• BOUTARIC Augustin 1885-1949 (physicien et chimiste)

     

    « Ô lumière, Déesse radieuse et bienfaisante qui répand sur tous la joie et la beauté, qui inspire l'artiste et fournit au sage le thème d'inépuisables méditations, tu n’es jamais redoutable et tu ne règnes point par la crainte.

    Tout ce qui vit t'aime et te cherche.

    Ceux qui ne te connaissent pas s'efforcent de te concevoir.

    Ceux que tu abandonnes ne peuvent se consoler de t’avoir perdue »

    Professeur A. Boutaric (1885-1949), physicien et chimiste français, Faculté de Dijon.

     

     

    Biographie

    Augustin Boutaric naît le 12  août 1885 au mas de Lacroix, sur la commune de Béduer dans le Lot, où son père Léopold est instituteur. Il hérite la vocation paternelle et est reçu premier (major) à l’agrégation de sciences physiques en 1908 [1]

    Après un passage de trois ans au lycée de Pau, puis à la faculté des sciences de Montpellier jusqu’en 1919, il est nommé chargé de cours à la Faculté des sciences de Dijon (Côte-d'Or), puis professeur en juillet 1921. Dès lors Dijonnais jusqu’à la fin de sa vie, il y effectuera toute sa carrière.

    Il fut également membre de Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon [2]

    Physicien de grande renommée et chimiste français, il écrit de nombreux ouvrages, signe des articles dans diverses revues scientifiques, la collection Que sais -je ? ou Les Mémoires de l’académie de Dijon dont il est membre. Enseignant dévoué et chercheur infatigable, il déborde d’énergie.

    Pourtant, depuis 1919, il est aveugle. Après avoir été mobilisé le 08  février 1919, il est affecté au laboratoire d’études chimiques de guerre où il travaille sur les gaz toxiques asphyxiants. Là, une intoxication lui cause la perte à peu près totale de la vue. Invalide de guerre (pensionné à 95 %), il est fait chevalier de la Légion d'honneur [3] le 03 novembre 1923 (ou en 1929 ?)

    [1] André Chervel, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1950 »
    sur Ressources numériques en histoire de l'éducation

    [2] http://www.acascia-dijon.fr/accueil/histoire/ [archive]

    [3] archive de http://www.patrimoine-de-france.org/hommes/honneurs-60.html 

     

     

    Anecdote

    Pendant l’Occupation allemande, à l’époque où “les murs ont des oreilles”, il oublie parfois toute prudence en commentant favorablement quelques positions de Pétain. Quand il surprend une étudiante dans son bureau à la recherche des sujets de l’agrégation, il ne pense pas que celle-ci voudra se venger. C’est ce qu’elle fait à la Libération en l’accusant de collaboration. L’affaire Boutaric secoue l’intelligentsia dijonnaise. Des personnalités comme le chanoine Kir ou le directeur de l’école de garçons de la Maladière, Max Couhier, prennent sa défense contre ses adversaires motivés, pour la plupart, par la jalousie… d’un infirme. Lavé de tout soupçon lors de son procès, il meurt peu après (le 31 mars 1949), en pleine activité à Dijon, dans sa 64e année.

     

     

    Bibliographie

    • Oscillations et vibrations : étude générale des mouvements vibratoires (1912)
    • Influence de l'éclipse de soleil du 17 avril 1912 sur la propagation des oscillations électriques (1912)
    • Contribution à l'étude du pouvoir absorbant de l'atmosphère terrestre (1918)
    • Phosphore, arsenic, antimoine (1920)
    • La vie des atomes (1923)
    • La lumière et les radiations invisibles (1925)
    • La Chaleur et le Froid. Avec 68 figures dans le texte (1927)
    • Marcellin Berthelot, 1827-1907 (1927)
    • Quelques opinions sur les fouilles de Glozel / A. Boutaric (1927)
    • Les ondes beriziennes et la télégraphie sans fil (1929)
    • Essai sur les principes de la thermodynamique (1929)
    • Les colloïdes et l'état colloïdal (1931)
    • Les grandes inventions françaises (Paris, 1932)
    • Les sciences. Les sciences mathématiques, les sciences biologiques, les sciences physico-chimiques (en collaboration avec Jean Rostand et Pierre Sergescu ; 1933)
    • Les conceptions actuelles de la physique (1936)
    • Les Rayons X (1942)
    • Pour comprendre l'électricité (1943)
    • Les colloïdes et leurs applications (1943 ; 1948)
    • La physique de la vie (Paris, 1945)
    • Au seuil de l'ère atomique (1947)
    • Matière, électricité, énergie (1948)
    • Pour comprendre l'électricité (1948)
    • Pour résoudre les problèmes d'électricité (1948)

     

     

    Sources

    www.bienpublic.com (15/02/2012) pour la Biographie et l'Anecdote

    Wikipédia pour la Biographie et la Bibliographie

    Notice publication (Martine François, à jour 08/11/2011) pour la Bibliographie

     

     

    + À consulter

    Bibliothèque de Bordeaux

     

     

     

    Haut de page