• RESPIRER

    Page mise à jour en août 2017

    Suivre la longueur de sa respiration

    Photo : shutterstock.com

     

    Généralités sur le souffle

    Agni est le Feu. En yoga, il devient le Feu Intérieur.

    Ce Feu Intérieur, à entretenir, permet la digestion (au sens propre comme au sens figuré), l'apprentissage et la transformation yogique.

    Voir Souffle et bien-être "solaire"

    Lorsque le souffle est agité, l’esprit est agité

    Équilibre du souffle = équilibre du psychisme

    Lorsque le souffle est immobile, l’esprit est immobile

    Maîtrise du souffle = maîtrise du mental

    Le Feu Intérieur doit être aussi contenu car, non maîtrisé, il peut brûler tout sur son passage.

    Celui ayant acquis un corps né du Feu du Yoga,

    ne connaîtra ni maladie, ni vieillesse, ni mort

    Shvetaswatara - Upanishad (II.1.2)

    Les lois de la physique dans la Nature nous apprennent que :

    • la chaleur monte - cela est vrai aussi pour le prâna, l'énergie propulsive qui permet l'absorption des nourritures tant physiques que subtiles
    • le froid descend - tout comme apâna, l'énergie de l'élimination
    • la chaleur dilate - le métal chauffé se dilate, la fièvre dilate les vaisseaux
    • le froid contracte - contraction des muscles qui hérissent les poils
    • la chaleur consume - comme le feu réduit le bois en cendres, le feu digestif réduit les aliments en nutriments assimilables
    • le froid tonifie (les tissus) - la congélation permet de conserver, une douche froide tonifie le corps

     

    Voir

    À propos de "Souffle" - Svara

    À propos de "Souffle" - Énergie

     

    En général, le Prânayâma stimule Agni et réchauffe. Mais il est intéressant de savoir que certains aspects de la respiration sont rafraîchissants ou équilibrants.

    • L'inspiration a tendance à rafraîchir.
    • L'expiration a tendance à réchauffer.
    • La rétention poumons pleins Antara Kumbhaka réchauffe (digestion de l'air)
    • L'arrêt en vacuité poumons vides Bahya Kumbhaka rafraîchit.
    • Respirer par le nez réchauffe.
    • Respirer par la bouche rafraîchit : Shitalî, Shitakari.
      • À noter : la respiration par la bouche augmente généralement le mucus. Il est préférable de la pratiquer modérément, et surtout sur l'expiration.
    • Respirer rapidement réchauffe : Kapalabhati, Bhastrikâ.
    • Respirer lentement rafraîchit en principe.
      • À noter : respirer lentement facilite le travail approfondi des postures. Ce type de respiration ralentit le vieillissement et permet la conservation de l'énergie (Ujjayi)

    Par le souffle FORT, nous purifions nos intellect/pensée.

    C'est un processus électrique qui renforce les poumons (leur gymnastique). Nous recevons le courant électrique, en liaison avec le cerveau, qui s'appelle « courant lunaire » et qui est en liaison avec l'intellect.

    En respirant d'un souffle LÉGER, nous purifions notre cœur.

    C'est un processus magnétique qui purifie le système nerveux. Nous recevons le courant magnétique, relié au plexus solaire, qui s'appelle « courant solaire » et qui est en liaison avec le cœur.

    Maître Peter Deunov

    • La respiration côté droit stimule et favorise la digestion.
      • La narine droite est « masculine » : elle contrôle l’énergie, la chaleur, la force et l’action.
      • Augmente la chaleur : respiration solaire Surya-bedhana (par la narine droite)
    • La respiration côté gauche consolide les tissus en formation et stabilise.
      • La narine G est « féminine » : elle contrôle la nutrition, la fraîcheur et la tranquillité.
      • Rafraîchit : respiration lunaire Chandra-bedhana (par la narine gauche)

    Si nous respirons une fois par la narine droite et une fois par la narine gauche, nous équilibrons les deux courants [Nâdi-shodhana]

    Maître Peter Deunov

    Pour une suite, voir Les exercices spirituels (pdf)

