• Vishnou

    Vishnou

    Voici un Dieu populaire, très connu des Occidentaux, du moins en surface. Que sait-on de lui au juste, à part ces belles icones colorées ; pourquoi a-t-il autant de bras ? Quels sont ses place et rôle dans le panthéon hindou ? Etc. En somme, on ne sait pas grand chose de profond à son sujet. Je propose donc d'entrer un peu plus dans son univers, de découvrir sa personnalité, ses talents...

    mes rendez-vous

    -- Autres noms : Hari - Venkateswara - Perumale - Narayana - Srinivasa - Purushottama
    -- Première épouse (parèdre) : Lakshmi,
    la déesse de la richesse et de la bonne fortune.
    -- Seconde épouse : Bhû Devî ou Bhūmi, la Terre
    -- MontureGaruda, l'Aigle
    -- Le Serpent Vestige ou Shesha Nâga, sur lequel repose le dieu lorsqu'il dort attendant la création.  
    -- Attributs : shankha (conque) - chakra (disque) -
    padma (lotus) - gada (massue)...

     

    Vishnou (ou Vishnu, Vichnou - sanskrit विष्णु / Viṣṇu - tamoul விஷ்ணு) est le dieu de la stabilité du monde, il entretient la vie et la création.
    C'est un protecteur des humains et un sauveur. C'est le dieu du temps.  
     

    Il est difficile de dater précisément l'origine du culte de Vishnou. Dans les Védas, Vishnou n'est encore qu'une divinité mineure, associée à Indra, alors que Varuna, Mitra et Aryaman sont les premières divinités majeures auxquelles succéderont Vayu, Agni et Surya.

    C'est plus tard dans l'histoire hindoue qu'il est devenu le deuxième dieu de la Trimurti (ou Trimourti, également appelée la « trinité hindoue »), avec Brahma et Shiva et par conséquent l'une des divinités les plus importantes de cette religion.
    La Trimourti incarne le cycle de manifestation, conservation et dissolution de l'univers dont Brahma est le créateur, Vishnou le protecteur et Shiva le destructeur.

    Identifié au Brahmane, Vishnou est souvent associé à Prajapati, tous les deux ayant des fonctions similaires.

    Son épouse et parèdre est Lakshmi, mais la Terre, Bhūmi ou Bhû Devi, est parfois considérée également comme son épouse. Vishnou la sauva en effet des eaux sous son avatar de Varâha (n° 3, le Sanglier).
    Ses liens matrimoniaux lient le dieu à la royauté, la Terre -Bhūmi- et la fortune -Lakshmi- étant les deux principes attachés au roi. En effet, un des termes pour désigner le roi en sanskrit est bhūpati, ce qui peut signifier « maître » ou « époux » de la Terre, le terme pati étant ambivalent.
    La mitre dont il est coiffé confirme cette fonction royale et démontre que dans l'hindouisme post-védique, même si Indra possède toujours le titre de roi des dieux, c'est de fait Vishnou qui opère vraiment cette fonction. Cette prééminence est d'ailleurs confirmée par de nombreux mythes où Vishnou ou un de ses avatars humilie Indra. C'est notamment le cas dans l'épisode de Krishna soulevant le mont Govardhana.

    Son véhicule est un oiseau rapide, Garuda, qui peut étendre la connaissance Vedic avec le grand courage.

    La couleur sombre de Vishnou représente l'éther passif et informe, une grande qualité pour un dieu de pénétration. 

    Vishnou est généralement représenté assis ou se reposant sur un lotus posé sur le puissant Serpent aux mille têtes enroulé, Seshanag, ou Ananta * (qui représente l'univers endormi), Brahma sortant de son nombril.

    mes rendez-vous

    Vishnou assis sur Ananta,
    tourné vers l'Ouest (direction des eaux).
    Deuxième porche. Sanctuaire excavé.
    Grotte 3, Badami, Karnataka. Fin du VIe siècle.

     

    * Ananta appelé aussi Shesha en (devanagari : शेष) ou Adishesha, est un Serpent (nâga) de la mythologie de l'hindouisme [1], aux têtes multiples, au nombre de mille.
    Son nom sanskrit Ananta signifie : « sans fin » ou « sans limite », « éternel » ou « infini ».
    Shesha [2], en revanche, peut se traduire par « vestige » car Adisheha est le soutien et donc le reste de tout nouvel univers (kalpa) lorsque dans la cosmologie hindoue une nouvelle ère se crée.
    De nombreuses histoires se disent sur Ananta. Il faut noter que ce Serpent cosmique sert de lit à Vishnu lorsque celui-ci se repose après la dissolution (pralaya) d'un univers ancien. Adisheha est dit fils d'une rishi, mais aussi descendant de Shiva ; pour autant il est plus lié avec Brahma.
    Il a donné son nom à la ville de Thiruvananthapuram : « cité du seigneur Ananta » en sanskrit.
    Un autre Serpent célèbre de la mythologie hindoue proche de Adisheha est Vâsuki.

    Références
    [1]
     Encyclopedia of Hinduism, par C.A. Jones et J.D. Ryan,
    publié par Checkmark Books, ISBN 0816073368
    [2]
     http://sanskrit.inria.fr/DICO/64.html#ze.sa

    Source : Wikipédia - Voir aussi : Crocodile et les Torsions 5/5

    On voit souvent Vishnou en train de dormir. Mais dans son sommeil, il prépare le prochain monde.
    Il ne peut intervenir directement dans les événements, il s'incarne alors
    en un avatar.

    mes rendez-vous

     Statue de Vishnou,
    avec
    massue, disque, conque et lotus

     

    Les attributs de la divinité ou mûrti 
    Mythologica.fr
    - Wikipédia
     

    Le dieu conservateur de la Trinité a quatre mains :

    - dans la première il tient une coquille de conque (Shankha, IAST -International Alphabet of Sanskrit Transliteration- : śaṅkha) ; symbole de la création, elle vient de l'Océan primordial, sa spirale interne exprime l'expansion, le son qu'elle produit est l'image du son divin primordial, l'indication de la diffusion du Om ;     

    - de sa deuxième main, le disque (Chakra) Sudarshana -agréable à regarder- qui comporte six rayons comme les six pétales de la fleur de Lotus ; rappel de la roue de temps, il symbolise la puissance de l'esprit et le fait de mener une bonne vie ;

    - le lotus (Padma) qui symbolise le déploiement de la création, mais aussi la pureté et la vérité, une existence glorieuse ; 

    - et de sa quatrième main il tient un maquis, ou massue (Gada), l'indication du pouvoir de la connaissance (dont dérivent tous les autres, physiques ou mentaux) et la capacité de punition si la discipline dans la vie est ignorée : c'est donc aussi le fléau de Vishnou qui, menaçant, rappelle qu'il faut suivre le chemin de la spiritualité, et non celui de l'attrait matériel.

    Mais encore...

    - L'arc, l'instrument qui lance des sondes d'intuition au sein de l'illusion.

    - Les flèches et le carquois, le pouvoir des sens et la réserve du pouvoir d'agir. 

    - Le joyau Trésor-de-l'Océan ou Kaustubha, qui brille à la poitrine du dieu, la conscience universelle composée des consciences de tous les êtres.

    - La touffe de poils Cher-à-la-fortune ou Shrî-vatsa, situé au-dessus du sein gauche du dieu, représente tout ce dont jouit la conscience.

    - La Guirlande-de-la-forêt ou vana-mâlâ est l'image de Mâyâ, l'illusion.

    - Les deux boucles d'oreilles qui représentent les deux chemins de connaissance, sâmkhya, intellectuelle et yoga, intuitive. Elles ont la forme de Makara, un monstre marin.

    - Les bracelets qui symbolisent les trois buts de la vie : la perfection de soi, le succès, le plaisir.

    - La couronne, la réalité inconnaissable.

    - Le voile jaune ou pîtâmbara porté autour de la taille représente les Vedas.

    - Le cordon sacré, composé de trois brins, les trois lettres de la syllabe AUM.

    - Le char, le mental est son pouvoir d'action sur le monde.

    - La couleur sombre, couleur de l'Immanence, de la substance de l'espace.

    - Le chasse-mouches, symbole du dharma

    - L'éventail représente le sacrifice, il sert à attiser les flammes.

    - Le fanion

    - Le parasol, symbole de la royauté du dieu, sa hampe est l'axe du monde, le mont Meru.

    - L'épée et le fourreau, le savoir et le non-savoir qui le recouvre...

    Remarque : l'or représente la richesse et la fortune, quelque chose que Vishnou n'a jamais utilisé.

    Avatars
    Mythologica.fr - Wikipédia
     

    Selon la tradition, Vishnou a pour mission de préserver l'ordre du monde. Il s'incarne régulièrement, pour descendre sur Terre sous forme d'un avatar, lorsque le monde est perturbé, menacé par le chaos.
    Ainsi, Vishnou adopte dix formes différentes pour sauver des personnes de la mort ; dans l'eau par exemple, il choisit kurma la tortue.
    Ses plus célèbres incarnations sur Terre sont Rāma et Krishna : Vishnou est le dieu principal du vaishnava et Chaitanya y est considéré comme avatar de Vishnou en tant qu'incarnation de Krishna.

    Les textes sacrés (Bhagavad-Gita)
    évoquent dix avatars.

     mes rendez-vous

     

    mes rendez-vous

    Porte de temple, à Goa,
    décrivant les 10 avatars de Vishnou

     

    1. Matsya, le Poisson, qui sauva le monde du déluge et qui récupéra les 4 Védas au fond de l'océan.

    2. Kurma, la Tortue, qui souleva le Mont Mandara au milieu de l'océan avec sa carapace pour que les divinités puissent s'asseoir dessus et ainsi récupérer le nectar de l'immortalité.

    3. Varâha, le Sanglier, qui, pendant 1000 ans, combattit le démon Hiranyaksha qui avait plongé la déesse de la Terre, Prithivi, au fond de l'océan.

    4. Narasimha, l'Homme-Lion (Nara = homme, simha = lion), qui débarrassa le monde du démon Hiranyakashipu. Brahma, séduit par les offrandes de ce dernier, lui avait accordé l'invulnérabilité. Il ne pouvait être tué ni par un homme, ni par un animal. C'est donc sous une forme mi-humaine, mi-animale que Vishnou se manifesta. 

    Ces quatre réincarnations forment les avatars du premier âge.

    Les trois réincarnations suivantes forment les avatars du deuxième âge.

    5. Vamana, le Nain, qui vainquit le démon Bali qui avait réussi à prendre le contrôle des trois sphères grâce au stratagème du trivikrama (trois pas) et ainsi Vamana sauva le monde.

    6. Parashurama (Parashu-Rama, Rama à la hache), première incarnation humaine de Vishnou, défenseur de la caste des Brahmanes, qui aurait combattu la caste des Kshatriya à cinq reprises, remplissant cinq lacs avec leur sang.

    7. Râma, héros du Ramayana et fils de Dashrata, roi d'Ayodhya, qui combattit le tyran Ravana avec l'aide du dieu-Singe Hanuman et devint un souverain exemplaire après 14 ans d'exil.

    Enfin, les trois dernières réincarnations forment les avatars du troisième âge.

    8. Krishna (signification : « obscurité » ou « noir »)

    9. Siddhartha Gautama, Bouddha ; quelques versions considèrent que Balarâma, grand frère de Krishna, est le neuvième avatar. L'intégration de Bouddha dans le panthéon hindou est apparue assez tardivement, probablement au VIIIe siècle comme une expression de la contre-réforme brahmanique au bouddhisme, entamée au IIe siècle av. J.-C. (voir mythologie bouddhiste)

    10. Kalkî (« temps ») est une figure apocalyptique. C'est irrémédiablement l'incarnation « à venir » : cet avatar qui n'existe donc pas encore (car il apparaîtra à la fin de l'âge de fer) anéantira l'épée à la main sur son destrier blanc, les méchants et rétablira le Dharma.

    Bibliographie
    Wikipédia et Mythologica.fr -
    En gras : sources de l'article de Wikipédia

    général

    - Encyclopédie Universalis.
    - Dictionnaires et encyclopédies Larousse tous types et tous siècles.
    - Petit Larousse des mythologies du monde (Larousse, 2011).
    - Mythes et légendes du monde entier (Éditions de Lodi, 2006).
    - Encyclopédie de la mythologie, d'Arthur Cotterell (Parragon, 2004).
    - Dictionnaire des mythologies en 2 volumes, d'Yves Bonnefoy (Flammarion, 1999).
    - Philosophie de la mythologie, Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling (Millon 1994)
    - Histoire des doctrines religieuses et philosophiques de l'antiquité, Henri Brunel (Éd. Marc Ducloux, 1852)
    - Un et multiple de Sarah Combe (Dervy, 2010)

    Inde, hindouisme, Vishnou

    - La mythologie indienne, de Jean-Charles Blanc (Actes Sud Junior, 2011)
    - Dieux et Déesses de l'Inde, de Stéphane Guillerme (Almora, 2011)
    - Promenade avec les dieux de l'Inde, de Catherine Clément (Point, 2007)
    - Mythes et religion de l'Inde, par Nityabodhānanda, (Maisonneuve et Larose, 2001)

    • Encyclopédie Universalis.
    • Dictionnaires et encyclopédies Larousse tous types et tous siècles.
    • Mythes et légendes du monde entier (Editions de Lodi, 2006).
    • Petit Larousse des mythologies du monde; (Larousse, 2011).
    • Encyclopédie de la mythologie d'Arthur Cotterell (Parragon, 2004).
    • Dictionnaire des mythologies en 2 volumes d'Yves Bonnefoy, (Flammarion, 1999).
    • La Mythologie hindoue de Jean Herbert; (Albin Michel, 1980).
    • La mythologie indienne de Jean-Charles Blanc (Actes Sud Junior, 2011)
    • Dieux et Déesses de l'Inde de Stéphane Guillerme (Almora, 2011)
    • Mythologie hindoue védique et pouranique de William Wilkins; (Harmatan, 2006).
    • Un et multiple de Sarah Combe (Dervy, 2010)
    • Promenade avec les dieux de l'Inde de Catherine Clément (Point, 2007)
    • Mythes et dieux de l'Inde : Le polythéisme hindou d'Alain Daniélou (Flammarion, 2009)
    • Mythologie Hindoue de F. Miller, A. Vandome et J. McBrewster (Alphascript Publishing, 201
    - See more at: http://mythologica.fr/hindou/vishnu.htm#sthash.EOUb6sDe.dpuf

    - Mythes et dieux de l'Inde, Alain Daniélou (Champs Flammarion, 1992)
    Mythes et dieux de l'Inde : Le polythéisme hindou (Flammarion, 2009)

    - Mythologie Hindoue, de F. Miller, A. Vandome et J. McBrewster (Alphascript Publishing, 2010)
    - Mythologie hindoue védique et pouranique, de William Wilkins (Harmatan, 2006).
    - La Mythologie hindoue, de Jean Herbert (Albin Michel, 1980).
    - The symbolisme of hindu gods and rituals, de Swami Parthasarathy (Éditions Vedanta Life Institute)

    - Nârada : précédé d'une étude sur les Avatars de Vichnou, de Jean Herbert
    - Vishnu: an introduction, par Devdutt Pattanaik, Vakils, (Feffer and Simons, 1999)

     

    « Les archives-photos de YantraRemèdes conseillés en revue »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :