• Info Encyclique du Pape François

     

    Encyclique du Pape François

    (extraits et discussion)

     

    113. [...] les gens ne semblent plus croire en un avenir heureux, ils ne mettent pas aveuglément leur confiance dans un lendemain meilleur à partir des conditions actuelles du monde et des capacités techniques. Ils prennent conscience que les avancées de la science et de la technique ne sont pas équivalentes aux avancées de l’humanité et de l’histoire, et ils perçoivent que les chemins fondamentaux sont autres pour un avenir heureux. Cependant, ils ne s’imaginent pas pour autant renoncer aux possibilités qu’offre la technologie. L’humanité s’est profondément transformée, et l’accumulation des nouveautés continuelles consacre une fugacité qui nous mène dans une seule direction, à la surface des choses. Il devient difficile de nous arrêter pour retrouver la profondeur de la vie. S’il est vrai que l’architecture reflète l’esprit d’une époque, les mégastructures et les maisons en séries expriment l’esprit de la technique globalisée, où la nouveauté permanente des produits s’unit à un pesant ennui. Ne nous résignons pas à cela, et ne renonçons pas à nous interroger sur les fins et sur le sens de toute chose. Autrement, nous légitimerions la situation actuelle et nous aurions besoin de toujours plus de succédanés pour supporter le vide.

    Pape François encyclique Laudato Si'Sur la sauvegarde de la maison commune24/05/2015
    T
    roisième Chapitre - La racine humaine de la crise écologique (p.89)

      

     

    Sources d'inspiration

    [Le Pape François] puise [...] largement dans la sagesse des autres Églises et des autres religions.
    Il cite [- ou évoque - entre autres] le patriarche de Constantinople Bartholomée [...] le protestant Paul Ricœur... (Laudato si : François fait parler François)

    Saint François d'Assise tient également une bonne place, évidemment. Sa célèbre hymne Cantique de Frère Soleil ou des Créatures est mentionnée dans l'Encyclique du Pape François.

    Continuons avec ce deuxième extrait de l'Encyclique

    233. L’univers se déploie en Dieu, qui le remplit tout entier. Il y a donc une mystique dans une feuille, dans un chemin, dans la rosée, dans le  visage du pauvre. L’idéal n’est pas seulement de passer de l’extérieur à l’intérieur pour découvrir l’action de Dieu dans l’âme, mais aussi d’arriver à le trouver en toute chose (159), comme l’enseignait saint Bonaventure :

    « La contemplation est d’autant plus éminente que l’homme sent en lui-même l’effet de  la grâce divine et qu’il sait trouver Dieu dans les créatures extérieures » (160)

    Pape François encyclique Laudato Si'Sur la sauvegarde de la maison commune’ 24/05/2015
    Sixième Chapitre - Éducation et spiritualité écologiques
    VI Les signes sacramentaux et le repos pour célébrer (p.175)

    Notes

    (159) Un maître spirituel, Alî al-Khawwâç, à partir de sa propre expérience, soulignait aussi la nécessité de ne pas trop séparer les créatures du monde de l’expérience intérieure de Dieu. Il affirmait :

    « Il ne faut donc pas blâmer de parti pris les gens de chercher l’extase dans la musique et la poésie. Il y a un ‘‘secret’’ subtil dans chacun des mouvements et des sons de ce monde. Les initiés arrivent à saisir ce que disent le vent qui souffle, les arbres qui se penchent, l’eau qui coule, les mouches qui bourdonnent, les portes qui grincent, le chant des oiseaux, le pincement des cordes, les sifflement de la flûte, le soupir des malades, le gémissement de l’affligé... »

    Eva de Vitray-Meyerovitch [éd.] Anthologie du Soufisme, Paris 1978 (p. 200) [archive]

    >>> [...] hoquet [des catholiques traditionalistes] lorsque le pape François évoque un sage musulman, le mystique soufi Alî al-Khawwâç pour soutenir sa réflexion sur l’omniprésence de la mystique dans la vie de tous les jours (section 233). Arriver à trouver la mystique en toute chose, c’est ce qu’apprend donc le maître spirituel musulman Alî al-Khawwâç... Qu’un pape inscrive un sage musulman dans une encyclique : la nouveauté a été pointée aux quatre coins du monde (Le Temps samedi 20 juin 2015). Mais attention ! La note 159 n’est que complémentaire...

    (160) In II Sent., 23, 2, 3

     

     

    À propos de Teilhard de Chardin (*) présent dans l'Encyclique du Pape François

    (Le Temps samedi 20 juin 2015)

    La lecture attentive de la dernière encyclique du pape François réservera aux âmes attentives des détails qui l’articulent quelques surprises pleines de piquant.
    La plus considérable concerne un père jésuite fort en vogue aujourd’hui parmi les théoriciens de l’Internet, le père Teilhard de Chardin.
    C’est sa théorie de la noosphère qui l’a rendu populaire auprès des théoriciens du net et des communautés de l’open source. Les uns et les autres sont fascinés par ses idées concernant la convergence croissante des activités intellectuelles de la planète entière - ce que Teilhard de Chardin appelle la « noosphère » précisément- conçue comme une sorte de conscience collective globale, dont le net serait aujourd’hui l’expression la plus pure.
    Teilhard de Chardin écrit :

    « l’avènement de l’homme marque un palier entièrement original, d’une importance égale à ce que fût l’apparition de la vie, et que l’on peut définir comme l’établissement sur la planète, d’une sphère pensante, surimposée à la biosphère, la noosphère »

    Cette noosphère enflammera tous les esprits connectés, du hacker Eric Steven Raymond (ESR pour les initiés), un des plus grands leaders du mouvement de l’open source, au nomade connecté Thierry Crouzet, qui évoque Teilhard de Chardin dans son livre l’Alternative nomade.
    Et voici que le pape François, suivant en cela les traces de son prédecesseur Benoît XVI s’y met aussi en évoquant Teilhard de Chardin au cœur même de son encyclique, section 83 :

    « L’aboutissement de la marche de l’univers se trouve dans la plénitude de Dieu, qui a été atteinte par le Christ ressuscité, axe de la maturation universelle »
    « Le Christ ressuscité, axe de la maturation universelle »,

    tous les exégètes du père Teilhard de Chardin frétille et la note 53 de l’encyclique confirme :

    « L’apport de P. Teilhard de Chardin se situe dans cette perspective » : cette perspective c’est, après la noosphère, l’avènement du Christ cosmique et la survenue du point oméga, pôle de convergence de l’évolution.

    Pareilles théories n’ont pas toujours été en odeur de sainteté au Vatican, qui, dans les années soixante mettait en garde les fidèles et surtout les jeunes esprits contre les écrits et les théories du père jésuite, jugé peu orthodoxe. C’était le fameux « Monitum del Sant’Ufficio contro Theilard de Chardin ».
    Depuis, le Vatican s’est assoupli face au génial jésuite et sa vision de la noosphère, du Christ cosmique et du point oméga : comme le note le Père François Euvé, directeur de la revue jésuite française “Études”, dans une conférence tenue récemment à Lausanne,

    « les idées de Teilhard de Chardin sont de plus en plus admises au sein de l’Église »

    En témoignent ces lignes de Benoît XVI, tirée de « Lumière du monde » (Bayard 2010) :

    « [Dieu] a pu créer, à travers la résurrection, une nouvelle dimension de l’existence. Il a pu, au-delà de la biosphère et de la noosphère, comme le dit Teilhard de Chardin, créer encore une nouvelle sphère dans laquelle l’homme et le monde ne font qu’un avec Dieu »

    Un Benoît XVI qui, lorsqu’il n’était encore que Josef Ratzinger tenait déjà le père Teilhard de Chardin en grande estime. Le pape François s’inscrit ici dans sa droite ligne.

    (*) « Une référence à un certain concept de "maturation universelle" bien comprise suivant la doctrine catholique pourrait ne pas être hétérodoxe. Mais il est bel et bien ici question du concept de "maturation universelle" DE Teilhard et SELON Teilhard. Sans plus de précision, ou de distanciation, c'est donc une référence à un concept qui finit par nier la Rédemption » (Meneau, 12 juillet 2015, Forum Catholique)

     

     

    PS. À l'attention des approximatifs et autres dyslexiques

    Le Forum Catholique (cela laisse à penser comment les écrits de la Bible elle-même ont pu être déformés et déformés... à faire froid dans le dos)

     

     

     

    Haut de page