• 2-Eucalyptus et Amérindiens

    Page mise à jour le 15 octobre 2019

    Eucalyptus * et Amérindiens...

    La plante "13." de "30 remèdes Amérindiens et autres oubliés depuis trop longtemps"

    eucalyptus

    Des internautes s'étaient indignés en constatant que l'article de Sain & Naturel compte l'eucalyptus dans la pharmacopée des Amérindiens. Ils devaient avoir l'impression d'être trompés, désinformés. Ils n'ont pas tort si l'on s'en tient strictement aux origines aborigènes de l'eucalyptus.

    Par ailleurs, Jean-François N. a réagi ainsi, le 19/12/2016 : "Tombé par hasard sur votre texte. Plus d’une quinzaine des plantes citées ont été introduites en Amérique par les colons européens : Alfalfa ou Luzerne, Tremble, Mûres [ici j'émets un doute, il y a des petits fruits de même famille et indigènes, "mûre" étant un nom ambigu dirait Wikipédia, voir plus bas], Sarrasin, Camomille, Eucalyptus, Fenouil, Grande camomille, Gingembre, Houblon, Réglisse, Molène, Trèfle rouge, Églantier, Romarin, Sauge, Menthe. Il serait étonnant qu’elles aient pu être utilisées de façon traditionnelle par les Amérindiens. Il faut faire attention à ce que l’on écrit sur le web au risque de nuire aux herboristes, d’induire les lecteurs en erreur et d’être irrespectueux envers les peuples des premières nations."

    Il est vrai que, intitulé "30 remèdes Amérindiens oubliés depuis trop longtemps", le titre de l'article a été changé (vers 2017 comme attesterait le commentaire ci-dessous ?) en "30 remèdes Amérindiens et autres oubliés depuis trop longtemps"...

    "'D’origine aborigène', les peuples aborigènes y en a en Australie... les gens cherchent une erreur dans tout, l’important ici ce sont les propriétés de la plante… pas de trouver d’erreur ou y en n'a pas" (Vero 12/06/2017)

    Bref, quoi qu'il en soit,

    "Déçu car annoncer des remèdes pour ne faire qu’un listing de plantes alors qu’il suffit d’ouvrir un livre pour les retrouver (celles-ci et bien d’autres) ! Je m’attendais à de vraies recettes anciennes !" (Florent 14/10/2015)

    Et moi, je suis déçue que la grossière erreur du Romarin de la famille des pins (sic) soit restée...

    Et concernant l'eucalyptus, j'ai fait des recherches parce que j'avais le sentiment que l'article aurait dû faire ce...

     

    petit rappel de "culture" générale

    (d'après Wikipédia [https://fr.wikipedia.org/wiki/Eucalyptus])

    Les eucalyptus sont originaires d'Australie, ils sont par conséquent indigènes au continent Australien. On les rencontre dans des zones tempérées, sub-tropicales à tropicales, mais ils poussent principalement en Australie, donc, et en Amérique tropicale. Ce sont souvent des producteurs d'huiles aromatiques.

    Les eucalyptus possèdent toute une gamme de mécanismes d’adaptation et ont une croissance rapide, ce qui leur permet d'être présents dans de nombreux environnements notamment dans le Kentucky (état de l'est des États-Unis, limite entre États du Nord et ceux du Sud). On les rencontre aussi (pour ne citer que l'Amérique) en Californie (conditions méditerranéennes très similaires à celles du sud-ouest australien), en Floride (Eucalyptus robusta y a été introduit vers 1880 *), à Hawaï (Eucalyptus robusta y a été introduit vers 1885 *), à Porto Rico (Eucalyptus robusta a été introduit en 1929 * dans ce territoire des grandes Antilles non incorporé des États-Unis), en Argentine, au Brésil, au Chili, au Pérou...

     

    eucalyptus

    (* Source : World Agroforestry Centre)

    Conclusion, il n'est pas interdit d'imaginer que, depuis les années 1880, les Amérindiens, eux-mêmes "d'adaptation rapide", ont eu le temps de s'initier aux remèdes utilisant de l'eucalyptus... De plus, une tradition devient... traditionnelle en moins de 100 ans, alors qu'on la croit intemporelle...

    Quelques compléments sur l'eucalyptus

    Soins

    • Eucalyptus (huiles essentielles) en attendant de numériser un dossier définitif

    Voir aussi Eucalyptus smithii (books.google.fr) et HE Les eucalyptus.
    Plein la vue, d'Eucalyptus smithii.

    L'Eucalyptus globulus est la variété la plus utilisée dans l'industrie pharmaceutique pour ses multiples vertus sur l'arbre respiratoire, et plus spécifiquement, sur les voies respiratoires basses, c'est-à-dire la sphère broncho-pulmonaire (bronchite).

    • L'huile essentielle agit principalement comme expectorant (mucosités) et décongestionnant pulmonaire (rhinopharyngite).
      • Composition : 1,8-cinéole, Limonène, Alpha-pinène.
      • Parfum : Forte odeur typique à note camphre marquée.
      • Principales indications : Inflammations des voies respiratoires, décongestionnant pulmonaire.

    Autres

    Documents glanés au cours de mes recherches

    Eucalyptus regnans est la principale espèce d’Eucalyptus utilisée par l’industrie papetière en Australie, et l’une des espèces favorites dans les plantations destinées à la pâte à papier en Afrique australe, en Nouvelle- Zélande et en Argentine. Le bois d’œuvre (nom commercial : chêne de Tasmanie) est utilisé à de nombreuses fins, dont les constructions légères et lourdes, le revêtement de sol, la construction de bateaux, la menuiserie, les boiseries intérieures, l’ébénisterie, les ustensiles agricoles, les manches d’outil, les ustensiles de cuisine, les perches, les caisses, les allumettes, le tournage, les placages, le contreplaqué, les panneaux de fibres, les panneaux de particules et la laine de bois. Il est également utilisé comme bois de feu et pour faire du charbon de bois. Les déchets (feuilles, rameaux, écorce) des plantations d’Eucalyptus regnans peuvent être collectés et utilisés comme combustible. Des bandes plantées avec Eucalyptus regnans peuvent être utilisées comme brise-vent. Les abeilles fabriquent du miel à partir de son nectar. Une huile essentielle peut être extraite des feuilles, mais le rendement est si faible que l’espèce a peu de valeur comme source d’huile essentielle.

    Le 12 mai 2010, le ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA) a autorisé l’entreprise ArborGen à cultiver 260 000 eucalyptus transgéniques, sur le territoire national (Texas, Louisiane, Mississippi, Floride, Géorgie, et Caroline du Sud) pour une période de trois ans. L’essai sera donc mené sur environ 300 hectares, repartis sur 28 sites, chaque site ne pouvant dépasser dix hectares [1]. C'est la première fois que l’entreprise est autorisée à laisser fleurir les arbres sur la quasi totalité des parcelles d’essai.

    Ces eucalyptus – hybrides entre Eucalyptus grandis et Eucalyptus urophylla - ont été génétiquement modifiés avec 3 objectifs : supporter des températures plus froides (les eucalyptus « conventionnels » ne peuvent pas être cultivés au nord de la Floride en raison des périodes de gel occasionnel), avoir moins de lignine [2] et être plus fertiles. Ils sont destinés à l’industrie du papier et à la production d’agrocarburants. La construction génétique inclut aussi un gène marqueur de résistance à un antibiotique, la kanamycine (nptII) [3].

    [1] http://www.aphis.usda.gov/brs/biote...

    [2] La lignine est un composant du bois qui « gêne » la production industrielle du papier

    [3] Ce gène marqueur est aussi utilisé dans la pomme de terre Amflora nouvellement autorisée. En savoir plus : UE - OMS contre AESA : des experts mondiaux s’affrontent sur les gènes de résistance aux antibiotiques dans les PGM

    ArborGen, propriété de trois grands groupes (États-Unis et Nouvelle-Zélande) a déposé une demande d’autorisation commerciale pour ces eucalyptus transgéniques auprès du ministère de l’Agriculture des États-Unis qui n’a pas encore donné sa réponse. Deux arbres fruitiers génétiquement modifiés – la papaye et le prunier – ont déjà été autorisés pour la mise en culture commerciale aux États-Unis.

    Pour Simone Lovera, directrice de la Global Forest Coalition, cette décision n’est pas seulement mauvaise pour les États-Unis. Elle « ouvre la porte au niveau mondial à ces eucalyptus tolérants au froid et à d’autres arbres transgéniques qui auront de graves répercussions sur les peuples indigènes et les peuples habitant la forêt à travers le monde, et conduira à une perte plus grande de biodiversité ».