     

    Les différents types de respirations dans le Yoga

    Voir Respirations fondamentales
    Voir À propos de "Souffle" - Svara

     

    Les 4 fonctions de la respiration

    Fonction

    Quelques exemples

    Calmante, apaisante

    Respiration abdominale

    Ujjayi

    Nettoyante, purifiante

    Bhastrikâ

    Respiration solaire Surya-bedhana

    Kapalabhati

    Respiration alternée Nâdi-shodhana (nâdis nettoyés, purifiés)

    Dynamisante, fortifiante

    Kapalabahati

    Respiration « Staccato »

    Équilibrante, stabilisante

    Respiration alternée Nâdi-shodhana

    Respiration lunaire Chandra-bedhana

     

     

    Quelques techniques de base

     Il faut tenir compte du sens donné à tel exercice pour inspirer à fond, et ne pas tomber dans l'erreur courante qui veut que l'on inhale dans tel exercice alors que c'est l'exhalation qui doit être faite.

    Dans le cas des respirations alternées, il faut être attentif aux inspir / expir : par la bonne narine !

     

    Bien respirer est un art dont la pratique est abordable et dont les effets se font immédiatement sentir ! Se concentrer sur sa respiration est un moyen très efficace de calmer le corps et l’esprit, chasser les idées noires et recentrer ses idées sur le présent. Lorsque vous pratiquez des exercices de respiration, focalisez toujours votre attention sur celle-ci. Soyez attentif aux mouvements de votre corps lorsque vous respirez.

    Marie Desbonnet - Passeport-Santé
    Source : Thich Nhat Hanh, The miracle of being awake, Éditions La Boi, 1974

    Suivre la longueur de sa respiration

    Une technique de respiration simple et efficace consiste à suivre la longueur de sa respiration.

    • Allongez-vous sur le dos, sans coussin et étendez vos bras le long du corps.
    • Détendez vos muscles, lâchez prise et gardez toujours votre attention centrée sur votre respiration.
    • Mesurez votre inspiration et votre expiration en comptant mentalement.
    • Essayez maintenant d’allonger votre expiration. Si par exemple, elle était de 4 (1, 2, 3, 4 jusqu’au bout de l’expiration), essayez de l’allonger jusqu’à 5 ou 6, puis faites une petite pause avant de reprendre votre respiration.
    • Continuez à compter mentalement la durée de votre expiration, mais aussi de votre inspiration.

     

    10 à 20 respirations sont suffisantes pour vous relaxer, mais surtout, pour vous recentrer, être plus présent à vous-même.

    Accompagner sa respiration

    De la même manière que vous avez suivi la longueur de votre respiration, vous pouvez accompagner votre respiration.

    • Lorsque vous inspirez, comptez mentalement : 1 en inspirant, 1 en expirant.
    • Ensuite 2 en inspirant, 2 en expirant. Et ainsi de suite, jusqu’à 10.
    • Si vous perdez le compte, revenez à 1.
    • Grâce à cet exercice, vous vous concentrez sur votre respiration.

     

    Outre le fait de vous relaxer, cela va vous permettre de ne pas vous disperser mentalement ou de ne pas vous laisser constamment solliciter par tout ce qui est autour de vous.

    Une fois que vous maîtrisez la technique, vous pourrez la pratiquer dans toutes sortes de situations : lorsque vous marchez, en voiture, etc.

    La respiration « marchée »

    La respiration en marchant va vous permettre de respirer pleinement et de retrouver calme, sérénité et concentration. Vous pouvez la pratiquer à chaque fois que vous devez vous rendre à un endroit en marchant.

    • Lorsque vous marchez, observez, en respirant normalement, sur combien de pas vous inspirez et sur combien vous expirez (par exemple, vous inspirez sur 5 pas et expirez sur 3).
    • Marchez lentement et tranquillement et respirez normalement.
    • Continuez ainsi pendant quelques minutes puis allongez votre expiration d’un pas.
    • Laissez votre inspiration s’établir naturellement, mais observez-la soigneusement pour voir si vous éprouvez le besoin de l’allonger.
    • Poursuivez, jusqu’à 10 respirations.
    • Ensuite, allongez votre expiration d’un autre pas. Observez l’inspiration pour voir si elle ne s’allonge pas aussi d’un pas et ne l’allongez que si vous sentez que cela vous procure du bien-être.
    • Après 20 respirations, revenez à la respiration normale.
    • Au moindre signe de fatigue, revenez à la normale.

