• RESPIRATION 2 asphyxie

    Page créée en octobre 2017

    Bientôt l'hiver ou... les vacances

    Quoi qu'il en soit, tout au long de l'année et des saisons, les accidents par asphyxie ne sont malheureusement pas rares. Même si...

    ... l'asphyxie est le type par excellence de l'accident que l'on peut éviter... avec un rien de bon sens et d'attention !

    Nous porterons l'accent sur l'asphyxie par CO, ou oxyde de carbone, trop fréquente, hélas.

    0-RESPIRATION 2 Asphyxie

    Molécule de CO

     

    L'asphyxie, généralités

    L'asphyxie (du grec ancien α ̓σφυξι ́α, asphyxia : arrêt du pouls), ou suffocation, est l'impossibilité de respirer. Ce terme médical signifie l'arrêt plus ou moins long de la circulation d'oxygène dans le corps.

    L'asphyxie est une urgence médicale. Elle provoque une hypoxie (manque d'oxygène) et sans action extérieure, elle mène rapidement à l'inconscience voire à la mort. Une asphyxie prolongée peut également entraîner des séquelles au cerveau.

    Il existe plusieurs causes possibles de l'asphyxie

    • en cas de submersion, de noyade ;
    • une quantité excessive de liquide dans les poumons ;
    • l'absorption très importante d'alcool ;
    • une obstruction des voies respiratoires ;
    • la strangulation ;
    • le rétrécissement du larynx ;
    • la compression du thorax ;
    • le confinement excessif de la bouche et du nez (sac plastique, avalanche) ;
    • l'absorption de gaz irrespirables ;
    • au moment de la naissance (causes périnatales)

    ____________________

    Wikipédia

    Futura Santé

     

    L'oxyde de carbone

    Les plus simples et les plus communs des oxydes de carbone [1] sont le gaz carbonique CO2 [2] et l'oxyde de carbone CO [3]

    ____________________

    [1] corps composés, à l'état gazeux dans les conditions normales de pression et de température.

    [2]... ou dioxyde de carbone ou encore anhydride carbonique. Incolore, inodore, à saveur piquante.

    0-RESPIRATION 2 asphyxie

    CO2 n'est pas un gaz toxique

    Voir À propos de l'oxygène O2

    0-RESPIRATION 2 asphyxie

    O2 n'est pas un gaz inoffensif

    [3]... ou monoxyde de carbone : molécule de 1 atome de carbone et 1 atome d'oxygène.

     

    Incolore, parfaitement inodore et très toxique pour les mammifères, le CO est la cause d'intoxications domestiques extrêmement fréquentes parfois mortelles en cas d'absence de détection, ou de survenue brutale dans l'air respirable de l'homme.

    Il suffit de quelques traces de CO dans l'air pour détourner définitivement une bonne partie de l'hémoglobine du sang de son rôle de transporteur d'oxygène.

    Le CO se dégage surtout en cas de combustion incomplète du charbon (poêle)

    Des quantités élevées de CO sortent par le tuyau d'échappement des automobiles dont le moteur tourne -au bout de quelques instants, tout être vivant qui se trouve à proximité, dans un local fermé sans ventilation, est en danger de mort immédiate.

    Plus léger que l'air, le CO a tendance à s'élever. Lorsque du gaz de ville s'échappe et se mélange à l'atmosphère, le risque d'asphyxie se double d'un risque d'explosion avec brûlures.

     

    À noter : si "Butagaz'' et propane sont moins toxiques que le gaz de ville (odeur caractéristique : rapidement perceptibles en cas de fuite, ne contiennent pas de CO), plus lourds que l'air, ils tendent à s'accumuler sur le sol où ils constituent une nappe inflammable avec risques d'explosion et de brûlures.

     

    Les tout premiers soins à autrui

    L'asphyxie par CO provoque l'apparition d'une teinte rose saumon typique.

     

    Aérez le local aussi largement que possible afin de procurer à la victime de l'air pur et d'éviter d'être asphyxié à votre tour. Fermez la source de l'accident (gaz, moteur...)

    Alertez SAMU ou pompiers en précisant qu'il s'agit d'une asphyxie par CO, afin qu'ils se munissent d'oxygène.

    Sans attendre leur arrivée, commencez la respiration artificielle* -si vous pouvez, sinon demandez l'aide d'une personne sachant la pratiquer. Même si elle respire encore, ne perdez pas la victime de vue : sa respiration peut s'arrêter à chaque instant.

    Dès l'arrivée des secours, passez-leur la main.

     

    Aussi longtemps que le local n'a pas été convenablement ventilé, évitez d'y enflammer quoi que ce soit - briquet, allumette... - de manipuler un interrupteur, un téléphone filaire... de frotter un objet métallique sur un corps dur - bout ferré de chaussure contre le carrelage par exemple - : risque de dangereuses étincelles, d'explosion, cependant que l'utilisation d'une lampe de poche reste inoffensive.

     

    Les gestes qui vous sauvent

    Au moment où, brusquement, vous réalisez que vous vous trouvez menacé par le risque d’asphyxie par le gaz, le sang ne transporte déjà plus qu’une quantité réduite d’O2.

    Ceci ne permet qu’un nombre limité de mouvements :

    • utilisez ce restant de possibilités musculaires pour aérer le local (par exemple projetez le plus violemment possible un objet à travers la vitre la plus proche pour la briser) ou, si cela n’est pas possible, tentez de gagner une issue (porte, fenêtre…)
    • Quand vous parvenez à aérer le local, attendez quelques instants avant de donner l’alarme : si vous agissez trop rapidement, vous risquez de perdre connaissance.
    • Chaque respiration à l’air pur tire un peu plus de la situation critique.
    • Dès que vous vous sentez mieux, coupez le gaz tout en gardant à l’esprit le danger de l’explosion.
    • Les conseils donnés au paragraphe précédent restent de mise.

     

    À l’eau !

    Quiconque tombe à l’eau court un double danger.

    L’hydrocution, phénomène encore mystérieux par certains de ses aspects, frappe brusquement un sujet qui, se trouvant dans l’eau, coule à pic : même rapidement repêchée, la victime pourra rarement être ranimée quelque correctement que la respiration artificielle* soit pratiquée. Fait caractéristique : il n’y a pas une seule goutte d’eau dans les poumons.

    Il ne s’agit donc pas d’une noyade, et la victime était déjà morte au moment où elle a coulé.

     

    La noyade proprement dite est consécutive à une submersion trop prolongée de la tête avec inhalation d’eau dans les poumons.

    ____________________

    * Voir La respiration artificielle

    Noyade sèche voir Info URGENCES

     

     

    Thèmes connexes

    Les autres pages de la série :

    Lien externe :

     

     

     

    haut de page