• GARUDA (Aigle)

    Page révisée en mars 2018

    Garuda, le "Roi des Oiseaux"

    La posture de l'Aigle

     

    Les Oiseaux par monts et par vaux

    Voir l'article Vishnou

     

    et cliquer sur l'image pour le Garuda de Wikipédia

    « Garuda peut aussi être vu comme un aigle géant mythique, ennemi aérien naturel des nâgas *, serpents des eaux et de la terre. Mais Nâga et Garuda ne sont en fait que deux incarnations de Vishnu, les deux aspects de la substance divine, en qui ils se réconcilient »

    * voir ANANTA

     

     

    La posture de l'Aigle

    Voir

    l’article Équilibre, équilibres (Arbre)

    Garudâsana - La posture de l’Aigle

    La posture de GarudaGaruḍāsana - un grand classique du Yoga
      

     

     

    Dans la mythologie hindouiste Garuda est le roi des Oiseaux.

    Il est le vâhana ou véhicule de Vishnu et aide avec enthousiasme l'humanité à combattre les démons.

    On le représente comme ayant le corps doré d'un homme fort, un visage blanc, des ailes rouges, un bec d'aigle et une couronne sur la tête. Il est si massif qu'il est susceptible de cacher le soleil.

    Les Oiseaux par monts et par vaux

    l'Aigle
    origami de
    Nguyễn Hùng Cường

    Posture de l'Aigle (Garuḍāsana)

    En appui sur la jambe D, bien enracinée, ancrée dans le sol, enroulez la jambe G par devant et autour du genou de la jambe D (cuisse G sur cuisse D), de telle sorte que le pied G vient crocheter la jambe D derrière le mollet, et les orteils reviennent vers l'avant.

    Conseils : la jambe D qui est dans cet exemple la jambe d'appui -d'équilibre- doit toujours garder le genou en légère flexion.

    Gardez le dos bien droit : ne vous penchez pas vers l'avant !

     

    Les Oiseaux par monts et par vaux

    Les Oiseaux par monts et par vaux

     

    Il faut ensuite tendre les bras, les coudes légèrement fléchis et les doigts tendus vers le haut.

    Les yeux ouverts fixent un point dans l'espace du début jusqu'à la fin de la posture.

     

    Restez immobile quelques minutes (15-30 secondes à 2-3 minutes, plus si possible...) et travaillez la stabilité.

     

    Le ventre ne doit pas bouger.

    Quand vous avez stabilisé la posture sur la jambe, pliez les avant-bras à hauteur d'épaules et passez le bras G par-dessus le D, au niveau de l'intérieur du coude, enroulez-le de telle sorte que les paumes des mains puissent s'opposer et s'appuyer l'une contre l'autre (autant que vous le pouvez), pouces vers vous : cherchez à bien mettre l'intérieur de la main G contre l'intérieur de la main D.

    Le pouce G peut accrocher le pouce D.

    Les mains dépassent légèrement le sommet de la tête.

    Mettez légèrement de côté les bras, pour garder le regard libre devant avec la fixation du point extérieur, qui se continue de la même manière que précédemment.

    Vous êtes l'Aigle qui fixe le Soleil, le regard perçant

     

     

    Pour vous souvenir quelle jambe et quel bras placer...

    La jambe au-dessus et le bras au-dessus sont ceux du même côté, soit les 2 sont ceux du côté G, soit les 2 sont ceux du côté D.

    Autrement dit, si c'est la jambe G qui s'est enroulée à la jambe D, c'est également le bras G qui s'enroule au bras D, le bras G passant au-dessus du coude D.

    Cependant ce n’est pas une règle stricte : on peut essayer comme sur la photo * ci-contre, et voir si elle est plus confortable...

    * photo Marty Sconduto. Remarquez la position de la jambe G et du bras D, "au-dessus" : une variante à essayer.

     

    Les Oiseaux par monts et par vaux 

    Gardez la posture aussi longtemps que confortable (6 à 8 fois ou 15-30 secondes à 2-3 minutes, poussez plus loin si possible...), en veillant à ne contracter que ce qui est nécessaireDétendez le reste du corps.

    Défaites la posture sur une expiration, laissez aller les souffles, décontractez la jambe d'appui pendant quelques instants.

    Recommencez en changeant de côté, en préparant l'enracinement de la jambe G.

     

    Les Oiseaux par monts et par vaux

     

    Garuda étant le véhicule de Vishnucette posture est reliée au Centre du Cœur Anahata ainsi qu'à l'aspect préservateur de la divinité.

    Chakra-Racine Mulâdhara

    Bienfaits

    Les Oiseaux par monts et par vaux Les Oiseaux par monts et par vaux

     

    kwoon.org • Consulter le sujet - Garuḍāsana


    Garuḍāsana
    ouvre les 14 articulations majeures

    - Tonifie mollets, cuisses, hanches et renforce le latissimus dorsi, trapèzes et deltoïdes.

    - Assouplit et détend les épaules, développe les chevilles.

    Outre l'amélioration de la souplesse des hanches, genoux, chevilles, épaules, coudes, poignets, etc., Garuḍāsana fournit du sang frais au système reproductif et organes sexuels, ainsi que les reins ce qui augmente la vitalité sexuelle et contribue à la prévention des troubles sexuels.
    C'est une posture de compression.

    Accélère le drainage lymphatique et élimine rondeurs et capitons logés sur les hanches, les cuisses et les genoux : jambes de déesse et démarche de rêve garanties !

    Renforce l’équilibre, améliore la stabilité au niveau des jambes et des pieds.

    Ancrage, recentrage (sur soi)

    Calme et harmonise le mental, comme toutes les postures d'équilibre.

    - Augmente la concentration.

    - Très bonne posture pour prévenir les crampes des mollets, selon B.K.S. Iyengar.

    Serait favorable en cas de troubles de la prostate.

    Contre-indications

    - Genoux fragiles ou blessés.

    - Chevilles et épaules fragiles.

     

    Équilibres en accroupi

    Voir l'article Accroupis !

    Garuḍāsana, la posture de l’Aigle, est un grand classique des techniques qui agissent sur le Chakra du Cœur. Comme toutes les grandes postures, elle se décline en de nombreuses nuances dont...

    Vira-Garuḍāsana

     = "Vira-garuda-âsana" (Vīrā : "héros", "mâle")

    Un accroupi en équilibre bon pour le cœur

    Alors que la pose « mère » se fait debout, celle-ci se fait assis sur les talons et en appui sur les orteils. Elle demande équilibre et détente et sollicite plus intensément Anahata-chakra (Chakra du Cœur) car on peut la réaliser assez facilement les yeux fermés.
    Comme la pose mère les mouvements des bras en sont l’élément important.

    Elle se déroule en cinq phases dont voici la chronologie. [1]

    [1] Textes et photos : Christian Tikhomiroff
    www.natha-yoga.com/Vira Garuda âsana technique du mois de avril 2005.htm

    Accroupi, se mettre sur les orteils en joignant les talons. Redresser lentement le tronc à la verticale, trouver l’équilibre en détendant les pieds et les jambes. Ouvrir largement les hanches, écarter les genoux au maximum.
    Porter les mains sur les genoux avec Jnana-mudra 
    Les Oiseaux par monts et par vaux tournées vers le haut, bras tendus.

    Options, selon vos envies ou votre niveau : faire Mula-bandha, mettre la langue intérieurement en « tuyau » (Kaki-mudra), fermer les yeux en fixant un point médian en face de soi, visualiser le Chakra du Cœur ainsi que la Sushumna (colonne vertébrale) en y faisant circuler la respiration qui monte à l’inspiration durant 4 ou 5 secondes et descend à l’expiration durant le double.

     

    Première phase

    Porter les mains jointes devant la poitrine en expirant. Les mains ne touchent pas la poitrine, une légère pression assure le contacte complet des paumes de mains, les avant bras sont à l’horizontale.

    Porter la concentration et le souffle dans le cœur, visualiser le chakra, ou simplement un espace dans cet endroit, installer une souffle sur le rythme : 1 temps d’inspiration (3, 4 ou 5 secondes), 4 temps de rétention les poumons pleins, 2 temps d’expiration, une légère pose les poumons vides.

    Pendant l’inspiration visualiser la roue du cœur se dilater, pendant la rétention du souffle visualiser l’irradiation, la circulation de l’énergie du cœur (légère, vibrante, apaisante) avec le son « OM », pendant l’expiration visualiser l’énergie qui revient se concentrer au centre du cœur. Ainsi de suite.

    Deuxième phase

    Sur une expiration, tendre les bras à l’horizontale en pliant les poignets de façon à avoir le dos des mains dirigé vers le visage, tendre les doigts pour étirer les paumes de main, continuer le même souffle et la même visualisation.

    Troisième phase

    En expirant ramener les bras vers la poitrine, porter un coude dans l’autre, entrelacer les avant bras et joindre les mains paumes contre paumes.

    Souffle et concentration peuvent rester identique mais il est également possible, et plus puissant dans la troisième phase, d’inverser les rétentions en faisant une rétention à poumons vides au lieu d’une rétention à poumons pleins, l’inspiration et l’expiration restant inchangés.

    La concentration consistera alors à se centrer sur l’immobilité au centre du cœur durant la tenue à vide, toujours avec le son « OM ».
     

    Les Oiseaux par monts et par vaux

     

    Quatrième phase. Elle correspond exactement à la 2e phase. On la prend sur une inspiration.

    Cinquième phase. Elle correspond à la 1e phase, on la prend sur une expiration.

     

    On revient dans l’attitude initiale, bras tendus et mains en Jnana-mudra appuyées sur les genoux.

    Chaque phase peut durer selon le goût ou la possibilité de chacun.
    Retenons que la 2e et surtout la 3e phase sont les deux plus importantes, ce sera donc sur elles qu’on passera le plus de temps.

    On peut envisager, par exemple, 1 minute sur la 1e phase, 2 sur la 2e et 3 ou plus sur la 3e.
    La 4e et la 5e peuvent ne durer que le temps d’un souffle raccourci.

     

    Qu’attendre de Vira-Garuḍāsana ?

    On peut espérer un apaisement dans les vents émotionnels qui agitent le cœur, une clarification du souffle, une ouverture sur l’état de recul et de non jugement, une amélioration de la stabilité mentale et de la concentration, un déblocage du Nœud du Cœur (Vishnou-granthi) et par là un accès aux qualités intuitives.

    - Physiologiquement cette position est bonne pour le cœur, pour l’équilibre (qui est gage de jeunesse) et la colonne vertébrale.

    - Énergétiquement elle aide à accéder aux souffles subtils, ceux là même qui apparaissent après quelques heures de méditation.

    C’est en conclusion une posture complète, assez facile dans laquelle chacun trouvera quelques saveurs et quelques avantages.

    Dans une séance, on place Vira-Garuḍāsana au moment où l’on fait des techniques liées au Chakra du Cœur ou à la fin des postures avant de faire Prânayâma (la respiration).

     

     

    Aller vers Les Oiseaux par monts et par vaux

     

     

     

     haut de page

     

    Enregistrer

    Enregistrer