     

    Alors, comment vous sentez-vous ?

    Pour une suite, voir RESPIRATION, de 7 façons

     

     

    Yoga et problèmes de respiration

    Source Jaisiyaram

     

    Votre système respiratoire est une des parties les plus importantes de votre corps. Il est connecté à tout votre corps et fournit l’oxygène à toutes les cellules de votre corps. Cela inclut les poumons, le nez, la bouche, les sinus et tous les à travers votre corps qui transportent l’oxygène à travers le sang. L’Oxygène est inhalé, transformé en énergie et le dioxyde de carbone est expiré. De plus, l’air est utilisé pour produire des sons grâce aux vibrations de vos cordes vocales.

    Tout ce qui provoque un manque d’oxygène dans votre système respiratoire conduit à une série de résultats négatifs et dans le pire des cas entraîne la mort. Ce simple fait montre à quel point c’est important de respirer correctement et de garder vos poumons et votre système respiratoire en bonne santé.

    Pranayama – Exercices de respiration pour tout votre corps

    Pranayama veut dire en Sanskrit « Agrandissement de la force vitale ». Nous sommes considérés comme vivants tant que nous respirons et Pranayama parle d’allonger votre vie simplement en respirant sainement.

    La respiration complète se décompose en 3 parties : Puraka, Rechaka and Kumbhaka qui signifient inspiration, expiration et retenir son souffle. Avec chacune de ces 3 parties, vous pouvez sentir ce qui se passe, comment l’oxygène pénètre votre corps lors de l’inspiration, comment il est utilisé et comment il circule pendant que vous retenez votre souffle, et comment vous expirez le reste dont votre corps n’a pas besoin.

    Respirer profondément c’est comme passer un coup d’aspirateur dans votre corps, en rejetant tout le dioxyde de carbone, et en laissant le corps plein d’air frais et rafraichissant.

    Le Yoga et Pranayama proposent différentes manières de respirer pour différents problèmes du système respiratoire comme les problèmes de sinus, d’asthme, de rhume des foins, de souffle court et d’allergies. Il y a des exercices de respiration qui réchauffent ou refroidissent le corps et même des exercices de Yoga pour l’acouphène.

    Vous donnez à vos poumons la capacité de respirer correctement. On utilise généralement une part infime de leur capacité et l’asthme et les essoufflements fréquents peuvent être grandement soulagés par la pratique régulière de Pranayama, parce que votre corps s’habitue peu à peu à prendre des respirations profondes même quand vous ne vous concentrez pas spécialement dessus.

    Les postures de Yoga pour votre système respiratoire

    En dehors des exercices de respiration, il y a bien sûr aussi des postures physiques de Yoga qui aide le système respiratoire en faisant son travail en élargissant les poumons et en leur donnant de l’espace pour respirer, en activant différentes parties du corps et en stimulant le flux sanguin de sorte que l’oxygène puisse être fourni jusqu’au doigts de pied.

    Voir Papillons du Yoga

     

     

    Respirer

    Source principale : Ananda

     

    Un rappel des différentes respirations avec quelques nouveautés intéressantes ;-)

     

    Prânayâma

    Est considérée comme technique de Prânayâma toute respiration comportant une rétention de souffle poumons pleins et/ou vides.

    haut de page ↑

    « L’inspiration (puraka) est une prise d’énergie cosmique par l’individu pour son développement et son évolution. C’est la voie de l’action (pravrtti marga). C’est l’Infini s’unissant au fini. Dans l’inspiration, le souffle de vie est aspiré aussi soigneusement et délicatement que pourrait être humé le parfum d’une fleur ; il est ensuite distribué également dans tout le corps. »

    « Le souffle qui entre est absorbé par les cellules vivantes du corps comme l’eau est absorbée par le sol. Sentez se faire cette absorption et éprouvez la sensation vivifiante de l’infiltration de l’énergie cosmique (prana) qui s’ensuit. »

    « Un dompteur de tigres, de lions ou d’éléphants étudie leurs habi­tudes et leur tempérament puis les entraîne doucement et fermement. Il les traite avec bonté et considération pour éviter qu’ils ne se retournent contre lui et l’estropient. Il en est de même pour le sadhaka. Un marteau pneumatique peut entailler la roche la plus dure. S’il n’est pas utilisé convenablement, il peut détruire à la fois et lui-même et celui qui l’utilise. Étudiez soigneusement votre respiration et avancez pas à pas car si vous pratiquez le pranayama à la hâte ou trop violemment, vous risquez de vous faire du mal. »

    « La maîtrise de l’alphabet conduit à la maîtrise du langage. Le pra­nayama est la racine de la connaissance spirituelle, la connaissance du Soi (Atma jnana). »

    Voir... 

    Articles et pages de Yantra

     

    Lien externe intéressant

     

     

    Pranayama Dipika

    Un exercice de respiration très simple, axé sur la prise de conscience, à expérimenter à volonté.

    >>> suite

     

    La respiration Kapalabhati, souffle qui illumine le crâne

    haut de page ↑

    Kapalabhati se pratique avec de petites expirations rapides et énergétiques, qui se succèdent « en rafale ». Entre deux expirations, l’inspiration se fait passivement. Ce qui caractérise Kapalabhati, c’est exactement ce qui le différencie de la respiration habituelle.

    Quand pratiquer Kapalabhati

    • En début de séance de Pranayama (respiration) : chasse l’air résiduel et augmente le niveau général de Prana (énergie vitale)
    • En début de séance de postures : bonne oxygénation du sang.
    • En cas de fatigue ("coup de barre") : avant de prendre le volant, par exemple.

    >>> suite

    Voir RESPIRATIONS DU FORGERON

     

     

    La respiration complète

    Par Maryse Lehoux

    La pratique des pranayama, les techniques de respiration, apporte de nombreux bienfaits.

    >>> suite

    Voir La respiration yogique complète, extraits de J'apprends le Yoga (1968) par André Van Lysebeth

    >>> Kit-Respiration  

     

     

    Apprenons à soupirer pour détendre le diaphragme

    Soupirer sert à déplisser les alvéoles pulmonaires - et à vider d'une partie de leur air résiduel - insuffisamment ventilées lorsqu'on est depuis un certain temps en « mode respiratoire de repos ».

    Le soupir, expiration naturelle prolongée, repose les muscles de la cage thoracique dont le diaphragme >>>

    Voir Exercices de respiration anti stress

     

    FP - Techniques de respiration anti stress

    Source Esprit Yoga 4

    À l'intérieur de la cage thoracique se trouve le diaphragme, muscle qui accompagne nos actions nuit et jour. Celui-ci est parfois surmené, crispé. Il est connu pour son rôle dans l'inspiration.

    Sont évoquées ici ses actions - ou non-actions - lors de certaines expirations, ainsi qu'une expiration qui permet de le détendre : le soupir.

    >>> suite

     

    Voir À propos de "Souffle" - Svara

     

     

    Nâdî Shoddhana, la respiration alternée

    haut de page ↑

    C'est une respiration de base qui sert à purifier et à équilibrer les énergies. Elle s'appelle nâdî shuddhi (ou shoddana) que l'on pourrait traduire par purification des nâdî, canaux par où circulent les énergies.

    Elle consiste à respirer alternativement par l'une ou l'autre narine.

    Les 2 nâdî sont les plus particulièrement concernés par cette technique sont Idâ nâdî correspond à la narine gauche, pingalâ nâdî à la narine droite.

    On remarque facilement qu’on respire plus d'une narine que de l'autre. Ceci correspond à un cycle: pendant un temps qui peut aller de une à deux heures, on respire plus par la narine gauche, par exemple. Ensuite, pour un temps très court, les deux narines s'équilibrent, puis on respire par la narine droite également pour une à deux heures. Ainsi doit-on avoir une respiration cyclique qui va d'une narine à l'autre. Idéalement ces cycles doivent être équilibrés, se succédant les uns aux autres.

    Le côté gauche du souffle et du corps représente le côté lunaire, féminin, froid, paisible, calme, la nuit, celui de l'intériorité, de l'immobilité, etc. Le côté droit est le côté solaire, masculin, chaud, actif, extérieur, mouvant, etc.

    >>> suite

    Voir aussi plus bas

    et Autour de Nâdi-shodhana

    et Méditations avec baragane

    Voir RESPIRATION ALTERNÉE 

     

     

    Ouvrir la cage thoracique pour se dynamiser

    Respirer consciemment et longuement est une première étape pour gagner en énergie et en vitalité. Voici un exercice simple, à la portée de tous au quotidien – à la maison comme au bureau – et qui ne prend que quelques minutes.

    Dans une respiration mécanique, les muscles du diaphragme ou intercostaux sont peu sollicités. Nous devons donc « entraîner » ces muscles afin qu’ils deviennent plus forts et permettent une respiration plus ample. Peu à peu, le corps éprouvera tout naturellement ce besoin de prendre dans la journée des respirations plus larges.

    >>> suite

     

     

    Ujjayi

    haut de page ↑

    Prânayâma qui peut se pratiquer debout, voire en marchant, avec les mains sur les hanches, ou assis, les mains sur les genoux.

    L’inhalation se fait par les deux narines, par expansion de la cage thoracique, la glotte partiellement fermée, l’abdomen légèrement contracté, ce qui produit un petit son analogue à un léger ronflement.

    >>> suite

    Ujjayi contribue à maintenir élevé le niveau d'énergie vitale (prâna)

    • Ujjayi Anuloma * : augmente la chaleur.

    Voir RESPIRATION UJJAYI 

    Ujjâyi n'est, en principe, jamais utilisé dans Nâdi-Shodhana. Sauf exceptions :

    • Ujjayi Viloma * Prânayâma : rafraîchit
      • Inspirer avec les narines D / G alternées.
      • Expirer avec les 2 narines.

    Voir Chaise yogique

    • Ujjayi Pratiloma * Prânayâma (sans rétentions) : rééquilibre/augmente le niveau d'énergie vitale.
    • Ujjayin et le Souffle de la narine G (avec rétention poumons pleins)

    Voir Ujjayi et respiration alternée 

    * Démêlons Pratiloma, Viloma et Anuloma

    • Pratiloma et Viloma sont synonymes et opposés à Anuloma, où loma signifie « poil »
    • prati : opposé, contre (anti)... - vi : loin de, séparé de, en opposition avec...
    • Soit, les sens particuliers de...
      pratiloma : « à contre-sens, à rebrousse-poil »
      viloma : « séparé, coupé » (dans un sens de contrainte et de contrôle)
    • anu signifie : dans le sens (du poil), dans l’ordre naturel, régulier, contre (près)...
      mais aussi relié à, avec, conforme, minuscule, subtil...

    Pratiloma peut se traduire par « respiration allant contre l’ordre naturel ».
    On parle de Pratiloma lorsque l’air est ralenti au moment de l’inspiration
    (www.yogamrita.com)

    Voir Ujjayi et Nadi-Shodhan

    Voir PRÂNAYÂMAS ÉQUILIBRANTS

    Viloma Prânayâma est une respiration alternée [Nâdi-Shodhana] par paliers
    (Autour de Nâdi-shodhana)

    Avec l’intégration des rétentions, dans certains textes traditionnels, Nâdi-Shodhana change de nom et devient Anuloma-Viloma Prânayâma (Anulom' Vilom')

    Anuloma Viloma est la pratique de Nâdi-Shodhana avec le comptage du rythme et la retenue de la respiration entre inspiration et expiration
    (www.jaisiyaram.fr)

     

     

    Bhastrika

    haut de page ↑

    Le soufflet de forgeron est un des prânâyâma importants. Il se décline en deux versions, le bhastrika abdominal et le bhastrika thoracique.

