• Info Maladie Spondylarthrite ankylosante

    Page créée en février 2020

    Spondylarthrite ankylosante ou Maladie de Bechterew

    Évolution de la Spondylarthrite ankylosante

    Évolution de la Spondylarthrite ankylosante ou Maladie de Bechterew

     

    La spondylarthrite ankylosante existe depuis plusieurs milliers d’années. Des spécialistes ont identifié des signes de la maladie sur les momies de pharaons égyptiens. Cependant, c’est sa description classique par le neurologue russe Vladimir Bechterew (1857-1927), l'un des premiers à décrire au début du XXe siècle cette maladie, qui a permis la reconnaissance de la maladie en tant que forme propre de rhumatisme - la spondylarthrite ankylosante est une affection rhumatologique inflammatoire de la colonne vertébrale.

    Voir aussi Maladie de Forestier et Rotès-Quérol

    Nutrilife Blog Santé :

    Arthrite rhumatoïde [archive plus ancienne]

    Les troubles musculo-squelettiques

    Spondylarthrite vient du grec spondylos (spondyl) qui veut dire vertèbre et de la racine "arthro", "arthri", arthrite, qui désigne l'atteinte articulaire. Ankylosante vient de "ankulos" qui veut dire "courbé" parce que cette maladie "courbe" le corps.

    L'éponymie "maladie de Bechterew" - Morbus Bechterew, autre nom de la maladie surtout employé hors du monde francophone, soit Morbus signifie en latin "maladie" + Bekhterev - est peu usitée en France mais répandue partout ailleurs. On parlait encore il y a quelques décennies de maladie de Bechterew-Marie-Strümpell, pour rappeler que deux autres auteurs, distincts de Bechterew, Pierre Marie et Adolf Strümpell, avaient participé à sa description.

    Autres dénominations de la spondylarthrite ankylosante ou maladie de Bechterew.

    • Pelvispondylite rhumatismale ou rhumatoïde parfois abrégé par PSR
    • Spondylite ankylosante
    • SA pour « Spondylarthite Ankylosante » (les anglophones écrivent « AS »).
    • SPA est l'indication la plus utilisée par les personnes atteintes. C'est le synonyme le plus utilisé sur internet ; SP pour Spondylarthrite et A pour Ankylosante

     

    Les personnes les plus touchées

    Relativement fréquente (entre 0,5 et 2 % de la population générale), la maladie de Bechterew touche les hommes et les femmes dans un rapport de 2:1 (deux hommes pour une femme).

    Cette nette prédominance masculine se retrouve préférentiellement chez l'adulte jeune, les premiers symptômes apparaissant le plus souvent avant l'âge de 30 ans.

    Selon les estimations, elle concerne jusqu’à 1% de la population européenne.

    Voir Wikipédia

     

    Les causes

    On ne connaît pas les causes de la maladie de Bechterew. On présume généralement qu’elle est due à un dysfonctionnement du système immunitaire. Il s’agit donc d’une maladie auto-immune. Le système immunitaire produit des anticorps contre les cellules de l’organisme (et non contre les agents pathogènes étrangers). Ce dysfonctionnement du système immunitaire entraîne des inflammations.

    Par ailleurs, les facteurs génétiques jouent un rôle essentiel dans la maladie. 95% des personnes souffrant de la maladie de Bechterew sont porteuses du facteur héréditaire HLA-B27 (Human Leukocyte Antigen). Mais elle peut aussi toucher des personnes qui n’en sont pas porteuses. D’autres facteurs héréditaires favoriseraient également l’apparition de la maladie de Bechterew, comme semblent le démontrer des formes familiales ne dépendant pas uniquement du HLA-B27. Les gènes suspectés sont multiples, impliqués à la fois dans la survenue de la maladie et dans sa gravité.

    La spondylarthrite ankylosante est souvent associée à l'antigène HLA-B27, 90 % des malades étant porteurs de cet antigène. Ce dernier n'est cependant présent que dans 8 % de la population normale et, dès lors, une prédisposition héréditaire peut être envisagée. Toutefois, la cause en reste indéterminée et la plupart des personnes ayant ce groupe HLA ne seront jamais atteintes par la maladie. En effet, seulement 1 à 6 % des personnes porteuses du HLA-B27 développeront une spondylarthrite ankylosante.

    Lors d'une spondylarthrite, l'intestin est le siège d'une inflammation chronique et souvent silencieuse. De plus, les patients porteurs d'une maladie de Crohn — maladie inflammatoire intestinale — et du HLA-B27 développent dans 50 % des cas une spondylarthrite.

    Il semble que les articulations atteintes sécrètent localement du TNFα, une cytokine * impliquée dans certains mécanismes de l'inflammation, ce qui expliquerait l'efficacité des médicaments anti TNFα dans cette maladie.

    * Voir Choc cytokinique

    Voir Wikipédia

     

    Les symptômes de la maladie

    La spondylarthrite ankylosante (ou maladie de Bechterew) apparaît entre les âges de quinze et trente-cinq ans environ. Au début, elle se manifeste le plus souvent par des douleurs sourdes dans la colonne lombaire et le fessie, apparaissant généralement la nuit et réveillant les personnes atteintes. Elles s’accompagnent fréquemment d’une raideur matinale.

    La maladie se manifeste au cours du temps par un ensemble de signes cliniques.

    Une sacro-iliite * se traduisant par une douleur du bas du dos, chronique, avec un caractère inflammatoire, relativement calmée par l'exercice et non par le repos (voir plus bas encadré), survenant souvent la nuit, parfois latéralisée et pouvant irradier à l'arrière de l'une ou des deux cuisses.

    * Voir Pelvis le petit bassin

    Des talalgies (douleurs dans les talons) caractéristiques lorsqu'elles sont à bascule (c'est-à-dire alternant les deux côtés), et d'horaire inflammatoire (plus importante au repos).

    Un raidissement articulaire du rachis (colonne vertébrale) pouvant aller jusqu'à l'ankylose. Une atteinte des hanches ou de la cage thoracique est cependant possible (avec diminution de l'amplitude respiratoire dans ce dernier cas).

    La spondylarthrite ankylosante peut aussi atteindre d'autres articulations, le plus souvent celles des membres inférieurs, ainsi que les tendons * et les enthèses — points de liaison entre l'os, les tendons et les ligaments — donnant des dactylites (orteils en saucisse), des tendinites * et des enthésopathies.

    ____________________

    * tendons et collagène, voir Syndrome d'Ehlers-Danlos [...] Le collagène est essentiel à la santé des articulations, c’est la matière première du cartilage. C’est pourquoi l’on recommande à ceux qui ont des douleurs articulaires de prendre du bouillon. Il aide aussi à renforcer les ongles cassants.

     

    D'autres organes en dehors de l'appareil locomoteur peuvent être touchés plus ou moins fréquemment :

    • œil (uvéite antérieure, voir plus bas, ou iritis *, essentiellement unilatérale) ;

    * Voir aussi

    Iritis Doctissimo [archive sans vidéos] - [archive plus ancienne]

    Causes, symptômes et traitements de l'iritis (Ooreka)

    extrêmement rarement a été observé une atteinte par inflammation des côtes, un dérèglement inflammatoire du pancréas pouvant créer un pancréatite aiguë. (Nouveaux chiffres 2019)

    Voir

    Ligues-rhumatisme

    Wikipédia

     

    Les effets de la maladie

    Le malade souffre généralement de fatigue, et fréquemment de très fortes suées nocturnes. Lors de poussées inflammatoires la douleur générée est intense, elle peut provoquer une impotence des membres inférieurs qui peut aller de quelques heures à plusieurs semaines dans les formes les plus graves. Ces douleurs peuvent être soulagées par de la morphine ou des dérivés morphiniques.

    La spondylarthrite ankylosante ne diminue pas l'espérance de vie du patient, sauf dans les formes sévères qui se compliquent parfois d'amylose de type SAA *.

