• Outre-mer - Terres Australes et Antarctiques Françaises

    Page créée le 08 février 2022

    Important ! Étant donné qu'en ce moment des illustrations "sautent" çà et là et que les images sont essentielles à cette page, en cas de problème cliquez ICI

    Les Terres australes et antarctiques françaises

    TAAF présentation carte du monde

    "Présentation - TAAF" [archive] sur Terres Australes et Antarctiques Françaises

    TAAF îles Kerguelen

    TAAF archipel Crozet

    TAAF Îles Éparses de l'océan Indien

    TAAF Îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam

    TAAF Terre-Adélie situation sur le continent antarctique

     

    Les Terres australes et antarctiques françaises, abrégées par l'acronyme TAAF, constituent une collectivité sui generis située en outre-mer créée par une loi du 06 août 1955. Elles sont mentionnées dans l'article 72-3 de la Constitution française1.

    Ce territoire comprend actuellement cinq districts très différents : l'archipel Crozet ("Îles australes"* dans l'Océan indien), les Îles Kerguelen ("Îles australes"*, sub-antarctiques tout au sud de l'océan Indien), les Îles Éparses de l'océan Indien (situées autour de Madagascar ∇), les Îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam ("Îles australes"*, des volcans actuellement inactifs) et la terre Adélie (sur le continent antarctique).

    ∇ Voir Quinze ans sur un îlot de sable

    Pour cette dernière, la souveraineté française s'exerce dans le contexte du traité sur l'Antarctique signé à Washington (DC, District de Columbia, capitale des États-Unis) en 1959 qui établit un "gel" des prétentions territoriales et affirme la liberté de la recherche scientifique sur tout le continent.

    La souveraineté de la France doit donc être compatible avec les exigences du traité qui a été complété en 1991 par le protocole de Madrid sur la protection de l'environnement et qui fait de ce continent une "réserve naturelle consacrée à la paix et à la science".

    Aucune portion du territoire n'a possédé de population civile permanente, en dehors de quelques brèves tentatives de colonisation. La France y assure cependant une présence humaine continue (logistique, scientifique ou militaire) grâce à du personnel relevé régulièrement.

    Les trois districts historiques des Terres australes françaises* (l'archipel Crozet, les îles Kerguelen et les îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam) accueillent aujourd'hui la plus grande réserve naturelle de France et l'une des plus grandes aires marines protégées du monde.

    Le périmètre de la réserve naturelle a également été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO le 5 juillet 20192.

    -----

    Notes de Wikipédia

    Ne doit pas être confondu avec France antarctique

    1. Constitution française du 04 octobre 1958 : Article 72-3 [archive]

    2. Cinq nouveaux sites inscrits sur Liste du patrimoine mondial UNESCO 05/07/2019 [archive]

    * Les Terres et mers australes françaises, Crozet, Kerguelen, Saint-Paul et Amsterdam, inscrites sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco, sont les plus vastes des rares terres émergées du sud de l’océan Indien. Éloignées des centres d’activité humaine, elles sont restées des sanctuaires de biodiversité. Elles abritent l’une des plus fortes concentrations et diversités d’oiseaux marins au monde, ainsi que l’une des plus importantes populations de mammifères marins. Leurs eaux très productives forment une « oasis » nourricière pour ces espèces. Cette nature sauvage et foisonnante au sein de paysages volcaniques grandioses forge le caractère exceptionnel du bien. L’immensité de ces territoires et leur classement en réserve naturelle nationale assurent le maintien à long terme de ces espèces et la protection de ce patrimoine naturel unique. Les îles Australes (Terres Australes et Antarctiques Françaises) [archive]

     

    Un voyage scientifique en Antarctique

    Le chercheur français Guillaume Hubert est allé en Antarctique étudier les rayons cosmiques. Dans son message depuis le continent glacé, il présente sa vie dans l'un des lieux les plus isolés du monde : la station Concordia.

    « Je suis arrivé à Concordia le samedi 07 décembre [2019]. J’y ai rapidement retrouvé mes repères, ce qui est le privilège de ceux qui y ont déjà séjourné. Lorsque l’on pose le pied pour la première fois sur le Dôme C *, ce qui fut mon cas en 2015, il est difficile de se raccrocher à quelque chose de familier. L’Antarctique offre un paysage de glace à perte de vue, avec très peu de fantaisie, si ce n’est des nuances dues à la lumière rasante du soleil ou bien certains phénomènes optiques comme les halos autour de l’astre solaire dus à la présence de cristaux de glace dans l’atmosphère. » * [archive sans vidéo]

    Objectifs scientifiques et technologiques

    [https://player.vimeo.com/video/491979071]

    « Concordia est isolé du monde. Le littoral le plus proche est à environ 1100 km. Cet isolement a des conséquences concrètes sur nos comportements. Les avions ou les raids terrestres qui acheminent les matériels, les ressources ou les personnes sont les cordons ombilicaux qui nous maintiennent en prise avec le monde réel. D’ailleurs, il y a parfois une impatience lorsque aucun avion n’a atterri depuis une ou deux semaines. La station s’étend sur un large périmètre avec en son centre la station principale.

    Antarctique Concordia station de recherche permanente franco-italienne

    Celle-ci se compose de deux tours de trois étages. La première tour, dite "calme", héberge les installations médicales, les chambres, quelques laboratoires ou bureaux techniques (et en particulier la radio et l’informatique). La seconde, dite "bruyante", intègre le bureau technique, une salle de sport, une salle de repos pouvant faire office de salle de projection, de ping-pong et de bien autres choses, et enfin une réserve alimentaire. Le dernier étage de cette seconde tour est essentiel car s’y trouve la cuisine, la salle de repas et surtout l’aire de détente. Cet espace est probablement le lieu qui au quotidien favorise le plus les échanges. D’autres zones d’activités sont réparties sur la station.

    Le camp d’été, annexe de la station principale, est historiquement le camp qui hébergeait les personnels lorsque la station principale n’existait pas. Le site de Dôme C n’était alors occupé qu’en période estivale. Les activités scientifiques sont menées dans des laboratoires répartis dans différentes zones.

    Cette année les températures absolues sont assez clémentes, de l’ordre de -25 à -30° [La température moyenne annuelle à Concordia est de -55°C. Elle varie entre -30°C et -50°C en été, et peut atteindre les -80°C en hiver]. Le vent peut accentuer notre ressenti vis-à-vis du froid, rendant certaines journées plus compliquées. Le rapport avec le froid dépend des activités que l’on mène. Mes activités scientifiques se déroulent majoritairement dans un laboratoire distant d’environ 500 mètres de la station. Ainsi, je ne suis réellement confronté au froid que lors de mes déplacements entre la station, mon laboratoire et le camp d’été.

    [Concordia est installée sur un plateau à 3233 mètres d’altitude, sur une épaisseur de 4000 mètres de glace. Du fait de l’altitude et de l’affinement de la couche atmosphérique au-dessus des pôles la pression atmosphérique donne une altitude ressentie à environ 3500m] L’acclimatation à l’altitude est sans doute la contrainte la plus difficile à surmonter, bien que cela soit très variable d’une personne à une autre. Il faut généralement quelques jours de repos ou semi-repos, une bonne hydratation et quelques aspirines.

    L’imprévu est un élément important de ces missions. Je mène mes opérations scientifiques depuis deux semaines, et rien n’a été simple. Sans encore pouvoir présumer de la fin de mes opérations, je suis optimiste et je pense que cette mission 2019/20 sera riche. Une fois mes travaux achevés, il me restera à regagner la France et retrouver les miens, mais cela, c’est encore une autre et longue histoire. »

    Antarctique : ma vie dans la station Concordia (GÉO Ado 30/12/2019)

    Voir aussi

    Fonte des calottes polaires (Changement climatique)

    Maud et les manchots

     

    Un voyage "linguistique" aux antipodes

    Bruno Fuligni, universitaire et écrivain, publie un "Petit lexique en usage dans les Terres australes et antarctiques françaises" (*). Une sorte d’espéranto, ou d’argot, le taafien.

    (*) Maisonneuve & Larose / Hémisphères Éd. / Collection Mers & Empires

    Causeur 07/02/2022 [archive]

    L'année 2022 sera celle du 250e anniversaire de la découverte des îles Crozet et Kerguelen, soit le début de l'aventure des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF).

    Il se trouve que notre auteur a rédigé, au fil de ses lectures, un "A dictionnaire duA taafienA", c'est-à-dire des termes pittoresques utilisés par les hivernants en mission dans ces territoires.

    LesA TAAFA lui ont volontiers prêté main-forte pour finaliser ce lexique, utilement complété d'une introduction sur la présence française dans ces territoires depuis 1772.

    De A (comme Abribus, le surnom donné à la cabane qui surplombe la baie américaine à Crozet, celle-ci étant indiquée sur les cartes par la mention "A B. USA") à Z comme Zézette, radio VHF portable, parlez-vous taafien ?

     

    TAAF parlez-vous taafien... (couverture livre)

    L'Argot des manchots Decitre [archive]

    Voir aussi Les langues parlées

     

     

    -----

    Documentation éparse et autres antipodes glacés

    Les tambours de Saint-Pierre & Miquelon

    Marcher comme un pingouin (Mimer l'animal)

    Saint-Pierre-et-Miquelon (Cuisine des Outre-mer)

    Petite histoire de neige

    On était le 26 ou 27 décembre. Il avait neigé un petit 25 cm de neige durant la nuit, une belle petite poudreuse très agréable. Afin de profiter de la neige, nous sommes sortis avec le chien pour jouer au parc. En rentrant à la maison, notre voisin de palier - un Norvégien arrivé au Québec depuis peu - ouvre la porte : 

    Voisin (air surpris) : Vous êtes allés dehors ? 

    Nous : Oui, on s’est beaucoup amusé avec le chien à courir dans la neige.  

    Voisin (apeuré) : Mais vous êtes fous ! Quand est-ce que la ville va déclarer l’état d’urgence ? 

    Nous : Il va falloir qu’il neige au moins le triple d’ici à demain pour que la ville déclare l’état d’urgence.  

    Voisin (encore plus apeuré) : Vous êtes les deuxièmes à me dire ça aujourd’hui.  

    Nous : Tu n’es pas Norvégien ? Tu n’es pas supposé savoir ce qu’est la neige ? 

    Voisin : Oui, de la neige comme ça (en indiquant environ 5 cm avec ses doigts). Pas comme ça ! (en pointant la porte)

    (internaute Anne 2021, à propos de cette vidéo)

    Pingouins & Manchots

    Vidéo - différence entre un pingouin et un manchot (Mimer l'animal)

    Les manchots ne volent PAS mais nagent très bien - Les pingouins peuvent voler... mais pas très bien, enfin, pas comme des hirondelles ou des albatros...

    via GIPHY

     

     

     

    haut de page