     

    Bhastrika abdominal

    Une respiration exclusivement abdominale dans sa version de base.
    Purification des énergies du feu, expansion de cette énergie dans toute la structure des nadi et des chakra, stimulation du corps, du système immunitaire.
    Débloque les souffles, défait les nœuds d'énergies et le tensions mentales.
    Éveille Agni, le feu digestif, et participe à dissiper Kapha, à réchauffer.

     

    Bhastrika thoracique

    Une respiration exclusivement thoracique (le ventre reste rentré) dans la version de base.
    Purification du chakra du cœur, des émotions, de l'émotivité, de l'anxiété.
    Débloque les tensions nerveuses, excellent pour lutter contre la spasmophilie, favorable aux asthmatiques, entre autres vertus.

    • Vous êtes dans une assise classique (Tailleur, posture parfaite, demi-Lotus, Lotus...)
    • Mettez les mains sur la poitrine.
    • Posez les contractions Mulabandha et Uddyana-bandha (rétraction du ventre)

    Pour les avancés, ajoutez Kaki-mudra (langue en tuyau à l'intérieur de la bouche fermée),
    regard concentré vers Ajna (3e Œil)

    • Inspirez en levant les coudes, les mains continuent de toucher la poitrine avec le pouce.
    • Expirez en ramenant les coudes aux côtes.
    • Utilisez en association avec le souffle le mantra Ham-Sa (ou So-ham) :
      • Ham à l'inspiration
      • Sa à l'expiration.
    • Visualisation :
      • l’expansion de l'énergie dans le chakra du cœur pendant l'inspiration
      • la concentration de cette énergie dans le même chakra durant l'expiration.
    • Faites 1 ou 2 minutes de souffle ainsi.
    • Puis observez une rétention poumons pleins (avec les contractions) entre 30 sec. et 1 minute, coudes revenus près des côtes.
    • Recommencez ainsi 5 fois.

    >>> source

    RESPIRER

    Voir RESPIRATIONS DU FORGERON

     

    Une variante de bhastrika

    Échange sur forum.astralsight.com entre 2 internautes, le 18 août 2008.

    Je ne connais strictement rien en yoga, mais j'aimerais parler d'une technique que j'utilise et qui est TRÈS efficace.

    • Il s'agit de respirer très très vite (plus de deux expirations par seconde) en forçant beaucoup sur l'expiration qui doit sortir par le bas du ventre.
    • N'ayez pas peur du bruit, vous devez en faire.
    • Il faut faire une série de 30 environ. 
    • Après cette phase, il faut respirer TRÈS lentement, toujours en forçant sur l'expiration (là je ne fixe pas le nombre de respirations, je passe à l'autre phase selon mon ressenti)
    • Puis enfin respirer normalement sans forcer.

    L'enchaînement entre les phases doit se faire naturellement, selon le ressenti...
    Cet exercice permet d'équilibrer rapidement les corps et de monter en fréquence.
    Les effets m'étonnent toujours et c'est un vrai bonheur de pratiquer cet exercice, surtout l'enchaînement respirations très rapides/très lentes. (...)

    Cela fait monter l'énergie de façon impressionnante ! Je ressens une telle clarté en méditation à la suite, qu'il est vrai que je ne me penche pas sur d'autres techniques pour le moment.

    Vos ressentis sur cet exercice m'intéressent... (Stargazer)

    Réponse de Lorévert

    Ce que tu décris ressemble à bhastrika, ou la respiration du forgeron, comme à l'image de celui-ci avec son soufflet.
    Cette respiration provoque une hyperventilation, elle est donc orientée vers l'inspiration ce qui permet à l'organisme de reprendre une certaine vitalité biologique. C'est une technique très importante dans le pranayama et très savoureuse aussi, elle fait partie des cinq essentielles puisqu'elle a pour objectif, comme sodhana, de purifier les nadis.

     

     

     

    Haut de page

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer