• f.he Melaleuca

    Fiche révisée fin janvier 2019

    Ne confondons pas

    Il règne une certaine confusion dans la forêt des Melaleucas

    Pour essayer d'y voir plus clair, j'ai dépoussiéré mes anciennes notes et mis à jour quelques données, sauf peut-être en ce qui concerne les habitats de ces arbres, qui pourront paraître contradictoires ; seulement, la contrée d'origine et celle où les Melaleucas se sont acclimatés finissent par se confondre, et, au motif qu'une plante peut être abondante dans une région sans que celle-ci soit son lieu d'origine, j'ai fait le choix de garder les renseignements que j'avais reçus à l'époque à ce propos (et même si la notion de "terroir" est importante pour la qualité des huiles essentielles, vous aurez toujours l'occasion de réviser votre géographie !)

    Forêt à Niaouli (M. quinquinervia) et Levistona australis, Wyrrabalong National Park, New South Wales, Australie

    Généralités

    Niaouli (Melaleuca quinquenervia), Cajeput (Melaleuca cajeputi) et Melaleuca alternifolia (« Arbre à thé ») appartiennent à la famille des Myrtacées, comme les Eucalyptus globulus (officinal), radiata et smithii.

    L'espèce Melaleuca viridiflora est depuis longtemps confondue avec le niaouli Melaleuca quinquenervia. Des études récentes de Craven et Barlow ♦ (1997) ont montré la nécessité de revoir le statut de plusieurs espèces de Melaleuca.

    Les deux espèces M. quinquenervia et M. viridiflora appartiennent à un groupe de mélaleucas, désigné « Complexe Melaleuca leucadendra » qui comprend 14 espèces : M. arcana, M. argentea, M. cajeputi, M. clarksonii, M. dealbata, M. fluviatilis, M. leucadendra, M. nervosa, M. sericea, M. saligna, M. stenostachya, M. triumphalis et M. viridiflora.

     Craven LA, Barlow BA. "New taxa and new combinations in Melaleuca (Myrtaceae)" Novon, vol 7,‎ 1997

    Ces espèces sont caractérisées par des feuilles persistantes, odorantes et larges, et une écorce s'exfoliant en larges bandes. Elles se rencontrent à l'état naturel au nord-est de l'Australie tandis que M. quinquefolia s'étend sur la côte orientale australienne jusqu'à Sydney et en Nouvelle-Calédonie (E.M. Gaydou, C. Menut, "Le niaouli de Nouvelle-Calédonie", Ethnopharmacologia,‎ 2010)

    (Wikipédia)

       
    Arbor alba minor : Caju puti, illustration tirée de Herbarium amboinense, rédigé par Rumphius entre 1657 et 1690   Écorce de Niaouli Paperbark   Flacon d'HE d'Arbre à Thé Melaleuca alternifolia
     

    L'arbre à thé ou tea tree (Melaleuca alternifolia) arbre de la famille des Myrtaceae originaire d'Australie est en anglais l'un des « tea tree », terme qui prête à confusion notamment avec le théier (Camellia sinensis), mais aussi avec d'autres arbres de la famille des Myrtacées, car en Australie, plusieurs espèces du genre Melaleuca sont aussi appelés tea tree ainsi que l'espèce Leptospermum scoparium, le manuka, d'un genre proche.

    Le miel de Manuka est unique au monde, on ne le trouve qu’en Nouvelle-Zélande

    Originaire de Nouvelle-Zélande et d'Australie, le Manuka est un arbuste/arbrisseau de type arbre à thé dont la période de floraison est d'environ 6 semaines.

    Leptospermum scoparium 'Martini' (dont le nom commun est 'arbre à thé') est un arbuste peu rustique (-9 à -10°C). Notre spécimen a été acheté en 2006 et planté tout de suite. Il doit atteindre 2 m de haut (Sophie Mastrantuono - Puressence-Group)

    Le miel tiré du manuka est la base de la médecine maori depuis des centaines d’années, grâce à ses propriétés antibactériennes, cicatrisantes voire régénérantes. Des recherches, menées par le Professeur Peter Molan de l’Unité de Recherche sur le Miel à l’Université de Waikato en Nouvelle Zélande, ont permis de découvrir les propriétés médicinales supérieures du miel de manuka qui fait encore aujourd’hui l'objet d’études scientifiques.

    Il contient des enzymes qui lui confèrent des effets antibactériens et antiseptiques uniques auxquels l'acronyme UMF (Unique Manuka Factor) a été apposé. Les résultats de certaines études lui attribuent également des capacités anti-inflammatoires, notamment grâce à sa forte teneur en méthylglyoxal. En plus de favoriser la cicatrisation des brûlures, des ulcères ou des blessures cutanées, le miel de manuka serait également efficace contre les bactéries multirésistantes (Sources Passeport-santé - Néo-planète)

    Crevasses et petites blessures

    Le "remède *miracle* pour guérir les crevasses ou autre blessure" : "Après avoir nettoyé la plaie cela va sans dire, application d’un peu de miel de manuka, un pansement et une bonne nuit ; la crevasse se fermera. Ce miel, un peu cher il est vrai, mais combien efficace, a des propriétés désinfectante et cicatrisante [...]" (internaute Anne)

    Voir

    Produits de la ruche

    Les bienfaits du miel sur les maux d'hiver

    Cuisine : Le miel

     

    L'arbre à thé est parfois appelé mélaleuque à feuilles alternes dans certains ouvrages traitant des huiles essentielles (Jean-Pierre Chaumont, Joëlle Millet-Clerc, Phyto-aromathérapie appliquée à la dermatologie, Lavoisier,‎ 2011).

    On extrait des feuilles de l'arbre à thé une huile essentielle : l'huile essentielle d'arbre à thé, utilisée en phytothérapie. Voir aussi L'huile essentielle de Tea Tree. Cette huile est voisine de l'huile « goménolée » extraite du niaouli (voir)

    (Wikipédia)

    L'espèce Melaleuca leucadendra a souvent été confondue avec des espèces proches, aux feuilles larges comme Melaleuca viridiflora, Melaleuca quinquenervia - niaouli - ou Melaleuca cajuputi - cajeput (voir plus bas)

    Le botaniste australien Lyn A. Craven, spécialiste des mélaleucas australiens, considère que c'est un peu ironique que ces espèces proéminentes dans le paysage australien, connues sous le nom local de broad-leaved paperbark, mélaleuques à larges feuilles, et si utiles pour leur bois et surtout les huiles essentielles que fournissent leurs feuilles, aient donné tant de fil à retordre aux botanistes pour être classées.

    "Behind the names: the botany of tea tree, cajuput and niaouli",
    dans Ian Southwell, Robert Lowe, Tea Tree : The Genus Melaleuca, CRC Press,‎ 2003

    (Wikipédia)

    Petite revue de Melaleucas

    Légende

    CP : composants principaux (à titre indicatif)

    HE : huile essentielle

       

    *

    **

    ***

    ****

     

    Bon

    Très bon

    Excellent

    Majeur

     

    Les activités sont données à titre indicatif

    Demandez toujours conseil auprès de médecins compétents en la matière

     

     

    Melaleuca alternifolia

    "Arbre à Thé" (Tea Tree), Mélaleuque à feuilles alternes

    L'arbre pousse en Australie septentrionale – Nouvelles Galles du Sud.

    Il se multiplie volontiers dans des sols marécageux, par des surgeons généralement assez vivaces pour mettre l’espèce à l’abri des agressions naturelles et humaines.

    Il semblerait, en effet, que cet arbre, un peu comme le Ginkgo biloba, soit doué d’une résistance peu commune à la sécheresse, aux inondations et aux incendies.

      Melaleuca

    Essence obtenue par distillation (vapeur) des feuilles et des branches terminales à l’état frais.

    L'huile essentielle est pratiquement incolore, quelquefois jaune très pâle, toujours limpide, à l'odeur fraîche caractéristique.

    CP : monoterpénols (terpinéol-4), terpènes (α et γ terpinènes)...

    Intérêt ****

     L'antiseptique naturel d'Australie (général et marqué)

    Propriétés essentielles

    • Fortement et largement antibactérien, antiviral, vermifuge, antifongique,
    • antispasmodique, antinévralgique,
    • légèrement sudorifique, circulatoire,
    • stimule le système immunitaire au niveau :
      - respiratoire (poumons),
      - intestinal ou
      - urinaire (ainsi qu'affection de l'utérus)
    • Radio-protecteur.
    • Expectorant par voie int. / ext.

    Usage traditionnel

    Les aborigènes utilisaient les feuilles, en macération, pour désinfecter l’eau de boisson, et s’en servaient pour soigner les plaies et les blessures.

    Plus tard, le soldat australien ne partait jamais à l’exercice ou en guerre sans un flacon d’huile essentielle de melaleuca.

    Usage général

    Aujourd’hui, cette huile essentielle est employée pour ses vertus antiseptiques et dermatologiques.

    Utilisation médicale, en interne et externe

    • Infections (large spectre)
    • Prévention des chocs opératoires, anxiété...
    • En interne, aérosol ou en gélule.
    • En interne chez soi, toujours diluée, dans du miel par exemple.

     

    Synergie avec Niaouli (Melaleuca quinquenervia)

    Autres utilisations, en externe

    • En cosmétique, dans les shampooings, crèmes, savons, déodorants...
    • Pour applications cutanées locales (onctions, frictions, massages...), diluée à 5-10% dans une huile végétale (HV) dans tous les cas (voir ci-dessous)

     

    Usages spécifiques

    Un puissant anti-refroidissement : L’HE de "Tea Tree" Melaleuca alternifolia est avant tout un exceptionnel antiseptique, doublé d’un calmant et d’un analgésique assez efficace, que l’on conservera donc en permanence dans l’armoire à pharmacie familiale ou sur soi, notamment pour

    • soigner les rhumes, des affections des voies respiratoires (bronchite, grippe, sinusite, coqueluche...) et la fièvre.
    • Frictions du nez avec 1 goutte d'HE,
    • et gargarismes avec un peu d’eau additionnée d’1 autre goutte.
    • Vous pouvez adjoindre à ce traitement de base des inhalations avec 5 gouttes de cette HE dans de l’eau chaude et/ou des frictions du dos et de la poitrine.
    • Dans tous les cas, n'oubliez pas de disposer un mouchoir imbibé de 3 gouttes d’essence près de l’oreiller avant de vous endormir, en prenant soin d’éviter tout contact avec la peau.

    Synergie avec Eucalyptus globulus ou radiata, Ravensare et Romarin à cinéole

    Diffusion

    ... de préférence mélangée à d'autres huiles essentielles ou diffusion faible

    Pour lutter efficacement contre les mucosités collées dans l’arrière gorge et la glaire coincée dans la gorge, ajoutez à Tea-tree quelques gouttes (Synergie) des HE ci-dessous, dans un diffuseur pour leur permettre de flotter dans la pièce :

    • Eucalyptus (radiata) – antiseptique puissant, antiviral, décongestionnant, antifongique
    • Ravensare (Ravensara aromatica sonnerat)tonique, décontracturant (stress, nervosité, fatigue), préparateur du sommeil, aide dans le combat contre les virus (grippé, convalescent)
    • Romarin – un antiseptique qui aide à ouvrir les voies nasales.

    Lorsque vous utilisez des huiles essentielles, assurez-vous d’opter pour des huiles 100% pures et chémotypées, exemptes de colorants et d’additifs.

    (Vu dans Glaires Mucus Sécrétions)

    Voir aussi

    Des produits "déo..." pour ma maison

    Info URGENCES

    Contre-indiquée en cas de grossesse et d’allaitement

    Interdite aux enfants de moins de 8 ans.

     

    Une amie de la peau : L’HE de Melaleuca alternifolia est une merveilleuse médication, par voie externe,

    • contre de nombreux problèmes cutanés (acné, pustules, furoncles, poux, herpès, verrues, gerçures, inflammations...) et irritations de la peau.

    Utilisation de principe

    • Lavez tout d’abord soigneusement les zones à traiter, puis appliquez 3 gouttes d’HE, généralement 3 fois par jour au début du traitement, puis, après amélioration, 1 seule fois.

    Utilisations particulières

    • Acné : 3 fois par jour, enduisez chaque bouton d’1 goutte d’HE à l’aide d’un coton-tige.
    • Cheveux : Avant le lavage, appliquez 5 gouttes sur le cuir chevelu en massant, puis à nouveau 5 gouttes au moment du shampooing. Laissez agir 5 minutes et rincez.
    • Coups de soleil : Massages légers avec 4 gouttes.
    • Coupures : Nettoyez soigneusement la blessure, puis appliquez 2 gouttes en massant doucement.
    • Gingivite : Après brossage des dents, appliquez  1 goutte sur la zone sensible.
    • Herpès : 1 goutte plusieurs fois par jour.
    • Mycoses : Après lavage méticuleux des zones atteintes, appliquez 3 gouttes 2 fois par jour en massant.
    • Piqûres d’insectes : Enduisez la piqûre d’huile essentielle 2 fois par jour.
    • Transpiration des pieds : Bains de pieds avec 10 gouttes.
    • Verrues : 1 goutte plusieurs fois par jour.

    Contre-indication : Cessez l’utilisation si une irritation survient.

     

     

    Cas de brûlure grave avec infection

    Daniel Penoël

    Rosa rubiginosa

    Rosa rubiginosa f. pteracantha

     
       

     

     

    Melaleuca cajuputi, Melaleuca leucadendra

    Cajeput, Cajeputier... 

    Avant les travaux de Blake (1968) puis de Craven et Barlow (1997) [1], le cajeput, l'arbre dont on extrait l'huile de cajeput, était référencé à Melaleuca leucadendra.

    Actuellement, on l'identifie comme Melaleuca cajuputi.

    (Wikipédia)

    [1] Craven LA, Barlow BA., "New taxa and new combinations in Melaleuca (Myrtaceae)", Novon, vol. 7,‎ 1997

    Voir aussi : Huile de cajeput

    Comme son nom l'indique... en malais (caju-puti), c'est un "arbre blanc" (famille des Myrtacées), son écorce étant blanchâtre comme celle du Bouleau (voir Niaouli), abondant en Asie du Sud-Est, Philippines, Malaisie, Moluques, îles Célèbes...

    Essence incolore à odeur camphrée obtenue par distillation (vapeur) des feuilles et bourgeons

    CP : oxydes dont 1.8-cinéole (75 %), terpènes (pinènes), sesquiterpénols (viridiflorol)...

    Intérêt *

    Elle fait partie des "saveurs chaudes" et même "brûlantes" :
    ce type d'HE possède souvent des qualités assainissantes des flores microbiennes ou virales et c'est vrai ici ! - prescription du ressort exclusif du médecin.

    Propriétés essentielles

    • Antiseptique général,
    • respiratoire, expectorante,
    • circulatoire, radio-protectrice.

    Usage interne

    • Diarrhée infectieuse, cystite, urétrite, bronchite, diphtérie, grippe, rhinopharyngite... ;
    • désinfection des voies respiratoires,
    • petites infections (refroidissement, petite intoxication alimentaire)...
    • 6-9 gouttes / jour suffisent en général, sur la langue diluées dans de l'huile vierge ou un peu de miel (ou en gélule) - pas en cas de grossesse.

     

    Synergie avec Niaouli (Melaleuca quinquenervia)

    Usage externe

    • en applications sur dermatoses (acné, psoriasis, eczéma) ou plaies, antiparasitaire,
    • en frictions avec une solution huileuse ou alcoolique à 5-10 % sur douleurs rhumatismales.
    • 1 goutte sur petite compresse, névralgie : introduire dans dent cariée ou oreille douloureuse.
    • Inhalations : rhume, irritation bucco-pharyngée, laryngite... - jamais seule

     

     

    Melaleuca quinquinervia

    Niaouli, Niaouli pentanerve, Niaouli Paperbark

    Arbre de la famille des Myrtacées abondant en Indonésie, Madagascar (Océan Indien), Nouvelle-Calédonie (l’un des trois territoires français du Pacifique-Sud, avec la Polynésie française et Wallis-et-Futuna)...

     

    L'essence de Niaouli ou goménol (marque déposée) est obtenue par distillation à la vapeur des feuilles fraîches. Son odeur est forte et sa saveur chaude.

    On utilise, en thérapeutique, l'essence de Niaouli purifiée

    CP : oxydes (1.8-cinéole), monoterpénols (α-terpinéol), sesquiterpénols (viridiflorol), monoterpènes (α et β pinènes, limonène), eucalyptol...

    Intérêt ***

    Propriétés essentielles

    • Expectorant *** (anti-catarrhal et fluidifiant aux niveaux nasal et bronchique), balsamique,  
    • puissant anti-infectieux (général, bronchique - voies respiratoires - de l'arbre urinaire, ne provoque pas de perturbation majeure de la flore intestinale), antiviral, antifongique,
    • antispasmodique, circulatoire (décongestionnant veineux), radio-protecteur,
    • énergisant :
      - de la fonction hormonale hypophysaire (joue un rôle positif dans l'activité hormonale sexuelle homme / femme)
      - des fonctions hépato-digestives (dissoudre les calculs rénaux, biliaires)
      - tissulaire externe : antiseptique, cicatrisant...

    La distillation des feuilles de diverses espèces de Melaleuca fournit un produit comparable appelé "huile de Cajeput" (voir), et nous retrouvons les mêmes qualités antifongiques, antivirales et bactéricides à très large spectre, confirmées par les aromatogrammes... (voir plus haut : Généralités)

    Usages interne / externe

    • Hépatite virale ***,
    • herpès génital ***, vaginites, infections urinaires (cystite, urétrite...),
    • bronchites ** chroniques et fétides, coqueluche, grippe,
    • sinusite **, rhinopharyngite (rhinites...), asthme (insuffisance et allergie respiratoire),
    • otites, tuberculose pulmonaire, osseuse, aérophagie, gastrite, diarrhée... 

    Usage externe

    • Douleurs articulaires,
    • plaies atones [1], plaies infectées,
    • brûlures, dermites, dermatoses, psoriasis...

    Par voie interne ** 

    • 2 gouttes matin-midi-soir dans du miel, sur un sucre ou diluées dans l'huile vierge (ou aérosol ou gélule)

    Synergie avec Ravensare aromatique - mais prudence !

    Aucune contre-indication connue aux doses physiologiques

    Massages - non mais...
    • frictions sur le plexus solaire : quelques gouttes dans l'huile d'Amande douce.
    • inhalations : rhume, coryza, laryngite, bronchite, affections pulmonaires...
      - toujours associée

    Diffusion

    ... de préférence mélangée à d'autres huiles essentielles ou diffusion faible

    Voir

    Des produits "déo..." pour ma maison

    Info URGENCES

     

    .¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.

    .¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.

    Note

    [1Plaie atone. Plaie : "solution de continuité" (en chirurgie, division, séparation de parties dans plaies et fractures), avec désorganisation des tissus, dans les parties molles du corps ; atone, du grec atonos (de "a" privatif + tonos, ton) : relâché, signifie, en médecine, "sans vigueur", "sans tonicité" en parlant des muscles ou organes pourvus de fibres musculaires.

    Même bénigne, il faut toujours craindre une infection de la plaie : veiller à bien nettoyer (savon de Marseille) et aseptiser chaque petit "bobo" avec le produit adéquat.

    Et puisque nous y sommes : atonie, de atone (≠ tonus, tonicité), diminution de la tonicité normale d'un organe contractile comme l'estomac, par exemple. Le type de l'atonie musculaire est la "paralysie flasque".

    Sources

    • Armomathérapie, Dr Valnet (édition de mars 1983)
    • Précis d'aromathérapie familiale, Gérard Claeys (septembre 1992)
    • Traditions et propriétés des plantes médicinales - Histoire de la pharmacopée, Pr Loïc Girre (février 1997)
    • Ces parfums qui soignent, Dr Jean-Claude Houdret (édition de mars 1999)
    • Artémisia Collège (Association loi 1901 sans but lucratif) - bulletin d'informations e-Floraison
    • reponsesbio.com pour la rubrique Melaleuca alternifolia, notamment à « Usages spécifiques »
    • Wikipédia pour l'intro (généralités) et les photos des Melaleucas.

     

     

     

    Haut de page

     

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer