• 0ngles bizarres 5-autres altérations

    Retour Ongles bizarres - Généralités

    Ongles bizarres - couleurs

    Ongles bizarres - taches

    Ongles bizarres - stries-fissures

    Ongles bizarres - déformations

    Ongles bizarres

    Ongles piquetés

    0-Info Ongles bizarres

    De petites dépressions en « dé à coudre », ou des piquetages, dans les ongles, donnent l'air de trous percés à l'emporte-pièce dans la tablette unguéale.

    ♦ Elles sont fréquentes chez les personnes atteintes de psoriasis, affection caractérisée par des plaques squameuses sur la peau. Ces ponctuations sont typiques des modifications psoriasiques de l'ongle.

    Si vous voyez apparaître des stries transversales ou des ponctuations en « dé à coudre » - ongles piquetés - consultez un médecin : ce peut être un signe de psoriasis débutant.

    (voir ci-dessous)

    ♦ Cela peut également être lié à des troubles du tissu conjonctif, tels que le syndrome de Reiter, la pelade, maladie auto-immune qui provoque la perte des cheveux.

     

    Ongles ondulés

    La surface de l’ongle ondulée, un peu comme les ongles piquetés (ci-dessus), peut être un signe précoce du psoriasis ou d’arthrite inflammatoire.

    ♦ La décoloration de l’ongle est également fréquente et la peau sous l’ongle peut avoir une couleur brun-rougeâtre.

     

    Le psoriasis

    Si le lit de l'ongle (peau sous la tablette unguéale) est touché, il s'y forme des « taches d'huile », rougeâtres, jaune brun ou grises, sièges d'inflammations constantes et d'une prolifération cellulaire aboutissant généralement à un décollement de l'ongle sur son bord.

    Des ongles avec des taches ou des points de couleur rouge-brun, friables et qui se divisent facilement en épaisseur indiquent le psoriasis.

    • dans ce cas, la vitamine C, l’acide folique et les protéines peuvent aider.
     

    0-Info Ongles bizarres

    La 3e forme du psoriasis unguéal - et la plus sévère - les 2 premières étant les « dé à coudre » et « taches d'huile »,  l'ongle effrité, est heureusement rare.

    L'ongle forme alors, à la place d'une tablette unguéale mince et uniformément stable, une couche cornée friable, jaunâtre, pouvant atteindre 5 mm d'épaisseur.

     
     

    Ongles de Terry

    0-Infos Ongles bizarres 5-autres altérations

    Ceci a été nommé d’après le Dr Richard Terry et apparaît lorsque les ongles des mains ou les orteils apparaissent blancs avec un aspect caractéristique de « verre dépoli », sans lunule – cette zone blanche de l’ongle en forme de croissant. Avec cette condition, la plupart des ongles sont blancs, excepté pour une bande rose étroite à la pointe. Elle est décrite comme un arc brun au voisinage des extrémités des ongles. Les ongles de Terry peuvent parfois être attribués au vieillissement. Dans d’autres cas, ils peuvent être le signe d’une maladie sous-jacente grave. Cette condition peut être due à une diminution de la vascularisation et une augmentation du tissu conjonctif à l’intérieur de l’ongle, et se produit souvent dans le cadre de l’insuffisance hépatique, la cirrhose, l’insuffisance rénale, le diabète sucré, l’insuffisance cardiaque congestive, l’hyperthyroïdie, et / ou à la malnutrition. (alnas.fr)

     

    Ongles des pieds incarnés

    L’ongle incarné est la pénétration de l’ongle dans les tissus mous, soit par son bord latéral, soit par un angle de son bord libre, s’accompagnant souvent d’un périonyxis et atteignant souvent l’enfant.

    Problème fréquent touchant préférentiellement le gros orteil, il est quasiment toujours provoqué par une mauvaise taille de l’ongle, notamment une coupe en biais qui laisse au fond du sillon unguéal un petit éperon qui va avoir tendance à s’enchâsser dans les tissus mous.

    J'ai mis les pieds au Paradis

    Différents facteurs favorisants

    ♦ la déformation de l’ongle en tuile de Provence, en volute...
    (voir Déformations)

    ♦ une hypertrophie du bourrelet latéral

    ♦ les chaussures trop étroites (courtes, serrées ou à talon)

    ♦ les déformations des orteils

    le pied égyptien (où le gros orteil est le plus long)

    l’hyperhidrose (excès de transpiration) qui fragilise les tissus

    ♦ Ainsi que dans certains cas le pied creux, le pied plat

    ♦ et chez certains accidentés

    (voir J'ai mis les pieds au Paradis)

     

    Évolution

    Au départ, l’éperon d’ongle formé par sa mauvaise taille va commencer par frotter et appuyer dans le sillon latéral ou à l’angle de l’ongle. La douleur est alors légère, intermittente et exacerbée à la pression. Une hyperkératose de défense se forme petit à petit sous le bourrelet, les tissus alentours sont mous, deviennent hyper réactifs et congestionnés.

    Progressivement une rougeur avec inflammation se développe - le périonyxis, ci-dessous - le rebord unguéal va s’ulcérer et saigner facilement, provoquant une douleur qui devient vite intolérable.

    L’éperon qui pousse et se retrouve comprimé va alors percer la peau et pénétrer dans les téguments sous-jacents (l’incarnation), ce qui augmente la sensation douloureuse et provoque une infection.

