• Intelligence

    Page mise à jour le 30 août 2015 

     

    Le mot "intelligence" est à relativiser

    Dans notre société "binarisée", le "matheux" est l'"intelligence" même... Or, il ne faudrait peut-être pas perdre de vue que les "Math" sont nées de la "Philo", que les grands hommes de l'Antiquité grecque étaient à la fois des philosophes et des mathématiciens. Le "raisonnement logique", que l'on accole aux mathématiques et dont on nous rebat les oreilles comme étant LA référence en matière d'"intelligence", est celui qui a animé, et anime toujours et encore, les penseurs et les philosophes (faire des "Math" en première année de médecine me paraît ridicule, alors que ces étudiants gagneraient plutôt à suivre une année de "Philo"... mais ce point de vue n'engage que moi-même...).
    Pour aller plus loin, des "surdoués" comme le musicien Mozart ou l'artiste visionnaire Michel-Ange, ou bien d'autres encore dans leur "catégorie", étaient des êtres "intelligents" ; mais ils ne sont pas reconnus comme tels avec nos valeurs actuelles où le rêve, l'imagination, la poésie, sont considérés relever d'infantilisme, de faiblesse voire de maladie mentale... Actuellement, c'est le "muscle" qui est tout-puissant, la "grâce" est réduite à une simple fantaisie sans grand intérêt.

     

    Q. I.

    Selon nos propres valeurs d'Occidentaux, c'est-à-dire avec la LOGIQUE qui prévaut chez nous... Ainsi, après avoir effectué des "tests QI" liés à cette approche occidentale du monde, auprès d'enfants amérindiens que l'on voulait "civiliser", on n'a pu que constater la faiblesse des résultats. De là à prétendre (bien hâtivement !) que ces jeunes étaient "bêtes", il n'y eut qu'un pas à franchir, la tentation était trop grande... On a confondu, persuadé – nombrilisme oblige – que les valeurs occidentales sont LA référence en matière "d'intelligence" : 

    Q. I. ne signifie pas "quotient d’intelligence" mais "Quotient Intellectuel"
    ce qui n’est pas tout-à-fait la même chose
     

    Au nom de QUOI, je vous le demande. Si l'Occident avait un tant soit peu voulu entendre ce que ces "sauvages", avec leur logique à eux dénuée d'esprit de compétition, avaient à dire, il est à parier que nous ne serions pas actuellement aussi névrosés et empoisonnés...

     

    Compétition

    C'est bien là la bannière de l'esprit occidental. C'est la barrière qui s'ouvre sur les dérives qu'elle génère : convoitises, vols, pillages, violences, guerres, meurtres, mensonges, escroqueries, irrespect envers son prochain, la Nature, les Animaux, et j'en passe.

     

    Le mot "intelligence" a des acceptions diverses

    Il désigne, bien sûr, "l’ensemble des fonctions mentales ayant pour objet la connaissance conceptuelle et rationnelle" [1] et s’applique à une personne considérée dans ses aptitudes intellectuelles, en tant qu'être pensant :
    Test d’intelligence. C'est une intelligence supérieure - antonymes : bête, sot ; bêtise, sottise.

    [1] Larousse et pour "intelligence", en grande partie, ci-dessous.

    Mais il y a des nuances...

    À commencer par être le synonyme de "entente" : ne dit-on pas : Vivre en bonne intelligence ?

    Comme "intellect, esprit, pensée, réflexion, entendement dans le sens de compréhension...", c’est la capacité de saisir une chose par la pensée :
    Pour l'intelligence de ce qui va suivre, rappelons la démonstration antérieure.

    C'est la qualité de quelqu'un qui manifeste dans un domaine donné un souci de comprendre, de réfléchir, de connaître et qui adapte facilement son comportement à ces finalités : Avoir l'intelligence des affaires.

    Comme "jugement dans le sens de discernement, perspicacité..." ; c’est l’aptitude d'un être humain à s'adapter à une situation, à choisir des moyens d'action en fonction des circonstances : Ce travail réclame un minimum d'intelligence...

    CIA (agence d’espionnage, contre-espionnage) signifie Central Intelligence Agency, que l’on traduit par Agence Centrale du Renseignement.

     

    Les Oiseaux par monts et par vaux

     

    On parle aussi de l'"intelligence du cœur"

    Ce terme est emprunté aux anciens Égyptiens pour désigner cet autre aspect dans l'homme qui nous permet de pénétrer au-delà de notre limitation animale et en vérité fait la caractéristique de l'homme humain pour aller vers l'Homme Divin ; c'est-à-dire l'éveil de ce principe originel qui sommeille en tout être humain animé (Rusty James)

    « Dans la vie moderne, nous faisons référence au cœur dans plusieurs contextes bien différents : nous avons du "cœur", nous donnons du "cœur" à l’ouvrage, quelque chose nous tient à "cœur", nous écoutons notre "cœur", nous sommes de tout "cœur" avec quelqu’un, ou nous parlons à "cœur" ouvert. Que veut vraiment dire le mot "cœur" dans ces expressions courantes ?
    Il ne désigne certainement pas l’organe appelé "cœur", que j’ai étudié au cours de ma formation médicale — une pompe qui, à chaque seconde, fournit l’oxygène et les nutriments du sang à toutes les cellules de notre corps »

    Néo Trouvetout
    L’intelligence du cœur, D Childre & H Martin, Heartmath

    « Anxiété, honte, dépression, violence et solitude… Et si tous ces maux avaient une cause commune ? À l’école, on enseigne l’histoire, la géographie, les mathématiques et qu’apprend-on sur l’affectivité ? Ne serait-il pas aussi utile d’avoir quelques notions sur les étapes du deuil, la colère et la résolution non-violente des conflits que de savoir par "cœur" 1515 Marignan ? Il est temps de mieux comprendre nos émotions pour les gérer efficacement. L’urgence est affective. (…) L’intelligence du cœur, intelligence relationnelle et émotionnelle, est l’intelligence de demain »

    Isabelle Fillioza, L’intelligence du cœur – rudiments de grammaire émotionnelle, JC Lattès.

     

    L'intelligence intuitive du cœur

    « C'est un type d'intelligence distinct des processus cognitifs, qui dérive de l'utilisation et de l'application constantes de sa propre intuition.

    La recherche démontre que la capacité humaine de répondre aux défis de la vie avec aisance et élégance n'est pas basée uniquement sur la connaissance, la logique ou le raisonnement ; elle comprend aussi l'aptitude à prendre des décisions intuitives. »

    D Childre & H Martin, L’intelligence du cœur-La Solution Heartmath (Heartmath, France)

     Voir Intuition et mental

    et Visualisation créative

     

     

    Les Oiseaux par monts et par vaux

    Quant à l'"intelligence artificielle", celle des machines, elle a fait et fait encore frémir tant de cerveaux bien humains. Peur du robot qui serait susceptible de prendre le dessus sur la race humaine...
    Mais cette expression n'est qu'une alliance de mots : comment une machine, si perfectionnée soit-elle, pourrait-elle avoir la mainmise sur des êtres de chair ?
    Elle n'a pas d'état d'âme, n'évolue ni n'apprend quoi que ce soit, ne se reproduit pas puisque fabriquée... par l'homme lui-même.
    Son "intelligence" n'existe que par ce qu'ont pu introduire ses constructeurs. Ne dit-on pas, dans les milieux de l'informatique, qu'"il n'y a rien dans un ordinateur qui ne soit apporté par celui qui l'utilise" ? (à l'instar d'une auberge espagnole)
    Ceci dit, il faut bien saluer les prouesses de ces techniciens de haut niveau, même si ce n'est pas le propos ici.

    Voir mon pdf TECHNOSTRESS (extrait)

     

     

    Le mot "intellectuel" relève de l'intelligence, des fonctions cognitives [1]

    Les facultés intellectuelles... Il fait appel exclusivement à l’activité de l’esprit, contrairement à "intelligence" qui renferme également une notion de "comportement".

    Ce terme signifie "qui exige de la part du lecteur, du spectateur... un effort de réflexion", "qui fait appel à la réflexion, aux manipulations abstraites, par opposition aux activités manuelles, physiques" : Un film intellectuel. Il a fourni un gros effort intellectuel.

     
    [1] Le mot cognitif est un adjectif qualificatif se rapportant à la connaissance. 
    La cognition est l'ensemble des fonctions de la main liées à la connaissance (perception, langage, mémoire, raisonnement, décision, mouvement…).
    On parle ainsi des fonctions cognitives supérieures pour désigner les facultés que l'on retrouve chez l'Humain comme le raisonnement logique, le jugement moral ou esthétique (éthologie). Les sciences cognitives étudient la cognition de divers points de vue (psychologique, neurologique, linguistique...)
     

    Un intellectuel est une personne dont l'activité repose sur l'exercice de l'esprit, qui s'engage dans la sphère publique pour faire part de ses analyses, de ses points de vue sur les sujets les plus variés ou pour défendre des valeurs, qui n'assume généralement pas de responsabilité directe dans les affaires pratiques, et qui dispose d'une forme d'autorité.
    L'intellectuel est une figure contemporaine distincte de celle plus ancienne du philosophe qui mène sa réflexion dans un cadre conceptuel.

    Selon les historiens Pascal Ory et Jean-François Sirinelli [1], un intellectuel est « un homme du culturel, créateur ou médiateur, mis en situation d’homme du politique, producteur ou consommateur d’idéologie » [2].

    [1] Les Intellectuels en France. De l’affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand Colin, première édition de 2002.
    Lire un extrait de compte-rendu
    [2] D’après Larousse et Wikipédia pour "intellectuel"

     

    Aller vers Les Oiseaux par monts et par vaux

     

     

     

    Haut de page

     

    Enregistrer

    Enregistrer