• 2-Cyprès Cupressus

    Page créée fin mars 2021

    Cyprès

    Cupressus

    Les cyprès sont un genre d'arbres sempervirents (= "toujours verts") originaires des régions tempérées chaudes de l'hémisphère nord. Le nombre d'espèces incluses dans ce genre varie selon les auteurs de 16 à 31, voire plus. Pin, Sapin, Cyprès et tous les autres Conifères sont des gymnospermes *. 

    Cyprès toujours vert Cupressus sempervirens

    Cupressus sempervirens

    -----

    * Voir Lexique "phyto-bota"

    Les cyprès (Cupressus, nom latin du cyprès commun), dont de nombreuses espèces sont cultivées comme arbres d'ornement, appartiennent à la famille des Cupressacées. Nous avons le genévrier (Juniperus) qui appartient à cette famille, *super* plante médicinale. Le thuya (Thuja), aussi, qui est délicat à utiliser, principalement pour des applications externes. Et nous avons le cyprès.

    Vous le reconnaîtrez à son feuillage vert, parfois un peu bleuté en fonction de l'espèce. Il a des feuilles persistantes, c'est-à-dire que vous verrez ses feuilles pendant tout l'hiver. Les feuilles sont minuscules et organisées en écailles si vous le regardez de près. Ce sont de petites écailles de moins d'un millimètre qui sont imbriquées et plaquées sur les rameaux. Vous verrez ces petites écailles si vous utilisez une loupe de botaniste.

    Les fleurs sont réunies en chatons qui sont localisés en bout des branches. D'ailleurs les fleurs relâchent beaucoup de pollen et ce pollen peut être très allergisant chez certaines personnes. Si vous avez des allergies saisonnières, vous savez peut-être de quoi je parle. En Provence les pollens atteignent leur maximum en février-mars, et c'est là que se réveillent certaines allergies.

    Les chatons vont devenir des cônes (ou galbules ou "noix de cyprès"), très durs, formés d'écailles et qui passent du vert au marron avec la maturation. Et ils vont aussi s'ouvrir, c'est-à-dire que les écailles vont s'écarter avec le temps. Cette maturation prend 2 années.

    Cyprès galbule

    Galbules

    Vous trouverez plusieurs sortes de cyprès dans notre pays. Le classique, c'est Cupressus sempervirens, le cyprès toujours vert, ou cyprès commun. Il y a aussi le cyprès de l'Arizona qui a une teinte gris-bleu, Cupressus arizonica.

    Il est fort probable que tous les cyprès puissent être utilisés d'une manière interchangeable. Mais on n'est pas sûr à 100%. Comme le dit si bien Pierre Lieutaghi, "leur équivalence médicinale ne peut être que supposée" à ce stade, et il est préférable de n'utiliser que le cyprès toujours vert si vous avez le choix.

    Le cyprès toujours vert est un arbre représentatif de la flore méditerranéenne, l'arbre des cimetières, symbole du deuil dans le monde méditerranéen. Il y a joué un rôle essentiel dans les plantations parce qu'il constitue des haies brise-vent, très utile contre le fort mistral... On pense qu'il est l'un des arbres introduits les plus communs dans le midi de la France.

    Sources Althéa-Provence - Wikipédia

    [https://www.youtube.com/watch?v=5Tvoz9HpJ70] Youtube 26 mars 2021

     

    Cyprès toujours vert : propriétés médicinales

     

    Des tanins pour la circulation veineuse

    C'est l'un des arbres médicinaux les plus intéressants grâce à ses cônes. Ces petites boules marrons qu'on appelle galbules ou noix de cyprès sont très riches en tanins. Ce sont des substances qui tonifient les tissus sur lesquels ils se déposent. C'est comme lorsqu'on tanne le cuir, on transforme l'apparence de la peau de quelque chose de fragile et perméable en quelque chose de dur et résistant.

    Imaginez une muqueuse, ou un endroit du corps, un tissu, qui va être imprégné de ces tannins, et qui va retrouver une certaine élasticité. Un terme retrouvé encore et encore est "tanins condensés" ou OPC. Ce sont des tanins qui peuvent passer en circulation sanguine, contrairement à certains tanins trop gros pour pénétrer au travers de la muqueuse intestinale. Ceux-ci vont circuler et vont permettre de renforcer le tissu veineux.

    Le cyprès toujours vert est ainsi une excellente plante pour tout problème de retour veineux, insuffisance veineuse, varices, sensations de jambes lourdes, hémorroïdes.

    Il est possible de faire à la fois une prise interne et une application externe d'une préparations à base des cônes : si un endroit est particulièrement affecté, par exemple la zone des mollets ou les hémorroïdes – très bonne plante en cas d'hémorroïdes – une application externe sur ces zones renforce le traitement.

    Citation du fameux docteur Henri Leclerc, un homme qui avait une grande expérience des plantes. Et il faut peser chaque mot ici.

    "Une expérimentation de plusieurs années m'a permis d'affirmer que les noix du cyprès constituent un vaso-constricteur d'une grande efficacité dans les affections du système veineux et dont l'action est identique et même de beaucoup supérieure à celle de l'Hamamélis virginica".

    Pour les troubles de retour veineux, on voit dans quasiment tous les ouvrages que l'hamamélis est la plante à utiliser. Oui, si on vit dans les régions du monde où elle pousse. Mais chez nous, nous avons le noisetier et les noix de cyprès !

    Huile essentielle et jambes lourdes

    Vu dans Remèdes anciens

    Vous avez en permanence la sensation d’avoir les jambes lourdes... Cela est dû à une mauvaise circulation. Voici un remède pour apaiser vos maux.

    • Massez les jambes du bas vers le haut  avec le mélange suivant matin et soir :

    5 gouttes d’HE de cyprès (Cupressus sempervirens) et 5 gouttes d’HV de calophylle.

    • Par voie orale, versez 2 gouttes d’HE de cyprès dans une c. à c. de miel ou sur un sucre, et laisser fondre dans la bouche deux fois par jour.

    Décongestion pelvienne

    La deuxième utilisation intéressante du cyprès toujours vert, c'est pour toute congestion pelvienne. Lorsque vous avez une zone enflammée dans votre corps, vous allez assister à un phénomène de congestion. C'est normal. Le corps va apporter une forte quantité de sang vers la zone pour la réparer en mode local. Ça va aussi créer une sorte de barrière, une pression pour que toute toxicité locale ne se propage pas dans le reste du corps. C'est un peu une manière de définir un périmètre de sûreté.

    En pratique, il s'avère que cette réaction inflammatoire, bien qu'elle soit très utile dans l'ensemble, va parfois s'exprimer d'une manière un peu trop aiguë et provoquer cette sensation de tension, de pression, et aggraver la douleur, car ça va faire pression sur certaines terminaisons nerveuses. Et là, ce qu'on essaie de faire souvent avec les plantes, c'est de soulager cette sensation et décongestionner un peu. On ne va jamais bloquer ce processus, avec les doses traditionnelles on va juste permettre à la zone de respirer un peu.

    Le cyprès toujours vert est un excellent décongestionnant du petit bassin. Dans le petit bassin, il y a la partie inférieure du système digestif, le système urinaire et le système reproducteur. À quel moment va-t-on avoir une congestion du petit bassin ? Lorsque ces organes sont enflammés ou lorsque la circulation se fait mal.

    Prenons un exemple avec le système urinaire.

    Cystites et problèmes de prostate

    Une cystite va provoquer une congestion. C'est une infection aussi. On utilise donc les plantes désinfectantes urinaires comme la busserole ou la bruyère, les plantes diurétiques comme la verge d'or ou l'ortie, les plantes adoucissantes comme la barbe de maïs, etc. Mais si on la joue finement, on va aussi ajouter un petit quelque chose pour décongestionner le petit bassin. Le cyprès toujours vert par exemple.

    On a appliqué le concept à un problème aigu. Imaginez maintenant un problème chronique.

    Regardez la situation chez l'homme avec les problèmes de prostate. L'homme passe une partie de sa vie le cul sur une chaise. Donc forte pression sur la zone. On ne bouge pas, on ne marche pas assez. Au fil des années, est-ce que vous pensez que la circulation autour de la prostate se fait bien ? Est-ce que vous pensez que la circulation lymphatique se fait bien ? Non, bien sûr. Chez l'homme sédentaire qui a des problématiques de prostate, ne devrait-on pas décongestionner cette zone d'une manière régulière ? Vous connaissez la réponse !

    Ménopause et saignements chez la femme

    Vous retrouvez parfois le cyprès dans les mélanges pour aider à mieux gérer les symptômes les plus gênants de la ménopause. Pourquoi ? Pour décongestionner le petit bassin, pardi ! On va permettre une meilleure circulation dans cette zone qui a diminué son activité, peut-être d'une manière un peu trop brutale justement à cause d'un manque de circulation. De toute manière, dès que vous permettez une meilleure circulation autour d'un organe, vous facilitez sa fonction, il faut garder ceci en tête. Une autre hypothèse est le fait que le cyprès contient probablement des constituants aux propriétés phytoestrogéniques, des constituants qui vont activer les récepteurs estrogéniques, certes d'une manière faible, mais un effet notable lorsque les taux d'estrogènes en circulation ont beaucoup diminué pendant la ménopause.

    L'autre aspect très utile est lors de saignements chez la femme : règles très abondantes qui fatiguent, saignements entre les règles, saignements provoqués par des fibromes ou autre, saignements abondants de la péri ménopause... Même explication, les tanins condensés, encore eux, qui vont avoir cet effet tonique et vasoconstricteurs sur les vaisseaux sanguins. Rappelons qu'il faut toujours consulter pour avoir un diagnostic clair dans ce genre de situations.

    Énurésie nocturne

    Pour soulager l'énurésie nocturne, donc le pipi au lit, Leclerc mentionne des succès là où tous les autres traitements avaient échoué. Là encore, probablement les tanins qui passent au travers du système urinaire et qui vont tonifier certains muscles, certains sphincters qui sont dans un état de laxité, de relâchement. On retrouve l'effet tonique sur les tissus urinaires.

    Une citation de Leclerc :

    "Un collégien de 11 ans qui, malgré les thérapeutiques les plus variées, malgré toutes les admonestations et toutes les promesses, inondait chaque nuit son matelas et fut délivré de cette déplorable habitude après avoir pris pendant 6 jours 20 gouttes d'extrait fluide de cyprès au milieu de chacun des repas".

    Si Leclerc en parle, on écoute ! Là, il utilise un extrait fluide qui est 5 fois plus concentré qu'une teinture, ce qui nous ferait un équivalent d'une centaine de gouttes de teinture des cônes par dose.

    Toux spasmodique

    On trouve dans les ouvrages classiques l'utilisation du cyprès contre les toux de nature spasmodique, des toux pour lesquelles la personne part dans des quintes qui sont parfois épuisantes et qu'on a du mal à contrôler. Peut-être à la suite d'une grippe ou pendant une coqueluche.

    Dans ce contexte les cônes de cyprès peuvent apporter un soulagement, intégrés à un mélange un peu plus large pour ce genre de situation, peut-être avec

    etc.

    Le docteur Morel l'indique aussi dans les problèmes d'emphysème, probablement là encore pour renforcer des tissus qui ont perdu leur élasticité, qui ont été en partie détruits. Rien de miraculeux ici, bien sûr, vu la sévérité de la situation.

    Huile essentielle et toux grasse

    Vu dans Toux grasse, toux sèche (aromathérapie) ou Glaires Mucus Sécrétions

    • L’HE de Cyprès à raison de 2 gouttes dans une cuillerée de miel.

    Antiviral

    Une propriété bien intéressante par les temps qui courent, la propriété antivirale. Voici une citation du Dr Lorrain à son sujet, qui en parle dans le contexte d'un extrait standardisé :

    "L'extrait standardisé de plante fraîche de noix de cyprès est plébiscité par les prescripteurs autant que par les patients, au point que celui-ci est devenu l'antiviral polyvalent de référence dans la pratique médicale courante".

    C'est clair et net, sans demi-mesure, construit sur l'expérience pratique, comme on aime. Ainsi, le docteur Lorrain recommande cette plante pour les infections de la sphère ORL et de l'arbre respiratoire, entre autres choses.

    Huile essentielle et anxiété

    L'huile essentielle cyprès aide à calmer la respiration et soulager l’anxiété.

    • Utilisée en massage ou en diffusion *, apporte réconfort, calme et pour la relaxation.
    • Synergie : cyprès + cèdre, citronromarin et citronnelle, à parts égales (10ml)

    * Diffusion : avec modération

     

    Cyprès toujours vert : formes et quantités

     

    Voici les formes les plus utilisées :

    • Décoction des galbules (cônes) concassées : 20 à 30 g par litre d'eau, faire bouillir 10 à 15 minutes, filtrer et prendre 1 tasse 2 à 3 fois par jour, voire plus si besoin (Lorrain).
    • Teinture ou extrait fluide 30 à 60 gouttes avant chacun des 2 repas (Leclerc)
    • Si vous habitez en France (produit de laboratoire) : Extrait de Plante fraîche Standardisée (EPS) : 5 ml 1 à 2 fois par jour dans un verre d'eau en entretien, 2 à 3 fois plus en cas d'infection virale aiguë (Lorrain)

    En ce qui concerne la récolte des noix de cyprès Thierry Thévenin explique qu'elle se fait en général à la fin de l'hiver lorsqu'elles sont vertes et que les écailles sont encore soudées. Elles sèchent facilement et se conservent pendant 2 ans sans problème.

     

    Cyprès toujours vert : précautions

     

    Pour les précautions, tout dépend en fait des ouvrages que vous consultez. Voici ce que vous pouvez trouver :

    • Le cyprès toujours vert est déconseillé chez la femme enceinte et allaitante ;
    • Il est déconseillé en usage prolongé, donc plutôt faire sous forme de cure ;
    • Vu que la plante contient probablement des constituants phytoestrogéniques, il y a une mise en garde devenue classique sur le fait que ces substances sont contre-indiquées avec un passé de cancer hormonodépendant...
      • ... une très grossière simplification du rôle des phytoestrogènes qui sont en fait modulateurs des récepteurs, et pas que stimulateurs. Mais le sujet est complexe et saurait être développé ici.

     

     

     

    .¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.

    .¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.

    Documentation

    Source principale : Althéa-Provence [archive sans vidéo]

    Voir

    Curiosité

    On a planté des cyprès dans les cimetières et dans l'inconscient collectif ils ont été associés au processus funéraire. Plus trop aujourd'hui, mais à l'époque de Leclerc, c'était le cas. Raison pour laquelle Leclerc recommandait de ne pas appeler ce remède avec son nom français mais avec son nom latin, histoire de ne pas réveiller certaines superstitions. Et peut-être parler de cupressus sempervirens conis plutôt que de "cônes de cyprès" ? Ça fait déjà plus savant... (transmis par Althéa-Provence)

     

     

     

    haut de page