    * Voir Wikipédia

    Wikipédia

     

    Le diagnostic

    Le diagnostic de cette maladie repose sur un ensemble d'éléments dont :

    En France, entre le début de la maladie et son diagnostic, il s'écoule en moyenne sept ans

    En savoir + sur Wikipédia

    Autres examens

    Une manifestation est systématiquement recherchée :

    ____________________

    * L'effet Tyndall est un phénomène d'optique dans lequel la lumière se disperse sur des particules de matière. Exemple : Au lever du jour, dans une forêt, je vis le phénomène de l'effet Tyndall, la lumière semblait percer la brume.

    En ophtalmologie, c'est un trouble de l’humeur aqueuse lié à la présence de fines particules en suspension visibles à la lampe à fente.

    L'effet Tyndall est donc une manifestation anormale de réflexion de la lumière par des particules très fines (cellules inflammatoires par ex.) anormalement présentes dans la chambre antérieure de l'œil.

    L'effet Tyndal est recherché lors de l'étude de la transparence de la chambre antérieure de l'œil.

    Il est observé dans les uvéites antérieures, consécutif à la présence de grosses molécules protéiques. Au biomicroscope, la chambre antérieure n'est plus optiquement vide : la fente lumineuse a un aspect plus ou moins opalescent en raison de la diffraction de la lumière sur les molécules protéiques. C'est l'effet Tyndall et on dit qu'il y a un "tyndall" de la chambre antérieure.

    John Tyndall, ingénieur physicien irlandais (1820-1893)

    L'Internaute - Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine - Glossaire santé Doctissimo

    Critères diagnostiques

    Les premiers critères ont été publiés en 1962. Ils ne comportaient alors aucun paramètre radiologique. À la fin des années 1970, ils ont été révisés, incorporant cette fois-ci la radiologie comme élément, et appelés « critères de New York » ; la dernière version date de 1984. Une autre série de critères est également utilisée : ceux de l’European Spondyloarthropathy Study Group. Les critères d'Amor restent aujourd'hui le système le plus sensible et le plus spécifique, car ils tiennent compte des manifestations extra-articulaires.

    Wikipédia

    Voir aussi Ligues-rhumatisme

     

    L'évolution et les conséquences

    L’évolution de la maladie est très variable. Il n’est pas rare que les douleurs dorsales se propagent de la région lombaire au rachis thoracique et cervical. Les inflammations peuvent aussi toucher des articulations plus importantes (épaules, coudes, hanches, genoux), les insertions tendineuses et l’iris de l’œil. (Voir plus haut Les symptômes de la maladie)

    Habituellement, la maladie progresse lentement pendant plusieurs années ou décennies, les phases inflammatoires alternant avec des périodes de rémission plus ou moins fréquentes. Dans l’absolu, l’évolution de la maladie peut s’arrêter à chaque stade. Dans le meilleur des cas, elle guérit spontanément au stade précoce, sans laisser de séquelles importantes.

    Dans la plupart des cas, les zones de la colonne vertébrale atteintes par des inflammations chroniques s’ankylosent. Les articulations intervertébrales perdent en mobilité, et les disques intervertébraux et les ligaments s’ossifient. La cause en est une prolifération osseuse avec laquelle le corps réagit à l’inflammation de la colonne vertébrale. Au stade avancé de la maladie, la perte de mobilité et les déformations sont dues à cette ossification et à cet enraidissement.

    Source Ligues-rhumatisme

    Voir aussi Wikipédia

     

    Le traitement

    La spondylarthrite ankylosante est considérée comme une maladie incurable. C’est pourquoi il est primordial d’exploiter tout l’éventail des approches et des mesures thérapeutiques disponibles. La seule approche médicamenteuse ne suffit pas à préserver la mobilité ni à ralentir le processus d’ankylose. (Ligues-rhumatisme)

    Traitement conventionnel médicamenteux

    Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) jouent un rôle central dans le traitement médicamenteux des douleurs et des inflammations accompagnant la spondylarthrite ankylosante. Le soulagement des douleurs aide les patients à adopter des positions antalgiques en journée et à mieux dormir la nuit. De plus, les médicaments facilitent la thérapie par le mouvement, indispensable pour les "spondylarthritiques". Parmi les traitements de fond classiques, les médicaments à base de cortisone ont une efficacité réduite contre la maladie de Bechterew. En cas d’évolution très active de la maladie, certaines biothérapies offrent des options thérapeutiques satisfaisantes. Les études montrent que les inhibiteurs du TNF ont une action positive sur l’activité inflammatoire, la sensation de douleur et la mobilité des "spondylarthritiques".

    Il existe des recommandations éditées par la Société Européenne de Rhumatologie pour la prise en charge de la maladie. Le traitement de référence demeure les AINS, pris de façon discontinue ou continue selon la sévérité. Ils sont généralement très efficaces, au point que la sensibilité à ces traitements fait partie des critères diagnostics de la maladie. Ils ont par ailleurs d'importants effets secondaires.

    Les antalgiques sont également utiles.

    Si les anti-inflammatoires ne suffisent pas à contrôler la maladie, des traitements de fond peuvent être envisagés. La salazopyrine est parfois utilisée avec des résultats variables.
    Le méthotrexate n'a pas démontré d'efficacité sur l'évolution de la spondylarthrite, contrairement aux autres maladies rhumatismales chroniques... (Suite dans Wikipédia)

    Thérapies conventionnelles physiques et par le mouvement

    La lutte contre l'ankylose rachidienne est essentielle. Elle passe par une gymnastique régulière si possible quotidienne et des séances de masso-kinésithérapie *.
    L'activité physique et sportive est recommandée.

    ____________________

    * La kinésithérapie – ou la physiothérapie (masso-kinésithérapie) de manière plus générale – est une profession de santé et une science clinique. Elle emploie le mouvement dans le but de renforcer, maintenir ou rétablir les capacités fonctionnelle (Article L4321-1 du code de la santé publique : masseur-kinésithérapeute [archive] sur legifrance.fr)
    Wikipédia

    En appoint, les massages et les traitements par la chaleur (par exemple, les bains de boue) contribuent à stimuler l’irrigation des tissus et à détendre les muscles contractés.
    Dans certains cas, le traitement par le froid donne aussi de bons résultats.

    Thérapie par le mouvement

    Gymnastique Bechterew

    Les personnes souffrant de la spondylarthrite ankylosante doivent effectuer des exercices de gymnastique chaque jour.

    La pratique régulière de la gymnastique Bechterew permet de lutter contre l’ankylose de la colonne vertébrale, stimule la respiration thoracique et soulage les douleurs.

    La Deutsche Vereinigung Morbus Bechterew (Société allemande de la spondylarthrite ankylosante) a élaboré un programme de gymnastique à domicile efficace de quatre semaines - en allemand.

    Il est possible de le commander (1) directement auprès de la Société suisse de la spondylarthrite ankylosante.

    La Société suisse de la spondylarthrite ankylosante propose également des groupes de thérapie Bechterew dans toute la Suisse. Chaque semaine, les groupes suivent un programme intensif avec un encadrement professionnel.

    Voir 2 exercices (2) en vidéos

    ____________________

    Notes (1) (2) : Quelques exercices que j'ai repérés, pour un peu plus d'infos

    (1) Trois exercices quotidiens

    Spondylarthrite ankylosante 3 exercices quotidiens

    1. Yoga sur une chaise - Demi-Lune « simple » un seul bras en l’air (Ooreka)
    2. Cobras (cambrures)
      - Chien museau face au ciel (Urdhva-mukha-svanâsana) Ooreka
      - postures du phoque 
    3. Chat en "dé-tension" - Respiration du Félin

    _

    (2) À propos des deux exercices des vidéos

    Spondylarthrite ankylosante 2 exercices

    1. Demi-Pont en dynamique (Posture du demi-Pont) Ooreka
      - Respiration pelvienne (montée de bassin)
      le demi-Pont du Yoga est appelé... Pont en Pilates
    2. Torsions au sol - postures pour les épaules

    Sport

    Outre la gymnastique quotidienne, les activités sportives qui entretiennent la musculature, la mobilité, l’endurance et la coordination sont bénéfiques aux personnes atteintes de la maladie de Bechterew.

    La Société suisse de la spondylarthrite ankylosante recommande le ski de fond, la marche nordique, le cyclisme, la randonnée, la gymnastique aquatique et le volley-ball.

    Voir Des marches et des pas

    Autres activités physiques

    Les "spondylarthritiques" ont besoin de mouvement. Les approches thérapeutiques et les activités douces originaires telles que le yoga, le taï chi et le qi gong, originaires d’Asie, ou encore le pilates, sont notamment adaptées dans ce cadre.

    Pour activer les muscles profonds situés près de l’ossature sont plus particulièrement conseillés l’antara, une méthode de gymnastique, ou le chan mi gong.*

    ____________________

    * Le Chan Mi Gong est un qi gong bouddhiste. Il est basé sur le bouddhisme zen (chán) et tantrique (Mi). Selon la description fournie par une vidéo de Chan Mi Gong, le qi gong est connu pour ses « mouvements qui imitent les ondulations et le rythme des vagues et qui roulent dans tout le corps » et insiste particulièrement sur les ondulations de la colonne vertébrale. Dans une communication écrite du 27 février 2008, un professeur adjoint d'anthropologie et d'études religieuses à l'université chinoise de Hong-Kong, auteur d'un livre portant sur les méthodes d'exercice du qi gong, révéla que, vers la fin des années 1980 et le début des années 1990, le Chan Mi Gong était « largement pratiqué » et comptait parmi les 10 formes les plus populaires de qi gong. Toutefois, le professeur adjoint affirma que, d'après ce qu'il sait, le qi gong ne bénéficie plus de la même popularité...

    Voir

    Deshimaru Taisen

    Être ou ne pas être végétarien...

    Voyez aussi, pour donner des idées...

    ... sachant que la liste n'est pas exhaustive !

    Toutes ces approches doivent non pas remplacer, mais compléter la gymnastique Bechterew.

    Source Ligues-rhumatisme

    Traitement ophtalmologique

    Dans près de 40% des cas, la maladie s’accompagne d’une inflammation de l’iris de l’œil. Les symptômes sont une rougeur, des douleurs et des troubles visuels. Pour prévenir toute séquelle irréversible, consultez immédiatement un ophtalmologue en cas d’inflammation de l’iris.

    Dans des cas bien ciblés, une chirurgie peut aider le patient : fixation vertébrale entraînant une immobilisation de la colonne vertébrale, mais aussi un soulagement des douleurs. Des chirurgies des articulations coxo-fémorales peuvent aussi être envisagées.

    Sources Ligues-rhumatisme - Wikipédia

    Voir

    Activités physiques et forme olympique

    Atlas et Axis

    Douleurs, arthrose et remèdes naturels

    La respiration par les os

     

    Mener une grossesse pendant la maladie

    Une grossesse peut être menée pendant la maladie. Il faut éviter les anti-inflammatoires pendant les périodes d’ovulation lorsque l’on cherche à tomber enceinte et à partir du troisième trimestre. Des médicaments peuvent être pris en cas de crise tout au long de la grossesse, il faut bien faire attention à adapter les doses et le type de médicaments selon les semaines de la grossesse. (Wikipédia)

    Voir Préparez votre accouchement

      

    ____________________

    Sources et/ou en savoir +

    [https://www.ligues-rhumatisme.ch/rhumatismes-de-a-a-z/maladie-de-bechterew]

    [https://fr.wikipedia.org/wiki/Spondylarthrite_ankylosante]

    [https://fr.wikipedia.org/wiki/HLA-B27] (antigène)

    Divers

    Larousse.fr : encyclopédie et dictionnaires gratuits en ligne

     

     

     

    haut de page