratoire, renforce le cœur, soulage les douleurs cardiaques.

    prévient les accidents cardiaques, soulage l'asthme, stimule le système glandulaire.

    aide au contrôle émotionnel, améliore la dépression.

    renforce l'organisme, éveille aussi bien que relaxe (permet de s'endormir).

    favorise le métabolisme, rééquilibre le système nerveux et la circulation sanguine.

    clarifie la pensée et renforce la mémoire.

    apaise les sens, favorise la sérénité.

    stimule la santé et la longévité.

    RESPIRATION et rétentions

     

    Asthme

    Respirations antidotes

    La « Méthode Buteyko »

    Les premiers principes de cette méthode furent formulés dans les années 1950 par ce médecin ukrainien.

    Cette méthode se fonde sur l’hypothèse que l’asthme est causé par une augmentation chronique du rythme respiratoire et par une hyperventilation.

    Elle a fait l’objet d’une étude officielle sur son efficacité, entreprise en 1968 par l’Institut de Pneumologie de Leningrad (aujourd’hui St Pétersbourg). Une autre étude fut entreprise en 1980 à l’Institut des Maladies Pédiatriques de Moscou. À la suite de ces études, la méthode Buteyko devint le traitement officiel contre l’asthme en Union Soviétique.

    D’après le Dr Buteyko, le taux de CO2 dans le sang et les alvéoles pulmonaires serait trop bas chez les asthmatiques.

    Trop de O2 et pas assez de CO2 - c'est l'alcalose, rétention et prédominance des bases, perte des acides. Se traduit par des picotements, des démangeaisons, de la rigidité pouvant aller jusqu'à la tétanie.

    Trop de CO2 et manque de O2 - c'est l'acidose, avec trop d'acides et pas assez de bases. Peut aller jusqu'à l'asphyxie.

    Voir À propos de l'oxygène O2

    Les exercices de respiration qu’il a élaborés visent donc à respirer plus lentement. Il insiste sur l’importance de la respiration par le nez qui protège les voies respiratoires en humidifiant, en réchauffant et en filtrant l’air qui entre dans les poumons.

    L’outil de base de la méthode Buteyko est un concept tout simple appelé « arrêt contrôlé ».
    Pour obtenir le meilleur résultat, relaxez-vous pendant dix minutes avant de commencer :

    • Inspirez un petit coup, silencieusement, par le nez et laissez ressortir un peu d’air de la même façon ;
    • Pincez-vous le nez avec les doigts pour empêcher l’air d’entrer dans vos poumons ;
    • Comptez le nombre de secondes jusqu’à avoir la première sensation nette de besoin de respirer ;
    • A ce moment, vous pouvez aussi sentir des mouvements involontaires de vos muscles de respiration. Votre ventre peut se tendre, et la zone autour de votre cou se contracter ;
    • Puis, lâcher votre nez et inspirez puis expirez tranquillement.

    Attention

    Le but n’est pas de vous retenir de respirer le plus longtemps possible.
    Si vous avez besoin de respirer un grand coup à la fin, c’est que vous avez retenu votre respiration bien trop longtemps.

    Si vous tenez ainsi 40 secondes, c’est excellent. 30 secondes reste un résultat très correct. 25 secondes indique que vous avez une marge d’amélioration. 15 secondes ou moins est révélateur d’un problème de respiration, qui peut être lié à l’asthme mais aussi à toutes sortes d’autres problèmes comme l’apnée du sommeil, des problèmes de poumon, de nez, de l’anxiété.

    Vous pouvez toutefois améliorer votre bien-être en augmentant votre résultat, ce qui peut être obtenu en faisant l’effort de respirer par le nez le jour comme la nuit.

    Cultivez votre capacité de relaxation

    Dans la mesure où la crise d’asthme provoque une angoisse et augmente chez le sujet la vitesse de respiration, il est important pour les personnes asthmatiques de cultiver leurs capacités de relaxation.
    Les exercices de relaxation évitent aux asthmatiques d’entrer dans un cercle vicieux d’hyperventilation en évitant cet accroissement du rythme respiratoire pendant la première phase. 

    Le yoga fait partie des méthodes naturelles de prévention et traitement de l’asthme les plus efficaces, et s’intègre parfaitement dans la logique de la méthode Buteyko.

    Ma stratégie pour prévenir l’asthme

    Aujourd’hui [...] en plus de la Méthode Buteyko, j’applique une stratégie de prévention.

    Je me soigne avec des plantes :

    Le lierre grimpant est très connu pour réduire l’inflammation des voies respiratoires. C’est un remède très répandu en Allemagne où plusieurs études cliniques ont été réalisées avec du lierre séché en goutte, en suppositoires et en sirop. Dans tous les cas, les crises d’asthmes se sont apaisées. La Commission E qui attribue une reconnaissance officielle aux plantes médicinales a reconnu en 1988 les feuilles de lierre grimpant pour traiter toutes les infections et les inflammations des voies respiratoires.

    Plusieurs modes d’administration existent, mais je recommande la teinture-mère ou l’infusion.

    • La teinture-mère diluée à un cinquième doit se prendre à une dose de 1,5 ml par jour.
    • En infusion, il faut faire infuser une c. à c. de feuilles séchées dans 150 ml d’eau bouillante pendant 10 minutes – et boire jusqu’à 3 tasses par jour.

     

    [...] Je n’oublie pas de prendre quotidiennement un bon complément de multi-vitamines.

    De nombreuses études ont montré un lien entre l’asthme et un faible taux sanguin de vitamines antioxydantes (vitamine A, vitamine C et vitamine E) [1]

    Prendre des vitamines est particulièrement efficace – et je dirais nécessaire – pour les personnes habitant les villes, où les gaz d’échappement et autres polluants augmentent fortement les besoins en antioxydants. Bien entendu, les polluants en eux-mêmes augmentent le risque d’asthme, et c’est une raison de plus pour se protéger au maximum par une stratégie nutritionnelle – en attendant de déménager [... si faire se peut :-/]

    Une grande étude réalisée à Mexico a permis d’établir l’efficacité des multi-vitamines contre l’asthme [2]

    Jean-Marc Dupuis (extraits de son article : La méthode Buteyko)

     ↑haut de page↑

    Notes et sources

    [1] Trenga CA, Koenig JQ, Williams PV. Dietary antioxidants and ozone-induced bronchial hyperresponsiveness in adults with asthma. Arch Environ Health. 2001 May-Jun;56(3):242-9.

    Sienra-Monge JJ, Ramirez-Aguilar M, et al. Antioxidant supplementation and nasal inflammatory responses among young asthmatics exposed to high levels of ozone. Clin Exp Immunol. 2004 Nov;138(2):317-22.

    Plasma lycopene and antioxidant vitamins in asthma: the PLAVA study. Riccioni G, Bucciarelli T, et al. J Asthma. 2007 Jul-Aug;44(6):429-32.

    [2] Romieu I, Sienra-Monge JJ, et al. Antioxidant supplementation and lung functions among children with asthma exposed to high levels of air pollutants. Am J Respir Crit Care Med. 2002 Sep 1;166(5):703-9.

     

    Respiration de cohérence cardiaque

    La cohérence cardiaque est une technique diffusée en France par le Dr David Servan-Schreiber. Elle consiste à effectuer six inspirations/expirations par minute pendant cinq minutes, en respirant par le diaphragme (ventre), de façon continue, sans faire de pause. Elle aide au traitement de l’anxiété, de l’insomnie, de la dépression, et réduit les risques cardiovasculaires.

    Le premier avantage de l'exercice est de nous faire prendre conscience de l’importance de la respiration sur notre santé et d'adopter de meilleures habitudes respiratoires !

    • Diminue les états de stress, stress chronique (anti-stress)
    • Réduit l’anxiété (anxiolytique)
    • Réduit les angoisses
    • Contribue à réduire la dépression
    • Augmente l'énergie en cas de baisse "de régime"
    • Permet de mieux gérer ses émotions
    • Améliore le sommeil (peut aider à trouver le sommeil et à dormir mieux)
    • Abaisse la tension artérielle
    • Participe à éviter les maladies cardiovasculaires
    • Améliore la concentration, le recentrage sur soi-même
    • Détend l’ensemble du corps, permet de se relaxer (exercice de relaxation)
    • Dans les cas d'arrêt du tabac, pour diminuer la quantité de nourriture ingérée, etc.

     La cohérence cardiaque, généralité

    Pour plus de précisions, voir RESPIRATION Cohérence cardiaque

    • Commencez par souffler par la bouche le plus longtemps possible et le plus complètement possible avant d’inspirer.
    • Puis, inspirez par le nez en utilisant la respiration abdominale, c’est-à-dire : relâchez les abdominaux et commencez l'inspiration en gonflant d’abord l'abdomen, puis le thorax (schéma ci-dessous, voir aussi Respiration complète : La Vague).

    En plus d’être profonde, la respiration abdominale permet de détendre le plexus solaire, source de nos émotions et de nos tensions. Le diaphragme en descendant pousse les viscères vers le bas et l’extérieur (ceux-ci n’étant pas compressibles) et provoque un massage interne de notre abdomen.

    La respiration thoracique se fait au contraire en bloquant le mouvement du diaphragme et en soulevant la cage thoracique grâce aux muscles élévateurs des côtes situés au niveau de notre cou créant ainsi de grandes tensions dans cette région.

    RESPIRATION Cohérence cardiaque

    • Puis expirez à nouveau en soufflant par la bouche lentement et complètement et en contractant vos abdominaux pour chasser l’air
    • Continuez de respirer en appliquant la technique de cohérence cardiaque c’est-à-dire sur un cycle inspiration-expiration de 10 secondes soit 5 secondes pour inspirer et 5 secondes pour souffler.
    • Maintenez ce rythme durant 30 cycles (durée 5 minutes)

     ↑haut de page↑

    Voir aussi Respiration dans le Chakra du Cœur

     

    Respiration pour stopper un malaise

    Lors d'une syncope vaso-vagale (évanouissements après une émotion forte), la fréquence cardiaque diminue soudainement, et le cerveau est moins alimenté par le flux sanguin. Cela conduit à une brève perte de conscience. Ce phénomène est une anomalie des actions réflexes contrôlées par le système nerveux autonome (SNA), lui même créé par les systèmes nerveux sympathique et parasympathique. Les actions parasympathiques, conduites par le nerf vagal, baissent le rythme cardiaque et la pression artérielle. [...] les chercheurs ont effectué un test "positionnel" sur deux femmes de 56 et 62 ans, ayant des antécédents de syncopes vaso-vagales.

    Allongées sur une table, on a mesuré leurs fréquences cardiaques et pressions artérielles après l’inclinaison soudaine à 60° de leur corps. Au moment où leur pression artérielle a commencé à ralentir, les participantes ont été invitées à

    • effectuer 2 inspirations rapides avec la bouche fermée
    • puis à bloquer leur respiration
    • et enfin à expirer doucement

     ↑haut de page↑

    Voir

    Chutes de tension

    Ce qu’il faut faire pour stopper un malaise

    Voir aussi Respiration thoracique

    Autres respirations, voir : Respirations particulières

     

    Respiration essénienne

    Le cancer est ce genre de maladie qui vous oblige un peu à faire ce que vous auriez toujours dû faire. Souvent un changement de vie doit se réaliser. La règle principale est que votre corps doit devenir un sanctuaire dans lequel vous ne laisserez entrer que le beau, le bon et le pur.

    Mais cela devrait aussi être une règle de vie de tous les jours, même sans maladie... pour vous éloigner du chemin du cancer, qui sait ;-)

    La respiration essénienne permet un nettoyage du corps et de l’esprit. Elle aide à vous recentrer dans les situations difficiles afin de retrouver votre calme et de prendre de la distance face aux aléas de la vie, de la maladie... (*)

    Cette respiration s’effectue en 4 temps.

    • inspiration en visualisant l’air entrer dans votre corps et apporter la lumière, l’équilibre, l’harmonie, le bien-être, la santé, la beauté, la force et l’énergie.
    • pause respiratoire de quelques secondes, pour que votre être intègre en lui ces éléments positifs.
    • expiration en visualisant l’air emporter toutes les impuretés physiques, énergétiques et psychologiques qui sont en vous, afin qu’elles retournent à la Terre pour y être recyclées.
    • pause respiratoire de quelques secondes en vous reconnectant à votre être intérieur.

     ↑haut de page↑

    (*) D'après le message de Michel & Dr. Luc Bodin
    Cancer, les chemins de guérison - Les Éditions Écho Santé inc. 11355, 1e av., St-Georges, Qc, Canada, G5Y 2C6

    Voir

    Respiration carrée

    Visualisation créative

    Voir la FP Exercices de Sophrologie

     

    Hoquet

    vous vous guérirez du hoquet si vous arrivez à bâiller

    Alain, Propos sur le Bonheur, XVII – Gymnastique (voir Bâillements)

    En yoga, on considère que Prâna est divisé en 10 fonctions principales. Il existe d'autres souffles (dont 5 Upa-Prânas qui régulent d’importantes fonctions dans le corps humain), chacun ayant un rôle bien précis : clignement de la paupière, éternuements, hoquet... Aucun de ces souffles n'est positif ou négatif. L'essentiel est d'en respecter l'équilibre. Tous nous permettent de vivre, de gérer au mieux notre nature personnelle. Ils sont aussi une invitation formidable à vivre pleinement notre rôle sur terre, celui de lien vivant entre l'univers et le créateur.

    À propos de "Souffle" - Svara

    Le hoquet consiste en contractions réflexes du diaphragme qui entraînent celles des muscles situés entre les côtes, accompagnées d’un blocage de la glotte. Il surgit généralement quand on a mangé trop vite, après un fou rire ou pendant la grossesse. Le tabagisme ou la consommation d’alcool le favorisent.

    Le hoquet est, dans la grande majorité des cas, tout-à-fait inoffensif.

    Toutefois

    ... il est de rares situations dans lesquelles il peut durer longtemps, plus de 48 h, voire plus d'un mois. Dans ce cas, il s'agit d'un « hoquet chronique » qui appelle une consultation chez le médecin. Celui-ci recherchera la cause de ce hoquet et prescrira un traitement adapté.

    Hors ce cas particulier, le hoquet passe très souvent tout seul, dès lors qu'on n'y pense pas et que l'on ne se crispe pas. Pour l'aider cependant à passer,

    il existe un grand nombre de remèdes populaires, efficaces pour certains, pour d'autres, non, mais qui ne coûtent rien à essayer... on ne sait jamais :

    • Suspendre sa respiration le plus longtemps possible.
    • Respirer profondément plusieurs fois de suite ou prendre des inspirations rapides.
    • Boire un grand verre d’eau d’une traite ou ½ verre d'eau par petites gorgées sans respirer.

    Vous pouvez utiliser à la place l'une des deux tisanes, ci-dessous. Il est recommandé de composer les mélanges à l'avance, pour les avoir tout prêts en cas de besoin, car ce sont des remèdes qui peuvent être utiles en d'autres circonstances...

    • Manger du pain sec ou laisser fondre sur la langue un morceau de sucre arrosé de quelques gouttes de vinaigre ou de jus de citron.
    • Pour bébé, interrompre la tétée pendant quelques courts instants afin de le laisser faire un rot et reprendre sa respiration.
    • S'allonger sur le dos et amener les genoux contre la poitrine
    • Mettre la tête à l’envers ou se pincer le petit doigt.
    • Frotter le palais avec le pouce * (principe utilisé dans les trucs de grand-mères tels que boire un verre contenant une petite cuiller à l’envers ou laisser fondre un sucre sur la langue)
    • Appuyer fermement au milieu de la troisième phalange - phalange distale ou phalangette - des auriculaires * (face interne de la main). Conserver cette position jusqu’à sentir « la bulle se décoincer »… qui prend souvent la forme d’un petit rot.

    Respirations antidotes

    ____________________

    * Source : Hoquet 

    Voir aussi Hasta-mudrâ

     ↑haut de page↑

    – Manœuvre de Van Wijlick

    La manœuvre de Van Wijlick conseillée par le Dr Frédéric Saldmann (auteur de Prenez votre santé en mains !, Albin Michel 2015), consiste à

    • bomber la poitrine et rapprocher les omoplates en reculant les épaules le plus en arrière possible, tout en retenant sa respiration pendant une dizaine de secondes.
    • Si le hoquet dure plus de 48 heures, il est indispensable de consulter.

     

    – Plantes utiles

    Mélange antispasmodique

    En parties égales :

    • Tilleul
    • Camomille
    • Oranger doux (feuilles)
    • Mélisse
    • Une forte pincée / tasse. Infusion de 2 minutes. Boire tiède.

    Mélange calmant

    En parties égales :

    • Valériane
    • Basilic
    • Serpolet (variété de Thym)
    • Mélisse
    • Une poignée pour ¼ de litre d'eau. Infusion 15 minutes.
    • 3 tasses / jour à titre indicatif.

     

    Sources

    La bonne fame n'aime pas les gros maux

    Petits bruits du corps humain : quand faut-il s'inquiéter ?

     

    Manœuvres d'équilibrage

    La manœuvre de Valsalva, du nom de son inventeur Antonio Maria Valsalva, est une manœuvre permettant d'équilibrer la pression entre l'oreille externe et l'oreille moyenne, par exemple lors d'une plongée sous-marine, un voyage en avion ou en TGV.

    Bâillements

    Initialement, cette technique est utilisée pour évacuer du pus, chez certains patients, après avoir percé le tympan par paracentèse.

    Cette manœuvre consiste à rétablir de force l'équilibre entre la pression extérieure (pression de l'eau par exemple dans le cas d'un plongeur) et la pression intérieure de l'oreille moyenne en insufflant de l'air par le biais des trompes d'Eustache.

    • Elle est relativement traumatisante pour les tissus et notamment les tympans.

    Il est donc recommandé d'éviter de l'effectuer de manière trop fréquente ou trop violente, surtout si on ne la maîtrise pas correctement.

    • À noter que l'on risque un barotraumatisme important de l'oreille si l'on pratique la manœuvre de Valsalva pendant la remontée en plongée – il faudrait faire une manœuvre inverse, comme...

     La manœuvre de Toynbee

     ↑haut de page↑

     Méthode de Valsalva

    • Prendre sa respiration, se boucher le nez, fermer la bouche et faire monter la pression pulmonaire jusqu'à ce que les trompes d'Eustache s'ouvrent et que les tympans se rééquilibrent, produisant un petit claquement dans les oreilles.
    • L'idéal est de ne pas se pincer le nez (création d'une pression supplémentaire), mais d'appliquer la pulpe de l'index sur une narine et la pulpe du pouce sur l'autre.
    • Pendant la manœuvre, on peut faciliter l'ouverture des trompes d'Eustache en déglutissant (avalant sa salive) ou en mimant une déglutition.

    Cette méthode doit être utilisée de manière douce afin d'éviter les risques de coups de pistons qui seraient traumatisants pour l'oreille.

     

     Une variante de Valsalva

    • Moins traumatisante, elle consiste à effectuer un Valsalva avec un nez non pincé.
    • L’expiration nasale d’un coup sec vient alors non pas buter sur le vestibule narinaire mais au niveau de la chambre du masque de plongée qui recouvre le nez.

    Elle n’apporte pas les dangers du Valsalva et est facile à renouveler de nombreuses fois de façon itérative et douce. Cette technique a l’avantage de ne pas nécessiter la pince des doigts, ce qui est utile quand les mains sont occupées (comme pour les moniteurs, les photographes, certains scaphandriers), et cette manœuvre n’entraîne pas d’hyperpression thoracique, et réduit notablement les risques d’hyperpression tubo-tympanique. [...]

    GASM Toulouse (Groupe d'Activités Sous-Marine chasse sous-marine et apnée)

    Autres, voir : Bâillements

     

    Les respirations par la bouche

     

    Les RESPIRATIONS PAR LA BOUCHE sont souvent thérapeutiques ou pour des exercices spéciaux

    Petit truc quand on a du mal à cracher

    ... et quand l'erreur consiste à s'épuiser en toussant...

