• VIGNES ROUGES Jean (des) 1879-1970

     

     

    Jean Taboureau, né à Bligny-les-Beaune (21, Côte-d'Or) le 28 avril 1879, et décédé à Versailles le 14 août 1970 (91 ans), est un officier et écrivain français.

    Officier supérieur, magistrat de justice militaire (licencié en droit) professeur de psychologie à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (56380 Guer, Morbihan) et à l'École militaire de Saint-Maixent (79400, Deux-Sèvres)

    Il fut également poète, et homme de lettres sous le pseudonyme Jean des Vignes Rouges.
    Fils de vigneron, il décrit son enfance au travers d'un roman : L'Enfant dans les vignes.

     

    Formation

    Jean quitte l'école primaire dès 14 ans pour travailler dans les vignes familiales.

    En 1898, il s’engage au 86e RI au Puy.

    En 1902, il intègre en 1902 l'École militaire de Saint-Maixent où il est admis 13e sur 262 (promotion "Centre-Africain" 1902-1903). Il en sort sous-lieutenant et est affecté à Rennes (35) au 41e RI. Il obtient alors une dispense de baccalauréat pour suivre les cours de la Faculté de droit de cette ville.

    En 1906, il obtient sa licence de droit en 1906 avec les félicitations du jury.

     

    Armée

    De 1908 à 1910, il est professeur de psychologie à l'école de Saint-Maixent. Il occupe ensuite le même poste en 1910 à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr où il aura pour élève Charles de Gaulle et Alphonse Juin, Marie Emile Béthouart et bien d'autres futurs grands chefs militaires.

    En 1914, il participe à la guerre avec le 231e RI puis le 31e et à l’état-major de la 10e division.

    En 1917 il fonde et anime La Revue du front et du souvenir : mémorial de la Grande Guerre (Imprimerie Tequi & Guilloneau, Paris, revue mensuelle numérisée et numéros disponibles dans Gallica (gallica.bnf.fr) bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France BnF)

    En 1918, il appartient au 2e Bureau puis à la Section d'Information du GQG.

    À la fin de la guerre, après une grave maladie, il est affecté à Saint-Cyr où il retrouve sa chaire de professeur de psychologie.

    En 1922, il entre dans la Justice militaire comme magistrat (commissaire du gouvernement au Conseil de guerre) à la tête de la 3e région à Rouen. Son attachement à l’École de Saint-Maixent lui inspire la devise devenue celle de l’École militaire Interarmes :

    « Le Travail pour Loi, l'Honneur comme Guide »

    En 1934, il obtient sa mise à la retraite anticipée et se retire à Versailles.

    Le 14 Août 1970, il meurt subitement en son domicile de Versailles.

     

    Honneurs

    Une rue de Versailles porte son nom (rue Jean des Vignes Rouges), ainsi qu'un prix littéraire décerné par l'Académie de Versailles : grand prix Jean des Vignes Rouges.
    Il se voit également décerné la grande médaille de la ville de Versailles.

    Premier grand prix de littérature de Seine-et-Oise (78 *)

    * De la Seine-et-Oise aux Yvelines

     

    Membre

     

    Œuvres

    On connaît plus de 2000 articles et essais de sa plume, tant ouvrages de souvenirs militaires que de psychologie, romans et poésies.

    Parmi eux... voir Wikipédia

     

     

     

    haut de page