    Si l’ongle incarné est négligé ou mal soigné

    le bourgeon charnu physiologique qui se forme va devenir hypertrophique et compliquer le traitement par son développement par-dessus l’ongle et son saignement.

    (J'ai mis les pieds au Paradis)

     

    Périonyxis ou paronychie

    (voir aussi Ongles des pieds...)

    Le périonyxis, ou la paronychie, est l’inflammation douloureuse des replis de l'ongle (et péri-unguéaux, bourrelets latéraux de l’ongle faits de peau et tissus mous), rouge et enflée. Sous ces noms barbares se cache en fait une pathologie assez simple.

    Le périonyxis peut être aiguë et se développer en quelques heures, ou chronique et durer plus de six semaines, et est le plus souvent causé par une infection, une blessure ou une irritation.

    Parfois, il y a une affection de la peau sous-jacente telle que l’eczéma ou le psoriasis ou une autre maladie telle que le diabète ou le VIH.

    Le périonyxis est environ trois fois plus fréquent chez les femmes que chez les hommes.

    Chez le pied

    Le périonyxis microbien (atteinte par des germes streptocoques ou staphylocoques), avec parfois présence de pus, peut résulter :

    ♦ d’un traumatisme direct, la plupart du temps dû à un ongle incarné ;

    ♦ d’une mauvaise coupe, quand une flèche d'ongle pénètre dans les parties molles entraînant une infection et la formation d’un bourgeon charnu.

    ♦ Le périonyxis touche préférentiellement le gros orteil.

    Cette pathologie se traduit par un syndrome inflammatoire avec rougeur et chaleur, ainsi qu’une tuméfaction locale et une douleur.

    À la pression une goutte de pus peut apparaître.

    La douleur se poursuit jusqu’à la résorption complète du processus inflammatoire.

    • Le traitement principal consiste à mettre un terme à l’élément traumatique déclencheur, c’est-à-dire à soigner l’ongle incarné en consultant un podologue.
    • On pourra également appliquer des compresses alcoolisées par exemple : solution à 1/3 d’alcool à 70° et 2/3 d’eau tiède dans laquelle on trempe une compresse qu’on enroule autour de l’orteil pendant environ 10 minutes, à renouveler - ou tout autre solution anti-inflammatoire.

    Dans les cas trop envahissants ou récidivants la consultation d’un médecin s’avère nécessaire pour la mise en place d’un traitement antibiotique.

    Le périonyxis chronique est l’atteinte durable et récidivante des replis péri-unguéaux due à une infection mixte de bactéries et d’une levure (Candida albicans), responsable de la chronicité.

    Panaris et Cie

    J'ai mis les pieds au Paradis

    Le panaris est une infection purulente du doigt, plus rarement de l'orteil, souvent provoqué par un petit traumatisme (santeweb.ch)

    ♦ Les lésions sont tenaces, favorisées par la macération et l’humidité.

    ♦ Pour les doigts des mains, se ronger les ongles (voir plus bas) et se sucer les doigts peut endommager la peau et permettre aux bactéries d’y entrer (aboutkidshealth.ca)

    Au début il existe un léger œdème non douloureux et rouge du pourtour de l’ongle, avec atteinte éventuelle de plusieurs doigts ou orteils.

    Les bourrelets latéraux prennent l’aspect d’un coussinet semi-circulaire plus ou moins saillant ceinturant la base de l’ongle.

    L’infection peut se propager jusqu’à la matrice et pourra avoir des répercussions sur la croissance de l’ongle qui pourra être déformé, friable, bosselé…

    • Le traitement consistera également à appliquer des compresses alcoolisées par exemple (voir recette ci-dessus) ou tout autre solution anti-inflammatoire,
    • en plus de la prise d’un antifongique adapté et ciblé sur les levures, que vous prescrira le médecin (J'ai mis les pieds au Paradis)

     

     

    Dossier qui parle d'atteintes de l'ongle ± affreuses

    Ongles : quand s'inquiéter ?

    Mélanome

    Le mélanome est la forme la plus grave du cancer de la peau.

    (voir Lignes sombres verticales...)

    Tumeur glomique

    En cas de douleur très vive au frottement sur le bout des doigts, il peut s'agir d'une tumeur glomique sous l'ongle, une pathologie très mal connue. Les glomus, des terminaisons nerveuses qui gèrent la pression sanguine dans le bout des doigts, se développent parfois de façon anarchique.

    • Le traitement consiste à retirer chirurgicalement la tumeur.

    Kystes mucoïdes

    Parfois, les malformations des ongles sont dues à de petits kystes qui se développent à l'extrémité d'un doigt. On les nomme les kystes mucoïdes, très fréquents chez les personnes souffrant d'arthrose des doigts.

    Fibrokératome

    Un choc ou des petits traumatismes récurrents au niveau d'un ongle peuvent entraîner un fibrokératome.

    • Pour se débarrasser de cette lésion gênante qui ne guérit pas toute seule, il faut passer par la chirurgie.

    Rétronychie

    "La rétronychie est due essentiellement à un traumatisme qui va intervenir à l'extrémité de l'ongle. Ce qui fait que l'ongle va adhérer de manière excessive et de nouveaux ongles vont pousser en dessous de l'ongle existant. Et cet empilement d'ongles génère une réaction inflammatoire", explique le Pr Bertrand Richert, dermatologue.

    • Seule une opération chirurgicale permet de soulager les patients.