• AUTOMNE Conseils du Shiatsu

    Page créée le 08 octobre 2017

    Voir la série AUTOMNE

     

    L’automne, une saison particulièrement importante d’un point de vue énergétique.

      Saison intermédiaire, elle est située entre la saison de forte activité (l’été) – le yang du yang – et la saison du repos et de l’intériorité, l’hiver de type yin. Autrement dit, une énergie de yang finissante en même temps qu’une énergie de yin naissante. Cet entre-deux induit parfois des déséquilibres et désagréments chez nombre de personnes. Quelques conseils peuvent en limiter les effets et nous aider à vivre une bonne saison automnale…

     

    Voir

    Shiatsu, l'énergie au bout des doigts

    Automne des extraits du Site makko-ho-metal2

    Voir aussi Préparez votre hiver en Yoga et Shiatsu

    Stimulez le poumon !

    makko-ho-metal2

    De manière générale, tout ce qui va stimuler le poumon est bénéfique en cette saison et va avoir une action positive sur les déséquilibres cités précédemment.

    Respirez un grand coup et vous verrez déjà le monde autrement !!!

    Plus concrètement, la pratique de la piscine ou du jogging (courez raisonnablement sans jamais être essoufflé) sera particulièrement détendante et favorisera la prise de recul.

    La natation apporte un équilibre et une harmonie au développement physique en sollicitant d'autres fonctions physiologiques que les simples muscles.

    Vous pouvez également, si vous en avez la possibilité,  redécouvrir votre région au travers de promenades en pleine nature (mieux qu’en ville).

    Il va de soi que l’arrêt du tabac (ou sa réduction) va dans le bon sens.

    Quelques liens externes pour infos et conseils

    Voir aussi

     

    Les étirements des méridiens correspondants seront particulièrement bénéfiques.

     

    Étirements des méridiens du poumon/gros intestins

    makko-ho-metal2

    Retrouvez aussi Yoga Chromo de Jean-Marc Lombard, article duquel j’ai puisé une partie de la description et la photo de l’exercice ci-dessous.

     

    « roll-up »

    Effets

    • Le massage et la mobilisation de toute la partie scapulaire amènent un bienfait incontestable.
    • En kinésiologie, ce geste est aussi celui de l’Énergie Gros-Intestin : la posture travaille sur le territoire de méridien Gros-Intestin, en étirement.
    • Indiqué en cas de constipation et psychologiquement : la rancune, la rancœur. Je constipe psychologiquement sur quoi ?
    • Vous êtes debout, jambes écartées à la larguer des épaules, ou un peu plus.
    • Tendez les bras dans le dos et entrelacez les doigts.
    • Les pouces croisés sont dirigés vers les fesses : ne tournez pas les paumes vers le bas.
    • Effectuez une flexion du tronc vers l'avant, en relâchant la tête.
    • Basculez les bras les bras vers le haut, par-dessus la tête.
    • Les paumes se trouvent alors orientées vers le dos.
      • À l’inspiration, gonflez le ventre en détente.
      • À l’expiration, rentrez le ventre et creusez la poitrine.
    • Le dos s’étire en détente et les bras passent peut-être un peu mieux par-dessus les épaules.

    Si possible (idéalement)

    • Faites ceci 2 à 3 fois par jour pendant 5 jours.
    • En hiver autour de 7h et/ou 19h.
    • En été autour de 8h et/ou 20h.

    Conseils

    • Laissez bien tomber la tête.
    • Si les muscles à l’arrière de vos jambes sont raides et vous limitent dans la flexion avant, n’hésitez pas à plier les genoux pour que le bassin puisse mieux tourner autour des hanches et la tête se rapprocher du sol (ou en prendre la direction)
    • Attention : ne forcez jamais et laissez toujours la posture évoluer à son rythme : chacun doit respecter l’étape d’étirement où il se trouve.

     

    Aidez le rein à se recharger pour l’hiver

    En hiver, saison du repos, le corps recharge les batteries pour l’année qui vient. Cette énergie se « stocke » dans la région des reins.

    Il convient donc de stimuler le rein à la saison précédant l’hiver, en l’occurrence l’automne, pour être sûr de bien recharger ses batteries annuelles.

    Les étirements des méridiens du Rein/Vessie, ainsi qu’une alimentation spécifique permettent d’y arriver naturellement.

    • Vous êtes assis assis, les jambes tendues et les pieds joints. Placez les mains près des fesses.
    • Soulevez-vous, bras tendus, puis redescendez en vous plaçant bien en appui sur les ischions (os des fesses)
    • Étirez les bras vers le bas, puis penchez le buste sur l’avant avec l’idée de poser la poitrine sur les cuisses.
    • Suivez le principe d’étirement du souffle à l’expiration pour amener progressivement le ventre vers l’avant des cuisses.
    • Tenez la position à l’inspiration pour progresser lors de l’expiration.

    Autre position

    • Assis, pliez un genou vers l’arrière et l’autre jambe tendue sur laquelle vous travaillerez.
    • À l’expiration, descendez vers le pied de la jambe allongée, toujours avec l’idée d’amener progressivement la poitrine sur la cuisse de cette même jambe.
    • Maintenez l’étirement à l’inspiration pour descendre un peu plus à chaque expiration.
    • Vous pouvez rester dans cette position de manière plus prolongée de façon à sentir la progression de l’étirement.
    • Changez de jambe une fois ce premier étirement réalisé.

     

    Un des meilleurs critères dans une posture est la notion de patience : pouvez-vous attendre sans impatience la fin des respirations ? Vous sentez-vous bien ?

     

    Exercices respiratoires et méditations

    makko-ho-metal2

    L’intérêt principal des exercices respiratoires ou méditatifs est de faire descendre l’énergie dans le ventre, ce que les japonais appellent le hara. L’énergie du rein qui se situe dans cette même région s’accroît ainsi dans un même temps. Il permet de se centrer ou autrement dit de s’ancrer dans la terre.

    La métaphore de l’arbre est ici éclairante.

    L’être humain est comme un arbre : pour qu’il s’élève, il faut que ses racines grandissent d’autant dans le sol. À défaut de cette profondeur de racines, il risque de tomber en cas de tempête (des émotions fortes, un choc affectif, une activité intellectuelle harassante) et plus généralement en cas de trop grande densité énergétique dans ses branchages (le haut du corps). L’être humain, s’il n’est pas bien ancré dans le sol, risque d’être emporté par ces mouvements.

    Ce n’est pas tant l’intensité de la tempête qui est importante (sur laquelle parfois on ne peut pas grand-chose) que la capacité de l’arbre à y résister par la profondeur de ces propres racines. Cela signifie également que l’on ne calme pas un mental agité par le mental lui-même -en se répétant par exemple : « je me calme, je me calme… » ou bien « je vais m’endormir, je vais m’endormir... »- mais en revenant à son corps et plus particulièrement à ce qui le rattache à la terre : sentir son bas ventre, ses pieds ancrés dans le sol, etc.

    C’est ce que cultive et développe l'exercice suivant.

    Retrouver son ancrage à la Terre

    • Assis sur une chaise, les pieds bien posés par terre, le dos droit, les mains en dessous du nombril, les pouces formant un cercle autour de ce dernier.
    • Respirez selon ce principe :
      • À l’inspiration, gonflez le ventre en poussant vos mains vers l’avant.
      • À l’expiration, rentrez sans forcer votre ventre, en cherchant plutôt la sensation d’abandon et de lâcher-prise.
      • En quelque sorte, laissez bien mourir votre expiration.
      • Attendez alors deux secondes dans cet état de dissolution avant de reprendre une nouvelle inspiration.
    • Concentrez-vous petit à petit sur la sensation de chaleur qui se développe sous vos mains.
    • Savourez le plaisir de sentir cette chaleur qui s’accroît petit à petit
    • Associez-y maintenant l’un après l’autre les sentiments de sécurité, de confort et de douceur (pour vous aider, vous pouvez penser à des moments ou des lieux où vous avez ressenti ces émotions).
    • Imaginez chaque nouveau cycle de respiration condensant un peu plus ces sentiments au sein du ventre.
    • Continuez ainsi jusqu’à former petit à petit une espèce de cocon intérieur qui, à partir de votre ventre, inonde tout votre corps entier.
    • Rassasiez-vous alors complètement de ces émotions positives, un peu comme si votre être s’y baignait totalement.

    Une fois empli de ces émotions et du plaisir qu’elles vous procurent, cherchez à vous souvenir de ce moment pour pouvoir vous en rappeler et vous y reconnecter en cas de besoin (situations difficiles, émotions fortes, éparpillements, fatigue…)