     

    Il existe un grand nombre d’espèces de Ronces genre Rubus

    Et toutes ces espèces sont comestibles. Mûre arctique (Rubus chamaemorus), Framboisier ou Ronce arctique (Rubus articus) peuvent se rencontrer spontanément dans des régions du Canada ou d'Amérique du Nord. Attention, ne pas confondre Mûre arctique (Rubus chamaemorus) et Ronce arctique (Rubus articus) !

    Les drupes de la Ronce des rochers (Rubus saxatilis) peuvent être consommées naturelles ou cuisinées. Elles sont un peu acides mais agréables au palais. On peut en faire des compotes de jus ou des sirops. Selon certaines sources, il pourrait être dangereux de consommer les fruits en buvant de l'alcool, cela peut provoquer des réactions allergiques.

    Les Mûrons (fruits de la Ronce) fournissent un large éventail de minéraux : potassium, calcium, magnésium, fer et fibres. Très riches en différentes formes de vit. B (sauf B12). Bonne source de vitamine C. La pulpe contient également de l'acide malique, succinique, des anthocyanes, pectines. Propriétés astringente, laxative, vitamisante, aromatisante, colorante. La Mûre est excellente pour le système cardio-vasculaire.

    Usage externe, en décoctions : en règle générale, 60-100 g de feuilles / litre d’eau, à faire bouillir 10 minutes.

    - Inflammation de la gorge, de la bouche et des gencives (gingivite, enrouement, amygdalite) Faites bouillir 50 g de feuilles fraîches dans 500 ml d'eau pendant 20 minutes. Procédez à des lavages et des gargarismes répétés.

    - Blessures, plaies, ulcères, hémorroïdes, inflammation de la peauleucorrhéeFaites bouillir 30 g de feuilles dans un litre d'eau pendant 10 minutes. Procédez à des lavages –vaginaux– et appliquez des compresses.

    - Aphtes : feuilles de Ronce et Guimauve : 20 g de chaque – feuilles de Sauge : 10 g Faire infuser 15-20 g du mélange dans 200 ml d’eau bouillante. Laisser refroidir puis procéder à des rinçages et gargarismes répétés.

    - Panaris : une infection aiguë provoquée par des germes pyogènes et des staphylocoques dorés.Les formes graves doivent être soignées avec des antibiotiques, sous surveillance médicale. Mélangez, pilez soigneusement des feuilles de Ronce et de la Pariétaire en quantités égales. Appliquez sur le doigt que vous banderez. 2 fois par jour.

    Usage interne, en infusions, décoctions édulcorées avec du miel. N'oubliez pas de filtrer vos préparations !

    - Règles excessives (calme) : 20 à 30 g de feuilles (sèches) par litre d'eau bouillante. Quelques tasses de cette infusion par jour.

    - Diarrhée, dysenterie. Faites bouillir 50 g de feuilles dans 500 ml d'eau pendant 10 minutes. 2 ou 3 tasses / par jour, jusqu'à guérison. Mangez des fruits à volonté.

    Vu dans Le livret des cueillettes p.25

    Remarque, ne pas confondre avec la "Mûre" du Mûrier (arbre genre Morus). Le Mûrier noir Morus nigra est probablement originaire de la région de la mer Noire, mais il est cultivé depuis si longtemps et de façon si généralisée qu'on ne saurait l'affirmer. Le Mûrier blanc Morus alba, naturalisé sur tous les continents, est arrivé de Chine en Europe depuis fort longtemps.

    Récap à voir

    Et puisque nous sommes dans les "petits fruits" chez les Amérindiens...

    Les Canneberges (Vaccinium subgen. Oxycoccus) entraient dans la composition du pemmican (voir recette avec Busserole ou Raisin-d'Ours Arctostaphylos uva-ursi), un aliment traditionnel de longue conservation, composé de fruits et viande séchés et de graisse animale, ou accompagnaient le poisson fumé.

    On les passait aussi à la vapeur ou on les mélangeait à de la graisse, ou bien on les faisait sécher, parfois avec de la viande de cerf.

    Les Amérindiens employaient la Canneberge pour prévenir et traiter les infections des voies urinaires, ainsi que pour soigner divers troubles du système digestif, du foie, des reins et du sang. Les baies ont aussi été utilisées pour prévenir et soigner le scorbut et, en cataplasme, pour le traitement des blessures cutanées.

     

     

     

    haut de page

     

     

    Enregistrer

    Enregistrer