• 2-Café

    News N° 63 (26 juin 2017) - Paru dans le journal Contr'Infos n° 56

    Vous reprendrez bien un café ?

    En fait, je fais remarquer que je dis beaucoup de bien du café… dans la mesure où il est pris par le bon côté !...

    Michel Dogna

    Beaucoup doivent se rappeler ce célèbre naturopathe qu’a été André Passebecq. Voilà ce qu’il disait concernant le café :

    « Le café est un chélateur, du grec "chelos" : PINCES. Il retient dans ses "pinces" tous les nutriments nécessaires à notre bonne santé, et les empêche de passer la barrière intestinale. »

    Prendre des produits de santé en même temps que du café est donc du gaspillage pur et simple !

    Une amie naturopathe m’a raconté : « Ma fille, ayant commencé un super traitement que je lui avais prescrit, s’est rapidement plainte de n’avoir aucun résultat. Sachant qu'elle prenait du café plusieurs fois par jour, je lui ai demandé d'arrêter le café. Trois jours après, elle me recontacta, enthousiasmée du résultat fulgurant ».

    Concernant la prise de médicaments pharmaco-chimiques le problème est le même, mais à considérer sous deux angles possibles :

    - si le médicament est bon, le café en réduit les effets ou les annule (selon le nombre de cafés quotidiens consommés),
    - si le médicament est mauvais voire carrément dangereux, le café vous protège et peut-être vous sauve…

     

    Pour André Passebecq « La meilleure façon de prendre du café, c'est en lavement, bouilli pendant plusieurs minutes ». Tiens, tiens, mais cela rappelle les lavements au café dans la cure anti cancer du docteur Gerson que je préconise depuis près de 10 ans, et dont on retrouve le modus operandi dans mon e-book « CANCERS - guérir hors protocoles » téléchargeable gratuitement sur mon site www.micheldogna.fr en page d’accueil.

    Une curiosité

    On ne sait pas pourquoi le café bouilli en lavements estompe toute douleur en moins de 15 minutes, même lorsque la morphine ne marche plus. Cette découverte remonte à la guerre de 14-18 dans les tranchées et fut appliquée, par des infirmières, aux soldats gravement blessés ou amputés afin de calmer leurs douleurs intenables.

    Le Dr Max Gerson utilisait les lavements au café pour réaliser la détoxification du corps. Il précisait que 98% des personnes atteintes de cancer des organes internes, comme aussi d’autres graves maladies du métabolisme, ne meurent pas de la maladie elle-même, mais plutôt des surcharges énormes du foie, ne pouvant plus éliminer les toxines et les éléments de décomposition des tumeurs.

    Donc, les lavements au café ont 3 utilités indispensables :

    • Éliminer la débâcle toxinique par les voies biliaires
    • Calmer les douleurs.
    • Soutenir et régénérer le foie.

     

    De plus, l’élimination des radicaux libres est multipliée par 7 ; aucun autre produit ou médicament ne peut sur ce point rivaliser avec le café, même pas le co-enzyme Q-10.

    Maître Omraam Aïvanhov de son côté disait qu'avant de boire du café, il faut le faire bouillir trois fois. Cela rappelle le café turc… Bien sûr ce n’est plus le même goût, et c’est pour cela que dans le Nord (59), j’ai toujours entendu dire « Café bouillu, café foutu » - (Oui mais… meilleur pour la santé !)

    D'autres conséquences annexes du café

    J’en profite pour dire que je vois passer sur Internet, concernant le café, quelques vérités basiques permettant de glisser d’énormes mensonges. Dans la rubrique inconvénients possibles, on trouve :

    irritabilité – palpitations – insomnie – dépendance.

    C’est vrai. Il aurait pu être ajouté que mélangé à du lait ou pire, à de la crème fraîche, le café devient un poison violent pour le foie et la circulation cérébrale.

    Gamins, le petit déjeuner standard avec café au lait de nos parents nous a souvent rendus bien patraques jusqu’à ce que se produise « l’état de tolérance » où l’organisme démissionne, et c’est la porte ouverte à un train de misères au long cours avec lesquelles beaucoup n’ont jamais fait et ne feront jamais la relation.

    Côté allégations,  je trouve que le contrôle des fraudes - si vigilant à sévir à l’encontre des produits de santé naturelle ferait bien d’y mettre bon ordre lorsqu’il est prétendu que la consommation de café induirait « une baisse de risque de cancer, de calculs biliaires, de cirrhose, et de diabète ».

    Concernant les avantages réels, on ne peut nier :

    la stimulation intellectuelle, la stimulation digestive (quoique pour certains ce soit le contraire), la stimulation de la vésicule biliaire et du transit intestinal, et même de la motricité des supermatozoïdes (à vérifier au microscope après extraction).

    En fait, c’est tout l’organisme qui est stimulé, mais voyons de près par quel processus ?
    Partons du fait que j’aie un coup de pompe… alors je bois un café. Que se passe t-il ?

    1. Le café étant reconnu en tant que poison par l’organisme, les surrénales sonnent l’alerte rouge et mettent en suractivité toutes les fonctions pour éliminer le produit au plus vite… et tout de suite la forme revient, ouf !
    2. Mais le problème est que je fonctionne à crédit sur des réserves qu’il faudrait rapidement renflouer.
    3. Quand le café est éliminé par les voies urinaires, mes surrénales se remettent au repos,
    4. Et là, comme je n’ai pas de quoi refaire le niveau des énergies empruntées, je suis encore plus crevé qu’au départ.
     

    Alors que faire ? Ben... reprendre un café, pardi !!!

     

    C’est le SNIC (Syndicat National des Industriels du Café) qui une fois de plus ne va pas être content après moi. Si vous imaginez le nombre de cafés qui se consomment chaque jour, cela donne une idée du chiffre d’affaires colossal que cela peut générer – alors business is business! et l’on n’aime pas beaucoup les trublions.

    Michel Dogna

    Si vous ne recevez pas le journal Contr'Infos régulièrement, écrivez directement à Océane : micheldogna.contrinfos@gmail.com

    Page d’accueil site : www.micheldogna.fr
    Vous pouvez trouver de nombreuses réponses sur ce site gratuit.

     

    Voir aussi Marc de café

     

     

     

    haut de page