• 3-Béhourd, sport de combat 'médiéval'

    Page revue et complétée le 18 novembre 2018

    Le béhourd est une adaptation contemporaine d’une pratique sportive et guerrière ancienne impliquant l'utilisation d'armes et d'armures (époque comprise entre 1200 et 1699) 

    Ces équipements utilisés par les compétiteurs (appelés béhourdeurs ou tournoyeurs) doivent correspondre à des sources historiques tirées de l’archéologie ou de l’iconographie médiévale et doivent être issues de la même région et de la même époque pour un même participant. Mais contrairement aux reconstitutions de batailles historiques le béhourd est un sport de combat régi par des règles et nécessite la présence d'arbitres.

    Dans le béhourd, les compétiteurs s’affrontent en armure complète, à pieds, avec des armes en acier qui ne sont ni pointues, ni tranchantes : afin de réduire les blessures, le matériel est soigneusement vérifié avant les batailles, les armes émoussées.

    (d'après Wikipédia et france3-regions.francetvinfo.fr)

    LE BÉHOURD – Les Reportages de Vincent Lapierre - YouTube
    [https://www.youtube.com/watch?v=VOt6cWDgrw4]
    Pour voir la version intégrale et soutenir Vincent et son équipe : https://lemediapourtous.fr/participez

     

    Le terme béhourd, sport de combat impliquant l'utilisation d'armes et d'armures issues du Moyen Âge1, viendrait du vieux français et signifierait "fracas", à moins qu'il ne vienne du vieil allemand bouhourt et signifierait "heurter".

    La renaissance du béhourd date des années 1990 en Russie. Il s'est peu à peu développé dans les pays d'Europe de l'Est principalement en Biélorussie, en Russie et en Ukraine pour ensuite gagner le reste de l'Europe2.

    La principale compétition internationale est la Bataille des Nations dans laquelle s'affrontent les équipes nationales.

    Les séances d'entraînements sont conformes aux méthodes modernes d'entraînement pour un sport de combat moderne (lutte, MMA). À cela s'ajoutent des entrainements spécifiques en armure. Le CroosFit (voir plus bas) est aussi beaucoup utilisé3.

    Règlement du béhourd

    Il y a des règles internationales unifiées pour les batailles.

    Elles interdisent un certain nombre de techniques très traumatisantes et réglementent l'admission des combattants et de leurs armes afin d'observer la fiabilité historique de l'équipement, et aussi à éliminer les blessures graves.

    En particulier sont interdits les coups d'estoc, qui pourraient passer la visière, ainsi que les coups sur les parties non protégées.

    En raison des règles de combat qui peuvent différer selon les pays, les premières règles unifiées ont été développées spécifiquement pour le championnat du monde : « Bataille des nations »4.

    Plusieurs sortes de combats existent, mais avec un nombre de joueurs égal dans chaque équipe. Il peut donc y avoir des équipes d'une personne, de deux personnes5, de seize6 ou encore de vingt-et-une personnes7.

    Il peut s'agir d'un combat « courtois », dans lequel les projections au sol et les coups de pied ne sont pas comptabilisés, ou bien d'un combat « non courtois » pour lequel ces actions rapportent des points. 

    _____

    1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 Notes et références

    Site officiel de la Fédération française de béhourd [archive 2012]

    (Wikipédia)

     

    Un témoignage

    Lors du reportage de Vincent Lapierre (ci-dessus) un homme interrogé a confié que pratiquer ce sport, le béhourd, est comme chercher à traverser le Styx (sic) [1], sortir des sentiers battus et de ce qu'on propose habituellement ; il s'était engagé dans l'armée, mais il n'a pas trouvé ce qu'il cherchait, l'armée lui paraissant trop "économique" (sic), alors que le béhourd est d'après lui porteur d'autres valeurs, celles de la chevalerie, qui correspondent mieux à ses attentes.

    _____

    [1] "Mention spéciale à la personne qui témoigne deux fois et qui, lors de sa deuxième intervention, parle de la recherche du Styx pour expliquer entre autre ce qu’il cherche et trouve"
    (12/04/2018 par Éric,
    Les reportages d’ERTV)

    Le Styx - Développer : [Imago Mundi] [Wikipédia]

    La légende veut, entre autres, que toute partie du corps qu’on y plongeait devenait invulnérable. Aussi, Thétis plongea-t-elle son fils Achille dans ses eaux et il ne resta vulnérable qu’au talon, la seule partie que Thétis n’avait pas submergée puisqu'elle le tenait par le pied, erreur qui coûta la vie à Achille, mort selon la légende durant la guerre de Troie touché au talon.

    Passeur du Styx - Fils de l'Érèbe et de la Nuit, Charon [prononcer [karɔ̃] "karon"] est le nocher (le pilote de la barque) des enfers dans la mythologie grecque. Sur les marais de l'Achéron, il faisait traverser le Styx, contre une obole, aux âmes des morts ayant reçu une sépulture (Wikipédia)

     

    Quelques réactions à la suite du reportage

    Les reportages d’ERTV – Le Béhourd [archive sans média]

    C’est bien... j’y vois que des avantages : transcendance, incarnation d’une figure mythique - le chevalier, valeurs, vertus, tradition, cohésion, identité... et "revitalisme" plutôt que survivalisme... Bonne idée ce reportage ! On pourrait croire que c’est folklorique ou nostalgique, fantaisiste mais en fait non, il y a un vrai sens.
    (12/04/2018 par France occupée)

    Même si on peut sourire du côté déguisement, j’y vois plusieurs vertus : - l’amour et le respect pour notre passé - la manifestation d’une virilité "dépouillée" (le strict minimum de règles) - la prise de contact avec les vertus chevaleresques... Puisse Dieu faire infuser cette force des corps dans les âmes [...] (12/04/2018 par Émilien C.)

    [...] il n’est pas question de rêve ou d’illusion : je constate (avec plaisir) un regain d’intérêt pour le moyen âge, période calomniée. [À lire] le (très bon) bouquin de Claire Colombi : La légende noire du moyen âge 1. Le personnage de Jacquouille est une invention comique ; il n’y a rien à en apprendre. Le fait même qu’on s’y intéresse montre au moins un regard bienveillant sur cette période authentiquement et intégralement chrétienne, dernier exemple de ce qu’est une société traditionnelle occidentale.

    Les chevaliers étaient l’ordre (druidique puis chrétien) dont la fonction était la préservation de la paix et de la justice. Que "tout le monde" chez les chevaliers n’est pas été digne de cette charge ne remet pas en cause la réalité de cette organisation, inhérente à toute société.

    Les militaires, les gendarmes et les policiers sont nos "chevaliers" actuels. Il y a des authentiques et des margoulins comme partout, en tout temps. Dommage qu’ils se soient mis collectivement au service de la bourgeoisie (classe parasitaire venant du Tiers-État commerçant). La doctrine des castes doit être étudiée pour comprendre une société traditionnelle. (13/04/2018 par Émilien C.)

    1 À voir/écouter aussi de Claire Colombi :

    La réalité du catharisme (YouTube)

    La corruption de l’Éducation Nationale (medias-presse.info)

     

    Voir

    Documentations diverses

    À propos de CroosFit

     

    Série 'MUSCU' de Yantra

     

    Série 'Étirements' de Yantra

    Disciplines et activités physiques diverses

     

     

     

    haut de page