    • Il est préférable d'inspirer par le nez, afin d'humidifier et de réchauffer l'air,
    • puis de racler la gorge en soufflant, bouche serrée en cul-de-poule, en émettant « rhâââ ! » 
    • Les glaires remonteront alors sans fatigue ; il vous suffira de toussoter, à la fin, pour les expulser.

    Remarque : lors de cet exercice, reposez-vous et surveillez votre pouls, l'apparition d'éventuelles sueurs ou un malaise...

    Vu dans Respirations par la bouche

     

    Sauvetage

    Respirer un peu, beaucoup, passionnément, à la folie... pas du tout

    Ces trois petits modules font le point sur des « respirations » très spéciales, qui peuvent sauver des vies ou sont des symptômes de problèmes de santé, ou encore sont utilisées dans des exercices précis...

    Choisissez votre émission - CO, O2, CO2... ;-) !

     

    Les tout premiers soins à autrui

    1. Aérez le local aussi largement que possible afin de procurer à la victime de l'air pur et d'éviter d'être asphyxié à votre tour. Fermez la source de l'accident (gaz, moteur...)
    2. Alertez SAMU ou pompiers en précisant qu'il s'agit d'une asphyxie par CO, afin qu'ils se munissent d'oxygène.
    3. Sans attendre leur arrivée, commencez la respiration artificielle -si vous pouvez, sinon demandez l'aide d'une personne sachant la pratiquer.
      Même si elle respire encore, ne perdez pas la victime de vue : sa respiration peut s'arrêter à chaque instant.
    4. Dès l'arrivée des secours, passez-leur la main.

     

     

    Piqûres de rappel

    Voir aussi Conseils divers pour la pratique du yoga

     ↑haut de page↑

    • Il existe autant d'exercices de respiration que vous voulez.

    Vous pouvez apprendre à bien respirer debout, couché, en suivant tel ou tel rythme, en inspirant par la narine D et en expirant par la G, en vous plaçant devant une fenêtre ouverte, le matin, etc.

    Remarque. En ce qui concerne la respiration alternée (Nâdi-Shodhana), cependant, pratiquer couché n'est pas conseillé : il faut que l'air puisse entrer et sortir librement ; or, si vous êtes allongé, l'air a tendance à stagner.

    Il faut que l’air puis entrer et sortir sans problème. Or, si vous avez le corps allongé, l’air a tendance à stagner… - See more at: http://www.espritsciencemetaphysiques.com/technique-de-respiration.html#sthash.gopdLxCn.dpuf
    Il faut que l’air puis entrer et sortir sans problème. Or, si vous avez le corps allongé, l’air a tendance à stagner… - See more at: http://www.espritsciencemetaphysiques.com/technique-de-respiration.html#sthash.gopdLxCn.dpuf

    Ce n'est pas l'exercice qui compte, mais sa fréquence et la manière de le faire.

     

    • Lorsque vous débutez dans la pratique d'exercices de respiration.

    Dans un premier temps il n'est pas nécessaire de vous demander à quel moment vous devez inspirer ou expirer : laissez venir l'inspiration ou l'expiration automatiquement, sans chercher à provoquer l'une ou l'autre.

    C'est ce que recommandent les guérisseurs-magnétiseurs à ceux qui commencent à s'exercer dans la concentration et qui ne sont pas à l'aise avec la respiration.

    Voir

    Respirations fondamentales

    Anuloma, Pratiloma, Viloma

     

    • Des problèmes pour le comptage ?

    Respirations fondamentales

    Sachez, qu’en moyenne, 20 respirations "standard" (sans rétentions) équivalent à environ 1 minute.

    Voir RESPIRATION CARRÉE

     ↑haut de page↑

    Quelques points de repère

     

     

    Respirations fondamentales

     

     ↑haut de page↑

    Quelques renvois

    >>> en savoir plus sur le Prânayâma

    >>> entraînement progressif au Prânayâma - Nâdi-Shodhana

    >>> respirations par la bouche

    Voir aussi

    Respirations fondamentales

    Prâna-prépa

    Documentation

    Respirations particulières 

    Respiration psychique

    Respiration des yeux

     

     

     

    haut de page

     

    Enregistrer